Navigation – Plan du site

Journal de voyage ou l’Italie de Van Lerberghe

Jeannine Paque
p. 109-114

Texte intégral

  • 1 Sept cahiers manuscrits : Bibliothèque Royale, ML 6949/1-7. Claudia Christ a fait de l’édition crit (...)
  • 2 Dans la « Lecture » qui commente la première édition complète et réellement publique des Contes hor (...)
  • 3 Ainsi que le montre Raymond Trousson (« Les opinions littéraires de Van Lerberghe ») dans le volume (...)

1Le Journal1 de Charles Van Lerberghe offre de ce poète discret une image pleine de vivacité et propose une lecture passionnante à bien des égards. À l’image de sa correspondance, il éclaire l’homme en même temps qu’il dévoile les options majeures de l’artiste et nous familiarise avec son travail littéraire. Mieux que dans la plupart de ses lettres, à Fernand Séverin, à Gabrielle Max, à Albert Mockel, pour ne citer que les plus nombreuses et les plus connues, on a l’impression, en feuilletant les cahiers manuscrits, de surprendre une personne en train de se confier, de se laisser aller, un peu plus loin qu’il n’était de bon ton de le faire lorsque, comme Van Lerberghe, on était loin d’être ou de se sentir vraiment à l’aise, dans sa vie intime, familiale et publique, dans sa carrière, dans l’Institution littéraire. Tout inégal qu’il soit, le journal révèle par sa nature composite même, la singularité d’un être courtois, peu soucieux alors de conformisme social sinon de tenue littéraire. L’homme et l’artiste ne font qu’un dans le choix de l’écart, de l’isolement : mais au terme d’un beau combat. Sur les velléités de normalité de l’un – la tradition conservatrice du petit-bourgeois, un métier, un revenu confortable, le mariage –, c’est l’engagement total de l’autre qui l’emporte, si attaché à ce qu’il croit, à ce qu’il invente, qu’il va faire de l’exception la règle. Le Journal lève au moins un des malentendus qu’a pu engendrer la discrétion dont le poète a entouré sa vie, son œuvre et les détours de ses stratégies éditoriales. Il nous révèle un individualisme forcené, convaincu, et manifeste que la marginalité est un choix rationnel, imparable si on veut tracer sa voie propre. Fait-il « sécession » comme l’un des « enfants de Baudelaire » auxquels l’apparente Paul Aron2 lorsqu’il « se dirige vers un autre monde » ? Ou les dépasse-t-il en se séparant d’eux aussi ? Il semble bien que sa rupture à lui soit si peu à la mode, dans le rejet de nouveautés clinquantes, dans le maintien hors du temps de certaines conventions, qu’elle en passe parfois inaperçue. Ce qu’indique le Journal, en définitive, c’est la réalité qu’il fallait quitter quotidiennement pour gagner le jardin clos. C’est aussi, à côté de l’énoncé des soucis matériels, des manies, des rancœurs puériles, la spontanéité des enthousiasmes, des émerveillements, l’exigence envers soi, la tension vers la perfection. C’est encore le regret obsessionnel de ne pas atteindre vraiment ce que l’on veut, car ce perfectionniste est aussi bon juge à l’égard de lui-même qu’il mesure exactement les avancées des créateurs de son temps3 et il sait évaluer l’originalité de son apport.

  • 4 Bruxelles, AML Éditions, Labor, coll. Archives du futur, 2001.
  • 5 Cf. la publication particulièrement détaillée des lettres conservées : Van Lerberghe (Charles), Let (...)
  • 6 Van Lerberghe (Charles), Lettres à Fernand Severin. Textes établis, présentés et annotés par Raymon (...)

