Navigation – Plan du site

Le premier Elskamp

Olivier Bivort
p. 9-20

Texte intégral

  • 1 Bruxelles, ML, fonds Elskamp.

1L’inclination de Max Elskamp pour l’écriture fut précoce. Si l’on en croit les indications portées sur un de ses cahiers d’école1, elle remonterait à 1877, l’année de son quinzième anniversaire : nous avons conservé de lui une « bagatelle en un acte et en vers » intitulée Le Gentilhomme malgré lui, probablement écrite à cette époque, farce bourgeoise bâtie sur le thème de l’amour contrarié, agrémentée de vers légers et ironiques. Ce n’est qu’à partir de 1881 que s’affirme véritablement sa vocation : il choisit un pseudonyme et publie son premier poème. Plus de dix ans le séparent de la parution de Dominical (son « premier » recueil imprimé, en 1892), dix ans pendant lesquels il ne va cesser d’écrire et de faire des projets, dix ans pendant lesquels il va mettre et remettre son ouvrage sur le métier, constamment partagé entre l’élan et le doute, tourmenté comme pas un sur la valeur de son œuvre. La fin des études supérieures, les désillusions amoureuses et la perspective de la vie de bureau contribuent à faire naître en lui un sentiment profond de désenchantement et l’on reste frappé, à la lecture de sa correspondance, par la valse-hésitation de ses propos sur l’art, par son manque de sûreté ou par les nombreuses manifestations de découragement qui le poussent parfois à remettre en cause sa nature même d’écrivain et à renoncer — pour un temps — à la littérature :

  • 2 Lettre à van de Velde du 7 avril 1884. Anvers, Archief en Museum voor het Vlaamse Cultuurleven : sa (...)

[…] Et toi, cher vieux, tu n’as pas le spleen comme moi j’espère ; au fait cela ne m’étonnerait pas pourtant tu es aussi un mécontent des choses qui sont ; ta lettre de l’autre jour me l’a prouvé – Sais-tu ce que je commence à craindre pour moi du moins ? C’est la vie manquée. Je crois que je vais définitivement prendre le petit chemin des petits succès ; voici ce que je vais dire. On lira d’ici à 3, 4 ans mes vers – Le Précurseur en dira 10 lignes, L’Opinion 5, L’Indépendance une et tout le reste rien – Puis les pages iront au cabinet et ce sera fini – Voilà2. –

  • 3 Lettre à van de Velde, décembre 1884, au retour de Paris.

[…] Je n’ai pas encore été chez mon patron – Mais cela ne durera pas longtemps – Je me sens tout heureux d’en avoir fini avec le vers et la prose –
C’est un sac inutile sur la route de vie ; bien bêtes ceux qui s’en chargent car après tout, on ne vit qu’une fois3

  • 4 Lettre à van de Velde, [hiver 1888].

[…] Je ne saurai plus jamais travailler parce que je n’ai plus à travailler, et que je suis et dois rester sans but, ce qui est une anomalie dans le monde. Le but artistique me laisse encore parfois quelque illusion, dilettante, mon cher, rien de plus.
Et je ferai de bon art en ne faisant rien, car je les annulerai tous, qui sait si je ne suis pas un immense artiste parce que je n’ai rien gâté par la révélation matérielle de l’œuvre qui est en nous, vierge et que nous sommes seuls à lire, à chanter à peindre à sculpter4.

  • 5 « Max Elskamp et l’esthétique fin-de-siècle », Bulletin de l’ARLLF, t. XLVII, n° 2, 1969, p. 132-15 (...)

2On a peut-être trop insisté sur les remords et les abandons d’Elskamp au détriment de ses préoccupations esthétiques, comme s’il avait désapprouvé ses vers au fur et à mesure qu’ils les écrivaient, comme si ses errements trahissaient son impuissance à élaborer une poétique personnelle, comme si toutes ses tentatives des années quatre-vingt avaient été d’emblée vouées à l’oubli. Mais Dominical ne s’est pas fait en un jour. Malgré les travaux de Christian Berg consacrés à l’évolution poétique d’Elskamp à la charnière des années 1880-18905, il faut bien constater que le « premier Elskamp » reste méconnu, sinon inconnu. Si un lecteur parcourt aujourd’hui les appendices chronologiques des éditions contemporaines, il peut à peine apprendre que, avant la publication de Dominical, le poète avait produit un mince recueil artisanal tiré à petit nombre (l’Éventail japonais, 1886) ou qu’il avait publié dans la Wallonie, en 1891, le début d’un récit en prose intitulé Le Stylite. Nous ne sommes pas tellement éloignés des informations bibliographiques données par l’académicien Albert Mockel dans l’hommage qu’il rendait à son confrère décédé, il y a quelque soixante-dix ans :

  • 6 Mockel (Albert), «Notice sur Max Elskamp » (1934), dans Galerie des portraits, recueil des notices (...)

Max Elskamp s’était déjà essayé à quelques écrits [en 1889], mais il répugnait à les publier et il avait raison : il y était encore loin de lui-même. […] Le récit lyrique en prose que je reçus de lui en 1891 et qui fut sa première œuvre imprimée, — il parut alors dans La Wallonie, — n’était pas encore créé à son image6.

  • 7 Brucher (Roger) (dir.), Fayt (René), Prins (Colette) et Warmoes (Jean), Bibliographie des écrivains (...)
  • 8 Il faudrait ajouter à cette liste deux « échos » journalistiques reprenant une déclaration d’Elskam (...)

3Mais qu’en est-il de la production d’Elskamp entre 1881 et 1891, à la veille de la publication de Dominical ? On sait que la Bibliographie des écrivains de Belgique ne détaille pas les publications en revue des auteurs qu’elle recense ; tout au plus signale-t-elle les titres des périodiques qui ont bénéficié de leur collaboration. Pour ce qui concerne Elskamp, nous savons ainsi qu’il a collaboré à La Jeune Revue littéraire en 1881 (sous le pseudonyme de A. M. Champs [sic] d’Aulnes), à La Jeune Belgique en 1882, à L’Art moderne entre 1886 et 1890, à La Wallonie en 1891, toujours pour nous limiter à cette date7. Ces indications sont malheureusement lacunaires et parfois erronées. Voici le détail des publications en revue que j’ai pu retrouver jusqu’en 18918 :

- Sur un Carré de Papier rose (Triolets) dans La Jeune Revue littéraire du 15 juin 1881, p. 122, signé A. M. Champ d’Aulnes. Poème en vers.
- Amour d’Outre-tombe, dans La Jeune Revue littéraire du 15 septembre 1881, p. 210, signé A. M. Champ d’Aulnes. Poème en vers.
- Le Flûtiste et Marbre dans la Revue artistique du 15 juin 1883, sous la rubrique « Cul-de-lampe », signés A. M. Champ d’Aulnes. Sonnets.
- Soir d’été, dans La Jeune Belgique du 1er novembre 1883, p. 459-460, signé A. M. Champs d’Aulnes. Poème en vers.
- Le Stylite, dans La Wallonie, juin-juillet-août 1891, p. 242-254, signé Max Elskamp. Récit en prose.

  • 9 L’Art moderne, 10 mars 1888, p. 27.
  • 10 Je n’ai pu retrouver ce texte.

