Navigation – Plan du site

Un réseau associatif de femmes de lettres au tournant du siècle

La Section du livre et de la presse du Conseil national des femmes belges
Vanessa Gemis
p. 53-69

Texte intégral

  • 1 Naudier (Delphine), La Cause littéraire des femmes. Modes d’accès et de consécration des femmes dan (...)

1En Europe, le tournant du xxe siècle est marqué par une modification importante de la réception des femmes de lettres : d’une rhétorique de la « femme exceptionnelle » insistant sur la masculinité du champ littéraire, la critique passe à une définition de la littérature féminine comme « phénomène social et collectif » 1. Cette nouvelle appréhension, qui prend acte de l’entrée massive des femmes dans la sphère publique, permet d’insister sur la division sexuée des tâches, en circonscrivant un espace des possibles spécifique. Le rapport à une collectivité – c’est-à-dire à un collectif « femmes de lettres » – va dès lors devenir un enjeu de reconnaissance et s’inscrire en creux des stratégies mises en place par les femmes écrivains, que ce soit en vue de renégocier les assignations sexuées ou de leur correspondre. La fin du xixe siècle voit ainsi émerger des réseaux de femmes auteurs que relaient progressivement de véritables structures institutionnelles.

  • 2 Notons qu’au Québec, cette approche a donné lieu à d’intéressants travaux : Savoie (Chantal), « Des (...)
  • 3 Aron (Paul), Denis (Benoît), « Introduction. Réseaux et institutions faibles », dans De Marneffe (D (...)
  • 4 Cet article résume et prolonge certaines hypothèses de notre thèse de doctorat Femmes de lettres be (...)
  • 5 Pour une première étude sur les femmes auteurs membres de cette section, voir : Van den Dungen (Pie (...)

2L’étude de ces réseaux littéraires féminins n’a jusqu’ici que timidement mobilisé l’intérêt des chercheurs 2, alors même que le « réseau » constitue une stratégie importante d’émergence, de légitimation et de reconnaissance des femmes dans le champ littéraire. Le cas des femmes de lettres ne renvoie-t-il pas d’ailleurs aussi à l’un des principaux bénéfices offerts par l’analyse réticulaire en littérature ? Les récents travaux sur les lettres belges ont en effet montré que « le réseau s’avère un instrument particulièrement bien adapté à la description et à l’analyse des “formes” littéraires dominées [...], la faiblesse en capital symbolique [pouvant] éventuellement se traduire par une difficulté à s’organiser sur le modèle du groupe ou de l’école, laissant la place à des formes plus souples et plus floues d’apparentement ou de structuration » 3. Au-delà de sa pertinence descriptive, cet article souhaite également explorer la pertinence heuristique de la notion de « réseau » dans la recherche sur les femmes écrivains 4, en s’appuyant sur un moment de l’histoire littéraire des femmes belges : la création, en 1906, de la Section du livre et de la presse du Conseil national des femmes belges 5. En préambule à cette étude, quelques précisions s’imposent cependant sur la place des femmes dans le champ littéraire belge au tournant du xxe siècle.

Femmes et littérature en Belgique francophone (1880-1940)6

  • 6 Nous résumons ici notre étude des trajectoires sociales des femmes auteurs belges, développée dans  (...)
  • 7 Brogniez (Laurence), « Poétesses belges du xixe siècle : quelques profils perdus », dans Sextant, n (...)
  • 8 Dès 1914, le catalogue La Femme belge dans la littérature, 1870-1914 (Anvers, Burton) dénombre pas (...)
  • 9 L’analyse des origines sociales a été menée sur un corpus de cent quarante-six auteures. Ont été pr (...)
  • 10 Michaux (Marianne), « Femmes de lettres belges 1850-1880. Dette idéologique, ruse symbolique », op. (...)
  • 11 Dozo (Björn-Olav), Mesures de l’écrivain, op. cit.
  • 12 Plus d’un quart des auteures du corpus étudié appartiennent en effet à la classe sociale supérieure(...)
  • 13 En Belgique, il faut attendre la seconde moitié du siècle pour que l’enseignement féminin échappe à (...)

3Si, dès les années 1850, la Belgique compte au rang de ses écrivains plusieurs femmes de lettres 7, le tournant du siècle est marqué par une impressionnante augmentation de l’effectif littéraire féminin : les femmes de lettres sont désormais près de deux cents 8 et investissent l’ensemble des genres littéraires. À cette augmentation correspond également une diversification significative des profils sociaux 9. Alors que les romancières et les poétesses qui publient entre 1830 et 1880 forment, selon Marianne Michaux, un « groupe socialement homogène » de femmes issues de milieux aisés 10, les femmes écrivains actives dès le tournant du siècle sont issues de milieux socio-économiques plus diversifiés (filles de petits commerçants, d’employés et d’artisans). Ce changement s’explique par le développement, dès la seconde moitié du xixe siècle, d’un réseau d’enseignement secondaire public pour les filles. Toutefois, alors que dès la fin du xixe siècle, les hommes de lettres se recrutent de façon quasiment systématique dans des milieux sociaux distincts 11, les femmes de lettres issues de la grande et de la moyenne bourgeoisie continuent à dominer le champ 12. Cet écart reflète le décalage entre les bénéfices de la démocratisation scolaire pour les garçons (première moitié du xixe siècle) et pour les filles (tournant du siècle) 13.

  • 14 Sur un corpus de cent quarante-six auteures, 34,17 % des femmes ont ainsi dépassé le cycle secondai (...)

4Mises en corrélation avec les réformes de l’instruction féminine, l’augmentation et la diversification de l’effectif littéraire féminin autorisent cependant à penser l’entrée des femmes en littérature comme un aspect plus spécifique de leur accès aux professions intellectuelles. L’analyse des profils sociaux des femmes écrivains actives entre 1880 et 1940 met en effet en évidence leur appartenance à une élite intellectuelle. Pour les femmes de lettres nées entre 1860 et 1889, le diplôme de régente constitue ainsi le plus haut niveau d’étude enregistré et concerne la majorité des auteures. Or, en Belgique, jusqu’à l’organisation d’un cycle secondaire complet pour les filles, le régendat équivaut au degré de formation le plus élevé accessible aux femmes. Le diplôme universitaire constitue, quant à lui, le plus haut niveau d’étude enregistré pour les femmes de lettres nées entre 1890 et 1919, premières générations à avoir pu bénéficier d’un cycle secondaire complet les préparant à l’université 14.

  • 15 La littérature personnelle (correspondances, mémoires, journaux, autobiographies) offre un accès pa (...)
  • 16 Brogniez (Laurence), « Poétesses belges du xixe siècle : quelques profils perdus », op. cit. ; Izqu (...)
  • 17 Nous développons toutes ces questions dans : Gemis (Vanessa), « Derrière Les lettres d’Hélène : soc (...)

5Bien qu’elle nécessite une certaine éducation, on se rappellera toutefois que l’activité littéraire ne requiert aucun droit d’entrée formel. Les conditions qui définissent l’accès des femmes au métier d’écrivain relèvent en réalité des représentations sociales et littéraires qui traversent leur éducation 15. Les interdits qui accompagnent l’acquisition d’une éducation lettrée chez les filles suppléent en effet largement à l’absence d’un droit d’accès formel à l’activité littéraire. En l’absence de mixité scolaire, le critère reste en effet celui d’une instruction différenciée où domine l’éducation morale. Les rapports spécifiques que les jeunes filles entretiennent au fait de lire est en ce sens emblématique et oscillent entre « lectures interdites » insistant sur la dangerosité du livre, et « lectures permises » creusant le décalage entre les futures écrivaines et leurs confrères : les filles sont élevées dans l’admiration de Lamartine, à une époque où les jeunes intellectuels lisent Verlaine et Zola. Les romantiques s’imposent ainsi comme une référence culturelle majeure de l’éducation littéraire des filles, comme en témoigne leur statut de modèle pour de nombreuses femmes poètes, dès le tournant du siècle 16. L’absence de tradition littéraire spécifique conditionne enfin un sentiment d’imposture et conduit très souvent à mettre en sourdine les aspirations littéraires 17.

