Navigation – Plan du site

Introduction

Laurence Brogniez et Vanessa Gemis
p. 7-17

Texte intégral

  • 1 Barbey d’Aurevilly (Jules), Les Bas-Bleus [1877], dans Œuvre critique, ii. Les Œuvres et les Hommes(...)

Ce n’est ni une inconséquence ni même une diversion, comme on pourrait le croire, que d’introduire dans un livre de critique intitulé : Les Œuvres et les Hommes du xixe siècle, la série des femmes qui écrivent, car les femmes qui écrivent ne sont plus des femmes.1

  • 2 Ce questionnement part notamment du constat que la période contemporaine a suscité davantage d’étud (...)

1Il y a près de vingt ans, la revue Textyles publiait un premier numéro consacré aux femmes de lettres belges (n° 9, Romancières de Belgique, 1993). Centré sur les parcours et les œuvres de cinq prosatrices (Madeleine Ley, Madeleine Bourdouxhe, Eugénie De Keyser, Marie-Louise Haumont et Jacqueline Harpman), ce dossier affichait résolument une ambition critique et éditoriale. Il s’agissait alors de souligner tout à la fois l’insuffisante notoriété de ces cinq auteures, de pallier le manque d’études critiques sur leurs œuvres et d’offrir aux lecteurs quelques inédits. Ce premier dossier faisait alors pleinement écho aux tentatives de revalorisation de la création littéraire au féminin émergente en Europe depuis les années 1970. Construit autour de cinq individualités créatrices et de leurs œuvres, il mettait, en outre, l’accent sur la production contemporaine. Ce nouveau dossier consacré aux écrivaines entend offrir un autre éclairage sur la question, en interrogeant cette fois l’intégration des femmes auteurs à l’histoire des lettres belges2.

  • 3 On notera cependant déjà à la fin des années 1980 un dossier de Textyles consacré à Marie Gevers (n (...)
  • 4 Sextant, n° 17-18, Poésie, 2002 ; Sextant, n° 6, Femmes en lettres, 1996 ; Sextant, n° 11 et 12, Fe (...)
  • 5 Van Den Dungen (Pierre), « L’écriture et les femmes en Belgique au tournant du siècle », dans Sexta (...)
  • 6 Brogniez (Laurence), « “Lettres à une jeune poétesse”. Charles Van Lerberghe, anti-Pygmalion », dan (...)
  • 7 Michaux (Marianne), « Femmes de lettres belges 1850-1880. Dette idéologique, ruse symbolique », dan (...)
  • 8 Vanderpelen-Diagre (Cécile), Écrire sous le regard de Dieu. La littérature catholique belge dans l’ (...)
  • 9 Gemis (Vanessa), Femmes de lettres belges (1880-1940). Identités et représentations collectives, th (...)
  • 10 Gubin (Éliane), Jacques (Catherine), Piette (Valérie) et Puissant (Jean) (dir.), Dictionnaire des f (...)
  • 11 Malgré un nombre croissant de publications s’inscrivant dans ce champ de la recherche, les études d (...)

2Pour bien comprendre la « situation critique » de la féminité au sein des lettres belges, il faut sans doute rappeler la double marginalité – nationale et sexuée – qui caractérise les principales intéressées. Dans les années 1990, la recherche sur les lettres belges s’inscrit en effet dans de nouvelles perspectives – en particulier sociologiques – qui, bien qu’a priori propices aux réflexions sur l’activité littéraire des femmes, n’ont pas inscrit ces dernières au rang des priorités. Il faudra ainsi attendre la fin des années 1990 et davantage encore la décennie suivante pour que quelques chercheurs s’intéressent à la place des femmes dans l’histoire littéraire nationale3. Les numéros que consacre, entre 1996 et 2002, Sextant, la revue du Groupe interdisciplinaire d’étude sur les femmes (ulb), aux « Femmes en lettres », aux « Femmes artistes » et à la « Poésie »4 permettent la publication des travaux de Pierre Van den Dungen5, Laurence Brogniez6 et Marianne Michaux7, centrés sur la seconde moitié du xixe et le tournant du siècle. Cécile Vanderpelen-Diagre consacrera également quelques chapitres de sa thèse sur la littérature catholique belge de l’entre-deux-guerres aux femmes écrivains8. Aboutissement de ces premiers travaux, la thèse de Vanessa Gemis sera entièrement dédiée aux femmes de lettres actives en Belgique francophone entre 1880 et 19409. À côté de ces études à la fois socio-historiques et littéraires, il faut enfin noter la publication, en 2006, d’un important Dictionnaire des femmes belges, reprenant, entre autres, les notices biographiques de septante-deux femmes liées au monde des lettres10. Ces différents travaux sont unis par une même volonté de contrer les effets d’une histoire littéraire nationale qui pérennise l’idée d’une faible représentation des femmes dans la vie littéraire durant les décennies qui précèdent la Seconde Guerre mondiale. Le travail d’exhumation y est accompagné d’une réflexion critique sur les mécanismes de marginalisation, voire d’exclusion, historique et historiographique des femmes écrivains. Dans cette perspective, les auteurs ont trouvé un cadre conceptuel propice : les études sur les femmes et le genre11.