4Elskamp a-t-il collaboré à L’Art moderne comme l’indique la Bibliographie ? C’est possible, mais il ne semble pas avoir donné de contribution littéraire (poème ou prose) à la revue de Picard. Les articles n’étant pas signés dans cette revue, il est difficile d’attribuer une paternité à ceux qui n’ont pas été recueillis ; il semble d’autre part que les auteurs ont attribué erronément à Elskamp un entrefilet consacré à la première exposition de l’Art indépendant, et reproduisant une lettre de protestation du poète9. Il faut dire que le détail de la collaboration d’Elskamp aux revues est peu connu et qu’un important travail de recherche reste à faire dans ce domaine. Il est par ailleurs probable que des poèmes de jeunesse dorment encore entre les pages de quelque petite revue belge ou française, la correspondance du poète laissant deviner çà et là des projets de publication, ou même des envois, comme cette lettre à Henry van de Velde datant probablement de 1882 qui, à la suite du sonnet Au Czar, porte en post-scriptum : « Comment trouves-tu cela ? Je compte envoyer si c’est bon et après correction à L’Intransigeant »10.

  • 11 Henry van de Velde entretient ses collègues de l’Académie libre Edmond Picard de la formation poéti (...)
  • 12 Le Musée de la littérature possède un dossier complémentaire, rassemblant d’autres lettres et poème (...)
  • 13 La plupart des lettres ne sont pas datées et les indications portées au crayon par van de Velde son (...)

5Les quelques textes publiés entre 1881 et 1891 sont loin de refléter toute l’activité de Max Elskamp pendant cette période. Nous devons à Henry van de Velde une étude fondamentale sur les années de formation du poète et sur son travail littéraire, pour la préparation de laquelle l’ami d’Elskamp avait daté, classé et relu les lettres qui lui avaient été adressées pendant presque un demi-siècle11. La plus grande partie de cette correspondance, plus de 300 documents couvrant les années 1880-1922, est conservée à l’AMVC-Letterenhuis à Anvers12. C’est un ensemble de première importance : le poète soumet ses textes à son ami peintre, lui fait part de ses recherches, de ses doutes, de ses angoisses et de ses repentirs. Van de Velde avait dressé une liste de vingt poèmes. Elle n’est ni complète, ni tout à fait exacte. Voici le détail des textes joints à cette correspondance pendant la décennie qui nous occupe, ainsi que les simples mentions de titres et les projets (date, titre éventuel, incipit, nombre de vers)13:

- [Été 1881] : sans titre [O qui donc me rendra le temps où l’on aimait…], 4 vers.
- 14 septembre 1881 : sans titre [Il pleut connaissez-vous chose plus monotone…], 29 vers.
- [1882] : Au Czar [Roi qu’on va couronner, qu’une foule servile…], sonnet.
14 février 1882 : La Cellule [Dans le réduit obscur, le jour en proie à l’ombre…], sonnet.
- [Pâques 1882] : À Madame Astarté [— Il faisait froid — Dans la nuit brune…] 24 vers.
- 18 avril 1882 : À l’auberge [Les grands chaudrons pansus sur le feu de bruyère…], sonnet.
- 5 décembre 1882 : Paradis flamand [— C’est un grand pré couvert du fin velours des herbes…], 16 vers.
- Mars [1883] : Don Quichotte [— Sur son âne Sancho-Pança…], sonnet.
- 3 avril 1883 : Le Flûtiste [Parfois, lorsque la lune ronde…], sonnet.
- [Avril-mai 1883] : sans titre [J’ai rêvé l’autre soir aux marquises d’antan…], 8 vers.
- [Mai-juin 1883] : mention de 3 sonnets : Marbre, Don Quichotte, Le Flûtiste.
- [Juillet 1883] : mention d’un « monologue » : Le Cœur.
- [Été 1883] : sans titre [Elle a mis sa mantille noire….], sonnet.
- 12 et 14 juillet 1883 : projet de recueil intitulé Eaux-fortes (20 sonnets prévus).
- [29 juillet 1883] : sans titre [Oiseaux sifflent railleusement…], distique.
- Août 1883 : sans titre, variantes de À l’auberge [Les grands chaudrons pansus sur le feu de bruyère…], sonnet.
- [Septembre-octobre] 1883 : Credo [Je crois en toi néant, mains jointes sur le crâne…], 16 vers.
- [ ? 1883] : mention d’un projet de recueil intitulé Rimes folles. Exorde de Paysage d’hiver [Le vent âpre toussait dans le brouillard bleu pâle…], 4 vers.
- [ ? 1883] : Paysage d’hiver [Le vent âpre toussait dans le brouillard bleu pâle…], 20 vers.
- Mars 1884 : mention d’un volume dont Elskamp aurait déjà écrit le tiers (1000 vers sur 3000).
- Avril 1884 : La Petite Danse macabre, 6 sonnets [I : « Sur le guéridon rouge où les dragons molosses… » ; II : « Suave, impertinent, chauve et levant la tête… « ; III : « —Monseigneur Cardinal compose une homélie — » ; IV : « Sur l’or mat du divan la petite marquise… » ; V : « Dans la loge incarnant la maigreur du squelette… », VI : « Pierrot las et vieilli, morose et taciturne… »].
- Avril 1884 : projet de 100 sonnets intitulés Sonnets impressionnistes. Mention du Dernier cercle (prose). Dans la série Sonnets impressionnistes, Bord de canal [Dans la vibration intense et mordorée…], sonnet.
- 3 Avril 1884 : dans une série intitulée Sonnets impressionnistes, Sur les rails (n° XI) [Comme des filets d’eaux au creux des fondrières…], sonnet.
- 7 avril 1884 : Le verger du pendu, [— Ce verger est troublant quand se lève la lune…], sonnet.
- 22 avril 1884 : mention de L’Éventail japonais.
- 1er juin 1884 : Transcription [Sur les rameaux berceurs, la feuille verte chante…], 12 vers.
- 22 octobre 1884 : projet de roman de « l’âge de pierre ».
- 22 novembre 1884 : lettre en vers [Aujourd’hui je t’écris en vers…], 4 pages.
- [ ? 1884] Le Gladiateur [— Les peplums violets jettent leur tache obscure…], sonnet.
- [ ? 1884] Le Coup de pied de l’âne [C’était un plâtre ancien, guerrier, faune ou déesse…], 16 vers.
- [ ? 1884] : Lessive [— Quand il fait grand soleil aux campagnes flamandes…], sonnet.
- [ ? 1884] : Mon amoureuse [Mon amoureuse est si jolie…], 16 vers.
- [ fin 1884] : mention d’un volume : La Glèbe. Terres stériles (la glèbe) [Sous le ciel infini sont des terres stériles…], 12 vers.
- [mai 1886] : édition de L’Éventail japonais (6 sonnets).
- 9 juin 1888 : mention du Stylite et de deux autres récits en prose : Des fins et L’Étole.
- 7 septembre 1888 : fin du Stylite et mention de L’Ironie du Nazaréen (prose).
- 5 mai 1890 : « petite complainte » sans titre [Il avait l’âge de 28 ans…], 8 vers.
- [novembre 1891] Mention de Dominical et distribution des parties du recueil.

6S’il faut en croire Elskamp lui-même, celui-ci aurait, un jour de novembre 1884, détruit tous ses vers de jeunesse en un véritable autodafé :

  • 14 Lettre à van de Velde du 16 novembre 1884.

J’ai fait un holocauste hier ; j’ai brûlé tous mes vers ; pour être pur et n’avoir plus d’attache avec cette ignoble époque d’université – Je les ai avant relu tous ; et cela m’a demandé du temps ; il y en avait qui datait de la 3! ! ! C’est très chic à empiler des cahiers dans son feu et de voir brûler tout cela ; quand ça a été fini je me suis senti soulagé ; il me semble que j’ai rompu avec la tradition ; et je suis à présent devant l’immensité du Rien n’osant toucher à rien de peur de retomber sur le chemin de tous14.

