Navigation – Plan du site
L’écriture au prisme de la photographie
Agencer les images

E.L.T Mesens en pièces détachées : une poétique de l’assemblage

Anne Reverseau
p. 63-72

Texte intégral

  • 1 En témoignent les expositions récentes, L'alphabet stellaire de E.L.T. Mesens (1903-1971), Mu.ZEE ( (...)
  • 2 Geurts-Krauss (Christiane), E.L.T. Mesens, l’alchimiste méconnu du Surréalisme. Du dandy dadaïste a (...)

1« Littérature et photographie » : la relation se focalise souvent sur la question de l’illustration, qui n’est que la partie émergée d’interactions plus diverses. Le cas du poète et artiste belge E.L.T. Mesens (1903-1971) permet d’en aborder un grand nombre. S’il est aujourd’hui célébré comme collagiste1 et si son talent de poète a été reconnu par les différents groupes surréalistes belges, français et anglais, Mesens a aussi été collectionneur, responsable de galerie, organisateur d’expositions et arrangeur d’illustrations dans les revues (ce qu’on appellerait aujourd’hui picture editor). Il offre ainsi l’opportunité de réfléchir aux croisements des pratiques poétiques, photographiques et plus largement artistiques. Avec Mesens, on est en effet en présence de relations concrètes entre littérature et photographie puisqu’il lui est arrivé d’illustrer ses propres textes, notamment avec le frontispice d’Alphabet sourd aveugle, et qu’il publie parfois, dans les mêmes revues, ses poèmes et ses collages dont certains sont créés à partir de photographies. Les relations entre littérature et photographie peuvent aussi être plus abstraites et internes à chaque médium : on trouve de la poésie dans sa photographie (jeux sur les titres, insertions de mots et poétique du contraste) et de la photographie dans sa poésie (références au visuel, imaginaires photographiques et juxtapositions d’images). Enfin, Mesens apparaît surtout comme un manipulateur et un assembleur d’images. Comme animateur de revues et organisateur d’expositions, il met à jour une autre relation possible des écrivains à la photographie qui repose sur le don « d’accoler textes et images avec flair et à propos »2.

  • 3 Voir Durozoi (Gérard) (dir.), Dictionnaire de l’art moderne et contemporain, Paris, Hazan, 2002.
  • 4 Le 15 novembre 1961, Mesens écrit à Robert Giron : « Depuis l’exposition “The Art of assemblage” au (...)
  • 5 Massonnet (Stéphane), préface de Dada terminus, Tristan Tzara – E.L.T. Mesens : correspondance choi (...)
  • 6 « À la réserve », courte note sur la rétrospective Mesens à Knokke (juillet-août 1963), signée L. L (...)

2Les multiples activités de Mesens – sa poésie, ses collages ainsi que son travail de mise en page et en espace d’images – et sa vie même relèvent d’une poétique de l’assemblage. Terme générique, l’assemblage désigne les pratiques artistiques héritières du collage consistant à agencer et accumuler différents objets réels3, telles que le MoMA de New York les a regroupées en 1961 dans l’exposition collective The Art of Assemblage, qui aurait scellé le succès de Mesens4. Tous ceux qui ont eu l’occasion de s’intéresser à ce personnage de la scène surréaliste européenne insistent sur ses multiples talents et sur « l’activité inlassable »5 qu’il déploie dans « ses divertissements de poète, de musicien et d’intellectuel curieux des saveurs insolites du siècle »6.

  • 7 « Pièces détachées », mots que je reprends dans le titre de cet article, est le titre d’un collage (...)
  • 8 Ce clivage figure dans le poème en prose « L’écureuil », Mesens (E.L.T.), Poèmes, 1923-1958, Paris, (...)

3Comment penser ensemble les « pièces détachées »7 que sont ses activités de poète, de photographe, de collagiste, d’éditeur et de responsable d’expositions ? Ne peut-on pas considérer cette dispersion et ce dilettantisme de manière positive, comme un assemblage d’activités ? Plutôt que de séparer l’« homme de lettres » et l’« homme d’œuvres »8, on préférera ici envisager ensemble ses pratiques poétique et plastique en insistant sur ce qui fait la spécificité de sa relation à la photographie, son goût pour l’agencement d’images.

Du collage et de l’assemblage comme principe unificateur

  • 9 Otlet-Moutov (Suzanne), « Les étapes de l’activité créatrice chez E.L.T. Mesens et l’esprit du coll (...)

