Navigation – Plan du site

Note sur les éditions contemporaines de Max Elskamp

Olivier Bivort
p. 21-24

Texte intégral

  • 1 Voir, entre autres : Bibliothèque Jean Van Haelen : éditions originales, modernes et autographes. B (...)
  • 2 À partir de 1890, Lacomblez édite entre autres Maeterlinck, Verhaeren, Giraud…

1Elskamp n’était pas seulement un artiste, c’était aussi un artisan à qui l’histoire du livre moderne en Belgique doit un de ses chapitres essentiels. On sait qu’il établissait lui-même la maquette de ses recueils et qu’il n’est pas d’étapes des métiers du livre auxquelles il n’ait touché, des plus simples aux plus sophistiquées. Papiers choisis, typographie et impression soignées, illustrations originales, faibles tirages, éditions hors commerce, ses œuvres ont toujours fait le régal des bibliophiles1. Comme Mallarmé, et après lui Michaux, l’exigence de la perfection et le souci de l’intimité l’emportent chez lui sur le besoin du plus grand nombre, par une volonté de se réfugier hors du commun qui ne va pas sans implications du point de vue éditorial. En effet, et quoique ses premiers recueils fussent distribués par un éditeur en vue, Paul Lacomblez2, leur diffusion resta marginale, l’auteur se réservant la plus grande partie des exemplaires (entre 100 et 300 par tirage, au maximum) pour ses amis ou ses confrères. Seule La Louange de la vie (éditée au Mercure de France en 1898) aurait dû élargir son audience, mais en 1932, après la mort d’Elskamp, l’éditeur parisien remit en vente le volume sous une nouvelle couverture, toujours dans son tirage original. Par la suite, de rares ouvrages furent réédités de manière confidentielle et le plus souvent dans une présentation luxueuse : les Chansons d’amures (Anvers, Stockmans, 1937, 55 p., avec six tailles-douces par Margot Weemaes), des Poèmes et prose (Liège, Dynamo, 1951, 10 p.), les Six chansons de pauvre homme suivies des Huit chansons reverdies (Lyon, Les Écrivains réunis, 1954, 30 p., avec une préface de Norge). Jusqu’à cette date, il n’est pas hasardeux d’affirmer que l’œuvre d’Elskamp était tout entière confinée dans les réserves précieuses de quelques grandes bibliothèques. C’est le petit livre de Robert Guiette, publié dans la collection « Poètes d’aujourd’hui » chez Seghers en 1955, qui donna pour la première fois Elskamp à lire au grand public : la partie anthologique comprenait 50 poèmes choisis dans ses principaux recueils, depuis Dominical jusqu’aux Huit chansons. Mais l’éditeur français allait aussi combler le vœu des amateurs : réunir toute l’œuvre d’Elskamp, d’accès pour le moins difficile, en un volume.

  • 3 Œuvres complètes, [avertissement de Pierre Seghers]. Avant-propos de Bernard Delvaille. Paris, Segh (...)
  • 4 Quelques exceptions, comme le livre de Berg (Christian), Max Elskamp et le bouddhisme. Nancy, Publi (...)
  • 5 Mort ou survie du langage. Paris-Bruxelles, Sodi, 1969, p. 109 (je n’ai pas retrouvé la référence o (...)
  • 6 « Le hasard de l’actualité, d’Arthur Rimbaud à Max Elskamp », dans Le Journal des poètes, avril 196 (...)
  • 7 Ainsi, entre autres, Prévot (Gérard), dans Le Journal des poètes, avril 1967, p. 3 ; le Bulletin cr (...)
  • 8 Et penser que Robert Guiette (Max Elskamp. Paris, Seghers, coll. Poètes d’aujourd’hui, 1955), chez (...)
  • 9 Voir, par exemple, le commentaire de Pascal de Sadeleer sur l’établissement du texte de Maya (Max E (...)