  • 15 Henry van de Velde entretient ses collègues…, op. cit., p. 123.

7Van de Velde a raison de souligner que L’Éventail japonais, écrit au printemps 1884, « trouva grâce et ne fut pas voué aux flammes »15 ; mais il ne pouvait pas savoir qu’en réalité Elskamp n’avait pas brûlé tous ses vers. On se demande même si cet « holocauste » ne fut pas seulement symbolique. Le fonds Elskamp du Musée de la littérature possède en effet un ensemble de 19 cahiers d’écolier couvrant pour la plupart les années d’université » (1880-1885). Leur datation est hasardeuse. Le terminus a quo semble être 1877 (cahier n° 8, « 3e latine ») et le terminus ad quem ne devrait pas dépasser le début des années 1890, avant la préparation de Dominical (cahier n° 12, « 189…/189… »). Mais malgré les points de repère fournis indirectement par les quelques poèmes recopiés dans des lettres et nonobstant les intitulés manuscrits (cours de mathématique, cours de procédure civile, « délateur », « pactes confirmés », etc.), il ne nous est pas donné de saisir la progression chronologique de cet ensemble, et moins encore celle de chacun des cahiers, Elskamp les utilisant sur le moment et au hasard de la page blanche. Ils sont truffés de vers, de proses, de bribes, de dessins. Les variantes, corrections, reprises et scories sont innombrables, montrant combien le poète cherche l’idée, le vers ou le mot justes. Il serait fastidieux d’énumérer ici toutes ces tentatives, d’autant que la plupart des pièces, à l’état d’essais, ne sont pas titrées. Parmi de nombreux fragments, on trouve dans ces cahiers les premières versions de poèmes envoyés à van de Velde (Le Verger du pendu, les pièces IV et VI de La Petite Danse macabre, La Glèbe, Credo), une vingtaine de poèmes inédits (parmi les poèmes titrés : J’ai jadis aimé, La Syrte, À celle qui passe, Morte !), des dialogues en vers (Le Dixième cercle) et la pièce de théâtre mentionnée plus haut (Le Gentilhomme malgré lui). La prose n’est pas en reste : Elskamp a aussi commencé des romans et des nouvelles (Noële, Les Choux rouges). Bref, un ensemble d’importance, auquel il faut ajouter les pièces éparses du fonds bruxellois, tel le Veilleur de nuit, un sonnet daté 13 décembre 1885 et enluminé à la gouache, un des premiers poèmes d’Elskamp illustrés par lui-même.

  • 16 Paris, Seghers, 1967. Les bibliophiles et les spécialistes de l’histoire du livre semblent seuls s’ (...)
  • 17 Ainsi, après van de Velde, Guiette (Robert), Max Elskamp. Paris, Seghers, coll. Poètes d’aujourd’hu (...)
  • 18 Voir Stijns (Livia), « L’amitié de Verhaeren et d’Elskamp », dan sRevue générale belge, 1955, p. 95 (...)

8On peut compter sur les doigts de la main les textes reproduits, après la mort d’Elskamp, dans cet ensemble de près de soixante poèmes. L’Éventail japonais, le premier recueil du poète, polycopié par ses soins et distribué à ses amis, muni d’un colophon en bonne et due forme, n’a jamais été réédité et ne figure pas dans ses Œuvres « complètes »16. Cette partie importante de l’œuvre est-elle à ce point décevante qu’elle ne mérite pas de retenir l’attention des critiques ? Les jugements portés par van de Velde sur ces juvenilia étaient sommaires. Ils ont pourtant fait école. Les rares commentateurs qui se soient intéressés à cet « Elskamp avant Elskamp » soulignent ainsi, en passant, les débuts hugoliens et parnassiens du poète17. Elskamp a écarté de son œuvre cette abondante production, inégale il est vrai, et souvent peu originale ; il a renié L’Éventail japonais, opposant un désaveu de paternité à qui lui rappelait son œuvre de jeunesse18. Faut-il pour autant la laisser dans l’ombre ? Un point de vue historique, par exemple, ne se justifie-t-il pas ? Pourquoi les chronologies ne signalent-elles pas la collaboration d’Elskamp à La Jeune Revue littéraire et à La Jeune Belgique, au moment même du « réveil des lettres belges » ? Un observateur attentif ne manquerait pas de relever dans la livraison de La Jeune Belgique du 1er novembre 1883, à la suite de Soir d’été par A. M. Champs d’Aulnes, les charmants triolets d’un certain M. Mater, intitulés Dans les joncs, à savoir le premier poème publié de Maurice Maeterlinck…

9S’il est vrai qu’Elskamp s’est impliqué tardivement dans le mouvement qui a vu les lettres belges prendre le pas de la modernité, il ne s’est pas tenu pour autant à l’écart de la vie littéraire de son temps. À le lire, on pourrait même penser qu’il a fait figure de pionnier :

  • 19 Lettre à Albert Mockel du 8 juillet 1922, dans Davignon (Henri), L’Amitié de Max Elskamp et d’Alber (...)

C’est dans les institutions […] qu’on devrait préparer les professeurs ; ils sont d’une ignorance profonde quand il ne s’agit pas de ce qu’on appelle la littérature classique. Et sur dix, il n’y en a pas deux qui connaissent Verlaine, même de nom.
J’en ai fait l’expérience moi-même, à Anvers, à l’Athénée, où le professeur de langue française, qui était du reste un brave homme, m’a « enguirlandé » parce que je lisais du Verlaine, en me disant qu’il fallait lire du Racine, et pas des inconnus (sic), que c’était perdre son temps. Je n’ai jamais oublié cela19.

  • 20 Lettre à van de Velde du 5 mai 1890.
  • 21 Art (Andrée) et Fayt (René), Inventaire de la bibliothèque de Max Elskamp léguée à l’Université lib (...)

10Je suis tenté d’émettre quelques réserves sur la véridicité de cette anecdote tardive : qui, en Belgique et avant 1880, connaissait Verlaine ? On peut douter qu’Elskamp ait eu entre les mains les Poèmes saturniens, les Fêtes galantes ou La Bonne Chanson, pour ne pas parler des Romances sans paroles, qu’il ne se procure qu’en 189020. Tous ces recueils figurent dans sa bibliothèque en deuxièmes éditions, publiées après 188621. Il est toutefois possible qu’il ait lu quelques vers de Verlaine pendant ses études secondaires : Chevaux de bois parut en effet dans L’Artiste (Bruxelles) le 19 août 1877. En réalité, les lectures du jeune Elskamp ne semblent pas être aussi avant-gardistes qu’il le dit : ainsi, se confiant à un correspondant non identifié (Georges Rency ?), il précisait :

  • 22 Lettre s.d. citée par Guiette (Robert), Max Elskamp, op. cit., p. 25-26.

Mes premières lectures qui sont restées malgré tout les favorites sont un mélange hétéroclite de choses souvent peu littéraires ; comme histoires de naufrages, manuels d’arts et métiers, voyages dans les îles, racontés par les tout premiers explorateurs, comme Mongo Park etc. (et exquis du reste), puis un tome de la vie des saints que j’affectionne, puis j’ai lu beaucoup, lis et relis la Bible (Nouveau testament) et pour les lettres proprement dites, j’ai lu tout jeune, sans y comprendre beaucoup, Balzac, que je relis toujours à présent, puis Flaubert dont Salammbô est restée avec Bouvard et Pécuchet mes livres de chevet22.