  • 12 Aux États-Unis, Robert Stoller (1968) et Ann Oakley (1972) sont les premiers à mettre en évidence l (...)
  • 13 Si déjà en 1949, dans Le Deuxième Sexe, Simone de Beauvoir distinguait le « sexe social » du « sexe (...)
  • 14 Pour une approche méthodologique et heuristique du concept de « genre », voir les ouvrages récents  (...)
  • 15 Voir la bibliographie en fin d’introduction.

3Nées dans les années 1970 aux États-Unis12 et introduites en France dès la fin des années 198013, les études de genre s’inscrivent dans une démarche intellectuelle et militante de réinscription des femmes dans l’histoire. Le concept de « genre » permet d’y penser les identités sexuées en termes de constructions socioculturelles et de rapports de pouvoir14. Sur leur versant littéraire15, les études de genre ont permis de déconstruire les rapports spécifiques que les femmes entretiennent au littéraire, sous l’angle à la fois des pratiques, des postures et des stratégies mises en œuvre, mais ont aussi largement contribué aux réflexions sur la construction du canon, en mettant en évidence les mécanismes d’ordre sexué. L’invisibilité des femmes écrivains au sein de l’histoire littéraire invite en effet à une réflexion sur les découpages qui structurent cette histoire (périodisation, écoles, « vie et œuvre », etc.) et sur leur inadéquation aux trajectoires littéraires de femmes. On peut dès lors se demander quels seraient les outils, les réflexions et les méthodes invitant à réintégrer les femmes dans l’histoire littéraire et, ce faisant, à produire une histoire littéraire mixte. C’est dans la lignée de ces réflexions que s’inscrit la présente livraison de Textyles, en se proposant d’interroger le corpus des femmes auteurs belges sous un angle à la fois littéraire, socio-historique et historiographique, et partant d’enrichir le patrimoine littéraire en suscitant l’intérêt des chercheurs et des lecteurs pour une problématique encore trop peu étudiée dans le domaine belge.

4Trois objectifs ont orienté la composition de ce dossier. Par-delà la réflexion sur les enjeux idéologiques qui sous-tendent l’exclusion historiographique des femmes de lettres, il nous semblait important d’éclairer le rôle des auteures dans l’élaboration de l’histoire littéraire en questionnant leurs modalités d’accès aux discours critiques et le rapport qu’elles entretiennent avec l’institutionnalisation d’un ordre symbolique qui les stigmatise, les limite, les exclut. Nous souhaitions également interroger la réalité socio-historique de la catégorie que les écrivaines forment au sein de l’histoire littéraire, souvent réduites soit à des figures isolées, sinon exceptionnelles, soit à une identification collective (« la littérature féminine ») qui leur dénie tout positionnement individuel. Dans cette optique, les mécanismes mis en place par les femmes elles-mêmes pour faire reconnaître tantôt leur singularité en tant que personnes, tantôt leur spécificité en tant que groupe méritaient d’être attentivement étudiés. Trajectoires personnelles et collectives se devaient ainsi d’être examinées sous l’angle des, sociabilités, solidarités et réseaux féminins, sans oublier la question d’une filiation ou d’une tradition spécifiques. Enfin, questionner la place des femmes dans l’histoire littéraire nationale invitait aussi à se pencher sur les particularités propres au champ belge.

5Le projet était ambitieux et un numéro de revue ne peut évidemment épuiser l’ensemble des questions posées ni exploiter toutes les pistes dégagées par ce type de recherche. Le présent dossier n’a d’autre ambition que de présenter un état de la recherche actuelle sur les femmes de lettres belges, que d’autres travaux sont appelés à compléter et à enrichir.

6Si l’approche historiographique privilégiée ici a d’emblée réduit la part accordée à la création contemporaine, sans l’exclure cependant, deux périodes clés se détachent dans l’émergence et la reconnaissance d’une « littérature féminine » en Belgique, perçue ou/et revendiquée comme telle : le tournant du siècle et l’après-guerre, moments marqués par les combats et revendications féministes.

