Navigation – Plan du site

Les chemins interrompus et repris de Madeleine Bourdouxhe et Jacqueline Harpman

Jacques Carion
p. 105-112

Texte intégral

  • 1 On peut retenir, à titre d’exemples : Nys-Mazure (Colette), « Bourdouxhe, Rolin, Harpman… fatales ? (...)

1Voilà deux femmes écrivains qui se sont parfois retrouvées côte à côte dans quelques articles de périodiques, dans certains essais consacrés aux lettres belges, dans l’un ou l’autre dossier de revue1.

  • 2 Un premier examen en a été fait par Moulart (Adrienne), Les Parcours éditoriaux de Madeleine Bourdo (...)

2Au-delà de telles rencontres qu’ont suscitées des analyses de l’engagement en littérature, des caractéristiques de la production littéraire belge ou de l’écriture féminine, et qui ont fait apparaître, entre les deux auteurs, autant de similitudes que de différences, il ne paraît pas dénué de pertinence de suivre d’un même pas le parcours de ces deux romancières2 et la particularité de la coupure qui s’y marque.

  • 3 Jaloux (Edmond), « La femme de Gilles », dans Les Nouvelles littéraires, 20 novembre 1937, p. 4.
  • 4 Bousquet (Joë), « La femme de Gilles », dans Les Cahiers du Sud, novembre 1938, p. 159-160.

3En 1937, lorsque Madeleine Bourdouxhe, avec l’aide d’Emmanuel Mounier et de Jean Paulhan, fit paraître La Femme de Gilles aux éditions Gallimard, le roman se trouva au centre d’un conflit d’interprétation qui ne nuisit guère à l’intérêt qu’éprouva le lecteur. Si le texte ne plut que médiocrement à Edmond Jaloux, qui rédigeait des critiques susceptibles d’établir une réputation et ne trouva ici qu’un ton « presque toujours larmoyant, une pitié gênante et une sentimentalité débordante »3, il enchanta Joë Bousquet, dont l’avis, dans ces années-là, ne comptait pas moins : « […] l’auteur de ce livre écrit aussi purement qu’un conte, réussit à nous faire partager toutes les angoisses d’une tragédie que nous ne vivons que des yeux. […] Peu de livres sont aussi purs, aussi justes de ton »4.

  • 5 Bost (Pierre), « De l’esprit. Madeleine Bourdouxhe », dans Vendredi, 12 novembre 1937, [n.p.].
  • 6 Billy (André), « La femme de Gilles », dans L’Œuvre, 7 novembre 1937, [n.p.].
  • 7 Le Figaro, 20 novembre 1937, [n.p.].

4Le ton, voilà bien l’originalité – assez vague, mais frappante – dont les commentateurs gratifièrent ce premier roman. « Du premier coup cette débutante trouve un ton que l’on n’atteint, en général, qu’après quelques essais », dit Pierre Bost, qui, entre autres activités, était, dans les années 1930, lecteur aux éditions Gallimard, « et elle sait tout sans avoir rien appris »5. « Il y a dans ce petit livre, une modération et une pudeur bien émouvantes »6, dit André Billy, dont le propos fut immédiatement repris dans les feuillets publicitaires de l’éditeur. Et une telle convergence, bien plus forte que les avis négatifs éparpillés, permit de placer l’auteur dans la liste des « jeunes romanciers dont on parle pour les prix de décembre », aux côtés de Gaston Bonheur, Henri Calet ou Pierre de Lescure7

  • 8 Dans La Wallonie nouvelle, 13 mars 1938, [n.p.].

5Les critiques belges, d’Arsène Soreil à Robert Poulet, eurent également l’attention attirée et Charles Plisnier, consacré par le prix Goncourt, rangea Madeleine Bourdouxhe parmi « les écrivains qui comptent », avec Henry Davignon, Horace Van Offel, Eric de Hauleville8

  • 9 Lettre à Madeleine Bourdouxhe conservée aux Archives et Musée de la Littérature (ml 08974).