  • 23 Max Elskamp, Paris, Bibliothèque de l’Occident, 1914, p. 48-49. Dans sa lettre du 1er juin 1913, El (...)
  • 24 Cf. Max Elskamp et Jean de Bosschère, op. cit., p. 42 (lettre du 14 février 1913) et p. 44 (lettre (...)
  • 25 Flaubert restera toujours un maître pour Elskamp : voir, entre autres, sa lettre à van de Velde du (...)
  • 26 Ibid., p. 23.
  • 27 Voir Guiette (Robert), « Max Elskamp et Stéphane Mallarmé », Le Mercure de France, juin 1960, p. 25 (...)
  • 28 Mockel (Albert), « Notes sur Max Elskamp », La Nouvelle Revue française, 1er août 1932, p. 181 (rep (...)

11On lit aussi sous la plume de son ami Jean de Bosschère une manière de parcours littéraire juvénile, mais un peu différent23 : à quatorze ans, Elskamp aurait lu Juan de la Cruz en espagnol24, les Nuits de Young et un traité de démonologie ; à quinze ans, il se serait passionné pour Vigny et Musset (Namouna et La Coupe et les lèvres) ; à l’Athénée on lui aurait fait lire Hugo qui le « désillusionne » et il aurait traduit les Songs of Hiawatots de Longfellow qui « fit ses délices » ; enfin Flaubert aurait été le « maître de sa vingtième année »25. Ajoutons encore Voltaire « lu tout entier dans sa jeunesse »26. Mais qu’en est-il des écrivains contemporains ? Bosschère conclut en un étonnant raccourci et pour résumer les intérêts d’Elskamp vis-à-vis la poésie de son temps que c’est « après son voyage classique parmi les poètes parnassiens qu’il prend en lui avec ferveur et pour toujours les vers et la prose de Mallarmé ». Si l’on ne connaît pas les goûts d’Elskamp en matière de poésie parnassienne, en revanche on sait que qu’il nourrissait une grande estime pour le maître de la rue de Rome. Sa découverte de Mallarmé date probablement de 188827 : c’est l’époque où il écrit Le Stylite et Albert Mockel rappelle que leur amitié respective naquit « d’une première causerie où chacun d’[eux] avait découvert en l’autre un disciple ardent de Mallarmé », ajoutant encore : « en 1889, la communauté d’une telle foi équivalait à un lien fraternel »28. L’admiration pour Mallarmé, qu’Elskamp devait rencontrer à Anvers en février 1890 lors d’une tournée de conférences, n’équivaut pas pour autant de sa part à une reconnaissance tous azimuts du symbolisme français. Quelques semaines plus tard, il écrit à van de Velde :

  • 29 Lettre du 5 mai 1890. La deuxième édition des Romances sans paroles avait paru en 1887 et la plaque (...)

Je me suis procuré les Romances sans paroles de Verlaine (rare) avec portrait, une tête ignoble de Béranger tombé dans l’enfance et la pédérastie, un vrai pourri quoi ! Le livre très désillusion. Ici, et je te le confesse, un gros chagrin, je suis possesseur de L’Imitation de Notre-Dame la lune de Laforgue ; horriblement mauvais, très cher, à part deux dizaines de vers ; mais là, banal et quelconque au-delà de tout. Du Banville des Occidentales ; j’ai grand peur d’être devenu idiot, mais je ne puis gober ça29.

  • 30 Mockel (Albert), La Récolte de trois années, Bruxelles, Palais des académies, 1925, p. 25.
  • 31 Henry van de Velde entretient ses collègues…, op. cit., p. 120.
  • 32 Voir Delsemme (Paul), Les Grands Courants de la littérature européenne et les écrivains belges de l (...)
  • 33 Dans ses « Essais de pathologie littéraire » (L’Art moderne, entre le 19 juillet et le 27 septembre (...)
  • 34 Ce n’est qu’en 1887 que, alertée par les commentaires parus à ce sujet dans Lutèce, La Jeune Belgiq (...)

12Difficile de soutenir, comme Mockel, que « littérairement, il avait tout de suite adopté l’idéal des Symbolistes »30 ! Elskamp connaît pourtant les poètes de la nouvelle école : il est abonné à La Jeune Belgique et, avec moins de constance, à L’Art moderne. En outre, il est lié avec Georges Khnopff qui, suivant van de Velde, « l’initie aux plus incontestables chef-d’œuvre de la littérature française »31. Cette relation est importante. Khnopff, poète et traducteur, a joué en effet un rôle important dans la diffusion des idées symbolistes en Belgique32. Il est ce qu’on appellerait un « médiateur culturel » : très informé sur les mouvements parisiens d’avant-garde, il est un des premiers à défendre publiquement en Belgique les Verlaine, Rimbaud, Mallarmé et Corbière contre les attaques lancées par Picard à l’endroit des symbolistes et des décadents dans les colonnes de L’Art moderne33. Ses lectures lui permettent même de plagier en toute impunité les Fêtes galantes et les Romances sans paroles, en 1884 et 1885, sans que personne à Bruxelles ne s’aperçoive du larcin34. En fait, Elskamp ne semble pas être sensible aux audaces des poètes de la nouvelle école. Ce n’est que plus tard, après 1890, qu’il prendra parti pour leurs principes et qu’il reconnaîtra les acquis du symbolisme :

  • 35 Lettre à Charles Conrardy du 12 mars 1921, publiée dans Le Thyrse, 70e année, n° 4, 1968, p. 11.

Je crois sincèrement que […] en matière d’art, c’est la qualité de l’émotion et du sentiment, bien plus qu’une forme d’expression « classée », qui importe. Les rimes dites riches ne sont que des béquilles, et la pensée et le rêve ont leur vêture propre, ou leur forme d’expression en eux-mêmes. C’est là, selon moi, l’erreur du Parnasse qui n’a jamais voulu reconnaître cela, quand cela chante si haut en Verlaine, en Laforgue et en Mallarmé35.

  • 36 Lettres à van de Velde des 14, 20 mars et 22 octobre 1884. Il faut souligner que l’inventaire de la (...)
  • 37 Rappelons que Rodenbach a participé aux soirées des Hydropathes et qu’il en a rendu compte dans une (...)
  • 38 Voir van de Vorst (Émile), « Max Elskamp », Synthèses, octobre 1950, p. 206-207 et Berg (Christian) (...)