7Vanessa Gemis et Mirande Lucien consacrent leurs contributions respectives à la première période. Vanessa Gemis scrute l’apparition d’un collectif « femmes de lettres » en tant qu’enjeu de reconnaissance, accompagné de stratégies – et de contraintes – spécifiques. L’époque étudiée (1880-1940) se révèle particulièrement stimulante par l’accroissement du personnel littéraire féminin, d’une part, mais surtout par l’apparition de réseaux de femmes auteurs relayés par de véritables structures institutionnelles. L’essor de l’enseignement féminin, favorisant les amitiés intellectuelles (pensons aux auteures ayant fréquenté les célèbres Cours d’éducation pour jeunes filles d’Isabelle Gatti de Gamond), tout comme le développement d’un féminisme organisé, soutenant les pratiques associatives, encouragent la mise en place d’initiatives sous-tendues par la solidarité féminine. Parmi celles-ci, le Conseil national des femmes belges (1905), dont la Section du livre et de la presse constitue, pour les femmes auteurs, un relais de visibilité. Mettant en lumière les activités de ce réseau et celles qui en ont bénéficié, Vanessa Gemis souligne les apports de l’analyse réticulaire aux études de genre, faisant apparaître le conflit récurrent, pour les femmes, entre reconnaissance collective et affirmation individuelle, de même que l’investissement dans certaines pratiques – épistolaire, entre autres –, à la croisée du littéraire et du social.

8Mirande Lucien s’attache quant à elle à reconsidérer la place qu’occupe Marguerite Coppin, une véritable oubliée, au sein de l’histoire littéraire mais aussi dans les milieux de son temps. D’une part, grâce à un parcours biographique bien documenté, elle révèle un profil de femme auteur très intéressant – poète, romancière, journaliste, traductrice –, non pas isolée mais insérée elle aussi dans des réseaux (les milieux libéraux, théosophiques, anthroposophiques et maçonniques), non pas romantique tardive comme nombre de poétesses de son temps, mais romancière audacieuse, ainsi que le révèlent ses deux romans anonymes Ressort cassé et Le Troisième Sexe, qui échappèrent de peu aux poursuites judiciaires. Dans ces deux textes, qui s’inscrivent, comme le démontre Mirande Lucien, dans un courant de littérature décadente, Coppin aborde, non sans paradoxes, l’amour « contre-nature » et le brouillage des frontières entre les sexes. Si l’influence de l’anthroposophie pèse sur ces romans, la question d’une « fin de(s) sexe(s) », à travers l’idéal de l’androgyne et d’un amour supérieur, libéré des servitudes de la chair, constitue aussi, pour l’écrivaine, un moyen, fût-il fictionnel, d’échapper aux contraintes propres au genre et au sort fait aux femmes.

9Les articles d’Andrea Oberhuber et Carmen Cristea, de Jacques Carion et de Jeannine Paque explorent quant à eux la période de l’après-guerre, autre moment de cristallisation autour de la littérature féminine.

10La réflexion d’Andrea Oberhuber et Carmen Cristea sur le « cas Lilar » pose une véritable question d’histoire littéraire tout en reprenant les problématiques envisagées par Vanessa Gemis et Mirande Lucien : le rapport au collectif et le travail de neutralisation autour de l’identité sexuée. Les deux auteures cherchent à éclairer la dissymétrie entre la notoriété dont jouissait Suzanne Lilar de son vivant et la place, fort modeste, qu’elle occupe aujourd’hui dans l’histoire des lettres belges, sort partagé par d’autres auteures de sa génération (comme Béatrix Beck, Maud Frère ou Eugénie De Keyser). Pour ce faire, Andrea Oberhuber et Carmen Cristea convoquent plusieurs raisons, liées à l’identité littéraire construite par Lilar, peu engagée dans les débats sociaux et politiques (notamment féministes) de son temps, restée volontairement « provinciale » alors qu’elle publiait à Paris, optant pour une langue néoclassique, peu marquée, aux dépens de l’inventivité formelle, isolée par rapports aux avant-gardes de son époque, en dépit d’une sympathie pour Breton. Par-delà ces circonstances et ces choix de positionnement, les deux auteures ajoutent que l’œuvre de Lilar, parasitée par le commentaire proliférant de l’écrivaine, laissait peu de prise à la critique, condamnée à la paraphrase ou à la lecture autobiographique encouragée par la Confession anonyme.

11Jacques Carion, en se penchant sur les parcours éditoriaux et la réception critique dont elles firent l’objet, cherche à comprendre la rupture qui caractérise les carrières respectives de Madeleine Bourdouxhe et Jacqueline Harpman, marquées par un long silence après des débuts remarqués mais sans doute entachés de malentendu. Jacques Carion rappelle l’enthousiasme suscité par La Femme de Gilles, paru en 1937, suivi d’une longue désaffection jusqu’à la « redécouverte » de Bourdouxhe dans les années 1980 : l’auteur explique cette réception problématique par la mauvaise compréhension des véritables enjeux de l’œuvre de cette romancière insituable, à l’identité littéraire floue, difficile à rattacher à un courant ou une tendance. La carrière de Jacqueline Harpman, si elle présente elle aussi une rupture de vingt ans après le remarqué Brève Arcadie (1959), connut un autre sort. En dépit de leur diversité, les œuvres à succès qu’elle fit paraître dans les années 1980 furent perçues par la critique dans la continuité de ses brillants débuts. La postérité littéraire dépend beaucoup, on le voit ici comme dans le cas de Lilar, des circonstances éditoriales, mais surtout des représentations véhiculées par ou autour de l’auteure, plus ou moins compatibles avec le récit de l’histoire littéraire.

