Navigation – Plan du site
Chroniques
La Chronique des Archives et Musée de la Littérature

Le Fonds André Frère

Vincent Radermecker
p. 145-148

Texte intégral

  • 1 Frère (André), déclaration tirée de Valeurs actuelles du 12/04/1975. Voir mlt 1326/14.

En fait, je ne joue pas seul, j’ai une infinité de personnages… invisibles1.

  • 2 mlt 1201-1220.

1Dépouillé en 2002, le fonds « Madeleine Renaud-Thévenet »2, et plus particulièrement quelques lettres d’une écriture serrée à l’encre turquoise, furent à l’origine de l’acquisition du fonds André Frère. Rédigées fin des années 1920, ces missives étaient l’œuvre d’un étudiant de Madeleine, André Frère, dont la nièce, Mme Michelat, accepta de léguer les archives à l’institution.

2André Frère est né en 1908 d’un père belge et d’une mère française. Il est décédé en 1995, laissant le soin à son ami, M. Henri Bonvallet, d’habiter seul leur maison commune, un ancien pressoir à vin de Touraine, havre de paix entouré de champs. Âgé de 79 ans, d’une santé et d’une mémoire« de fer », M. Bonvallet a témoigné de la personnalité, des relations et du travail de celui dont il partagea l’existence pendant quarante ans et dont il fut quelques années l’assistant.

  • 3 Voir mlt 1294 -1299.
  • 4 Pour la Belgique, voir mlt 1317- 1340 ; pour l’étranger, mlt 1341-1374.
  • 5 Voir mlt 1376-1378.

3Frère, ce spécialiste des monologues, n’avait rien d’un solitaire. Pourtant, nos archives rendent peu compte de ses contacts. Les lettres3 sont rares. Le fonds, par contre, abonde en coupures de presse4, affiches5, programmes, photographies…

  • 6 «  Le Professeur Buissonnet en Amérique » est riche de ce point de vue : «  […] Et, entre nous, j’a (...)

4Né « par accident » à Anvers – son père est officier –, André Frère passe sa petite enfance à Bruxelles, séjournant plusieurs fois en France et en Angleterre. Il jouera certaines de ses œuvres en anglais devant un public anglophone. Au goût des langues s’allie en lui le goût du changement, du déplacement et une aptitude à imiter les accents6 et comportements régionaux.

5Après un an au Conservatoire de Bruxelles – il dira de Madeleine Renaud-Thévenet qu’elle lui a « donné énormément, au point de vue du goût surtout » –, le jeune comédien monte à Paris où il suit les cours de Charles Dullin. Il est engagé pour des « panouilles » chez les Pitoëff : le page de Dunois dans Sainte-Jeanne de Bernard Shaw, Sympronius dans La Charrette de pommes du même auteur, le journaliste Pedersen dans Les Gants blancs de Hjalmar Bergman, un petit rôle dans Angelica de Leo Ferrero... Fidèle à ses débuts, il rejoint à Bruxelles Madeleine Renaud-Thévenet et son « Petit Théâtre » quand son emploi du temps le lui permet.

  • 7 Divers programmes de cette époque sont conservés dans le fonds. Voir mlt 1300.

6Les rôles importants qu’il a la chance de jouer : Chavigny dans Le Caprice de Musset, Mascarille dans Les Précieuses ridicules de Molière, pièces montées par Jean Dasté au Théâtre des Quatre Saisons, ainsi que M. Préparé, M. Avéré et M. Tétard dans L’Enterrement d’Henri Monnier donné au « French Theatre » de New-York, et Isidore dans Les 37 sous de M. Montaudoin d’Eugène Labiche et Édouard Martin, ne le satisfont qu’à moitié7. En 1935, il fonde sa troupe : « Les Comédiens du Parvis » où il met en scène ses propres textes dont La Clé des champs (Bruxelles, Théâtre du Commissariat général, 1935), Les Plaisirs forcés, Le Vent dans les Voiles (Théâtre des Galeries, janvier 37)... Lou Salou, grand acteur français qui mourra prématurément, l’aide dans cette expérience dont il retiendra que, s’il n’apprécie pas les utilités, il n’est guère fait non plus pour le fauteuil directorial ou la table de metteur en scène. Trop poétiques, ses pièces manquent de sens dramatique.