13D’autre part, il me semble abusif de parler du « tournant parnassien » d’Elskamp précisément à l’époque où il fréquente Khnopff, où naît le décadentisme et où s’amorce en Belgique le débat autour des nouvelles tendances poétiques. Encore faudrait-il s’entendre sur un qualificatif (« parnassien ») qui ne recouvre pas les mêmes notions en Belgique et en France et que les historiens de la littérature belge de langue française ont tendance à utiliser, parfois de manière approximative, pour ne caractériser que les contempteurs du symbolisme dans ce pays. En 1884, on lit dans les lettres d’Elskamp les noms de Banville, Goudeau, Mendès et Rollinat ; ce sont les écrivains qu’il se propose de rencontrer lors de son voyage à Paris, à l’automne. Ce sont les poètes dont il recommande la lecture à van de Velde, à défaut de pouvoir lui envoyer ses propres vers36. Le lien entre les Fantaisistes de la première heure (Banville, l’aîné, et Mendès, l’éclectique fondateur de La Revue fantaisiste en 1861) et les Hydropathes (Rollinat fait partie du groupe fondé par Émile Goudeau) n’est pas fortuit : le culte de la poésie et l’exaltation de la figure de l’artiste les rassemblent : ils partagent une inclinaison commune pour l’humour et la légèreté et, en ce qui concerne les plus jeunes, pour la fumisterie. Il ne fait pas de doute qu’Elskamp a cultivé une veine fantaisiste au début des années quatre-vingt : nombreux sont ses poèmes qui se terminent alors par un clin d’œil, une pirouette, un renversement du registre sérieux dans le champ de la dérision et les thèmes qu’il aborde, se distinguant par leur délicatesse et par leur insouciance, ne le cèdent en rien, pour ne parler que de la Belgique, aux Pittoresques d’Eekhoud (1879) ou à L’Hiver mondain de Rodenbach (1884). Ce renvoi aux poètes des Hydropathes et du Chat noir (la revue dirigée par Goudeau à partir de 1881) montre qu’Elskamp est au fait de l’actualité rive gauche la plus en vogue37. Quant à L’Éventail japonais, terminé en avril de cette année, il s’inscrit dans un courant moderne, tout à fait actuel au moment où Elskamp écrit ses sonnets : le japonisme touche en effet le grand public dans les années quatre-vingt, particulièrement après le publication de La Maison d’un artiste d’Edmond de Goncourt (1883). Les vers japonisants d’Elskamp me semblent refléter d’ailleurs une esthétique prédécadente qui doit peu au Parnasse, le recours à l’orientalisme ou l’emploi de rimes riches ne pouvant justifier, à mon sens, une tutelle de cet ordre. Elskamp cherche à se démarquer de l’esprit fantaisiste au printemps 1884. Ce n’est nullement pour épouser les thèses des Impassibles. Il est à la fois en quête de sincérité et de vérité, cherchant dans ses « sonnets impressionnistes » une alliance entre la sensation et le naturel par le biais d’une poétique essentiellement picturale, elle aussi moderne (Bord de canal, Sur les rails, Transcription)38 et il aborde même, peut-être sous l’influence des théories de Picard, des sujets sociaux (La Glèbe) :

  • 39 Lettre à van de Velde [mars-avril 1884], Bruxelles, ML.

J’irai pêcher mes sujets, à l’Éden, dans les brasseries, à l’Escaut, partout enfin ; ne « peignant » que des choses senties ou vues et laissant le conventionnel aux « petites chapelles » et aux Mrs Homais de Madame Bovary39.

  • 40 Lettre à van de Velde [automne 1884 ?], Bruxelles, ML.

J’ai mis tous mes vers de côté, ils sont faux, et c’est un grand bonheur pour moi d’avoir pu le reconnaître. – Je m’en vais aller auprès de toi, tout seul, et composer un volume vrai cette fois « La Glèbe ». Je laisse à Banville et aux autres la fantaisie, mon ambition va plus loin que cela puisque, modestie dans le coin, j’ai la conviction que j’aurais pu faire des choses bonnes dans le genre40.

14La correspondance avec van de Velde présente de fâcheuses lacunes entre 1886 et 1889 (14 lettres à peine) et, dans son étude, le peintre ne signale plus aucun poème de son ami après 1884. Ce ne sont pas des années tranquilles pour Elskamp, qui songe à fuir sa ville — et à fuir de lui-même. Plus que jamais, il met en doute ses capacités d’écriture. Mais ce ne sont pas des années aussi improductives qu’elles paraissent. La prose semble plus le solliciter que la poésie. En 1886, il publie L’Éventail japonais avec tout le soin et l’attention possibles : l’enthousiasme le gagne et l’inspiration ne fait pas défaut :

  • 41 Lettre à van de Velde [mai 1886].

Mon roman marche toujours bien ; j’ai fait depuis ton départ deux chapitres très longs (25 grandes pages chacun) que je ne crois pas mal.
L’idée que j’avais dite en un mot dans le dernier chapitre que je t’ai lu je l’ai agrandie. […] J’ai décrit la chose tout au long et je crois que ce n’est pas mal. […] Enfin cela pourra devenir un fort présentable petit monstre.
J’ai inauguré mon éventail à l’avance en me soûlant comme une bête depuis trois jours. Je n’ai du reste plus remis les pieds au bureau depuis cette date. Enfin tu verras ce sera d’un chic inouï et nom de dieu pas de la merde41.

  • 42 Voir van de Velde (Henry), Récit de ma vie, I : 1863-1900, texte établi et commenté par Anne Van Lo (...)
  • 43 Premier Salon annuel de l’Art indépendant, catalogue, avec une introduction de Camille Lemonnier, B (...)
  • 44 Faute de place, je n’aborderai pas ici cette question, pourtant aussi essentielle que le vers. À dé (...)

15En 1887, il participe à la fondation de « L’Art indépendant », association créée par van de Velde pour promouvoir la peinture moderne à Anvers42. Il en est le secrétaire et contribue activement à organiser le premier salon du groupe, inauguré le 12 mars 1887. C’est lui qui rédige les notices du catalogue, préfacé par Camille Lemonnier43. L’année suivante, il est tout occupé à la prose44 : Le Stylite, Des fins, L’Étole, L’Ironie du Nazaréen… Ce sont là les derniers témoignages connus du « premier Elskamp ». L’année 1890, riche entre toutes de réflexions et de découvertes, marquera en effet un bouleversement sans précédent dans le long parcours qui l’aura porté à former sa poétique personnelle : il aborde des questions de style et de langue, il s’interroge sur les rapports au réel, il se forge un idéal. Il est en passe d’écrire les premiers poèmes de Dominical et de donner à la poésie française de la fin du dix-neuvième siècle des vers neufs aux accents profondément originaux.

16Van de Velde soulignait à quel point les poèmes des années quatre-vingt ne laissaient en rien présager la grande saison d’Elskamp, celle de La Louange de la vie. À ne considérer que ceux d’entre eux qu’il décida de publier, il faut bien constater que l’inspiration d’Elskamp est des plus éclectiques : on retrouve la manière de Banville dans Sur un carré de papier rose et dans Marbre, celle de Lamartine dans Amour d’outre-tombe, celle de Gautier dans Le Flûtiste, celle de Hugo dans Soir d’été… Rien que de très commun, bien dans le ton des revues où ces textes paraissent, un peu comme si Elskamp, protégé par son pseudonyme, ne voulait pas s’exposer. Le corpus manuscrit est plus révélateur. Les poèmes qu’il rassemble participent d’une poétique plus nette, font état de recherches plus complexes et d’une conscience de soi plus profonde que les textes imprimés l’auraient fait supposer.

17Je voudrais m’arrêter sur deux tendances, d’une certaine manière liées entre elles, qui me semblent caractériser les vers d’Elskamp entre 1880 et 1885, et plus spécialement les vers inédits. Passons sur la fantaisie et sur quelques poèmes un peu légers qui se voudraient coquins sans trop y croire (« Elle a mis sa mantille noire… », À Madame Astartée, Mon amoureuse). Il s’agit d’abord d’une veine qu’on pourrait qualifier de « gothique », dans le sens romantique du terme, un romantisme mêlé de références moyenâgeuses avec quelque complaisance pour les tableaux funèbres et le ton lugubre. La Flandre est déjà un motif poétique important pour le premier Elskamp (Paradis flamand, Lessive) et il n’est pas impossible que le cadre pittoresque des vieilles cités ait aussi inspiré certains de ses poèmes, mais ces vers nous reportent en réalité à l’atmosphère des Ballades de Hugo, des premières Poésies de Gautier ou à celle du Gaspard de la nuit d’Aloysius Bertrand. C’est le cas de « Le soir dévalait doucement… » (cahier 9) ou du Veilleur de nuit (ML), ce dernier illustré par Elskamp, qui a représenté dans les marges du feuillet un donjon entouré de chauves-souris volant dans un clair de lune fauve et noir :

Dans la neige et le gel, dort le bourg allemand
Minuit sonne gothique au clocher taciturne
Où la guivre de pierre accroupie en son urne
Bave une stalactite et songe étrangement.

