Navigation – Plan du site

Marguerite Coppin ou l’amour hors les sens

Mirande Lucien
p. 71-82

Texte intégral

  • 1 Coppin (Marguerite), Poëmes de femme, avec le portrait de l'auteur, par Gustave Pickery, Bruges, Im (...)
  • 2 Coppin (Marguerite), Maman et autres poèmes, Ostende, Imprimerie Alb. Bouchery et Cie, 1898.
  • 3 Coppin (Marguerite), Le Triomphal Amour : poésies, Ostende, Imprimerie Alb. Bouchery et Cie, 1899.
  • 4 Coppin (Marguerite), Nouveaux Poèmes, Ostende, Imprimerie Alb. Bouchery et Cie, 1911.

1C’est un procureur, par une action judiciaire, qui a fait entrer Marguerite Coppin dans l’histoire de la littérature produite par des femmes, en français, à la fin du xxe siècle. C’est lui qui a posé un nom d’auteur sur deux romans, parus anonymement. Sans cela, il est très probable que le nom de Marguerite Coppin serait resté associé uniquement à quelques recueils de poèmes, aux titres très sages, publiés chez des éditeurs de province : Poèmes de femme1, Maman et autres poèmes2, Le Triomphal Amour3, Nouveaux Poèmes4.

  • 5 Coppin (Marguerite), Ressort cassé, Bruxelles, Kistemaeckers, 1889, 196 p. Réédition Marguerite Cop (...)
  • 6 L’encyclique Quanta cura de 1864 condamne le naturalisme au même titre que le libéralisme et le soc (...)
  • 7 [Coppin (Marguerite)], Le Troisième Sexe ; suivi de Hors sexe, Bruxelles, Kistemaekers, 1890, 251 p (...)

2En 1889, à vingt-deux ans, Marguerite Coppin publie un roman intitulé Ressort cassé5, sans nom d’auteur, chez l’éditeur bruxellois Kistemaeckers, un éditeur sulfureux, parfois provocateur, mais avant tout courageux : c’est l’éditeur des communards et des naturalistes à leur début, quand la condamnation de Pie ix pèse encore6. En 1890, chez le même éditeur, toujours sans mention d’auteur, elle publie un autre roman : Le Troisième Sexe7. Sur la couverture on lit : par l’auteur de Ressort cassé.

  • 8 Ce document, comme tous les autres ayant rapport à l’affaire Coppin ou à l’affaire Elslander et con (...)
  • 9 Ici, lettre du procureur du roi au procureur général datée du 19 décembre 1891.
  • 10 Ici, petit feuillet volant « Parquet de Bruxelles », 28 octobre, en réponse à un rapport du 19 octo (...)

3À l’époque sévit en Belgique un procureur du roi nommé Henry Willemaers qui traque toute publication et tout objet exposé contraires à ce qu’on appelle les bonnes mœurs. Ici, en l’occurrence une incitation à l’amour contre nature et l’évocation d’un monde où la ligne qui marque la différence indubitable entre les sexes s’inscrit en pointillés : une femme, par exemple, aime un homme parce qu’elle voit en lui une femme8. Le Troisième Sexe a été vu en vitrine et le procureur croit pouvoir sévir et faire un exemple. L’objectif qu’il poursuit est de redresser la situation morale du pays grâce à l’exemplarité des condamnations. Sous sa plume, on lit : « Si nous voulons réussir en matière de poursuites pornographiques, c’est maintenant qu’il faut agir, parce que le courant de l’opinion publique nous est favorable. »9 Pour cela, il faut évidemment gagner les procès et si les poursuites, dans l’affaire Coppin, vont être finalement abandonnées, c’est « parce que le caractère pornographique du livre n’est pas assez avéré pour qu’une condamnation puisse être obtenue »10.

4Les actuelles mises en cause de spectacles pour « sacrilège » nous rappellent que la liberté d’expression n’est jamais définitivement acquise, mais ce qui paraît tout à fait invraisemblable aujourd’hui, c’est la scandaleuse confusion que le procureur s’est permise entre personnages et auteur, quand il décrit Marguerite Coppin comme « un cas pathologique extrêmement curieux » et qu’il affirme qu’elle « est une victime des caprices de la nature, une sorte de phénomène au point de vue physique et une détraquée au point de vue moral. Elle pourrait fort bien, dans Le Troisième Sexe, ajoute-t-il, avoir simplement décrit sa situation ». Ce sont donc des arguments psychiatriques qui vont entraîner le non-lieu : « Peut on affirmer, poursuit-il, qu’un être hybride du genre de celui que personnifie Marguerite Coppin, ait la notion exacte des choses et soit à même de distinguer en connaissance de cause la limite où commence l’obscène et l’immoral ? »

  • 11 Lettre du 19 décembre 1891.

5Le procureur affirme donc que ce roman est autobiographique et que la non-conformité de son auteur à la norme des sexes suspend chez elle toute aptitude à distinguer ce qui est bien et ce qui est mal11. Marguerite Coppin est une malade et non une coupable. L’argument « malade et donc non coupable » va être utilisé à Berlin, à propos d’homosexuels, dans les procès Eulenburg ou Moltke en 1907 et 1908. Mais ici, aucun expert ne semble avoir été mandaté et pour ce que nous savons, rien de la vie ultérieure de l’auteur ne vient étayer un diagnostic qui porte sur une particularité morphologique. À quel jeu s’est-on prêté de part et d’autre pour empêcher une condamnation ?