6Au-delà de l’éducation littéraire, ce sont plus largement les représentations féminines traversant leur éducation qui définissent les rapports possibles entre la femme et la littérature. Ainsi, l’ambition qui sous-tend le projet libéral en matière d’instruction féminine est-elle double et vise-t-elle en réalité à une émancipation féminine plus religieuse qu’intellectuelle. C’est donc in fine le milieu social qui détermine l’opportunité d’une formation pour les filles, notamment en fonction de la nécessité d’un emploi rémunéré. Toutefois, même lorsqu’elles sont motivées par les nécessités économiques, les initiatives en faveur de l’enseignement féminin restent guidées par le souci d’offrir aux femmes des débouchés professionnels qui correspondent à leurs prérogatives traditionnelles. Si le régendat constitue, jusqu’aux années 1920-1930, le plus haut niveau d’instruction féminine, c’est parce que la profession d’enseignante renvoie à la mission éducative des femmes. Cette définition, qui sert de caution morale, a pour principal effet de minimiser, voire de dénier, le statut intellectuel de l’enseignante. La même logique trace les contours d’un espace des possibles littéraires spécifiques et conditionne au final la reproduction d’un ordre social sexué au cœur du champ littéraire.

  • 18 Parmi ceux-ci, citons : La Femme belge dans la littérature…, op. cit. ; Berger (Lya), Les Femmes po (...)
  • 19 C’est la question du « genre des genres » que développe Christine Planté dans son essai sur la femm (...)

7Premier indice de l’entrée massive des femmes dans le champ littéraire belge, les (chapitres d’) ouvrages et anthologies consacrés à la « littérature féminine » 18 invitent à se poser la question des discours critiques qui encadrent la littérature des femmes dès le tournant du siècle. Étudiées sous l’angle de la « littérature féminine », les femmes écrivains y sont enfermées dans un collectif (celui des « femmes de lettres ») qui leur dénie tout positionnement individuel en les renvoyant systématiquement à leur identité sexuée, c’est-à-dire à une contrainte extralittéraire qui conditionnerait l’ensemble de leur production. L’activité littéraire des femmes est ainsi soumise à la même logique qui régit l’ensemble des professions féminines – une retraduction de leurs prérogatives sociales – et l’on peut comparer leurs modes d’accès au champ littéraire à leur entrée massive dans le secteur tertiaire (éducation, aide aux personnes, soins de santé, etc.). Pour les femmes auteurs, il s’agit ainsi de neutraliser la valeur initialement subversive de leurs activités littéraires en soumettant leur plume aux impératifs de leur sexe. Thèmes et genres sont ainsi réinvestis sur un mode féminin et envisagés selon une hiérarchie morale qui entérine la féminité officielle 19. Définie à partir des caractéristiques de l’éternel féminin, la « littérature féminine » circonscrit donc un espace de reconnaissance limité, corrélé aux critères de légitimité sociale.

Sociabilités féminines

  • 20 Sur le sujet, nous renvoyons à : Gemis (Vanessa), « Derrière Les lettres d’Hélène… », op. cit. ; Ge (...)
  • 21 Sur la section littéraire du Lyceum Club de Bruxelles, nous renvoyons à : Gemis (Vanessa), Femmes d (...)
  • 22 C’est en 1892, à la suite de l’affaire Popelin (1888), qu’est en effet créée, à Bruxelles, la premi (...)
  • 23 Gubin (Éliane), Van Molle (Leen) (dir.), Des femmes qui changent le monde. Histoire du Conseil inte (...)
  • 24 Allen (Anne Taylor), Feminism and Motherhood in Western Europe, 1890-1970 : The Maternal Dilemma, N (...)
  • 25 Savoie (Chantal), « L’Exposition universelle de Paris (1900) et son influence sur les réseaux des f (...)

8À l’orée du xxe siècle, les modifications qui s’opèrent dans le recrutement des femmes écrivains font donc écho aux conditions définissant l’accès des femmes à la sphère professionnelle, et plus spécifiquement aux professions intellectuelles. Plus largement admises dans la sphère publique, les femmes sont également confrontées à une structuration genrée de l’espace social qui se traduit par le développement de lieux de rencontre spécifiques. Les premiers établissements scolaires féminins prennent progressivement le relais des couvents et autres institutions privées, offrant des structures qui favorisent les amitiés intellectuelles. En Belgique, la création en 1864 des cours d’éducation pour jeunes filles est à ce titre exemplaire. L’établissement, qui servira de modèle à l’ensemble du réseau laïc féminin, constitue un lieu de sociabilité intellectuelle et littéraire crucial pour l’histoire des femmes belges 20. C’est également à la même époque que se multiplient les women’s clubs, destinés à offrir aux femmes des espaces de sociabilité équivalents aux clubs masculins. Sur le modèle du Lyceum Club de Londres, fondé en 1903 par l’écrivaine et journaliste Constance Smedley (1876-1941), des clubs similaires sont ainsi créés dans la plupart des grandes villes européennes (Berlin en 1905, Paris en 1907, Bruxelles en 1908, etc.). Leur objectif est de mettre en relation des femmes de nationalités différentes s’intéressant à la littérature, aux arts, à la musique et aux œuvres humanitaires 21. Enfin, l’émergence, à la même époque, d’un féminisme organisé 22 est marquée par le développement de pratiques associatives. La création, en 1888, du Conseil international des femmes, groupement qui fédère différents Conseils nationaux féminins (France, Italie, Allemagne, Québec, Belgique, etc.), témoigne de l’importance de ce mouvement tant au niveau national qu’international 23. Parmi les questions soulevées par ces diverses associations, celle de la place des femmes en littérature n’a cependant que peu suscité l’intérêt des chercheurs. Les analyses se sont en effet davantage centrées sur les questions d’ordre social 24, témoignant de la vivacité des a priori sur la littérature des femmes antérieure à la seconde vague du féminisme et considérée, à ce titre, comme protoféministe. L’émergence de ces réseaux féminins internationaux va pourtant donner lieu à un front commun féminin duquel, comme le souligne Chantal Savoie, « se dégagent progressivement des stratégies nationales et internationales de valorisation des écrivaines et des tentatives d’assurer leur reconnaissance […] » 25. Parallèlement, s’y lit aussi la position ambiguë qu’occupent les femmes écrivains à l’égard du féminisme, et les stratégies mises en place pour bénéficier, derrière la visibilité collective, d’une reconnaissance et d’une légitimité personnelles.

La Section du livre et de la presse du cnfb

  • 26 Sur le Conseil national des femmes belges et le Conseil international des femmes belges, voir : Gub (...)
  • 27 Sur Marguerite Van de Wiele, voir : Gemis (Vanessa), « Femmes écrivains journalistes (1880-1940) : (...)
  • 28 Popelin (Marie), « La deuxième Assemblée générale du Conseil national des femmes belges. Rapport su (...)

9En 1899, Marie Popelin (1846-1913), présidente de La Ligue belge du droit des femmes, est chargée de fonder, à la demande de la présidente du Conseil international des femmes, lady Ishbel Aberdeen, un Conseil national des femmes belges (cnfb26. L’association voit le jour en 1905, et regroupe au départ la Ligue belge du droit des femmes, la Société pour l’amélioration du sort de la femme et l’Union des femmes belges contre l’alcoolisme. Les conseils nationaux de femmes ont pour ambition de défendre les intérêts de la femme dans tous les domaines qui la concernent et d’assurer leur représentation à l’étranger. Dès sa seconde année d’existence, le cnfb décide de mettre en place une Section du livre et de la presse, dont la présidence est confiée à la romancière Marguerite Van de Wiele (1857-1941) 27. La Section est destinée à s’occuper « de tout ce qui intéresse les femmes de lettres » et à « créer un centre où viendront se grouper toutes nos femmes écrivains, romancières, auteurs dramatiques, poètes, journalistes, toutes les ouvrières du livre et aussi toutes les femmes que les lettres belges intéressent » 28. Malgré la logique militante du cnfb, la Section du livre et de la presse n’est cependant pas tournée vers des questions d’ordre politique. Les activités qu’y organisent les femmes de lettres laissent en effet entrevoir une adhésion aux représentations féminines traditionnelles, qui entérine la définition d’une « littérature féminine » entre œuvre sociale et œuvre littéraire.

