Navigation – Plan du site

L’histoire littéraire des femmes en question(s) : théories, pratiques et perspectives

Entretien avec Buata B. Malela, Catherine Nesci, Christine Planté et Chantal Savoie
Laurence Brogniez et Vanessa Gemis
p. 19-51

Texte intégral

Présentations

1Buata B. Malela, né en en 1979, est docteur en philosophie et lettres de l’Université Libre de Bruxelles et de l’Université Paul Verlaine à Metz. Aujourd’hui, il enseigne à l’Institut des Langues romanes et des études de Traduction de l’Université de Silésie en Pologne. Spécialiste des questions relatives aux études postcoloniales et à la sociologie des littératures francophones d’Afrique et des Caraïbes, il est l’auteur de nombreuses études sur les intellectuels afro-antillais dans leurs rapports avec le monde intellectuel parisien. Il a publié sur le sujet deux monographies : Écrivains afro-antillais à Paris (1920-1960). Stratégies et postures identitaires (2008) et Aimé Césaire. Le fil et la trame : critique et figurations de la colonialité du pouvoir (2009). Depuis quelques années, il s’intéresse également aux relations entre les arts (lettres/musique afro-antillaise) au sein de la diaspora afrodescendante et, plus récemment, aux questions de genre et de sexualité dans leurs rapports avec les littératures afro-antillaises et les diasporas noires en Amérique du Nord (Canada et États-Unis) et dans les Antilles. Dans ce cadre, il s’est notamment penché sur le cas de l’écrivaine antillaise Simone Schwarz-Bart.

2Catherine Nesci, née en 1958, est professeure à l’Université de Californie à Santa Barbara depuis 2004. Sa thèse, soutenue en 1987 à Paris-7, portait sur les représentations de la femme dans l’œuvre de Balzac (Socialité et féminité dans la Physiologie du mariage d’Honoré de Balzac), tout comme son premier livre, intitulé La Femme mode d’emploi. Balzac, de la Physiologie du mariage à La Comédie humaine (1992). Ses recherches concernent la littérature et la culture visuelle de la France du xixe siècle, les rapports entre littérature et journalisme et les études de genre. Elle est l’auteure du Flâneur et les Flâneuses. Les femmes et la ville à l’époque romantique (2007), une ample étude qui met en perspective la place du sujet féminin dans l’espace public urbain, et plus particulièrement au sein de la culture moderne de la flânerie. Catherine Nesci a en outre publié de nombreux articles sur la presse au xixe siècle (et notamment sur les journaux féminins, en France et en Angleterre), sur Balzac, Nodier, George Sand, Flora Tristan ou encore Delphine de Girardin. Depuis 2011, elle est la présidente de la George Sand Association. Elle est également membre de plusieurs revues consacrées à l’étude du xixe siècle, comme Nineteenth-Century French Studies. Elle travaille actuellement à un second volume du Flâneur et les Flâneuses, qui comprendra des chapitres sur les femmes, la littérature et les médias en France, entre 1840 et 1960. On y croisera les noms de Flora Tristan, Séverine, Andrée Viollis, Colette, Violette Leduc et Agnès Varda.

3Christine Planté, née en 1954, est professeure de littérature française à l’Université de Lyon 2. Entre 1999 et 2007, elle a assuré la direction de l’équipe « xixe siècle Lyon 2 » dans l’umr lire 5611 (« Littérature, idéologies, représentations, xviiie-xixe siècles », cnrs – Lyon 2 / Grenoble 3 – Jean Monnet, Saint-Étienne), où elle a développé de nombreux axes de recherches sur le genre. Entre 2005 et 2011, elle a été responsable du projet Genre et culture dans le cluster 13, Culture, patrimoine et création de la région Rhône-Alpes. Sa thèse, soutenue en 1983 à l’Université de Paris iii, portait sur Les Saint-Simoniennes ou la quête d’une identité impossible à travers l’écriture à la première personne. La parution de son livre La Petite Sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur (1989) constitue un jalon important dans le développement des études de genre en France et dans le champ francophone. On lui doit aussi l’édition de textes de nombreuses femmes de lettres, comme Marceline Desbordes-Valmore, George Sand ou encore Malvina Blanchecotte. Christine Planté a en outre dirigé plusieurs numéros de revues consacrés au genre, ainsi que des ouvrages collectifs sur la question (L’Épistolaire. Un genre féminin ?, 1998 ; Masculin / féminin dans la poésie et les poétiques du xixe siècle, 2002 ; Masculin / Féminin dans la presse du xixe siècle, avec Marie-Ève Thérenty, à paraître). Membre du comité directeur de la Fédération de recherche ring (Réseau interdisciplinaire interuniversitaire national sur le genre) depuis 2001, elle est également membre du comité scientifique de l’Institut Émilie du Châtelet pour le développement et la diffusion des recherches sur les femmes, le sexe et le genre. Elle travaille actuellement à l’édition des œuvres de Marceline Desbordes-Valmore et de Jean Paille, roman inachevé inédit de George Sand sur Jean-Jacques Rousseau (1863), à paraître en 2012.

4Chantal Savoie, née en 1968, est professeure au département des littératures de l’Université Laval (Québec) et chercheure au Centre de recherche interdisciplinaire sur la littérature et la culture québécoises (crilcq, Université Laval). Auteure d’une thèse de doctorat intitulée La circonspection des instances critiques à propos des best-sellers féminins au Québec (1985-1995) et l’émergence d’une zone obscure du champ littéraire, soutenue à l’Université Laval en 2000, elle étudie les pratiques littéraires des femmes et leur place dans le champ littéraire canadien-français. Elle s’intéresse à « La naissance de la critique littéraire au féminin » (crsh, 2002-2005), de même qu’à l’« Histoire littéraire des femmes : stratégies de légitimation et principes de filiation (1837-1882) » (crsh 2006-2009, avec Julie Roy). Elle a cosigné les tomes v et vi de La Vie littéraire au Québec (2005 et 2009), de même que Femmes de rêve au travail (1998). Elle a également assuré la direction de l’ouvrage collectif Histoire littéraire des femmes : cas et enjeux, Québec (2010).

Elle se consacre aussi aux pratiques culturelles de grande consommation (chanson sentimentale, best-sellers, littérature sérielle) et mène actuellement des recherches sur l’histoire de la chanson populaire (« Les préférences musicales des lectrices du Bulletin des agriculteurs, 1939-1950 », fqrsc 2006-2010). Son livre Du pain, quelques idées, beaucoup d’assurance et quelquefois un mari. Les femmes de lettres canadiennes-françaises au tournant du xxe siècle est à paraître aux éditions Nota bene.

Entretien

Quelle place occupent les femmes écrivains dans l’histoire littéraire nationale ?

Christine Planté : En ce qui concerne l’histoire littéraire française, la réponse me paraît contrastée. Tout dépend si on entend par « histoire littéraire » la littérature passée ou le récit qui est en donné. En effet, l’histoire littéraire française – et plus encore, sans doute, telle qu’elle apparaît vue de l’extérieur – peut se caractériser par la présence de femmes écrivains nombreuses à presque toutes les époques, écrivant dans différents genres littéraires, du Moyen Âge (Marie de France, Christine de Pizan) jusqu’à la période contemporaine, en passant par la période classique, le xixe siècle, le xxe : beaucoup d’entre elles ont atteint une notoriété incontournable. Au jeu des noms qui s’imposent, seul peut-être le xviiie siècle ne présente-t-il pas de nom de femme écrivain connue d’un large public, à l’image de Louise Labé, Mme de Sévigné, George Sand, Colette, Marguerite Duras… D’autre part, la littérature française telle qu’elle s’enseigne en France fait à ces femmes une place faible, parfois nulle, tendant en outre à les enfermer dans une sorte d’annexe de la « littérature féminine », au moins de fait, et souvent en théorisant cette marginalité supposée. Ajoutons que les études littéraires ont, en France, particulièrement résisté à l’introduction des études féministes et des études de genre, plus que dans d’autres pays et que d’autres disciplines (comme la sociologie ou l’histoire).

Catherine Nesci : C’est une question complexe et essentielle. L’accès des femmes à l’activité littéraire, à l’expression intellectuelle et à la culture écrite, et leur reconnaissance ou leur légitimité dans la sphère lettrée posent de prime abord deux problèmes : il faut savoir ce qu’est la littérature à un moment donné de l’histoire (quels en sont les normes prescriptives, les frontières ou les marges, et les publics autant que les genres), et ce que recouvre la notion d’institution littéraire, selon quelles normes et quels protocoles elle se constitue, se reproduit, se restructure. L’idéal serait de pouvoir reprendre les travaux des sociologues du champ littéraire et de s’interroger sur la part des femmes dans ce champ et dans l’historiographie littéraire, comme l’ont récemment fait certaines chercheuses. Sans poser de front la question de l’institution littéraire et en partant du plus simple, à savoir de la notion de corpus et de l’ensemble des productions écrites ayant une valeur esthétique durable ou attestée (mais qui a l’autorité de statuer sur la valeur et de décider de l’inscription dans un patrimoine littéraire national ?), on constate l’extraordinaire richesse des écrits de femmes, du Moyen-Âge à nos jours. Martine Reid le note dès l’ouverture de son récent ouvrage, Des Femmes en littérature ; les deux volumes de l’anthologie préparée par Vicki Mistacco, parue en 2006-2007, le démontrent aussi clairement.

Chantal Savoie : Il n’est évidemment pas simple de caractériser schématiquement la place qu’occupent les femmes dans l’histoire littéraire nationale, que ce soit au Québec ou ailleurs. Une des principales difficultés est que cette place varie considérablement selon les époques et selon les sources consultées, et que la synthèse de synthèses est nécessairement réductrice. En outre, toute synthèse impliquant des choix, une mise en ordre et un récit, je crois qu’il est encore plus réducteur de superposer les deux récits distincts que sont celui de l’histoire littéraire nationale et celui de l’histoire littéraire des femmes. La logique de leur évolution est complètement différente, les « événements » qui s’y démarquent diffèrent, la périodisation n’est pas la même, etc. Il faut donc être prudentes dans nos interprétations.

Il est tentant d’aborder dans un premier temps la question en nous basant uniquement sur les sources les plus récentes qui font autorité à notre époque et qui servent couramment à l’enseignement, notamment au premier cycle. Ceci pose implicitement une hypothèse selon laquelle les sources récentes, dans la foulée d’un discours social qui tend à accorder une importance particulière à l’apport des femmes à nos sociétés, sont les mieux à même de prendre en considération leur contribution à la sphère littéraire dans le passé. Mais à y regarder de plus près, s’il est bel et bien, globalement, davantage question des pratiques d’écriture des femmes dans les synthèses, c’est surtout pour les périodes les plus récentes. Par ailleurs, force est de constater que les nouvelles connaissances à propos des femmes qui écrivent ont surtout été prises en compte dans les introductions des différentes sections des ouvrages de synthèse, et qu’elles ont rarement eu beaucoup d’impact sur la hiérarchie des œuvres, des auteurs ou des pratiques. Même si nous connaissons davantage les trajectoires et les pratiques d’un plus grand nombre de femmes, je suis loin d’être certaine qu’elles occupent plus d’espace qu’avant dans l’économie générale des synthèses, anthologies et manuels. Il faut ainsi se garder d’appliquer trop mécaniquement une grille contemporaine qui nous incite à croire que la place des femmes dans l’histoire littéraire québécoise s’accroît au fil du temps. S’il est certainement vrai que les femmes accèdent plus aisément à la publication de nos jours qu’aux siècles précédents, il ne faudrait pas conclure que leurs œuvres sont davantage prises en compte par l’histoire, à moyen ou à long terme.

Une des choses que m’ont permis de constater mes travaux sur les femmes de lettres canadiennes au tournant du xxe siècle est que les femmes qui écrivaient à cette époque obtenaient dans d’assez nombreux cas du succès. Elles étaient des femmes en vue, des chroniqueuses vedettes, faisaient paraître des livres, s’essayaient à l’écriture dramatique, prononçaient des conférences, lançaient des modes, façonnaient le bon goût de leur époque, etc. Leur avis comptait. Plusieurs critiques importants parmi leurs contemporains reconnaissaient d’ailleurs leur apport. Des anthologies leur étaient consacrées. C’est au cours du processus d’inscription dans la mémoire à plus long terme que les choses se transforment progressivement. Je crois que pour chaque époque, les spécialistes de la période concernée connaissent au moins de façon minimale les femmes qui écrivaient. Je crois également que les spécialistes des genres ou des régimes littéraires au sein desquels les femmes ont eu une contribution significative connaissent l’apport des femmes à ce genre ou à ce régime d’écriture. Le savoir à propos des femmes qui écrivent est souvent un savoir spécialisé, dont l’impact sur les grandes synthèses n’est pas toujours évident.

