Navigation – Plan du site
Chroniques

Revues

p. 154-156

Bulletin de la Fondation « Ça Ira »

Le Bulletin change de format et se propose désormais sous la forme d’un cahier en A3 plié et agrafé. Le n˚35 (novembre 2008) reprend le texte d’un exposé de Rik Sauwen, tenu en 1985 dans le cadre d’un colloque consacré à Michel Seuphor à l’Université de Nantes. Le thème en est la relation, et notamment le passage de l’un à l’autre, entre les deux personnages que sont Fernand Berckelaers, d’une part, et Michel Seuphor, de l’autre : le contexte anversois des années 1920 est ici rappelé avec une appréciable clarté, mais aussi avec une sorte de prudente retenue quant aux ambigüités idéologiques de tout cela, comme si l’on ne pouvait pas encore en parler sereinement. Une note, trop brève, de Nicole Verschoore, entend ensuite « mettre fin à un préjugé » francophone, selon lequel il y aurait eu, au Moyen Âge et en Flandre, un « flamand, langage du peuple » et un « français, langage des lettrés » : comme base à l’analyse des « lettres belges de Flandre », elle rappelle quelques faits saillants de l’importante créativité artistique et littéraire qui exista en flamand. La forme quelque peu déambulatoire des « Notes de lecture », ensuite, manque encore un peu de lisibilité graphique, mais non de matières, notamment dans l’actualité éditoriale (de Franz Hellens à Paul Willems, e.a.).

Le numéro 36 (4e trimestre 2008) publie l’allocution prononcée par Roland Beyen à l’occasion de la remise du Prix triennal Michel de Ghelderode, prix bien mérité s’il en est. Le récipiendaire y évoque différentes anecdotes relatives à ses nombreuses recherches : une carrière de chercheur s’y dessine, dans un propos qui se termine par le vœu que les metteurs en scène cessent de vouloir jouer aux dramaturges en adaptant à la scène des textes qui ne sont pas faits pour elle, et bien sûr montent à nouveau les pièces de Ghelderode. Ailleurs dans cette livraison comme toujours très riche mais dont la mise en forme n’est pas toujours claire, c’est la figure de Paul Joostens que l’on retrouve en diverses évocations. Également, la poétesse et plasticienne Marie-Jo Gobron, auteur intéressant et trop peu connu de poèmes en français mais aussi en néerlandais, qu’admirèrent Franz Hellens, Henri Cornélus et bien d’autres.

On peut adhérer à la Fondation comme membre adhérent ou protecteur, ou comme institution (50, chaussée de Vleurgat, 1050 Bruxelles. <ca.ira@belgacom.net>).

Echinox

Toujours aussi riche en matières diverses (353 pages, bien serrées), la revue comparatiste publiée par le Centre de Recherche sur l’Imaginaire de l’Université de Cluj en Roumanie propose cette fois, pour son n˚14, un dossier d’études sur Le roman latino-américain. Les nombreuses contributions, en espagnol, en anglais et en français, évoquent tour à tour les grands noms du continent, de Borges à Cortázar. La dernière s’intéresse à l’exil roumain en Amérique du Sud. Si les lettres belges sont logiquement absentes du dossier, elles ont leur place dans l’importante section de comptes rendus, où, notamment, l’on rend hommage à Claire Lejeune et aux Cahiers internationaux de symbolisme. Si la Belgique semble avoir été peu présente au colloque Francopolyphonies dont il est par ailleurs rendu compte, une recension attentive du numéro 30 de Textyles, consacré à Dotremont, du colloque Jouve / Bauchau dont les actes ont paru à Dijon, ou tel écho d’une communication consacrée à La Place du mort de Jean-Luc Outers nous la font retrouver. Toutes les fenêtres sont délibérément ouvertes dans ces comptes rendus, qui resituent la littérature au milieu des sciences de l’imaginaire, de la psychanalyse à la théologie.

Les cahiers d’Echinox sont disponibles aux Presses universitaires de Valenciennes (diffusion Les Belles Lettres). Abonnement (2 numéros : 50 euros). Renseignements : <corinbraga@yahoo.com>.
Voir aussi les sites : <http://www.lett.ubbcluj.ro/~phantasma/> et <http://www.phantasma.ro/>.

Nord’

La Revue de critique et de création littéraires du Nord / Pas-de-Calais célèbre ses vingt-cinq ans non pas en fanfare, mais avec un numéro spécial, offert en supplément au n˚52 (il accompagne une exposition à Bibliothèque municipale de Lille). C’est l’occasion d’un bilan : les près de 80 auteurs qui ont été à l’honneur dans la revue sont présentés à nouveau dans cette livraison en forme de promenade, qui nous amène, par ordre alphabétique, de Germaine Acremant à Émile Zola, en passant par Adam de la Halle, Béatrix Beck, Suzanne Lilar ou François Vidocq. Tous écrivains pour lesquels le « Nord » a signifié quelque chose, d’ordre biographique ou non. Divers auteurs belges figurent dans cette sorte d’album agréablement illustré, à commencer par des figures aussi inclassables que Marguerite Yourcenar ; on y trouve aussi passeurs, transfuges ou frontaliers : Christian Dotremont, Émile Verhaeren, Paul Verlaine et bien d’autres, témoins d’une Flandre paysagère ou d’une mémoire industrielle. On y apprend aussi que l’apostrophe énigmatique qui suit le mot « Nord » depuis vingt-cinq ans est une énigme aussi pour les animateurs de la revue ! Caprice de graphiste ou rappel d’un inthématisable, elle échappe à la compréhension tout comme le Nord, ici, échappe au régionalisme étroit : c’est un « pays de vent ».