6Ainsi cernée, placée dans un environnement où se joue la renommée, mise dans des listes qui suscitent la curiosité, la figure de l’auteur de La Femme de Gilles n’en demeura pas moins une énigme pour de nombreux lecteurs. Ainsi, Jean de Beucken n’hésita-t-il pas, tout en établissant lui aussi un palmarès, à marquer son étonnement : « Qui êtes-vous, Madame, d’où sortez-vous, pour nous avoir donné ce livre bouleversant ? »9

  • 10 Lettre à Madeleine Bourdouxhe, ibidem (ml 08981).

7Cette question sur l’identité de celle qui avait écrit un tel roman, cette difficulté à construire son image d’auteur perdurèrent et Paul-Aloïse De Bock10 marqua encore sa perplexité – « Qui êtes-vous, pour écrire ainsi ? » – en 1942, peu avant que paraisse À la recherche de Marie.

8Les conditions de publication de ce deuxième roman ne firent qu’ajouter au flou entourant la personnalité de celle dont il se répéta, en ces années de guerre, qu’elle refusa de confier son manuscrit à une éditeur français sous l’emprise allemande… Elle le donna, en effet, aux éditions Libris. Autrement dit, à Jean de Beucken, qui s’était enthousiasmé pour La Femme de Gilles, et à Jo Gérard, qu’elle avait côtoyé, en 1939 et 1940 dans la revue L’Ouest, avec Jean Libert, le conseiller politique de Rex, de Théo Léger ou de René Micha. Les deux directeurs de collection, évitant que leur programme éditorial fasse apparaître un choix politique tranché, accueillirent entre 1942 et 1945 des textes de Marie Gevers, Denis Marion, Alexis Curvers, Marie Delcourt, Paul Dresse et Marcel Thiry.

9Au centre d’un tel assemblage éditorial, À la recherche de Marie n’attira que peu l’attention. Peut-être Madeleine Bourdouxhe en eut-elle le pressentiment : elle ne cacha pas, après avoir rencontré Marcel Arland, son intention de prendre à nouveau contact avec les éditions Gallimard quand elle comprit que son roman ne ferait l’objet que d’une mise en place limitée à la Belgique et que tous les exemplaires en avaient été achetés par l’agence Dechenne sous la tutelle de l’occupant.

  • 11 Lettres à Madeleine Bourdouxhe, ibidem (ml 08983).

10Un tel flou de l’image et de la démarche auctoriales trouva une sorte de reflet dans l’hésitation qui, en Belgique, marqua la réception de ce deuxième roman. À côté des réactions positives d’Arsène Soreil, de Gustave Viseur ou de Paul Fierens, il y eut les réserves de Paul Willems qui dit que « le dépouillement, dans ce roman, est devenu de la maigreur » et de Joseph Hanse qui « reste décontenancé au bord de cet abîme »11. Et les quelques lecteurs du roman qui se manifestèrent en France eurent du mal à en cerner l’originalité, comme le laisse apparaître le commentaire empêtré, tout en balancements inopérants, de Ramón Fernández :

  • 12 FernÁndez (Ramón), « À la recherche de Marie », dans Panorama. La Foire aux Lettres, 25 février 194 (...)

Un récit calme et frémissant […], un roman qui témoigne de la personnalité délicate et puissante de son auteur, un roman riche et vivant, où la force et la finesse se mêlent intimement, où l’exactitude exigeante de l’analyse ne détruit pas l’harmonie plastique du dessin.12

  • 13 Arland (Marcel), « À la recherche de Marie », dans Comœdia, 28 août 1943, [n.p.].

