Navigation – Plan du site

Van Lerberghe : la Belle, la Bête et la morale de la fable

Christian Lutaud
p. 82-93

Texte intégral

1Dans les Contes hors du temps, ce recueil posthume de Van Lerberghe, La Belle et la Bête et Immoralité légendaire se font suite immédiatement. Ces deux courts récits n’auraient a priori pas grand-chose de commun, les vers constitutifs du premier accentuant même un effet de contraste avec la prose, plus habituelle, du second. Pourtant, à les relire de près, on en vient à soupçonner une discrète parenté d’inspiration, de nature à éclairer une telle juxtaposition .

2Tout d’abord l’auteur inscrit « en abyme » un net redoublement du contexte de narration : car ces textes rapportent d’abord l’histoire d’une conteuse – personnage intradiégétique — qui raconte à son tour à un enfant — autre personnage intradiégétique, par conséquent — une histoire de l’ancien temps :

  • 1 La Belle et la Bête, p. 102, dans Van Lerberghe (Charles), Contes hors du temps. Bruxelles, Labor, (...)
  • 2 Immoralité légendaire, p. 110, Ibid. (souligné par nous).

Alors l’aimable panthère sourit, […]
Ouvrit sa grande bouche, et dit :
Il est dans un pays charmant
Une reine […] etc.1

C’est une merveilleuse histoire […].
Elle me conta donc qu’il y avait autrefois un roi […]2

3À chaque fois il s’agit, bien sûr, d’une exposition de légende féerique, de conte du bon vieux temps, appartenant à cette époque magique située par-delà tout passé historique :

  • 3 Ibid., p. 102 (souligné par nous). Notons au passage que, par le personnage de la « grand-mère », a (...)

Ô sœur, lui dit l’enfant, ô sœur noire !
Tu dois avoir de belles histoires,
Des histoires du temps jadis,
Où tu vivais au Paradis ;

Du temps de notre grand-mère Ève,
Du temps d’Adam et du bon Dieu ;
Pour que j’en dorme et que j’en rêve,
Conte-moi donc un conte bleu.3

4La nourrice du second texte, quant à elle :

  • 4 Ibid., p. 109.

connaissait toutes les belles histoires qu’adorent les enfants ; […] Histoires de fées, de gnomes, de spectres, d’enchantements, de métamorphoses merveilleuses.4

5Mais l’emboîtant vaut l’emboîté, si l’on peut dire : car le contexte lui-même de la narration encadrée, qu’il soit évoqué sur le mode de la première personne (Immoralité légendaire) ou sur celui de la troisième (La Belle et la Bête), est déjà de nature légendaire et féerique. Tel est, ainsi, le temps de l’enfance du narrateur d’Immoralité légendaire :

  • 5 Ibid. (souligné par nous).

Au temps où les souhaits s’accomplissaient aussitôt qu’ils étaient exprimés et où il semble que les bêtes parlaient encore, j’avais une nourrice allemande, qui était une bien extraordinaire personne.5

  • 6 … à commencer par celle de La Belle et la Bête, cette panthère miraculeuse qui parle comme un humai (...)

6Le temps, et le lieu, d’où l’on raconte (des contes de fées) est/sont ainsi de même nature légendaire que ceux du contenu diégétique de l’histoire racontée. Et les conteuses y sont elles-mêmes « extraordinaire[s] »6. Jusqu’au contexte de narration de La Belle et la Bête qui fait référence à un temps et un lieu hors du commun. Ainsi la petite fille a… :

  • 7 Op. cit. supra, p. 101. (souligné par nous). La qualité d’« or » des cheveux signe discrètement la (...)

[…] mis sa robe blanche,
Et dénoué ses cheveux d’or. […]
C’était au mois où l’air scintille,
Où les vergers sont embaumés,
Où l’âme des petites filles
Est peinte en rose
. C’était en mai.7

7La seconde convergence entre les deux textes consiste, ensuite, en ceci que sont mis chaque fois face à face une « petite » (ou une « jeune ») fille et un animal (niveau du récit encadrant dans La Belle et la Bête, niveau du récit encadré dans Immoralité légendaire). Une indétermination flotte d’abord sur la bonté ou la méchanceté, le caractère séduisant ou repoussant (mais, en tout état de cause, fascinant) de ladite bête, panthère dans le premier cas, crapaud dans le second. Et l’on passe, enfin, d’une situation d’interlocution (début du conte) à un processus d’union (fin du conte) entre ces deux personnages.

  • 8 Cf. la réédition, pp. 37-54, dans Le Magasin des Enfants. La Belle et la Bête et autres contes. Arl (...)

8Une troisième convergence, de nature cette fois-ci formelle et génétique, tient en l’aspect ouvertement intertextuel des deux récits de Van Lerberghe. Dès son titre, La Belle et la Bête, le premier fait en effet explicitement écho à ce conte traditionnel dont Mme Leprince de Beaumont, sous ce même intitulé, dans son recueil de 1756 Le Magasin des Enfants8, devait donner la version initiale, désormais canonique. Et ce premier conte van-lerberghien, versifié, s’offre d’entrée de jeu comme une transposition fantaisiste, voire franchement ironique et désacralisante, d’un modèle bien connu du lecteur.

  • 9 On se référera à : Laforgue (Jules), Moralités légendaires. Présentation, chronologie, notes et dos (...)

9On ne peut s’empêcher de penser déjà, ici, à ces exemples de parodies, de retournements burlesques de légendes célèbres, proposés par Jules Laforgue, en 1887, dans son célèbre recueil des Moralités légendaires9, une des œuvres fétiches de la génération symboliste, et sur lequel il nous faudra revenir. Aussi bien, le titre du second texte de Van Lerberghe, Immoralité légendaire, nous confirme-t-il, cette fois directement, outre, bien sûr, la poursuite d’un jeu intertextuel, surtout le clin d’œil allusif en direction du recueil de l’écrivain français, indirectement cité. Toutefois, tout explicite qu’elle est, cette évocation reste entachée d’ambiguïté : le jeu verbal sur la première syllabe ajoutée « Immoralité » signale que Van Lerberghe entend à la fois citer et inverser Laforgue. Il reprend bien peut-être tel procédé, voire tel jugement de valeur, laforguiens, mais c’est alors avec l’intention de les retourner. Et il semble suggérer que si l’auteur des Complaintes prenait un malin plaisir à jouer de la réversibilité des styles et des valeurs, lui-même va à son tour subvertir la « morale » et le procédé laforguiens : un retournement à la puissance deux  ! Les choses sont donc plus subtiles qu’il n’y paraît.

  • 10 Ce conte est d’autant plus connu qu’il est placé en première place des deux-cent-dix Kinder-und Hau (...)

10Il convient toutefois d’ajouter que le second conte de Van Lerberghe est également fondé sur une intertextualité de citation directe dans la mesure où il reprend (il « contient »), tantôt explicitement, tantôt résumé, mais toujours très fidèlement, le célèbre Märchen des Frères Grimm Der Froshkönig oder der eiserne Heinrich (Le roi-grenouille ou Henri-le-ferré)10dont c’est le commentaire, l’orientation choisie pour celui-ci, l’interprétation contradictoire, qui constituent en fait l’essentiel du propos van-lerberghien.