4Le collage, réunion d’images et d’objets hétérogènes, comme l’assemblage, technique en relief représentée par Robert Rauschenberg ou Kurt Schwitters, appartiennent à la famille des images composites ou mixed media. Au sens large, ces agencements d’éléments disparates peuvent être considérés comme le principe autour duquel gravitent les différentes activités de Mesens. Une solution pour penser cet artiste en « pièces détachées » est la théorie de la contamination de la musique sur la poésie puis de la poésie sur les collages. Il s’agit plus précisément de compenser, en les greffant sur l’activité plastique, l’abandon de la musique au milieu des années 1920, puis l’abandon de la poésie à la fin des années 1950. Cette hypothèse a été développée par exemple par Suzanne Otlet-Moutov qui, dans les collages tardifs de Mesens, retrouve « avec une présence étonnante »9 la poésie.

  • 10 Brunius (Jacques), « Rencontres fortuites et concertées », préface de 125 collages et objets d’E.L. (...)
  • 11 Otlet-Moutov (Suzanne), « Les étapes de l’activité créatrice chez E.L.T. Mesens », op. cit., p. 185
  • 12 Cette œuvre « procède formellement du même esprit » que le collage, estime Suzanne Otlet-Moutov, ib (...)

5Le collage apparaît alors comme un principe unificateur des pratiques de Mesens. Après Brunius10, on rapproche ses « collages verbaux » de ses « collages plastiques » parce que dans ces derniers, « images et mots se conjuguent, se rejoignent, s’annulent, se complètent »11. Les collages joyeux et colorés que Mesens produit après-guerre intègrent davantage de mots, comme Au bord des mots (1956), et on a pu parler de collage à propos de son œuvre littéraire12. Dans cette extension de la notion de collage ne figure pas l’activité de Mesens dans les revues et les galeries, qui relève pourtant du même esprit, car le collage utilise des images que l’on n’a pas créées et que l’on transfère d’un lieu à un autre. Dans la plupart de ses activités, Mesens est ainsi davantage un assembleur qu’un producteur d’images.

  • 13 Geurts-Krauss (Christiane), E.L.T. Mesens, op. cit., p. 60-61.

6Une autre façon d’appréhender ces « pièces détachées » consiste à chercher des références à la poésie dans le détail de son œuvre plastique, notamment dans les titres Photographie d’un manuscrit, un collage dédié à Miró, ou Le Même Poème. Par ailleurs, le collage est un espace de figuration de soi dans lequel Mesens apparaît plus souvent en poète qu’en artiste : par exemple dans Le Poète à l’âge de deux jours (Il buvait déjà son lait blanc et noir) ou dans le fameux collage Portrait d’un poète, nommé par la suite Je ne pense qu’à vous et repris dans Foto-Auge, ce qui, précise Christiane Geurts-Krauss, « le porte au pinacle parmi les grands photographes de l’époque »13.

  • 14 Ces photographies sont publiées dans Adieu à Marie, 1926, p. 4-5, et exposées à la galerie L’Époque (...)
  • 15 Mesens (E.L.T.), Alphabet sourd aveugle, préface et note de Paul Eluard, frontispice de l’auteur, B (...)
  • 16 Jaguer (Edouard), « L’Alphabet sourd aveugle d’E.L.T. et les collages de Mesens », dans Transformac (...)

7Mesens brouille les pistes : le portrait d’un poète est œuvre de photographe, mais le photographe ne fait pas vraiment œuvre de photographie. Outre ses collages qui n’utilisent que sporadiquement des images photographiques, ses photos les plus connues sont celles qu’il a réalisées en collaboration avec Robert De Smet. Comme ils l’entendent et Comme nous l’entendons, publiées en double page, représentent des mains serrées sur un coup de poing américain, tenu à l’endroit puis à l’envers14. Quant au fameux frontispice d’Alphabet sourd aveugle15, il mêle plusieurs techniques : découpage et collage d’une gravure et d’une page imprimée ainsi que deux rayogrammes. Alphabet sourd aveugle est une œuvre plastique, photographique et poétique où chaque poème fonctionne sur l’engendrement visuel d’une lettre unique et commune à tous les vers. Edouard Jaguer estime que ce « superbe album d’images » obéit aussi au principe du collage : « l’initiale joue ici le rôle d’un projecteur-objecteur qui occulte en profondeur l’image projetée sur l’écran dans le même temps qu’il en esquisse les contours »16. Dans le détail, les poèmes d’Alphabet sourd aveugle peuvent en effet évoquer des collages où des réalités différentes, réunies par leur initiale, sont assemblées sur une même surface, celle de la page. Le passage à la ligne correspond alors au découpage et l’alignement sur la marge à gauche, à la soudure :

  • 17 Mesens (E.L.T.), Alphabet sourd aveugle, op. cit., p. 12 (ne pouvant reproduire ici la typographie (...)