  • 12 Ibidem.

6Le scandale découlant de l’action publique a mis en lumière un roman au titre accrocheur : Le Troisième Sexe. On est en droit de se demander ce qui a amené la très jeune Marguerite Coppin à écrire un tel livre, pour un tel éditeur. Le procureur avait peut-être raison quand il affirmait qu’elle avait pour but de trouver, grâce à ses écrits, des ressources nécessaires au soulagement de ses proches12. Kistemaeckers était susceptible de lui offrir un succès de scandale. Quoi qu’il en soit, les années 1889 et 1890 constituent une sorte de parenthèse dans sa carrière. Après ce procès, Marguerite Coppin s’est taillé une nouvelle plume : elle signe ses livres et ne se commet plus avec un éditeur aussi sulfureux. Elle devient un personnage respectable de la vie provinciale. Ses sympathies la portent du côté du parti libéral.

  • 13 Sur Marguerite Coppin, voir : SÉchÉ (Alphonse), Les Muses françaises. Anthologie des femmes poètes, (...)

7Refusant, avec une certaine indignation, l’assimilation de l’auteur à ses personnages faite par le procureur, je pense cependant que lorsqu’on peut repérer dans un ensemble romanesque des éléments récurrents, il y a bien une insistance du sens qu’il faut entendre et replacer dans la relation ambiguë qu’un auteur entretient avec ses personnages. De toute façon, dans le cadre des études de genre, quand on s’intéresse à l’œuvre d’une femme écrivain, il est important d’analyser son origine sociale, sa vie. Le contexte sociologique dans lequel une telle œuvre se constitue peut éclairer l’œuvre elle-même, mais aussi les conditions dans lesquelles se développe une littérature écrite par des femmes, à la fin du xixe siècle et au début du xxe. C’est à ce double titre qu’avant de commenter son œuvre romanesque, je m’autorise un bref détour par l’histoire de mademoiselle Marguerite Coppin13.

  • 14 Acte de naissance de Marguerite consulté à la maison communale de Saint-Josse-ten-Noode (état civil (...)
  • 15 J’ai retrouvé l’acte de naissance de Charles-Henri Coppin, né à Wytschaete, à Kemmel où sont regrou (...)
  • 16 J’ai retrouvé l’acte de naissance de Marie Lehaut et de ses ascendants dans les archives de la vill (...)
  • 17 Voir : http://www.irismonument.be/fr.Saint-Josse-Ten-Noode.html. Dénombrement de 1846, inventaire d (...)

8Elle est née le 2 février 1867, à Saint-Josse-ten-Noode, commune de l’agglomération bruxelloise14. Mais ses parents ne sont pas plus Saint-Jossois qu’ils ne sont bruxellois. Son père, Charles-Henri Coppin, vient de la campagne flamande : il est né à Wytschaete15, en Flandre occidentale, et ses parents appartiennent l’un et l’autre à des familles d’agriculteurs. Sa mère, Marie Lehaut16, est née à Esquermes, petite ville fondue aujourd’hui dans Lille, qui, au milieu du xixe siècle, était une terre d’immigration flamande. Dans un endroit comme Esquermes on parle autant flamand, à l’époque, qu’on parle arabe, aujourd’hui, à Saint-Josse-ten-Noode. Si les deux parents de Marie Lehaut sont nés à Lille, son grand-père maternel, un Vandenberghen, négociant-raffineur de sucre, rue d’Amiens, est né à Gand et sa grand-mère maternelle dans la région d’Anvers. Le père de Marguerite Coppin est jeune à une époque où, progressivement, on cesse en Flandre de faire artisanalement de petits morceaux de dentelle achetés par des négociants se déplaçant de maison en maison, et qui sont associés ensuite pour faire de grandes pièces. Le temps de l’artisanat se termine et ceux que la terre n’a pas fixés vont en France toute proche, travailler dans les usines qui s’y développent. Au moment de la naissance de sa fille, à Saint-Josse-ten-Noode, où on dénombre, à l’époque, six fabriques de dentelle17, Charles-Henri Coppin, est, selon les sources, négociant en dentelle ou fabricant de dentelle. Marguerite est donc la fille d’un paysan flamand qui essaie de se reconvertir dans l’industrie. Mais ses déménagements successifs montrent que sa situation est précaire. Si, au moment de la naissance de Marguerite, sa mère est déclarée sans profession, c’est que sa famille maternelle a su mieux profiter de la prospérité découlant de l’industrialisation : le père de sa mère et son grand-père sont des propriétaires. Par rapport à Wytschaete, Lille, c’est la ville, et une grand-mère paternelle originaire de Paris peut donner à la mère de Marguerite Coppin des prétentions de bon goût. Quoi qu’il en soit, on voit que la future écrivain a évolué dans un monde où il n’y a ni vaste culture, ni grand luxe et où le français, s’il est langue de distinction, n’est pas sans concurrence.

  • 18 Recherches faites à ma demande.
  • 19 Lettre du procureur en date du 19 décembre 1891.
  • 20 Coppin (Marguerite), Initiation, Bruxelles, P. Weissenbruch, 1895 (volume disponible aux aml, cote  (...)