11Enfin – et c’est peut-être ce qui fonde la convergence à la fois la plus discrète et la plus pertinente – le thème de « la Belle et la Bête » (c’est-à-dire, essentiellement, l’» union » consentie de la jeune fille à la « Bête » et la métamorphose consécutive de celle-ci) resurgit d’un texte à l’autre. Il est en effet présent dans le second récit dans la mesure même, déjà, où le fameux Märchen de Grimm utilisé ici est très proche, par l’articulation de ses motifs, du conte de fée princeps écrit par Mme Leprince de Beaumont  : on a, en effet, affaire dans les deux cas à l’histoire d’un jeune prince victime d’un ancien enchantement l’ayant métamorphosé en animal repoussant, lequel finit par retrouver soudain sa séduisante forme humaine originelle par la grâce d’une bienveillante rencontre féminine (sorte de rédemption par l’amour ou, du moins, la compassion), l’épisode trouvant sa conclusion triomphale par le mariage des protagonistes. Mieux encore, la subversive variante au dénouement du conte telle qu’elle est revendiquée et assumée par l’enfant face à sa trop conformiste nourrice (celle-ci restée fidèle à la version, à la fois pudibonde et inéquitable, donnée par les frères Grimm) accentue le parallèle avec le célèbre conte de fée La Belle et la Bête. En effet, dans cette nouvelle leçon, toute velléité d’agression déniée, la jeune fille, bien au contraire, s’unit désormais de son plein gré à l’horrible crapaud.

***

  • 11 Les frères Grimm laissent ici pointer le bout de l’oreille. Ils ne peuvent pas moins. Toute œuvre l (...)
  • 12 Bien entendu la nourrice insiste sur ce souci de fidélité littérale : « Voici l’histoire authentiqu (...)

12Aussi bien est-ce que tout, ici,  retenons-le bien  est affaire de morale, au double sens du terme. On sait que très souvent les fables (La Fontaine) ou les contes de fées (Perrault) se terminent par des « morales » explicites, courts fragments textuels démarqués en clausule, chargés de tirer les conclusions, de révéler le sens sous-jacent à la petite anecdote racontée. Elles sont généralement – ainsi en va-t-il de tels exemples pris à la littérature française classique – des morales très … morales ; c’est-à-dire reflets de la doxa contemporaine, « honnêtes », — conformes à la « bien-pensance », dirions-nous aujourd’hui. Au reste est-ce précisément contre la routine de cette bienséance bourgeoise que se révolte le « Je », ce si pointilleux enfant que met en scène Immoralité légendaire : l’Immoralité est en fait, nous dit-il, du côté de la moralité (la morale) officielle, celle des Grimm… et surtout du personnage de la nourrice qui se fait le porte-parole superlatif d’une telle tradition. La vraie morale se moque de la morale  c’est bien connu , et l’apparente « immoralité » proposée par l’enfant consiste en fait à remettre sur pied une autre morale, celle-ci authentique (c’est d’ailleurs déjà — poussée au terme de sa logique — celle de cet intéressant personnage secondaire qu’est le roi, père de la princesse, dans le conte de Grimm11). Le jeu de mot du titre Immoralité légendaire manifestait déjà clairement que le propos de Van Lerberghe était ici centré sur la « moralité » (et son déni), la leçon à tirer de la fable (laquelle était pour le moins problématique). Le véritable sujet de ce conte n’est donc pas l’histoire encadrée du « roi-grenouille » (d’autant que reprendre simplement le conte de Grimm, pour l’emboîter dans un cadre métanarratif quelconque, n’aurait strictement aucun intérêt), mais bien le débat des moralités, l’incompatibilité des deux lectures possibles de la même histoire. À la nourrice, allemande comme de juste, qui s’en tient à la « lettre »12 du texte, s’oppose l’enfant qui, lui, en recueille l’» esprit ». Depuis l’Écriture sainte, on sait que « la lettre tue » et que « l’esprit vivifie » ; l’esprit est plus fidèle, plus véridique que la lettre, desséchante.

  • 13 Cf. op. cit., supra, p. 118.

13De cette discrète signature chrétienne témoigne d’ailleurs une autre allusion intertextuelle : c’est en effet au Flaubert conteur de La Légende de Saint Julien l’Hospitalier et à la « morale » implicite de ce récit édifiant que l’enfant se réfère pour infléchir le sens du dernier épisode propre au conte de Grimm (Julien – on s’en souvient -, à la demande du Lépreux, va, de son plein gré, jusqu’à se dénuder pour étreindre et réchauffer le malheureux dans son lit13 ; là aussi Van Lerberghe évoque fidèlement le texte de Flaubert). L’enfant n’hésite donc pas à contaminer le conte folklorique (forme de culture populaire, donc plus ou moins « païenne »…) par la légende chrétienne (ce qui nécessite de jouer sur la polysémie équivoque d’une locution comme « coucher avec… ») … pour réhabiliter l’innocence du désir sexuel ! Voilà qui est a priori original. Mais surtout, il faut noter que c’est le procédé intertextuel lui-même qui étaye le projet idéologique de Van Lerberghe.

14La moralité n’est pas moins présente en clausule de La Belle et la Bête version Van Lerberghe, dont elle constitue les deux derniers quatrains (sur trente-trois) :

  • 14 Ibid., pp. 105-106.

Il ne faut donc jamais pleurer,
Il ne faut pas désespérer.
La mort n’est rien. Les belles choses
Ont de belles métamorphoses.

Tout dans la nature
Est sujet à de sages lois.
Une belle créature
Est immortelle en soi.14

  • 15 Ibid., p. 101.
  • 16 « la bête traîtresse », Ibid., p. 104.

15On serait d’abord ici en droit de s’avouer déçu d’une telle « moralité », bien fade, et comme artificiellement plaquée ; elle ferait plus penser à cette désinvolture fantaisiste qui fera plus tard le charme, un peu trop léger, d’un Supervielle, qu’à celle, plus grinçante, du Laforgue des Moralités légendaires. Mais ne serait-ce pas, peut-être, pour dissimuler quelque « moralité » plus profonde cachée sous le texte même de l’histoire ? Ici la panthère, qui, certes, « n’était pas méchante »15, affiche tout de même la rouerie de certains animaux de La Fontaine (le loup du Loup et l’Agneau, le renard du Corbeau et le Renard, etc.) ou de Perrault (le loup du Petit Chaperon rouge). Pourtant Van Lerberghe, encore une fois, adoucit in fine cette malignité pateline, cette ruse dangereuse de félin gourmand guettant sa proie16, même s’il en garde la voracité. Et il le fait, là encore, par le biais d’un retournement intertextuel. Car si la panthère emprunte sa première métamorphose (laquelle ne la rend certes pas moins redoutable) à une légende de Goethe… :

  • 17 Ibid., p. 103.

Ainsi parlait cette reine des aulnes,17

  • 18 Ibid., p. 105.

16…la panthère, « Fille du Sud et du soleil »18, prend ensuite la forme éminemment séductrice de la fiancée du Cantique des cantiques :

  • 19 Ibid.