Bateau
Battu par les flots
Barricade des yeux
Barrage aux liqueurs généreuses
Berçant les plus fines couleurs
Berçant le nègre et
Berçant la maman
Berçeuse.17

  • 18 Voir, respectivement, « Que faut-il pour faire un collage ? » (Quadrum, n° 16, Bruxelles, 1964, p.  (...)
  • 19 Il y aurait une étude précise à faire sur les mains chez Mesens : dessinées en silhouette, comme au (...)

8Cette comparaison entre assemblage verbal et assemblage visuel pourrait être développée car les deux techniques du collage, la juxtaposition et la superposition, existent dans les textes poétiques de Mesens, marqués par les énumérations et les effets de listes, sur le mode de la recette ou de la définition18. Comme ses collages, cette poésie, qui évoque tantôt les effets d’évidence d’Eluard, tantôt les chocs visuels de Tzara, témoigne d’un goût pour l’agencement d’images. Elle est marquée par la prégnance de l’œil, mais aussi de la main19, motifs que l’on retrouve massivement dans ses collages d’après-guerre. Le poème « Pris à la taille », où Mesens semble exprimer son propre dilettantisme, est un assemblage d’images de lui-même :

  • 20 Mesens, Poèmes, op. cit., p. 13. C’est le poème d’ouverture.

Vu par un éléphant
Je suis grand
Vu par une fourmi
Je suis petit
Rien d’étonnant dès lors
Que vous ne me fassiez
Aucune confiance
Homme moyen
De condition moyenne
Et d’esprit moyen.20

9Comme Mesens utilise plusieurs médias sur une période assez longue, il est tentant de rapprocher ses différentes pratiques en trouvant de la poésie dans ses montages d’images et du collage dans ses poèmes. Si ces analyses sont séduisantes, elles laissent aussi de côté une part importante de son activité qui n’est artistique qu’indirectement.

Assemblage et manipulation d’images

  • 21 Bier (Jean-Paul), « Dada en Belgique », dans Weisgerber (Jean) (dir.), Les Avant-gardes littéraires (...)
  • 22 Massonnet (Stéphane), Dada terminus, op. cit., p. 11.
  • 23 Au sujet de deux poèmes de Tzara pour Période, Mesens s’exclame « ça colle ! » à deux reprises (let (...)
  • 24 Jaguer (Edouard), Les Mystères de la chambre noire, Le Surréalisme et la photographie, Paris, Flamm (...)
  • 25 Ibidem.
  • 26 Short (Robert), « Le Surréalisme belge outre-mer : E.L.T. Mesens et le mouvement anglais », dans We (...)
  • 27 Geurts-Krauss (Christiane), E.L.T. Mesens, op. cit., p. 62.
  • 28 Brunius (Jacques), « Rencontres fortuites et concertées », cité dans ibid., p. 62.
  • 29 Mesens réussit à « donner aux documents photographiques une valeur de grande autonomie, proche du c (...)

10Mesens manipule des images en tant qu’acheteur et vendeur d’œuvres d’art, en tant qu’éditeur et en tant qu’organisateur d’expositions. Il œuvre ainsi à la circulation tant publique que privée des images, en portant un intérêt particulier à la photographie. C’est lui qui anime le « bric-à-brac joyeux »21 de la revue Œsophage, qui n’a qu’un numéro en 1925, mais accumule « textes et dessins en vue de la préparation des numéros suivants, allant jusqu’à la cinquième livraison »22… Sa correspondance montre la façon dont il prépare une revue, se réjouissant que ce que lui envoie Tzara « colle »23. Par la suite, Mesens prend « une part déterminante à la régie typographique de Variétés, la revue de Van Hecke, où furent publiés des travaux de la plupart des photographes importants de ces années 28-30 »24. Edouard Jaguer estime que Variétés est représentatif d’un « jeu des confrontations insolites entre documents photographiques, plus ou moins réalistes s’ils sont pris isolément, mais dont le rapprochement met le feu aux poudres poétiques »25. Mesens est incontestablement l’un des artisans de cette tendance éditoriale et artistique : « À la rédaction de Variétés, il contribue pour beaucoup au projet de numéro spécial sur Le Surréalisme en 1929. Plus tard, Mesens devient le conseiller de Stéphane Cordier, directeur de Documents, et rassemble le numéro sur “L’Intervention surréaliste” »26 en juin 1934. Variétés est pour Mesens un outil de diffusion de son travail : il y présente ses collages, comme Le Masque à insulter les esthètes ou Le Masque de veuve pour la valse27, et publie dans le n° 9, en janvier 1929, trois de ses poèmes, deux de ses photos ainsi que son collage Arrière-pensée. La revue est surtout pour lui un lieu d’expérimentation de l’assemblage d’images. En 1963, Brunius voit par exemple dans les doubles pages photographiques de Variétés des « collages latents, potentiels … où seul compte le choc poétique de deux réalités plus ou moins éloignées »28. Cette interprétation de l’iconographie de la revue comme « collage inavoué » a souvent été reprise depuis29.