9Entre 1873 et 1879, Marguerite Coppin vit à Bruxelles, où elle a probablement bénéficié d’un enseignement primaire, même si celui-ci ne devient obligatoire qu’en 1914. La suite est plus problématique. La première partie du roman Ressort cassé m’a fait penser au Cours d’éducation pour jeunes filles fondé en 1864, à Bruxelles, rue du Marais, par Gatti de Gamond. Si l’existence de ce cours, en opposition à l’enseignement catholique majoritaire, a pu inspirer la fiction, Marguerite Coppin n’a laissé aucune trace de son passage dans les archives de l’école18. Et en l’état de mes recherches, je ne peux établir aucun lien entre elle et des femmes qui sont liées à cette école comme Marie Closset ou Blanche Rousseau. Tout ce qu’on sait avec une quasi certitude, c’est qu’en 1891 elle est institutrice, en Autriche, dans une grande famille19, un peu comme l’héroïne de son roman Initiation20. Elle semble donc qualifiée, à vingt-quatre ans, pour remplir cette fonction. Vu le milieu social que je viens de décrire, on peut penser qu’on a affaire à un esprit curieux désireux de s’instruire, mais avant tout autodidacte.

  • 21 Information fournie par une lettre de Kistemaekers du 3 novembre 1892, qui demande copie de l’arrêt (...)
  • 22 Coppin (Marguerite), Initiation, dans Revue de Belgique, série 2, t. xiv, août 1895, p. 336-363 ; t (...)
  • 23 Van Bemmel a participé à la fondation du cercle Vlamingen vooruit dont il a rédigé le manifeste ((...)

10En 1892, elle a quitté Bruxelles et habite à Bruges21. Elle est entrée ainsi dans une autre sphère d’influence : celle de la Flandre libérale. En 1895, le roman intitulé Initiation est publié en feuilleton dans La Revue de Belgique22. Celle-ci est dirigée – comme La Revue trimestrielle à laquelle elle a succédé – par Eugène van Bemmel23, un libéral gantois, professeur à l’Université libre de Bruxelles. Ces deux revues étaient animées par l’esprit du libre examen et soutenues par le Grand Orient de Belgique. La Revue trimestrielle s’est intéressée à la condition des femmes.

  • 24 Marguerite Coppin n’en continue pas moins à traduire. Dans le catalogue de la British Library on tr (...)

11Par ailleurs, ses ouvrages sont publiés désormais par un éditeur ostendais (Bouchery) et par un éditeur brugeois (Popp). L’épouse de monsieur Popp est Caroline Boussart, la directrice du Journal de Bruges, un journal libéral qui s’intéresse aussi bien à la misère ouvrière qu’à la situation des femmes. C’est vraisemblablement par ces intermédiaires que Marguerite Coppin publie des poèmes et des articles dans des revues belges et même dans Le Beffroi, une revue lilloise. C’est aussi ce qui peut expliquer qu’elle se voie confier la traduction d’un véritable best-seller américain : In Tune With The Infinite de R.W. Trine, publié en 1897, dont la traduction par Marguerite Coppin, sous le titre À l’unisson de l’infini, paraît à Paris, chez Fischbacher, en 190224. R.W. Trine est le chef de file du Mouvement de la nouvelle pensée. Il préconise une union mystique de chaque individu avec la pensée divine, gage de santé, de paix, de prospérité. Un industriel comme Henry Ford attribuait son succès à la lecture de ce livre qu’il distribuait largement autour de lui. Le livre de R.W. Trine a été très bien accueilli par les mouvements théosophiques et anthroposophiques ainsi que par les adeptes du Grand Orient. Confier à Marguerite Coppin la première traduction du livre américain montre qu’elle est très bien introduite dans ces milieux. Mais le fait que, dès 1913, paraît, chez le même éditeur, une nouvelle traduction par madame Reboul-Monod et que c’est celle-ci qui va désormais s’imposer, permet de penser que Marguerite Coppin n’avait peut-être pas une connaissance indiscutable de la langue anglaise.

12Il n’empêche que c’est à partir de ses relations de Bruges et d’Ostende que Marguerite Coppin découvre une pensée ésotérique et syncrétique qui lui inspire la trame du Troisième Sexe. Dans une biographie, je montrerais sans doute comment ces liens se sont noués. Je me contenterai de dire ici que Marguerite Coppin était décorée de l’ordre de l’Étoile d’Orient25, créé à Bénarès en 1914, avant que Steiner, fondateur de l’anthroposophie, se sépare du mouvement théosophique fondé par Hélène Blavatsky, dont la présence à Ostende, où elle a rédigé la plus grande partie de La Doctrine secrète, est attestée en 1886-1887. Selon l’anthroposophie de Steiner, tout être humain serait en réalité masculin-féminin. L’âme comme le moi ne seraient pas sexués. Le Moi éternel s’incarnerait soit en homme, soit en femme, en général alternativement26. On va voir quel usage Marguerite Coppin a pu faire de telles théories.

  • 27 Le procureur ne fait aucun cas de cette composition. Mais il pointe une page de Hors sexe, tout au (...)

13Revenons donc à l’œuvre pointée par le procureur : ce surprenant livre double qu’est Le Troisième Sexe. Assez curieusement, sans que rien n’apparaisse sur la couverture, l’ouvrage regroupe en fait deux romans qui, du point de vue de l’intrigue, n’ont rien à voir l’un avec l’autre. Mais la numérotation est continue. Le titre du deuxième roman est Hors sexe27.

  • 28 En 1899, Ernst von Wolzogen publie Das dritte Geschlecht. Le livre paraît en traduction, sous le ti (...)
  • 29 Ulrichs, sous le pseudonyme de Numa Numantius, a développé sa théorie dans douze traités publiés à (...)