Une fois ces précautions prises afin de bien cadrer la place qu’occupent globalement les femmes au fil des ouvrages qui rendent compte de notre histoire littéraire nationale, on peut constater que, malgré ma prudence à voir un progrès dans la représentation croissante des femmes au sein de l’histoire littéraire québécoise, les femmes occupent une place importante dans cette histoire. De l’avis de plusieurs spécialistes des pratiques d’écriture au féminin, les écrivaines d’ici auraient eu l’avantage de pouvoir se positionner au sein d’un champ littéraire relativement jeune et peu autonome, et la littérature québécoise, longtemps en quête de sa propre légitimité, n’aurait en quelque sorte pas pu se permettre de négliger des écrivaines importantes en raison de leur sexe. Qu’on songe par exemple à Laure Conan (pseudonyme de Félicité Angers) au xixe siècle, dont le premier roman, Angéline de Montbrun (1884), a été salué par les grands critiques de son époque et dont la mémoire a été prise en charge à long terme (malgré, à certains moments, une réduction considérable de la portée de son œuvre, avouons-le). Il faut également souligner, pour le cas de la littérature québécoise, qu’il s’agit d’une jeune littérature qui a mis un certain temps à acquérir son autonomie. Or, au cours des phases moins autonomes, où la littérature était soumise aux mêmes forces que l’ensemble du champ social, et tout particulièrement au cours des phases dominées par le nationalisme et les valeurs traditionnelles, dont le catholicisme, plusieurs femmes se sont adonnées à l’écriture et ont suscité un certain intérêt en raison même de cette conformité et de leur obédience. Ensuite, lorsque le champ gagne en légitimité, plusieurs grandes écrivaines s’y illustrent, qu’il s’agisse d’écrivaines de la trempe d’Anne Hébert, Gabrielle Roy ou Germaine Guèvremont. Ainsi, les femmes intégrées au panthéon des grands auteurs québécois ne sont pas rares. En outre, pour les périodes les plus récentes, plusieurs femmes ont également été reconnues dans le contexte des pratiques littéraires d’avant-garde et du formalisme. La figure de Nicole Brossard est à cet égard exemplaire. C’est d’autant plus intéressant que ce créneau plus expérimental a longtemps été le moins accessible aux femmes.

Buata B. Malela : Je voudrais préciser au préalable quelques éléments qui permettront peut-être de mieux comprendre la position que j’essaie de faire valoir dans cet entretien. En effet, je me montrerais prudent dans l’utilisation de la notion d’« écrivaines africaines », dans la mesure où le continent africain est vaste et pluriel, avec une unité culturelle qui peut s’observer du point de vue anthropologique, linguistique, historique, etc. Toutefois, cette unité culturelle minimale se manifeste dans la diversité ou la multiculturalité, comme en Europe d’ailleurs. Mais le parcours historique diffère entre ces deux continents notamment sur l’histoire littéraire dite nationale et sa conception. Pour ce qui concerne l’Afrique plurielle, on ne peut pas vraiment parler sans précaution d’histoire littéraire nationale sans rappeler qu’il y a grosso modo deux types de littérature : celle qui est écrite en langue locale (par exemple, en lingala, en amharique, en guèze, en swahili, en yoruba, etc.) depuis des siècles et celle qui s’écrit en langues imposées et européennes, résultats de relations impériales, qui, malgré tout, sont aussi devenues des langues importantes en Afrique. Hormis l’un ou l’autre cas, les lettres en langues européennes sont pratiquées globalement par la diaspora africaine ou encore ceux que j’appelle inélégamment les Afrodescendants, enfants de « l’Atlantique noir » pour reprendre le concept de Paul Gilroy (The Black Atlantic : Modernity and Double Consciousness, 1993). Mon corpus de prédilection est celui des Afrodescendants francophones et, dans une perspective comparatiste, les producteurs anglophones, que l’on n’oppose pas du tout.

Dans ce corpus, les premières tentatives d’histoire de la littérature afrodescendante, mais que l’on appelait, sans doute pour des raisons contextuelles et idéologiques, « littérature nègre » ou « négro-africaine », ont été faites par des chercheuses comme la Belge Lilyan Kesteloot, ancienne doctorante à l’Université libre de Bruxelles, au début des années 1960. Son corpus privilégiait majoritairement des agents masculins. Ce n’est que récemment qu’elle évoque des femmes dans son Histoire de la littérature négro-africaine (2001). Il me semble qu’elle en parle de façon un peu rapide, en citant en vrac des auteures aussi différentes que Maryse Condé, Véronique Tadjo, Tanella Boni, Calixthe Beyala, etc. Et c’est ainsi pour chaque ouvrage à prétention généraliste qui paraît. Il faudrait ajouter également que je n’ai pas non plus réfléchi sérieusement à cette marginalité des écrivaines dans les études littéraires. Depuis, j’ai essayé d’y remédier en reconsidérant ma vision des études littéraires. Pour ce faire, j’ai essayé de leur accorder leur juste place, en essayant d’éviter de les considérer comme une marginalité inessentielle (femme) par rapport à un référent essentiel (homme) pour paraphraser Simone de Beauvoir. On peut dire, sans grand risque de se tromper, que la part faite aux femmes dans les lettres afrodescendantes est bien marginale, ce qui, quelque part, rejoint les observations de Martine Reid (Des femmes en littérature, 2010) sur la place des femmes auteures dans les histoires littéraires en France.

Peut-on constater des réticences de l’institution littéraire à l’égard de l’entrée des femmes dans la sphère des lettres ? Quelle(s) forme(s) ces réticences ont-elle prise(s) ?

Christine Planté : Dans l’impossibilité d’apporter une réponse unique et globale, mes remarques valent surtout pour les xixe et xxe siècles. Les manifestations de réticence sont nombreuses, dans le passé et au présent : à travers les journaux et les revues littéraires (combien d’articles signés par des femmes ou portant sur des œuvres de femmes ?), à travers les groupes et cénacles (quel rôle autre que de muse ou d’égérie pour les femmes dans ces groupes ?), à travers la critique littéraire ou universitaire (quels noms font durablement référence et autorité ?), comme à travers l’enseignement à l’école et à l’université (quels textes de femmes sont inscrits aux programmes des classes, examens et concours ou entrent dans les manuels ?). Mais ces réticences ne sont pas toujours présentées comme telles. Ainsi, beaucoup prétendent encore qu’on ne refuserait ou ne minorerait pas certaines œuvres parce qu’elles sont celles de femmes, mais parce qu’elles seraient moins intéressantes, moins abouties et moins universelles. Et elles admettent des exceptions, à travers la canonisation de quelques œuvres féminines, qui servent aussi d’argument pour soutenir que nul sexisme n’est ailleurs à l’œuvre : voyez comment on sait faire place à Mme de Sévigné, à Colette, à Marguerite Yourcenar…

Catherine Nesci : Pour la période que je connais le mieux et qui couvre le xixe siècle français, époque durant laquelle se développe un véritable marché de la culture (écrite et visuelle) et de l’imprimé, on sait que le nombre de femmes écrivains s’accroît considérablement ; beaucoup de romancières et de femmes poètes, à présent bien étudiées. Dès les années 1820 naît un discours profondément misogyne sur la « femme auteur » et sa caricature, le bas-bleu, aux productions duquel on refuse la qualité d’œuvres d’art. Cette floraison de discours sur le bas-bleu est l’effet conjugué de plusieurs facteurs, dont la division sexuée et sociale des espaces et des capacités, et l’infériorité juridique des femmes, légalisée par le Code civil de 1804. De fait, la valorisation de la sphère intime et du rôle maternel pour les femmes entraîne (ou découle de ?) leur exclusion de l’espace politique et de toute forme d’expression publique. L’interdit qui pèse sur la pratique de celles qui « cultivent les lettres » (pour citer le titre du bel essai de Germaine de Staël) et cherchent à (se) publier oblige les femmes écrivains à se censurer, à se masquer et même à se désolidariser des femmes, si elles souhaitent écrire et se forger un statut d’individu à part entière. Écrire et publier, devenir écrivain et auteur sont présentés comme incompatibles avec l’idéal domestique et la maternité. Seuls les hommes sauraient aspirer au magistère spirituel que prodigue l’auguste figure de l’auteur en gloire ; la concurrence dans le champ (et sur le marché) des lettres ne peut que se penser au masculin et ne saurait intégrer les femmes. Les réticences à la pratique littéraire des femmes (et même à leurs lectures livresques), au xixe siècle, époque du sacre de l’écrivain et de l’autonomisation du champ littéraire, prennent donc surtout la forme extrême du blâme et de la caricature, voire de l’exclusion par la stigmatisation : on peint le bas-bleu comme un monstre, une femme de petite vertu et quasiment toujours comme une mère dénaturée. Les représentations négatives de la femme écrivain s’accompagnent ainsi de l’expression de valeurs prescriptives sur ce que doit être une femme. Inversement, du côté de l’inclusion, il s’agit de marginaliser les femmes, de les cantonner dans une écriture liée à l’intimité (l’épistolaire), à l’éducation (la littérature enfantine, la littérature de jeunesse), à la sentimentalité (l’amour et la sensibilité comme apanages d’une écriture féminine), et à des genres peu codifiés ou peu valorisés dans la hiérarchie des genres littéraires, comme au début du siècle le roman. Mais le grand roman de mœurs, qu’il soit d’une veine réaliste ou naturaliste, ne saurait inclure les femmes comme auteures ; dans son ouvrage The Sentimental Education of the Novel, Margaret Cohen s’est penchée sur l’effacement du roman féminin et la redistribution genrée des écritures romanesques sous la Monarchie de Juillet.

  • 1 de Girardin (Delphine), La Canne de M. de Balzac, Œuvres complètes de Madame de Girardin, née Delph (...)

La poétesse, romancière, dramaturge et feuilletoniste Delphine de Girardin préface son roman La Canne de M. de Balzac (1836) par une mise en scène, teintée d’humour et d’amertume : l’auteur y rappelle les coupures que les premiers lecteurs (et censeurs) ont imposées au livre. Devenu « parfaitement insignifiant », ledit livre n’est sauvé que par l’écriture des mages romantiques et le patronage qui préside à sa création : « Heureusement, celui-ci contient une lettre de M. de Chateaubriand, – un billet de Béranger –, des vers de Lamartine ; – il a pour patron M. de Balzac ; tout cela peut bien lui servir de pièces justificatives. »1 Cette écriture dans l’ombre des maîtres cache en fait une démystification du grand romancier et une réelle inventivité, que Delphine de Girardin développera dans son « Courrier de Paris », le feuilleton et la chronique qu’elle publiera au rez-de-chaussée pour le quotidien La Presse.

Chantal Savoie : Je ne suis pas certaine que ce soit du côté de l’institution que se situent les principales résistances. Il est assez clair, à mon avis, que le domaine culturel n’est ni plus ni moins égalitaire ou inégalitaire que le reste de l’espace social. Si plusieurs signes tendent à démontrer que les carrières littéraires, incluant l’obtention des prix prestigieux et l’acquisition d’une légitimité suffisante pour produire des analyses et une critique savantes, sont désormais plus accessibles aux femmes, je ne considère pas que les chances des écrivaines d’être reconnues à moyen et à long terme soient vraiment plus grandes qu’avant. Et je crois qu’il est difficile et imprudent de faire quelque prédiction que ce soit à cet égard. L’histoire littéraire m’a justement permis de prendre connaissance de plusieurs cas de femmes que leur époque avait reconnues de différentes façons, mais que les transformations de l’espace littéraire et les mécanismes de conservation, qui opèrent la sélection et la sédimentation dans la mémoire à long terme, ont défavorisées. Sur le plan de l’institution donc, s’il y résistance, il ne s’agit jamais de décisions ouvertes et assumées, et elles laissent peu de traces. Les logiques qui prévalent à une époque s’estompent dans le temps, et la distance culturelle rend les comparaisons plus complexes à faire qu’elles ne le semblent a priori. De la même façon que si l’on s’entend généralement à propos du canon littéraire et du palmarès des œuvres légitimes, aucun critère formel précis ne peut être appliqué de manière unilatérale, qui permettrait de cerner une littérarité intrinsèque. Je crois que les formes de résistance à l’égard des femmes qui écrivent opèrent d’une manière similaire : ce qui dérange ou ce qui est mal compris et nuit à la considération d’œuvres signées par des femmes varie, et est souvent plus sociopolitique que formel. Or, en ces matières, les arguments politiques sont impossibles à défendre sur le plan littéraire, chaque époque « traduit » donc, directement ou indirectement, ses réticences en considérations formelles, plus ou moins empreintes de préjugés d’ailleurs.

