Navigation – Plan du site
Chroniques
Échos

La Belgique et le jazz

Jean-Paul de Nola
p. 167-168

Texte intégral

1Piero Terranova a publié une histoire du jazz qui est l’œuvre d’une vie (Piero Terranova, Jazz. Genealogia di un linguaggio artistico attraverso i suoi protagonisti, Palerme, Publisicula, 2010, 360 p.). Il a étudié la musique syncopée depuis ses origines (xviie siècle : chants d’esclaves, puis negro spirituals) jusqu’au free jazz, à travers les genres (blues, boogie-woogie, swing, be-bop, cool jazz, hard-bop, rock…), les principaux centres (Nouvelle-Orléans, New York, Chicago), les plus fameux interprètes et compositeurs (Sidney Bechet, Louis Armstrong, Duke Ellington et beaucoup d’autres).

2Mais l’auteur a aussi réservé une place aux divers jazz « nationaux » qui se sont développés en France, en Belgique, en Allemagne et en Angleterre. Pour la France nous avons le pianiste « pied noir » d’Alger, Martial Solal, qui s’installe à Paris, où il fera les belles nuits des caves de Saint-Germain-des-Prés ; le Lyonnais Louis Sclavis, clarinettiste et créateur de divers ensembles instrumentaux ; le Parisien Stéphane Grappelli, violoniste de jazz. Aux côtés de ces brillants solistes se situe encore l’orchestre français bien connu de Claude Luther.

3Mais place à la Belgique francophone ! Voici le célèbre Jean-Baptiste, dit Django, Reinhardt, Wallon d’ethnie tsigane (Liberchies, 1910 - Fontainebleau, 1953). D’origine très modeste, il resta analphabète, mais étudia en autodidacte le violon, le banjo et surtout la guitare, même si une infirmité (due à un incendie survenu dans sa roulotte à Montmartre) l’avait privé de l’usage de deux doigts de la main gauche.

4Reinhardt fit partie du quintette du Hot Club de France. Dans ses adaptations comme dans ses compositions originales – qui ne connaît Nuages ? –, il sut conjuguer l’influence du swing et la tradition bohémienne.

5Et voilà Jean, dit Toots, Thielemans (Bruxelles, 1922), qui joua de l’harmonica à bouche, de l’accordéon et de la guitare. Aux Etats-Unis, il participa aux jam sessions, où des interprètes blancs et noirs jouaient ensemble, indifférents à la polémique entre les tenants du jazz à danser ou swing, préféré par les Blancs, et ceux du jazz d’écoute (qui aboutira au be-bop), cultivé par les Afro-Américains.

6La rencontre avec Bennie Goodman fut importante pour la carrière de Thielemans. L’auteur de Blusette donna des concerts dans les principales villes d’Europe et d’Amérique.

7Dans l’abondante iconographie du livre figurent encore trois interprètes de Liège : Bobby Gaspar, Jacques Pelzer et René Thomas. Pourra-t-on parler d’une école liégeoise du jazz ?

8Le critique musical et historien du jazz Robert Goffin – que nous connaissons mieux comme poète – est présent avec une notice autobiobibliographique.

9Bref, cet ouvrage est une véritable somme, rédigée avec de sincères élans lyriques, mais aussi avec une technicité précise et rigoureuse. Aucun futur historien du jazz ne pourra l’ignorer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul de Nola, « La Belgique et le jazz », Textyles, 42 | 2012, 167-168.

Référence électronique

Jean-Paul de Nola, « La Belgique et le jazz », Textyles [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 16 janvier 2014, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://textyles.revues.org/2312

Haut de page

Auteur

Jean-Paul de Nola

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org