2Tout intéressante qu’elle est, la lecture du journal de Van Lerberghe ne permet pas de reconstituer l’ensemble de sa vie. Disert en certains endroits, elliptique à d’autres moments, le texte que nous pouvons lire aujourd’hui a été mutilé par la sœur du poète, peu soucieuse de laisser paraître certains aspects de leurs relations, opposée surtout à la divulgation des opinions philosophiques de celui qui avait, haut et clair, rompu avec son éducation religieuse, et voulant bien plus encore taire ses aventures ou simples velléités amoureuses. Pour sortir cette vie de l’ombre, il aura fallu le travail remarquable de Raymond Trousson qui, pour la première fois, a rassemblé, dans sa biographie Charles Van Lerberghe Le poète au crayon d’or4, tous les matériaux disponibles, y compris les lettres prudemment laissées à l’écart mais heureusement conservées, à Mockel5, et à Séverin surtout, dont il a publié la totalité de la correspondance6. Une subtile mise en réseau des diverses informations disponibles et leur interprétation pertinente étaient bien nécessaires pour éclairer dans toute sa complexité une personnalité jusqu’alors mystérieuse, sinon secrète.

3L’un des intérêts du Journal consiste à observer un poète construisant une image de soi, distincte et inséparable de sa production littéraire proprement dite. Non que l’homme et le poète soient en conflit, chez Van Lerberghe. Tout se passe plutôt comme si l’auteur de La Chanson d’Ève, surdéterminé par la nécessité de l’œuvre à faire, était un peu passé à côté de sa vie. Ses révélations intimes, rares d’ailleurs, mais plus agressivement spontanées dans le Journal que dans la correspondance, signalent une maladresse parfois confondante dans la conduite de son existence, où il est souvent difficile de distinguer entre le ratage et la retenue prudente, entre la déception et le secret soulagement. Mais faut-il diviser ce qui est si ingénument un et abolit toute contradiction par sa belle constance et une grande capacité d’illusion ? Cette occupation de l’entre-deux, Van Lerberghe la revendique, tant comme une volonté artistique que comme un choix de vie. Mais qu’on ne s’y trompe pas, il s’agit moins d’hésitation que d’ascension infinie. Même déçu ou morose, l’homme me paraît optimiste ; son salut est au-delà du réel, ailleurs, mais bien en vue, par le rêve et par l’écriture.

4Un des grands événements de la vie de Van Lerberghe – et la biographie de Raymond Trousson le confirme – est incontestablement ce voyage de près de deux ans, du 16 novembre 1899 au 25 août 1901, en Allemagne, en Autriche et en Italie. Déjà, au moment de partir à Londres, pour un premier coup d’essai, il avait noté dans son journal : « Commencement d’une vie nouvelle » (25 avril 1898, J IV, f° 246). Après une bonne année de tergiversations liées à des problèmes pécuniaires, un attachement nouveau, l’hésitation comme souvent, il est prêt pour le grand départ.

5Il faut imaginer cet homme curieux, plein du désir de visiter systématiquement, d’examiner ce que l’Europe proche offre de plus intéressant, de beau, de propice à combler ses attentes, à répondre à ses aspirations (aura-t-il souvent eu recours à ce mot qu’il souligne toujours !) et à sa sensibilité de poète. Peu d’attaches au pays, à peine un domicile auquel il renonce en faisant son bagage, une famille avec laquelle il n’a pas d’affinités, l’une ou l’autre relation sentimentale dont il ne peut ni ne veut s’encombrer… Bref, rien qui le retienne vraiment. Quant aux amis, Séverin surtout, il leur garde intacte son affection et entretient avec eux une correspondance suivie. De son périple en Allemagne, il rend minutieusement compte dans le Journal, s’appliquant davantage à rédiger comme un professionnel du reportage des descriptions très détaillées plus qu’à confier des impressions ou ses sentiments. À lire ces feuillets, on saisit mieux la nuance qu’il entendait marquer entre des appréciations personnelles d’homme cultivé et sensible et les réactions intimes qui viennent du plus profond de l’être. Voyageur libre, avec peu d’argent mais aussi peu d’impedimenta, disponible en tout cas, il semble parfaitement à l’aise en Allemagne. Nul dépaysement désagréable. Au contraire, il s’accommode avec beaucoup de facilité au pays, à ses habitants, à sa culture. C’est en Bavière qu’il se sent le mieux, surtout à Munich où tout, à peu près, le ravit. Il ne rapporte que des impressions positives de ses visites aux musées, aux monuments, aux églises, comme de ses divertissements musicaux ou littéraires. Le Journal ressemble presque à un guide du parfait honnête homme fin de siècle, un peu démodé mais bien documenté, accomplissant scrupuleusement son tour de l’Europe civilisée.