7Une rencontre hâte la reconversion. Lors d’une tournée en Amérique avec le Théâtre des Quatre Saisons, un jour de 1939, Kurt Weil lui conseille de jouer ses propres textes à l’instar d’un Ruth Draper qui fit sensation à Paris en 1921. Frère s’y essaie et en profite pour visiter le Nouveau Continent. La guerre l’oblige à tenir.

  • 8 Tiré du magazine Les Beaux-Arts du 16/12/60. Voir mlt 1320/2.

8Le travail est ardu. Frère déclare : « […] j’ai la sensation que la “statue” est là et qu’il faut gratter la terre pour la déterrer »8. L’acteur habille ensuite cette silhouette coulée en mots, de gestes et de voix. Un minimum d’accessoires, quelques pièces de costumes, une chaise suggèrent plus qu’ils n’illustrent, au service d’une énergie qui finit par donner au public l’illusion d’un professeur distrait, d’un touriste indélicat ou d’une femme du monde. Le plus souvent, le « héros » s’entête à mener seul ou à dominer un pseudo dialogue auquel les interlocuteurs opposent une arme : la fuite. À la fin, la solitude s’épaissit.

  • 9 Outre les programmes et affiches de ces manifestations, les archives du Rideau de Bruxelles conserv (...)

9Peu confiant dans le public parisien réputé versatile, c’est devant des amis ou au Rideau de Bruxelles9 que Frère essaie ses nouveautés :

  • 10 Tiré de Valeurs actuelles du 12/05/75. Voir mlt 1326/14.

Je ne veux pas faire du théâtre tronqué, de pièces dont on se dirait qu’il vaut mieux les faire jouer par toute une troupe ! Je dois donc choisir mes sujets avec précision et dire beaucoup de choses en très peu de temps10.

10Écrit en 1939, son premier monologue, Le Choix d’une cravate, met en scène un jeune Gandin qui téléphone à son ami Momo pour se fixer sur le choix d’une cravate. Le rire naît ici du flegme « british » du vaniteux, un flegme qui « en impose » en ces temps de Seconde Guerre mondiale. Frère tourne en Amérique et au Canada. Il s’engage, en 1943, dans l’ensa des forces alliées (Actually Entertainments National Service Association). Un temps speaker à la bbc, il devient acteur pour les armées en campagne.

11À la Libération, plus de trois cent représentations au théâtre de Poche Montparnasse lancent sa carrière ! L’époque est à l’autodérision. Un monologue inspiré de son séjour au pays de l’Oncle Sam : Heureux qui comme Ulysse… ou un conférencier français en Amérique lui vaut des ovations.

12Prestations et tournées se succèdent, à partir de 1946, tant à Paris qu’à l’étranger : tournées en Amérique du Nord, Allemagne, Angleterre, Espagne, Portugal, Suisse, Hollande, Luxembourg, quatre en Afrique Centrale, une au Brésil, en Autriche, en Irlande, en Grèce, en Pologne, en Roumanie… Le Moyen-Orient et le Maghreb l’accueillent aussi très chaleureusement.

13Il faut beaucoup de souplesse à Frère pour accréditer ses figures fortement typées sur trois continents et dans des dizaines de villes. Une collaboration avec les Instituts français et l’Alliance française lui permet de toucher un public familiarisé aux types nationaux, à l’actualité – le Paris de mai 1968 dans Les Parents de Mai – et avec les tics de certains milieux : les mondaines de La Sauce hollandaise, les bourgeois du Crédit municipal…

  • 11 Voir mlt 1304.

14Il en arrive à prêter sa voix à des personnages très différents, comme dans La Répétition générale créée en 1957 au Rideau de Bruxelles et honorée du prix Vaxelaire11.

  • 12 Tiré du magazine Les Beaux-Arts de 16/12/60. Voir mlt 1320/2.

Alors que je mettais en contraste à la scène des accents et des maniérismes nationaux, je veux maintenant aller plus loin. Je veux que les différences qui existeront entre mes personnages soient celle du caractère, de la psychologie. Ma dernière pièce : La Répétition générale me fait entrer de manière décisive dans cette voie, puisqu’elle ne met en scène que des Français, et sans accents différents12.