11Une telle lecture ne fait pas autre chose que d’imposer un cours imprécis au trajet romanesque choisi par Madeleine Bourdouxhe et le rapprochement que tenta Marcel Arland avec L’Invitée de Simone de Beauvoir13 n’y apporta guère de clarté. Mais, pour ce qu’il en est de la stratégie éditoriale, il évoqua la possibilité d’une complicité qui trouva sa confirmation quelques années plus tard. En effet, si le roman publié aux éditions Lumière en 1944, Sous le pont Mirabeau, ne rencontra qu’une indifférence assez générale, on ne put, en janvier 1947, qu’être frappé par le sommaire des Temps modernes : refusée par Gallimard où Madeleine Bourdouxhe l’avait proposée, la nouvelle intitulée « Les Jours de la femme Louise » y apparut en compagnie de textes de Constant Malva, Nathalie Sarraute, Maurice Merleau-Ponty et… Simone de Beauvoir. Celle-ci mentionna La Femme de Gilles dans Le Deuxième Sexe en 1948, au moment où, par un de ces curieux mouvements que connaît la vie littéraire, l’auteur du roman si manifestement désigné sembla trouver moins facilement sa place : quelques nouvelles publiées dans différentes revues, puis l’effacement qui dura plus de vingt ans…

  • 14 En 1952 et en 1958, Dominique Rolin et Françoise Mallet-Joris obtinrent le prix Femina, en 1954, Bé (...)

12C’est au cours de ces années, qui ne furent pas d’inactivité pour Madeleine Bourdouxhe mais qui se passèrent ailleurs, que plusieurs romancières belges furent célébrées par le milieu littéraire français14. C’est également au cours de ces années qu’apparut le nom de Jacqueline Harpman.

13L’auteur trouva immédiatement sa place : René Julliard, l’éditeur de Françoise Sagan et de Françoise Mallet-Joris, s’en chargea efficacement en publiant d’abord une nouvelle, « L’Amour et l’Acacia » (1958), puis un premier roman, Brève Arcadie, aussitôt suivi d’un deuxième, L’Apparition des esprits. L’écrivain obtint une reconnaissance rapide en se voyant octroyer le prix Rossel en 1959 et en étant lue et appréciée d’une manière particulièrement convergente.

  • 15 Par une curieuse coïncidence, le jeu d’identification lancé par Jean de Beucken demandant à Madelei (...)
  • 16 Lettre à Jacqueline Harpman, 22 octobre 1959, reprise dans : Pâque (Jeannine), Jacqueline Harpman, (...)

14Charles Spaak15 fit immédiatement savoir que Brève Arcadie lui paraissait être « un petit chef-d’œuvre », qu’il y trouvait une « étonnante originalité », un « désenchantement plein de ferveur » et qu’il plaçait ce roman dans la lignée de Benjamin Constant16. La filiation est bien ce qui permit à la critique d’accueillir, de commenter et de placer l’œuvre de Jacqueline Harpman dans le paysage littéraire, tout en valorisant son image d’écrivain : on évoqua immédiatement La Princesse de Clèves et Le Bal du comte d’Orgel. Puis on se tut. Après la parution des Bons Sauvages, dont les éditions Julliard, après la mort de leur fondateur, se préoccupèrent assez peu, le silence s’installa. Il dura plus de vingt ans…

15Quand le nom de Madeleine Bourdouxhe réapparut dans le monde de l’édition, en 1981, ce fut dans une revue, Voyelles, où l’accueillit Marie Denis, puis, en 1985, aux éditions Tierce où Françoise Collin rassembla en un volume intitulé Sept Nouvelles les textes brefs des années 1940 et quelques textes plus récents. L’enjeu apparut assez clairement dans ses diverses composantes : il s’agissait de retrouver un auteur, de redécouvrir une œuvre et, en la plaçant adroitement, d’atteindre un nouveau public.

  • 17 Bousquet (Joë), « La femme de Gilles », dans Les Cahiers du Sud, novembre 1938, p. 159-160.
  • 18 Fernandez (Ramon), « La femme de Gilles », dans Marianne. Les Lettres, 27 octobre 1937, p. 4.