  • 7 « Charles Van Lerberghe à Rome», dans Facettes du christianisme. Études offertes au professeur J. H (...)

6Tout va changer en Italie. Là, le dépaysement est total. Van Lerberghe ne cesse de noter ses étonnements, négatifs surtout au début, et sa déception. C’est l’incompréhension devant l’inconnu ou l’insoupçonné. La connaissance livresque, la disposition émotive ne suffisent plus ici comme elles l’avaient aidé en Allemagne. Il va devoir s’acclimater, accepter la (ou sa) différence. À défaut de mot plus fort parfois, il se répète : par exemple, à plusieurs reprises, il qualifie Rome d’orientale, sans autre dessein, semble-t-il, que d’indiquer l’étendue de son ahurissement. Il va passer par plusieurs régimes, exprimer une réaction double, de rejet voire de répulsion et, au contraire, d’enthousiasme extrême, et enfin de bonheur. C’est dire que loin d’avoir traversé la ville « en touriste indifférent ou pressé », il a entretenu avec elle, comme le souligne Jacques Detemmerman, « des relations d’amour et de haine »7. Il engrange donc une foule d’images et d’impressions variées. Aussi, le récit de ce séjour va-t-il prendre de nouvelles couleurs, dans ses lettres et dans son journal, où abondent les notations spontanées comme des cris, véritables billets d’humeur. On peut se demander si, finalement, le voyage en Italie, riche en contrastes, n’a pas été la grande affaire de sa vie, un événement en soi plus important même que la rencontre avec Miss B., à laquelle je reviendrai.

7Le Journal n’était peut-être pas destiné à paraître. Il existe toujours à l’état de manuscrit. Mais ce Carnet VI qui nous occupe aujourd’hui se distingue en tout cas par un titre de couverture qui agit comme le prélude à un volume : calligraphiés, ces mots, Italie. 1900-1901, avec ce que cela suggère de totalité et de cohésion dans le temps, puis le nom des trois villes visitées – Rome. Florence. Venise.

  • 8 Souligné dans le texte (f° 11).

8Dès l’abord, et après un bref rappel (avec croquis) de son voyage en train, par le Brenner, et de ses arrêts à Trente, Mantoue, Modène et Florence, il met l’accent sur l’indignation que lui inspirent, à Rome, les méfaits de l’Église en matière d’architecture et les « usurpations fanatiques » des « papes orgueilleux » à l’égard d’un patrimoine prestigieux. La condamnation est sans appel : « Delenda Roma ! » Il faudrait en effet détruire la Rome actuelle pour retrouver « la noble cité antique » et enfermer celle-ci comme Pompéi, derrière des murs et des portes. « Delenda Roma ! » « Que n’en peut-on chasser les hommes – et surtout leurs dieux ! » La séduction de certains lieux comme le Forum, le Colisée, lui paraît « immense, magique », on la subit sans la comprendre, alors que rares sont les lieux de culte, si fameux soient-ils, qui trouvent grâce à ses yeux. S’ils recèlent quelques chefs-d’œuvre, ceux-ci sont exposés « aux ténèbres, aux moisissures, à la fumée de l’encens et des cierges, à l’incendie ». Mais aussi « à la superstition sauvage et iconoclaste », car « la piété romaine est si matérielle qu’elle en est corrodante »8. Ainsi telle statue de Christ a l’un des pieds fort attaqué, sans doute par le toucher des fidèles ou mieux encore par leurs baisers. Le rôle du baccio dans la religion romaine laisse notre visiteur pantois et dégoûté devant ces images, ces objets où « les bouches dévotes laissent des traînées de limaces » (f° 12). Il en tire une généralité : « La religion en Italie est tout en baisers. On baise les seuils, les portes, les croix et les images ; on use de baisers les pieds des madones et des saints » (f° 19). L’expression « pourrir par les pieds » revêt deux sens : l’un propre (!), les statues pourrissent des pieds sous les baisers, l’autre figuré, la religion, gangrenée par la « sauvagerie populaire », perd la tête en pleine folie et les pieds en pleine pourriture, pour se mettre à la portée des simples, des femmes et des enfants (f° 17 et 21). Il en vient à s’interroger sur l’origine des religions, bien au-delà de l’Église même, aux temps de « l’humanité priante », aux premiers cultes : « la pensée s’évapore, se perd elle-même dans ce nuages d’encens et ces flots de lumière. On ne pense plus, on rêve. » (f° 19) Que dire alors de cette réflexion qu’on ne peut lire innocemment aujourd’hui : « C’est peut-être là le grand mystère, le secret des religions orientales pour lesquelles on meurt avec tant d’ivresse » !