2Ainsi, lorsqu’en 1967 parurent les Œuvres complètes d’Elskamp3, il semblait que le poète, enfin consacré, allait pouvoir être lu et apprécié par le plus grand nombre et que les chercheurs, disposant d’une telle somme, auraient relancé les études sur son œuvre. Il n’en fut rien, ou presque. Le livre fut soldé, puis mis au pilon, et la critique, happy few exceptés, ne saisit guère la balle au bond4. Les recensions étaient pourtant positives, les auteurs insistant sur l’oubli dans lequel avait sombré injustement Elskamp et dont allait le sauver cette édition. Jean Rousselot se félicitait que des œuvres comme L’Éventail japonais (sic), Dominical, Enluminures ou Chansons désabusées fussent enfin accessibles5, tandis que Pierre Bourgeois déplorait que le volume n’eût pas repris les écrits d’« Elskamp avant Elskamp »6. On remerciait Pierre Seghers, dont la « piété » avait permis l’impression du livre7. La critique universitaire, sous la plume d’Emanuele Kanceff en Italie (Studi francesi, settembre-dicembre 1967) et de Raymond Pouillart en Belgique (Les Lettres romanes, 1er novembre 1968) s’attachait à décrire le contenu du volume : si Kanceff soulignait favorablement la présence d’un ouvrage en prose dans cette opera omnia « oltre alla gamma completa della produzione in versi (sic) », Pouillart précisait que cette édition « assurée avec soin » ne se voulait pas critique pour autant et qu’elle reproduisait simplement le contenu des volumes publiés par le poète, augmentés de trois inédits ; il signalait aussi deux fautes d’impression dans Les Commentaires et l’idéographie du jeu de loto. Il faut dire que Pierre Seghers avait bien fait les choses : couverture toilée, papier bible, nombreux inédits, reproduction des bois de L’Alphabet de Notre-Dame la Vierge, les Œuvres complètes étaient aussi un très beau livre. Cependant, et en dépit du titre, elles ne sont pas complètes. Elles ne présentent aucun écrit d’Elskamp antérieur à 1892, pas même L’Éventail japonais. Elles ne contiennent aucun des textes, poème, prose littéraire, préface ou critique d’art non recueillis en volume par Elskamp. Elles négligent, parmi les œuvres « graphiques », Les Sept Œuvres de miséricorde. Les sources qui ont servi à l’établissement du texte (pp. 1005-1006) sont parfois surprenantes : si les quatre recueils de La Louange de la vie sont reproduits d’après l’édition du Mercure de France de 1933 et non d’après les publications originales (Ægri somnia est reproduit de même d’après la seconde édition, posthume), La Chanson de la rue Saint-Paul est compilée d’après une version fournie par un « syllabus » de l’Anthologie de l’Audiothèque ! Ces petits fascicules de huit ou seize pages (non datés ; trois furent consacrés à Elskamp dans la collection, fondée par Géo Libbrecht) n’avaient nullement la prétention de livrer des recueils complets aux amateurs de poésie ; ainsi le chef-d’œuvre d’Elskamp se trouve-t-il, dans les Œuvres complètes, amputé de plus d’un quart de ses vers et séparé en deux parties artificielles, comme s’il s’agissait de recueils distincts8. Le texte se ressent du manque d’intérêt philologique des éditeurs : on y rencontre des vers faux, la ponctuation manque souvent de rigueur et des coquilles présentes dans les éditions de référence n’ont pas été rectifiées9 (il est vrai qu’il ne s’agit pas d’une édition critique : le volume n’offre ni notes, ni variantes, ni détails bibliographiques des pièces). Malgré ces limites, ce volume constitue encore aujourd’hui le seul panorama d’importance de l’œuvre d’Elskamp ; il vient d’être reproduit, sans indication des sources, par les éditions du Cri.