14Marguerite Coppin n’invente pas la notion de « troisième sexe »28. Sans faire l’histoire du concept, rappelons simplement qu’entre 1864 et 1880, Karl Ulrichs, dans une série de publications dont le titre générique est L’Énigme de l’amour entre hommes29, parle d’un troisième sexe : un être défini comme une âme de femme dans un corps d’homme. À partir de là, la question est au cœur de la réflexion des juristes et des sexologues qui veulent faire reconnaître ce qu’on va appeler homosexualité, bisexualité et transsexualité.

  • 30 Voir ma préface à Coppin (Marguerite), Ressort cassé, op. cit., p. 9.

15Marguerite Coppin, abordant les notions d’amour contre nature ou de modification des caractéristiques d’un sexe et de l’autre, n’est pas influencée par le point de vue des médecins ou des sexologues. Elle adopte plutôt celui des écrivains de la décadence, un point de vue conservateur. Comme Barrès et tous ceux qui d’une manière ou d’une autre condamnent la société moderne, elle y voit le produit d’une époque décriée. On peut dire que la critique des « demoiselles » dans Ressort cassé était tout aussi conservatrice, puisqu’elle reprenait les arguments du parti catholique mettant en cause la moralité de Gatti de Gamond30. En fait, dans les livres de Marguerite Coppin, comme peut-être dans son esprit, faute de véritables connaissances, il y a une confusion entre différentes formes de perversités et l’aspiration des héroïnes à accéder à un état supérieur à la condition humaine, un état libéré de la marque infamante du sexe. L’éditeur, qui est peut être à l’origine du titre, aimait la provocation et il savait que le livre serait ainsi susceptible d’interpeller les censeurs. De plus, il joue sur l’effet de mode en faisant entrer ce roman, comme le précédent : Ressort cassé, dans sa collection Fin-de-siècle.

16Quelles que soient la forme de ce livre et l’étrangeté des fictions, on se rend compte que toute l’œuvre romanesque de Marguerite Coppin est habitée par les mêmes obsessions. Au cœur des quatre romans écrits entre 1889 et 1895, il y a la question de l’amour, du mariage et du statut des femmes à une époque où c’est le mariage qui donne à la femme la stabilité d’un statut social et où on se met à naturaliser le lien entre le mariage et l’amour. Or, le mariage implique une sexualité soumise : c’est clairement expliqué dans la deuxième partie de Ressort cassé où l’héroïne pèse les avantages et les inconvénients liés à la vie maritale et à celle d’une fille du demi-monde. L’héroïne éprouve une répulsion pour le sexe et c’est la raison pour laquelle elle privilégie le flirt.

  • 31 [Coppin (Marguerite)], Le Troisième Sexe, op. cit., p. 114.
  • 32 [Coppin (Marguerite)], Hors sexe, op. cit., p. 247.

17Nuit d’Ide, le personnage central du Troisième Sexe, affirme de manière péremptoire : « Tout amour est sale »31 et après avoir évoqué ce qu’elle appelle « l’Amour inconnu », conclut en disant : « Je vous apprendrai l’amour qui ne salit pas ». Dans Hors sexe, l’héroïne parle des « salissures de la caresse d’amour »32. Au cœur de l’œuvre romanesque de Marguerite Coppin, il y a bien le dégoût suscité par l’amour charnel.

  • 33 Coppin (Marguerite), Ressort cassé, op. cit., p. 71.
  • 34 Ibidem, p. 67.

18Un trauma initial est évoqué dans Ressort cassé. L’héroïne, encore enfant, orpheline de mère, qui, avec son père, un artiste de renom, joue un peu à la Lolita, assiste de manière fortuite aux ébats du peintre avec l’une de ses modèles dénommée « la Vache ». Une « étreinte charnelle et répugnante », dira-t-elle, une « salissure »33. La bestialité de l’acte est évidemment soulignée par le surnom de la fille. À cette relation charnelle, l’héroïne oppose l’amour totalement idéal qu’elle a éprouvé pour une femme : son professeur, amour qui, affirme-t-elle, sera unique, irremplaçable. Or, elle nous dit qu’elle « a dû rejeter cet amour pour l’avoir défloré »34. On voit bien, là, qu’un amour consommé perd à ses yeux toute valeur.

19En suivant le fil de la fiction dans Le Troisième Sexe, voyons ce qui est dit de « l’Autre amour », « l’Amour inconnu », dont l’initiatrice est celle qui affirme que l’amour charnel salit. Nuit d’Ide, soit dit en passant, réunit dans son nom la nuit et la lune – puisque les Ides dans le calendrier romain, sont les jours de pleine lune –, c’est donc un personnage marqué « fin-de-siècle ». Elle est soutenue par son amie Imperia Montagu, qui a recours à l’expérience des drogues, en attendant l’amour nouveau, et elle domine Claude Elsenor qui, dans l’attente de cette vérité nouvelle, adopte une posture de lesbienne radicale. Ces trois femmes sont curieusement appelées un « triumvirat ».