12Enfin, on retrouve les noms de Suzanne Lilar et Jacqueline Harpman dans le vaste parcours chronologique qui nous conduit jusqu’à aujourd’hui, proposé par Jeannine Paque autour de la question du genre du genre érotique. Les années 1960 constituent le point de départ de ce panorama, la libération sexuelle prônée par le féminisme trouvant dans la littérature un espace de questionnement. Dans l’œuvre de Lilar, comme dans celle de Harpman, sont posées les questions du désir, du couple et de l’adultère. On y retrouve également les hantises exprimées en son temps par Marguerite Coppin : le fantasme d’un amour « hors sexe » et le changement de sexe, expression d’une aspiration à abandonner le territoire contraint de la féminité pour le masculin. Si ces œuvres peuvent prêter le flanc à des interprétations autobiographiques, l’enjeu se situe surtout au niveau de la langue, comme le montre bien Jeannine Paque, une langue dont le travail a surtout pour but de tenir en quelque sorte le sexe à distance. Tout autre est l’approche de la génération suivante, qui cherche à explorer sans tabous, dans une perspective subversive, voire politique, les territoires de l’intime. Pour des auteures telles que Caroline Lamarche et Nathalie Gassel, la littérature devient espace d’expériences où le corps féminin, malmené (par les pratiques sado-masochistes chez la première) ou transformé (par le culturisme chez la seconde), se met en jeu et en danger. Le discours érotique devient lieu de résistance, détournement des stéréotypes : l’humiliation choisie, et non subie de l’une, l’épreuve, repoussant les limites, pour l’autre, deviennent des moyens pour réinventer le corps féminin, voire pour dépasser la différence des sexes.

13À travers cet ensemble d’études transparaissent quelques éléments susceptibles d’éclairer l’insertion problématique des femmes dans l’histoire des lettres. Les prises de position, tout d’abord, partagées entre affirmation individuelle, au risque de l’isolement, et stratégie collective, au risque d’une forme de ghettoïsation. Nombre d’auteures semblent en effet hésiter entre différentes postures, ce qui rend leur « image d’écrivain » floue, et difficile leur assimilation à des tendances esthétiques ou des mouvements bien identifiés. Souvent, il faut un véritable coup de force critique pour donner cohérence et unité à des parcours marqués par les ruptures, les paradoxes ou les malentendus. Si les femmes ne s’affilient pas volontiers à une tradition littéraire, il semble également difficile d’affirmer qu’elles en créent une qui leur soit propre : leur rassemblement sous la catégorie de « littérature féminine » est souvent d’ordre circonstanciel et stratégique, lié à des enjeux extérieurs au champ littéraire proprement dit. Nombre de parcours et de textes, tels qu’ils ont pu être détaillés ici, laissent également transparaître la tentation du brouillage générique, la volonté de sortir de son sexe et de ses contraintes pour se reconstruire une identité, sur le plan littéraire, qui transcende la différence sexuelle. Écrivain ou écrivaine ? Auteur, auteure ou femme auteur ? L’appellation problématique de la femme qui écrit, comme l’évoque avec quelque ironie notre choix de couverture, présentant une Hélène Canivet outrancièrement travestie en homme, cristallise cette difficulté de positionnement des femmes auteurs, entre les limites imposées par la « littérature féminine » et la neutralisation de l’appartenance sexuée. Enfin, si les études ici rassemblées font transparaître, chez plusieurs auteures, la difficulté d’habiter un corps, elles soulignent également la difficulté d’habiter un territoire, de vivre en Belgique (et, plus encore, en province, ce qui fut un choix positif pour un certain nombre d’écrivaines) tout en publiant à Paris.

  • 16 Marneffe (Daphné de) et Denis (Benoît) (dir.), Les Réseaux littéraires, Bruxelles, Le Cri/Ciel-ulb- (...)
  • 17 Aron (Paul), Denis (Benoît), « Introduction. Réseaux et institutions faibles », ibidem, p. 7-18.