  • 10 Elskamp (Max), Chansons et Enluminures, préface de Liliane Wouters, Bruxelles, Jacques Antoine, col (...)
  • 11 Elskamp (Max), La Chanson de la rue Saint-Paul précédé de Sous les tentes de l’exode, suivi de Ægri (...)
  • 12 Textyles, novembre 1989, p. 240.
  • 13 Elskamp (Max), La Louange de la vie. Poèmes choisis et présentés par Guy Goffette. Paris, La Différ (...)
  • 14 Max Elskamp, La Chanson de la rue Saint-Paul et autres poèmes. Édition présentée par Paul Gorceix. (...)
  • 15 Dernier tirage : 1990. Aucune bibliographie ne mentionne cette référence, pourtant essentielle pour (...)
  • 16 « Le fonds Max Elskamp à la Bibliothèque royale », dans Le Thyrse, 1962, n° 5-6, p. 244-246.

3Ce n’est qu’à partir des années quatre-vingt que l’on voit quelques petits éditeurs inscrire Elskamp à leur catalogue. En 1980, la Belgique fête le 150e anniversaire de son indépendance et est choisie comme centre culturel européen dans le cadre des manifestations d’Europalia. C’est l’occasion d’une redécouverte du patrimoine, y compris littéraire : on organise des expositions, on publie des numéros spéciaux de journaux et de revues, on édite un répertoire des Lettres belges de langue française. Les institutions et les maisons d’édition profitent des subventions ; ainsi Jacques Antoine, qui publie intégralement six recueils d’Elskamp partagés entre première et deuxième période (avant 1898, après 1921)10 : Six chansons de pauvre homme pour célébrer la semaine de Flandre (1895), Enluminures (1898), Chansons désabusées (1922), La Chanson de la rue Saint-Paul (1922), Chansons d’amures (1923) et Huit chansons reverdies dont quatre pleurent et quatre rient (1932). L’ouvrage, une édition courante non annotée, est suivi selon l’usage de la collection d’une importante chronologie ; épuisé pendant des années à la suite de la disparition des éditions Jacques Antoine, il est à nouveau disponible aujourd’hui, aux éditions Les Éperonniers. Suite à l’heureuse initiative de Jacques Antoine, Elskamp entre dans les collections de poche en 1987. D’abord en Belgique, chez Labor, où Paul Gorceix publie trois recueils sous le titre générique La Chanson de la rue Saint-Paul : ce sont Sous les tentes de l’exode (1921), La Chanson de la rue Saint-Paul (1922) et Ægri somnia (1924)11. Édition courante elle aussi, sans apparat critique ; il n’empêche, et Michel Otten le souligne avec raison, « l’édition des textes est impeccable »12 ; elle est suivie d’une « lecture » critique qui retrace et caractérise les principales étapes de l’œuvre d’Elskamp. Sous un titre trompeur, Les éditions de La Différence impriment en 1990 un choix de poèmes qui ne sont pas tous, malgré une note, « extraits de l’édition du Mercure de France, La Louange de la vie »13 : on trouve ici 10 poèmes de Dominical (sur 27), 15 poèmes de Salutations, dont d’angéliques (sur 30), 8 poèmes de En symbole vers l’apostolat (sur 30) et l’ensemble des Six chansons de pauvre homme pour célébrer la semaine de Flandre, ces quatre recueils constituant en effet la matière de La Louange de la vie. Ils sont suivis, sans distinction, de 16 poèmes d’Enluminures (sur 31) et de cinq poèmes tirés de Suites dominicales, un recueil inédit paru pour la première fois dans les Œuvres complètes. Il apparaît clairement que les textes ont été reproduits à partir du volume publié chez Seghers et qu’ils n’ont pas été revus sur les originaux, quand bien même l’éditeur précise que « la ponctuation, l’orthographe et la syntaxe de Max Elskamp sont respectés (sic) ». La diffusion internationale de l’œuvre d’Elskamp est récente : en 1997, il entre dans la collection « Poésie » des éditions Gallimard. Saluant dans Le Monde des livres (25 juillet 1997) la publication de La Chanson de la rue Saint-Paul14, Alain Bosquet semblait ignorer l’existence des volumes précédents, et non seulement celui des éditions Labor, pourtant dû au même spécialiste et toujours disponible en librairie, mais aussi celle de La Louange de la vie, que Le Mercure de France continue d’ailleurs de distribuer aujourd’hui15. Paul Gorceix reprenait deux recueils déjà publiés chez Labor en 1987, La Chanson de la rue Saint-Paul (1922) et Ægri somnia (1924) ; il y joignait Chansons d’amures (1923) et Les Délectations Moroses (1923). Pourquoi ne pas avoir profité de l’occasion pour compléter la série des recueils d’Elskamp parus après la coupure des années vingt ? L’éditeur aurait pu rendre disponible un titre fondamental comme Maya (1923) ou encore les Remembrances (1924)… Visant avant tout à « faire connaître Elskamp », cette édition ne donne ni variantes, ni notes (la « note sur les manuscrits » qui clôt le volume reproduit en réalité une description sommaire du fonds Elskamp faite par Jean Warmoes en 196216) ; préfacée par le critique, elle est suivie d’un dossier comprenant une chronologie et une bibliographie.

