Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Goddin (Philippe), Hergé. Chronologie d’une œuvre

Éditions Moulinsart, 2002
Laurent Demoulin
p. 141-142
Référence(s) :

Goddin (Philippe), Hergé. Chronologie d’une œuvre. S. l., Éditions Moulinsart, 2002, 420 p. ill.

Texte intégral

1En publiant Hergé. Chronologie d’une œuvre, Philippe Goddin s’est lancé dans une entreprise colossale. Le premier tome couvrait la période allant de 1907 à 1931, le deuxième va de 1931 à 1935 et le troisième, paru en 2002, explore la production d’Hergé entre janvier 1935 et le 31 août 1939, à l’époque féconde où il dessine et publie, dans Le Petit vingtième, L’Oreille cassée, L’île noire et Le Sceptre d’Ottokar, ainsi que de nombreux gags de Quick et Flupke, et où il crée, pour l’hebdomadaire français Cœurs Vaillants, les aventures de Jo, Zette et Jocko.

2Cette Chronologie étonne d’abord par son format (30 centimètres sur 30), son épaisseur (420 pages) et son extraordinaire richesse illustrative : il s’agit d’un véritable livre d’art. En le feuilletant, le lecteur a l’impression de découvrir une nouvelle facette de cet artiste qu’il connaît pourtant depuis la plus tendre enfance. Non seulement le volume contient quelques huiles, aquarelles ou pastels personnels qu’Hergé a réalisés pour son plaisir, mais surtout, en isolant des cases du récit qu’elles servent d’ordinaire, en les reproduisant en noir et blanc, il montre à quel point le père de Tintin, loin d’être seulement un conteur habile, était d’abord et avant tout un graphiste talentueux.

3En plus d’être un livre d’art, la Chronologie est un livre de référence : Goddin se veut exhaustif et précis. En marge des nombreux dessins réalisés par Hergé pour mettre en valeur ses héros (couvertures du Petit vingtième, couvertures des albums originaux, encarts annonçant un nouvel épisode...), le volume rend compte et reproduit le travail d’illustrateur auquel Hergé s’adonne encore très régulièrement à l’époque : dessins publicitaires, illustrations et calligraphies pour les livres publiés alors par Casterman (comme la série L’Oiseau de France). Pour traquer ces travaux, Goddin dispose d’un outil : les carnets de factures d’Hergé. Quand une illustration demeure introuvable, un encart intitulé interactivement « Signes de pistes et avis de recherche » en signale l’existence. Ajoutons que chaque image reproduite a sa notice, que chaque année est résumée par un tableau récapitulatif et que le volume se clôt sur des index des noms de personnes, personnages, institutions, journaux, périodiques, livres, pièces, films, rubriques, articles, marques de produits... et sur un index thématique et chronologique.

4Quant au texte continu qui court entre les dessins, il passe du récit de la vie professionnelle d’Hergé (la succession des contacts, projets, contrats et travaux) et le résumé, peut-être un peu inutile, des aventures qu’il dessine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Demoulin, « Goddin (Philippe), Hergé. Chronologie d’une œuvre », Textyles, 24 | 2004, 141-142.

Référence électronique

Laurent Demoulin, « Goddin (Philippe), Hergé. Chronologie d’une œuvre », Textyles [En ligne], 24 | 2004, mis en ligne le 13 juin 2012, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://textyles.revues.org/2423

Haut de page

Auteur

Laurent Demoulin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org