Noire mais belle, ainsi qu’est dite,
« Tota nigra sed pulchra »,
L’illustre reine de Saba,
Et la divine Sulamite.19

  • 20 C’est plutôt un registre païen que celui où vont de pair le Beau, le Bien et le Vrai. En tout cas, (...)
  • 21 …encore une expression goethéenne, soit dit en passant.

17Ici aussi, c’est donc par un recours à l’éros inattendu … du Texte sacré biblique ( !) que le narrateur renverse le sens à donner à son histoire. La Bête est belle et bonne20. C’est une « belle âme »21, comme en atteste la strophe immédiatement suivante :

  • 22 Ibid. (souligné par nous).

C’est qu’elle avait une belle âme
En son sein de paix et d’amour,
Blanche et claire comme une lame
En une gaine de velours.22

18Ce blanc dans ce noir, cette âme dans ce corps, n’est autre que la petite fille une fois dévorée. Un corps, grâce à l’engloutissement de l’enfant, s’est incorporé une âme :

  • 23 Ibid. Bel exemple, ici, sous la plume de Van Lerberghe, de décontextualisation poétique d’une locut (...)

Une âme de petite fille en peine,
Au fond de ses yeux de belle-de-nuit23

  • 24 Ibid., p. 109.

19Où se trouve donc le rapport avec le conte traditionnel de La Belle et la Bête, auquel le titre nous invite ? Sans doute dans cette idée de métamorphose générée par le sacrifice consenti de la petite fille. La bête a changé. Elle s’est humanisée. Le pays et le temps légendaire, ceux de l’éden, sont ceux - rappelons-nous - « où il semble que les bêtes parlaient encore »24

***

20Van Lerberghe postule donc un univers légendaire qui est celui de la confiance et de l’union, celle des êtres et celle des règnes, un temps sans cruauté ni domination. Or ce lieu et ce temps, il nous en a montré l’avènement dans l’épisode final des Aventures merveilleuses du prince de Cynthie et de son serviteur Saturne, texte liminaire du recueil de ses contes.

  • 25 Ibid., p. 27.
  • 26 Toutes citations, Ibid., p. 22.

21On se rappelle que le prince et son serviteur Saturne, après avoir « dormi des milliers de siècles »25, se réveillent dans une « lumière éclatante », celle d’un « monde ébloui et virginal qui semblait plongé dans le ravissement », où poussent « de merveilleuses et étranges fleurs bleues » et où tombent à leurs pieds des « pomme[s] d’or »26. Un tel monde magique, rêve à la Novalis ou nouveau Jardin des Hespérides, plonge le prince en extase :

  • 27 Ibid. (on note l’allusion aux bêtes humanisées, déjà par le langage).

Est-ce ici la Mésopotamie, ou l’Arabie heureuse, que les pommes d’or y croissent sur les arbres et que les oiseaux y parlent !27

  • 28 On est bien dans ce que Nietzsche appelait l’ordre « apollinien ».

22On reconnaît bien là le pays et le temps légendaires évoqués dans La Belle et la Bête et Immoralité légendaire. Le prince réveillé a pris la belle apparence d’un Olympien radieux et son vieux serviteur lui-même affiche désormais la forme de quelque personnage de légende28 :

  • 29 Ibid., p.23. (souligné par nous).

[…] le vêtement […] de vieil or […] donnait à Saturne l’allure d’un des personnages légendaires qu’on voit aux vieilles tapisseries […]. […] le prince […] ressemblait […] à Apollon cynthien, dont il avait le visage, les longs cheveux bouclés et l’allure juvénile et triomphante.29

  • 30 Ibid., p.25.
  • 31 Ibid., p.27.
  • 32 Ibid., p.32. La qualité d’ « or », comme chez Grimm, connote toujours le féerique, le merveilleux.
  • 33 Ibid., p. 26.

23Et, de manière très significative, nos héros, sur le chemin de « Brocéliande-au-Bois »30, rencontrent des êtres légendaires : « la Mère l’Oie »31, « une sirène [dont la] chevelure d’or longuement dénouée flottait dans l’eau merveilleuse »32, ou « La Bergère et son mouton »33. De celle-ci, la Mère l’Oie déclare :

  • 34 Ibid.

C’est une éternelle enfant. Elle vivra toujours, cette belle légende.34

24Et le prince comprend que dans cette sorte de monde platonicien … :

  • 35 Ibid., p. 28.

Il n’y a plus que des rêves, de beaux rêves. Ce qui était une fantaisie de poète, la légende, est devenu la réalité, l’unique réalité.35

25Et, de même, Saturne :

  • 36 Ibid., p. 30. (souligné par nous).

ce qui ne paraissait qu’imaginations absurdes et rêveries de songe-creux est la vérité même. […] il n’existe plus que des rêves, des légendes, des fables, […] les contes de fées sont réels, les rêves des enfants, des poètes et des fous sont la vérité, l’évangile n’est plus l’évangile, mais les contes de ma Mère l’Oie.36

  • 37 Louis Marin parle, à ce propos, de « la vieille nourrice qui en contant tenait nos esprits enchanté (...)

26Il faut attacher une vraie importance à cette dernière proposition, ainsi qu’à la précision du lexique employé : outre que l’insistance sur le personnage mythique, anonyme et mystérieux de « ma Mère l’Oie » 37 renvoie directement au monde de l’enfance avec son privilège du lien maternel comme sa complicité envers le règne animal, il y a ici une sorte de substitution de la « culture populaire » à la « culture des élites » (pour employer les termes habituels), et du sacré païen au sacré chrétien. Ou plutôt, disons que Van Lerberghe contamine les deux sacrés. De ce très curieux syncrétisme propre au conte de fées, nous avons vu plus haut, déjà, d’autres exemples. Ici, le discours de Saturne confirme, plus loin, ce mixte de sacré et de profane :

  • 38 Ibid., p. 31. (souligné par nous)  : « Sainte Mère l’Oie, je vous bénis » fait penser au « Saint-es (...)

[…] l’immortelle Mère l’Oie, que j’aurais dû vénérer et aimer comme ma mère me l’apprit dès l’enfance. Au lieu de m’incliner devant elle et lui dire : « Sainte Mère l’Oie, je vous bénis, vous êtes digne de vivre en ce monde meilleur », je m’en moquai […]. Je veux vénérer aussi désormais l’immortelle Bergère et son divin mouton, […]38

  • 39 Cf. Ibid., pp. 28-29.

27On le voit, ce langage – parodique – est à la limite du sacrilège. Mieux, le vieux serviteur, non content de démarquer la phraséologie religieuse, n’hésite pas, après que – il est vrai – le prince lui en a donné lui-même l’exemple39, à invoquer la caution de saint Augustin et son credo quia absurdum :

  • 40 Ibid., p. 32.

Je ne foulerai plus cette terre qu’avec respect. Elle est sacrée. Je ne respirerai plus cet air merveilleux qu’avec extase. Je ne regarderai plus les choses qu’avec un saint émerveillement. Je dirai comme saint Augustin : cela est absurde, cela n’a pas de sens commun, donc cela est la vérité absolue, la seule réalité possible, et c’est tout le reste qui est absurdité et folie.40

  • 41 Ibid., p. 102.