20Nuit est orpheline, comme les héroïnes des quatre romans de Marguerite Coppin écrits à cette époque. Il est tentant de dire, du fait de cette insistance, que ce qui est occulté, c’est l’origine, les corps de la scène primitive. L’héroïne du Troisième Sexe est autodidacte, mais sa nature a été forcée, dans son évolution, par des lectures libertines. Elle s’est formée grâce à des voyages dans des pays où règnent des divinités orientales à mystères, puis dans le Nord sur les traces des légendes scandinaves. Quelques femmes célèbres sont parties ainsi, à cette époque, sur les chemins des religions anciennes. On retrouve ici un modèle possible : Alexandra David-Néel, qui passe ses vacances avec ses parents à Ostende, entre 1886 et 1904. De même qu’on rencontrera dans l’œuvre les syncrétismes opérés par la théosophie de madame Blavatsky, qu’on a déjà évoquée. Une des grandes inspirations de la fin du xixe siècle, encore, est l’occultisme et la pensée ésotérique qui donnera de possibles dérives dont l’idéologie et les rituels nazis basés sur la théorie du surhomme. Il est question dans les romans de Marguerite Coppin de l’androgyne comme chez Péladan et du surhomme.

  • 35 [Coppin (Marguerite)], Le Troisième Sexe, op. cit., p. 5.
  • 36 Ibidem, p. 143.
  • 37 Ibidem, p. 145.
  • 38 Ibidem, p. 148.
  • 39 Ibidem, p. 141 et suivantes.

21Au début du roman, Nuit est décrite par un de ses admirateurs comme « une complication étrange de sentiments », elle n’a rien d’une femme, mais il serait faux de croire qu’elle se masculinise : « Non. Elle n’a point de sexe marqué : ni faiblesse en sa grâce, ni virilité dans sa rudesse »35. Elle ne peut donc être confondue avec les être « fin-de-race » qu’elle dénonce au terme d’une « évocation de l’histoire de l’amour à travers les âges de l’humanité »36, aboutissant « à la corruption inévitable qui empoisonne les races à leur apogée : les hommes frêles et mous se féminisent ; les femmes abandonnent le rôle passif pour le rôle actif »37. Aucune confusion possible ici avec l’uranisme ou le saphisme. L’héroïne du Troisième Sexe, loin de porter « les stigmates de la race sexuée »38, appartient à une race supérieure. De temps en temps, dit Nuit, un homme et une femme ordinaires procréent un être qui n’est ni homme ni femme, ne peut ni féconder, ni être fécondé39. Elle est née de la sorte, mais le disciple qui n’a pas eu, au départ, la même chance qu’elle, doit transformer son corps en l’éreintant pas des excès de boisson, de parfum ou de drogue. Il doit procéder à la castration s’il est homme, à l’infibulation s’il est femme. Ainsi libéré de la chair, il peut accéder à l’amour inconnu.

  • 40 Ibidem, p. 146-147.

L’amour Inconnu est une auto-suggestion voluptueuse.
La devise de cet amour est :
Aime en toi, ne vois que toi, le monde est à toi !
Ayant vaincu le corps, vous êtes délivrés de toute entrave ; vous vivez comme dans le rêve où les sensations sont délicieuses parce qu’elles sont entièrement dégagées de toute matérialité […]. Vous connaîtrez alors l’amour que je vous offre, qui est la béatitude complète, infinie, qui n’est point objectif, soumis au bon plaisir d’un autre être, accompagné de douleurs morales et physiques, empêché par des lois naturelles, comme la vieillesse, par des lois artificielles comme les différences de classes ou de fortunes, par des hasards comme l’absence.40

22L’amour inconnu permet ainsi de fuir l’expérience charnelle et d’y substituer une sorte d’onanisme psychique qui ne s’apparente pas à la mystique, parce qu’il n’offre aucune ouverture sur un au-delà de soi. Mais il implique une clôture de la femme infibulée et centrée sur elle-même. Ce qui est ressenti comme une liberté, dans la mesure où le plaisir ne dépend pas du bon vouloir d’un autre.

  • 41 Ibidem, p. 153-154.
  • 42 [Coppin (Marguerite)], Le Troisième Sexe, op. cit., p. 154.

23Dans le dernier chapitre, le narrateur dit que Nuit « combattue entre la perversité de l’éducation et la relative honnêteté de la nature, […] avait fait taire résolument tout ce qui n’était pas le vice »41. Curieux terme, doté, ici, d’une valeur positive. Le vice consiste, dans cette fin de roman, en une ignorance totale de ce qui n’est pas soi : « écraser le dormeur couché en travers du chemin »42. Étrange, quand on pense que Péladan vient de publier Le Vice suprême (1884) avec un frontispice de Félicien Rops. Félicien Rops, dont les gravures ornent la chambre de Sixte, l’héroïne de Hors sexe. Le « vice suprême », pour Péladan, c’est l’ennui lié à l’inaction, cause de La Décadence latine. Curieuse inversion de valeurs qui semble montrer les limites de la culture amassée par Marguerite Coppin pour qui le vice reste, comme elle l’a appris au catéchisme, le manque de charité !

  • 43 Bien que le vocabulaire de Marguerite Coppin laisse une certaine place à l’ambiguïté, puisqu’au mom (...)

24D’un livre à l’autre s’opère une radicalisation ; de l’évocation d’un sexe intermédiaire, on passe à la mise hors jeu du sexe : on est Hors sexe. Sixte, l’héroïne de ce deuxième roman en un volume, est sans sexe comme son nom est épisème43. Elle se donne la mort au pied d’une statue d’Horus, le dieu né d’une union fugitive : sa mère assassinée a été ramenée à la vie, juste le temps de cette fécondation. Horus, très ancienne divinité égyptienne, est repris dans ce qu’on appelle le rite maçonnique égyptien, très proche de la théosophie, ce qui confirme la nature des sources de Marguerite Coppin.