Le n˚52 (octobre 2008) propose un dossier consacré à Wilfried Owen, qui illustre bien cette ouverture à une mémoire contemporaine d’un lieu stratifié par l’histoire et par les passages. Xavier Hanotte, dont on sait qu’il s’est passionné pour le poète anglais et les Flandres en 1914-1918, a collaboré à ce numéro qui, en réalité, concerne aussi d’autres figures d’écrivains anglais de la Grande Guerre.

La revue a désormais son site : <http://www.revue-nord.com/>. Pour des abonnements (22/25 euros en 2008) ou des commandes : Société de Littérature du Nord, 39, rue Nicolas Leblanc, F-59000 Lille. On peut s’adresser à la rédaction : <yledun@nordnet.fr>.

L’Arbre à Paroles

Le n˚141 (automne 2008) de L’Arbre à Paroles est consacré aux Voix argentines. La formule aurait pu être une métaphore gentiment désuète, mais elle désigne en réalité des poètes d’Argentine, dont certains – comme Roberto Juarroz qui a été traduit par Fernand Verhesen, ou Silvia Vainberg qui est chorégraphe à Bruxelles – sont loin d’être des inconnus en Belgique francophone, à tout le moins chez les poètes. On fait de belles découvertes au fil de cette petite anthologie de poèmes en version espagnole et en traduction, illustrés par des sangliers qui représentent un lien inattendu entre Ardenne et Argentine. Dans ce numéro, on lira aussi des poèmes en prose de Serge Basso de March, poète issu de l’immigration italienne, et, un peu à part des habituels comptes rendus, un commentaire de Francis Chenot à propos des Ennuagements d’Yves Namur.

(Abonnement ordinaire : 25 euros pour 4 numéros – <http://maisondelapoesie.com/> ou <http://indications.be/>).

Cahiers internationaux de symbolisme

S’ouvrant par un hommage à la regrettée Claire Lejeune, qui a longtemps présidé aux destinées de la revue, un numéro spécial des Cahiers (2008) propose les actes du colloque consacré au roman Tempo di Roma, d’Alexis Curvers, à l’occasion du cinquantenaire de sa parution. On y redécouvre une œuvre devenue presque un classique, à partir d’angles parfois inattendus (le rapprochement avec Tintin, avec l’Écclésiaste), ou à partir de points de vue plus prévisibles (l’émigration italienne, l’homosexualité, l’esthétisme, la mise en œuvre littéraire de l’espace urbain…) mais qui constituent bien les approfondissements qu’une telle œuvre appelait depuis longtemps. Le tout est fort bien édité et présenté par Catherine Gravet.

Renseignements : <http://w3.umh.ac.be/ciephum>.

Yourcenar

Le n˚29 du Bulletin de la Société Internationale d’Études Yourcenariennes est une livraison de varias où l’on trouvera, outre diverses études sur l’art du portrait, sur la question du mysticisme ou celle de la traduction, les informations de l’association, des comptes rendus ainsi que la bibliographie courante des travaux consacrés à l’œuvre ou à son auteur. On y épinglera en particulier un petit dossier intitulé « Lettres belges », qui concerne la correspondance de Marguerite Yourcenar avec trois correspondants littéraires en Belgique : Germaine Sneyers, qui défend la cause féminine dans l’entre-deux-guerres, son mari l’écrivain Paul Dresse, et l’helléniste Marie Delcourt. Ce dossier comporte d’abord des lettres « De Marguerite Yourcenar à Germaine Sneyers et à Paul Dresse (1934-1935, 1938-1939, 1952, 1953-1956, 1959, 1981), accompagnées de documents qui les éclairent », publiées par Andrée de Bueger, Maurice Delcroix et Catherine Gravet, et ensuite « Sept lettres de Marie Delcourt à Marguerite Yourcenar, présentées par Catherine Gravet ». Il s’agit ici de bien plus que d’une présentation, mais d’une véritable édition, solidement documentée, dont on recommandera particulièrement la lecture.

Pour les abonnements et les anciens numéros, s’adresser à la siey, 2, rue Abbé Girard – F-63000 Clermont-Ferrand ; ou <mailto: remy.poignault@orange.fr>.

Études françaises

La revue de Montréal consacre son deuxième numéro pour 2008 (44, n˚2) à La Littérature tragique du xvie siècle en France. Ces études, qui nous emmènent du côté des sources antiques des tragédies et notamment des arts poétiques, de Théodore de Bèze et d’Agrippa d’Aubigné, intéressera les théoriciens du genre, ici observé à un moment particulièrement important de son évolution, ainsi que les historiens des influences antiques, jusqu’au xviie siècle inclus.

Ce périodique est à présent disponible également au format électronique, via le site <http://www.erudit.org/>. On trouve la revue Études françaises à la Librairie du Québec à Paris (rue Gay-Lussac, 30, 75005 Paris) ou chez l’éditeur, les presses de l’Université de Montréal <http://www.umontreal.ca/>.

Pierre Halen

Les Nouveaux cahiers André Baillon

L’association « Présence d’André Baillon » publie avec constance, depuis fin 2003, Les Nouveaux cahiers André Baillon. En 2007 a paru le cinquième numéro, avec un dossier consacré à un texte devenu introuvable, Le Jardin de monsieur Derbel, qui fut publié en deux épisodes dans La Belgique artistique et littéraire, en 1914. Ces deux épisodes sont reproduits en fac-similé dans le numéro, avec un double éclairage biographique et littéraire par Frans Denissen et Geneviève Hauzeur.

L’association a été très active en 2007 puisqu’elle a également organisé un colloque et une exposition, « Actualité d’André Baillon », les 25 et 26 octobre. Le catalogue de cette exposition a été publié dans un numéro hors-série des Nouveaux cahiers ; on en trouvera les références complètes dans la bibliographie de Textyles.

Pierre Piret

  • Revues.org