28Ainsi Van Lerberghe déplace le sacré le plus traditionnel pour en investir à sa façon le monde des légendes et des contes de fées. À celui-ci, seuls l’enfant et le poète ont vraiment accès. En revanche l’adulte, sceptique et raisonnable, n’y trouve pas facilement sa place. Il est significatif de constater que La Belle et la Bête, de même qu’Immoralité légendaire, sont structurés sur cette triple polarité : l’enfant/l’animal/l’adulte. Les deux premiers actants appartiennent de plein droit au monde de la Légende, le troisième en est a priori exclu, à moins d’opérer une conversion. Dans La Belle et la Bête la petite fille et la panthère finissent par fusionner. Le roi et la reine, parents de l’enfant, d’abord réticents face à une telle métamorphose, finissent toutefois par se montrer compréhensifs, quittant à titre exceptionnel le monde du désenchantement pour celui de la féerie. Ils n’accèdent au royaume sacré des contes et légendes qu’en adoptant de leur plein gré la panthère comme une nouvelle enfant, faisant leur l’interchangeabilité des règnes. Le roi père de la princesse, dans le conte de Grimm Froschkönig, lui aussi, bien qu’adulte, bénéficie d’une certaine façon de ce privilège d’accès au royaume sacré, car il a su accueillir avec bienveillance les requêtes du crapaud, y compris les plus apparemment extravagantes, allant jusqu’à inviter lui-même sa propre fille à coucher avec la bête. Mais dans le récit encadrant (lequel prime) d’Immoralité légendaire, la conteuse allemande, toute « nourrice » qu’elle est, et quelque exhaustive que soit sa connaissance des « belles histoires qu’adorent les enfants »41, n’a pas vraiment accès, elle, — bien au contraire — au monde magique des contes et légendes féeriques. En effet, elle adapte spontanément ceux-ci au fade moralisme et à la mentalité philistine du monde réel des hommes, ces défenses immunitaires suscitées par l’âge adulte contre l’intrusion du merveilleux. Et c’est l’enfant quémandeur de contes et attentif au sens profond de ces récits qui, par son intuition spontanée de la vraie moralité, sa compréhension quasi surnaturelle du désir du crapaud, accède au monde enchanteur des contes et légendes.

  • 42 Ibid., p. 118.
  • 43 Ibid., p. 121.
  • 44 On retrouvera plus tard cette insolente et innocente nudité de baigneur/se avec l’Andromède de Lafo (...)

29Dans ce monde la fausse « pudeur » et la fausse « vertu »42 n’ont plus cours. Ce sont là d’ « abominables préjugés de morale »43. En ce nouveau paradis, Adam et Ève sont nus, dépouillés jusqu’à la dernière feuille de vigne. On se souvient de la nudité innocente du prince de Cynthie44 :

  • 45 Ibid., p. 23 (c’est aussi la Vérité, comme on sait, qui sort nue de son puits …).

[…] le prince, dédaigneux de vains atours, resta nu, tel qu’il venait de sortir du fleuve.45

  • 46 Ibid., p. 32.
  • 47 Ibid.
  • 48 Ibid., p. 34.
  • 49 Ibid.

30La « sirène qui se baignait sous le pont et chantait tout en peignant ses cheveux »46, elle aussi « était nue, et d’une beauté surhumaine »47. Si le prince de Cynthie, la nuit, se borne à rêver à sa fenêtre « pour écouter la sirène et la voir nager dans l’eau argentée »48, Saturne, lui, prend franchement les blondes « Gretchen par la taille »49, ou leur tient le menton, avant de les accompagner sans doute à leur couche.

  • 50 …à la fois au niveau du contexte d’énonciation et à celui du contenu énoncé.

31L’univers stipulé ici est donc un mixte de paradis chrétien et d’éden païen. Déjà dans ses Entrevisions Van Lerberghe avait significativement fait prendre à la Vierge le visage de Vénus. En ce premier matin du monde, l’hymne païen imbibe curieusement une Genèse purifiée de quelque idée de péché que ce soit. Tour à tour auteur de Pan et de La Chanson d’Ève, Van Lerberghe rêve d’un univers sacré lavé de tout péché originel. Et c’est celui des légendes et des contes de fées qui est chargé de figurer ce monde idéal, cette utopie d’un type très particulier. Le conte de fées joue sur la référence à l’enfance50, sa confiance émerveillée, son absence foncière de malignité.

32En revanche, le thème particulier de La Belle et la Bête, référé implicitement à l’angoisse de la sexualité, peut effaroucher l’enfant. Écoutons à ce sujet un commentateur avisé :

  • 51 Cf. op. cit. supra, Barchilon (Jacques), « La Belle et la Bête ou Le Passage d’un mythe au conte de (...)

Il faut bien que l’existence du monstre […] dans le conte de fées ait un sens. Il faut pouvoir expliquer pourquoi l’homme associe la bestialité avec la sexualité. Sans doute, tomber amoureux suggère des dangers ; ce sont les dangers et les peurs associés aux tabous sexuels de l’enfance. Car l’enfant pense inconsciemment que la sexualité est terrifiante.51

33Finalement, dans le conte de fées de La Belle et la Bête tout se termine bien :

  • 52 Ibid.

L’histoire aura sa fin heureuse […] parce que la Belle finira par comprendre, quand elle y sera préparée, que le monstre n’est pas une bête, mais un homme […]. L’apparence bestiale du prince déguisé provient uniquement de ses tabous inconscients.52

34La « Bête » n’est, somme toute, que la première apparence, aussi trompeuse que passagère, d’un jeune homme séduisant, et l’union physique avec la « Bête » s’avère aussi propédeutique à une longue période de félicité conjugale. On sait, nous rappelle le même commentateur, que le conte La Belle et la Bête …

  • 53 Ibid.

… correspond à un archétype qui existait déjà dans l’un des premiers contes merveilleux de notre culture occidentale. Il s’agit de l’histoire de Cupidon et Psyché.53

35Or cette légende archaïque, ce mythe, ne peut guère s’interpréter philosophiquement autrement que de la façon suivante :

  • 54 Ibid.

[…] Psyché symbolise l’âme. […] le terme signifie âme en grec […]. […] l’âme, Psyché, doit se joindre au corps, Éros, pour former l’union parfaite.54

  • 55 Contes hors du temps, p. 117, op. cit. supra.
  • 56 Ibid., p.118.