  • 9 Idem (f° 16).
  • 10 Op. cit., p. 336.
  • 11 En Sicile et en Calabre. Paris, Kra éd., 1927, p. 49.

9Les appréciations esthétiques de Van Lerberghe face aux monuments religieux sont quelque peu contaminées par sa détestation de l’Église. Ailleurs, dit-il, le catholicisme et les papes gardent leur prestige. « Ici on les attrape sur le fait… en flagrante delicto »9. : « Sont-ce les barbares ou les papes qui furent les grands destructeurs ou les grands voleurs ? », eux qui ont suspendu dans leurs églises des « affiches ou enseignes de charlatans de foire », ou installé leur « hideux culte » dans le Panthéon, des autels avec des chandelles « et d’abominables accessoires » en lieu et place des statues antiques disparues, un orgue « en forme de guignol » au beau milieu du temple, bref partout « le charançon catholique » (f° 14). Flagrant délit de laideur, « flagrant mensonge », surtout. Il s’en prend au style « sottement pompeux », comme cette peinture « à la crème fouettée » du plafond de Saint-Ignace, pourtant fameux pour sa perspective, et au « style charlatan » du Gesù, « Indou-inca-mexicain-péruvien », qui s’adresse à la gesticulation populaire, trépigne pour séduire, se conduit en « prostituée » pour confiner au « delirium tremens » dans l’un de ses autels, particulièrement remarquable par la richesse, le luxe et l’argent. On ne sait ce qu’il a le plus en horreur, le baroque ou le catholicisme romain. C’est avec férocité en tout cas qu’il évoque les œuvres du Bernin ou de ses émules. La colonne torse notamment, symbole du baroque, suscite sa verve : « se tordre, se démener », quel délire ! Dans une lettre à Séverin, le correspondant se déchaîne : « Se tordre, c’est si bien l’Italien ! Les saints se tordent dans leur niche, Dieu se tord lui-même au milieu de ses anges acrobates. Plus un geste, plus une ligne simple. L’architecture du XVIIe et du XVIIIe siècles à Rome a le delirium tremens. Dans les églises des Jésuites, et les trois-quarts sont dans ce style, les autels trépignent, et c’est la danse de Saint Gui du marbre et du bronze. »10 Cette « torsion » systématique, cette démesure dans l’art, que Van Lerberghe n’accepte pas, il la met, certes, au compte de tendances artistiques nées de la Renaissance qu’il désavoue, au compte surtout d’une certaine démarche de l’Église fondée sur la séduction-domination, mais il l’attribue aussi à ce qu’il croit comprendre de la nature du peuple italien. Il le décrit comme essentiellement « sauvage », gesticulant, glapissant, prompt à s’exalter, facilement ébloui par le luxe et le bariolage. D’ailleurs peu attirant quant au physique. Surtout les femmes qui ne ressemblent en rien aux charmantes jeunes filles aériennes, Anglaises diaphanes et de cette grâce ambiguë que Van Lerberghe suit subrepticement dans les rues ou dont il peuple ses rêves et ses poèmes. Il trouve aux Italiennes « des traits plus durs, plus accentués, une chair plus ambrée, des yeux plus passionnés » (f° 63). Loin de se livrer sur la population transalpine à des considérations outrancières et outrageuses, comme celles, frisant l’invective, que Maeterlinck proférera à l’encontre des Siciliens ou des Calabrais – il les qualifie d’oisifs encombrants et toujours mécontents, vautrés dans « la saleté et l’ignorance satisfaites, l’incurie bruyante et la paresse volubile »11 –, il semble tout de même que « le poète au crayon d’or » soit un peu passé à côté de l’italianité véritable. Même s’il entend se démarquer des troupes de touristes, il ne côtoie guère ce qu’on appelle la population locale, supporte encore moins, ni au propre ni au figuré, la « vermine des églises » que sont les mendiants et ne remarque rien de la beauté des méridionaux.