Buata B. Malela : Il y a forcément réticence dans la mesure où ce que vous appelez « l’institution littéraire » – notion qu’il faudrait discuter pour d’autres corpus que ceux de France ou même de Belgique, mais laissons cette question de côté – est majoritairement masculine aussi bien à la base que dans les instances décisionnelles ou légitimantes. De plus, la littérature afrodescendante francophone est très dépendante, sur le plan éditorial, des instances françaises, même si elle peut évoluer dans un réseau parallèle au réseau hexagonal ainsi qu’en témoignent les problématiques, les thématiques et les formes d’écritures adoptées. Mais ce réseau afrodescendant est majoritairement masculin, souvent marginalisé en France, mais pas ailleurs dans le monde, il ne laisse que très peu de place aux femmes auteures en raison aussi du masculine complex, comme écrivait Virginia Woolf dans A Room of own’s one (1929). Pour la femme écrivaine, il y a triple marginalisation : en tant qu’auteure francophone ou afrodescendante, en tant que femme et en tant que femme « noire », si je puis dire. Si l’on prenait le temps de discriminer les lauréats et les lauréates des deux prix importants symboliquement dans le champ littéraire en France, le Goncourt et le Renaudot, on verrait facilement qu’ils sont souvent attribués à des auteurs masculins de souche européenne et parfois afrodescendante (René Maran, Édouard Glissant, Yambo Ouologuem, Kourouma, Mabanckou, Monénembo, Marie Ndiaye). Y figure une seule femme dont la proximité avec le réseau afrodescendant est pour le moins sujet à caution, c’est Marie Ndiaye, qui a été couronnée pour Trois Femmes puissantes (2009). On peut alors affirmer qu’il y a au moins réticence à faire accéder les femmes auteures à une forme de visibilité littéraire par l’exclusion des grands rendez-vous littéraires et par l’effacement ou la minoration de leur production, surtout les auteures afrodescendantes.

Quelles sont les étapes de votre parcours qui vous ont conduit(e) à travailler sur les femmes écrivains ? Comment vos recherches ont-elles été reçues par le milieu académique ? Percevez-vous une évolution dans l’accueil réservé aux études et aux projets de recherche consacrés à l’activité littéraire des femmes ? Ce champ de recherche est-il aujourd’hui légitimé au sein des universités ?

Christine Planté : J’ai fait mes études universitaires de lettres à Paris dans les années 1970, dans le contexte à la fois de l’essor du féminisme et de vifs débats sur « l’écriture féminine ». Ces débats occupaient une grande place, au point que la notion semblait tendre en France à se confondre avec la question de la différence des sexes en littérature, et prétendait y apporter une réponse, ceci à l’université comme dans la vie éditoriale et intellectuelle. Or, quoique féministe (ou plutôt parce que féministe), j’étais extrêmement défiante vis-à-vis de cette notion qui me paraissait non pas consacrer une créativité des femmes ignorée ou réprimée jusque-là, mais faire peser une menace d’enfermement, d’assignation à résidence insupportable, fournissant le nouveau nom d’une vieille exclusion, et renversant le dualisme sans l’abolir. Simplement, le « féminin » qui avait valu minoration ou condamnation par le passé était désormais exalté : les femmes ne s’en trouvaient pas moins assignées à ce « féminin » trop connu d’avance (le sensuel et le sensible, le fluide, l’irrationnel, l’oral…). Cette exaltation de l’écriture féminine me semblant cependant étroitement liée au développement du féminisme contemporain, j’ai voulu voir ce qui se passait à l’époque où sont apparus en France les premiers mouvements collectifs d’affranchissement des femmes, en me demandant s’il se trouvait déjà alors des femmes (féministes ou non) pour revendiquer cette « féminité » de l’écriture. J’ai ainsi commencé à travailler sur le xixe siècle, en particulier sur la période romantique, dans ma thèse de troisième cycle, que j’ai pu inscrire et soutenir sans difficulté majeure malgré un sujet peu orthodoxe : les écrits des saint-simoniennes, abordés à travers la question de l’écriture à la première personne en quête d’identité. Acceptables – j’ai soutenu cette thèse, sous la direction de Roger Fayolle, à Paris iii en 1983 –, ces travaux ont semblé d’abord rester largement inaudibles pour l’institution : d’une part, parce qu’ils relevaient de plusieurs approches disciplinaires à la fois (histoire, littérature, théorie) ; d’autre part et surtout parce que, non contents d’assumer un point de vue féministe, ils allaient à rebours de la doxa du féminin du moment. Travailler sur des textes de femmes, passait encore – dans certaines universités du moins – s’il s’agissait par exemple d’exalter la sensualité de Colette ou l’écriture du désir chez Duras. Mais travailler sur des textes de femmes non « littéraires », inconnus, et en critiquant l’idée d’écriture féminine, entraînait de fait une double marginalisation, dont j’ai mis du temps à sortir, par le détour d’universités étrangères (où mes travaux, dès cette thèse, et plus encore à partir de La Petite Sœur de Balzac [1989] ont rencontré de l’intérêt) et d’autres disciplines (en particulier l’histoire : Michelle Perrot faisait partie de mon jury de thèse et a soutenu mon travail, j’ai ensuite travaillé avec Michèle Riot-Sarcey, Eleni Varikas, Nicole Edelmann).

Aujourd’hui, il me paraît plus facile et mieux admis de travailler sur des œuvres de femmes, voire dans une perspective de genre, mais dans un contexte où c’est le devenir des études littéraires dans leur ensemble qui pose question. Ce champ d’étude semble même s’inscrire parfois dans une mode, qui s’explique aussi par la nécessité de trouver des auteurs moins fréquentés à proposer aux étudiants, y compris pour leurs sujets de mémoires, dans une université plus nombreuse, et de renouveler l’intérêt pour des études littéraires qu’on peut craindre menacées. Il ne faut pourtant pas surévaluer la proportion de travaux sur les femmes, en particulier au niveau des thèses qui parviennent à soutenance, y compris sur le xxe siècle et la période contemporaine où les femmes écrivains sont pourtant nombreuses. Les études menées par Audrey Lasserre le montrent bien. Ce constat d’une tolérance plus grande n’implique d’ailleurs pas que toutes les réticences intellectuelles aient été surmontées, ni que le choix de tels sujets ne s’avère pas pénalisant si on vise une carrière d’enseignant(e) chercheur(e). En période de restriction budgétaire ou de diminution du nombre de postes, on (les comités de sélection) tend encore souvent à penser qu’il vaut mieux choisir des spécialistes de « grands auteurs » et de questions d’intérêt général, le choix d’un(e) spécialiste des femmes constituant un luxe qu’on ne se permet que lorsqu’on est pourvu pour l’essentiel… Toutefois, en sens inverse, peuvent jouer la recherche d’un effet de contemporanéité et la volonté d’afficher des domaines nouveaux (nouveauté évidemment toute relative !), qu’on sait demandés par des étudiant(e)s venu(e)s de pays étrangers – comme d’ailleurs par des étudiant(e)s français(es), dès lors qu’il est clair pour elles ou eux que le choix de ces enseignements n’impliquera pas une impasse ni une marginalisation dans leur cursus (ce qui est loin d’être le cas partout). On peut espérer que l’actuel recensement des recherches sur les femmes entrepris par le cnrs (https://recherche.genre.cnrs.fr.), et sa perspective d’un « Institut du genre » en sciences humaines, va contribuer à légitimer le domaine et à rendre plus visibles les travaux qui existent.

Catherine Nesci : Mon parcours franco-américain, atypique à bien des égards, a suivi les nouvelles orientations des études littéraires et la part des femmes écrivains dans ce champ. Je suis arrivée aux États-Unis en 1981, munie d’un diplôme français – l’agrégation en lettres modernes – dont la préparation ne fit jamais place aux questionnements ou aux méthodologies relatifs aux femmes écrivains. Toutefois, ma formation intellectuelle s’était enrichie d’un double apport : mes cours dans la section « Textes et documents » de l’Université de Paris-7, qui offrait un cursus comparatiste, théorique et interdisciplinaire (linguistique, sémiotique, poétique, sociocritique, psychanalyse, cinéma) ; des séminaires à l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, sous la direction de Nicole Jacques-Lefèvre, qui nous fit lire Hélène Cixous, Jacques Derrida, Michel Foucault et Jacques Lacan. Je me suis donc d’abord passionnée pour les rapports entre psychanalyse et féminisme, pour le sujet en procès, pour les travaux sur la sexualité et la constitution des champs du savoir et des disciplines. Ce n’est qu’à partir des années 1990 que je me suis penchée sur les femmes écrivains (d’abord les féministes militantes : Olympe de Gouges, Flora Tristan, les saint-simoniennes des années 1830 ; puis Delphine de Girardin et George Sand ; enfin, plus récemment, Colette).

Mon parcours intellectuel, éclectique, à cheval entre deux mondes universitaires et deux langues, se situe au croisement des tensions entre les interrogations sur la différence sexuelle (dont l’étude met en valeur le corps féminin) et celles sur la différence des sexes (des genres comme construction sociale et historique). Je suis venue à l’activité littéraire des femmes par des voies assez différentes et difficiles à harmoniser : la pensée de Luce Irigaray, l’écriture et la réflexion d’Hélène Cixous, dont le magnifique manifeste Le Rire de la Méduse (1975) reste pour moi le texte phare ; l’étude pionnière de Christine Planté, La Petite Sœur de Balzac, éclairant les conventions littéraires et sociales qui, au xixe siècle, empêchent la femme de se penser comme artiste et comme sujet ; les travaux des historiennes et des philosophes françaises, notamment Michelle Perrot, Michèle Riot-Sarcey, Geneviève Fraisse et Michelle Le Dœuff ; enfin, l’explosion des études féminines, puis des études de genre dans l’université nord-américaine des années 1980-1990.

  • 2 Sur une période de quatre ans, et pour ne prendre que le cas des études dix-neuviémistes sur le rom (...)

Ma thèse de doctorat (sous la direction de Nicole Mozet, à Paris-7), puis mon premier livre, La Femme mode d’emploi (1992), portaient sur la manière dont la différence des sexes et la question des femmes sous-tendent et contestent l’entreprise balzacienne visant une connaissance totalisante de la société et une histoire des mœurs par le roman, qui construit bien plus qu’il ne représente la domination masculine. Les œuvres parues à la même époque, et dans un champ équivalent, montraient bien l’institutionnalisation des études sur la sexualité et des approches féministes (ou genrées) de la fiction moderne – je parle ici du milieu académique nord-américain2.

  • 3 On note une ouverture plus sensible aux écrits de femmes dans l’épreuve en littérature comparée de (...)

Sans aucun doute, mon rattachement à l’Université de Californie m’a apporté une grande liberté au niveau des objets de recherche et des choix pédagogiques. Toutefois, si mon premier livre, écrit en français et sur un grand romancier français, a été publié aux États-Unis et non pas en France, le deuxième, Le Flâneur et les Flâneuses, est paru en France. Ce modeste exemple d’exil puis de rapatriement éditoriaux est-il révélateur d’un tournant dans la réception française des travaux sur les femmes écrivains ? Après cinquante ans de changements (et de ruptures épistémologiques) dans les sciences humaines et les sciences sociales, et les acquis enregistrés par l’histoire des femmes, le milieu universitaire français s’est-il finalement ouvert à la production littéraire des femmes ? On notera qu’au programme de l’agrégation de lettres modernes, en 1999-2000, figurait Corinne ou l’Italie, de Germaine de Staël ; mais cette inclusion d’une auteure dans la liste des programmes d’agrégation est restée pour l’instant une exception, alors que la définition du « canon » littéraire s’est élargie dans ce concours : Tocqueville y a trouvé place, et un auteur comme Aloysius Bertrand3. Au même moment, donc, dans une période de débats très animés et de divisions autour de la loi sur la parité, parut l’excellent manuel de l’historienne Yannick Ripa, Les Femmes, actrices de l’histoire, ce qui témoigne d’une présence de l’enseignement sur l’histoire des femmes dans plusieurs universités françaises.