L’Œuvre des fêtes dans les hôpitaux et les hospices civils de Bruxelles

  • 29 « Deux soirées à la Ligue », dans La Ligue, seizième année, n°1, 1908, p. 27. Marguerite Van de Wie (...)
  • 30 D’origine française, Marguerite Baulu a cependant mené l’essentiel de sa carrière littéraire en Bel (...)
  • 31 Œuvre des fêtes dans les hôpitaux et les hospices civils de Bruxelles. Rapport sur la période 1908- (...)
  • 32 Marguerite Van de Wiele (présidente), Élise Nyst (secrétaire), Annette Deckers (trésorière), Margue (...)
  • 33 Sur Jeanne Hovine, voir : Gubin (Éliane), Jacques (Catherine), Piette (Valérie) et Puissant (Jean) (...)

10Dès 1908, le Conseil émet le souhait que sa section littéraire mette l’art de la conférence et la formation d’oratrices au centre de ses priorités 29. Les conférences et lectures figureront ainsi parmi les activités régulières de la Section. Malgré l’ambition clairement « militante » de cette formation à la parole active, les conférences sont rapidement orientées vers des objectifs en accord avec la mission sociale dévolue aux femmes. À la demande de l’écrivaine Marguerite Baulu 30, la section organise dès 1909 des lectures et des conférences destinées à distraire les convalescents dans les hôpitaux et hospices civils de Bruxelles 31. Toutefois, à côté de ces causeries, les membres 32 de l’œuvre des fêtes organisent également des projections lumineuses, des séances de musique et des représentations théâtrales. En décembre 1912, Jeanne Poirier y fait représenter sa comédie en trois actes Le Cœur de Pierrot. Ce sont ses trois enfants qui assurent la représentation. En 1914, c’est au tour de sa saynète La Patte de lièvre d’être représentée. La toute jeune Jeanne Hovine (1888-1983) 33, comédienne connue plus tard sous le nom d’Anne-Marie Ferrière, fait partie de la distribution. Le cas de Jeanne Poirier (1865-1935) est emblématique du rôle parfois unique joué par la Section du livre et de la presse comme relais de visibilité.

  • 34 La Femme belge dans la littérature 1870-1914, op. cit., p. 59.

11Fille d’un ingénieur, Jeanne Leysen (1865-1935) épouse dans les années 1880 Pierre Poirier (1864-1898), avocat à la cour d’appel de Bruxelles et homme de lettres. Le couple aura trois enfants : Pierre (1889), Marc (1890) et Jane (1892). En 1893, Jeanne Poirier se lance timidement en littérature en publiant, sous le pseudonyme de Jean Berlaer, un petit sketch, « Pour Daouï », dans la partie littéraire de L’Almanach de l’Université de Gand. Elle ne reprendra la plume qu’en 1906, huit ans après le décès de son époux, avec une nouvelle, « Âme d’enfant », récompensée par le journal Le Matin. Son affiliation à la Section du livre et de la presse du cnfb lui permet à la même époque de renouer avec le théâtre. À côté des deux comédies interprétées dans le cadre de l’œuvre des fêtes, une troisième pièce sera jouée, et même éditée, grâce à la section littéraire du cnfb. En 1911, sa comédie-ballet Les Images est jouée au Théâtre royal de l’Alcazar, dans le cadre des séances du Théâtre de la jeunesse créé un an plus tôt par la Section du livre et de la presse. Malgré l’annonce d’un recueil de contes et de nouvelles 34, la guerre mettra ensuite un terme à ses activités littéraires.

12La reconnaissance publique des œuvres théâtrales de Jean Berlaer sera donc essentiellement relayée par les initiatives de la Section du livre et de la presse : l’Œuvre des fêtes et le Théâtre pour la jeunesse. Si l’Œuvre des fêtes dans les hôpitaux et hospices civils de Bruxelles vivra quelques belles années (plus de trente ans), la création d’un Théâtre pour la jeunesse sera, quant à elle, beaucoup plus éphémère.

Le Théâtre pour la jeunesse

13En 1910, la section littéraire du cnfb décide d’inaugurer un Théâtre pour la jeunesse. Le projet rejoint donc un domaine où la légitimité est depuis longtemps acquise par les femmes : l’éducation. Par sa dimension sociale, l’initiative s’inscrit dans la continuité de l’Œuvre des fêtes. La Section du livre et de la presse entend cependant ici témoigner de réflexions à la fois pédagogiques et littéraires :

  • 35 Van dWiele (Marguerite), « Le Chapitre de la femme. Inauguration du théâtre de la Jeunesse », dan (...)

[…] Une chose avait frappé les éducatrices et les mamans qui sont parmi nous : c’est le peu de progrès réalisés, en ce siècle de la pédagogie rationnelle, du côté, précisément, des habitudes de distraire, récréer, amuser littérairement la jeunesse. Rien n’est moins abondant […] que les livres ayant à la fois valeur d’art et valeur séductrice. […] l’adolescence de ce temps s’est nourrie, elle s’est intoxiquée au récit des malsaines aventures de Nick Carter, Buffalo Bill, Arsène Lupin ou autres ingénieux gentlemen du royaume d’Apachie.
Les tableaux déroulés sur l’écran lumineux des cinématographes ne sont, en général, pas plus édifiants : c’est la bouffonnerie grossière qui y est représentée, quand ce n’est pas le mélodrame ténébreux et absurde. Ces spectacles, aussi bien que ces lectures, sont dangereux et devraient être condamnés impitoyablement. […]
Deux résolutions principales dominaient l’esprit des promotrices du « théâtre de la jeunesse » quand elles s’entendirent pour donner une suite pratique à leur projet ; c’est : qu’il fallait absolument quelque littérature et le plus possible de santé morale ; puis, aussi, de l’agrément, de l’imagination, de la vie. Voilà pour le répertoire. Pour l’interprétation, c’est notre intention irréductible d’en exclure les enfants. Ceux-ci seront dans la salle ; ils ne seront point sur la scène35

  • 36 Ibidem.
  • 37 Les Images, texte par Jean Berlaer, musique par Charles Mélant, illustrations par Constant Van Offe (...)

14La première matinée théâtrale aura lieu le 28 décembre 1910, au Théâtre royal de l’Alcazar. Après une conférence de la présidente sur « La jeunesse au théâtre », la section présente une pièce d’Hélène Clément, Le Miroir aux alouettes, que Le Thyrse, revue à laquelle collabore la dramaturge, s’empresse de qualifier « d’œuvre sans grande prétention, écrite avec l’unique souci de récréer sainement » 36. La seconde séance du Théâtre pour la jeunesse aura lieu quelques mois plus tard, le 23 mars 1911. La pièce interprétée – Les Images de Jean Berlaer – n’est guère plus audacieuse que la précédente. Il s’agit d’une comédie féerique en deux actes, qu’agrémentent des compositions musicales inédites de Charles Mélant. Avec cette seconde œuvre, la section littéraire inaugure également une collection, où ne paraîtra cependant que la pièce de Jean Berlaer 37.

  • 38 « Avis. Conseil National des Femmes belges », dans La Ligue. Organe belge du droit des femmes, seiz (...)
  • 39 Les lauréates sont récompensées d’une édition luxueuse des Légendes de Marguerite Van de Wiele.
  • 40 Sa nouvelle Monsieur Préver amoureux sera publiée dans La Belgique artistique et littéraire (t. 12, (...)
  • 41 Marguerite Coppin obtiendra la seconde mention, après Marguerite Baulu, pour une nouvelle humoristi (...)
  • 42 L’héroïne de Mariette Houyoux se bat pour pouvoir exercer la médecine (Houyoux [Mariette], « Consol (...)
  • 43 Nous n’avons cependant pas retrouvé d’informations concernant les lauréates suivantes, à l’exceptio (...)