16Le travail éditorial y contribua efficacement. Il reprit avec un subtil effet de décadrage, en quatrième de couverture de Sept Nouvelles, les avis rédigés près de cinquante ans plus tôt, dans leur rôle de prescripteurs avérés, par Joë Bousquet et par Ramón Fernández à propos de La Femme de Gilles : « Madeleine Bourdouxhe, dit le premier, a le respect des apparences, ce qui constitue peut-être la plus haute dignité du romancier »17, « l’art des silences y est exprimé à la perfection »18, dit le second…

  • 19 Tordeur (Jean), dans Le Soir, 13 juin 1985.
  • 20 Bernard-Vérant (Marie-Louise), dans La Libre Belgique, 4 juillet 1985.

17Il suscita l’attention immédiate des critiques littéraires et l’on parla d’un « écrivain neuf »19 et d’une « Madeleine Bourdouxhe resurgie parmi nous »20. Mais il plaça également ces nouvelles dans un contexte féministe qui, en quelque sorte, rappela en la confortant la présence de l’auteur et de son premier roman dans Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir.

18L’effet de lecture ne fut pas long à se produire ; les rééditions et les traductions se succédèrent, en Belgique (La Femme de Gilles, Sous le pont Mirabeau), en France (Wagram 17-42. Marie attend Marie, reprise de À la recherche de Marie), en Grande-Bretagne (A Nail, A Rose And Other Stories) et en Allemagne (Gilles’Frau). Les commentaires se diversifièrent. On accompagna ces nouvelles éditions de préfaces, de présentations et d’analyses qui évoquèrent tantôt la rupture du parcours éditorial, tantôt la continuité de l’œuvre.

  • 21 Alphabet des Lettres belges de langue française, Bruxelles, Association pour la promotion des Lettr (...)

19De l’auteur on dessina une figure qui se fit plus complexe et moins isolée, solitaire peut-être dans l’élaboration et « libre de toute école, mais non sans affinités »21. On parla, sans insister, de sa présence dans les milieux intellectuels bruxellois progressistes, de l’amitié qui la lia à Marcel Lecomte et Camille Goemans, à Victor Serge et Henri Poulaille, à Paul et Nusch Eluard, à Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir.

  • 22 Thorgall (Michel), « Lecture », dans La Femme de Gilles, Bruxelles, Labor, 1985, coll. Espace Nord, (...)
  • 23 Pâque (Jeannine), dans Durand (Pascal) (dir.), Textyles, n°7, Marcel Thiry prosateur, novembre 1990 (...)
  • 24 Curvers (Alexis), « La femme de Gilles », dans Combat, 30 octobre 1937, [n.p.].

20Des textes, on dit que s’y retrouvent à la fois les codes du réalisme social et l’évocation de la condition féminine, non sans évoquer les intentions de la littérature prolétarienne et la volonté « d’en finir avec l’art d’écrire comme entreprise séparée du vivant »22. Autant de façons de placer ces romans et ces nouvelles – en les tenant à l’écart des conventions du roman sentimental comme des enjeux du Nouveau Roman – qui finissent par aller dans le sens de l’affirmation de Jeannine Paque : « Il y a quelque chose d’inclassable dans les textes de Madeleine Bourdouxhe »23. L’image de l’écrivain s’en trouve difficile à fixer et comme elle est légèrement décalée, il paraît malaisé d’y adjoindre les quelques traits formels que des lecteurs ont mis en évidence. S’est-on, par exemple, assez souvenu de la remarque faite par Alexis Curvers sur le « procédé de désarticulation, qui produit des effets saisissants »24, à propos d’une séquence de La Femme de Gilles qui avait également frappé Ramón Fernández :

  • 25 Bourdouxhe (Madeleine), La Femme de Gilles, op. cit., p. 45.

Il faisait moins froid depuis quelques jours. La route était pleine de monde et de lumières. Les gens étaient joyeux, il n’y avait que quatre ou cinq baraques, mais cela suffisait pour vous mettre des airs de foire en tête, on avait envie de s’amuser. On achetait un peu de charcuterie et l’on repassait chez le boulanger pour prendre une tarte. On s’arrêtait dans les cafés, les orchestrions jouaient, on dansait un peu.25

  • 26 Sarlet (Claudette), « Madeleine Bourdouxhe, attentive au signe de tout lieu », dans Michaux (Ginett (...)