Dans mon domaine, qui est celui des recherches littéraires et culturelles sur le xixe siècle, les nombreux colloques organisés autour du bicentenaire de George Sand, les travaux sur l’épistolaire féminin, sur les femmes en littérature (poètes, journalistes et/ou romancières, par exemple) attestent la vitalité accrue des recherches sur la production littéraire des femmes. Faut-il y voir un réel gage de légitimité dans le champ universitaire français ? Les chantiers ouverts, et soutenus financièrement par les institutions universitaires et les conseils scientifiques, vont-ils continuer ? Pourquoi le champ littéraire a-t-il été en retard (à part de notables exceptions) sur les études historiques ou sur le domaine sociologique dans la réflexion concernant la part des femmes et les médiations genrées dans les productions culturelles ?

Chantal Savoie : Depuis mes études de deuxième cycle, je me suis toujours intéressée aux pratiques culturelles des femmes, qu’il s’agisse de leurs pratiques de consommation, de réception ou d’écriture. Dans toutes les études que j’ai menées, ce sont les pratiques dévaluées, déclassées, moins légitimes qui ont stimulé ma réflexion. C’est d’abord en étudiant les pratiques culturelles de grande consommation que mon parcours s’est amorcé, mais rapidement la question des femmes comme acteurs culturels spécifiques a pris de l’ampleur. Ce parcours, dont le premier jalon était lié aux pratiques culturelles populaires, le deuxième, centré sur le féminin, s’est finalement élargi à un dernier élément, celui de l’histoire de ces pratiques, y compris pour les écrivaines qui tentaient de se construire une carrière littéraire de manière assumée et qui souhaitaient s’inscrire dans la durée, tant pour leur carrière qu’en ce qui concerne l’inscription dans la mémoire à long terme. C’est par la découverte du corpus des femmes de lettres canadiennes-françaises de la fin du xixe siècle aux années 1940 qu’a démarré cette réflexion, qui a donné lieu d’une part à mes travaux abordant ce corpus sous différents angles (trajectoires, réseaux, pratiques, réception, critique littéraire), puis que s’est développée ma réflexion, plus théorique, sur l’histoire littéraire des femmes. Si l’histoire littéraire des femmes est le filon que j’ai exploité avec le plus de constance au cours des dernières années, ce domaine reste un aspect d’une réflexion plus large. Une problématique centrale donne ainsi sa cohérence à l’ensemble de la recherche que j’ai menée depuis mes études de deuxième cycle jusqu’à mes travaux les plus récents, celle des rapports entre le champ littéraire et le champ médiatique, et interroge, sous des angles et à travers des corpus différents, les rapports sans cesse perçus comme problématiques, entre des pratiques, leur visibilité et leur légitimité. En effet, depuis le mémoire de maîtrise où j’analysais la chanson sentimentale populaire, tous mes travaux ont porté sur des questions et des objets qui abordaient, en filigrane, le problème de la légitimité culturelle dans le contexte des interrelations entre la culture et les médias. Ma thèse de doctorat sur La circonspection des instances critiques à propos des best-sellers féminins québécois posait quant à elle directement la question des rapports entre la légitimité littéraire et la visibilité médiatique. Ces travaux illustrent tous ma conviction : il faut mettre les approches au service des corpus et des problématiques. Ils témoignent de la nécessité de conjuguer les acquis de l’analyse textuelle (et tout particulièrement de la sociopoétique), de l’histoire littéraire et culturelle, de la perspective sociologique et, enfin, des approches féministes de la littérature.

Buata B. Malela : En ce qui me concerne, j’ai été amené à m’intéresser aux femmes écrivaines grâce à mon travail en tant qu’enseignant universitaire. Mon public estudiantin était majoritairement féminin et il y avait une attente imprécise sur ces questions-là, ne serait-ce que pour des sujets de mémoire de fin d’études. Or il y a cinq ans, je n’avais aucune connaissance précise en la matière. De plus, j’étais un peu embarrassé lorsqu’il fallait aborder des auteures afrodescendantes aussi différentes que Maryse Condé, Simone Schwarz-Bart, Mariama Ba, etc. Je ne savais pas vraiment de quelle manière les traiter sans les mettre en relation notamment avec le contexte des luttes féministes des années 1970 et 1980 dans leur zone géographique respective. Je suis alors parti des questions de mes étudiantes pour reconsidérer mes recherches à partir du féminisme et des femmes écrivaines. Pour dire vrai, il n’a pas été difficile d’investir ce champ, car j’étais déjà familier de la question des « marges » dans les études littéraires. Et le corpus féminin, si je puis m’exprimer ainsi, est à la base de ma deuxième « révolution intellectuelle » et de ma conversion totale et radicale au féminisme en général et afro-américain en particulier. Depuis, j’ai entrepris un travail de recherche sur le sujet dans le cadre de mon habilitation à diriger des recherches et de mes autres travaux. Je suis sociétaire de la Fédération de recherche sur le genre (Fédération ring).

Mes recherches n’ont pas encore atteint la masse critique pour avoir un impact dans le milieu universitaire. Et là n’est pas vraiment l’intention ou l’objectif premier que je poursuis. Du reste, je constate aussi qu’aujourd’hui les études de genre notamment, et les questions relatives aux marges en général ont été largement acceptées dans les sciences humaines (sociologie, psychologie, philosophie, etc.). L’endroit où subsistent des préjugés, ce sont les études littéraires en langue française, en Europe continentale. Malgré tout, un certain nombre de chercheurs en études littéraires ont investi le domaine et ont un peu balisé le terrain, même si pour les lettres afrodescendantes, tout reste à construire. Certes, une telle perspective peut donner le vertige, mais elle constitue aussi un vrai défi intellectuel pour les années à venir. Voilà une motivation de plus pour continuer dans ce domaine, d’autant plus que tout travail dans ce champ est en soi une avancée pour la discipline en général, même si sa légitimité reste à conquérir.

Qu’implique d’un point de vue méthodologique et théorique de travailler sur les femmes écrivains ? Peut-on aborder ce corpus avec les mêmes méthodes que celles de l’histoire littéraire traditionnelle ? Quels sont, selon vous, les grands courants qui ont permis de légitimer « les femmes écrivains » comme objet d’étude ? Quels ont été vos outils, vos perspectives critiques pour aborder ce champ ?

Christine Planté : Il me paraît important de toujours savoir pourquoi on entreprend cette étude. Or les réponses sont multiples : on peut s’intéresser à une femme écrivain, ou à un courant ou un moment littéraire sans faire a priori de la condition des femmes la raison ni l’objet principal de la réflexion – mais être amené(e) à cette problématique par les textes mêmes, la réception, l’état de la critique. Ainsi, toute étude sur Mme de Staël, George Sand ou Nathalie Sarraute ne s’intéresse pas forcément aux « femmes écrivains » en tant que telles – et c’est tant mieux, car il ne s’agit pas d’en appauvrir la vision et la portée en les limitant à cette réflexion, même si cette étude a de fortes chances de se heurter à la question à un moment ou à un autre. Ou bien on peut aborder frontalement la question en tant que telle, comme un problème de catégorisation, de sexisme, un trait d’histoire culturelle. Cette approche globale nécessaire est toutefois dangereuse si la prise en considération exclusive des femmes écrivains perd de vue une interrogation sur la littérature et l’histoire littéraire dans leur ensemble.

  • 4 Planté (Christine), « La place des femmes dans l’histoire littéraire : annexe, ou point de départ d (...)

Les méthodes de l’histoire littéraire (et de la critique) ne me semblent pas à récuser d’emblée, en dépit de leur fréquente ignorance du problème. La plupart des approches peuvent s’accommoder de l’introduction de femmes écrivains, et de la question du genre – voire y gagner. A priori, on pourrait se dire que plus une approche est historicisante, plus elle se refuse à tenir pour acquises et intangibles les limites de la littérature et sa hiérarchie de valeurs, et plus elle devrait être à même de faire place aux femmes écrivains. Cette évidence n’est cependant pas toujours empiriquement vérifiée. J’avais été étonnée de découvrir, en préparant l’article paru en 2003 dans la rhlf4, que l’Histoire de la littérature française du xixe siècle publiée par Alain Vaillant, Jean-Pierre Bertrand et Philippe Régnier chez Nathan en 1998 (deuxième édition actualisée, 2007, aux Presses universitaires de Rennes) ne faisait aux femmes qu’une très maigre place (21 noms dans l’index final), tout en annonçant le projet de se porter aux « limites traditionnelles des Belles-Lettres » et de s’engager dans « une histoire sociale de la littérature ». Une approche formelle peut quant à elle conduire à mentionner l’apport des femmes, par une volonté d’objectivité descriptive et la mise entre parenthèses de la question de la valeur. Si on veut inventorier des pratiques du vers et de la strophe novatrices dans la poésie du xixe siècle, il est difficile ne pas mentionner Desbordes-Valmore – pour son usage du vers impair, de l’hétérométrie faible, ou au contraire fortement contrastée. Les choses se compliquent quand il s’agit de décider d’une antériorité, d’une « paternité » (le mot indique clairement le problème symbolique) littéraire, d’attribuer une valeur. S’il paraît difficile pour la plupart des histoires littéraires d’admettre que Marie Krysinska a pu écrire quelque chose qui ressemble fortement à des vers libres avant les théories de Gustave Kahn, il leur est plus difficile encore d’en faire une inventrice du vers libre. Je dirais qu’il est à la fois impossible de récuser a priori les méthodes et approches « traditionnelles », et de les appliquer telles quelles. Il faut donc garder la mémoire de l’histoire commune, déjà écrite, de ses catégories, ses périodes, ses enjeux. Mais quand on se met à travailler sur les femmes écrivains, en se disant qu’elles appartiennent à cette histoire commune, et qu’apparaissent des lacunes, des points aveugles, des jugements et des classements qui rendent très difficiles leur réintroduction, on s’engage dans une réinvention et une réécriture. Il est en effet le plus souvent impossible d’« ajouter » ou d’« insérer » des femmes dans les épisodes d’un récit préexistant (ou, si l’on préfère, dans les cases d’un classement, dans le paysage d’une description) qui demeurerait inchangé. Le plus intéressant est que la modification de point de vue que leur introduction appelle ne concerne par que les femmes, et qu’elle conduit à mettre en cause plus largement les hiérarchies reçues. En général, quand les étudiant(e)s découvrent qu’il y a eu des femmes poètes, aujourd’hui totalement oubliées, et que leurs poèmes sont dignes d’intérêt, cela les conduit à s’interroger sur ce qui fait que l’on est reconnu poète, sur ce qu’est la poésie, sur sa transmission et ses valeurs.

Catherine Nesci : Deux points évidents, tout d’abord. D’une part, l’écueil préalable dans la recherche sur la production littéraire féminine reste celui de la faible disponibilité des écrits de femmes, malgré les nombreuses (re)publications qu’a entraînées le développement des études féministes depuis les années 1970. Ainsi, chercheurs et chercheuses doivent non seulement passer par le travail en archives, mais également par la constitution d’archives. De nos jours, la numérisation facilite certainement le travail ! D’autre part, le manque d’appareils critiques solides pour les œuvres de femmes, manque qui se comble petit à petit, rend plus difficile l’interprétation des textes. Quand on se propose de faire une thèse de doctorat sur Balzac, on peut utiliser la magnifique édition scientifique de La Comédie humaine dans la Bibliothèque de la Pléiade (sans parler de bien d’autres éditions), lire les nombreux modes d’emploi de l’œuvre écrits par l’auteur lui-même, éplucher une énorme bibliographie critique… et aller travailler dans l’excellente bibliothèque du Musée Balzac, si on habite Paris. Si certaines femmes écrivains bénéficient d’une longue tradition critique, telles Germaine de Staël ou George Sand, travailler sur les œuvres de bien des femmes est une tâche ardue, car chercheurs et chercheuses doivent constituer un corpus sans critères clairs pour établir la valeur esthétique d’une œuvre (au-delà du fréquent jugement de médiocrité), les données de sa réception et les codes de sa lisibilité (en évitant la visée tautologique qui consiste à rechercher le féminin dans les écrits d’une femme) ; parfois, des informations biographiques essentielles sont lacunaires, comme la teneur de la formation intellectuelle (ou son absence) et les modèles dont disposaient les femmes écrivains pour leurs propres œuvres. Le travail est donc plus lent, plus incertain, fait de tâtonnements ; mais il est peut-être aussi plus libre, plus novateur.