25Mais c’est d’un autre titre que le roman intitulé Hors sexe me semble particulièrement contemporain. Sous couvert d’une mise en cause de l’époque, on y trouve une évocation particulièrement réussie des hésitations du genre.

26Déjà, dans Le Troisième Sexe, la relation entre Claude Elsenor, une femme qui aime les femmes, et Anne de Grüse, un homme qui aime les hommes, était donnée comme le résultat d’une « erreur » de sexe. Ici, au centre de l’intrigue, il y a le travestissement de Sixte, qui en homme comme en femme séduit à la fois les hommes et les femmes, ce qui a pour effet de troubler profondément ces dernières. Elles sont troublées parce qu’elles se rendent compte que le désir suscité par une femme n’est pas très différent du désir « normal », ou même parce qu’elles réalisent que leur plaisir vient justement du fait d’être séduites par une femme. Mais l’analyse des relations entre femmes, dans l’ensemble de l’œuvre romanesque de Marguerite Coppin, ne permet absolument pas d’affirmer, comme on l’a fait parfois, qu’il s’agit d’une littérature saphique. Il y a, dans Ressort cassé, une page où la jeune élève fait l’amour avec son professeur : c’est celle que la critique a retenue. Mais à y bien regarder, je parlerais plus volontiers d’un viol, d’une scène où la relation sexuelle se calque sur le modèle du viol d’une femme par un homme. En tout cas, pas une once de tendresse entre les deux femmes. D’ailleurs, cet acte est présenté comme une destruction nécessaire : étant donné que le professeur est une femme, susceptible donc de se marier, l’héroïne doit barrer l’issue que constituerait un amour charnel et le ramener à ce qu’il est fondamentalement : un rêve. Le ressort se casse, quand ce souvenir tendre et poétique tombe en poussière. L’amour lesbien, maladie de la décadence, est juste un moindre mal par rapport à l’amour entre un homme et une femme. Au moment de sa reddition, Claude, qui s’intéresse aux femmes parce qu’elle déteste les hommes, dit à Nuit :

  • 44 [Coppin (Marguerite)], Le Troisième Sexe, op. cit., p. 151.

L’amour naturel me dégoûte ;
L’amour contre nature me lasse.
Je prends l’amour hors les sens.44

  • 45 Ibidem, p. 24.
  • 46 [Coppin (Marguerite)], Hors sexe, op. cit., p. 224.

27Il y a dans l’œuvre de Marguerite Coppin un refus de l’amour charnel imposé aux femmes dans le mariage, qui leur donne une situation sociale sans pour autant en faire des êtres responsables. C’est sur cette irresponsabilité que jouent les femmes dans Hors sexe pour aller fréquenter une brasserie de femmes : s’il leur arrive quelque chose, ce sont les maris qui auront à en découdre. Sixte, le personnage hors normes, brouille la situation : travestie, elle provoque un homme en duel. Outre le refus du sexe, il y a chez Marguerite Coppin une remise en cause de la situation sociale des femmes. Parce qu’elle méprise les femmes et même, peut être surtout, les femmes écrivains de province, la seule réponse qu’elle a trouvée, c’est le rêve, qui permet de sortir de la réalité et de se réfugier dans une construction imaginaire. Je n’ai pas exploré les articles écrits par Marguerite Coppin, mon travail est donc incomplet, mais je peux dire qu’il n’y a dans les quatre romans écrits entre 1889 et 1895 aucune trace d’engagement social. Les héroïnes de Marguerite Coppin n’aiment pas les femmes. Dans leur salon, on finit par ne trouver que des hommes, parce que la conversation des femmes est fastidieuse, et que d’art ou de philosophie, on ne peut parler qu’avec les hommes. Il serait facile de pointer tous les passages où la mesquinerie des femmes est croquée avec un certain talent. L’héroïne elle-même est vue « critiquant ci, remarquant ça, ridiculisant l’autre, gaie comme un moineau, méchante comme une linotte qui aurait croqué une cerise d’eau de vie »45. Un portrait de femme encore : « Ce polichinelle qu’on appelle la femme se meut par trois ficelles : l’amour propre, la gourmandise et l’imagination. »46 Dans le dernier de ces quatre romans, Marguerite Coppin donne un portrait saisissant – et je dirais désespérant – de la femme écrivain de province. À défaut de mère, comme toujours, il y a une marraine dans Initiation, une bonne fée : elle écrit, réunit les notables dans son salon et met sa protégée en contact avec une société de passage, plus cultivée et plus raffinée.

  • 47 Coppin (Marguerite), Initiation, Bruxelles, P. Weissenbruch, 1895, p. 14-15.