14Interroger la place des femmes dans l’histoire littéraire nationale invite, on l’a dit, à s’interroger sur les particularités propres au champ belge. Néanmoins, afin de situer notre propos dans l’espace francophone, nous avons choisi d’ouvrir ce dossier par une interview croisée de quatre chercheur(e)s qui s’inscrivent aujourd’hui dans le champ des recherches sur les femmes écrivains : Christine Planté (Université de Lyon 2 – spécialiste de la littérature française du xixe siècle), Catherine Nesci (Université de Californie à Santa Barbara – spécialiste, elle aussi, de la littérature française du xixe siècle), Chantal Savoie (Université Laval au Québec – spécialiste de la littérature canadienne des xixe et xxe siècles) et Buata B. Malela (Université de Silésie en Pologne – spécialiste de la littérature francophone d’Afrique et des Caraïbes du xxe siècle). Leurs réponses offrent non seulement un aperçu des problématiques générales et de leurs variantes en contexte national, mais soulignent leur rapport personnel à un objet de recherche qu’il n’est ou qu’il n’a pas toujours été aisé de légitimer dans la sphère universitaire. Enfin, réfléchir aux enjeux nationaux invite à s’interroger aussi sur les conditions spécifiques permettant d’écrire une histoire littéraire rendant hommage aux deux sexes. Et sans doute l’histoire des lettres belges se prête-t-elle mieux qu’une autre à ce type de réécriture. Longtemps considérée comme un champ littéraire en marge du champ français, la recherche en littérature belge s’est dotée depuis quelques années d’outils et de concepts mieux à même de rendre compte des logiques nationales spécifiques16. Or, dans la mesure où ces approches entendent interroger le fonctionnement d’une littérature dominée – ou pour reprendre le terme de Paul Aron et Benoît Denis, d’une « institution faible »17 –, il y a incontestablement là des pistes d’analyse fructueuses pour appréhender, sous un même angle, hommes et femmes de lettres. La question des réseaux en est une, comme le suggère l’article de Vanessa Gemis. Plus largement, cette livraison de Textyles entend souligner que derrière les mécanismes d’ordre sexué, il est également important d’interroger les spécificités locales et de réfléchir, dans le cas des femmes écrivains belges, aux effets de marginalisation sexuée et nationale.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie sélective de travaux sur les femmes écrivains

Andrin (Muriel), Brogniez (Laurence), Creusen (Alexia), Favry (Amélie), Gemis (Vanessa) (dir.), Femmes et critique(s). Lettres, arts, cinéma, Namur, Presses universitaires de Namur, 2009, 190 p.

Bertrand-Jennings (Chantal) (dir.), Masculin/Féminin. Le xixe siècle à l’épreuve du genre, Toronto, Centre d’études Joseph Sablé, coll. À la recherche du xixe siècle, 1999, 227 p.

Bertrand-Jennings (Chantal), Un autre mal du siècle. Le romantisme des romancières 1800-1846, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2005, 166 p.

Bonnemaison-Paquin (Christine), « Un paradoxe féminin. Participation et mise en marge dans l’histoire littéraire », dans Bertrand-Jennings (Chantal) (dir.), Masculin/féminin. Le xixe siècle à l’épreuve du genre, Toronto, Centre d’Études du xixe siècle Joseph Sablé, coll. À la recherche du xixe siècle, 1999, p. 215-226.

Corio (Alessandro) et Vitali (Ilaria) (dir.), Francophonia, n° 58, Exilées, expatriées, nomades..., primavera 2010.

des Rivières (Marie-José) et Savoie (Chantal) (dir.), Recherches féministes, vol. 24, n° 1, Sans livres mais pas sans lettres : renouveler l’histoire des pratiques d’écriture des femmes, 2011, 226 p.

Fidecaro (Agnese), Partzsch (Henriette), van Dijk (Suzan) [et al.], Femmes écrivains à la croisée des langues, 1700-2000, Genève, MētisPresses, 2009, 315 p.

Grande (Nathalie), Stratégies de romancières de Clélie à La Princesse de Clèves (1654-1678), Paris, Champion, coll. Lumière classique, n° 20, 1999, 497 p.

Inverses. Littératures, Arts, homosexualités, n° 11, Les Femmes dans la littérature du xxe siècle, 2011.

Irvine (Margot), Pour suivre un époux. Les récits de voyage des couples au xixe siècle, Québec, Nota bene, coll. Dix-neuvième siècle, 2008, 244 p.

Izquierdo (Patricia), Devenir poétesse à la Belle Époque (1900-1914). Étude littéraire, historique et sociologique, Paris, L’Harmattan, 2009, 396 p.

kerlouegan (François) (dir.), Magasin du xixe siècle, n° 1, La Femme auteur, 2011.

Kulessa (Rotraud von) (dir.), Études féminine – gender studies en littérature en France et en Allemagne. Actes du colloque organisé par le Frankreich-Zentrum de l’université Albert-Ludwing de Fribourg (6-7 décembre 2002), Fribourg-en-Brisgau, Fankreich-Zentrum, 2004, 152 p.