36On a vu que le prince de Cynthie rêvant sur la mélodie chantée par la belle sirène nue, et Saturne amant nocturne de la blonde Gretchen, étaient parfaitement emblématiques de cette complicité de l’« âme » et du « corps » dans une félicité partagée …par chacun à sa manière. Mais on a pu aussi constater que l’« incorporation » — si l’on peut dire — de la petite fille par la panthère de La Belle et la Bête version Van Lerberghe accomplissait explicitement cette union de l’âme (une « belle âme ») et du corps (un corps séduisant), du « blanc » et du « noir ». Le thème baroque de la métamorphose prend ici le sens d’une sorte de transsubstantiation quelque peu sacrilège. C’est également une telle union, apparemment si redoutable (celle de l’humain et de l’animal), que l’enfant d’Immoralité légendaire entend voir s’effectuer au terme de l’histoire rapportée par Grimm. La petite princesse ne saurait en effet rester éternellement « pure comme un lys »55, pour reprendre le langage stéréotypé de la nourrice. Cette rhétorique du ressentiment invoque, on l’a vu, la « justice », la « morale », la « pudeur », la « vertu »56, mais de tels concepts, falsifiés, n’ont pas leur place ici. C’est au contraire une coïncidentia oppositorum qui va accomplir cet univers de tous les possibles où les contraires peuvent coexister harmonieusement, et s’accoupler. Elle est d’ailleurs la définition parfaite, et le symbole, de l’union sexuelle, cette fusion des polarités contraires. Une sexualité heureuse et innocente constitue véritablement l’assomption naturelle de ce monde immémorial des légendes et des contes de fées.

***

37Il nous reste maintenant, toutefois, à faire retour directement au texte même des Moralités légendaires de Laforgue, afin de bien saisir à sa racine le projet van-lerberghien. Or des cinq variations ironiques auxquelles s’exerce l’auteur français, en son recueil de 1887, seule la quatrième, intitulée Persée et Andromède, ou le plus heureux des trois, est dotée – comme on le voit – à la fois d’un titre et d’un sous-titre, lequel, livrant par avance la conclusion, le sens à tirer de l’anecdote, constitue un avant-goût de « moralité ». Aussi bien ce texte de Laforgue est-il également, de tous ceux du recueil, le seul à se terminer par un substantiel épilogue, nettement détaché, et chargé de gloser ironiquement le récit qui précède, épilogue délimitant à son tour in fine un quatrain donné explicitement comme « moralité » (le mot lui-même étant souligné par un effet de répétition)  :

  • 57 Laforgue (Jules), Moralités légendaires, op. cit., supra, p. 177 (italiques de l’auteur).

[…] Ah ! à propos, et la moralité ? J’oublie toujours la moralité… :
— La voici :
Jeunes filles, regardez-y à deux fois
Avant de dédaigner un pauvre monstre.
Ainsi que cette histoire vous le montre,
Celui-ci était digne d’être le plus heureux des trois.
57

38Notons qu’une telle conclusion aurait presque pu servir, à sa manière, outre de moralité au vieux conte de La Belle et la Bête, aux deux récits de Van Lerberghe dont nous nous occupons.

  • 58 Ibid., p. 158.

39En effet, dans son propre conte, Laforgue, sous couleur de parodie burlesque de l’antique légende de Persée et Andromède, nous servait déjà, en fait, une mouture à lui — pleine de fantaisie, bien sûr, mais, somme toute, assez fidèle — de l’histoire de « la Belle et la Bête ». En effet le héros, ici, n’est plus le superbe cavalier Persée, mais « le Monstre-Dragon »58 censé servir de geôlier à la malheureuse Andromède prisonnière sur son île.

40Or l’on trouve dans le récit de Laforgue bien des caractéristiques qui sont celles des deux contes van-lerberghiens.

41Constatons d’abord que l’agile et farouche adolescente faisant office d’héroïne est elle-même abondamment animalisée par le jeu des métaphores. Ainsi :

  • 59 Ibid., p. 161.

Comme un petit animal blessé, Andromède galope, galope du galop grêle d’un échassier […]59

42De plus, la jeune fille manifeste dès le début une sorte de nostalgie d’union, ou du moins de compagnie, animale. Ainsi ce passage :

  • 60 Ibid., pp. 164 et 165 (souligné par nous).

Andromède […] va éclater en sanglots, mais voici un grand oiseau de mer qui arrive […] vers la falaise, pour elle peut-être ! Elle pousse un long piaulement d’appel […] et ferme les yeux. Oh ! que cet oiseau fonde sur sa petite personne prométhéenne […] et, perché sur ses genoux, commence, d’un bec implacablement salutaire, à lui retirer le brûlant noyau de son bobo.
Mais elle sent le vol du grand oiseau qui passe ; elle rouvre les yeux, il est déjà loin […].
Que faire ? […] Encore un de ces grands oiseaux de mer qui passe. Elle voudrait tant en adopter un, le bercer ! […]60

  • 61 « Mon père nourricier », dira Andromède en parlant du Monstre, p. 174.

43Second indice, plus révélateur encore : le dragon-gardien joue le rôle – a priori paradoxal – non de cerbère impitoyable mais au contraire d’une sorte de nourrice61 bienveillante, laquelle raconte à l’enfant placée sous sa garde de belles histoires de l’ancien temps  :

  • 62 Ibid., p. 160.

Le Monstre croit à propos de prendre la voix de fausset de cette pauvre enfant qui mue, pour railler ses doléances romanesques, et il commence d’un ton détaché :
Pyrame et Thisbé. Il était une fois… […].62

  • 63 Ibid., p. 165.
  • 64 Ibid.

44Mieux encore, un peu plus loin dans le récit, Laforgue va jusqu’à introduire le texte même d’une « légende » dont le Dragon a « bercé [l’] enfance » de la jeune fille63. Il n’est pas indifférent de constater que cette légende, qu’Andromède prend plaisir à se réciter à nouveau de mémoire, est qualifiée de « rythmes maternels »64. Voilà qui accorde bien au Dragon son statut de « bonne gouvernante », de « Mère l’Oye », de « mère-grand » conteuse d’histoires :

  • 65 Ibid.

Bercer, être bercée !… Et la petite tête lasse d’Andromède s’emplit de rythmes maternels ; et lui revient le seul rythme humain qu’elle ait, la légende La Vérité sur le cas de Tout, petit poème sacré dont le Dragon, son gardien, a bercé son enfance.65

45D’autre part, le contenu même de ce développement poético-philosophique insiste sur la prééminence passée de l’Idéal :

  • 66 Ibid.

Au commencement était l’Amour, loi organisatrice universelle, […]. Et c’est […] l’aspiration infinie à l’Idéal. […]
L’impulsion d’Idéal est donnée depuis toujours et depuis toujours, dans l’espace infini, va s’objectivant en innombrables mondes qui se forment, […].66

  • 67 Van Lerberghe (Charles), Contes hors du temps, op. cit., p. 22.
  • 68 Ibid., p. 28.
  • 69 Ibid., p. 29.

46La fin du « petit poème sacré » évoque même un univers semblant préfigurer l’éden à la fois idéal et sensuel des Aventures merveilleuses du prince de Cynthie, ce « vrai paradis terrestre »67, ce monde « réorganisé selon la loi de la suprême harmonie »68, que « les poètes […], en remplaçant les dieux, ont recréé […] tel qu’il aurait dû être, tel qu’il est aujourd’hui. »69 :

  • 70 Laforgue (Jules), Moralités légendaires, op. cit., p. 166.