Une marraine, oui, point absolument fée, mais quelquefois génie, car ce n’était rien moins qu’une femme auteur. Un grand écrivain ? Non, car elle était trop femme pour cela, trop « lunaire », comme dirait un célèbre magicien moderne, qui exprime par là cette nature toute de réflexion de la femme, laquelle a quelquefois du talent, souvent du bonheur dans l’expression, de la facilité dans la conception, mais jamais d’esprit créateur.
[…] ce qu’est généralement la femme-auteur : une personne d’intelligence vive, de compréhension facile, de style coulant, possédant plus de notions que de connaissances et moins d’originalité que de mémoire. Mêlés à cela […] une haute idée de ce qu’on aurait pu être, une appréciation juste de ce qu’on est, et un désir dévorant de devenir ce qu’on ne devient jamais, quelque travail et quelque énergie qu’on y dépense. […] Mme Desenlys avait choisi pour y écrire, s’y faire connaître, déchirer, apprécier, envier et louer, la ville de province ! Renversant le mot de César, elle avait dédaigné la grande ville et la grande lutte. C’était prendre son parti en femme d’esprit pratique qui a évalué l’opinion publique, soupesé la gloire, mesuré ses forces et conclu en tacticienne habile et en appréciatrice d’elle-même.47

28La seule place enviable pour les héroïnes de Marguerite Coppin est celle d’inspiratrice d’un grand homme, peintre ou poète. Dans cette position, l’amour physique peut être refusé au profit d’un jeu de l’esprit et du cœur, le flirt. Mais surtout, c’est une place où la femme échappe à la passivité et à la soumission qui est son lot habituel. L’artiste lui est redevable : au romancier et au poète elle donne le fruit de son imagination et leur permet d’écrire sur le motif, au peintre elle offre l’image de son corps, qui est son bien propre, peut-être son seul bien propre. Si on a souvent parlé, dans la critique contemporaine, de la sœur de Shakespeare, on n’a jamais décrit Ronsard vu par ses Marie comme on n’a jamais parlé des Laure de Pétrarque. C’est de cela qu’il est question, chez Marguerite Coppin : pas de « la » femme, mais d’une des femmes qui inspire au poète ses chants d’amour universels. L’héroïne réalise avec clairvoyance que son seul bénéfice est d’être entrée un moment dans le rêve, dans la fiction du poète. En même temps, en montrant que la femme-aimée-par-le-poète est une composition d’art, elle démystifie le sentiment amoureux.

29Ce qui, en définitive, caractérise Marguerite Coppin, c’est sa lucidité et son cynisme. Elle analyse la condition de la femme modeste, la petite bourgeoise, à la fin du xixe siècle : une irresponsable tiraillée entre les préjugés de son milieu et la clairvoyance acquise on ne sait comment. Les théories mystico-ésotériques, au goût du jour, lui ont laissé entrevoir une ouverture vers un monde où l’on peut se dégager de la pesanteur que constitue le sexe pour une femme. Mais que ce serait bien si les femmes pouvaient se comporter comme les hommes ! Tel est le souhait qui court à fleur de pages et qui féconde tous les jeux sur le genre rendus possibles par le travestissement ou par une indécision du sexe sous la forme « l’un et l’autre », ou « ni l’un ni l’autre ».

30L’analyse de l’œuvre de Marguerite Coppin n’est pas vraiment réjouissante, mais elle éclaire sur la difficulté, à une époque donnée, d’être une femme issue de la petite bourgeoisie, moyennement instruite, sans ressources de famille et sans illusion. Son cynisme lui tient lieu d’action.

Haut de page

Notes

1 Coppin (Marguerite), Poëmes de femme, avec le portrait de l'auteur, par Gustave Pickery, Bruges, Imprimerie Popp, 1896.

2 Coppin (Marguerite), Maman et autres poèmes, Ostende, Imprimerie Alb. Bouchery et Cie, 1898.

3 Coppin (Marguerite), Le Triomphal Amour : poésies, Ostende, Imprimerie Alb. Bouchery et Cie, 1899.

4 Coppin (Marguerite), Nouveaux Poèmes, Ostende, Imprimerie Alb. Bouchery et Cie, 1911.

5 Coppin (Marguerite), Ressort cassé, Bruxelles, Kistemaeckers, 1889, 196 p. Réédition Marguerite Coppin, Ressort cassé, notes et préface de Mirande Lucien, s.l., GayKitschCamp, 2011.

6 L’encyclique Quanta cura de 1864 condamne le naturalisme au même titre que le libéralisme et le socialisme.

7 [Coppin (Marguerite)], Le Troisième Sexe ; suivi de Hors sexe, Bruxelles, Kistemaekers, 1890, 251 p. Peut être consulté à Paris à la Bibliothèque Marguerite Durand sous la cote 8° 17992.

8 Ce document, comme tous les autres ayant rapport à l’affaire Coppin ou à l’affaire Elslander et consorts, provient des Archives générales du Royaume [conservées aujourd’hui 7 quai Demets, Anderlecht, Bruxelles], Parquet général, Dossier 190. Ici, lettre du procureur datée du 19 novembre 1890.

9 Ici, lettre du procureur du roi au procureur général datée du 19 décembre 1891.

10 Ici, petit feuillet volant « Parquet de Bruxelles », 28 octobre, en réponse à un rapport du 19 octobre.

11 Lettre du 19 décembre 1891.

12 Ibidem.

13 Sur Marguerite Coppin, voir : SÉchÉ (Alphonse), Les Muses françaises. Anthologie des femmes poètes, Paris, Librairie Louis-Michard, 1908 ; Gubin (Éliane), Jacques (Catherine), Piette (Valérie) et Puissant (Jean) (dir.), Dictionnaire des femmes belges, xixe et xxe siècles, Bruxelles, Éditions Racine, 2006 [la rédaction du chapitre sur Marguerite Coppin est due à Pierre Van Den Dungen, qui a parlé de cet auteur à plusieurs reprises dans la revue Sextant] ; Coppin (Marguerite), Ressort cassé, op. cit.