  • 30 De Croës (Catherine) et Lebeer (Paul), « E.L.T. Mesens : L’homme des liaisons », op. cit., p. 311.
  • 31 Ibidem, p. 314.
  • 32 Ibidem, p. 311.
  • 33 Brunius (Jacques), « Rencontres fortuites et concertées », op. cit. L’hypothèse est évoquée et fina (...)

11Doté d’un grand « sens du livre »30, Mesens est aussi éditeur (par exemple de la plaquette Violette Nozière) et crée les éditions Nicolas Flamel en 1933 au moment où il se remet à la poésie. Mesens publie ses poèmes Alphabet sourd aveugle et Femme complète avec un « sens aigu de la typographie »31. Il édite enfin le troisième Bulletin international du surréalisme pour l’exposition de La Louvière de 1935. Son rôle d’éditeur se développera encore à la fin des années 1930 avec le London Gallery Bulletin, « remarquable pour sa mise en page » et pour son éclectisme32. Le travail iconographique est une activité créatrice pour Mesens et, en plaçant des photographies au même niveau, avec des échelles et des mises en page équivalentes, il brouille les différences de statuts et de supports. Son intérêt pour l’agencement des images se retrouve sur les cimaises des galeries, où les enjeux de diffusion de l’art contemporain, surtout photographique, et la recherche du choc sont les mêmes, mais où son goût pour les réseaux mondains s’épanouit sans doute davantage. Si l’on a pu dire que c’est l’activité iconographique pour Variétés qui a fait prendre conscience à Mesens de l’importance de la photographie33, on peut aussi considérer son intérêt pour la reproduction photographique d’œuvres, la photo publicitaire et la photographie d’art dans son ensemble, comme une poétique de l’assemblage.

  • 34 Galerie L’Époque, Bruxelles, octobre-novembre 1928. Au sujet de cette exposition, voir Geurts-Kraus (...)
  • 35 Mac Orlan (Pierre), « La Photographie », qui correspond à « L’Art littéraire d’imagination et la ph (...)
  • 36 Le compte rendu de l’exposition paru dans Variétés n° 7 en novembre 1928, signé « F.L. », fait l’él (...)

12Outre son rôle bien connu dans la reconnaissance de l’œuvre de Magritte, un autre fait d’armes de Mesens est d’avoir organisé en 1928, avec Van Hecke, l’une des premières expositions de photographies modernes à la galerie L’Époque34, seulement quelques mois après le Salon de l’escalier à Paris, et avant celles d’Essen et de Stuttgart où il est d’ailleurs présent en tant que photographe. La diversité des thèmes, des techniques et des origines est frappante. La photographie qu’on appellerait aujourd’hui « plasticienne » (rayogrammes de Man Ray et de Moholy-Nagy) figure à côté de portraits (presque 40 images sur 130), notamment d’écrivains : Cocteau, Joyce, Gide (par Berenice Abbott), Gertrude Stein et Georgette Camille (par Man Ray) ou Mac Orlan (par Kertész). Dès 1928, Mesens fait le pont entre Paris et Berlin (avec Hans Robertson, par exemple), deux centres de la photographie européenne de l’entre-deux-guerres, tout en ménageant un espace pour les photographes belges (De Smet et Gobert) et pour des sujets spécifiquement bruxellois comme les portraits de Mme Paul Fierens et de la couturière Norine. Dans la préface du catalogue, Mac Orlan insiste sur la nouvelle alliance entre écriture et photographie35 et on retrouve ses goûts photographiques dans les images exposées, notamment pour les « photographes-poètes » (Man Ray, Kertész, Berenice Abbott), ainsi que Lotar, Krull et Moholy-Nagy qui représentent selon lui la vitesse et la lumière du monde moderne36.

  • 37 Mesens est entré au Palais des Beaux-Arts à la suite de l’exposition L’Art vivant en Europe de 1931 (...)
  • 38 Dans les archives du Palais des Beaux-Arts se trouvent les comptes de ces expositions, des contrats (...)
  • 39 Lettre de Mesens à Charles Spaak du 5 juin 1932 (Archives du Palais des Beaux-Arts).
  • 40 Lettre de Man Ray du 11 avril 1932 (Archives du Palais des Beaux-Arts).
  • 41 Lettre de Man Ray à Mesens du 15 juin 1932 (Archives du Palais des Beaux-Arts).
  • 42 Voir par exemple le compte rendu élogieux, signé G.P., dans Les Nouvelles littéraires, 23 juillet 1 (...)
  • 43 Le plan de ce qui semble un projet de livre, avec 64 photos et la liste des photographes à sollicit (...)