  • 45 « J’ai voulu rendre le trouble qui prend vaguement l’esprit quand on se trouve devant une chose ou (...)

18C’est qu’Elskamp a une réelle prédilection pour les scènes sinistres, voire macabres. Il évoque des Don Quichotte qu’on laisse « accrochés […] aux bras de leurs moulins pendus » où « l’oubli les achève » (Don Quichotte) ou encore telle « immonde courtisane, au regard de vipère […] qui s’enivre à boire du phalerne/ Et mêle dans l’arène, au sable gris et terne,/ Le pourpre vin de Grèce au rouge sang vermeil » (Les Gladiateurs), et ses descriptions de paysages ne sont pas vraiment rayonnantes. Ainsi Le Verger du pendu45 :

— Ce verger est troublant quand se lève la lune —
Les pommiers morts du gel par quelque nuit d’hiver
Depuis un demi siècle étendent à la brune
Leurs fourches à pendus sur le haut gazon vert –

La mare dans les joncs se cache terne et brune
Ainsi qu’aux cils d’un mort un œil glauque entrouvert ;
Dans les grands peupliers pareils à mâts de hune
Le vent sonne le soir un macabre concert –

Un vague apeurement en des étreintes fortes
Met son froid sur le front lorsqu’aux floraisons mortes
Le lunaire baiser se traîne éblouissant,

Et les vieux cerisiers sur leurs souches sapées
Courbés de rouges fruits semblent têtes coupées
Sur lesquelles pleurant vont des gouttes de sang.

19On ne compte pas les têtes de mort dans les poèmes du Jeune-France anversois (La Cellule) :

Dans le réduit obscur, le jour en proie à l’ombre
Agonise et se tord, se mourant sur le mur ;
Aux vitraux enchâssés dans le plomb, triste et sombre
Le lierre est venu voir, puis a fui vers l’azur.

Une tête de mort jaune, dans le décombre
Luit avec les reflets glauques de l’or impur ;
L’araignée en silence étend des fils sans nombre ;
Les vers rongent le bois de chêne sec et dur.

  • 46 Govaert (Marcel), « Max Elskamp et l’Orient », La Revue nationale, 15 juillet 1939, p. 3511.

et ce jusque dans la conclusion de L’Éventail japonais, ces « images nipponnes aquarellées en tons vifs »46, modèle d’une soi disant délicatesse toute parnassienne :

Et dans l’herbe pâlie, aux floraisons d’ivoire
Des lys décolorés et des roses de moire
Où le vent asseulé pousse des cris stridents

Sous des embrassements ternes, muets, livides,
Deux crânes blancs en vain, cherchent leurs lèvres vides
Et ricanent hideux, entrechoquant leurs dents.

20La Petite Danse macabre illustre de manière exemplaire le penchant morbide d’Elskamp. Cette série de six sonnets, datés avril 1884, comparable en importance à L’Éventail japonais, constituait peut-être une ébauche de recueil, le manuscrit présentant d’évidentes caractéristiques typographiques et de mises en page. Ajoutons que La Petite Danse macabre et L’Éventail japonais sont les seules compositions d’importance portées à terme par Elskamp parmi une série de projets avortés, tels que les Eaux-fortes, les Rimes folles ou les Sonnets impressionnistes. À la suite de Gautier (Bûchers et tombeaux, dans Émaux et camées) et bien sûr de Baudelaire (Danse macabre, dans Les Fleurs du mal), mais en se démarquant nettement de ses prédécesseurs, Elskamp mène une « petite » ronde bourgeoise où une allégorie de la mort, sous les dehors d’un crâne, défie tour à tour Don Juan, un cardinal, une marquise amante d’un « lourd banquier juif », un juge, et pour finir un Pierrot désabusé, trahit par son temps. Ce poème mériterait sans conteste sa place dans le Pierrot fin de siècle de Jean de Palacio :

Pierrot las et vieilli, morose et taciturne,
A quitté le chapeau pointu, le masque blanc,
Et passe un habit noir dans la fête nocturne
Comme une ombre, les bras au long du corps ballant.

Les Pierrettes d’antan ont chaussé le cothurne
Et s’en vont par le bal, à la main d’un galant,
Souper au restaurant avec des gaietés d’urne
Sans chiffonner d’un pli le bord de leur volant.

Et les matins blafards lendemains des nuits mortes
Trouvent ces pâles fous sans battes ni marottes,
Graves et compassés, à boutonner un gant ;

Et Pierrot triste et sombre, avec un long sourire,
Voyant que seuls encor les crânes savent rire
Leur a mis sur le front son masque extravagant.

  • 47 Elskamp précise : « Et dire que j’ai fichu cela après votre partie de billard – C’est le cas [de] d (...)

21La lecture des cahiers nous révèle enfin un Elskamp oppressé par le spleen, la solitude, le malaise. Un Elskamp secret, qui n’envoie qu’un seul de ses poèmes tourmentés à son ami van de Velde, se gardant bien de les publier. Il n’est pas simple de faire la part des choses entre la sensation vécue et les velléités de l’écriture. La correspondance n’est pas avare en réflexions sur le mal de vivre et l’on sait que des événements graves comme la mort de sa mère (18 avril 1883) ou la fausse promesse d’un mariage désiré (début 1884) ont précipité le jeune Max dans une souffrance et une tristesse qui ont semblé ne jamais devoir finir. Il n’empêche qu’un pessimisme radical traverse son œuvre depuis ses débuts. La souffrance (« À présent la souffrance aura toute ma vie », sans titre, cahier 11), le dégoût de la vie (« Car il vient tôt ou tard un jour/ Où le dégoût prend place/ Au fond du cœur vide d’amour/ Plein de glace », sans titre, cahier 15), le désir de mourir (« Ce soir-là j’étais seul et j’ai voulu mourir/ La grande mer montait sous la nuit infinie… », sans titre, cahier 19) sont quelques-uns des leitmotive de ces poèmes qui trahissent une véritable angoisse existentielle, exprimée entre autres par un Credo47 :

Je crois en toi néant, mains jointes sur le crâne
Qui blanchit dans l’oubli terne des nuits d’hiver –
Dans le vide des cœurs où tout meurt et se fane,
Je crois en toi néant plein d’un espoir amer –

Je crois en toi néant – À mon heure dernière
Lorsque je sentirai tomber le soir sur moi
Le front morne, je veux te dire ma prière,
Te clamer dans la nuit : néant, je crois en toi !

Je ne serai point seul d’autres ont mes souffrances,
D’autres ont dans le cœur la haine et les dégoûts,
Peut-être un temps viendra, plein de désespérances
Où les hommes vieillis, blasés, lassés de tout,

Sur les restes brunis de ce qui fut eux-mêmes,
Accroupis dans la terre, ossuaire géant,
Te diront ma prière, au milieu des blasphèmes :
     Je crois en toi néant !

  • 48 Max Elskamp et le Bouddhisme, op. cit., p. 9-11 ; mais ce poème date de 1883 et Elskamp ne semble a (...)