15Des intellectuels français (René Barjavel, Jacques Lemarchand, Sylvie Chevalley, Gabriel Marcel…) et belges (Georges Sion, André Paris…) le plébiscitent dans cette démarche. Herman Closson déclare :

  • 13 Closson (Herman), «  Les comédies à une voix  », dans Le Phare, [1957-1958], voir mlt 1318/3.

André Frère fait œuvre d’écrivain, ce sont de véritables portraits – dans l’esprit des Fâcheux de Molière – tout en petits traits, en petites touches, admirablement choisies, d’une justesse minutieuse, accusant tel penchant, tel travers, insistant à peine, mais dont le nombre finit par créer une figure irrésistible13.

16Quelques textes autographes déposés dans le fonds attestent ce travail d’écriture où les ratures sont rares, privilégiant le mot précis, commun et imagé : une pièce de jeunesse (Les Jeux innocents), deux traductions anglaises (Le Théâtre aux armées, Chorégraphie), ainsi que trois cahiers et une farde (Les Choses auraient pu mal tourner, La Fête des mères et Le Bon Samaritain).

  • 14 665 photographies N/B sont conservées dans nos collections : section théâtre, aml 1233/1-651. Voir (...)

17Le fonds est surtout plus riche en photographies14 qui ont été restaurées grâce aux soins de L’Atelier de l’Imagier et mises en ligne sur le site des aml. Si les clichés ne donnent qu’un reflet de la diversité des moyens d’expression de Frère (pantomime, imitation vocale, répétition des mots…), si les rapports entre les personnages et la qualité de l’émotionqu’ils suscitent n’y sont pas perceptibles, on y observe les mimiques, l’habillement… de quoi imaginer un André Frère en mondaine ou en pêcheur de crevettes. L’artiste confie :

  • 15 Tiré du Soir illustré du 1/02/51. Voir mlt 1313/24. Il dit aussi : «  L’inspiration, je la cherche (...)

Mes personnages sont la décantation, la synthèse de mes souvenirs15.

  • 16 Voir mlt 1302.
  • 17 Frère (André), Comédies à une voix, Gallimard, coll. Le Manteau d’Arlequin, Paris, 1970. Frère (And (...)
  • 18 Voir mlt 1303.
  • 19 Tiré de Valeurs actuelles du 12/04/1975. Voir mlt 1326/14.

18Les dernières années de sa carrière se ressentent d’un difficile renouvellement – de nouveaux habitus apparaissent. Les tournées s’espacent à Paris : 1975 et 1981. Un seul artiste de la scène, Paolo Campanella16, demande et obtient les droits d’adaptation et de jeu (en 1960) pour l’Italie et pour cinq ans. Publiées chez Gallimard, les Comédies à une voix sont ensuite éditées à la Librairie théâtrale17, vu de faibles ventes18. André a le sentiment d’une érosion : « Toute référence à une époque périme une comédie, plus encore une satire »19, confie-t-il.

19Les références culturelles, comme le public et les modes théâtrales, se transforment. L’exigence d’écriture de Frère finit par lasser l’interprète qu’il est. Peu de renouvellement de l’extérieur ; des forces qui déclinent ; et l’obligation de « réussir » à tout coup des « comédies » de plus en plus longues :

  • 20 Tiré de Les Beaux-Arts du 23/12/1955. Voir mlt 1317/3.

Je ne suis pas en train d’écrire de nouvelles pièces. Impossible quand je joue. Je dois pour cela me retirer au vert […]. Je voudrais écrire des comédies qui aient toujours deux parties. Les deux prochaines comporteront chacune quatre ou cinq tableaux ; et l’une formera la suite de l’autre20.

  • 21 Le fonds possède un exemplaire du texte publié à la Librairie théâtrale, plusieurs exemplaires de l (...)

20Catholique pratiquant, Frère met en scène pour la radio des personnages « oubliés » des Évangiles avec Les choses auraient pu mal tourner21, sa dernière réalisation.

21Pas de journal intime ni d’aphorismes dans le legs : le comédien-interprète préférait les romans anglais et les livres de la comtesse de Ségur à la philosophie. Étonnamment, les lettres que lui avaient adressées sa mère pendant la Seconde Guerre mondiale demeurent scellées dans ses papiers, comme elles l’avaient été par la Gestapo.