  • 17 Elskamp (Max), Œuvre complète. Bruxelles, Le Cri, coll. Terre neuve, 2001, 754 p.

4Comment aborder sérieusement l’édition de l’œuvre complète d’Elskamp publiée à Bruxelles, aux éditions du Cri, « avec l’aide la Communauté française de Belgique », à la fin de l’an dernier17 ? Ce volume est affligeant à plus d’un titre. Les éditions du Cri ont subrepticement passé au scanner l’ancienne édition des Œuvres complètes parue chez Seghers en 1967, photographie comprise, éliminant l’introduction et l’avant-propos, sans mentionner en aucune façon la publication originale pourtant protégée par un copyright. Pire : alors que l’œuvre d’Elskamp est maintenant entrée dans le domaine public (elle ne l’était pas en 1967), le Cri se réserve les droits de reproduction, de traduction et d’adaptation ! Ce volume reproduit à la lettre celui des éditions Seghers, élégance de la typographie et de la mise en page en moins : même disposition des recueils et des poèmes, mêmes lacunes, mêmes coquilles, même « bibliographie », les indications allant jusqu’à fournir la note de Seghers qui donnait – justement, en 1967 – Les Heures jaunes, Les Limbes et Suites dominicales comme inédits en volume ! Le pillage est à ce point évident que les titres ne correspondent pas : Œuvre complète sur la couverture, Œuvres complètes sur le faux-titre (celui de Pierre Seghers), et la seule page remaniée de ce livre, celle des sources, comporte trois coquilles…. Aucune vérification n’a été faite, ni du point de vue philologique, ni du point de vue critique : La Chanson de la rue Saint-Paul est amputée d’un bon tiers comme il y a 35 ans, et un mystérieux recueil d’Elskamp, In Memoriam, figure en quatrième page de couverture !

  • 18 À part L’Éventail japonais. Il faut ajouter Effigies. Recueil inédit publié par Marc Quaghebeur en (...)
  • 19 Textyles, mars 1999, p. 246.

5Le bilan des éditions contemporaines d’Elskamp est mitigé : si la plupart des recueils sont aujourd’hui accessibles en librairie18, il faut encore préférer les éditions de poche aux Œuvres complètes, pourtant les plus récentes. Mais le problème est autre : comme l’écrivait Jean-Pierre Bertrand, « il n’existe à ce jour aucune édition critique d’aucun recueil important d’Elskamp »19. C’est qu’Elskamp souffre du mal endémique qui frappe la plupart des grands poètes belges du siècle dernier : le manque d’instruments de travail modernes et rigoureux. Les manuscrits sont disponibles : à quand un projet d’édition critique, scientifique, sur grande échelle, de l’œuvre d’Elskamp ?