22Commentant les deux premiers vers de ce poème, Christian Berg insistait sur l’importance des idées de Schopenhauer qui commençaient alors à circuler en Belgique48. L’influence de Baudelaire ne me semble pas moins essentielle (je pense ici au Goût du néant), d’autant qu’elle se vérifie à plusieurs niveaux. Non seulement Elskamp développe des thèmes proprement baudelairiens, tels que l’attrait et la répulsion pour la ville moderne (« C’est le soir triste et morne aux portes des grandes villes », sans titre, cahier 9), le spleen (« C’était la nuit immense, infinie et sans bornes/ Les soleils […]/ Étant tombés éteints dans les abîmes mornes/ Du chaos éternel des spleenétiques soirs », sans titre, cahier 19), la misogynie « La haine est à mon cœur douce comme baisers/ de femmes », sans titre, cahier 21) et même le mysticisme (Ô la femme idéale en mon rêve exalté/ Et je cherche partant la mystique beauté… », sans titre, cahier 19), mais il va jusqu’à calquer des vers sur ceux du poète français : « Ma pensée est semblable à ces vieux ossuaires/ Où sur les blanches croix des tibias croisés… » (sans titre, cahier 10) ; « Les souvenirs en moi comme des cygnes bleus/ Sur les étangs stagnants de mes mélancolies » (sans titre, cahier 19) « Ce soir-là le soleil descendu sous la lame/ Pleurait sur les azurs blonds ses larmes de sang » (ibid.)… Elskamp utilise aussi un vocabulaire parfois outrancier, tel ce paysage où « Le vent âpre toussait dans le brouillard bleu pâle,/ Ainsi qu’un poitrinaire aux heures du matin » (Paysage d’hiver) ou ce signal ferroviaire qui, « manchot, morne en sa rêverie/ Ouvre borgne son œil sanglant et chassieux » (Sur les rails) ou encore ce soleil qui « s’en va dans le brouillard d’opale/ Tout livide d’ictère et déchirant ses frocs » (Transcription).

  • 49 Bourget (Paul), « Baudelaire », dans Essais de psychologie contemporaine (1883), éd. André Guyaux, (...)
  • 50 Floréal, avril 1892, p. 106.

23Elskamp pessimiste, sur les traces de Baudelaire, participant du sentiment de « nausée universelle » qui soulève à l’unisson, dans les années quatre-vingt du dix-neuvième siècle, « le cœur des Slaves, des Germains et des Latins »49 ? On comprendrait mieux son attachement pour l’auteur des Névroses… Carlo Bronne parlait avec raison de Dominical comme du livre « d’un poète qui sut teinter ses vers de la maturité d’une âme et de la mélancolie d’une race »50 ; ne serait-ce pas là le courant qui a porté Elskamp à se réfugier dans un monde en passe de disparaître, idéalisé à l’extrême, à l’abri du progrès et de la civilisation contemporaine ? Une décennie lui a été nécessaire pour trouver sa voie et sa manière. Il suivait l’actualité littéraire et, dans un premier temps, il s’est conformé aux modes en affichant une légèreté de circonstance. Il a publié en revue quelques rares poèmes et a réservé une partie importante de sa production à son ami le plus cher, à qui il a dédié aussi son premier recueil, L’Éventail japonais. Parallèlement, il a mûri, presque pour lui seul, une poétique de l’angoisse et du rejet. La proportion entre ses poèmes publiés et ses textes manuscrits est éloquente. La crainte de battre des sentiers trop fréquentés et la volonté de se démarquer de la tradition l’ont forcé à la réserve, du moins dans ses modes d’expression les plus intimes. Aussi n’y a-t-il pas eu à proprement parler de rupture entre le « premier » et le « second » Elskamp, mais un long cheminement vers l’absolu.

Haut de page

Notes

1 Bruxelles, ML, fonds Elskamp.

2 Lettre à van de Velde du 7 avril 1884. Anvers, Archief en Museum voor het Vlaamse Cultuurleven : sauf indication contraire, les lettres d’Elskamp à van de Velde citées ici proviennent toutes de ce fonds.

3 Lettre à van de Velde, décembre 1884, au retour de Paris.

4 Lettre à van de Velde, [hiver 1888].

5 « Max Elskamp et l’esthétique fin-de-siècle », Bulletin de l’ARLLF, t. XLVII, n° 2, 1969, p. 132-155 et « Max Elskamp et la syntaxe de la ville », Les Lettres romanes, t. XL, n° 3-4, 1986, p. 245-253.

6 Mockel (Albert), «Notice sur Max Elskamp » (1934), dans Galerie des portraits, recueil des notices publiées de 1928 à 1972 sur les membres de l’Académie, Bruxelles, Palais des Académies, t. II, 1972, p. 331. L’indication du « Stylite » comme « première œuvre imprimée » d’Elskamp figurait déjà dans le catalogue de l’Exposition Max Elskamp organisée par la Bibliothèque royale en 1932 (p. 10).

7 Brucher (Roger) (dir.), Fayt (René), Prins (Colette) et Warmoes (Jean), Bibliographie des écrivains français de Belgique, Bruxelles, Palais des Académies, t. 2, 1966, p. 73.

8 Il faudrait ajouter à cette liste deux « échos » journalistiques reprenant une déclaration d’Elskamp contre le refus du collège des bourgmestre et échevins de la ville d’Anvers de concéder une salle au deuxième salon de L’Art indépendant (L’Opinion, 23 février 1888 et Le Moniteur des arts, 16 mars 1888).

9 L’Art moderne, 10 mars 1888, p. 27.

10 Je n’ai pu retrouver ce texte.

11 Henry van de Velde entretient ses collègues de l’Académie libre Edmond Picard de la formation poétique de Max Elskamp et d’une amitié de plus de 50 ans, [Bruxelles, Presses de l’ISAD, 1934], repris dans Déblaiement d’art, Bruxelles, Éditions des Archives d’architecture moderne, 1979, pp. 113-156.

12 Le Musée de la littérature possède un dossier complémentaire, rassemblant d’autres lettres et poèmes adressés par Elskamp à van de Velde. L’ensemble de cette correspondance sera prochainement publiée par nos soins.

13 La plupart des lettres ne sont pas datées et les indications portées au crayon par van de Velde sont parfois sujettes à caution : l’usage des crochets droits s’impose le plus souvent.

14 Lettre à van de Velde du 16 novembre 1884.

15 Henry van de Velde entretient ses collègues…, op. cit., p. 123.

16 Paris, Seghers, 1967. Les bibliophiles et les spécialistes de l’histoire du livre semblent seuls s’intéresser à ce recueil dont on trouve, çà et là au hasard des catalogues, quelques fac-similés.

17 Ainsi, après van de Velde, Guiette (Robert), Max Elskamp. Paris, Seghers, coll. Poètes d’aujourd’hui, 1955, p. 30 et 31 ainsi que la plupart des auteurs de notices encyclopédiques.

18 Voir Stijns (Livia), « L’amitié de Verhaeren et d’Elskamp », dan sRevue générale belge, 1955, p. 959. À Émile van Heurck qui faisait part à Elskamp, le 2 avril 1924, de sa découverte inopinée de L’Éventail japonais, le poète rétorqua que le recueil « n’était pas de sa main » (Lettres d’Émile van Heurck à Max Elskamp, 1924, ML).

19 Lettre à Albert Mockel du 8 juillet 1922, dans Davignon (Henri), L’Amitié de Max Elskamp et d’Albert Mockel (lettres inédites), Bruxelles, Palais des Académies, 1955, p. 65.

20 Lettre à van de Velde du 5 mai 1890.

21 Art (Andrée) et Fayt (René), Inventaire de la bibliothèque de Max Elskamp léguée à l’Université libre de Bruxelles, Bruxelles, Éditions de l’Université, 1973, n° 1748, 1757, 1768 et 1771.