21Cet enchaînement d’imparfaits impose une durée plane, un monde où le mouvement lui-même se fige, où, dit Claudette Sarlet cinquante-cinq ans plus tard, « tout semble en suspens entre la vie et la mort »26.

  • 27 Hanoulle (Marie-Julie), « Lecture », dans Sous le pont Mirabeau, Bruxelles, Labor, 1996, coll. Espa (...)
  • 28 Sarlet (Claudette), « Madeleine Bourdouxhe, attentive au signe de tout lieu », op. cit., p. 112.

22A-t-on observé d’assez près, quand les premiers textes ont paru, ces phrases courtes et vives et ces enchaînements litaniques, ces instantanés qui traduisent une perception hésitante des ensembles et un sens acéré du détail, ce ton de « constat sans effusion »27 qui aujourd’hui fait songer à Claude Simon ou à Marguerite Duras. Toutes ces remarques récentes que firent, au cours des rééditions des années 1980 et 1990 Raoul Vaneigem, Marcelle Marini ou Marie-Julie Hanoulle placèrent l’œuvre de Madeleine Bourdouxhe dans un contexte de modernité qui n’est peut-être pas étranger à la rupture qui marqua le parcours de l’auteur. Son silence ne trouva longtemps d’explication possible que dans un croisement de circonstances et d’attitudes : le manque d’attention de certains éditeurs, les malentendus sur les enjeux des textes qui leur étaient confiés, l’absence de carriérisme de l’auteur et son désintérêt pour la littérature engagée de l’après-guerre. La question que posa Claudette Sarlet est issue de l’intérieur même du texte : « L’écriture du regard, du silence, de la perception intime des choses, ou de l’incommunicable de la solitude, peut-elle indéfiniment se soutenir dans la méconnaissance et l’isolement ? »28

  • 29 Lambert (Stéphane), Les Rencontres du mercredi, Bruxelles, Ancre rouge, 1999, p. 38.

23Le silence de Jacqueline Harpman, qui dura à peine moins que celui de Madeleine Bourdouxhe, fut qualifié par l’auteur en termes très simples : « Je n’avais pas d’histoire à raconter. »29

  • 30 Quaghebeur (Marc), « Soixante ans de littérature », dans Berg (Christian) et Halen (Pierre), Littér (...)
  • 31 Pâque (Jeannine), « Lecture », dans Harpman (Jacqueline), La Fille démantelée, Bruxelles, Labor, 19 (...)

24En termes éditoriaux, il s’agit, dès 1987, lors du retour à l’écriture, d’évoquer cette rupture tout en l’effaçant. Si l’on marqua la césure en affirmant que « deux grandes périodes scandent [cette] carrière littéraire »30 ou que « deux phases s’y différencient »31, on s’efforça surtout de faire apparaître ce qui relie ces deux périodes et ces deux phases.

25Entourant les éditions de nouveaux textes (Gallimard, Stock, Grasset, Le Grand Miroir) et les rééditions (Le Livre de poche, Espace Nord) en France et en Belgique, les commentaires et les présentations insistèrent sur ce qui peut faire la continuité d’une œuvre et l’imposer comme un tout.

  • 32 Pâque (Jeannine), « Lecture », dans Harpman (Jacqueline), Les Bons sauvages, Bruxelles, Labor, 1992 (...)

26Une telle continuité, on put la trouver en faisant coïncider, comme le fit en quelques mots Jeannine Paque, la vie de l’auteur et le mouvement intime de l’imaginaire mis en forme : « Qu’est-ce que le parcours d’une œuvre en regard du parcours d’une vie ? Le dessein d’un écrivain, lisible, évident, réel »32. La cohérence ainsi établie trouva au fil des années et des nombreuses publications, une formulation homogène :

  • 33 Pâque (Jeannine), « Lecture », dans Harpman (Jacqueline), La Fille démantelée, op. cit., p. 281.