15Avec son Théâtre pour la jeunesse, la Section du livre et de la presse du cnfb affirme sa volonté de participer à la reconnaissance de la littérature écrite par des femmes belges. Les pièces jouées à l’Alcazar font préalablement l’objet d’un concours, les manuscrits étant soumis à un jury que composent, entre autres, Victor Reding, directeur du Théâtre royal du Parc, et Louis Delattre (1870-1938), auteur notamment de contes pour enfants. Dès 1908, la Section ouvre également aux femmes de lettres belges un concours de nouvelles inédites. Même si le procédé pousse à l’extrême le rapport à la collectivité (la sélection des manuscrits est réalisée par vote secret au terme d’une lecture à voix haute en séance plénière) 38, le concours témoigne cette fois des possibilités d’expertise critique qu’offre le déploiement d’une littérature féminine en milieu féminin. En 1908, trois femmes sont primées 39 : Marguerite Baulu 40, Marguerite Coppin (1867-1931) 41 et Mariette Houyoux-Richald (1865-1921). L’argument féministe de Consolatrix, l’œuvre de la dernière lauréate, lui vaudra également une publication dans La Ligue 42. Le concours de nouvelles continuera à être organisé après la guerre 43. À partir de 1935, la présidence de la Section est alors assurée par Marie Gevers (1883-1975).

Un miroir de la littérature des femmes au tournant du siècle ?

  • 44 Sur l’exposition « La Femme contemporaine », voir : Baland (DA.), « Exposition “La Femme contempo (...)

16La visibilité que confère aux femmes écrivains belges une section comme celle du livre et de la presse se mesure pleinement lors de sa participation, en 1914, à l’exposition anversoise : « La Femme contemporaine » 44. L’ambition des organisatrices de l’événement est de créer une vitrine des activités et des métiers désormais accessibles aux femmes. À travers plusieurs sections, le visiteur peut en effet y apprécier l’étendue des talents féminins dans des domaines convenus, tels que les arts décoratifs, la mode, les travaux d’aiguille, l’agriculture ou encore l’enseignement, mais également découvrir de nouvelles professions, telles que la médecine ou la téléphonie. Les œuvres de bienfaisance sont évidemment bien représentées et occupent toute la galerie supérieure de la salle des fêtes d’Anvers, mise à disposition pour l’évènement. Dans ce panorama de l’activité féminine contemporaine, une place est également donnée à la littérature. Ce sont les comités francophone et néerlandophone de la Section du livre et de la presse du cnfb qui se chargent de présenter les œuvres littéraires, mais également d’organiser conférences, représentations théâtrales et récitals poétiques. Des personnalités étrangères sont invitées, comme la poétesse française Lya Berger (1877-1941) ou la comédienne Sarah Bernhardt (1844-1923), qui sera d’ailleurs accueillie avec enthousiasme, lors d’une matinée de gala, par la toute jeune Marie Gevers.

  • 45 La Femme belge dans la littérature, 1870-1914, Anvers, Burton, 1914.
  • 46 Un ouvrage similaire est publié par le Conseil national des femmes du Canada, à l’occasion de l’Exp (...)
  • 47 Soulignons que l’exposition d’Anvers est gérée conjointement par une section francophone et néerlan (...)
  • 48 En 1914, le Comité de la Section du livre et de la presse est composé comme suit : Marguerite Van d (...)

17Évènement éphémère, « La Femme contemporaine » montre cependant l’intérêt suscité par l’entrée de plus en plus massive des femmes dans l’espace public. La présence des femmes de lettres indique que la littérature a désormais rejoint la sphère des activités visibles et légitimes. À l’occasion de l’exposition, la Section du livre et de la presse publie également un catalogue : La Femme belge dans la littérature 1870-1914 45. Ce dernier s’impose comme « une des premières tentatives pour répertorier et cartographier les lettres féminines du pays […] » 46. Pour la partie francophone, il reprend pas moins de 215 femmes de lettres. L’album témoigne cependant bien de la valeur extralittéraire qui régit le collectif des « femmes de lettres », le critère sexué ayant permis de regrouper des auteures aux trajectoires sociales et littéraires très différentes. Cette grande diversité transparaît déjà au sein même du comité qui dirige la Section et qui est mis à l’honneur dans le catalogue à travers portraits photographiques et indications biobibliographiques. De véritables figures d’intellectuelles (la poète symboliste Marie Closset, alias Jean Dominique, la philosophe Stéphanie Chandler-Dwelshauvers, la féministe Marie Parent) côtoient des mères de famille aux ambitions davantage caritatives que littéraires (Jeanne Poirier, alias Jean Berlaer, Hélène Clément, Béatrix d’Aulande). À travers les noms qui composent le comité de la Section, se lit également une volonté d’affirmer l’émergence d’une tradition littéraire féminine en Belgique francophone 47. À côté de femmes de lettres déjà bien connues de leurs contemporains (Marguerite Van de Wiele, Marguerite Coppin ou encore Emma Lambotte), le comité affiche des forces nouvelles (Marie Gevers, Junia Letty ou encore Yvonne Herman) 48. C’est par ailleurs un portrait de Caroline Gravière (1821-1878) qui clôture le catalogue publié en 1914, signe de la volonté d’instituer une tradition de la littérature des femmes en Belgique. Enfin, alors que Marie Popelin ne réussira pas à fédérer autour du cnfb les femmes de tous horizons politiques, la Section du livre et de la presse regroupe, quant à elle, des femmes de lettres aux opinions très contrastées, issues tant de la bourgeoisie laïque et libérale que du monde catholique.

  • 49 Gemis (Vanessa), « Femmes et champ littéraire en Belgique francophone (1880-1940) », op. cit.

18Cette hétérogénéité du comité de la Section du livre et de la presse indique que les femmes ont intégré le fait que leur appartenance sexuée pouvait constituer, en soi, un vecteur de reconnaissance. Le détour par les trajectoires personnelles des membres de la section montre cependant que toutes n’ont pas profité d’égale manière de la visibilité offerte par le cnfb. Si une auteure comme Jeanne Poirier, alias Jean Berlaer, y a effectivement trouvé un biais pour la reconnaissance de son travail de dramaturge, d’autres auteures témoignent par leurs prises de position et leurs stratégies de positionnement dans le champ littéraire d’une volonté d’affirmer leur individualité créatrice. Ainsi, Marie Closset, alias Jean Dominique, cherchera-t-elle à imposer son statut de poète en publiant sous pseudonyme, dans les milieux de l’avant-garde symboliste. Elle résoudra, en outre, cette tension entre un rapport obligé à la collectivité et la nécessité, pour être reconnue, de revendiquer un rapport individuel à la création, en construisant une posture de femme mentor 49. La posture adoptée par la présidente de la section, Marguerite Van de Wiele, est également révélatrice de cette ambiguïté fondamentale de la littérature des femmes, dont l’un des effets les plus notables est le rapport tout aussi ambigu que nombre d’écrivaines entretiennent au féminisme. Dans ce cas, toutefois, le collectif se révélera in fine l’unique stratégie de reconnaissance déployée.

  • 50 Houyoux (Mariette), « La première conférence de Mlle Marguerite Van de Wiele à la Section du livre (...)
  • 51 Van den Dungen (Pierre), « Van de Wiele Marguerite, Amélie, pseudonyme Natalis (1857-1941) », dans (...)
  • 52 Marguerite est ainsi la première femme de lettres belge à faire l’objet d’un article dans la revue (...)
  • 53 Van de Wiele (Marguerite), Fleurs de civilisation, Paris, Ollendorff, 1901.
  • 54 Pour une étude plus fouillée de la trajectoire de Marguerite Van de Wiele, nous renvoyons à : Gemis(...)
  • 55 Sur cette question, on se reportera à : Riot-Sarcey (Michèle), Varikas (Eléni), « Réflexions sur la (...)