10Et pourtant, il va bientôt se sentir charmé par Rome, au point de comprendre qu’on y vienne du bout du monde et même « des plus heureuses étoiles », au point de regretter par avance de devoir la quitter, au point de l’aimer comme il n’avait encore aimé aucune autre ville auparavant. Lorsqu’il rapporte dans son journal les paroles de Maurice Wilmotte, parce qu’il y adhère totalement, il ne manque pas d’en corriger l’interprétation : « Cette ville, me dit Wilmotte, c’est l’ensemble de tout ce que nous devons apprendre à haïr. Le despotisme, le catholicisme, la force brutale, l’art d’imitation, le baroque, l’emphase, la déclamation… Cela est vrai, mais par quel étrange phénomène cet ensemble haïssable parle-t-il si profondément à notre cœur ? On n’est pas loin, là-bas, d’apprendre à aimer toutes ces choses que la raison nous oblige à détester. […] Tout ne rit-il pas au soleil d’Italie. Même la mort ? Surtout la mort ? » (f° 14-15)

11On voit poindre les raisons de cette attirance pour Rome. On y perd un entêtement étroit, une certaine notion du temps, on y rêve et on y réfléchit, mais dans le repos. Si la ville parle au cœur, elle stimule aussi l’imagination par ses vestiges de piété primitive, ingénue : catacombes, voie Appienne, églises hors-les-murs, simples et démunies, lieux anciens non restaurés, ruines que « le règne végétal, les pariétaires, les mousses, les lichens » envahissent avec grâce. Si, parce qu’il croit que la modernité est d’aimer la nature sauvage, il juge Tivoli « grotesque » et trouve que les jets d’eau de la Villa d’Este font songer à « un lavoir public », « pourri d’art comme un roman de d’Annunzio » (!), ailleurs, il abandonne ce reste de romantisme pour un autre et se laisse prendre au charme des arrangements savants, des jardins policés, auxquels il ajoute ce que ses souvenirs scolaires lui suggèrent des bergers, des bergères, des chèvres et des flûtes sortis tout droit d’Horace et de Catulle (f° 60-61).

  • 12 Op. cit., p. 238.

12Enfin, Rome est dans Rome tout de même. Il faut rappeler que le voyageur a trouvé un asile charmant dans la pension Cherubini, via Capo le Case : une chambre avec terrasse dont il dessine le plan et donne le détail du coût et de la disposition. « La Rome qui l’enchante, c’est celle d’autrefois, la Rome des empereurs, à la fois puissante et sobre, dont toutes les constructions disent la force et l’authentique grandeur impérissable […] Au spectacle des ruines, il se forge une âme de Romain des anciens temps », note Trousson12. De toute évidence, la Rome antique, impériale fascine Van Lerberghe, elle qui donne mieux que toute autre ville au monde une impression de force virile (« J’apprends à aimer l’équilibre, la force des corps puissants »), à quoi s’ajoute l’harmonie entre la sculpture monumentale, l’architecture et le paysage. Il cite des garants qu’ailleurs il ne se prive pas de critiquer avec pertinence : « du président de Brosses à Madame de Staël, de Stendhal à nous, voyageurs du XXe siècle, il n’y a qu’un mot unanime : cela est admirable. […] Cela est grand, simple et beau » (f° 31). Il passe des moments sublimes sur le Palatin, dans le Forum, au Colisée, des moments d’émotion intense à arpenter les ruines des palais et des cirques, à errer parmi les mausolées. Lui qui n’a jamais une très haute opinion de sa personne s’y sent décuplé, gagné par la grandeur et plein d’énergie créatrice. À Rome il supporte d’être seul, d’être lui : « Aucun ami ne vaut l’ami invisible, grave, et un peu mélancolique qui vous accompagne dans ces solitudes. Nulle ville où le solitaire soit moins seul » (f° 36). Il est vrai qu’à la fin, il se sent tellement familiarisé avec la cité qu’il a l’impression de se promener « dans une vieille ville où l’on a passé son enfance » et d’y retrouver ces amis de collège que sont Virgile, Horace, Cicéron ou Pline.