Mais la bonne Terre descendue du Soleil, nous est tout, parce que nous avons cinq sens, et que toute la Terre y répond. Ô succulences, émerveillements plastiques, senteurs, rumeurs, étonnements à perte de vue, Amour ! Ô vie à moi !
L’Homme n’est qu’un insecte sous les cieux ; mais qu’il se respecte, et il est bien Dieu. Un spasme de la création vaut toute la nature.70

47Troisième exemple : à la fin du récit, le Monstre, dans le but de décliner sa généalogie et sa véritable identité, se lance à nouveau dans un récit circonstancié qui évoque des temps légendaires. Le discours se déroule sur toute une page. On retrouve ici encore des échos de la nostalgie d’un temps merveilleux, hélas devenu bien lointain. Témoin ce passage :

  • 71 Ibid., p. 175 (souligné par nous).

« Et vinrent alors ces étranges Argonautes, comme on n’en reverra plus !… Époques splendides ! Jason était leur chef, Hercule suivait, et son ami Thésée, et Orphée qui se faisait fort de me charmer avec sa lyre […] et aussi les deux Gémeaux, Castor, dompteur de chevaux, et Pollux, habile au pugilat. Époques évanouies !… »71

48Cependant le fait le plus important à souligner reste pour nous le point suivant : le texte de Laforgue se termine sur le modèle du conte traditionnel de La Belle et la Bête. En effet on voit d’abord le Dragon manifester devant la jeune fille des témoignages d’amour aussi respectueux qu’infructueux dans leur répétition :

  • 72 Ibid., p. 167.

— […] Tant que je vivrai je serai votre geôlier sans peur et sans reproche.
— Vous dites ?
— Je dis que tant que je vivrai…
— C’est bon, c’est bon ; on sait.72

Ou bien :

  • 73 Ibid., p. 172.

[…] le pauvre Dragon s’affaisse et, expirant, n’a que le temps de râler :
— Adieu, noble Andromède ; je t’aimais, et avec avenir si tu avais voulu ; adieu, tu y penseras souvent.73

49Cependant, ici même, à la fin du récit, la situation va se retourner de manière inattendue lorsqu’Andromède, croyant le Dragon mort, prend brusquement conscience de son ingratitude et découvre du coup la réalité de son amour, jusque-là refoulé, pour son malheureux gardien :

  • 74 Ibid., p. 174.

— Oh ! pauvre, pauvre Monstre ! Que ne me disais-tu tout d’avance ? […] Oh ! J’ai tué mon ami, j’ai tué mon unique ami ! Mon père nourricier, mon précepteur. De quelles lamentations pourrai-je faire retentir ces rivages insensibles, maintenant ? […] Oh ! comme je comprends maintenant le sérieux de ta grande âme ! […] Ô dieux de justice, prenez la moitié de la vie d’Andromède, prenez la moitié de ma vie et rendez-moi la sienne, afin que je l’aime et le serve désormais avec fidélité et gentillesse. Ô dieux, faites cela pour moi, vous qui lisez dans mon cœur et savez combien au fond, je l’aimais, […]74

50Et, comme dans le conte de La Belle et la Bête, c’est ce témoignage d’amour – scellé d’un baiser – qui « ranime » le monstre, dont la mort n’était qu’apparente, et lui restitue sa belle forme primitive :

  • 75 Ibid., p. 175-176 (c’est un des passages où s’affiche le plus clairement la volonté de parodie de L (...)

Et la noble Andromède promène l’adorable éclosion de sa bouche sur les paupières closes du Dragon. Et soudain se recule  !…
Car voici qu’à ces paroles fatidiques, à ces baisers rédempteurs, le Monstre tressaille, ouvre les yeux, […] :
— Noble Andromède, merci. Les temps d’épreuve sont accomplis. Je renais, et je vais renaître correctement pour t’aimer, […]. Mais apprends qui je suis, et quel fut mon destin. […].
En achevant ces mots mirifiques, le Dragon, sans crier gare ! s’est changé en un jeune homme accompli.75

51La jeune fille découvre qu’en fait, c’est à un beau jeune homme qu’elle a fait le don d’un amour partagé, …et tout se conclut, comme de bien entendu, par le traditionnel mariage :

  • 76 Ibid., p. 176.

Le lendemain de cette nuit essentiellement nuptiale, une pirogue fut […] mise à la mer. Ils voguèrent […]. Oh ! voyage de noces sous les soleils comme à la belle étoile !76

  • 77 Il faut en effet ici porter une vive attention au lexique employé : il porte une discrète connotati (...)

52Avec ces relations « nuptiales » et ce « voyage de noces »77, nous voici passés ex abrupto des temps héroïques, avec leurs exploits surhumains, leurs prouesses légendaires et leurs gestes divines, aux mœurs bien prosaïques d’un certain hédonisme bourgeois tel qu’il a pu se donner libre cours à la fin du XIXe siècle.

***

53Aussi bien, le propos de Laforgue est-il parfaitement inverse de celui qu’adoptera Van Lerberghe. En effet, en remodelant la prestigieuse légende de Persée et Andromède, telle que nous l’a transmise au départ la mythologie grecque et telle que l’ont perpétuée fidèlement, depuis, d’innombrables tableaux, pour l’adapter à l’improbable structure de La Belle et la Bête, un conte de fée beaucoup plus « moderne », en déplaçant ou fusionnant ainsi, par un adroit bricolage, deux séries d’éléments narratifs de nature a priori fortement hétérogènes, J. Laforgue, finalement, pratique en fait, un peu à la manière d’un Boileau ou d’un Scarron, une sorte de burlesque « descendant ». Il « rabaisse » au niveau de la platitude quotidienne les prétentions de l’Idéal (ironisées notamment à travers la figure de Persée, devenu un prétentieux petit jeune homme à la mode, un risible gommeux de bal-musette), en adoptant parfois le ton d’une familiarité très contemporaine, alliant l’héroï-comique à la boutade journalistique. Il s’agit de ternir l’aura de la tradition légendaire et de tenir à distance, par la dérision et la charge parodique, la majesté intimidante du mythe. Par des blagues de potache, s’il le faut, il cherche à abattre la statue de son piédestal, il souligne la part de lieu commun sous la dorure du prestige séculaire.

  • 78 … d’où son passage de la "moralité légendaire" à l’ "immoralité légendaire".

54Or que fait, quant à lui, Ch. Van Lerberghe, si ce n’est afficher une démarche strictement inverse ?78. Pour le poète de La Chanson d’Ève, en effet, il faut au contraire faire revivre coûte que coûte un fond légendaire qui, loin de vouloir s’imposer indûment aux esprits comme chez Laforgue, risque de disparaître à tout jamais, corrodé qu’il est par l’acide de la modernité, cette platitude, cette vulgarité du monde réel environnant, faite d’utilitarisme, de pharisaïsme et de prude componction bourgeoise. Tel était, on s’en souvient, la sorte de manifeste exprimé dans le texte liminaire des Contes hors du temps :

  • 79 Van Lerberghe (Charles), Contes hors du temps, op. cit., pp. 28 et 31.

Il n’y a plus que des rêves, de beaux rêves. Ce qui était une fantaisie de poète, la légende, est devenu la réalité, l’unique réalité. […] je ne veux plus agir à l’égard des divines chimères comme je reconnais qu’agissent trop souvent les hommes grossiers et vulgaires ; ainsi que je fis par exemple à l’égard de l’immortelle Mère l’oie, que j’aurais dû vénérer et aimer comme ma mère me l’apprit dès l’enfance.79

  • 80 Cf., Ibid., p. 25.
  • 81 Ibid., p. 16.