13L’activité de collectionneur et d’animateur artistique amène Mesens au Palais des Beaux-Arts dont il devient le secrétaire en 193137. Lui tient particulièrement à cœur l’organisation de l’Exposition internationale de photographie et de cinéma, à l’été 1932 puis à l’été 1933, comme le montre l’abondante correspondance préparatoire38. On y voit Mesens à l’œuvre, cherchant énergiquement des fonds auprès des publicitaires, relançant les artistes et activant divers réseaux. Dans une longue lettre à Charles Spaak en 1932, il fait par exemple le bilan de ses démarches parisiennes auprès de Krull, d’Auriol et de Florent Fels qui, « très peu aimable », l’a envoyé chez Gallimard où il a été bien reçu par Malraux39. Il demande conseil à des correspondants espagnols, ou à Man Ray, qui lui écrit « dis-moi les noms que vous avez déjà invités et j’ajouterai ceux qui manquent »40. Mesens s’occupe de tout, du choix des exposants à l’accrochage : dans une lettre de juin 1932, Man Ray se fend d’un petit schéma pour expliquer comment accrocher les photographies qu’il a envoyées41 et, quand Mesens écrit à Emmanuel Sougez en avril 1933 pour inviter L’Illustration à l’exposition, il joint un plan avec les salles pressenties. De même, le 29 mai 1933, il demande à Lucien Vogel de valider les emplacements prévus pour Vu. Le succès est au rendez-vous42 et la publication d’un livre de photographies de l’exposition semble même envisagée43.

  • 44 Bulletin international du surréalisme, 20 août 1935, réédité par Bibliothèque Mélusine, Lausanne, l (...)
  • 45 Le rôle de Mesens dans cette exposition de 1936 est encore à explorer, ce que j’envisage de faire p (...)
  • 46 Les propos de Penrose sont rapportés par Geurts-Krauss (Christiane), E.L.T. Mesens, op. cit., p. 86 (...)
  • 47 Lettre de Mesens à Robert Giron du 5 juillet 1936 (Archives du Palais des Beaux-Arts).
  • 48 De Croës (Catherine) et Lebeer (Paul), « E.L.T. Mesens : L’homme des liaisons », op. cit., p. 308.
  • 49 Chancery, Exposition internationale du surréalisme à Londres (Paul Eluard, Nusch Eluard, Diana Lee, (...)

14Si le rôle de Mesens est moindre dans la célèbre exposition Minotaure de 1934 au Palais des Beaux-Arts, il est essentiel pour celle de La Louvière en 1935 : il fait le lien entre le groupe de Bruxelles et le groupe du Hainaut, présente trois œuvres et publie le Bulletin international du surréalisme44. En 1936, à l’exposition de Londres aux New Burlington Galleries, son activité d’agencement d’images prend une autre dimension45. Roland Penrose a raconté l’arrivée impromptue du « jeune Belge » au milieu de la grand-messe du surréalisme et le rôle qu’il a fini par jouer dans « l’épineux problème de l’accrochage » : « vêtu avec soin et impeccablement rasé, tombé du ciel sans connaître un mot d’anglais, [il] organisera rapidement les cimaises sans se soucier de chronologie ou d’affinités, mais en soulignant les contrastes de couleurs, de dimensions et de sujet afin de provoquer le maximum d’enthousiasme »46. Cette expérience d’assemblage est décisive pour Mesens. Dans une lettre de juillet 1936, il se réjouit du succès de l’exposition surréaliste – « ventes, ventes, ventes »47 – et de ses soirées festives. Peu pressé de rentrer à Bruxelles, il restera à Londres où, « infatigable, il concevra et mettra sur pied en deux ans plus de 25 expositions »48. Dans la dernière page du Bulletin international du surréalisme de 1936 figurent des photographies mises en page comme des photogrammes de films où l’on voit Mesens discuter avec Breton, Penrose et Rupert Lee dans l’exposition. On a ainsi une image d’une partie de l’accrochage, particulièrement dense, tout comme dans la photographie de Chancery où les mêmes personnalités figurent autour d’un scaphandre renfermant Da49.

CHANCERY, Exposition internationale du surréalisme à Londres (1936)

CHANCERY, Exposition internationale du surréalisme à Londres (1936)

Musée d’art et d’histoire - Saint-Denis, cliché : Irène Andréani.