Quelles méthodologies et quelles théories mettre en œuvre pour interpréter les écrits de femmes ? Dans mon premier livre, La Femme mode d’emploi, j’ai d’abord lu les textes écrits par un grand romancier (Balzac) en faisant de la femme mon objet d’étude, et en utilisant une méthodologie féministe (inspirée de la psychanalyse et de la sémiotique), une approche « déconstructionniste » (du sujet décentré et de la langue-écriture) et une analyse sociocritique (incluant des références à la dialectique historique et matérialiste). Plusieurs thèmes ou concepts apparaissaient dans l’interprétation du texte balzacien, au-delà de la poétique des textes : le désir et le fétichisme sexuel, l’or et le fétichisme de la marchandise, la difficulté à fonder l’autorité et à stabiliser la représentation romanesque. Des femmes écrites et représentées, je suis ensuite passée aux écrits de femmes, car mes recherches initiales m’avaient amenée à travailler sur l’histoire des femmes, l’évolution de leur condition sociale et de leur image dans la culture. Dans les productions littéraires des femmes, il me semble que la poétique des textes s’impose comme outil premier pour penser le choix ou le refus d’une instance narrative féminine, les effets des différents types de focalisation dans un récit, la construction des espaces et des lieux. Par exemple, le livre de Claudine Giacchetti sur les mémoires féminins de l’aristocratie française (2009) me paraît un très bon modèle d’usage de la poétique de l’espace. Ensuite, les outils critiques fournis par la réflexion sur la différence des sexes (comme construction historique) ou sur la différence sexuelle (on peut éviter une essentialisation du féminin tout en étant sensible à certains effets du texte liés au corps et à l’oralité) apportent des pistes d’analyse fécondes sur la formation de la subjectivité, sur le langage et la voix, sur le regard, le corps et la sexualité, sur les facettes politiques et sociales de la représentation esthétique. Enfin, les attentes génériques pour les femmes et leurs rapports aux codes rhétoriques constituent deux pans encore mal définis de l’histoire littéraire, mais que la recherche féministe dans les études littéraires s’est employée à mieux cerner ces dernières années.

  • 5 Buci-Glucksmann (Christine), La Raison baroque. De Baudelaire à Benjamin, Paris, Galilée, 1984.

Pour donner l’exemple de mon deuxième livre, Le Flâneur et les Flâneuses, je n’ai pas écrit sur les seules femmes de lettres (Delphine de Girardin, George Sand et Flora Tristan), mais j’ai comparé la culture de la flânerie dans la littérature panoramique de l’époque romantique et dans la production balzacienne (essais analytiques et romans) aux écrits de femmes qui, à la même époque, parodient la posture du flâneur-artiste chargé de donner un sens aux signes urbains et une forme à la ville, adoptent le masque du dandy-feuilletoniste ou du flâneur sociologue et/ou chiffonnier pour écrire sur la vie parisienne et ses acteurs de toutes classes sociales. Le penseur que j’ai suivi tout au long de ma réflexion est Walter Benjamin, pour son travail sur Paris, capitale du xixe siècle. La philosophe Christine Buci-Glucksmann a fait une interprétation féministe de l’œuvre benjaminienne, qui a inspiré mon approche sur l’archéologie de la modernité et la manière dont les nouvelles technologies visuelles et les nouveaux modes de production transforment l’espace urbain, la culture moderne, comme ses acteurs et actrices5. L’appareil théorique de l’ouvrage inclut aussi les débats qu’ont menés des chercheuses anglo-saxonnes en littérature, histoire de l’art et sociologie, sur l’invisibilité de la « flâneuse » dans la littérature et la culture de la modernité, sur le regard féminin, sur l’instabilité des identités sexuées ou les ambivalences de la masculinité.

Chantal Savoie : Je crois sincèrement que les pratiques littéraires des femmes et leur place dans le champ littéraire doivent être abordées en s’astreignant à traduire les questions qu’elles posent en problèmes d’histoire littéraire. Je n’envisage donc pas a priori d’outils spécifiques. Néanmoins, il faut parvenir à acquérir une lecture assez fine et assez distanciée du terrain pour éviter de reproduire trop mécaniquement les découpages et les paramètres les plus évidents de l’histoire littéraire générale. Davantage que les outils « traditionnels », je crois qu’il faut recourir aux outils généraux et aux perspectives théoriques et méthodologiques qui tendent à décloisonner les frontières des découpages habituels en genres littéraires, siècles, traditions nationales. Au cours des dernières années, les questions soulevées par les enjeux de l’histoire culturelle, les travaux en sociopoétique et les considérations à propos des supports, tout particulièrement les études sur la poétique journalistique entreprises par Marie-Ève Thérenty et ses collaborateurs, me paraissent incontournables pour faire progresser nos connaissances de l’histoire littéraire des femmes.

Si j’avais à tenter de décrire mon approche, je dirais que j’ai tendance à prendre comme point de départ des paramètres et outils qui servent assez généralement à cadrer l’histoire littéraire (corpus, supports, genres littéraires, périodisation, réception, etc.) et que je les conjugue à certaines marques perçues comme relevant du féminin dans les textes et les pratiques (sexe de l’auteur, signature, postures littéraires, représentations, etc.). Trois aspects tendent ainsi à se démarquer le plus souvent, du moins pour les corpus à partir desquels j’ai travaillé, au tournant du xxe siècle. D’abord, les considérations matérielles en relation avec le support lui-même. Il est toujours utile de se rappeler, par exemple, les distorsions qu’opère inévitablement la considération des seules œuvres publiées sous forme de livres, et les conséquences peut-être plus lourdes du recours à ce seul outil pour faire l’histoire littéraire d’un groupe d’écrivaines dominé tant sur le plan social que littéraire. Cette question du support oblige en filigrane à revoir notre rapport à la conformité, notion qui suscite nombre de préjugés, notamment de la part de plusieurs intellectuelles féministes. Enfin, les enjeux liés aux supports se démultiplient en une série d’autres oppositions également fertiles pour formuler les problèmes d’histoire littéraire que posent les pratiques d’écriture des femmes. Par exemple, les différents supports et espaces discursifs investis par les femmes infléchissent les critères permettant de déterminer ce qui est acceptable ou non par la société à une époque donnée. Or, ce qui est jugé digne de faire date et de nourrir la mémoire s’oppose souvent assez résolument à ce qui fait momentanément et massivement consensus de manière silencieuse, ou presque, et notamment ce qui connaît le succès. La popularité, d’un texte ou d’une auteure, incarne une autre forme d’acceptabilité, parfois reflétée par les mécanismes qui assurent la pérennité à long terme, mais qui d’autres fois lui échappent complètement. Il est inévitable que la prise en considération du succès et de la popularité doive fournir une partie des indicateurs permettant de reconstituer l’histoire littéraire des femmes et qu’une partie du décalage entre la présence des femmes dans la sphère littéraire et la mémoire de cette présence s’explique par un investissement par les femmes de pratiques moins pérennes mais mieux admises, et souvent plus lucratives. La notion d’acceptabilité s’avère ainsi centrale pour ma perspective, dans la mesure où c’est à partir d’elle que je tente de concevoir des indicateurs et de façonner des outils méthodologiques permettant de renouveler la lecture du vaste terrain des pratiques.

Enfin, si je crois certes à la nécessité de faire une histoire englobante des pratiques littéraires des femmes, je ne pense pas qu’une formule unique d’exclusion, pas plus qu’une formule unique d’inclusion d’ailleurs, tienne la route. Pour chaque époque, chaque société, chaque état du champ, des modulations existent qu’il faut traquer, une distance historique opacifie notre compréhension. J’ai tendance à me méfier de toute « explication » trop simple.

Buata M. Malela : Travailler sur les femmes écrivaines implique une révision partielle et une adaptation des méthodes et théories utilisées jusqu’alors, car celles-ci ont été construites à partir de corpus masculins et, me semble-t-il, ont ignoré les questionnements relatifs aux populations minorées ou marginalisées comme les femmes, leur discours, leurs rapports à la norme masculine instituée en référence incontournable.

Selon moi, ce qui a permis de légitimer les écrivaines comme objet d’étude, ce sont les écrivaines elles-mêmes (Virginia Woolf, Simone de Beauvoir, Hélène Cixous, Simone Schwarz-Bart, pour ne citer que les plus fameuses) et plus largement les mouvements féministes un peu partout dans le monde. Pour ce qui nous concerne, ce que l’on appelle la « révolution du féminisme noir » en Amérique du Nord a réussi à créer les conditions favorables pour que d’autres agents transposent ses questionnements dans d’autres champs universitaires, littéraires, etc. Ainsi l’intérêt pour les écrivaines a crû progressivement au gré des victoires arrachées par les mouvements féministes sur l’ordre androcentrique. L’intérêt général étant là pour recréer un savoir alternatif sur les femmes, les études littéraires n’ont pas pu y échapper en Amérique du Nord et en Europe, malgré les réticences de l’univers francophone. Mais le corpus à étudier était déjà là depuis longtemps, parce que les femmes ont toujours travaillé ces questions. Il ne manquait plus qu’une révolution épistémologique pour les reconsidérer sous un angle inédit, en évacuant le risque du phallocentrisme qui gangrène parfois un certain nombre de visions.

Je travaille surtout la question du genre dans la production littéraire en essayant de mobiliser les outils de la sociologie de la littérature (théorie du champ) et la critique du genre comme cadre normatif et d’assignation de la différence sociale des sexes, ainsi que les théories queer qui me permettent également de remettre en cause le sens commun sur la subversion des pratiques normatives telles que l’hétérosexualité obligatoire, pour citer Wittig. C’est ainsi que s’est faite la révolution mentale à l’origine de ma perspective de recherche.

La recherche sur les femmes auteurs doit-elle mener à l’écriture d’une histoire littéraire des femmes ou doit-elle plutôt veiller à réintroduire les femmes dans l’histoire littéraire ? Qu’impliquent, selon vous, ces deux démarches ?

Christine Planté : Pour moi, l’objectif principal est d’aboutir à une histoire littéraire (et culturelle) non exclusive, intégrant donc les écrivaines dans l’histoire commune, inséparable de celle des rapports de genre – et cela implique une réécriture de grande ampleur de l’histoire transmise. Renoncer à cette visée reviendrait à se contenter d’un schéma de ségrégation et d’exclusion, ou d’une approche quantitative, par accumulation de « preuves ». La démarche comporte d’heureuses surprises, et une part d’autosatisfaction – on peut dire « voyez, il y a eu beaucoup de femmes qui écrivaient dans le passé… » –, mais elle comporte le risque qu’on ne comprenne ni comment ces femmes écrivains ont pu écrire, ni comment et pourquoi elles sont restées – ou sont devenues – invisibles. Une histoire littéraire et culturelle nouvelle, genrée, est lente à élaborer, faute de connaissances suffisantes et par difficulté de changer les manières de voir et de raconter. Concrètement, pour y parvenir, il faut passer par des recherches sur les femmes, en essayant de ne pas les constituer en objet isolé, ne serait-ce que parce que leur existence sociale, intellectuelle, artistique a impliqué des relations avec des hommes. Et que le regroupement dans une étude séparée des femmes écrivains entre elles (synchroniquement et diachroniquement) risque de produire un « effet de féminin » et une fausse impression d’intelligibilité. C’est, par exemple, tout le problème des anthologies de textes de femmes : elles constituent un moindre mal, permettant de faire connaître et de donner envie de lire, mais avec le risque d’imposer une déformation de la vision. Quand on publie, comme je l’ai fait, une anthologie de femmes poètes du xixe siècle, on s’expose à faire croire à une féminité de ces textes mis ensemble, qu’on lirait autrement s’ils se trouvaient insérés dans un autre ensemble, constitué selon des critères formel, idéologique, géographique… relativisant le poids du genre. On peut et il faut se demander comment George Sand se situe par rapport aux romancières qui l’ont précédée, en particulier à Mme de Staël. Il serait absurde de vouloir l’expliquer seulement par ces modèles (ou contre-modèles), en faisant abstraction de ses relations avec la vie littéraire romantique, avec les courants politiques, artistiques et intellectuels de son temps.