L’œuvre de Jacqueline Harpman, en dépit de [la] césure importante, frappe par sa compacité. Unité de genre ; persistance des thèmes essentiels et de leurs supports ; continuité du ton et des traits fondamentaux de l’écriture, bref, un style.33

  • 34 Sautel (Nadine), « L’amour sans fin », dans Le Magazine littéraire, n°386, avril 2000, p. 68.
  • 35 Bianciotti (Hector), « La mémoire à néant », dans Le Monde des livres, 15 septembre 1995, p. 1.

27Parfois, pour faire image, on alla chercher du côté de la botanique : « L’Apparition des esprits, dit Nadine Sautel, contient en germe toute une œuvre »34 ; « […] une œuvre d’une singulière cohérence, dit Hector Bianciotti, où chaque texte se trouve en germe dans le précédent »35. Le plus souvent, le parcours littéraire de Jacqueline Harpman, malgré l’interruption, fut perçu dans sa linéarité, et sa création saisie comme un tout. À travers les nombreux commentaires qui accompagnèrent les romans et les nouvelles [ré]éditées avec une grande régularité, les deux parties – avant 1966, après 1987 – eurent tôt fait de se rejoindre.

28Il ne s’agit pas seulement d’enchaînements subtils entre les récits qui se succédèrent, faisant apparaître un continuum qui donne au lecteur un sentiment de reconnaissance, de familiarité :

  • 36 Pâque (Jeannine), « Lecture », dans Harpman (Jacqueline), La Fille démantelée, op. cit., p. 281.
  • 37 Sautel (Nadine), « L’amour sans fin », op. cit., p. 69.

Comment ne pas imaginer que la rivière a poursuivi son tracé : à la fin des Bons sauvages, Clotilde part en Amérique du Sud ; au début de La Mémoire trouble et au bout du silence, Charlotte en revient.36
Dieu et moi, dont l’écriture est pourtant antérieure, commence là où s’achève Récit de la dernière année. On dirait que tous les personnages féminins se superposent […].37

  • 38 Mingelgrün (Albert), « Jacqueline Harpman ou l’amour-récit », dans Michaux (Ginette) (dir.), Textyl (...)
  • 39 Quaghebeur (Marc), « Soixante ans de littérature », op. cit., p. 261.

29Il s’agit également, en plus de la continuité, de faire percevoir qu’il y a là accentuation et approfondissement, comme le suggéra Albert Mingelgrün : « Les histoires que conte Jacqueline Harpman sont parcourues pour l’essentiel, et de plus en plus, de désirs et de rêves »38. Et Marc Quaghebeur ne fit pas autrement : « Dès Brève Arcadie (1959) et L’Apparition des esprits (1960), la donne classique de l’écriture et la juste insolence dans le récit psychologique se font jour. Elles éclatent et se complexifient dans les romans de la seconde partie »39.

  • 40 Cotton (Ghislain), « Jacqueline Harpman. L’apparition des esprits », dans Le Vif, 27 juin 2003, [n. (...)
  • 41 Bianciotti (Hector), « La mémoire à néant », op. cit., p. 1.

30Cette ligne créative qui se prolonge, se creuse et se ramifie, on la plaça dès son origine, du tragique au divertissant, dans le roman d’analyse. Et, encouragé par les références données par l’auteur dans ses entretiens, on retint les noms des écrivains qu’on put lire dans les phrases reprises en exergue ou qu’on put déceler dans les intertextes. Filiations, citations ou allusions, il y eut La Rochefoucauld, Stendhal, Balzac ou Barbey d’Aurevilly, Chardonne, Borgès, Buzzati ou Calvino. Ils furent nombreux à être ainsi évoqués ou convoqués, et tellement divers qu’on eut parfois du mal à situer la figure de l’écrivain placée comme elle l’a été par certains commentateurs entre Laclos et Guitry40 ou entre Bradbury et Kafka41.

  • 42 Andrianne (René), « Interview critique de Jacqueline Harpman », dans Textyles, n°9, Romancières, op (...)
  • 43 Klinkenberg (Jean-Marie), « Le Prix triennal du roman » dans Le Carnet et les Instants, n°127, 15 m (...)