Kulessa (Rotraud von), Entre la reconnaissance et l’exclusion. La position de l’autrice dans le champ littéraire en France et en Italie à l’époque 1900, Paris, Champion, 2011, 456 p.

Louichon (Brigitte) et Del Lungo (Andrea) (dir.), La Littérature en bas-bleus. Romancières sous la restauration et la monarchie de juillet (1815-1848), Paris, Éditions Classiques Garnier, coll. Masculin/Féminin dans l’Europe moderne, 2010, 448 p.

Mariette-Clot (Catherine) et Zanone (Damien) (dir.), La Tradition des romans de femmes. xviiie-xixe siècles, Paris, Champion, coll. Littérature et genre, 2012.

Milligan (Jennifer E.), The Forgotten Generation. French Women Writers of the Inter-war Period, Oxford, New York, Berg Publishers Limited, 1996, 236 p.

Naudier (Delphine) et Rollet (Brigitte) (dir.), Genre et légitimité culturelle. Quelle reconnaissance pour les femmes ?, Paris, L’Harmattan, 2007, 170 p.

Naudier (Delphine), dir., Genre et activité littéraire : les écrivains francophones, dossier spécial de Sociétés contemporaines, n° 78, 2010.

Nesci (Catherine), Le Flâneur et les flâneuses. Les femmes et la ville à l’époque romantique, Grenoble, ellug/Université Stendhal, coll. Bibliothèque stendhalienne et romantique, 2007, 430 p.

Nouvelles questions féministes, vol. 22, n° 2, Féminisme et littérature, 2003.

Pavillon (Monique), dir., Itinéraires de femmes et rapports de genre dans la Suisse de la Belle Époque, n° spécial Les Annuelles, n° 10, 2007.

Planté (Christine) et bara (Olivier) (dir.), George Sand critique. Une autorité paradoxale, Saint-Étienne, puse, coll. Le xixe siècle en représentation(s), 2011, 260 p.

Planté (Christine), « La place des femmes dans l’histoire littéraire : annexe ou point de départ d’une relecture critique ? », dans Revue d’histoire littéraire de la France, n° 3, juillet-septembre 2003, p. 655-668.

Planté (Christine), « Quel compte donc fais-tu des femmes ? – Femmes et poésie en France au xixe siècle », dans Romantisme, n° 85, 1994, p. 67-78.

Planté (Christine) (dir.), Femmes poètes du xixe siècle. Une anthologie, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1998, 240 p. [2e éd. 2010].

Planté (Christine) (dir.), L’Épistolaire, un genre féminin ?, Paris, Champion, 1998, 305 p.

Planté (Christine) (dir.), Masculin-féminin dans la poésie et les poétiques du xixe siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. Littérature et idéologies, 2002, 517 p.

Planté (Christine) (éd.), Femmes poètes du xixe siècle : une anthologie, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1998, 238 p.

Planté (Christine), La Petite Sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, Paris, Seuil, coll. Libre à elles, 1989, 375 p.

Québec français, n° 137, Féminisme et littérature, printemps 2005, p. 30-58.

Racine (Nicole) et Trebitsch (Michel) (dir.), Intellectuelles. Du genre en histoire des intellectuels, Bruxelles, Éditions Complexe, coll. Histoire du temps présent, 2003, 216 p.

Reid (Martine), Des femmes en littérature, [Paris], Belin, coll. L’extrême contemporain, 2010, 331 p.

Reid (Martine) (dir.), Les Femmes dans la critique et l’histoire littéraire, Paris, Champion 2011, 216 p.

Revue LHT, Y a-t-il une histoire littéraire des femmes ?, 2011 (http://www.fabula.org/lht/7)

Savoie (Chantal), « Pour une sociopoétique historique des pratiques littéraires des femmes », dans Texte. Revue de critique et de théorie littéraire, no45-46, Glinoer (Anthony) (dir.), Carrefours de la sociocritique, 2009, p. 196-211.

Savoie (Chantal) (dir.), Histoire littéraire des femmes. Cas et enjeux, Québec, Éditions Nota bene, 2010, 339 p.

van Dijk (Suzan), van Gemert (Lia) et Ottway (Sheila) (dir.), Writing the History of Women’s Writing toward an International Approach, Royal Netheerlands Academy of Arts and Sciences, Amsterdam, 2001, 276 p.

Haut de page

Notes

1 Barbey d’Aurevilly (Jules), Les Bas-Bleus [1877], dans Œuvre critique, ii. Les Œuvres et les Hommes, Première série (vol. 2), Paris, Les Belles Lettres, 2006, p. 29.

