Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Krämer (Birgit), Abenteuer Steinzeit und Mythos Evolution : die « romans préhistoriques » von J.-H. Rosny Aîné | Guillaumie (Marc), Le Roman préhistorique : essai de définition d’un genre, essai d’histoire d’un mythe

Stijn De Smet
p. 159-163
Référence(s) :

Krämer (Birgit), Abenteuer Steinzeit und Mythos Evolution : die « romans préhistoriques » von J.-H. Rosny Aîné, Frankfurt/M. – Bern, Peter Lang, 2003, coll. Studien und Dokumente zur Geschichte der romanischen Literaturen n˚50, 374 p.

Guillaumie (Marc), Le Roman préhistorique : essai de définition d’un genre, essai d’histoire d’un mythe, Limoges, PULIM, Imprimerie de la Faculté des lettres et des sciences humaines, 2006, 335 p.

Texte intégral

1Les scènes de La Guerre du feu (1909) nous viennent à l’esprit avec la force d’une image d’Épinal : des hommes vêtus de peaux de bêtes et portant une massue ne tardent pas à défiler devant nos yeux à la seule évocation de ce titre.

2Mais quel est l’auteur de cette vaste épopée de l’humanité naissante ? Rosny Aîné partage le sort de nos ancêtres lointains qu’il tente de représenter dans ses romans : ayant semé respectivement les graines d’un avenir littéraire ou réel, ils ont été ensevelis par la suite sous le sable de l’oubli. Pourtant, notre représentation actuelle de la Préhistoire est toujours redevable de celle imaginée par l’écrivain belge. Il est le créateur d’un imaginaire constamment revisité et réinventé.

3Birgit Krämer (Abenteuer Steinzeit und Mythos Evolution, 2003) et Marc Guillaumie (Le Roman préhistorique, 2006) réussissent admirablement bien leurs fouilles d’une œuvre impressionnante et déterminante. Ils découvrent minutieusement les différentes couches de ces textes plus complexes qu’ils n’y paraît à première vue. Souvent, leurs études se chevauchent, sans pour autant se répéter. Parfois, les deux auteurs s’opposent. Ils le font certainement avec plus de grâce que les personnages de Rosny Aîné ! Nous présenterons d’abord leurs approches respectives pour nous attarder ensuite sur les lieux de conflit.

4Birgit Krämer commence son étude, issue d’une thèse de doctorat de l’Université de Marburg sous la direction de Hans-Joachim Lope, par une présentation de l’écrivain et du contexte scientifique dans lequel il faut situer ses romans. Rosny Aîné est un auteur prolifique et ambitieux : son œuvre comprend des romans de science fiction, des romans préhistoriques et sociaux ainsi que des essais scientifiques. Ces étiquettes laissent présager sa dette à l’égard du climat intellectuel de son époque. Même s’il renie Zola dans le Manifeste des cinq, il restera proche du naturalisme. Il le dépasse en le dématérialisant partiellement. La matière s’agrémente par les bénéfices de l’esprit. L’écriture artiste, héritée des frères Goncourt, y contribue sur le plan stylistique. À l’image de leur père spirituel, les héros imaginés par Rosny Aîné emprunteront eux aussi les deux chemins. En effet, dans la lutte pour la survie, il s’agit de combiner la force brute avec l’intelligence. Si quelques personnages y réussissent individuellement, l’idéal est atteint le plus souvent par le biais d’un jeu d’alliances. La force de l’individu participant d’une communauté constitue une valeur fondamentale pour l’écrivain. Très souvent, il met en scène des couples épiques. Une certaine union bipolaire dicte également la gestion du récit. Rosny Aîné entremêle des modèles scientifiques et littéraires. Krämer affirme que les romans préhistoriques se lisent comme des récits scientifiques ou bien comme des romans d’aventures. Son analyse explore les deux pistes. Elle commente d’abord l’aspect mythique pour examiner ensuite les différents personnages à la lumière des théories scientifiques contemporaines. En dernier lieu, elle se concentre plus en détail sur les enjeux culturels et moraux.

5La fiction préhistorique fonctionne sur le modèle de l’épopée et du mythe. Krämer propose dans ce contexte une analyse de la forme narrative ainsi que des personnages. Elle note que les héros accomplissent une initiation constituée de trois étapes : le départ (séparation), le voyage (initiation) et le retour (intégration). Le héros est susceptible de partir après une catastrophe (par exemple, un tremblement de terre) ou bien il est poussé par sa personnalité (par exemple, sa curiosité). Pendant son voyage, il est confronté à une suite d’événements qui se déroulent le plus souvent selon le modèle poursuite – lutte – victoire. Il faut voir ces actions dans le contexte de la lutte pour la survie et donc comme des nécessités biologiques. En outre, elles contribuent à la formation du héros. Les romans se terminent toujours par le triomphe de ce dernier. Krämer définit la lutte du héros comme un combat contre le mal. Elle qualifie l’univers préhistorique de fondamentalement manichéen. Nous verrons que Marc Guillaumie s’oppose à ce point de vue.