  • 6 Reid (Martine), Des Femmes en littérature, Paris, Belin, 2010. Son enquête, écrit-elle, « ne fait p (...)

Catherine Nesci : La poétique textuelle et l’histoire littéraire permettent toutes deux de mieux comprendre la création littéraire, celle des hommes comme celle des femmes. Il est donc essentiel de pouvoir disposer d’une histoire littéraire de qualité pour les femmes. C’est pourquoi on ne peut que s’étonner de la sous-représentation des femmes comme créatrices (et non plus comme objets de représentation) dans les histoires littéraires en langue française, question qui a fait l’objet de plusieurs enquêtes passionnantes ces dernières années. Pour mon domaine immédiat de recherche, je pense aux travaux de Christine Planté, d’Audrey Lasserre et de Martine Reid. Je me réjouis que leurs enquêtes aient été publiées dans des supports leur assurant une large diffusion auprès d’un public universitaire ou d’un public lettré (Revue d’histoire littéraire de la France, dossier spécial sur Fabula, éditions Honoré Champion), voire d’un public plus large (pour les éditions Belin). Elles ont toutes étudié divers manuels d’histoire littéraire visant un lectorat scolaire et/ou un lectorat universitaire. Je renvoie notamment aux analyses probantes de Martine Reid sur les histoires littéraires, de Gustave Lanson (en 1895) aux années 2000, et son appel à une réécriture de l’histoire littéraire française qui fasse place aux écrits de femmes et aux réflexions féministes6.

  • 7 D’autres ouvrages, notamment ceux dirigés par des collègues en poste dans des universités anglo-sax (...)

Pour remédier à l’invisibilité des auteures et réinscrire leurs apports à l’Histoire et à la mémoire collective, il est clair que faire une histoire littéraire des femmes représente une étape primordiale, comme l’ont été le projet et la réalisation d’une histoire des femmes dans le monde occidental. Dans la remarquable histoire des écrits de femmes qu’elle a dirigée (en anglais), Sonya Stephens recense un nombre considérable de femmes écrivains (dont la liste est assortie de riches notices) ; les auteurs du volume (hommes et femmes) éclairent les conditions sociales et matérielles qui permirent aux femmes d’écrire, le contexte et l’évaluation de leurs productions et les genres pratiqués, du Moyen Âge au xxe siècle. Cette inscription de l’activité littéraire des femmes dans la longue durée est essentielle : elle facilite et encourage la recherche et l’enseignement ; elle instaure aussi des traces durables, surtout quand les œuvres de femmes ont été « décanonisées » (comme pour l’œuvre sandienne) ou effacées du panthéon littéraire7. Christine Planté a bien signalé le risque de séparatisme, de « reconduction de l’idée d’écriture féminine », de création d’une unité factice des textes de femmes considérées dans le même contexte et selon les mêmes perspectives, ce qui n’est toutefois pas le cas du volume dirigé par Sonya Stephens.

Bien sûr, l’idéal serait de réinscrire les femmes dans une histoire littéraire commune, car l’expérience des femmes et leurs échanges intellectuels avec les hommes comptent autant que leurs relations aux autres femmes auteurs. On sait le risque de simplification que l’introduction des femmes dans cette histoire commune pourrait impliquer pour le vécu des femmes et leurs pratiques souvent très différentes des hommes. Les principes de cette réinscription sont encore à redéfinir pour une histoire littéraire en langue française, notamment en ce qui concerne les périodisations et les classifications. Une telle histoire, comme l’a bien montré Christine Planté, pousse à reconsidérer et réévaluer les cadres, les modes et les hiérarchisations qui organisent l’écriture de l’histoire littéraire.

  • 8 Hollier (Denis) (dir.), A New History of French Literature, Cambridge (Mass.) et Londres (UK), Harv (...)

Toutefois, à mes yeux, un exemple intéressant existe déjà. Il s’agit de l’histoire littéraire qu’avait dirigée Denis Hollier (sortie aux États-Unis en 1989), et qui incluait les écrits de femmes dans une histoire commune de la littérature française, et cela de manière à la fois originale et rigoureuse. Le comité directeur comprenait des chercheurs et chercheuses dont les travaux ont durablement changé le champ des études littéraires et ont permis une réelle inscription de la littérature des femmes et des réflexions féministes dans ce champ : R. Howard Bloch, Joan DeJean, Barbara Johnson, Nancy K. Miller et Nancy J. Vickers8. Les dates retenues pour organiser cette nouvelle histoire littéraire faisaient place à la production littéraire des femmes dans tous les genres, tandis que l’index permettait de retrouver assez rapidement les catégories pertinentes. Je prendrai comme exemple l’entrée pour « Women » [Femmes]. Voici la traduction des renvois (sans les pages) : « Femmes, africaine ; anonymat ; artistes ; cloîtrées ; domestiques ou mondaines ; et maternité ; et politique ; et droits des femmes ; et salons ; et ordre sociopolitique ; écrivaines ; écrivaines et pseudonymes – Voir aussi féminisme ; rapports de Genre [gender en anglais] ; misogynie ».

Chantal Savoie : Il faut à mon avis faire les deux, de la même manière que nous travaillons, pour les genres littéraires, les siècles, les mouvements et tous les autres paramètres qui nous servent à cadrer l’histoire littéraire, à partir de sources spécialisées dont nous tirons une compréhension et une synthèse pour construire l’histoire littéraire générale. Nous n’avons pas davantage à trancher que les autres spécialistes entre une histoire « ghetto » et une histoire intégrée. Les nouveaux travaux qui construisent les jalons d’une histoire littéraire spécifique des pratiques littéraires des femmes alimenteront nécessairement les synthèses ultérieures. Il est difficile de passer directement du silence à la synthèse, sans les étapes intermédiaires, comme c’est d’ailleurs le cas pour toutes les avancées récentes importantes en histoire littéraire.

Buata B. Malela : Il faudrait faire les deux. Il existe bien des histoires littéraires à dominante masculine et souvent pleines de bêtises sur les écrivaines, bêtises dues à l’ignorance et parfois au mépris sous-jacent qui entourent systématiquement la réception critique et universitaire des productions des femmes. De grandes synthèses s’imposent sur les femmes écrivains, ce qui consoliderait bien le corpus et ses problématiques dans les esprits et plus généralement dans les pratiques universitaires et pédagogiques.

Vos travaux ont-ils suscité la réédition de certaines œuvres ? Quels critères doivent, selon vous, régir le passage de l’exhumation à la réhabilitation ?

Christine Planté : J’ai contribué à faire redécouvrir et rééditer des textes de femmes sur l’histoire et les débats de leur temps (les saint-simoniennes, le témoignage de Malvina Blanchecotte sur la Commune) ; des aspects peu connus de l’œuvre de Sand (Sand critique) ; pas mal de femmes poètes. Entre les deux éditions de l’anthologie des femmes poètes que je viens d’évoquer (1998 et 2010), le paysage éditorial a beaucoup changé, et plusieurs des poétesses qui la composent sont devenues plus faciles à lire en édition contemporaine. Je continue à m’y employer : j’ai par exemple publié en 2011 une anthologie de Marie Krysinska dans la collection « Des deux sexes et autres » que je dirige avec Jean-Marie Roulin aux Presses universitaires de Lyon et de Saint-Étienne.

Il me semble que tout geste de réédition doit être précédé d’une réflexion sur le pourquoi (on peut évidemment penser que tout texte de femme est bon en soi à donner à lire ; cependant, puisque tout n’est pas réédité et que force est de faire des choix, comment ces choix sont-ils déterminés ?), le pour qui (le grand public, le public universitaire ou scolaire, un public féministe ?), et le comment (édition savante ou non, plus ou moins annotée, accompagnée de variantes, présentée – sous quel angle ?). On a aujourd’hui accès à beaucoup de textes, à travers les éditions savantes, la numérisation et l’édition en ligne. Un des besoins urgents me paraît être la mise à disposition d’éditions précises, mais non forcément savantes, à prix modique pour un public non spécialiste et pour l’enseignement scolaire et universitaire. On a besoin aussi d’ouvrages critiques, théoriques et d’histoire littéraire de synthèse à la fois lisibles et rigoureux qui puissent éclairer la lecture de ces textes pour qui veut aller plus loin. Il faut qu’il soit possible de lire beaucoup de textes de beaucoup de femmes pour que la présence de femmes écrivains dans la littérature passée et vivante devienne non l’objet d’une démonstration ou d’une interrogation, mais une donnée : elles font partie de la vie littéraire et intellectuelle commune, qu’on ne comprend pas pleinement si on occulte leur rôle.

Mais cette question de l’édition me paraît constituer un vaste objet de réflexion en soi, appelé par les nouvelles possibilités technologiques et l’essor des « humanités numériques ». Nous avons maintenant l’expérience et le recul de plusieurs décennies de travaux et de publications, et il y aurait matière à un programme de recherches particulier et une ou des rencontre(s) sur cette question.

  • 9 Je renvoie à sa mise au point, tout à fait éclairante : Reid (Martine), « Éditer les femmes auteurs (...)

Catherine Nesci : Mes travaux n’ont pas suscité de réédition d’œuvres de femmes, et je remercie tous ceux et celles qui ont réédité les œuvres de Flora Tristan et de Delphine de Girardin, sans parler de George Sand, pour laquelle chercheurs et chercheuses ont fait de gros efforts en préparant des éditions critiques qui facilitent l’exploitation et la lisibilité des œuvres. La publication des Œuvres complètes de Sand, chez Champion, sous la direction de Béatrice Didier, permet à présent un travail d’interprétation plus rigoureux, mieux informé, des œuvres et de leur genèse. J’aimerais aussi saluer l’initiative de Martine Reid, qui par la série « Femmes de lettres » qu’elle a dirigée pour Gallimard, en Folio 2 euros, a permis la redécouverte de nombreuses œuvres de femmes (du xvie au xxe siècle), que j’utilise dans plusieurs de mes classes, comme beaucoup de mes collègues aux États-Unis. Elle s’est expliquée récemment sur les principes qui ont présidé aux choix et à la préparation des volumes, dont 150 000 exemplaires ont déjà été vendus ; l’encadrement critique, solide mais léger, assure la lisibilité des œuvres. Et elle commente les choix éditoriaux des grandes collections, comme la Bibliothèque de la Pléiade, qui ne font pas (ou très peu) place aux femmes, tandis que tant d’auteurs voient l’édition de leurs œuvres complètes remises à jour régulièrement (Balzac, Baudelaire, Stendhal, Proust, etc.)9.

