Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Dozo (Björn-Olav), Mesures de l’écrivain. Profil socio-littéraire et capital relationnel dans l’entre-deux-guerres en Belgique francophone

Presses universitaires de Liège – Sciences humaines, coll. Situations, 2011
André Bénit
p. 175-177
Référence(s) :

Dozo (Björn-Olav), Mesures de l’écrivain. Profil socio-littéraire et capital relationnel dans l’entre-deux-guerres en Belgique francophone, Presses universitaires de Liège – Sciences humaines, coll. Situations, 2011.

Texte intégral

1Après la publication en 2010, aux éditions Le Cri, de La Vie littéraire à la toise. Études quantitatives des professions et des sociabilités des écrivains belges francophones (1918-1940) – un ouvrage contenant des études publiées dans la foulée de sa thèse de doctorat (préparée sous la direction de Jean-Marie Klinkenberg) ainsi que des inédits –, Björn-Olav Dozo fait paraître aux Presses universitaires de Liège, dans la collection Situations dirigée par Jean-Pierre Bertrand et Pascal Durand, Mesures de l’écrivain. Profil socio-littéraire et capital relationnel dans l’entre-deux-guerres en Belgique francophone. Il y expose en détail le cadre théorique et méthodologique de ses recherches, lesquelles s’articulent essentiellement autour de deux axes, la sociologie de la littérature et les humanités numériques.

2L’analyse, extrêmement minutieuse, menée par le chercheur liégeois autour de la vie littéraire belge francophone dans l’entre-deux-guerres s’appuie sur une réflexion rigoureuse à propos de la mise en série d’informations sociologiques et historiques sur les écrivains, ainsi que de la construction de catégories adaptées à l’étude en question et que du traitement quantitatif de ces séries. C’est dire que, loin de s’en tenir à des listes de noms et des tableaux de chiffres (malheureusement certains sont imprimés à l’envers, ce qui rend leur lecture peu aisée), Dozo offre une lecture sociologique, fondée sur la mise en relief de ces données.

3L’essai comprend deux parties. La première pose les fondements théoriques et méthodologiques généraux. Après avoir situé l’approche quantitative au sein des études littéraires (lesquelles ont permis d’objectiver l’approche du personnel littéraire grâce à la méthode prosopographique, dont l’objectif est de mettre en évidence la structure du champ littéraire en fonction des attributs qui décrivent les agents) et s’être interrogé sur la manière la plus adéquate de s’en servir pour rendre compte de son objet d’étude, Dozo présente deux outils quantitatifs : l’analyse factorielle des correspondances multiples (outil statistique de présentation et d’analyse de tableaux de données, apte à réconcilier le point de vue individuel de l’écrivain avec son inscription sociale) et l’analyse structurale des relations sociales considérée comme un paradigme propre, et ce avant de spécifier les enjeux de leur usage et d’exposer les indicateurs de centralité – degré, proximité, intermédiarité, pouvoir d’un individu – indispensables pour établir le niveau de sociabilité littéraire des écrivains. Autant de mesures qui seront mobilisées par la suite, lors de l’étude du réseau des lieux de sociabilité au sein du sous-champ littéraire belge francophone de l’époque envisagée.

4Dans la deuxième partie, consacrée à l’analyse des profils du personnel littéraire belge francophone, après une présentation des caractéristiques de la base de données du ciel (Collectif Interuniversitaire d’Étude du Littéraire) – laquelle reprend les données prosopographiques actuellement disponibles et lui fournit l’essentiel des informations pour son étude socio-statistique – et de ses sources, Dozo s’attache avec soin à définir son corpus d’agents ainsi que les différentes variables retenues, analytiques et synthétiques. L’étude fondée sur des variables analytiques (études, professions, genres pratiqués…) lui permet non seulement de mettre en évidence des grands profils d’écrivains liés aux générations socio-littéraires et à leur classe professionnelle mais aussi de dégager des rôles littéraires restés dans l’ombre jusqu’ici. Il met ainsi en lumière la catégorie des animateurs de la vie littéraire (préfaciers réguliers, directeurs de revue, secrétaires de groupe littéraire, gestionnaires et hauts fonctionnaires du service public impliqués dans les instances décisionnelles…) : autant de figures dont Dozo souligne la légitimité et l’influence dans le sous-champ littéraire belge – espace où les relations se révèlent primordiales. Le chercheur substitue au concept de « génération littéraire » celui de « générations socio-littéraires » afin de prendre en compte l’ancrage social de la littérature dans sa grande diversité : la génération sociale lui semble plus pertinente que la simple classe d’âge pour rendre compte du vécu commun à un groupe d’individus confrontés aux mêmes événements au cours d’une période déterminée. Fort de ce concept, il définit quatre variables synthétiques : le « capital relationnel » (celui que l’agent doit à sa position dans son tissu de relations sociales), le capital économique (calculé sur la base de la profession de l’agent et de celle du père), le capital culturel (qui renvoie à la formation de l’agent, dans un sens très large comprenant le cadre familial ou les hobbies…) et la « reconnaissance symbolique » (acquise – et exploitée – par les écrivains belges tant dans leur pays natal qu’en France). Les deux graphiques qui en résultent tendent à montrer globalement une même structure relationnelle pour les attributs catégorisant le personnel littéraire, que ces attributs prennent la forme de variables analytiques ou synthétiques ; ils permettent ainsi de définir une série de profils types d’écrivains belges correspondant à trois « moments » de l’histoire de la littérature belge, qui se côtoient de manière éphémère au cours de l’entre-deux-guerres.

5Parmi les apports les plus originaux de l’approche proposée dans cet essai fort instructif (mais de lecture assez ardue pour les non-initiés !), il convient également de souligner la mise en évidence de la rupture socioprofessionnelle, qui se produit après la Première Guerre mondiale, entre la génération de 1880 – celle qui incarne des positions désormais considérées comme d’arrière-garde – et la génération nouvelle – celle qui s’efforce de renouveler tant les thématiques que les esthétiques. Dozo analyse également la forte corrélation entre une reconnaissance importante au sein du sous-champ littéraire belge francophone et un capital relationnel élevé, ainsi que l’impérieuse nécessité, pour les littérateurs belges de l’époque, de s’intégrer dans un réseau de relations afin d’exister en tant qu’écrivains.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Bénit, « Dozo (Björn-Olav), Mesures de l’écrivain. Profil socio-littéraire et capital relationnel dans l’entre-deux-guerres en Belgique francophone », Textyles, 42 | 2012, 175-177.

Référence électronique

André Bénit, « Dozo (Björn-Olav), Mesures de l’écrivain. Profil socio-littéraire et capital relationnel dans l’entre-deux-guerres en Belgique francophone », Textyles [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 16 janvier 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/2311

Haut de page

Auteur

André Bénit

Universidad Autónoma de Madrid

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org