Navigation – Plan du site
Chroniques

Revues

p. 163-166

Echinox

La vingtième livraison des Cahiers Echinox (2011), publiés par le Centre de recherche sur l’imaginaire de l’Université de Cluj, propose cette fois un dossier consacré à la littérature « à l’ère électronique » (Literature in the Digital Age). Les nombreuses contributions sont proposées en anglais, principalement, et dans une moindre mesure en français. Plutôt que d’un inventaire, il s’agit bien de comprendre ce que cette ère digitale change à notre conception de la littérature (voire, aussi, de l’art). La perspective est donc ici en partie prospective, faisant également écho à la question de la littérature « à l’âge de la globalisation », sur laquelle se penchait un rapport récent de l’acla (2006). Littérature digitale, hypertexte et hyperlittérature, cybertexte et digitexte, littérature « ergodique », esprit virtuel, applications créatives, documentaires ou didactiques, modifications de l’espace-temps, mutation affectant le geste physique de la lecture ou son mécanisme mental (par affinité, notamment, avec le jeu vidéo ou avec l’audiovisuel) et bien sûr changement de la nature matérielle du livre : le cybermodernisme est arrivé, le « théâtre virtuel », la littérature pour téléphone portable ou pour YouTube aussi. Dans la foulée, cette livraison propose ensuite plusieurs approches réunies par le thème de Shéhérazade, occasion de creative prose-writing ou… de retour sur ce texte aux vertus inépuisables. La littérature belge n’apparaît que dans la rubrique des comptes rendus, bien fournie et très ouverte, avec une recension concernant l’œuvre d’Henry Bauchau.

C’est sous le signe plus traditionnel des Fantômes, Revenants, Poltergeist, Mânes que se place le numéro 21 (2011) des Cahiers. Une première série de douze contributions explore les aspects liés au folklore et à la mythologie, du Roman de la Rose au conte de fées en passant par la culture japonaise et l’imaginaire musulman, toujours en quête de « l’unité cognitive des réponses culturelles ». Dans le second ensemble (dix-sept contributions consacrées aux relations entre « Littérature et arts »), le revenant est à l’honneur. Arnaud Huftier s’y intéresse au Livre des fantômes de Jean Ray, tandis qu’Alexandra Stanciu traite du « Portrait » de Thomas Owen. De Rimbaud à Internet, du surréalisme aux auteurs africains contemporains, la question de la mort hante aussi le monde vampirique, c’est la moindre des choses dans cette revue roumaine de qualité, aux livraisons aussi ambitieuses, du point de vue interdisciplinaire et comparatiste, qu’abondantes. Les lettres belges en sont, cette fois, quasiment absentes, n’étaient, dans les recensions, les participations de Pierre Schoentjes et d’Estrella della Torre à un colloque sur l’ironie, publié dans les Cuadernos de filología francesa de Cáceres (avec une petite coquille concernant le nom d’André Baillon, auquel s’intéresse cette dernière). N’était, aussi, une nouvelle étude de Michaux par Claude Fintz dans la revue Iris (numéro 31) de Grenoble, et, plus inattendue, l’analyse « Mad Doctors in Amazonia » dans les « Marsupilami Comic Book Series » initiées par Franquin, par Claude Guméry dans un recueil intitulé Myth and Science (Grenoble, 2009).

Les cahiers d’Echinox sont disponibles aux Presses universitaires de Valenciennes. Renseignements : corinbraga@yahoo.com. Voir aussi les sites : http://phantasma.lett.ubbcluj.ro/ et http://phantasma.lett.ubbcluj.ro/?page_id=16.

Francofonía

La nouvelle de la prochaine extinction de Francofonía nous étant parvenue un peu avant la parution de ce numéro 19, dont le dossier daté de 2010 porte sur L’Érotisme, c’est très involontairement que nous avons pu indiquer que l’entreprise se terminerait avec le numéro 18. En réalité, il restait donc une livraison à découvrir, et nous nous en réjouissons. En matière d’érotisme, donc, les articles qui concernent ici les lettres belges sont à divers égards féminins. On ne s’étonnera pas (la revue étant publiée à Cádiz) de voir figurer au sommaire une étude, due à Cecilia Fernández Santomé, consacrée à l’œuvre de Claire Lejeune : « L’essai corporalisé ou l’érotisation de la réflexion par Claire Lejeune » (p. 70-83). Caroline Lamarche est également mise à l’honneur, cette fois par Nathalie Delgleize, qui s’intéresse à Karl et Lola pour y voir une démarche en vue de « fracasser l’inaccessible complétude » (p. 32-47). Érotisme et mystique ont souvent fait bon ménage, comme on le sait, et comme on en trouve ensuite l’illustration dans une étude de l’œuvre de Calixthe Beyala. Mais pour en revenir aux lettres belges, signalons encore une étude du « Corsage de Milady », dans Avant et après de Jacqueline Harpman, par Francisca Romeral Rosel (p. 158-174). Plus inattendue, la personnalité de Jeanne Thilda, pseudonyme de Mathilde Stevens-Kindt, « femme de lettres d’origine belge » dont Maupassant a fait l’éloge dans Le Gaulois et dont plus tard l’abbé Hanlet jugera « mauvais » Les Péchés capitaux ; c’est l’occasion de découvrir un recueil de nouvelles peu connu : Pour se damner (1883). Grâces en soient rendues à Catherine Gravet (p. 98-121) qui le situe dans son contexte. On y ajoutera une contribution belge d’un tout autre genre, celle de Georges Lebouc, spécialiste des belgicismes et auteur d’un Dictionnaire érotique de la francophonie (2008) : « érotisme et linguistique » (p. 144-157).