6Le héros fait l’objet d’un agrandissement épique sans qu’il ne devienne divin pour autant : il n’est pas invulnérable et connaît des faiblesses. Il ne fait aucun doute toutefois que ce pionnier de l’Humanité actuelle est de loin supérieur aux autres personnages. Rien que son physique le confirme. L’auteur n’hésite pas à insister sur la beauté de chacun de ses héros en même temps qu’il exalte la force et la jeunesse de la Préhistoire. Ensuite, les qualités morales du héros le distinguent également de ses ennemis et de bon nombre de ses prochains. Ainsi arrive-t-il à renoncer à la violence au profit de la coopération. Il noue des liens avec les animaux aussi bien qu’avec les êtres humains. Le thème de l’altruisme occupe une place de première importance dans l’œuvre de Rosny Aîné. Cette ouverture à l’autre exige des facultés cognitives développées. Un approfondissement psychologique plus prononcé que dans le roman d’aventures traditionnel doit esquisser cette évolution. Or, il est important de remarquer qu’individualisme et altruisme ne s’excluent pas. Le héros représente l’universalité, s’impose comme une partie du tout.

7La supériorité du héros réside pour une grande part dans son potentiel : il a les capacités en lui pour passer à des niveaux de vie plus évolués. Il constitue en quelque sorte la terre fertile qui devra être semée par l’expérience. Son altérité sépare le héros de ses prochains plus primitifs. Souvent, il s’insurge contre la loi et le pouvoir. Aussi devra-t-il s’éloigner de son foyer pour que ses qualités morales puissent se développer. Il faudra qu’il réalise à son retour une synthèse entre valeurs traditionnelles et nouvelles. La fonction des mythes n’est-elle pas justement de vaincre les oppositions ? Cette tendance à la synthèse se fait observer également dans les rapports du héros avec ses complices d’un côté et avec les femmes de l’autre. Le complice complète la personnalité du héros et il aide ce dernier à se dépasser. Krämer cite trois modèles issus de la littérature épique ou mythologique pour définir la place de la femme dans la fiction préhistorique : la femme comme contraire (que le guerrier doit quitter pour ne pas perdre son identité), la femme comme but et la femme comme récompense.

8Nous avons vu que la supériorité du héros, son parcours initiatique, son penchant à l’universalité et sa lutte contre le mal lui confèrent un statut mythique. En dernier lieu, nous remarquons avec Krämer que les romans préhistoriques de Rosny ne se rapprochent pas uniquement formellement du mythe, mais que le concept même de la narration se veut fondamentalement mythique. En effet, les actions exemplaires des héros ont lieu à l’aube de l’humanité naissante et acquièrent à ce titre une dimension mythique. Les fins de roman sont particulièrement significatives ici : elles ouvrent la perspective sur un avenir encore incertain mais certainement glorieux et rendu possible par les exploits du héros.

9Dans la deuxième partie de son livre, Krämer délaisse les protagonistes pour se concentrer sur « les autres ». Il ne s’agit plus ici de reconnaître des modèles de mythes ou de romans d’aventures, mais d’examiner la scientificité et le fonctionnement consécutif des personnages secondaires.

10La chercheuse commence par citer Rosny Aîné dans une tentative de cerner la place occupée par la science dans l’œuvre de ce dernier. La citation prouve que l’auteur cherchait à proposer une interprétation personnelle des faits scientifiques. La composition générique de son œuvre préhistorique illustre cette dualité à la perfection. Si ses romans contiennent des bribes de science, il est vrai aussi que ses essais à tendance scientifique sont parsemés de bribes de roman. Quoi qu’il en soit, le conteur finit par l’emporter sur le scientifique : les références explicites à la science disparaissent dans les récits plus tardifs de l’écrivain. Krämer observe qu’ils se déroulent dans des ères plus reculées encore et par conséquent moins saisissables tandis que Marc Guillaumie suggère que le lecteur désormais habitué au genre n’a plus besoin d’y être introduit.