55Que faisait Laforgue si ce n’est, précisément, ravaler à l’étiage de l’ordinaire journalier l’ « immortelle légende », et ceci par le biais de jeux de langage « grossiers et vulgaires » ? Depuis « Brocéliande-au-Bois »80, le poète des Complaintes nous reconduisait jusqu’à « Porqueville », avec sa « corporation des bouchers » et son emblématique « syndicat des Épiciers et des charcutiers »81. Là où Laforgue désacralisait … :

  • 82 Laforgue (Jules), Moralités légendaires, op. cit., p. 171 (souligné par nous).

… Le contraste est un peu trop grotesque entre le geste brave et magistral qu’il a pris ainsi et le raté de la chose ;82

56Van Lerberghe sacralise (ou resacralise) :

  • 83 Van Lerberghe (Charles), Contes hors du temps, op. cit., p. 32 (souligné par nous).

Je ne foulerai plus cette terre qu’avec respect. Elle est sacrée.83

  • 84 Laforgue (Jules), Moralités légendaires, op. cit., p. 175.

57Là où Laforgue, à travers le personnage d’Andromède, apprenait à ne pas s’étonner de la « fin [des] temps héroïques »84 et du retour au prosaïsme de la vie ordinaire :

  • 85 Ibid., p. 176.

[…] il faut bien vivre, et vivre cette vie, quelque grands yeux étonnés qu’elle vous fasse ouvrir à chaque tournant de route.85

58Van Lerberghe, à travers les yeux du « prince de Cynthie », apprend à ne pas s’étonner de la substitution d’un monde merveilleux à la réalité triviale d’autrefois :

  • 86 Van Lerberghe (Charles), Contes hors du temps, op. cit., pp. 24-25.

— C’est étonnant comme nous avons dormi et comme les choses sont changées ! conclut Saturne.
— Pour moi, il n’y a rien là qui m’étonne, répondit le prince avec calme. Nil mirari, c’est la maxime du philosophe poète.86

59On comprend, dans une certaine mesure, la fascination ambiguë éprouvée par Van Lerberghe pour son frère ennemi Laforgue. D’une part il trouve chez celui-ci un modèle incomparable de manipulateur intertextuel, infatigable arpenteur — et pourfendeur iconoclaste - des légendes et mythes immémoriaux. D’autre part il perçoit en ce Pierrot lunaire impertinent et désenchanté l’image parfaite de son double antagoniste. Aussi est-il vrai qu’à travers ces deux figures exemplaires de poètes, au tournant du siècle, se manifeste le double visage de la révolte littéraire installée au cœur de la modernité : démythification/démystification d’une part, ressourcement aux eaux baptismales de l’Utopie idéaliste, de l’autre. Mais il s’agit toujours de dénoncer un monde par trop étouffant, celui de la société moderne, bourgeoise et prosaïque où l’on meurt d’hypocrisie et d’ennui. Par leurs bâillements jumeaux la panthère de Van Lerberghe et le damoiseau prétentieux de Laforgue se font écho :

  • 87 Ibid., La Belle et la Bête, p. 104 (souligné par nous).
  • 88 Laforgue (Jules), Moralités légendaires, op. cit., p. 173 (souligné par nous). On pense à certain d (...)

Ils prirent dans une grande armoire
Ses robes, ses jupons, ses pantalons,
Ses poupées de cire et ses livres d’histoires,
Et son ruban de congrégation.
Mais la sœur eut un grand bâillement,
Et ils virent sa gueule et ses dents
Avec sa langue rouge dedans.
Et ils comprirent suffisamment. »87

Et voilà qu’elle le surprend ! Il bâillait ! un élégant bâillement qu’il veut achever en sourire de grenade ouverte.
[…] Andromède n’a qu’un cri :
—Allez-vous-en ! allez-vous-en ! Vous me faites horreur !88

60Nonobstant, dans les deux cas, la « Belle » s’est donnée — ou va se donner — de bon cœur à la « Bête ». Sur ce point-là au moins, Laforgue et Van Lerberghe partagent la même « moralité ». Pour échapper à l’ennui de la vie moderne et à l’horreur des valeurs bourgeoises, il ne faut pas hésiter à s’unir à l’Autre, au Monstre. Ne sait-il pas réenchanter, lui, les désenchanté(e)s ?

Haut de page

Notes

1 La Belle et la Bête, p. 102, dans Van Lerberghe (Charles), Contes hors du temps. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, 1992. (souligné par nous).

2 Immoralité légendaire, p. 110, Ibid. (souligné par nous).

3 Ibid., p. 102 (souligné par nous). Notons au passage que, par le personnage de la « grand-mère », archétype de la conteuse d’histoires (« mère-grand… »), la « panthère », elle-même conteuse ici, se relie à Ève (une Ève -Vénus) et à l’éden primitif (cf. infra le contenu de notre note 34).

4 Ibid., p. 109.

5 Ibid. (souligné par nous).

6 … à commencer par celle de La Belle et la Bête, cette panthère miraculeuse qui parle comme un humain.

7 Op. cit. supra, p. 101. (souligné par nous). La qualité d’« or » des cheveux signe discrètement la nature légendaire de l’ évocation. Quant au mois de mai… mois de Marie… c’est le mois des fêtes et des apparitions…

8 Cf. la réédition, pp. 37-54, dans Le Magasin des Enfants. La Belle et la Bête et autres contes. Arles, Éd. Philippe Picquier, coll. Picquier Poche, 1995. Pour l’histoire des variations intertextuelles de La Belle et la Bête en aval mais surtout en amont du récit de Mme Leprince de Beaumont, et pour les interprétations à leur donner ainsi qu’aux modes de filiation, nous renvoyons au premier chapitre : La Belle et la Bête ou Le Passage d’un mythe au conte de fées in Barchilon (Jacques) (University of Colorado), Le Conte merveilleux français de 1690 à 1790 – Cent ans de féerie et de poésie ignorés de l’histoire littéraire. Genève, Éd. Slatkine, 1973.

9 On se référera à : Laforgue (Jules), Moralités légendaires. Présentation, chronologie, notes et dossier par Daniel Grojnowski et Henri Scepi, Paris, Éd. GF Flammarion, 2000.

10 Ce conte est d’autant plus connu qu’il est placé en première place des deux-cent-dix Kinder-und Hausmärchen de J. et W. Grimm. On se référera à l’édition GF Flammarion en 2 volumes (traduction par Armel Guerne).

11 Les frères Grimm laissent ici pointer le bout de l’oreille. Ils ne peuvent pas moins. Toute œuvre littéraire digne de ce nom est en partie polysémique, et il faut savoir lire entre les lignes. Inversement, la nourrice aurait tendance à surenchérir sur la pudibonderie et le conformisme de classe.

12 Bien entendu la nourrice insiste sur ce souci de fidélité littérale : « Voici l’histoire authentique, conclut ma nourrice, telle que Grimm l’a contée et telle que mes aïeules me l’ont transmise. » (souligné par nous ; op. cit. supra, p. 119). C’est presque ici un pastiche de ces incipit des romans médiévaux gommant la figure de l’auteur en même temps qu’ils inscrivent la seule fonction testimoniale du narrateur.