19La nomination de Marguerite Van de Wiele à la tête de la Section du livre et de la presse du cnfb, lors de sa création en 1906, se veut explicitement un hommage à la carrière de l’écrivaine 50. Après la guerre, elle deviendra également présidente du cnfb (1919-1935). Cette inscription parmi les dirigeantes des réseaux associatifs et féministes belges a, comme le suggère Pierre Van den Dungen, partie liée avec la reconnaissance dont bénéficie la romancière 51. Une figure reconnue comme Marguerite Van de Wiele pouvait en effet contribuer à la légitimité du mouvement. À l’inverse, sa qualité de membre de la Ligue belge du droit des femmes (1893-1914), dès sa création en 1893, et sa collaboration au périodique éponyme peuvent se lire au départ comme une volonté de profiter de la visibilité offerte par cette structure. Rapidement, les discours tenus par la Ligue sur l’accès des femmes aux lettres tendent à mettre en avant sa carrière 52 et, en 1914, lorsque la Section du livre et de la presse publie son catalogue, le portrait enluminé de Marguerite Van de Wiele qui ouvre l’ouvrage offre au lecteur l’image d’un véritable chef de file. Pourtant, Marguerite Van de Wiele a, au départ, construit sa carrière sur cette rhétorique de la « femme exceptionnelle » pendant longtemps mobilisée pour affirmer la masculinité du champ littéraire. La romancière entend en effet s’élever au-dessus de la mêlée et affirmer sa position « à part ». Cette stratégie se lit en particulier lorsque l’on considère le propos de son roman Fleur de civilisation, publié en 1901 53. Dans cet ouvrage, Marguerite Van de Wiele montre comment la femme qui renonce à l’amour au bénéfice de son art finit par se viriliser, par perdre tous ses charmes, et insiste sur la vraie mission de la femme tout entière tournée vers les soins du ménage et pour qui le statut d’artiste ne peut être envisagé que pour des raisons économiques. La représentation de la femme artiste qui ressort de ce roman est d’autant plus surprenante qu’elle semble décrédibiliser Marguerite Van de Wiele elle-même. En réalité, le roman tend à projeter une image favorable de la romancière, non seulement parce qu’elle y soutient et y adhère à la doxa dominante, mais parce que la légitimité et la notoriété qu’elle a pour sa part acquises en tant qu’écrivain 54 l’érigent en contre-modèle de son héroïne. Marguerite Van de Wiele apparaît comme une « femme d’exception », la femme artiste dont le talent n’a pas amoindri la féminité, dont la sensibilité et la conscience des devoirs qui incombent aux femmes sont restées intactes. Cette rhétorique de « la femme exceptionnelle » est fondamentale dans une société patriarcale qui dénie aux femmes toute forme de singularité pour les renvoyer à un collectif « femmes » 55. Si le statut d’exception est la condition qui permet à une femme de s’affirmer et d’être reconnue en tant que sujet créatif, il faut en effet à l’écrivaine admettre et accepter les règles (c’est-à-dire la doxa) qui en font une femme exceptionnelle.

  • 56 Van de Wiele (Marguerite), « L’Art de la femme », dans La Ligue. Organe belge du Droit des femmes, (...)

20Cette posture de « femme exceptionnelle » que développe la romancière n’est toutefois pas du goût des militantes. En 1898, l’organe de la Ligue traduit et publie la réaction d’une consœur allemande à une étude signée par Marguerite Van de Wiele sur « L’Art de la Femme » 56, annonçant déjà l’argument de Fleur de civilisation. Elle y souligne le paradoxe entre les discours et la trajectoire personnelle de l’écrivaine :

  • 57 Schirmacher (K.), « Une réponse à Marguerite Van de Wiele » (traduit de la Frauenbewegung par Marie (...)

Mlle Van de Wiele déclare que l’équivalence des sexes est basée sur la différence absolue de leurs talents et de leurs forces.
Est-ce une Marguerite Van de Wiele qui écrit cela ? Une femme qui gagne son pain par la plume, une femme qui vaut un homme pour l’énergie, la persévérance ? Est-ce elle qui écrit ces phrases : Si l’homme a la vigueur, la femme a la séduction ; s’il a le jugement, elle a le goût… On a peine à l’admettre. […] que, surtout, des femmes comme Marguerite Van de Wiele, dans leurs excursions et leurs voyages de découvertes dans le domaine du féminin, n’attachent point leur barque à un point d’où il leur serait fort difficile de reprendre le large. 57

  • 58 En janvier 1931, dans un article qu’elle consacre à l’émancipation féminine, publié dans Le Soir, e (...)

21Les discours tenus par Marguerite Van de Wiele après la guerre se nuanceront progressivement, pour marquer finalement une adhésion relative aux revendications féministes 58. Cette évolution du discours de la romancière traduit le développement d’une nouvelle posture à laquelle correspond son engagement dans les réseaux associatifs féminins. Alors qu’au tournant du siècle, sa reconnaissance passe par la mise en exergue d’un statut d’exception qu’elle se doit, pour continuer à être légitimée, d’entériner, l’appréhension progressive de la littérature des femmes comme phénomène social et collectif va en effet peu à peu l’instituer en « chef de file » du mouvement. De « femme d’exception », Marguerite Van de Wiele passe progressivement à « modèle ». Cette nouvelle forme de reconnaissance prendra une forme institutionnelle en 1929, à l’occasion des noces d’or littéraires de l’écrivaine. La ville de Bruxelles décide alors de créer un Prix triennal Marguerite Van de Wiele, destiné à récompenser une romancière ou nouvelliste belge. Six ans plus tard, elle sera également la première femme élevée au grade de commandeur de l’Ordre de Léopold.

Quelques pistes pour une histoire des réseaux littéraires féminins

  • 59 Ainsi l’idéal romantique du « créateur incréé » sur lequel s’est construit l’histoire littéraire a- (...)

22À travers le réseau littéraire féminin se lit donc l’un des dilemmes majeurs de la littérature des femmes : s’appuyer sur le collectif et s’inscrire dans le créneau d’une « littérature féminine » socialement admise, au risque de renoncer à une reconnaissance littéraire basée sur des critères d’originalité et d’individualité 59, ou mettre en place des stratégies visant à revendiquer un statut d’individualité créatrice, au risque de subvertir les critères de légitimité sociale associant le féminin à la pudeur et l’altruisme. À ce titre, la question du « réseau » s’avère prometteuse pour l’étude des femmes auteurs. En guise de conclusion, nous proposons d’en résumer les bénéfices en quatre points :

231. Le « réseau » permet d’éclairer une dynamique de positionnement dans le champ littéraire, récurrente chez les femmes de lettres dès le tournant du xxe siècle. Or, cette dynamique correspond certes aux modalités de réception des femmes écrivains par l’institution littéraire, mais elle traduit également de nouveaux modes de structuration qui vont permettre une autorégulation de la littérature des femmes par les femmes. Sous cet angle, le rapport de l’individu au collectif peut, d’une part, se lire autrement qu’en termes de stigmatisation pour s’appréhender également en termes de stratégies, et d’autre part, s’envisager sous certaines formes où l’individualité et le rapport à une collectivité ne sont pas forcément antinomiques, comme dans le cas des femmes mentors. À ce titre, il y a donc lieu de distinguer le réseau associatif (c’est-à-dire relayé par une structure institutionnelle), du réseau interpersonnel. L’un et l’autre pouvant évidemment être liés.

  • 60  Nous proposons une première approche de cette question dans : Gemis (Vanessa), « Derrière Les lett (...)

242. Cette question des réseaux interpersonnels, dépendants ou non de structures institutionnelles, permet également de projeter un nouvel éclairage sur certaines pratiques littéraires féminines appartenant au registre personnel (journaux, correspondances, etc.). L’intérêt porté aux écritures intimes permet en effet de rendre visible des auteures qui, écartées des circuits de production et de diffusion traditionnels, se sont d’emblée retrouvées exclues de l’histoire littéraire. Ce matériau ouvre, en outre, d’intéressantes perspectives d’analyse des modes relationnels (amitiés, homosexualité, etc.) 60.