Haut de page

Notes

1 Voir, entre autres : Bibliothèque Jean Van Haelen : éditions originales, modernes et autographes. Bruxelles, Van der Perre, première partie, vente du 16 novembre 1963 ; Max Elskamp poète et graveur. Catalogue raisonné par Pascal de Sadeleer. Préface de Jean Warmoes. Bruxelles, Librairie Simonson, 1985 ; Bibliothèque littéraire d’un amateur. Bruxelles, Simonson, vente du 28 mai 1988.

2 À partir de 1890, Lacomblez édite entre autres Maeterlinck, Verhaeren, Giraud…

3 Œuvres complètes, [avertissement de Pierre Seghers]. Avant-propos de Bernard Delvaille. Paris, Seghers, 1967, 1023 p. 

4 Quelques exceptions, comme le livre de Berg (Christian), Max Elskamp et le bouddhisme. Nancy, Publications du centre européen universitaire, 1969.

5 Mort ou survie du langage. Paris-Bruxelles, Sodi, 1969, p. 109 (je n’ai pas retrouvé la référence originale de ce compte rendu).

6 « Le hasard de l’actualité, d’Arthur Rimbaud à Max Elskamp », dans Le Journal des poètes, avril 1967, p. 3.

7 Ainsi, entre autres, Prévot (Gérard), dans Le Journal des poètes, avril 1967, p. 3 ; le Bulletin critique du livre français, juillet 1967, p. 600 (anonyme) ou Burniaux (Constant) dans Books abroad, Spring 1968, p. 238.

8 Et penser que Robert Guiette (Max Elskamp. Paris, Seghers, coll. Poètes d’aujourd’hui, 1955), chez le même éditeur, avait reproduit trois des poèmes manquant ici (une grande partie du Calvaire, À ma sœur Marie et Ad finem) !

9 Voir, par exemple, le commentaire de Pascal de Sadeleer sur l’établissement du texte de Maya (Max Elskamp poète et graveur, op. cit., n° 73).

10 Elskamp (Max), Chansons et Enluminures, préface de Liliane Wouters, Bruxelles, Jacques Antoine, coll. Passé Présent, 1980, 287 p.

11 Elskamp (Max), La Chanson de la rue Saint-Paul précédé de Sous les tentes de l’exode, suivi de Ægri somnia. Préface de Julos Beaucarne, lecture de Paul Gorceix. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, 1987, 219 p.

12 Textyles, novembre 1989, p. 240.

13 Elskamp (Max), La Louange de la vie. Poèmes choisis et présentés par Guy Goffette. Paris, La Différence, coll. Orphée, 1990, 126 p.

14 Max Elskamp, La Chanson de la rue Saint-Paul et autres poèmes. Édition présentée par Paul Gorceix. Paris, Gallimard, coll. Poésie, 1997.

15 Dernier tirage : 1990. Aucune bibliographie ne mentionne cette référence, pourtant essentielle pour qui veut aborder les textes des années 1890.

16 « Le fonds Max Elskamp à la Bibliothèque royale », dans Le Thyrse, 1962, n° 5-6, p. 244-246.

17 Elskamp (Max), Œuvre complète. Bruxelles, Le Cri, coll. Terre neuve, 2001, 754 p.

18 À part L’Éventail japonais. Il faut ajouter Effigies. Recueil inédit publié par Marc Quaghebeur en 1989 (Fata Morgana).

19 Textyles, mars 1999, p. 246.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Bivort, « Note sur les éditions contemporaines de Max Elskamp », Textyles, 22 | 2003, 21-24.

Référence électronique

Olivier Bivort, « Note sur les éditions contemporaines de Max Elskamp », Textyles [En ligne], 22 | 2003, mis en ligne le 07 février 2013, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/2279 ; DOI : 10.4000/textyles.2279

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org