  • 50 Short (Robert), « Le Surréalisme belge outre-mer », op. cit., p. 367. Il ajoute, parlant de Mesens  (...)
  • 51 Lascault (Gilbert), « Max Ernst, le marieur d’images », dans Beaux-Arts, n° 64, janvier 1989, p. 59

15Selon Robert Short, si « les années vingt furent celles du livre surréaliste, la décennie suivante vit se multiplier les expositions »50. Dans les expositions surréalistes se retrouvent ainsi certains enjeux des publications surréalistes, comme l’équilibre entre la saturation, les blancs dans le photomontage et l’importance du contraste dans l’iconographie des revues. Mesens a pratiqué assidûment ces deux activités, l’agencement d’images en revues et le montage d’expositions, qui, sans être directement artistiques, sont de hauts lieux de la création surréaliste dans l’entre-deux-guerres. Cette pratique de l’assemblage a quelque chose d’un accouplement joyeux : Mesens est alors, comme Max Ernst, un « marieur d’images »51. Engager une réflexion sur les liens entre la littérature et la photographie, c’est donc aussi comprendre comment différentes pratiques s’agencent et se complètent. Parmi d’autres « touche-à-tout » qui ont passé leur vie au contact des images – comme Albert Valentin, et, plus loin de lui, Georges Hugnet ou Roger Parry–, E.L.T. Mesens peut être considéré comme un dilettante heureux.

Haut de page

Notes

1 En témoignent les expositions récentes, L'alphabet stellaire de E.L.T. Mesens (1903-1971), Mu.ZEE (Oostende, du 6 juillet au 17 novembre 2013), et les expositions de synthèse L’Art en Belgique. Flandre et Wallonie au xxe siècle, Paris, Musée de la Ville de Paris, 1991 et Un siècle de collage en Belgique, La Louvière, Centre de la gravure et de l’image imprimée, 1998. Mesens a également fait ces dernières années l’objet de travaux universitaires, par exemple : Paenhuysen (An), « De avant-gardist als entrepreneur : Roem, geschiedenis en fictie van de Belgische avant-garde », dans Belgisch Tijdschrift voor filologie en geschiedenis, vol. 83, n° 4, 2005, p. 1301-1317 ; Paenhuysen (An), « Strategies of fame », dans Image & Narrative, n° 12, août 2005 ; Matheson (Neil), « E.L.T. Mesens – Dada Joker in the surrealist pack », dans Image & Narrative, n° 13, novembre 2005.

2 Geurts-Krauss (Christiane), E.L.T. Mesens, l’alchimiste méconnu du Surréalisme. Du dandy dadaïste au marchand visionnaire, Bruxelles, Labor, 1998, p. 49.

3 Voir Durozoi (Gérard) (dir.), Dictionnaire de l’art moderne et contemporain, Paris, Hazan, 2002.

4 Le 15 novembre 1961, Mesens écrit à Robert Giron : « Depuis l’exposition “The Art of assemblage” au moma de NY, je reçois chaque jour des témoignages (d’Europe ou d’Amérique) d’intérêt dans mes travaux ; trois galeries de NY voudraient m’exposer ( !) » (Archives du Palais des Beaux-Arts).

5 Massonnet (Stéphane), préface de Dada terminus, Tristan Tzara – E.L.T. Mesens : correspondance choisie, 1923-1926, Bruxelles, Devillez, 1997, p. 12.

6 « À la réserve », courte note sur la rétrospective Mesens à Knokke (juillet-août 1963), signée L. L. Sosset, Les Beaux-Arts, n° 1021, 21 juin 1963, p. 7.

7 « Pièces détachées », mots que je reprends dans le titre de cet article, est le titre d’un collage de Mesens (1943) et d’un recueil de poésie, paru dans le même volume que Troisième Front en 1944.

8 Ce clivage figure dans le poème en prose « L’écureuil », Mesens (E.L.T.), Poèmes, 1923-1958, Paris, Le Terrain vague, 1959, avec dix dessins de Magritte, p. 126.

9 Otlet-Moutov (Suzanne), « Les étapes de l’activité créatrice chez E.L.T. Mesens et l’esprit du collage comme aboutissement d’une pensée », dans Bulletin des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, vol. 22, n° 1, 1973, p. 187.

10 Brunius (Jacques), « Rencontres fortuites et concertées », préface de 125 collages et objets d’E.L.T. Mesens, Knokke-le-Zoute, juillet-août 1963, n.p.

11 Otlet-Moutov (Suzanne), « Les étapes de l’activité créatrice chez E.L.T. Mesens », op. cit., p. 185.

12 Cette œuvre « procède formellement du même esprit » que le collage, estime Suzanne Otlet-Moutov, ibidem, p. 174.

13 Geurts-Krauss (Christiane), E.L.T. Mesens, op. cit., p. 60-61.

14 Ces photographies sont publiées dans Adieu à Marie, 1926, p. 4-5, et exposées à la galerie L’Époque en 1928.

15 Mesens (E.L.T.), Alphabet sourd aveugle, préface et note de Paul Eluard, frontispice de l’auteur, Bruxelles, Éditions Nicolas Flamel, 1933.