11Krämer établit des distinctions entre, d’une part, les créatures fantaisistes et, d’autre part, les personnages qui se veulent des reconstructions scientifiques. Il faut situer les personnages secondaires dans un contexte évolutionnaire imprégné du sentiment décadentiste. L’auteur jouera volontiers de cette donnée pour que ses créatures servent de figures de contraste en faveur du protagoniste. Krämer étudie plusieurs catégories de personnages : les pongidés et les hominiens, les sauvages cruels, les faibles cannibales et les sauvages dégénérés. Toute une série de paramètres permettent alors de définir ces personnages : l’apparence physique, la force musculaire ou intellectuelle, la structure sociale, le comportement moral, les facultés linguistiques…

12Rosny met en scène différents facteurs de dégénération. Krämer cite le rôle de l’environnement paradisiaque ou adversaire d’une part et le contexte social de l’autre. Ainsi la hiérarchie patriarcale ou la solidarité excessive sont-elles très mal vues par Rosny. Il considère un certain individualisme comme nécessaire au progrès. Les derniers chapitres du livre de Krämer sont consacrés à un questionnement d’ordre culturel. La chercheuse y parle des naissances respectives de la société, des religions et de l’art. Elle croit que Rosny Aîné marche dans le sillage du darwinisme social quand il met en scène la guerre entre les différentes races, mais qu’il s’oppose à cette idéologie par la mise en scène du principe de la tolérance mutuelle. Le développement progressif des religions, par contre, constitue une menace pour la victoire de la bonté. Rosny Aîné dénonce fermement l’institutionnalisation du sentiment religieux. La mise en scène dans le roman préhistorique d’une science peu certaine mène inévitablement à des lectures idéologiques très intéressantes.

13L’étude de Marc Guillaumie ne se limite pas à l’œuvre de Rosny Aîné. Ce chercheur limousin nous propose une analyse très complète de la fiction préhistorique. Son livre est constitué de trois parties. Il commence par définir les principales caractéristiques des romans préhistoriques. Ensuite, il se focalise sur le contenu scientifique et les enjeux idéologiques de ces romans. En dernier lieu, il essaie de déterminer la position de la fiction préhistorique dans la littérature et les médias.

14La question générique constitue le point de départ de l’étude de Marc Guillaumie. L’auteur insiste sur le caractère systémique de la fiction préhistorique dans sa tentative d’en déterminer la spécificité. Son observation vaut particulièrement pour l’œuvre de Rosny Aîné, véritable classificateur.

15Le système des fictions étudiées s’organise entièrement autour de la métaphore de l’évolution. Tous les composants de la fiction préhistorique sont concernés et dès lors analysés dans cette optique : « le matériel », « le personnel » et le « décor » du roman, la morale des personnages, l’invention d’une langue préhistorique par l’auteur… Cependant, Marc Guillaumie nous met en garde à plusieurs reprises contre les interprétations trop simplistes de ce système. Il parle d’axes directeurs (par exemple l’opposition entre le clair et le sombre) sur lesquels se greffe une variation de faits particuliers d’origines différentes et dont l’interprétation reste à faire. En effet, les éléments qui s’intègrent dans le système proviennent de sources très diverses, par exemple la paléontologie, la criminologie… Les acquis de la science préhistorique par contre ne sont pas pris en compte par les romanciers ; bien qu’ils la pratiquent parfois eux-mêmes. Marc Guillaumie observe que les auteurs restent sciemment fidèles à des connaissances dépassées depuis belle lurette. Il en conclut que les enjeux littéraires ne sont pas réconciliables avec les enjeux scientifiques. En effet, le roman préhistorique pose des questions d’un autre ordre, de nature métaphysique notamment. Les auteurs cherchent à mettre en scène l’essence de l’être humain. Leur questionnement se rapporte à la contradiction fondatrice de la fiction préhistorique : la représentation d’une humanité perdue et lointaine quoique reconnaissable et proche de la nôtre. Le narrateur est d’ailleurs tiraillé entre la magnificence des origines et les promesses du progrès. Marc Guillaumie se consacre plus en détail à l’omniprésence de l’instance narrative dans le roman préhistorique. Les auteurs s’imposent à travers leurs narrateurs comme véritable chefs d’orchestre de la symphonie évolutionnaire.