13Il faudrait encore citer et confronter toutes les appréciations nombreuses et contrastées qu’il formule à propos des œuvres d’art découvertes dans les musées et au Vatican. Bien qu’il reste attaché à une forme d’esthétique préraphaélite et qu’il partage l’opinion, assez commune à l’époque, que la Renaissance marque en réalité le début d’une décadence, il est sensible à la beauté des grandes productions de Michel-Ange, Raphaël, Léonard de Vinci. Avec ici et là des traces de cet engouement si constant chez lui pour les figures équivoques, celles des anges au sexe incertain, des éphèbes adorables, des corps masculins frêles et sveltes qui pourraient être d’une jeune fille, des corps aboutissant à l’hermaphrodite ou à l’androgyne… Devant le Baptême de Pinturrichio, ce sont deux charmants petits pages regardant le Christ qui le charment. Ils ont de longs cheveux blonds, un air grave, les mains d’un inconnu sur les épaules, se perdant dans leur chevelure. Il s’agit là d’un idéal qu’affine plus d’une fois Van Lerberghe, et pas de n’importe quel « efféminisme », qu’en général il abhorre. Comme celui de ce Narcisse, aperçu plus loin, dont « les seins se découpent, le ventre se bombe, le derrière saillit » et qui semble sortir d’un « lupanar » (f° 53). Par contre, son Pan, dans le premier projet de la pièce qu’il conçoit précisément à Rome, ressemble au faune de Praxitèle, qui le séduit.

  • 13 Lettres à Severin, op. cit., p. 418.

14Le 2 juin 1901, c’est le départ. Laissant derrière lui la coupole de Saint-Pierre « d’un bleu tendre dans le ciel du printemps », Van Lerberghe quitte Rome pour Florence, en s’accordant un détour par Assise et Pérouse où il admire sans réserve les œuvres du Pérugin. À Florence davantage encore qu’à Rome, il trouve le meilleur logis possible, une chambre confortable dans un manoir à Torre del Gallo, sur la colline d’Arcetri qui domine la ville, là où Mockel l’a précédé. Mais Florence lui plaît moins que Rome. À ceci près que les personnes et non la ville vont occuper le devant de la scène. La personne plutôt, Miss Béatrice Spurr, une Américaine de vingt-quatre ans qui séjourne à ladite pension avec sa mère, absorbe les jours et les pensées du poète, au point de le brouiller avec Mockel en qui il soupçonne à tort un rival. Van Lerberghe est aux anges, cette fois pour d’autres motifs que des sensations d’art ou de grandeur. Il accompagnera d’ailleurs ces dames à Venise, où il vit « dans une fête perpétuelle », et se sent heureux comme jamais il ne l’a été13. Ce n’est pas le Journal qui nous l’apprend, mais la correspondance et, bien sûr, les lettres à Séverin. C’est à lui qu’il confie ses mésententes avec Mockel et ses « aventures » amoureuses. Nous devons à la biographie de Trousson, à son édition des lettres à Séverin et aux commentaires conservés de Mockel d’approcher au plus près ce qui s’est vraiment passé entre Charles et Béatrice, tant à Florence qu’à Venise. Curieusement, ce n’est donc pas à son journal que Van Lerberghe a confié ses réflexions intimes, d’une importance si grande pourtant, mais à son ami le plus proche. Était-ce une pratique consciente, voulue par le poète ? Qui pourrait l’affirmer quand on sait que le Journal comporte des « trous » inexplicables. Comme par hasard, il semble amputé de quelque soixante pages (du folio numéroté 77 on passe au f° 140), au moment où il est question de Florence. Par ailleurs, le folio 140 comporte quelques notes laconiques sur le départ de Venise, le 21 août, le voyage vers Bruxelles, avec des arrêts et des visites à Milan, Bâle, Strasbourg et Luxembourg, l’arrivée à Bruxelles, le dimanche soir, sans date. Nous n’aurons que la remarquable synthèse par Trousson des sources diverses pour être informés des pathétiques tentatives amoureuses de Van Lerberghe et de leur non-aboutissement. Les dames Spurr passeront quelque temps à Bruxelles et puis elles repartiront pour l’Amérique.

