Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Domingues de Almeida (José), De la belgitude à la belgité. Un débat qui fit date

Bruxelles, pie Peter Lang, coll. Documents pour l’Histoire des Francophonies, n° 30, 2013, 124 p.
Jean-Paul de Nola
Référence(s) :

Domingues de Almeida (José), De la belgitude à la belgité. Un débat qui fit date, Bruxelles, pie Peter Lang, coll. Documents pour l’Histoire des Francophonies, n° 30, 2013, 124 p.

Texte intégral

1Un critique lusophone, visiblement inspiré par un homme de lettres et haut fonctionnaire belge, s’est penché sur la polémique, d’abord courtoise, bientôt envenimée, qui opposa, de 1976 à 1986 à peu près, les tenants de la littérature française de Belgique à ceux de la littérature belge d’expression française. Ces deux dénominations étaient précisément l’objet de la controverse. Dans le premier camp, nous trouvions, dès 1937, les firmataires du Manifeste du lundi (Thiry, Vivier, Le Roy, Hellens, Gevers, Ghelderode…), qui niaient toute autonomie à la création littéraire en Belgique, dont les écrivains seraient Français au même titre que leurs confrères picards ou bourguignons. Dans les années 1970-1980 les survivants du « lundisme », Charles Bertin et André Miguel en tête, s’appuyaient sur la très officielle Académie de langue et de littérature françaises de Belgique et sur l’Association des écrivains belges, tout aussi conformiste. Les « anciens » ou « lundistes » se repliaient sur un français hypercorrect et un peu gourmé et sur un style qu’on a qualifié – à tort – de néo-classique.

2L’autre tendance, intitulée « moderne » ou « nationaliste », mais je préférerais l’appeler « patriale », était animée par le romancier Pierre Mertens et le sociologue Claude Javeau, bientôt rejoints par Marc Quaghebeur et Jacques Sojcher. Abstraction faite de ce qu’on appelle « l’école liégeoise », d’inspiration sociologique et représentée par Jean-Marie Klinkenberg et Jacques Dubois. Les « nationalistes » se solidarisaient avec la Commission des Lettres et avec le Théâtre-Poème de Monique Dorsel. Ils entendaient assumer, « à égale distance d’une vergogne imbécile et d’un orgueil déplacé » (Pierre Mertens), leur spécificité nationale et leur adhésion au modernisme, voire à un avant-gardisme qui ne reculait pas devant les pires boursouflures du langage (Marcel Moreau, Jean-Pierre Verheggen), ni dans le discours théorique d’un Quaghebeur, devant les néologismes les plus voyants que José Domingues de Almeida s’approprie avec enthousiasme : déshistoire, conscientisation, historial, sociétal, exilique, essayistique, agéographique et cette perle : surmoїque (< sur-moi ?).

3Mais reprenons l’historique de cette nouvelle « Querelle des Anciens et des Modernes ». En politique, entre 1970 et 1990, les partis s’étaient orientés vers la fédéralisation progressive du Royaume. C’est au beau milieu de cette période plutôt néfaste – puisque 310 000 Francophones de Flandre furent abandonnés à leur sort – que des appartenants à la faction « nationaliste » ou « moderne » lancent, coup sur coup, quatre pavés dans la mare : L’Autre Belgique, numéro spécial (novembre 1976) des Nouvelles littéraires, qui introduit le néologisme « belgitude » ; La Belgique malgré tout, fascicule anthologique de la Revue de l’Université Libre de Bruxelles (1980) ; Lettres françaises de Belgique : Mutations (même année), mélanges coordonnés par Joseph Hanse ; Balises pour l’histoire des lettres belges de langue française (1982) par Marc Quaghebeur. Ces quatre « pavés » étaient d’origine plutôt bruxelloise, donc centraliste, que wallonne.

4C’est donc paradoxalement, au moment où les politiciens s’évertuaient à relâcher les liens historiques qui unissaient les trois régions de Belgique, que plusieurs voix, et non des moindres, invoquaient un nouveau patriotisme culturel. Qui plus est, la « génération de la belgitude », cadette des lundistes, s’empare alors pacifiquement du pouvoir. Les subventions à l’édition et aux manifestations culturelles, qui étaient du ressort d’un ministre national, passent dans les mains d’un responsable régional ou communautaire francophone, qui pourrait corriger en l’occurrence ce que la législation fédérale aurait de trop sectaire. Je crois même qu’un écrivain francographe qui serait né ou résiderait au nord de la sacrosainte « frontière linguistique » (inventée par les flamingants) ne perdrait pas tout espoir d’encouragement officiel. De nouvelles revues littéraires naissent, certaines à distribution gratuite, les éditeurs consacrent de nouvelles collections aux auteurs belges, classiques et actuels.

5Tout est donc pour le mieux dans le meilleur des royaumes possibles ? Pas tout à fait, car l’auteur de l’essai qui nous occupe ne se sent pas heureux. Il souffre – et la Belgique francophone avec lui – d’un malaise dû à la déshistoire, à l’exil intérieur, à la bâtardise, au déni et au creux héréditaire (qui serait opposé au plein représenté par Paris dévorateur). Trêve d’ironie : ne s’agit-il pas de faux problèmes ? La Belgique a produit, et produit encore, de bons romans, de beaux recueils de poésie, de spectaculaires pièces de théâtre. Ces œuvres sont accueillies avec faveur au-delà de Quiévrain. Ce que Marie-France Renard signale dans sa préface (p. 10) au livre en question m’étonne : certains auteurs belges publiés à Paris (Charles Plisnier, Eugénie De Keyser) furent priés par leurs éditeurs de gommer « les traces les plus évidentes d’enracinement belge de [leur] fiction », particulièrement les toponymes. Sans doute s’agit-il de deux cas isolés. Maeterlinck, malgré – ou plutôt à cause de – sa sensibilité nordique, ne fut-il pas salué à Paris comme un nouveau Shakespeare ? Et Ghelderode, de tempérament germanique, ne provoqua-t-il pas une fièvre contagieuse sur les scènes de la capitale ?

6De toute façon, vers 1990 la notion de belgitude subit un fléchissement, étant donné que l’inféodation au mythe du français supranational était moins à craindre. Un universitaire italien, Ruggero Campagnoli, propose alors de substituer au terme belgitude, un peu péjoratif (parce qu’il fait penser à solitude ou à inquiétude ?) ou à belgeoisie, plutôt vieilli, un autre néologisme : belgité, par analogie avec francité. C’est sous ce drapeau tout neuf que les hérauts des lettres nationales continuent à souligner l’originalité de leur production. De la belgitude à la belgité : José Domingues de Almeida nous en a rappelé les étapes, avec une bonne volonté un tantinet tendancieuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul de Nola, « Domingues de Almeida (José), De la belgitude à la belgité. Un débat qui fit date », Textyles [En ligne], 47 | 2015, mis en ligne le , consulté le 25 juillet 2017. URL : http://textyles.revues.org/2333

Haut de page

Auteur

Jean-Paul de Nola

Sociétaire des Gens de lettres de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org