2 Ce questionnement part notamment du constat que la période contemporaine a suscité davantage d’études. La revue Textyles compte ainsi plusieurs articles sur les écrivaines contemporaines : Richter (Anne), « L’œuvre fantastique de Marie-Thérèse Bodart », dans Lits (Marc) (dir.), Textyles, n° 10, Fantastiqueurs, 1993, p. 113-123 ; Paque (Jeannine), « Des femmes écrivent », dans Aron (Paul) et Bertrand (Jean-Pierre) (dir.), Textyles, n° 14, Lettres du jour (ii), 1997, p. 77-94 ; Brogniez (Laurence), « Les pages retrouvées de Nadine Monfils », dans Klinkenberg (Jean-Marie) (dir.), Textyles, n° 15, L’Institution littéraire, 1999, p. 181-188 ; De Wandeler (Cécile), « La reconstruction du féminin chez Claire Lejeune : langue-mère et mythes post-historiques », dans Guyaux (André) (dir.), Textyles, n° 25, Odilon-Jean Périer, 2004, p. 85-93 ; Saunier (Émilie), « Les “traces” littéraires d’une appropriation singulière de l’héritage familial : le cas d’Amélie Nothomb », dans Aron (Paul) (dir.), Textyles, n° 39, Les écrivains-journalistes, 2010, p. 183-195 ; etc. Signalons également les travaux que Marc Quaghebeur a consacrés à Michèle Fabien (Quaghebeur (Marc), « À l’heure de la belgitude, Jocaste parle », dans Vives lettres, n° 10, 2000, p. 55-92) et à Nicole Malinconi (Quaghebeur (Marc), « Restitution du sujet et du langage d’une histoire chez Nicole Malinconi », dans Boustani (Carmen) (dir.), Aux frontières des deux genres. En hommage à Andrée Chedid, Paris, Karthala, 2003, p. 307-324 ; « De la fiction au récit intime distancié : Nicole Malinconi », dans Confluências, n° 20, février 2005, p. 213-229).

3 On notera cependant déjà à la fin des années 1980 un dossier de Textyles consacré à Marie Gevers (n° 3, Lectures de Marie Gevers). Mais en tant que première femme belge entrée à l’Académie royale de langue et littérature françaises de Belgique (1938), cette auteure fait bel et bien figure d’exception.

4 Sextant, n° 17-18, Poésie, 2002 ; Sextant, n° 6, Femmes en lettres, 1996 ; Sextant, n° 11 et 12, Femmes artistes, 1999.

5 Van Den Dungen (Pierre), « L’écriture et les femmes en Belgique au tournant du siècle », dans Sextant, n° 6, Femmes en lettres, p. 81-113 ; Van den Dungen (Pierre), « Un milieu de femmes de lettres francophones au tournant du siècle », dans Sextant, n° 11, Femmes artistes (1), p. 135-166 ; Van den Dungen (Pierre), « Parcours singuliers de femmes en lettres. Marie Closset, Blanche Rousseau et Marie Gaspar. Des Cours d’éducation d’Isabelle Gatti de Gamond à quelques expériences éducatives buissonnières », dans Sextant, n° 13-14, Femmes de culture et de pouvoir. Liber amicorum André Despy-Meyer, 2000, p. 189-209.

6 Brogniez (Laurence), « “Lettres à une jeune poétesse”. Charles Van Lerberghe, anti-Pygmalion », dans Sextant, n° 17-18, Poésie, p. 169-188 ; Brogniez (Laurence), « Poétesses belges du xixe siècle : quelques profils perdus », ibidem, p. 131-148.

7 Michaux (Marianne), « Femmes de lettres belges 1850-1880. Dette idéologique, ruse symbolique », dans Sextant, n° 16, Femmes en lettres, 1996, p. 31-53. Voir également : Michaux (Marianne), « Caroline Gravière, bourgeoise insoumise ? », dans Lits (Marc), Textyles, n° 10, Fantastiqueurs, 1993, p. 239-250.

8 Vanderpelen-Diagre (Cécile), Écrire sous le regard de Dieu. La littérature catholique belge dans l’entre-deux-guerres, Bruxelles, Éditions Complexe, 2004.

9 Gemis (Vanessa), Femmes de lettres belges (1880-1940). Identités et représentations collectives, thèse en langues et lettres, Université libre de Bruxelles, 2009, 512 p. (sous la direction de Paul Aron).

10 Gubin (Éliane), Jacques (Catherine), Piette (Valérie) et Puissant (Jean) (dir.), Dictionnaire des femmes belges. xixe et xxe siècles, Bruxelles, Éditions Racine, 2006.

11 Malgré un nombre croissant de publications s’inscrivant dans ce champ de la recherche, les études de genre se sont pendant longtemps construites en marge des cursus universitaires officiels. Depuis quelques années, toutefois, on assiste dans les universités belges au développement d’équipes de recherche spécifiquement tournées vers les questions de genre (fer à l’ulg, grief à l’ucl et sages à l’ulb). Depuis 2010, la création d’un master interuniversitaire belge en étude de genre est également en discussion.