Chantal Savoie : Comme l’essentiel de ma recherche s’intéresse aux dimensions collectives des pratiques d’écriture des femmes, et que je m’occupe de textes qui n’ont pas nécessairement a priori la forme d’« œuvres », qui n’appartiennent pas souvent aux grands genres et qui n’ont pas toujours le livre comme support, la question des rééditions n’est pas véritablement un enjeu de mon travail. Quant au terme « réhabilitation », je m’en méfie et m’en distancie. Il me semble que le renouveau de l’histoire littéraire des femmes passe d’abord par l’exhumation de nouveaux textes, par la pratique de nouvelles analyses, par la prise en compte et la compilation de nouvelles données, et par notre capacité à cartographier avec plus d’acuité un ensemble de pratiques. C’est à mon avis plus urgent et plus essentiel à notre compréhension des lettres féminines que de chercher des génies oubliées. Avant de statuer et de théoriser sur l’histoire littéraire des femmes, je me demande encore si nous disposons vraiment des données nécessaires pour commencer à écrire cette histoire. En effet, jusqu’à quel point pouvons-nous faire une lecture vraiment différente de cette histoire à partir des seules données accessibles désormais ? L’expérience des travaux menés au cours des dix dernières années dans divers contextes, et notamment ceux des grandes équipes de La Vie littéraire au Québec et de « Penser l’histoire de la vie culturelle au Québec », mais aussi ceux déjà entrepris il y a quelques décennies sur la littérature de grande consommation par différentes équipes de recherche québécoises, permet de constater que de larges pans de connaissance nous manquent encore, tant sur le plan des biographies et des trajectoires que sur celui des corpus, socles indispensables pour procéder ensuite aux analyses et aux synthèses. Cette démarche en apparence simple ne va pourtant pas de soi, elle oblige à investir temps et patience pour débusquer les traces, souvent rares, de la présence des femmes dans ce qu’on considère souvent comme les marges de l’espace littéraire, et à nous atteler ensuite à la tâche de problématiser les enjeux de la compréhension et de la signification de ces traces au sein de l’ensemble des pratiques culturelles des femmes et de l’ensemble des pratiques culturelles en général.

Buata B. Malela : Les œuvres que j’étudie sont largement diffusées pour les auteures afrodescendantes et ne nécessitent pas de rééditions particulières. Concernant les critères sur le passage de l’exhumation à la réhabilitation, je ne suis pas du tout en mesure de répondre à cette question et dois la laisser à d’autres bien plus à même de traiter ce sujet.

Quels sont les acquis de la recherche sur les femmes écrivains et que reste-t-il à faire ? De nouvelles perspectives s’ouvriront-elles dans le futur ?

Christine Planté : Les acquis sont à la fois importants et fragiles. Beaucoup de savoir est accessible, mais il est très inégalement passé dans une culture commune, comme partie intégrante de cette culture, et il est souvent encore présenté sous la rubrique du féminin. C’est pourquoi, sans renoncer à une perspective de travail sur les femmes écrivains, il me paraît absolument indispensable de l’associer étroitement à une interrogation en termes de genre, en considérant les relations hommes/femmes, masculin/féminin au sein d’un système où aucun terme ne fait sens considéré séparément – et conduisant donc à « désuniversaliser » le masculin. Il y a aussi beaucoup à attendre d’une comparaison avec les autres arts (en France, l’essor des travaux menés par les historien(ne)s de l’art et les sociologues de l’art est remarquable, et doit rejaillir sur le champ littéraire) et avec le monde non occidental. Reste une question majeure, dont on ne peut faire l’économie, mais qui excède les femmes et le genre : qu’en est-il de la place de la littérature dans le monde contemporain ?

Catherine Nesci : Les acquis de la recherche me paraissent nombreux, sur le plan des théorisations et des apports de l’interdisciplinarité : le travail pionnier de l’histoire des femmes, la réflexion sur la notion de genre, les nombreuses mises au point sur les gender studies en Europe, l’importance nouvelle de l’intersectionnalité (donc des rapports entre sexe, race et classe). Également importants sont les projets et les chantiers mis en route autour de la question des femmes dans la critique, l’histoire littéraire, le journalisme et les médias. Les associations littéraires, des plus modestes aux plus englobantes, ont joué un rôle majeur en rendant plus visible l’apport des femmes à la littérature en langue française. Toutefois, la régression actuelle des sciences humaines et des études littéraires dans le monde occidental risque de fragiliser les acquis de la recherche sur les femmes écrivains, comme elle fragilise déjà les recherches littéraires en général. Peut-être que cette crise entraînera aussi une révision des méthodes et des outils de l’enseignement littéraire, et que la constitution d’un champ littéraire plus « mixte » et davantage interdisciplinaire rendra les études littéraires plus intéressantes pour nos étudiant(e)s, en les rendant aussi plus proches de l’expérience vécue par les deux sexes. Dans les années à venir, les limites, les fonctions, les formes de la littérature vont changer, comme vont changer les théorisations, les usages et les supports. Il faut certes continuer le travail d’édition, car les anthologies, pour utiles qu’elles soient, ne suffisent pas à bien connaître une œuvre ou une auteure, et à développer les outils critiques les mieux adaptés à son interprétation. La numérisation d’écrits de femmes devrait aussi favoriser de belles découvertes et inspirer de nouveaux travaux. Mais il faudra se battre pour remédier à « l’invisibilisation » des écrits de femmes chez les grands éditeurs, que ce soit dans les formats de poche ou dans les collections prestigieuses, telle la Bibliothèque de la Pléiade. Il faudra aussi œuvrer à la mixité des programmes des grands concours de l’enseignement et des programmes scolaires. Pour ma part, je mesure avec plaisir et émotion les acquis des recherches sur les écrits de femmes, en comparant mes lectures des années 1980 sur les femmes journalistes, à partir des travaux pionniers de Laure Adler et d’Évelyne Sullerot, et les nouvelles pistes de réflexion, les nouveaux corpus, les nouveaux outils critiques qu’ont créés récemment les recherches renouvelées sur les rapports entre littérature, femme et presse. Ce sont de nouveaux horizons qui se sont ouverts, surtout grâce à l’apport de Marie-Ève Thérenty.

Mes collègues en poste en Europe répondront différemment aux questions pertinentes que vous posez sur les femmes et l’histoire littéraire ; ils/elles nuanceront certainement mon optimisme (modéré) de chercheuse aux appartenances institutionnelles et critiques plutôt hybrides. En tout cas, si les départements d’études féminines ou d’études de genre souffrent actuellement moins que les départements de littérature, aux États-Unis, j’ai pu me rendre compte que la part des sciences humaines s’y est beaucoup réduite et que les cursus sont à présent davantage axés sur les sciences sociales. Une histoire littéraire et des cursus qui incluent les femmes auteurs et une méthodologie interdisciplinaire auront-ils la possibilité d’endiguer la défaveur des études littéraires ? C’est le défi incontournable que présente notre temps…

Chantal Savoie : Le premier acquis de la recherche en histoire littéraire des femmes est à mon avis le fait qu’elle existe ( !) et qu’elle soit désignée et reconnue comme telle. Le second acquis, qui est également une évidence, est constitué de ce que nous savons de cette histoire, et qui n’était pas connu des femmes des générations précédentes que ces questions intéressaient. Aujourd’hui, nous sommes plusieurs à nous occuper de ces questions, nous lisons les travaux des unes et des autres, nous nous regroupons pour partager nos découvertes, nos avancées et nos inquiétudes. Ce réseau de chercheurs et chercheuses est extrêmement précieux et joue un rôle crucial dans l’évolution des recherches, mais aussi des programmes et de l’ensemble de la formation universitaire en littérature. Je perçois également comme un atout le fait que plusieurs étudiantes des deuxième et troisième cycles s’intéressent à ces perspectives. C’est pour ma part le domaine où je recrute le plus d’étudiantes, de doctorat en particulier. Cette relève est une richesse, une fierté et une grande stimulation pour moi. Enfin, j’ai toujours été soutenue par les organismes qui financent la recherche chez nous (le Conseil national de recherche en sciences humaines du Canada et le Fonds de recherche Société et Culture, que je remercie de leur appui), et ce financement est un acquis très important pour faire progresser les connaissances.

Quant à ce qu’il reste à faire et aux perspectives pour le futur, j’ai d’abord l’impression que plusieurs tendances importantes de la recherche en histoire littéraire et culturelle serviront le développement des connaissances sur l’histoire littéraire des femmes et des écrivaines. Les vastes chantiers ouverts, notamment dans la foulée des travaux de Marie-Ève Thérenty et d’Alain Vaillant, sur l’histoire littéraire de la presse et la poétique historique du journal, contribuent fortement à la relecture et à la reconsidération du rôle joué par plusieurs femmes de lettres dans les périodiques, qu’elles y aient publié des œuvres de fiction, qu’elles y aient tenu des chroniques, qu’elles se soient adonnées à la critique littéraire, qu’elles aient animé des pages féminines et culturelles, qu’elles aient dirigé des périodiques, etc. La considération des supports et de l’impact de leur matérialité sur les stratégies discursives risque d’occuper plusieurs chercheurs au cours des prochaines années. Sans compter que la numérisation de nombreux corpus de périodiques accroît leur accessibilité et offre ainsi une matière neuve à couvrir pour les chercheurs autant que pour les étudiant(e)s intéressé(e)s par ces questions. Les humanités numériques et la recherche sur les écrivaines du passé sont des alliées naturelles à mon avis.

Toujours dans la perspective de l’élargissement et du renouvellement des sources, l’accès plus étendu aux archives, et en particulier aux correspondances, carnets, notes des écrivaines contribuera largement au renouvellement de la compréhension du rôle de plusieurs écrivaines et de plusieurs intellectuelles dont l’apport reste méconnu. Je pense au cas de Mme Jeanne Lapointe, une des premières professeures d’études littéraires au Québec à avoir abordé des questions féministes tant dans son enseignement que dans sa pratique critique, et dont l’étude a été amorcée au Canada par Claudia Raby alors qu’elle était étudiante au deuxième cycle. Il est intéressant de constater que l’œuvre publiée de Mme Lapointe ne constitue qu’une parcelle de son important travail, et que le fait qu’elle n’ait pas publié de monographie de son travail de critique littéraire a contribué à la rendre moins visible. Or, les archives ont permis de mettre en évidence une pensée forte, cohérente et en constante évolution, qui en font un jalon incontournable au sein de l’histoire des intellectuelles québécoises. La prise en charge de son cas, et d’autres semblables, par la mémoire à long terme, notamment par le biais des archives, offre plusieurs pistes prometteuses et plusieurs chantiers pour les générations à venir.

Enfin, plusieurs tendances récentes dans la mobilisation d’approches théoriques novatrices risquent de contribuer à élargir et à approfondir notre connaissance des pratiques littéraires des femmes. Je pense par exemple à l’étude des réseaux et de la sociabilité, qui a contribué à élargir notre perception de la palette des rôles et actions possibles au sein de l’espace littéraire. Or, pour certaines périodes, et tout particulièrement celles où les prescriptions sociales tendaient à limiter les interventions des femmes dans la sphère publique, leur action s’est déplacée et leur influence s’est parfois faite plus discrète. Notre capacité à retracer cette influence et l’impact que les femmes ont pu avoir comme animatrices, intermédiaires, relationnistes, éditrices, médiatrices, etc., à différents moments et dans différentes circonstances, risquent d’occuper plusieurs chercheurs et chercheuses et de renouveler considérablement les connaissances.

Buata B. Malela : Il est acquis qu’étudier un corpus féminin est tout aussi légitime qu’en étudier un autre. Il s’agit là assurément d’un acquis général. En revanche, il ne va pas de soi de le faire selon une procédure lourde, sans tomber dans les réflexes inhérents à l’incorporation de la norme de la domination, notamment dans des lectures rapides qui discréditent un certain nombre d’écrits autres que féminins sur le sujet féminin, précisément. On tomberait dans ce que l’on dénonce soi-même, c’est-à-dire un entérinement de la différence des sexes, qui est alors pris pour argent comptant ou sert de mode de lecture pour déconstruire la domination masculine ou encore le patriarcat. Par exemple, l’une des lectures qui a été faite de la réception très critique de Franz Fanon sur Mayotte Capécia, écrivaine martiniquaise, a consisté à dire un peu rapidement que le jugement sévère de Fanon sur Je suis martiniquaise (1948) de Capécia résultait principalement d’une vision profondément masculine… C’est du moins un point de vue que défend avec insistance Christiane Makward dans son très beau livre (Mayotte Capécia ou l’aliénation selon Fanon, 1999). Personnellement, j’interprète la sévérité de Fanon comme une marque de positionnement dans le champ, car il fait preuve du même sentiment pour René Maran et son Homme pareil aux autres (1947). Ces deux productions ont en commun d’insister sur l’intériorisation de la domination à tel point que les protagonistes des deux romans deviennent aliénés au sens de Spinoza, c’est-à-dire étrangers à eux-mêmes parce qu’orientés par une norme ou des valeurs extérieures à eux, en l’occurrence, l’assimilation.

Pour ce qui concerne mon corpus, je crois que tout est à faire, surtout d’un point de vue conceptuel et théorique. Il existe un certain nombre de travaux, principalement des articles ou des monographies ponctuelles, mais à ma connaissance il manque une approche plus globale et relationnelle. Voilà un programme que l’on pourrait essayer de réaliser dans différentes recherches à venir.