22 Lettre s.d. citée par Guiette (Robert), Max Elskamp, op. cit., p. 25-26.

23 Max Elskamp, Paris, Bibliothèque de l’Occident, 1914, p. 48-49. Dans sa lettre du 1er juin 1913, Elskamp ne tarit pas d’éloges sur l’étude que Bosschère lui a consacrée et qu’il a lui-même inspirée en partie : « je viens te dire, mon cher Jean, que tu ne t’es trompé en rien […] et que c’est mon plus grand et plus reconnaissant merci de cœur que je te prie d’agréer » (Max Elskamp et Jean de Bosschère: correspondance. Introduction et notes de Robert Guiette, Bruxelles, Palais des Académies, 1963, p. 46). Voir aussi, sur ces lectures d’Elskamp, Berg (Christian), Max Elskamp et le Bouddhisme, Université de Nancy, Publications du Centre européen universitaire, 1969, p. 24-25.

24 Cf. Max Elskamp et Jean de Bosschère, op. cit., p. 42 (lettre du 14 février 1913) et p. 44 (lettre du 6 mars 1913). Robert Guiette doute, avec quelque raison, qu’Elskamp fût alors capable de lire l’espagnol (« Max Elskamp, un contemporain de Maeterlinck », Bulletin de l’ARLLF, t. LVIII, n° 1, 1980, p. 63).

25 Flaubert restera toujours un maître pour Elskamp : voir, entre autres, sa lettre à van de Velde du 27 juin 1884 (« décidément depuis Flaubert on ne sait plus écrire, du moins comme lui ! ») et sa lettre du 4 mai 1917 à la future épouse de Charles Waterkeyn (dans Robert Guiette, « Lettres de Max Elskamp à un ami », Bulletin de l’ARLLF, t. XLIV, n° 1, 1966, p. 17).

26 Ibid., p. 23.

27 Voir Guiette (Robert), « Max Elskamp et Stéphane Mallarmé », Le Mercure de France, juin 1960, p. 253-260. Rappelons que L’Album de vers et de prose paraît à Bruxelles en 1887 (n° 1277 de l’inventaire de la bibliothèque d’Elskamp).

28 Mockel (Albert), « Notes sur Max Elskamp », La Nouvelle Revue française, 1er août 1932, p. 181 (repris en partie dans « Notice sur Max Elskamp », op. cit., p. 331).

29 Lettre du 5 mai 1890. La deuxième édition des Romances sans paroles avait paru en 1887 et la plaquette de Laforgue en 1886, toutes deux chez Vanier (n° 1771 et 1181 de l’inventaire de la bibliothèque d’Elskamp).

30 Mockel (Albert), La Récolte de trois années, Bruxelles, Palais des académies, 1925, p. 25.

31 Henry van de Velde entretient ses collègues…, op. cit., p. 120.

32 Voir Delsemme (Paul), Les Grands Courants de la littérature européenne et les écrivains belges de langue française, Bruxelles, Émile Van Balberghe et Bibliothèques de l’Université Libre de Bruxelles, 1995, p. 66-68.

33 Dans ses « Essais de pathologie littéraire » (L’Art moderne, entre le 19 juillet et le 27 septembre 1885). Khnopff réagit par une lettre ouverte envoyée à la rédaction et publiée dans le n° du 27 septembre.

34 Ce n’est qu’en 1887 que, alertée par les commentaires parus à ce sujet dans Lutèce, La Jeune Belgique dénonce le plagiat (1er novembre et 5 décembre 1887). Elskamp a lui-même fait les frais de la désinvolture de Khnopff : ayant montré à son ami les poèmes de l’Éventail japonais, il eut la mauvaise surprise de lire sous sa signature des vers quelque peu semblables aux siens (« Chinoiseries », dans La Jeune Belgique des 15 avril et 15 juin 1884). Voir la lettre à van de Velde du 22 avril 1884.

35 Lettre à Charles Conrardy du 12 mars 1921, publiée dans Le Thyrse, 70e année, n° 4, 1968, p. 11.

36 Lettres à van de Velde des 14, 20 mars et 22 octobre 1884. Il faut souligner que l’inventaire de la bibliothèque d’Elskamp ne mentionne aucun recueil de Mendès, Goudeau et Rollinat, mais l’on sait que le legs fait à l’Université de Bruxelles ne comportait pas l’ensemble des livres possédés par Elskamp (voir notamment Inventaire de la bibliothèque de Max Elskamp, op. cit., p. XV et de Sadeleer (Pascal), Max Elskamp poète et graveur, catalogue raisonné, Bruxelles, Librairie Simonson, 1985, n° 195-196 et 201-203).

37 Rappelons que Rodenbach a participé aux soirées des Hydropathes et qu’il en a rendu compte dans une de ses « Lettres parisiennes » envoyées à l’hebdomadaire bruxellois La Paix (7 décembre 1878).

38 Voir van de Vorst (Émile), « Max Elskamp », Synthèses, octobre 1950, p. 206-207 et Berg (Christian), « Max Elskamp et l’esthétique fin-de-siècle », art. cité.

39 Lettre à van de Velde [mars-avril 1884], Bruxelles, ML.

40 Lettre à van de Velde [automne 1884 ?], Bruxelles, ML.

41 Lettre à van de Velde [mai 1886].

42 Voir van de Velde (Henry), Récit de ma vie, I : 1863-1900, texte établi et commenté par Anne Van Loo avec la collaboration de Fabrice van de Kerckhove, Bruxelles-Paris, Versa-Flammarion, 1992, p. 95 et Berg (Christian), « Max Elskamp et l’esthétique fin-de-siècle », art. cité, p. 142-145.

43 Premier Salon annuel de l’Art indépendant, catalogue, avec une introduction de Camille Lemonnier, Bruxelles, Vve Monnom, 1887.

44 Faute de place, je n’aborderai pas ici cette question, pourtant aussi essentielle que le vers. À défaut de pouvoir compléter un roman ou même une nouvelle, Elskamp a privilégié le récit symbolique et le poème en prose, publiant Le Stylite (La Wallonie, juin-juillet-août 1891) et plus tard Pour la neige (Floréal, 15 février et 15 juin 1893).

45 « J’ai voulu rendre le trouble qui prend vaguement l’esprit quand on se trouve devant une chose ou un endroit où il y a eu suicide et l’aspect que revêt[ent] les choses vues à travers l’imagination au travail » (Lettre à van de Velde du 7 avril 1884).

46 Govaert (Marcel), « Max Elskamp et l’Orient », La Revue nationale, 15 juillet 1939, p. 3511.

47 Elskamp précise : « Et dire que j’ai fichu cela après votre partie de billard – C’est le cas [de] dire que la muse gîte sur le drap !… et les billes. » (lettre à van de Velde [septembre-octobre 1883]).

48 Max Elskamp et le Bouddhisme, op. cit., p. 9-11 ; mais ce poème date de 1883 et Elskamp ne semble avoir lu Schopenhauer que cinq ans plus tard (lettre à van de Velde du 13 octobre 1888).

49 Bourget (Paul), « Baudelaire », dans Essais de psychologie contemporaine (1883), éd. André Guyaux, Paris, Gallimard, coll. Tel, 1993, p. 9.

50 Floréal, avril 1892, p. 106.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Bivort, « Le premier Elskamp », Textyles, 22 | 2003, 9-20.

Référence électronique

Olivier Bivort, « Le premier Elskamp », Textyles [En ligne], 22 | 2003, mis en ligne le 07 février 2013, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/2278 ; DOI : 10.4000/textyles.2278

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org