253. L’étude des réseaux littéraires féminins permettrait donc également de revaloriser des parcours individuels oubliés ou invisibles, en redonnant leur juste place à des femmes écrivains dont l’investissement littéraire ne se donne justement à lire qu’au travers d’une dynamique de sociabilité et/ou de réseaux.

264. Enfin, et c’est sans doute la dimension la plus stimulante parce qu’elle invite à une approche comparée, cette question des réseaux permettrait, selon nous, de réfléchir aux modalités d’exclusion canonique des femmes auteurs, à la fois au sein de l’histoire littéraire, mais également au sein d’une « histoire littéraire des femmes ». Ou, pour le dire autrement, de réfléchir d’une part aux rôles de ces réseaux féminins, bien souvent internationaux, dans la construction d’un canon littéraire féminin transnational (transferts, circulations, etc.), et d’autre part à l’influence de ce canon transnational sur l’occultation historiographique de certaines productions littéraires féminines nationales. Le réseau comme révélateur des mécanismes exogènes et endogènes de la marginalisation, voilà, nous semble-t-il, une approche particulièrement adaptée à la situation historique et historiographique des femmes écrivains belges, à propos desquelles on ne saurait trop rappeler qu’aux effets de marginalisation sexuée se superposent des effets de marginalisation nationale.

Haut de page

Notes

1 Naudier (Delphine), La Cause littéraire des femmes. Modes d’accès et de consécration des femmes dans le champ littéraire (1970-1998), thèse de doctorat en sociologie, ehess, 2000 (dirigée par Rose-Marie Lagrave) ; PlantÉ (Christine), La Petite Sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, Paris, Seuil, 1989 ; von Kulessa (Rotraud), Entre la reconnaissance et l’exclusion. La position de l’autrice dans le champ littéraire en France et en Italie à l’époque 1900, Paris, Honoré Champion, 2011.

2 Notons qu’au Québec, cette approche a donné lieu à d’intéressants travaux : Savoie (Chantal), « Des salons aux annales : les réseaux et associations des femmes de lettres à Montréal au tournant du xxe siècle », dans Rajotte (Pierre) (dir.), Voix et Images, n°80, La Sociabilité littéraire, Montréal, printemps 2002, p. 238-253 ; Savoie (Chantal), « L’Exposition universelle de Paris (1900) et son influence sur les réseaux des femmes de lettres canadiennes », dans Fabre (Gérard) et Saint-Jacques (Denis) (dir.), Études littéraires, vol. 36, n°2, Les Réseaux littéraires France-Québec au début du xxe siècle, Québec, automne 2004, p. 17-30 ; Femmes de lettres. Les réseaux de femmes de lettres au xixe siècle, dans @nalyses. Revue de critique et de théories littéraires [en ligne : http://www.revue-analyses.org/sommaire.php?id=1126] ; Roy (Julie), « Des réseaux en convergence. Les espaces de sociabilité littéraire au féminin dans la première moitié du xixe siècle », dans Globe. Revue internationale d’études québécoises, vol. 7, n°1, Les Réseaux et Identités sociales, Montréal, 2004, p. 79-105.

3 Aron (Paul), Denis (Benoît), « Introduction. Réseaux et institutions faibles », dans De Marneffe (Daphné), Denis (Benoît) (dir.), Réseaux littéraires, Bruxelles, Le Cri/ciel-ulb-ulg, 2006, p. 15 ; Dozo (Björn-Olav), Mesures de l’écrivain, Liège, Presses universitaires de Liège, coll. Situations, 2011.

4 Cet article résume et prolonge certaines hypothèses de notre thèse de doctorat Femmes de lettres belges (1880-1940). Identités et représentations collectives (ulb, 2008-2009).

5 Pour une première étude sur les femmes auteurs membres de cette section, voir : Van den Dungen (Pierre), « Un milieu de femmes de lettres francophones au tournant du siècle », dans Sextant, n°11, Femmes artistes (1), 1999, p. 135-166.

6 Nous résumons ici notre étude des trajectoires sociales des femmes auteurs belges, développée dans : Gemis (Vanessa), Femmes de lettres belges (1880-1940), op. cit. ; Gemis (Vanessa), « Femmes et champ littéraire en Belgique francophone (1880-1940) », dans Naudier (Delphine) (dir.), Sociétés contemporaines, n°78, Genre et activité littéraire : les écrivaines francophones, 2010, p. 15-37.

7 Brogniez (Laurence), « Poétesses belges du xixe siècle : quelques profils perdus », dans Sextant, n°17-18, Poésie, 2002, p. 131-148 ; Michaux (Marianne), « Femmes de lettres belges 1850-1880. Dette idéologique, ruse symbolique », dans Sextant, n°6, Femmes en lettres, 1996, p. 31-53.

8 Dès 1914, le catalogue La Femme belge dans la littérature, 1870-1914 (Anvers, Burton) dénombre pas moins de deux cent quinze femmes écrivains.

9 L’analyse des origines sociales a été menée sur un corpus de cent quarante-six auteures. Ont été prises en considération les femmes écrivains francophones ayant publié un ouvrage ou ayant collaboré à une revue littéraire entre 1880 et 1940. Pour davantage de précisions méthodologiques concernant l’élaboration de ce corpus, voir : Gemis (Vanessa), Femmes de lettres belges (1880-1940)…, op. cit. ; Gemis (Vanessa), « Femmes et champ littéraire en Belgique francophone (1880-1940) », op. cit.

10 Michaux (Marianne), « Femmes de lettres belges 1850-1880. Dette idéologique, ruse symbolique », op. cit.

11 Dozo (Björn-Olav), Mesures de l’écrivain, op. cit.

12 Plus d’un quart des auteures du corpus étudié appartiennent en effet à la classe sociale supérieure (25,34 %).

13 En Belgique, il faut attendre la seconde moitié du siècle pour que l’enseignement féminin échappe à la stricte initiative privée. La création, en 1864, de la première école moyenne laïque pour filles – les Cours d’éducation pour jeunes filles – fait à la fois écho à la montée du libéralisme et au développement du féminisme. L’établissement, qui a pour ambition de soustraire les jeunes filles issues de la bourgeoisie libérale à la mainmise des congrégations religieuses, servira de modèle pour plusieurs autres écoles. Dès le tournant du siècle, les femmes font également leur entrée à l’Université libre de Bruxelles (1880), l’Université de Liège (1881) et l’Université de Gand (1882). Mais la loi sur la collation des grades universitaires du 10 avril 1890, exigeant un diplôme homologué pour accéder à l’université, referme rapidement les portes : l’enseignement public féminin étant alors limité au degré moyen, les futures universitaires sont dès ce moment contraintes à la réussite, devant le jury d’État, d’une épreuve portant sur les matières complètes des humanités. Hormis quelques formations pionnières, il faudra attendre l’entre-deux-guerres pour que soient créés les premiers lycées et athénées pour jeunes filles. L’université, ouverte aux femmes dès 1880, restera donc d’un accès limité jusqu’aux années 1930. Sur l’enseignement féminin en Belgique, voir entre autres : Despy-Meyer (Andrée), « L’entre-deux-guerres ou l’affirmation intellectuelle des femmes », dans Sextant, n°1, Féminismes, hiver 1993, p. 75-90 ; Gubin (Éliane), « Libéralisme, féminisme et enseignement des filles en Belgique aux xixe-début xxe siècles », dans Cahiers du Centre de recherches en histoire du droit et des institutions, 2001, no13-14, Politique, imaginaire et éducation. Mélanges en l’honneur du professeur Jacques Lory, Facultés universitaires Saint-Louis, Bruxelles, p. 151-174 ; Piette (Valérie), « Un réseau privé d’éducation des filles. Institutrices et pensionnats à Bruxelles (1830-1860) », dans Sextant, n°13-14, Femmes de culture et de pouvoir. Liber amicorum André Despy-Meyer, 2000, p. 149-177.

14 Sur un corpus de cent quarante-six auteures, 34,17 % des femmes ont ainsi dépassé le cycle secondaire moyen (69,4 % de l’échantillon connu) : diplômée de l’école normale (17,12 %), diplômée d’une école supérieure (4,05 %), universitaires diplômées (9,58 %), universitaires non diplômées (3,42 %).