13 Cf. op. cit., supra, p. 118.

14 Ibid., pp. 105-106.

15 Ibid., p. 101.

16 « la bête traîtresse », Ibid., p. 104.

17 Ibid., p. 103.

18 Ibid., p. 105.

19 Ibid.

20 C’est plutôt un registre païen que celui où vont de pair le Beau, le Bien et le Vrai. En tout cas, c’est dans les légendes et les contes de fées que la « belle » est aussi la « bonne ».

21 …encore une expression goethéenne, soit dit en passant.

22 Ibid. (souligné par nous).

23 Ibid. Bel exemple, ici, sous la plume de Van Lerberghe, de décontextualisation poétique d’une locution figée : la panthère, en effet, n’est pas une prostituée mais une beauté de la nuit. Et si la « Belle », de son côté, se donne à la « Bête », dans la légende, c’est gratuitement (la « Bête » n’est-elle pas elle-même « Belle », suffisamment pour être aimée sans arrière-pensée ?). Dans ses Moralités légendaires, Laforgue use systématiquement, lui, de tels jeux sur les mots et expressions, mais c’est souvent sur fond de tonalité agressive. Ici, il s’agit au contraire de redonner aux mots leur pureté originelle, aux expressions leur sens littéral.

24 Ibid., p. 109.

25 Ibid., p. 27.

26 Toutes citations, Ibid., p. 22.

27 Ibid. (on note l’allusion aux bêtes humanisées, déjà par le langage).

28 On est bien dans ce que Nietzsche appelait l’ordre « apollinien ».

29 Ibid., p.23. (souligné par nous).

30 Ibid., p.25.

31 Ibid., p.27.

32 Ibid., p.32. La qualité d’ « or », comme chez Grimm, connote toujours le féerique, le merveilleux.

33 Ibid., p. 26.

34 Ibid.

35 Ibid., p. 28.

36 Ibid., p. 30. (souligné par nous).

37 Louis Marin parle, à ce propos, de « la vieille nourrice qui en contant tenait nos esprits enchantés, la maîtresse de la voix sans âge et sans nom de l’oralité […] » (cf. p. 115, in « Préface-image – Le frontispice des Contes-de-Perrault », article in Europe N° 739-740 / Novembre-décembre 1990, Numéro consacré à Charles Perrault). À cet égard, on verra aussi, ibid., pp. 101-113, l’article de Béatrice Didier, « Perrault féministe ? » : « Le conteur […] s’identifie à la femme, car il imite sa voix. […] Les contes pendant des siècles ont été transmis par les femmes, “ma mère l’Oye”, les “nourrices”, […] les mères et surtout les mères-grands » (p. 112, souligné par nous). [L’origine de l’expression elle-même reste encore conjecturale.] Quoi qu’il en soit, « Ma Mère l’Oie » est à la fois récitante de contes et personnage dans les contes, encadrante et encadrée ; elle a donc, pour Van Lerberghe, un statut privilégié.

38 Ibid., p. 31. (souligné par nous)  : « Sainte Mère l’Oie, je vous bénis » fait penser au « Saint-esprit » et surtout mime le « Je vous salue Marie, pleine de grâce » ; quant à l’ »immortelle Bergère » (avec un B majuscule), elle renvoie au « Père éternel », comme son « divin mouton » au « Divin Enfant ». Le Père, le Fils, le Saint-Esprit : la théologie fantaisiste de Van Lerberghe est bien complète.

39 Cf. Ibid., pp. 28-29.

40 Ibid., p. 32.

41 Ibid., p. 102.

42 Ibid., p. 118.

43 Ibid., p. 121.

44 On retrouvera plus tard cette insolente et innocente nudité de baigneur/se avec l’Andromède de Laforgue (« irréprochablement nue, nue et inflexible », p. 161, cf. aussi p. 172, in Laforgue (Jules), Moralités légendaires, op. cit. supra)

45 Ibid., p. 23 (c’est aussi la Vérité, comme on sait, qui sort nue de son puits …).

46 Ibid., p. 32.

47 Ibid.

48 Ibid., p. 34.

49 Ibid.

50 …à la fois au niveau du contexte d’énonciation et à celui du contenu énoncé.

51 Cf. op. cit. supra, Barchilon (Jacques), « La Belle et la Bête ou Le Passage d’un mythe au conte de fées ».

52 Ibid.

53 Ibid.

54 Ibid.

55 Contes hors du temps, p. 117, op. cit. supra.

56 Ibid., p.118.

57 Laforgue (Jules), Moralités légendaires, op. cit., supra, p. 177 (italiques de l’auteur).

58 Ibid., p. 158.

59 Ibid., p. 161.

60 Ibid., pp. 164 et 165 (souligné par nous).

61 « Mon père nourricier », dira Andromède en parlant du Monstre, p. 174.

62 Ibid., p. 160.

63 Ibid., p. 165.

64 Ibid.

65 Ibid.

66 Ibid.

67 Van Lerberghe (Charles), Contes hors du temps, op. cit., p. 22.

68 Ibid., p. 28.

69 Ibid., p. 29.

70 Laforgue (Jules), Moralités légendaires, op. cit., p. 166.

71 Ibid., p. 175 (souligné par nous).

72 Ibid., p. 167.

73 Ibid., p. 172.

74 Ibid., p. 174.

75 Ibid., p. 175-176 (c’est un des passages où s’affiche le plus clairement la volonté de parodie de La Belle et la Bête).

76 Ibid., p. 176.

77 Il faut en effet ici porter une vive attention au lexique employé : il porte une discrète connotation de dérision et d’anachronisme, créant une impression de déplacé.

78 … d’où son passage de la "moralité légendaire" à l’ "immoralité légendaire".

79 Van Lerberghe (Charles), Contes hors du temps, op. cit., pp. 28 et 31.

80 Cf., Ibid., p. 25.

81 Ibid., p. 16.

82 Laforgue (Jules), Moralités légendaires, op. cit., p. 171 (souligné par nous).

83 Van Lerberghe (Charles), Contes hors du temps, op. cit., p. 32 (souligné par nous).

84 Laforgue (Jules), Moralités légendaires, op. cit., p. 175.

85 Ibid., p. 176.

86 Van Lerberghe (Charles), Contes hors du temps, op. cit., pp. 24-25.

87 Ibid., La Belle et la Bête, p. 104 (souligné par nous).

88 Laforgue (Jules), Moralités légendaires, op. cit., p. 173 (souligné par nous). On pense à certain dessin de Daumier sur la vie conjugale où, dans un intérieur bourgeois, deux jeunes mariés se font face en bâillant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Lutaud, « Van Lerberghe : la Belle, la Bête et la morale de la fable », Textyles, 22 | 2003, 82-93.

Référence électronique

Christian Lutaud, « Van Lerberghe : la Belle, la Bête et la morale de la fable », Textyles [En ligne], 22 | 2003, mis en ligne le 07 février 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/2288 ; DOI : 10.4000/textyles.2288

Haut de page

Auteur

Christian Lutaud

Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org