16 Jaguer (Edouard), « L’Alphabet sourd aveugle d’E.L.T. et les collages de Mesens », dans Transformaction, n° 10, 1979, p. 35.

17 Mesens (E.L.T.), Alphabet sourd aveugle, op. cit., p. 12 (ne pouvant reproduire ici la typographie originale, je rétablis l’initiale à chaque vers).

18 Voir, respectivement, « Que faut-il pour faire un collage ? » (Quadrum, n° 16, Bruxelles, 1964, p. 115) ; « Le poème c’est… » (Poèmes, op. cit., p. 25) ; « Comme les autres », (Poèmes, op. cit., p. 18 : « Mes amies les vagues / Faisaient des gammes sur la plage / Et moi / Je promenais mon chien malade sur le sable / En chantonnant un vieil air d’opéra ») et « Fausse vacance » (Poèmes, op. cit., p. 21 : « Le printemps chauve arrête les bougies / Et les arbres à mirlitons »).

19 Il y aurait une étude précise à faire sur les mains chez Mesens : dessinées en silhouette, comme au pochoir, elles ont valeur de signature et d’attestation (comme dans le rayogramme) ; poings levés, elles évoquent la rhétorique révolutionnaire de Klutsis ou d’El Lissitzky. La multiplication des mains indique la manipulation des images : à la question « Que faut-il pour faire un collage ? », Mesens répond : « Deux mains à tout faire, et plus… ». Sujet récurrent de ses collages au début des années 1960 (La Coloombaba ou Main fortement stimulée flottant entre ciel et terre), la main est aussi le motif central du recueil Femme complète.

20 Mesens, Poèmes, op. cit., p. 13. C’est le poème d’ouverture.

21 Bier (Jean-Paul), « Dada en Belgique », dans Weisgerber (Jean) (dir.), Les Avant-gardes littéraires en Belgique, au confluent des arts et des langues, 1880-1950, Bruxelles, Labor, 1991, p. 309.

22 Massonnet (Stéphane), Dada terminus, op. cit., p. 11.

23 Au sujet de deux poèmes de Tzara pour Période, Mesens s’exclame « ça colle ! » à deux reprises (lettre de septembre 1924, ibid., p. 39).

24 Jaguer (Edouard), Les Mystères de la chambre noire, Le Surréalisme et la photographie, Paris, Flammarion, 1982, p. 16.

25 Ibidem.

26 Short (Robert), « Le Surréalisme belge outre-mer : E.L.T. Mesens et le mouvement anglais », dans Weisgerber (Jean) (dir.), Les Avant-gardes littéraires en Belgique, op. cit., p. 362.

27 Geurts-Krauss (Christiane), E.L.T. Mesens, op. cit., p. 62.

28 Brunius (Jacques), « Rencontres fortuites et concertées », cité dans ibid., p. 62.

29 Mesens réussit à « donner aux documents photographiques une valeur de grande autonomie, proche du collage qu’il connaissait si bien » selon De Croës (Catherine) et Lebeer (Paul), « E.L.T. Mesens : L’homme des liaisons », dans L’Art en Belgique. Flandre et Wallonie au xxe siècle, op. cit., p. 301. Voir aussi les analyses des juxtapositions photographiques comme « montage créatif » menées par Walker (Ian), City Gorged with Dreams : Surrealism and Documentary Photography in Interwar Paris, Manchester, Manchester University Press, 2002, en particulier p. 102-108.

30 De Croës (Catherine) et Lebeer (Paul), « E.L.T. Mesens : L’homme des liaisons », op. cit., p. 311.

31 Ibidem, p. 314.

32 Ibidem, p. 311.

33 Brunius (Jacques), « Rencontres fortuites et concertées », op. cit. L’hypothèse est évoquée et finalement refusée par Geurts-Krauss (Christiane), E.L.T. Mesens, op. cit., p. 152-153.

34 Galerie L’Époque, Bruxelles, octobre-novembre 1928. Au sujet de cette exposition, voir Geurts-Krauss (Christiane), E.L.T. Mesens, op. cit., p. 56 et Canonne (Xavier), « Paul-Gustave Van Hecke et la photographie », dans L’Animateur d’art Paul-Gustave Van Hecke (1887-1967) et l’avant-garde, Cahiers des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles, n° 12, mars 2012, p. 110-113.

35 Mac Orlan (Pierre), « La Photographie », qui correspond à « L’Art littéraire d’imagination et la photographie », paru un mois auparavant dans Les Nouvelles littéraires, n° 310.

36 Le compte rendu de l’exposition paru dans Variétés n° 7 en novembre 1928, signé « F.L. », fait l’éloge d’Atget, de Man Ray et de Moholy-Nagy, mais aussi de Mesens qui utilise la même technique d’impression directe « à des fins plus violentes peut-être ». Ian Walker estime que c’est Mesens lui-même qui rédige ce compte rendu, op. cit., p. 112.