15 La littérature personnelle (correspondances, mémoires, journaux, autobiographies) offre un accès passionnant à ces questions.

16 Brogniez (Laurence), « Poétesses belges du xixe siècle : quelques profils perdus », op. cit. ; Izquierdo (Patricia), « L’importance de Victor Hugo chez certaines poétesses de la Belle Époque », communication au « Groupe Hugo » (Équipe xixe), Université de Paris 7, 21 juin 2008 [http://groupugo.div.jussieu.fr/Groupugo/08-06-21Izquierdo.htm].

17 Nous développons toutes ces questions dans : Gemis (Vanessa), « Derrière Les lettres d’Hélène : sociabilités et réseaux littéraires féminins en Belgique francophone (de la fin du xixe au début du xxe siècles) », dans Recherches féministes, vol. 24, n°1, Savoie (Chantal), des RiviÈres (Marie-José) (dir.), Sans livres mais pas sans lettres : renouveler l’histoire des pratiques d’écriture des femmes, 2011, p. 119-136.

18 Parmi ceux-ci, citons : La Femme belge dans la littérature…, op. cit. ; Berger (Lya), Les Femmes poètes de la Belgique. La vie littéraire et sociale des femmes belges, Paris, Perrin et Cie, 1925 ; Hanlet (Camille), « Femmes de lettres », dans Les Écrivains belges contemporains de langue française, 1800-1946, Liège, H. Dessain, 1946, t. 1, p. 412-484 ; Ravez (Walter), Femmes de Lettres belges, s.l., Éditions de Belgique, 1939.

19 C’est la question du « genre des genres » que développe Christine Planté dans son essai sur la femme auteur (La Petite Sœur de Balzac, op. cit.).

20 Sur le sujet, nous renvoyons à : Gemis (Vanessa), « Derrière Les lettres d’Hélène… », op. cit. ; Gemis (Vanessa), « Femmes et champ littéraire en Belgique francophone (1880-1940) », op. cit. ; Van den Dungen (Pierre), « Parcours singuliers de femmes en lettres. Marie Closset, Blanche Rousseau et Marie Gaspar. Des Cours d’éducation d’Isabelle Gatti de Gamond à quelques expériences éducatives buissonnières », dans Sextant, n°13-14, Femmes de culture et de pouvoir. Liber amicorum André Despy-Meyer, 2000, p. 189-209.

21 Sur la section littéraire du Lyceum Club de Bruxelles, nous renvoyons à : Gemis (Vanessa), Femmes de lettres belges (1880-1940), op. cit.

22 C’est en 1892, à la suite de l’affaire Popelin (1888), qu’est en effet créée, à Bruxelles, la première association centrée sur les intérêts féminins : La Ligue belge du droit des femmes. Sur le sujet, voir entre autres : De Buerger-Van Lierde (Françoise), « À l’origine du mouvement féministe en Belgique : l’Affaire Popelin », dans Revue belge de philologie et d’histoire, t. L, 1973, p. 1128-1137 ; Buerger-Van Lierde (Françoise), « La Ligue belge du droit des femmes », dans Sextant, n°1, Féminismes, hiver 1993, p. 11-21.

23 Gubin (Éliane), Van Molle (Leen) (dir.), Des femmes qui changent le monde. Histoire du Conseil international des femmes, 1888-1988, Bruxelles, Racine, 2005, 248 p.

24 Allen (Anne Taylor), Feminism and Motherhood in Western Europe, 1890-1970 : The Maternal Dilemma, New York, Palgrave Macmillan, 2005, 354 p. ; Perdersen (Susan), Family, Dependence, and the Origins of the Welfare State : Britain and France, 1914-1945, Cambridge, Cambridge University Press, 1993, 478 p.

25 Savoie (Chantal), « L’Exposition universelle de Paris (1900) et son influence sur les réseaux des femmes de lettres canadiennes », op. cit., p. 17.

26 Sur le Conseil national des femmes belges et le Conseil international des femmes belges, voir : Gubin (Éliane), Van Molle (Leen) (dir.), Des femmes qui changent le monde, op. cit. ; Soyer (Élise), « Historique du féminisme en Belgique (première partie) », dans Sextant, n°5, Métier, 1996, p. 159-166.

27 Sur Marguerite Van de Wiele, voir : Gemis (Vanessa), « Femmes écrivains journalistes (1880-1940) : questions de genre(s). Pistes de recherche et réflexions autour de Marguerite Van de Wiele », dans Aron (Paul) (dir.), Textyles, n°39, Littérature et Journalisme, 2011, p. 39-50 ; Van den Dungen (Pierre), « Van de Wiele Marguerite », dans Nouvelle biographie nationale, Bruxelles, Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, t. iii, p. 362-364.

28 Popelin (Marie), « La deuxième Assemblée générale du Conseil national des femmes belges. Rapport sur l’exercice 1906-1907 », dans la Ligue. Organe belge du droit des femmes, quinzième année, n°3, 1907, p. 102-103.

29 « Deux soirées à la Ligue », dans La Ligue, seizième année, n°1, 1908, p. 27. Marguerite Van de Wiele, « Les origines de la littérature française » : conférence donnée à la Maison du livre, le 13 novembre 1907, dans La Ligue. Organe belge du droit des femmes, quinzième année, n°4, 1907, p. 137-142.

30 D’origine française, Marguerite Baulu a cependant mené l’essentiel de sa carrière littéraire en Belgique. Elle collabore ainsi à La Revue de Belgique, à La Belgique artistique et littéraire, au Thyrse et à La Ligue. En 1910, son conte Noël gothique obtient le second prix au concours littéraire organisé par Le Soir. Son roman, Modeste automne (Paris, Leclerc, 1911), recevra également un accueil favorable de la critique puisqu’il obtiendra, en 1913, le prix Auguste Beernaert décerné par la Classe des lettres et des sciences morales et politiques de l’Académie de Belgique (La Ligue. Organe belge du droit des femmes, 1893-1914 ; Van den Dungen (Pierre), « Un milieu de femmes de lettres francophones au tournant du siècle », op. cit., p. 159-160).

31 Œuvre des fêtes dans les hôpitaux et les hospices civils de Bruxelles. Rapport sur la période 1908-1913 par la présidente Marguerite Van de Wiele, Bruxelles, M. Weissenbruch, [1913].

32 Marguerite Van de Wiele (présidente), Élise Nyst (secrétaire), Annette Deckers (trésorière), Marguerite Baulu, mesdames Boucquié, Héléna Clément, Houyoux-Richald, Franz Philippson, Pierre Poirier et la vicomtese B. de Sousberghe.

33 Sur Jeanne Hovine, voir : Gubin (Éliane), Jacques (Catherine), Piette (Valérie) et Puissant (Jean) (dir.), Dictionnaire des femmes belges, xixe et xxe siècles, Bruxelles, éditions Racine, 2006.

34 La Femme belge dans la littérature 1870-1914, op. cit., p. 59.

35 Van dWiele (Marguerite), « Le Chapitre de la femme. Inauguration du théâtre de la Jeunesse », dans Revue de Belgique, 43e année, 3e série, t. 127, 1911, p. 98-99.

36 Ibidem.

37 Les Images, texte par Jean Berlaer, musique par Charles Mélant, illustrations par Constant Van Offel, Bruxelles, K. Dickinson, 1912 (coll. Théâtre de la Jeunesse).

38 « Avis. Conseil National des Femmes belges », dans La Ligue. Organe belge du droit des femmes, seizième année, n°2, 1908, p. 82.

39 Les lauréates sont récompensées d’une édition luxueuse des Légendes de Marguerite Van de Wiele.

40 Sa nouvelle Monsieur Préver amoureux sera publiée dans La Belgique artistique et littéraire (t. 12, juillet-août-septembre 1908, p. 309-316).

