Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Duchenne (Geneviève), Esquisses d’une Europe nouvelle. L’européisme dans la Belgique de l’entre-deux-guerres (1919-1939)

Bruxelles-Bern, Peter Lang, 2008, coll. Euroclio n˚ 40
Paul Aron
p. 158-159
Référence(s) :

Duchenne (Geneviève), Esquisses d’une Europe nouvelle. L’européisme dans la Belgique de l’entre-deux-guerres (1919-1939), Bruxelles-Bern, Peter Lang, 2008, coll. Euroclio n˚ 40, 712 p.

Texte intégral

1La construction européenne a officiellement débuté aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale. Le congrès de La Haye, réuni du 7 au 10 mai 1945 sous la présidence de Winston Churchill, est considéré comme l’acte fondateur du Conseil de l’Europe qui verra le jour l’année suivante, puis de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (ceca) qui concrétisera en 1952 ses objectifs économiques et politiques. Bien entendu, cette construction ne s’est pas faite ex nihilo. De nombreux projets utopiques, les uns réalistes, les autres loufoques, se sont succédé depuis la chute de l’Empire napoléonien. Parmi ceux-ci, les plans du comte Richard Nikolaus de Coudenhove-Kalergi (1894-1972), diplomate austro-hongrois, ont au moins eu le mérite de dessiner les contours d’une Europe moderne à vocation pacifiste. On lui doit aussi l’idée de prendre pour hymne européen « L’ode à la joie » de Schiller sur la musique de Beethoven.

2La thèse d’histoire de Geneviève Duchenne est consacrée aux personnalités et aux réseaux belges de l’entre-deux-guerres qui ont promu les idées du comte, et qui ont constitué des mouvements d’idées favorables à l’Europe. Leur émergence était assez prévisible dans un petit pays où le rêve européen était déjà vivace au xixe siècle, notamment chez des intellectuels libéraux comme Antoine Wiertz ou Henri Pirenne. Grâce aux archives du mouvement européiste confisquées par les Soviétiques à Berlin en 1945 et à plusieurs fonds d’archives privées exhumées pour la première fois, Geneviève Duchenne retrace dans le détail des relations peu connues entre les milieux d’affaires et politiques, ceux des Affaires étrangères et les groupes de pression européistes. Deux grandes périodes peuvent être sommairement distinguées, même si certaines personnalités jouent un rôle dans les deux. Au cours de la première, les intervenants aux débats se recrutent plutôt dans des mouvements libéraux et socialistes, ainsi que dans les marges progressistes du monde catholique. Au cours de la seconde, qui suit l’arrivée de Hitler au pouvoir, la question européenne se décline évidemment dans un contexte nouveau. C’est alors qu’on voit surgir des salons et officines situées à droite de l’échiquier politique, et chez lesquels la dimension démocratique d’une Europe nouvelle passe au second plan.

3Ce n’est pas ici le lieu de rendre compte dans le détail de cette histoire. Tout au plus notera-t-on que la Révolution russe de 1917 reste singulièrement absente du tableau dessiné par l’auteur, alors qu’elle constituait l’horizon premier des préoccupations des participants à la conférence de Locarno (voir Une occasion manquée ? 1922 : la reconstruction de l’Europe, publié sous la direction de Marta Petricioli, Association Internationale d’Histoire Contemporaine de l’Europe, Bern, Berlin, New-York…, Peter Lang, 1995). Il n’est par ailleurs pas toujours aisé de faire le tri entre de vagues projets et des idées ayant effectivement germé dans l’opinion collective. À certains égards, la Paneuropa de Coudenhove-Kalergi n’est pas éloignée des plans fumeux de la Cacanie décrite par Robert Musil. La focalisation sur le détail des contacts entre le comte et ses « amis » belges tend également à réduire l’angle de vue, et à occulter la question de la portée concrète des rêves des uns et des autres.

4Mais c’est précisément dans cet « effet de loupe » sur des individus et des réseaux que la thèse de Geneviève Duchenne se révèle d’un précieux apport pour l’histoire littéraire. Plusieurs écrivains figurent en effet en bonne place dans son récit, et leur activité publique bénéficie de ce fait d’un éclairage instructif. D’abord, autour du salon de Jules Destrée, et du journaliste voyageur Pierre Daye (qui en fut le secrétaire), de nombreuses discussions eurent lieu, auxquelles fut mêlé par exemple un Louis Dumont-Wilden. Le Bloc d’action européenne, au début des années trente, suscite des débats dans le milieu pluraliste de la revue Le Rouge et le Noir. On y retrouve Pierre Fontaine qui dirige la revue et anime la tribune libre à laquelle participe également Léon Kochnitzky, autre grand voyageur européen. Autour de l’Union Jeune Europe apparaît ensuite le salon des époux Didier qui est au centre d’un réseau belgo-helvétique, et dont l’aventure fait partiellement la matière des romans de Daniel Gillès. Lucienne Didier, née Bauwens, était, fait peu connu, la petite fille du fondateur de La Jeune Belgique. Son salon accueille des auteurs comme Louis Carette (le futur Félicien Marceau), Raymond De Becker, Henry Bauchau, Pierre Daye ou Théo Léger. Leur idéalisme européen un peu naïf n’ira pas sans fascination pour un ordre social nouveau, ce qui, dans le contexte de l’époque, conduira certains vers la collaboration avec l’Allemagne nazie. Geneviève Duchenne insiste à cet égard sur le rôle d’Otto Abetz, qui apparaît clairement, dès 1934-1935, comme un agent de la propagande de Ribbentrop en Europe occidentale, et non comme un homme du monde qui se serait progressivement fourvoyé par après. L’index des noms cités permet de retrouver aisément les écrivains qui furent associés à ces divers courants d’opinion. La minutie des observations de l’historienne et la qualité de ses sources documentaires rendront dès lors un grand service à leurs biographes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron, « Duchenne (Geneviève), Esquisses d’une Europe nouvelle. L’européisme dans la Belgique de l’entre-deux-guerres (1919-1939) », Textyles, 35 | 2009, 158-159.

Référence électronique

Paul Aron, « Duchenne (Geneviève), Esquisses d’une Europe nouvelle. L’européisme dans la Belgique de l’entre-deux-guerres (1919-1939) », Textyles [En ligne], 35 | 2009, mis en ligne le 06 juin 2013, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/208

Haut de page

Auteur

Paul Aron

FNRS-ULB

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org