31Peut-être y a-t-il, dès lors, un effet de recentrage, dans la conception que donna l’auteur de la fonction de l’écriture : « Tout simplement m’amuser, me faire paisir à moi-même. Jouir de la langue, jouir des mots. J’y tiens. J’adore la langue française, j’ai envie de la servir… »42. Et Jean-Marie Klinkenberg ne dit pas autre chose, lors de la remise du Prix triennal du roman, en parlant du « plaisir immédiatement ressenti par celui qui se laisse aller au fil de la narration […], du plaisir du trouble, de la formule, de l’ironie… »43

32Tels sont les paradoxes qui marquent, à travers les commentaires qui les ont escortées, la vie et l’œuvre de ces deux romancières : il s’est agi, d’une manière ou d’une autre, de ne pas ignorer la césure qui marqua le parcours éditorial et de la combler au plan littéraire !

Haut de page

Notes

1 On peut retenir, à titre d’exemples : Nys-Mazure (Colette), « Bourdouxhe, Rolin, Harpman… fatales ? », dans La Revue générale, avril 1998, l’ouvrage de Linkhorn (Renée), La Belgique telle qu’elle s’écrit. Perspectives sur les Lettres belges de langue française, New York, Peter Lang, 1995 ; Michaux (Ginette) (dir.), Textyles, n°9, Romancières, Bruxelles, 1993.

2 Un premier examen en a été fait par Moulart (Adrienne), Les Parcours éditoriaux de Madeleine Bourdouxhe et Jacqueline Harpman : deux écrivains, deux femmes, deux Belges, master en Langues et Littératures romanes, Louvain-la-Neuve, 2009.

3 Jaloux (Edmond), « La femme de Gilles », dans Les Nouvelles littéraires, 20 novembre 1937, p. 4.

4 Bousquet (Joë), « La femme de Gilles », dans Les Cahiers du Sud, novembre 1938, p. 159-160.

5 Bost (Pierre), « De l’esprit. Madeleine Bourdouxhe », dans Vendredi, 12 novembre 1937, [n.p.].

6 Billy (André), « La femme de Gilles », dans L’Œuvre, 7 novembre 1937, [n.p.].

7 Le Figaro, 20 novembre 1937, [n.p.].

8 Dans La Wallonie nouvelle, 13 mars 1938, [n.p.].

9 Lettre à Madeleine Bourdouxhe conservée aux Archives et Musée de la Littérature (ml 08974).

10 Lettre à Madeleine Bourdouxhe, ibidem (ml 08981).

11 Lettres à Madeleine Bourdouxhe, ibidem (ml 08983).

12 FernÁndez (Ramón), « À la recherche de Marie », dans Panorama. La Foire aux Lettres, 25 février 1943, [n.p.].

13 Arland (Marcel), « À la recherche de Marie », dans Comœdia, 28 août 1943, [n.p.].

14 En 1952 et en 1958, Dominique Rolin et Françoise Mallet-Joris obtinrent le prix Femina, en 1954, Béatrix Beck reçut le prix Goncourt et Suzanne Lilar le prix Sainte-Beuve.

15 Par une curieuse coïncidence, le jeu d’identification lancé par Jean de Beucken demandant à Madeleine Bourdouxhe « Qui êtes-vous ? » s’inverse ici, Claude Spaak disant d’emblée à Jacqueline Harpman : « Je ne sais si vous savez qui je suis. » On peut voir là l’esquisse de l’image d’auteur qu’offrirent les deux romancières débutantes.

16 Lettre à Jacqueline Harpman, 22 octobre 1959, reprise dans : Pâque (Jeannine), Jacqueline Harpman, Avin, Luce Wilquin, 2003, p. 23-24.