12 Aux États-Unis, Robert Stoller (1968) et Ann Oakley (1972) sont les premiers à mettre en évidence la différence entre sex et gender. Le terme ne se popularise toutefois que dans les années 1980, grâce à l’historienne Joan Scott. Cette dernière ouvre la voie à un gender poststructuraliste, inscrit dans le linguistic turn. Influencée par la french theory (Derrida, Lacan, Foucault, etc.), Scott refuse un usage descriptif du concept. Son article souligne la construction discursive des identités sexuées et la nécessité de s’appuyer sur l’étude des réalités historiques, des discours et des représentations. Enfin, pour Scott, il s’agit également de dépasser l’opposition binaire masculin / féminin et de souligner les variations identitaires en confrontant le gender à d’autres catégories d’analyse, comme la classe et la race (Oakley [Ann], Sex, Gender and Society, Temple Smith, 1972 ; Scott [Joan W.], « Gender : A Useful Category of Historical Analysis », in The American Historical Review, vol. 91, n° 5, december 1986, p. 1053-1075 ; Scott [Joan W.], Gender and the Politics of History, New York et Oxford, Columbia University Press, 1988 ; Stoller [Robert], Sex and Gender : on the Development of Masculinity and Femininity, Science House, New York, 1968).

13 Si déjà en 1949, dans Le Deuxième Sexe, Simone de Beauvoir distinguait le « sexe social » du « sexe biologique », il faudra attendre la fin des années 1980 pour que le concept de « genre » soit introduit en France. En 1988, la traduction française de l’article fondateur de Joan Scott (voir note ci-dessus) paraît dans un dossier des Cahiers du grif consacré au genre de l’histoire. Trois chercheuses (Michèle Riot-Sarcey, Christine Planté et Eleni Varikas) y font également le point sur les apports du concept de « genre », en insistant sur la nécessité de dépasser « l’histoire des femmes » – jugée marginalisante et stigmatisante – pour s’interroger sur « l’histoire du genre ». Le concept de « gender » sera toutefois difficilement accepté par la France, car généralement perçu comme intraduisible en raison de la polysémie du terme « genre ». Il sera ainsi supplanté par d’autres termes : rapports sociaux de sexes, sexe social, regard sexué, etc. Toutefois, si l’appellation « histoire des femmes » est encore aujourd’hui préférée à « histoire des genres », réflexions et méthodes se réfèrent désormais à la notion de gender (Cahiers du grif, n° 37-38, Le genre de l’histoire, Paris, Éditions Tierce, printemps 1988 ; Delphy (Christine), L’Ennemi principal 2, Penser le genre, Syllepse, Nouvelles questions féministes, 2001 ; Guillaumin (Colette), Sexe, Race et Pratique du pouvoir. L’idée de Nature, Paris, Côté-femmes, 1992 (l’ouvrage reprend neuf articles publiés entre 1977 et 1990, notamment dans la revue Questions féministes fondée en 1977 par Simone de Beauvoir). Pour une approche historique et comparée des études de genre en France et aux États-Unis, voir : ThÉbaud (Françoise), Écrire l’histoire des femmes et du genre, Lyon, ens Éditions, 2007 (2e éd. revue et augmentée).

14 Pour une approche méthodologique et heuristique du concept de « genre », voir les ouvrages récents : Fougeyrollas-Schwebel (Dominique), PlantÉ (Christine), Riot-Sarcey (Michèle) et Zaidman (Claude), (dir.), Le Genre comme catégorie d’analyse. Sociologie, histoire, littérature, Paris, L’Harmattan, coll. Bibliothèque du féminisme, 2003 ; Héritier (Françoise), Masculin, Féminin. i. La pensée de la différence ; ii. Dissoudre la hiérarchie, Paris, Éditions Odile Jacob, 2007, 2 vol. ; Jaunait (Alexandre), Bereni (Laure), Chauvin (Sébastin) et Revillard (Anne), Introduction aux Gender Studies : Manuel des études sur le genre, Bruxelles, De Boeck, coll. Ouvertures politiques, 2008.

15 Voir la bibliographie en fin d’introduction.

16 Marneffe (Daphné de) et Denis (Benoît) (dir.), Les Réseaux littéraires, Bruxelles, Le Cri/Ciel-ulb-ulg, 2006.

17 Aron (Paul), Denis (Benoît), « Introduction. Réseaux et institutions faibles », ibidem, p. 7-18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Brogniez et Vanessa Gemis, « Introduction », Textyles, 42 | 2012, 7-17.

Référence électronique

Laurence Brogniez et Vanessa Gemis, « Introduction », Textyles [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 16 janvier 2014, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://textyles.revues.org/2293

Haut de page

Auteurs

Laurence Brogniez

Université Libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Vanessa Gemis

Université Libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org