Haut de page

Bibliographie

 

Adler (Laure), À l’aube du féminisme, les premières journalistes, Paris, Payot, 1979.

Boutin (Aimée), Paliyenko (Adrianna M.), « Nineteenth-Century French Women Poets: An Exceptional Legacy », dans Women in French Studies, octobre 2002, p. 77-109.

Charles (Shelly), « “Le domaine des femmes” : Roman et écriture féminine dans la critique du tournant des Lumières », dans Reid (Martine) (dir.), Les Femmes dans la critique et l’histoire littéraire, Paris, Champion, 2011, p. 85-100.

Cixous (Hélène), « Le Rire de la Méduse », dans L’Arc, « Simone de Beauvoir et la lutte des femmes », n° 61, 1975, p. 39-54. Nouvelle édition : Le Rire de la Méduse et autres ironies, préface de Frédéric Regard, Paris, Galilée, 2010.

Cohen (Margaret), The Sentimental Education of the Novel, Princeton, Princeton University Press, 1999.

Giacchetti (Claudine), Poétique des lieux. Enquête sur les mémoires féminins de l’aristocratie française (1789-1848), Paris, Honoré Champion, coll. Romantisme et modernités, n° 118, 2009.

Goldberg Moses (Claire), Wahl Rabine (Leslie), Feminism, Socialism, and French Romanticism, Bloomington, Indiana University Press, 1993.

Mozet (Nicole), « Introduction », dans Romantisme, no77, Les femmes et le bonheur d’écrire, 1992.

Kelly (Dorothy), Fictional Genders. Role and Representation in Nineteenth-century French Narrative, Lincoln (Neb.), London, University of Nebraska Press, 1989.

Landes (Joan B.), Women and the Public Sphere in the Age of the French Revolution, Ithaca et Londres, Cornell University Press, 1988.

Lasserre (Audrey), « Les femmes du xxe siècle ont-elles une histoire littéraire ? », dans Synthèses : perspectives théoriques en études littéraires, Barraband (Mathilde) et Lasserre (Audrey) (dir.), Cahiers du ceracc, n° 4, décembre 2009, p. 38-54.

Lasserre (Audrey) (dir.), « La volonté de savoir : présentation du numéro », dans lht, n° 7, Les femmes ont-elles une histoire littéraire ?, dossier publié le 1er janvier 2011, [http://www.fabula.org/lht/7/dossier/209-7lasserre].

Louichon (Brigitte), Del Lungo (Andrea) (dir.), La Littérature en bas-bleus. Romancières sous la Restauration et la monarchie de Juillet (1815-1848), Paris, Classiques Garnier, 2010.

Miller (Nancy K.) (dir.), The Poetics of Gender, New York, Columbia University Press, 1986.

Mistacco (Vicki) (dir.), Les Femmes et la tradition littéraire. Anthologie du Moyen Âge à nos jours, New Haven et Londres, Yale University Press, 2006-2007, 2 vols.

Nesci (Catherine), La Femme mode d’emploi. Balzac, de la Physiologie du mariage à La Comédie humaine, Nicholas-ville (Kentucky), French Forum Publishers, 1992.

Nesci (Catherine), prince (Gerald), van slyke (Gretchen) (dir.), Corps/décors : femmes, orgie, parodie. Hommage à Lucienne Frappier-Mazur, Amsterdam/Atlanta, Rodopi, 1999.

Nesci (Catherine), Le Flâneur et les flâneuses. Les femmes et la ville à l’époque romantique, préface de Priscilla Parkhurst Ferguson, Grenoble, ellug, coll. Bibliothèque stendhalienne et romantique, 2007.

Planté (Christine), La Petite Sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, Paris, Seuil, 1989.

« Quel compte donc fais-tu des femmes ? – Femmes et poésie en France au xixe siècle », Romantisme, n° 85, 1994, p. 67-78.

Planté (Christine) (dir.), Femmes poètes du xixe siècle. Une anthologie, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1998 (2e éd. 2010).

Planté (Christine) (dir.), L’Épistolaire, un genre féminin ?, Paris, Champion, 1998.

Planté (Christine) (dir.), Masculin-féminin dans la poésie et les poétiques du xixe siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. Littérature et idéologies, 2002.

Planté (Christine), « La place des femmes dans l’histoire littéraire : annexe ou point de départ d’une relecture critique ? », dans Revue d’histoire littéraire de la France, n° 3, juillet-septembre 2003, p. 655-668 [http://www.jstor.org/stable/40534996].

Planté (Christine) et bara (Olivier) (dir.), George Sand critique. Une autorité paradoxale, Saint-Étienne, puse, coll. Le xixe siècle en représentation(s), 2011.

Reid (Martine), Des femmes en littérature, Paris, Belin, 2010.

Reid (Martine) (dir.), Les Femmes dans la critique et l’histoire littéraire, Paris, Champion, 2011, p. 85-100.

Ripa (Yannick), Les Femmes, actrices de l’Histoire. France, 1789-1945, Paris, sedes, 1999 (rééd. Colin, 2002).

savoie (Chantal), « Des salons aux annales : les réseaux et associations des femmes de lettres à Montréal au tournant du xxe siècle », dans Rajotte (Pierre), Voix et images, n° 80, La Sociabilité littéraire, (printemps 2002), p. 238-253.

savoie (Chantal), Bettinotti (Julia), Bleton (Paul), des Rivières (Marie-José) et saint-jacques (Denis) (dir.), Femmes de rêve au travail : les femmes et le travail dans les productions écrites de grande consommation au Québec depuis 1945, Québec, Éditions Nota bene, 1998.

savoie (Chantal), « Pour une sociopoétique historique des pratiques littéraires des femmes », dans Texte. Revue de critique et de théorie littéraire, no45-46, Glinoer (Anthony) (dir.), Carrefours de la sociocritique, 2009, p. 196-211.

savoie (Chantal) (dir.), Histoire littéraire des femmes : cas et enjeux, Québec, Éditions Nota bene, 2010.

Schor (Naomi), Breaking the Chain. Women, Theory, and French Realist Fiction, New York, Columbia University Press, 1985.

Stephens (Sonya) (dir.), A History of Women’s Writing in France, Cambridge, Cambridge University Press, 2000.

Sullerot (Evelyne), Histoire de la presse féminine en France des origines à 1848, Paris, Armand Colin, 1966.

ThÉrenty (Marie-Ève), « Femmes, journalisme et pensée sous la Monarchie de Juillet », dans Planté (Christine) (dir.), Lieux littéraires, no7-8, Féminin/Masculin. Écritures et représentations, 2003, p. 93-112.

ThÉrenty (Marie-Ève), « “Songez que je n’ai aucune des conditions du journalisme…”. Poétique journalistique de George Sand », dans Bordas (Éric) (dir.), George Sand, écritures et représentations, Paris, Eurédit, 2004, p. 207-238.

ThÉrenty (Marie-Ève), « La chronique et le reportage, du genre (gender) des genres journalistiques », dans Pinson (Guillaume) et Prévost (Maxime) (dir.), Penser la littétature par la presse, Etudes Littéraires, no40-3, automne 2009, p. 115-125 ;

ThÉrenty (Marie-Ève), « De la Fronde à la guerre (1897-1918) : les premières femmes reporters », dans ThÉrenty (Marie-Ève) et Pinson (Guillaume) (dir.), Autour de Vallès, no44, L’invention du reportage, 2010, p. 143-162.

Haut de page

Notes

1 de Girardin (Delphine), La Canne de M. de Balzac, Œuvres complètes de Madame de Girardin, née Delphine Gay, Paris, Plon, 1861, t. 2, p. 130.

2 Sur une période de quatre ans, et pour ne prendre que le cas des études dix-neuviémistes sur le roman ou sur l’hystérie, on peut citer des travaux féministes qui ont complètement renouvelé le champ dix-neuviémiste et ont été reçus très favorablement dans le milieu académique : apter (Emily), Feminizing the Fetish. Psychoanalysis and Narrative Obsession in Turn-of-the-Century France, Ithaca (N.Y.), Cornell University Press, 1991 ; Kelly (Dorothy), Telling Glances. Voyeurism in the French Novel, New Brunswick (N.J.), Rutgers University Press, 1992 ; Schor (Naomi), George Sand and Idealism, New York, Columbia University Press, 1993 ; Waller (Margaret), The Male Malady. Fictions of Impotence in the French Romantic Novel, New Brunswick (N.J.), Rutgers University Press, 1993 ; Matlock (Jann), Scenes of Seduction. Prostitution, Hysteria, and Reading Difference in Nineteenth-Century France, New York, Columbia University Press, 1994 ; Beizer (Janet), Ventriloquized Bodies. Narratives of Hysteria in Nineteenth-Century France, Ithaca (N.Y.), Cornell University Press, 1994 ; Ender (Evelyne), Sexing the Mind. Nineteenth-Century Fictions of Hysteria, Ithaca and London, Cornell University Press, 1995. Cette année-là, les deux ouvrages du regretté Lawrence R. Schehr marquaient l’avènement des gay studies (et annonçaient aussi les queer studies) : The Shock of Men. Homosexual Hermeneutics in French Writing, Stanford, Stanford University Press, 1995 ; Alcibiades at the Door. Gay Discourses in French Literature, Stanford, Stanford University Press, 1995. Si on citait aussi les monographies sur une auteure (Germaine de Staël, George Sand, Rachilde), la liste s’allongerait considérablement !

3 On note une ouverture plus sensible aux écrits de femmes dans l’épreuve en littérature comparée de l’agrégation, ces dix dernières années : Sarah Kane (2010-2011), Anna Akhmatova (2009-2010), Virginia Woolf (2001-2002), Mary Shelley (2000-2001) ; en 2003-2004, l’agrégation interne incluait le beau film d’Agnès Varda, Sans toit ni loi. Voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Agr%C3%A9gation_de_lettres_modernes#2010-2011, source consultée le 13 janvier 2012.

4 Planté (Christine), « La place des femmes dans l’histoire littéraire : annexe, ou point de départ d’une relecture critique ? », dans Revue d’histoire littéraire de la France, 2003-3, p. 655-668.

5 Buci-Glucksmann (Christine), La Raison baroque. De Baudelaire à Benjamin, Paris, Galilée, 1984.

6 Reid (Martine), Des Femmes en littérature, Paris, Belin, 2010. Son enquête, écrit-elle, « ne fait pas apparaître une réhabilitation progressive des femmes auteurs, pas plus d’ailleurs qu’une meilleure perception de la diversité de leurs positions et de leurs œuvres » (ibidem, p. 107).

7 D’autres ouvrages, notamment ceux dirigés par des collègues en poste dans des universités anglo-saxonnes, rappellent la richesse du patrimoine littéraire des femmes, par exemple le dictionnaire (qui a l’avantage d’inclure les femmes écrivains hors du territoire français) de Cottenet-Hage (Madeleine) et Makward (Christiane P.) (dir.), Dictionnaire littéraire des femmes de langue française : de Marie de France à Marie Ndiaye, Paris, Karthala, 1996.

8 Hollier (Denis) (dir.), A New History of French Literature, Cambridge (Mass.) et Londres (UK), Harvard University Press, 1989. La résistance du milieu universitaire français à cette histoire, excellent outil de travail, érudit et documenté, reste à interroger, puisque la version française fut mise au pilon assez rapidement…

9 Je renvoie à sa mise au point, tout à fait éclairante : Reid (Martine), « Éditer les femmes auteurs », dans Kerlouégan (François), Le Magasin du xixe siècle, no1, Dossier « La femme auteur » 2011, p. 100-105.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Brogniez et Vanessa Gemis, « L’histoire littéraire des femmes en question(s) : théories, pratiques et perspectives », Textyles, 42 | 2012, 19-51.

Référence électronique

Laurence Brogniez et Vanessa Gemis, « L’histoire littéraire des femmes en question(s) : théories, pratiques et perspectives », Textyles [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 15 janvier 2014, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://textyles.revues.org/2294 ; DOI : 10.4000/textyles.2294

Haut de page

Auteurs

Laurence Brogniez

Articles du même auteur

Vanessa Gemis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org