Parmi les varia, une étude intitulée « Les nouvelles “fantastiques” et les nouvelles-nouvelles de Gaston Compère (1924-2008) » par René Godenne (p. 192-211). Et parmi les comptes rendus, une longue recension de la réédition des Libertins d’Anvers de Georges Eekhoud, par Estrella della Torre Giménez. On peut se procurer les numéros au Servicio de publicaciones de la Universidad de Cádiz, apartado de correos 439, E-11002 Cádiz.

Présence francophone

Le numéro 76 (2011) de la revue Présence francophone est presque entièrement consacré à Aimé Césaire, dont la disparition a suscité une quantité impressionnante d’hommages, souvent en forme d’études rétrospectives. Outre le dossier Aimé Césaire et le monde noir : regards croisés, plusieurs comptes rendus reviennent sur diverses publications, collectives ou non, qui sont à situer dans ce contexte, la plus importante (et la moins systématiquement révérencieuse sans doute), étant la biographie de Romuald Fonkoua. À noter, parmi les deux varia, une courageuse approche de l’œuvre de Hédi Bouraoui, qui met sérieusement à distance le discours postcolonial – envahissant et redondant y compris, forcément, dans les hommages à Césaire – au profit d’une « transpoétique » plus large, mais sans doute plus éclairante dans le panorama de la créativité contemporaine. L’autre varia, qui porte sur un « roman de banlieue » aux forts accents « criminels », va dans le même sens, ce qui donne à penser sur le hiatus existant entre le discours dominant des hommages et les questions nouvelles qu’apportent à la revue, de leur côté, des recherches autrement orientées.

Ambroise Kom, directeur de la revue, rappelle que toutes les propositions de dossiers et autres contributions « francophones » sont a priori bienvenues : il n’est que de lui en faire part. http :www.holycross.edu/departments/mll/pf/pf.htm.

Nord’

Le numéro 57 (juin 2011) de la Revue de critique et de création littéraires du Nord-Pas-de-Calais est consacré au(x) Théâtre(s) dans le Nord, dans le Nord de la France actuelle, s’entend, « depuis les jeux du Moyen âge jusqu’aux expériences les plus contemporaines », y compris le théâtre en picard. Pour les époques anciennes, et au moins jusqu’aux « joyeuses entrées » de l’époque espagnole, le territoire considéré est commun avec celui de la « Belgique avant la Belgique », il faut parfois le rappeler ; plus tard, des revues comme Le Beffroi (1900-1914) sont encore un lieu d’échanges et d’échos, notamment avec ce qui se passe à Bruxelles. On retrouve ainsi presque naturellement la figure de Till l’Espiègle, adaptée à la scène, d’après le roman de De Coster qui a même fourni au Théâtre populaire des Flandres son emblème, et sûrement bien davantage quant à l’esprit. Les questions générales de l’accent et des interférences patoisantes, du répertoire et du dosage entre créativité locale et accueil de programmations extérieures sont ici posées de plusieurs manières, cependant que sont rappelées au passage diverses collaborations régionales avec Tournai, Courtrai ou Mons, dans le cadre d’une « eurométropole ». À signaler encore dans cette livraison : deux comptes rendus, l’un consacré aux Lettres de France et de Belgique d’Edmond Picard et Léon Cladel, l’autre au septième volume de la Poésie complète de Verhaeren.