17 Bousquet (Joë), « La femme de Gilles », dans Les Cahiers du Sud, novembre 1938, p. 159-160.

18 Fernandez (Ramon), « La femme de Gilles », dans Marianne. Les Lettres, 27 octobre 1937, p. 4.

19 Tordeur (Jean), dans Le Soir, 13 juin 1985.

20 Bernard-Vérant (Marie-Louise), dans La Libre Belgique, 4 juillet 1985.

21 Alphabet des Lettres belges de langue française, Bruxelles, Association pour la promotion des Lettres belges de langue française, 1982, p. 214.

22 Thorgall (Michel), « Lecture », dans La Femme de Gilles, Bruxelles, Labor, 1985, coll. Espace Nord, n°21, p. 133.

23 Pâque (Jeannine), dans Durand (Pascal) (dir.), Textyles, n°7, Marcel Thiry prosateur, novembre 1990, p. 318.

24 Curvers (Alexis), « La femme de Gilles », dans Combat, 30 octobre 1937, [n.p.].

25 Bourdouxhe (Madeleine), La Femme de Gilles, op. cit., p. 45.

26 Sarlet (Claudette), « Madeleine Bourdouxhe, attentive au signe de tout lieu », dans Michaux (Ginette) (dir.), Textyles, n°9, Romancières, op. cit., p. 103.

27 Hanoulle (Marie-Julie), « Lecture », dans Sous le pont Mirabeau, Bruxelles, Labor, 1996, coll. Espace Nord, n°115, p. 77.

28 Sarlet (Claudette), « Madeleine Bourdouxhe, attentive au signe de tout lieu », op. cit., p. 112.

29 Lambert (Stéphane), Les Rencontres du mercredi, Bruxelles, Ancre rouge, 1999, p. 38.

30 Quaghebeur (Marc), « Soixante ans de littérature », dans Berg (Christian) et Halen (Pierre), Littératures belges de langue française, Bruxelles, Le Cri, 2000, p. 261.

31 Pâque (Jeannine), « Lecture », dans Harpman (Jacqueline), La Fille démantelée, Bruxelles, Labor, 1994, coll. Espace Nord, n°132, p. 281.

32 Pâque (Jeannine), « Lecture », dans Harpman (Jacqueline), Les Bons sauvages, Bruxelles, Labor, 1992, coll. Espace Nord, n°79, p. 307.

33 Pâque (Jeannine), « Lecture », dans Harpman (Jacqueline), La Fille démantelée, op. cit., p. 281.

34 Sautel (Nadine), « L’amour sans fin », dans Le Magazine littéraire, n°386, avril 2000, p. 68.

35 Bianciotti (Hector), « La mémoire à néant », dans Le Monde des livres, 15 septembre 1995, p. 1.

36 Pâque (Jeannine), « Lecture », dans Harpman (Jacqueline), La Fille démantelée, op. cit., p. 281.

37 Sautel (Nadine), « L’amour sans fin », op. cit., p. 69.

38 Mingelgrün (Albert), « Jacqueline Harpman ou l’amour-récit », dans Michaux (Ginette) (dir.), Textyles, n°9, Romancières, op. cit., p. 230.

39 Quaghebeur (Marc), « Soixante ans de littérature », op. cit., p. 261.

40 Cotton (Ghislain), « Jacqueline Harpman. L’apparition des esprits », dans Le Vif, 27 juin 2003, [n.p.].

41 Bianciotti (Hector), « La mémoire à néant », op. cit., p. 1.

42 Andrianne (René), « Interview critique de Jacqueline Harpman », dans Textyles, n°9, Romancières, op. cit, p. 266.

43 Klinkenberg (Jean-Marie), « Le Prix triennal du roman » dans Le Carnet et les Instants, n°127, 15 mars-15 mai 2003, p. 20.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Carion, « Les chemins interrompus et repris de Madeleine Bourdouxhe et Jacqueline Harpman », Textyles, 42 | 2012, 105-112.

Référence électronique

Jacques Carion, « Les chemins interrompus et repris de Madeleine Bourdouxhe et Jacqueline Harpman », Textyles [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 15 janvier 2014, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/2300 ; DOI : 10.4000/textyles.2300

Haut de page

Auteur

Jacques Carion

Université catholique de Louvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org