Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Verhaeren (Émile), Poésie complète 4 : Les Villages illusoires, Les Apparus dans mes chemins

Édition critique établie par Michel Otten et présentée par Christian Angelet, Bruxelles, AML-Labor, coll. Archives du futur, 2005
Pierre Piret
p. 157-158
Référence(s) :

Verhaeren (Émile), Poésie complète 4 : Les Villages illusoires, Les Apparus dans mes chemins, édition critique établie par Michel Otten et présentée par Christian Angelet, Bruxelles, AML-Labor, coll. Archives du futur, 2005, 302 p.

Texte intégral

1Michel Otten poursuit patiemment son édition critique de la poésie de Verhaeren, une édition qui s’avère indispensable dans la mesure où Verhaeren a proposé de ses textes des versions parfois très différentes et relevant de choix esthétiques distincts voire inconciliables. Joseph Hanse, initiateur de ce projet, l’avait bien montré dans l’article où il avait établi les principes directeurs de cette édition critique (cf. Hanse (Joseph), Naissance d’une littérature, Bruxelles, Labor, 1992). Ce quatrième volume, qui comprend Les Villages illusoires et Les Apparus dans mes chemins, confirme une fois encore cette analyse : suppression de vers voire de poèmes, remaniements de strophes entières, corrections stylistiques, transformations prosodiques. En découlent, dans certains cas, de profondes modifications au plan, sinon de la signification, du moins de la tonalité générale des poèmes. Citons un seul exemple parmi mille : dans « Celui du Rien » (Les Apparus dans mes chemins), « Sèchent ton cœur et tes loques baroques » devient « Sèchent ton cœur et tes manteaux baroques », la modification d’un seul mot ayant des répercussions à la fois sociolinguistiques (du belgicisme à la forme standard), axiologiques (des loques aux manteaux), phoniques (avec la perte de l’effet de répétition). Par toutes ses interventions, parfois bien plus conséquentes, Verhaeren atténue nettement, on le voit, le caractère expressionniste des premières versions.

2Le travail de Michel Otten est minutieux et présenté avec une grande clarté : versions définitives sur les pages de droite, variantes – vers par vers – sur celles de gauche, ce qui rend cette édition très maniable pour qui veut étudier l’œuvre de Verhaeren dans une perspective génétique. On ne doit pas courir sans cesse du début à la fin du volume et on reconstitue aisément les versions successives.

3Le volume est introduit par Christian Angelet, qui présente les deux recueils de manière circonstanciée : problèmes de datation, contextes d’écriture et de publication, principales caractéristiques thématiques et formelles. À ma connaissance, rien ne prédisposait ces deux recueils à être publiés conjointement : le premier a paru en 1895 et est contemporain – quoique bien distinct, comme le démontre judicieusement le préfacier – de la trilogie sociale ; le second sortit de presse en 1891, peu après la parution des Flambeaux noirs, troisième volet de la trilogie noire. On ne nous explique pas la justification de ce rassemblement, qui se comprend sans doute par contraste avec les autres volumes, qui forment des ensembles cohérents quant à eux : ces deux recueils n’ayant pas leur place ailleurs, il restait à les rassembler. Christian Angelet a donc raison de les présenter l’un après l’autre, sans chercher à établir des liens artificiels entre eux. Il les replace toutefois dans le trajet de Verhaeren, soulignant dans les deux cas « les carences et méprises de l’interprétation biographique » (p. 5) qu’on en a parfois faite. Il montre ainsi que Les Villages illusoires se nourrit d’une réflexion approfondie sur le symbole dans le contexte du déclin du symbolisme, réflexion qui fait écho aux œuvres et aux travaux de Constantin Meunier, Schopenhauer et Bergson, par exemple. De même, la construction antithétique des Apparus dans mes chemins ne reflète pas une quelconque conversion personnelle, mais procède du projet poétique de dramatisation et d’organisation de jeux de forces opposées. Ces deux démonstrations sont soutenues par une étude approfondie de la « philosophie » présidant à chacun des recueils – « au sens, où l’entendait Verhaeren, d’une idée centrale et totalisante » (p. 15) –, mais surtout de la poétique concrète qui s’y déploie, ce qui nous vaut quelques analyses remarquables de la façon dont la « symbolisation se propage dans l’intégralité du texte, lexique, syntaxe, rythme » (p. 10).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Piret, « Verhaeren (Émile), Poésie complète 4 : Les Villages illusoires, Les Apparus dans mes chemins », Textyles, 35 | 2009, 157-158.

Référence électronique

Pierre Piret, « Verhaeren (Émile), Poésie complète 4 : Les Villages illusoires, Les Apparus dans mes chemins », Textyles [En ligne], 35 | 2009, mis en ligne le 06 juin 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/206

Haut de page

Auteur

Pierre Piret

UCL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org