C’est à Éric Holder qu’est dévolue la 58e livraison (décembre 2011), moins abondante que la précédente, dont l’horizon est aussi un peu plus étroitement franco-français. L’auteur, parfois rapproché de la mouvance « Minuit » bien qu’il publie surtout chez Flammarion, méritait assurément cet hommage. La section des comptes rendus, où l’on évoque aussi les ouvrages de création, est plus ouverte, et l’on y retrouve à plus d’une reprise le nom de Colette Nys-Mazure, auteur frontalier. À signaler : un numéro 60, en préparation, consacré à Georges Eekhoud (et non Eeckhout, on suppose). Concernant la revue : www.revue-nord.com. Pour les abonnements ou les commandes : Société de littérature du Nord, 39, rue Nicolas Leblanc, F-59000 Lille. On peut aussi s’adresser à la rédaction : yledun@nordnet.fr.

Yourcenar

Le numéro 32 du Bulletin de la Société internationale d’études yourcenariennes (décembre 2011) est une livraison de varia où, en plus des informations concernant la vie associative et le « choix bibliographique 2011 », on trouve des études consacrées à la correspondance de l’écrivain avec Jean Ballard (les Cahiers du Sud), aux figures de peintres dans les Nouvelles orientales, à la question de l’inceste dans Anna, soror…, à Un homme obscur ou encore à l’image (quelque peu stéréotypée) de l’Autriche, notamment dans L’œuvre au noir. Pour les abonnements et les anciens numéros, s’adresse à la siey, 2, rue Abbé Girard, F-63000 Clermont-Ferrand ; ou remy.poignault1@orange.fr.

Ponti/Ponts

Le numéro 11 (2011) de la revue milanaise Ponti / Ponts propose un portefeuille d’études littéraires consacrées aux Centres-villes, villes et bidonvilles. Pareil thème ouvre d’abord un questionnement sociolinguistique sur la possible émergence d’une « forme contemporaine de français populaire ». Le paradigme centre vs périphérie, structuré par une topologie autant que par une sociologie, concerne ici la langue des « cités », à partir de quoi il va s’appliquer à la littérature « beur » et aux « imaginaires urbains » contemporains qui s’y déploient. Deux zones sont ensuite privilégiées : les Antilles et Haïti, d’une part, avec les œuvres de Raphaël Confiant et de Patrick Chamoiseau ; le Cameroun, d’autre part, avec une approche linguistique et « camfranglaise », et une analyse littéraire des romans de Mongo Beti. Le thème général s’avère, dans tout cela, riche de nombreuses potentialités critiques.

L’abondante rubrique de comptes rendus, qui fait la réputation de la revue, occupe la moitié de cette livraison. Après un ensemble d’« études linguistiques », les recensions sont classées par zone géographique : pour les lettres belges, elles concernent tour à tour La Lanterne sourde, et les œuvres de Michel de Ghelderode, Pierre Mertens, René Kalisky, Émile Verhaeren, Henri Michaux, Jean Louvet, Frans Masereel, Henry Bauchau. La majorité de ces comptes rendus sont dus aux collaborateurs immédiats de la revue, ce qui explique peut-être qu’ils sont souvent très scrupuleusement descriptifs ; faut-il préciser qu’on peut aussi proposer de la (bonne) copie au comité de rédaction ? Adresses : cristina.brancaglion@unimi.it, liana.nissim@unimi.it ; les commandes et abonnements : aux éditions led, led@lededizioni.com.

Traces

Le numéro 19 (2010) de Traces propose les actes d’une rencontre qui s’est tenue à Amiens, à l’initiative de Bernard Alavoine, à propos de La postérité de Georges Simenon, comme cela ne figure ni en couverture ni en page de titre, encore moins dans une table des matières… oubliée. Un éditorial de Jean-Louis Dumortier semble regretter la minceur de cette livraison ; elle n’est pas si mince qu’elle en a l’air : c’est surtout l’effet d’une police de caractères minuscule. Mais il est vrai que le thème avait été exploité déjà en 2003 et 2008 (avec publication correspondante dans les Cahiers Simenon). « Cinq des six communications ici rassemblées, écrit Dumortier, traitent de récits, écrits ou filmiques, que hante le fantôme massif de Maigret ». Le roman policier américain (Donna Leon et la série des Brunetti), britannique (Nicolas Freeling), la romancière Fred Vargas, le Québécois Denis Lacasse (« ce plagiat peut-être unique », ou est-ce un pastiche de plus ?, écrit Michel Lemoine), enfin le très bavarois inspecteur Derrick des séries télévisées. La dernière communication abandonne Maigret et retrouve, dans la bande dessinée contemporaine, des « traces de romans “durs” » inspirés par le séjour africain de l’auteur. Ce numéro 18, daté de 2009, est sorti de presse au printemps 2010. Les numéros 1 à 17 sont encore disponibles. Pour tout renseignement, voir : http://www.ulg.ac.be/libnet/simenon.htm. Ou s’adresser à Laurent Demoulin (ldemoulin@ulg.ac.be).

  • Revues.org