37 Mesens est entré au Palais des Beaux-Arts à la suite de l’exposition L’Art vivant en Europe de 1931 pour laquelle il s’occupa des ventes : « Ils semblaient être contents de moi parce qu’après l’exposition, ils m’ont proposé de rester et je suis devenu un secrétaire efficace, donnant tout mon temps à mon travail au Palais des Beaux-Arts, et ce, avec beaucoup de succès », raconte Mesens dans son entretien avec Georges Melly (trad. Ch. Delville), Art en marge, bulletin n° 4, Bruxelles, 1986, p. 35.

38 Dans les archives du Palais des Beaux-Arts se trouvent les comptes de ces expositions, des contrats, des invitations, des lettres aux publicitaires, aux journalistes et bien sûr aux artistes, ainsi que des prières d’insérer pour la presse. Voir Canonne (Xavier), « Paul-Gustave Van Hecke et la photographie », op. cit., p. 114-116.

39 Lettre de Mesens à Charles Spaak du 5 juin 1932 (Archives du Palais des Beaux-Arts).

40 Lettre de Man Ray du 11 avril 1932 (Archives du Palais des Beaux-Arts).

41 Lettre de Man Ray à Mesens du 15 juin 1932 (Archives du Palais des Beaux-Arts).

42 Voir par exemple le compte rendu élogieux, signé G.P., dans Les Nouvelles littéraires, 23 juillet 1932, p. 6.

43 Le plan de ce qui semble un projet de livre, avec 64 photos et la liste des photographes à solliciter, figure dans les archives du Palais des Beaux-Arts.

44 Bulletin international du surréalisme, 20 août 1935, réédité par Bibliothèque Mélusine, Lausanne, l’Âge d’homme, 2009, avec une présentation de Georges Sebbag.

45 Le rôle de Mesens dans cette exposition de 1936 est encore à explorer, ce que j’envisage de faire prochainement dans les Mesens papers du Getty Museum de Los Angeles et les archives de Roland Penrose à Edinburgh.

46 Les propos de Penrose sont rapportés par Geurts-Krauss (Christiane), E.L.T. Mesens, op. cit., p. 86. Penrose (Roland), « E.L.T. Mesens in London », dans Transformaction, n° 10, octobre 1979, p. 16-17: « The principle of contrasts which he introduced brought an exciting diversity to the overcrowded walls. Big placed against small, brilliant colour next to monochrome: sculpture, objects made by madmen or primitive objects borrowed from museums between new and marvellous paintings gave an irresistible animation to the show. » Cette arrivée à Londres est racontée également par l’intéressé : « […] ni Breton, ni moi ne parlions à cette époque un traître mot d’anglais – nous dirigeâmes en moins de trois jours le placement de plus de 500 tableaux, sculptures et objets en nous aidant de petits signes de la main et de grandes gesticulations. Vous imaginez… ? », cité dans De Croës (Catherine) et Lebeer (Paul), « E.L.T. Mesens : L’homme des liaisons », op. cit., p. 305 et 308.

47 Lettre de Mesens à Robert Giron du 5 juillet 1936 (Archives du Palais des Beaux-Arts).

48 De Croës (Catherine) et Lebeer (Paul), « E.L.T. Mesens : L’homme des liaisons », op. cit., p. 308.

49 Chancery, Exposition internationale du surréalisme à Londres (Paul Eluard, Nusch Eluard, Diana Lee, Salvador Dali, E.L.T. Mesens et Rupert Lee), 1936, 21,4 x 16 cm, Musée d'art et d'histoire - Saint-Denis.

50 Short (Robert), « Le Surréalisme belge outre-mer », op. cit., p. 367. Il ajoute, parlant de Mesens : « un francophone mis à la tête d’une troupe d’Anglais ne pouvait qu’intensifier cette orientation ».

51 Lascault (Gilbert), « Max Ernst, le marieur d’images », dans Beaux-Arts, n° 64, janvier 1989, p. 59.

Haut de page

Table des illustrations

Titre CHANCERY, Exposition internationale du surréalisme à Londres (1936)
Crédits Musée d’art et d’histoire - Saint-Denis, cliché : Irène Andréani.
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/2355/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Reverseau, « E.L.T Mesens en pièces détachées : une poétique de l’assemblage », Textyles, 43 | 2013, 63-72.

Référence électronique

Anne Reverseau, « E.L.T Mesens en pièces détachées : une poétique de l’assemblage », Textyles [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 20 février 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/2355 ; DOI : 10.4000/textyles.2355

Haut de page

Auteur

Anne Reverseau

FWO / Katholieke Universiteit Leuven

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org