16Selon Marc Guillaumie, cette composition est réglée par quatre lois : la nécessité, la causalité, le progressisme et le racialisme. Les actions romanesques s’exécutent par nécessité d’assouvir les besoins fondamentaux du préhistorique. Elles se trouvent à l’origine du comportement moderne si bien que le roman préhistorique est toujours axé sur l’avenir. L’évolution n’est donc certainement pas dépourvue de sens, d’où la nécessité de mettre en scène des races bien distinctes qui illustrent le progrès. Marc Guillaumie remarque que la direction prise mène forcément à l’annulation de l’univers préhistorique. Nous voyons ici un lien avec l’assimilation très fréquente de la Préhistoire à l’enfance de l’humanité. Le paradoxe pédagogique veut que l’éducation crée l’autonomie qui la supprime. Ainsi le parcours du héros le mène-t-il à la fondation de l’état, incompatible avec l’héroïsme. Les romans de Rosny Aîné mettant en scène une Préhistoire plus récente le montrent bien. Or, le plus souvent les romans ne montrent pas ce qu’ils prônent ; le discours progressiste diffère nécessairement des images montrées. L’engrenage de la fiction préhistorique bloque par exemple sur le métissage. La mise en scène de l’évolution ne semble pas possible sans que les différentes races représentées soient bien distinguées les unes des autres. Marc Guillaumie parle dans ce contexte de personnages collectifs qui véhiculent le message évolutionnaire du roman. L’interprétation de ce message et sa portée divisent Marc Guillaumie et Birgit Krämer.

17Birgit Krämer considère que l’univers du roman préhistorique est manichéen. On y retrouve, à ses yeux, la lutte entre le bien et le mal qui caractérise la littérature mythologique. Marc Guillaumie s’oppose à cette interprétation commune de la fiction préhistorique. Il la considère comme anachronique et irréconciliable avec le message évolutionnaire du roman. Il propose de lire ce genre de textes dans une perspective relativiste : les personnages incarnent des degrés d’évolution plutôt que le bien ou le mal. Nous croyons néanmoins que les deux catégories mentionnées restent applicables au roman préhistorique, mais qu’elles cessent d’être absolues. Aussi devient-il possible de rencontrer la part mauvaise de l’autre en soi. En effet, dans le roman préhistorique il s’agit de tuer les instincts maléfiques chez l’autre aussi bien que dans son for intérieur : le meurtre originel sert de base à la formation de la société.

18Cette dernière idée ressortit au darwinisme social. Les principes biologiques (nature) de l’évolution s’y trouvent appliqués à la société (culture). Birgit Krämer croit que Rosny Aîné s’oppose à ce raisonnement. Elle argumente que l’auteur réduit la portée du concept de la lutte pour la survie quand il loue l’existence d’instincts sociaux comme par exemple la pitié. Marc Guillaumie par contre y voit avec Patrick Tort une application altérée de la sélection naturelle. De plus, Birgit Krämer rejette l’idée selon laquelle l’univers de Rosny serait déterministe. Elle étudie la proximité entre Rosny Aîné et Bergson pour justifier cette thèse. Les deux auteurs partageraient leur rejet du matérialisme ainsi que leur croyance en l’imprévisibilité du mouvement créateur. Les créatures fantastiques dans l’œuvre de Rosny illustreraient cette idée. Marc Guillaumie se réfère à un autre penseur pour lire l’évolution dans l’œuvre du romancier belge : Herbert Spencer. Ce choix change complètement l’interprétation des textes concernés. Le darwinisme serait incompatible avec l’écriture d’un roman préhistorique classique pour la raison que Darwin croyait l’évolution dépourvue d’une direction. Chez Rosny et Spencer par contre le cheminement passé de la vie mène inévitablement à son état actuel. Nous avons expliqué dans notre article Portrait de l’écrivain en orang-outang que les écrivains contemporains innovateurs mettent en scène un univers tout autre, dominé par le hasard de l’écriture. Pour ce qui est de Rosny, nous croyons pouvoir recourir dans cette discussion à l’idée de bipolarité inventée par Marc Guillaumie : ce que montre le roman préhistorique diffère de ce qu’il dit. Si Rosny Aîné parle de l’univers préhistorique de manière bergsonienne, il le met en scène autrement. Ce type d’approche prouve la complexité du roman préhistorique. Il y a donc certainement encore des pierres à tailler dans la carrière !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stijn De Smet, « Krämer (Birgit), Abenteuer Steinzeit und Mythos Evolution : die « romans préhistoriques » von J.-H. Rosny Aîné | Guillaumie (Marc), Le Roman préhistorique : essai de définition d’un genre, essai d’histoire d’un mythe », Textyles, 35 | 2009, 159-163.

Référence électronique

Stijn De Smet, « Krämer (Birgit), Abenteuer Steinzeit und Mythos Evolution : die « romans préhistoriques » von J.-H. Rosny Aîné | Guillaumie (Marc), Le Roman préhistorique : essai de définition d’un genre, essai d’histoire d’un mythe », Textyles [En ligne], 35 | 2009, mis en ligne le 06 juin 2013, consulté le 24 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/210

Haut de page

Auteur

Stijn De Smet

Université de Gand

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org