  • 14 Le présent article reprend quelques éléments d’introduction d’un texte précédemment paru : Pâque (J (...)

15À confronter la correspondance maintenant publiée et le Journal – toute question de censure de celui-ci mise à part, puisque difficilement appréciable –, on s’aperçoit que Van Lerberghe s’applique davantage à être un conteur quand il a un public réceptif, en l’occurrence des correspondants attentifs, attentionnés même, comme Séverin ici et Mockel à d’autres moments. « Il romance », dit Trousson. En effet, il se prend au jeu vraiment ou il donne remarquablement le change aux autres et probablement aussi à lui-même. À côté de cela, certains accents ne trompent pas, qui révèlent son ingénuité. Cette ingénuité que l’on retrouve heureusement dans le Journal, à propos de sujets plus (ou moins, c’est selon) graves, en tout cas plus intellectuels et esthétiques que sentimentaux. Ce journal semble avoir été le lieu des premières réflexions, le banc d’essai, de mise à l’épreuve pour l’élaboration de théories comme pour le projet de poèmes et de proses. À côté des correspondances, de la poésie, du théâtre et des contes, le Journal dans ses indécisions mêmes, mais aussi dans ses véhémences – que n’expriment guère les œuvres maîtrisées –, apporte un éclairage différent qu’il importerait de diffuser complètement. Rome y parle au cœur du poète et c’est l’homme qui nous le dit14.

Haut de page

Notes

1 Sept cahiers manuscrits : Bibliothèque Royale, ML 6949/1-7. Claudia Christ a fait de l’édition critique et commentée des deux premiers cahiers l’objet de sa thèse, soutenue en 1991 à l’Université de Hamburg, RFA (inédit).

2 Dans la « Lecture » qui commente la première édition complète et réellement publique des Contes hors du temps (Bruxelles, Labor, coll. Espace nord n° 76, 1992, p. 153).

3 Ainsi que le montre Raymond Trousson (« Les opinions littéraires de Van Lerberghe ») dans le volume consacré au Colloque d’Aix-la-Chapelle de 1986 (Siepman (H.) et Trousson (Raymond), éd., Charles Van Lerberghe et le Symbolisme. Köln, dme-Verlag, 1988, pp. 128-163).

4 Bruxelles, AML Éditions, Labor, coll. Archives du futur, 2001.

5 Cf. la publication particulièrement détaillée des lettres conservées : Van Lerberghe (Charles), Lettres à Albert Mockel. Édition établie, présentée et annotée par Robert Debever et Jacques Detemmerman, 2 vol. Bruxelles, Labor, coll. Archives du futur, 1986.

6 Van Lerberghe (Charles), Lettres à Fernand Severin. Textes établis, présentés et annotés par Raymond Trousson. Académie royale de langue et de littérature françaises, 2002.

7 « Charles Van Lerberghe à Rome», dans Facettes du christianisme. Études offertes au professeur J. Hadot, 1984. J. Detemmerman y dresse un répertoire complet des réflexions les plus féroces et les plus drôles qu’inspirent à Van Lerberghe ses visites aux édifices religieux et les différentes manifestations du culte qu’il y rencontre.

8 Souligné dans le texte (f° 11).

9 Idem (f° 16).

10 Op. cit., p. 336.

11 En Sicile et en Calabre. Paris, Kra éd., 1927, p. 49.

12 Op. cit., p. 238.

13 Lettres à Severin, op. cit., p. 418.

14 Le présent article reprend quelques éléments d’introduction d’un texte précédemment paru : Pâque (Jeannine), « Un cheveu blond d’Ariane ou le Journal de Van Lerberghe», dans Correspondance, El simbolismo belga, n°3, octobre 1993, pp. 99-105.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeannine Paque, « Journal de voyage ou l’Italie de Van Lerberghe », Textyles, 22 | 2003, 109-114.

Référence électronique

Jeannine Paque, « Journal de voyage ou l’Italie de Van Lerberghe », Textyles [En ligne], 22 | 2003, mis en ligne le 07 février 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/2290 ; DOI : 10.4000/textyles.2290

Haut de page

Auteur

Jeannine Paque

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org