22Entrant en clinique pour un examen du colon, l’artiste écrit à son compagnon : « Je ne reviendrai pas. » Il décède, à peine admis à l’hôpital, lui qui disait :

  • 22 Tiré de La Dépêche de Paris du 27/03/47. Voir mlt 1342/2.

Je suggère tout, sans décor, sans autre accessoire qu’une chaise ; comme costume : une robe de chambre et un jeu de barbes et de moustaches. Tout mon équipement tient dans une valise22.

Haut de page

Notes

1 Frère (André), déclaration tirée de Valeurs actuelles du 12/04/1975. Voir mlt 1326/14.

2 mlt 1201-1220.

3 Voir mlt 1294 -1299.

4 Pour la Belgique, voir mlt 1317- 1340 ; pour l’étranger, mlt 1341-1374.

5 Voir mlt 1376-1378.

6 «  Le Professeur Buissonnet en Amérique » est riche de ce point de vue : «  […] Et, entre nous, j’ai été particulièrement sensible à la délicatesse avec laquelle vous avez abordé la question de notre parler canayen. J’ai entendu maintes fois des Françâs de France qui en riaient. Hé, sans doute, nous ne grasseyons pas comme nos cousins de Paris. Mais après tout, qui nous dit que ce sont eux autres qui parlent le vrai francâs ? […]  » Frère (André), «  Le professeur Buissonnet en Amérique », Comédies à une voix, Paris, Gallimard, coll. Le Manteau d’Arlequin, 1970, pp.  11-37. Autre exemple  : dans Le Théâtre aux armées, c’est l’accent liégeois qui est à l’honneur.

7 Divers programmes de cette époque sont conservés dans le fonds. Voir mlt 1300.

8 Tiré du magazine Les Beaux-Arts du 16/12/60. Voir mlt 1320/2.

9 Outre les programmes et affiches de ces manifestations, les archives du Rideau de Bruxelles conservent aussi des lettres de l’acteur-compositeur.

10 Tiré de Valeurs actuelles du 12/05/75. Voir mlt 1326/14.

11 Voir mlt 1304.

12 Tiré du magazine Les Beaux-Arts de 16/12/60. Voir mlt 1320/2.

13 Closson (Herman), «  Les comédies à une voix  », dans Le Phare, [1957-1958], voir mlt 1318/3.

14 665 photographies N/B sont conservées dans nos collections : section théâtre, aml 1233/1-651. Voir aussi mlt 1293.

15 Tiré du Soir illustré du 1/02/51. Voir mlt 1313/24. Il dit aussi : «  L’inspiration, je la cherche dans la vie. Aucun de mes personnages n’a de prototype mais il est fait de multiples observations. » Tiré de Samedi, n˚240, du 28/11/1957. Voir mlt 1318/2.

16 Voir mlt 1302.

17 Frère (André), Comédies à une voix, Gallimard, coll. Le Manteau d’Arlequin, Paris, 1970. Frère (André), Toutes les comédies à une voix, Librairie Théâtrales, 1986. Avant cette édition, la Librairie Théâtrale avait déjà publié un ouvrage sous le titre  : Quatre comédies à une voix.

18 Voir mlt 1303.

19 Tiré de Valeurs actuelles du 12/04/1975. Voir mlt 1326/14.

20 Tiré de Les Beaux-Arts du 23/12/1955. Voir mlt 1317/3.

21 Le fonds possède un exemplaire du texte publié à la Librairie théâtrale, plusieurs exemplaires de la cassette audio, ainsi que des coupures de presse concernant la création publique, en 1989, au Rideau de Bruxelles et diverses reprises à Paris et à Bruxelles de 1990 à 1993. Voir mlt 1375.

22 Tiré de La Dépêche de Paris du 27/03/47. Voir mlt 1342/2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Radermecker, « Le Fonds André Frère », Textyles, 35 | 2009, 145-148.

Référence électronique

Vincent Radermecker, « Le Fonds André Frère », Textyles [En ligne], 35 | 2009, mis en ligne le 15 avril 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/195

Haut de page

Auteur

Vincent Radermecker

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org