14 Acte de naissance de Marguerite consulté à la maison communale de Saint-Josse-ten-Noode (état civil) ainsi que la fiche de famille, au service de la population : les parents de Marguerite Coppin sont arrivés, en provenance de Bruxelles, le 30 décembre 1865 et repartis pour Bruxelles le 28 janvier 1869. Il faudrait suivre leur trajet sur Bruxelles dans le registre de la population de la ville de Bruxelles, rue des Tanneurs.

15 J’ai retrouvé l’acte de naissance de Charles-Henri Coppin, né à Wytschaete, à Kemmel où sont regroupées les archives de la région.

16 J’ai retrouvé l’acte de naissance de Marie Lehaut et de ses ascendants dans les archives de la ville de Lille.

17 Voir : http://www.irismonument.be/fr.Saint-Josse-Ten-Noode.html. Dénombrement de 1846, inventaire du patrimoine de Saint-Josse-ten-Noode.

18 Recherches faites à ma demande.

19 Lettre du procureur en date du 19 décembre 1891.

20 Coppin (Marguerite), Initiation, Bruxelles, P. Weissenbruch, 1895 (volume disponible aux aml, cote : 70.299 B1,8).

21 Information fournie par une lettre de Kistemaekers du 3 novembre 1892, qui demande copie de l’arrêt de non-lieu. Les archives de la ville de Bruges ont été brûlées.

22 Coppin (Marguerite), Initiation, dans Revue de Belgique, série 2, t. xiv, août 1895, p. 336-363 ; t. xv, septembre 1895, p. 32-52 ; t. xv, octobre 1895, p. 152-153.

23 Van Bemmel a participé à la fondation du cercle Vlamingen vooruit dont il a rédigé le manifeste (Déclaration des droits des Flamands). On peut faire le lien avec le texte de Marguerite Coppin, J’ai bu tes larmes, mis en musique par Maria Matthyssens (partition publiée, s.d., chez Pitault, Paris), compositrice de chants populaires flamands, dont le chant Omdat ik vlaming ben.

24 Marguerite Coppin n’en continue pas moins à traduire. Dans le catalogue de la British Library on trouve référencée une traduction par Marguerite Coppin de Les Idiots de Joseph Conrad. Il s’agit d’une édition bilingue dans Harrap’s Bilingual Series, Londres, G. Harrap and co. ; New York, Brentano’s, 1920. L’année suivante, elle publie chez le même éditeur dans la collection Modern Language Series des Pages d’histoire de France, prises dans l’œuvre de Michelet. En 1914 déjà elle avait publié un article dans The Poetry Review, vol. v, n° 6 (décembre 1914), une revue anglaise dirigée par Stephen Phillips, l’auteur de Christ in Hades. Tout ceci rend plausible son départ définitif pour l’Angleterre en 1914, tout en montrant vers quelle famille intellectuelle elle s’oriente.

25 Information fournie par le chapitre consacré à l’auteur dans La Femme belge dans la littérature — De belgische vrouw in de letterkunde (1870-1914), publié s.d. à Anvers chez Flor Burton.

26 Voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Anthroposophie.

27 Le procureur ne fait aucun cas de cette composition. Mais il pointe une page de Hors sexe, tout au début, preuve qu’il a eu l’ensemble en main.

28 En 1899, Ernst von Wolzogen publie Das dritte Geschlecht. Le livre paraît en traduction, sous le titre Le Troisième Sexe, en 1904, chez Calmann-Levy. Il est parfois confondu avec l’ouvrage de Marguerite Coppin qui lui est antérieur.

29 Ulrichs, sous le pseudonyme de Numa Numantius, a développé sa théorie dans douze traités publiés à Leipzig, chez Spohr de 1864 à 1880. L’ensemble a été réédité ensuite chez le même éditeur, en 1898, sous le titre Forschungen über das Rätsel der mannmännlichen Liebe.

30 Voir ma préface à Coppin (Marguerite), Ressort cassé, op. cit., p. 9.

31 [Coppin (Marguerite)], Le Troisième Sexe, op. cit., p. 114.

32 [Coppin (Marguerite)], Hors sexe, op. cit., p. 247.

33 Coppin (Marguerite), Ressort cassé, op. cit., p. 71.

34 Ibidem, p. 67.

35 [Coppin (Marguerite)], Le Troisième Sexe, op. cit., p. 5.

36 Ibidem, p. 143.

37 Ibidem, p. 145.

38 Ibidem, p. 148.

39 Ibidem, p. 141 et suivantes.

40 Ibidem, p. 146-147.

41 Ibidem, p. 153-154.

42 [Coppin (Marguerite)], Le Troisième Sexe, op. cit., p. 154.

43 Bien que le vocabulaire de Marguerite Coppin laisse une certaine place à l’ambiguïté, puisqu’au moment de sa mort elle est décrite comme « androgyne et intersexuelle » ([Coppin (Marguerite)], Hors sexe, op. cit., p. 241).

44 [Coppin (Marguerite)], Le Troisième Sexe, op. cit., p. 151.

45 Ibidem, p. 24.

46 [Coppin (Marguerite)], Hors sexe, op. cit., p. 224.

47 Coppin (Marguerite), Initiation, Bruxelles, P. Weissenbruch, 1895, p. 14-15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mirande Lucien, « Marguerite Coppin ou l’amour hors les sens », Textyles, 42 | 2012, 71-82.

Référence électronique

Mirande Lucien, « Marguerite Coppin ou l’amour hors les sens », Textyles [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 15 janvier 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/2296 ; DOI : 10.4000/textyles.2296

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org