41 Marguerite Coppin obtiendra la seconde mention, après Marguerite Baulu, pour une nouvelle humoristique.

42 L’héroïne de Mariette Houyoux se bat pour pouvoir exercer la médecine (Houyoux [Mariette], « Consolatrix », dans La Ligue. Organe belge du droit des femmes, dix-septième année, n°1, 1909, p. 25-31).

43 Nous n’avons cependant pas retrouvé d’informations concernant les lauréates suivantes, à l’exception de Jeanne Molloy, primée par la Section du livre et de la presse en 1933, pour sa nouvelle La Demoiselle de bureau (Molloy [Jane], « La Demoiselle de bureau », dans Femme, 26 mars 1933, p. 6-7 et 24).

44 Sur l’exposition « La Femme contemporaine », voir : Baland (DA.), « Exposition “La Femme contemporaine” », dans Le Florilège artistique et littéraire, t. 8-10, 1912-1914, p. 97-99 ; Berger (Lya), Les Femmes poètes de la Belgique, op. cit., p. 308-309 ; « Informations et notes d’actualité », dans La Ligue. Organe belge du droit des femmes, vingt-et-unième année, n°2, 1913, p. 187 ; « La Femme contemporaine », dans Le Journal des Mères, quinzième année, n°11, 1er juin 1914, p. 2 ; Van den Dungen (Pierre), « Un milieu de femmes de lettres francophones au tournant du siècle », op. cit., p. 135-140.

45 La Femme belge dans la littérature, 1870-1914, Anvers, Burton, 1914.

46 Un ouvrage similaire est publié par le Conseil national des femmes du Canada, à l’occasion de l’Exposition internationale de Paris. La brochure Les Femmes au Canada. Leur vie et leurs œuvres, contient en effet un chapitre, signé par l’écrivaine Robertine Barry, intitulé « Les femmes canadiennes dans la littérature » (Savoie (Chantal), « Des salons aux annales : les réseaux et associations des femmes de lettres à Montréal au tournant du xxe siècle », op. cit., p. 244).

47 Soulignons que l’exposition d’Anvers est gérée conjointement par une section francophone et néerlandophone. Nous ne pourrions étudier ici les membres de cette dernière section, mais on notera que son comité reprend également quelques figures féminines connues du paysage littéraire flamand (Virginie Loveling, Marie Belpaire ou encore Cécilia Ameye).

48 En 1914, le Comité de la Section du livre et de la presse est composé comme suit : Marguerite Van de Wiele (présidente), Élise Nyst (vice-présidente), Marguerite Coppin (secrétaire générale), Alice Colin (secrétaire), Eugénie Hamer (déléguée), Léonie La Fontaine et madame Trasenster de Laveleye (membres d’honneurs). Les membres en sont : Marguerite Baulu, Jean Dominique, Stéphanie Chandler-Dwelshauwers, Hélène Clément, Hélène Canivet, madame Arthur de Cannart d’Hamale ; madame Charles Dulait, madame B. De Vos-Verbrugghe, Germaine De Smet, Béatrix d’Aulande, Berthe Dethier, la comtesse Marie de Villermont, Antonia Guillaume, Marie Gevers, Emma Lambotte, Junia Letty, Tina Louant, Françoise Le Roy, Marthe Godeaux, Yvonne Herman, Madame Kieken (alias Ludovique), Nelly Lecrenier, Jean Mallech, Marie Parent, Jane Poirier (alias Jean Berlaer), Gabrielle Rémy, Jenny Rolin, Marie Tichon, Marie Van Eleghem, Clémence van Malderghem de Tallenay (La Femme belge dans la littérature, 1870-1914, op. cit., pp. 5-6).

49 Gemis (Vanessa), « Femmes et champ littéraire en Belgique francophone (1880-1940) », op. cit.

50 Houyoux (Mariette), « La première conférence de Mlle Marguerite Van de Wiele à la Section du livre et de la presse du Conseil national des femmes belges », dans La Ligue. Organe belge du Droit des femmes, quinzième année, n°4, 1907, p. 137-142.

51 Van den Dungen (Pierre), « Van de Wiele Marguerite, Amélie, pseudonyme Natalis (1857-1941) », dans Gubin (Éliane), Jacques (Catherine), Piette (Valérie) et Puissant (Jean) (dir.), Dictionnaire des femmes belges, xixe et xxe siècles, op. cit.

52 Marguerite est ainsi la première femme de lettres belge à faire l’objet d’un article dans la revue (Nyst [Élise], « Marguerite Van de Wiele », dans La Ligue. Organe belge du Droit des femmes, deuxième année, n°4, octobre 1894, p. 126-131). En 1897, à l’occasion du dossier que la Ligue consacre aux femmes écrivains et artistes, elle est également la seule auteure à y bénéficier d’une étude complète sur son œuvre (Mahutte [Franz], « Marguerite Van de Wiele », ibidem, cinquième année, n°4 et 5, juillet-octobre 1897, p. 111-114).

53 Van de Wiele (Marguerite), Fleurs de civilisation, Paris, Ollendorff, 1901.

54 Pour une étude plus fouillée de la trajectoire de Marguerite Van de Wiele, nous renvoyons à : Gemis (Vanessa), « Femmes écrivains journalistes (1880-1940) : questions de genre(s). Pistes de recherche et réflexions autour de Marguerite Van de Wiele », op. cit.

55 Sur cette question, on se reportera à : Riot-Sarcey (Michèle), Varikas (Eléni), « Réflexions sur la notion d’exceptionnalité », dans Cahiers du grif, n°37-38, Le genre de l’histoire, Paris, Éditions Tierce, printemps 1988, p. 81-83 ; PlantÉ (Chantal), La Petite Sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, op. cit., p. 255-298.

56 Van de Wiele (Marguerite), « L’Art de la femme », dans La Ligue. Organe belge du Droit des femmes, cinquième année, n°4 et 5, juillet-octobre 1897, p. 89-98. Au départ, l’étude avait été publiée dans un petit fascicule intitulé Nos femmes, édité par la Ligue à l’occasion du Conseil féministe qui se tint à Bruxelles en 1898. Celui-ci était destiné à faire connaître les femmes belges qui s’étaient distinguées dans les arts.

57 Schirmacher (K.), « Une réponse à Marguerite Van de Wiele » (traduit de la Frauenbewegung par Marie Graffe, membre de la Ligue), dans La Ligue. Organe belge du Droit des femmes, sixième année, n°1, janvier 1898, p. 15-17.

58 En janvier 1931, dans un article qu’elle consacre à l’émancipation féminine, publié dans Le Soir, elle reviendra notamment sur sa position concernant le suffrage féminin, en insistant sur la nécessité de ce progrès social dans la lutte contre l’obscurantisme (Van de Wiele [Marguerite], « Le monde en marche », dans Le Soir, janvier 1931 [Coupures de presse n.d., Archives privées Marguerite Van de Wiele]).

59 Ainsi l’idéal romantique du « créateur incréé » sur lequel s’est construit l’histoire littéraire a-t-il eu pour effet de marginaliser, voire d’effacer, le corpus des femmes auteurs. Sur cette question, voir : Gemis (Vanessa), « Femmes et champ littéraire en Belgique francophone (1880-1940) », op. cit. ; Gemis (Vanessa), « La biographie genrée : le genre au service du genre », dans Contextes. Revue de sociologie de la littérature, n°3, La question biographique en littérature, juin 2008, mis en ligne le 24 juin 2008 [http://contextes.revues.org/document2573.html].

60  Nous proposons une première approche de cette question dans : Gemis (Vanessa), « Derrière Les lettres d’Hélène : sociabilités et réseaux littéraires féminins en Belgique francophone (de la fin du xixe au début du xxe siècle) », op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vanessa Gemis, « Un réseau associatif de femmes de lettres au tournant du siècle », Textyles, 42 | 2012, 53-69.

Référence électronique

Vanessa Gemis, « Un réseau associatif de femmes de lettres au tournant du siècle », Textyles [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 15 janvier 2014, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/2295 ; DOI : 10.4000/textyles.2295

Haut de page

Auteur

Vanessa Gemis

Université Libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org