Navigation – Plan du site

Le paradoxe Jacqmin

De la circonspection dans le lyrisme
Sabrina Parent
p. 81-94

Texte intégral

J’exige la plus entière circonspection
dans l’expression des sentiments.
François Jacqmin, Le Poème exacerbé

  • 1 C’est Catherine Daems, responsable des archives Jacqmin aux Archives et Musées de la Littérature, q (...)
  • 2 Collot (Michel), « Le Sujet lyrique hors de soi », dans Rabaté (Dominique) (éd.), Figures du sujet (...)
  • 3 Évidemment, par « lyrisme », il faut aussi entendre la musicalité des poèmes. C’est une question qu (...)

1La poésie de François Jacqmin est sans nul doute une poésie qui, comme le suggère l’exergue, reflète la méfiance du poète à l’égard de l’expression non mesurée des sentiments. Les moyens langagiers déployés par l’auteur contribuent d’ailleurs à une impression de dépouillement lyrique1. Pourtant, ces mots du critique Michel Collot, extraits d’un article portant précisément sur le lyrisme dans la poésie moderne, invitent à la réflexion : « Il est des états d’âme si profondément enfouis dans l’intimité du sujet, qu’ils ne peuvent paradoxalement se révéler qu’en se projetant au dehors. »2 La citation de Collot ne cerne peut-être pas adéquatement la dynamique en jeu dans les poèmes de Jacqmin, mais elle nous amène à envisager l’existence d’un certain lyrisme – au sens tout simple d’« expression d’émotions »3 – chez l’auteur : la description poétique du monde et de la nature renverrait-elle pudiquement aux émotions ?

2Cette question est d’autant plus pertinente que la nature détient un rôle crucial dans la poésie mais aussi dans la pensée et la vision du monde de l’auteur. Dans le Poème exacerbé, en effet, Jacqmin décrit avec passion le rapport sans retenue qu’il a entretenu, enfant, et qu’il a continué d’entretenir, adulte, avec la nature :

  • 4 Jacqmin (François), Le Poème exacerbé, avant-propos de Michel Otten, Louvain-la-Neuve, Presses Univ (...)

Dès mes plus tendres années, le spectacle de la nature m’a fasciné au-delà de tout contrôle. [...] En ces temps lointains de mon enfance, je tenais les arbres et fleurs, les forêts printanières, les champs, pour autant de voies conduisant à l’extase, à la contemplation éperdue. [...] Pendant nombre d’années, j’ai estimé qu’il était de mon devoir de passer ma vie dans un état d’adoration devant une herbe. [...] Tout événement n’est plus considéré que dans sa possibilité de faire renaître et de refaçonner cette communion extatique4.

3Comment Jacqmin, dans sa poésie, gère-t-il la relation entre le monde et les « réalités internes » ? Telle est la ligne directrice que nous explorerons dans ces quelques pages et que nous envisagerons sous une double perspective : contextuelle et textuelle. Contextuelle, dans la mesure où nous investiguerons l’inscription de Jacqmin dans une certaine tradition littéraire ; et textuelle, puisque nous regarderons de près les procédés linguistiques et stylistiques utilisés par l’auteur.

Jacqmin le lyrique

  • 5 Ibidem, p. 76.
  • 6 Ibidem, p. 57.
  • 7 Ibidem, p. 17. La liste que Jacqmin dresse nous invite à reconstituer les liens plus ou moins expli (...)

4C’est avec un certain étonnement que l’on découvre, à la lecture du Poème exacerbé, la source d’inspiration à l’origine du recueil Le Livre de la neige : « Ma première intention était de composer un ouvrage qui aurait eu le climat de In Memoriam, le livre le plus prennant [sic] d’Alfred Tennyson. [...] C’est probablement le chef-d’œuvre de Tennyson, le recueil où le lyrisme victorien atteint son expression la plus élevée et la plus chaleureuse. »5 Délibérément, Jacqmin s’inscrit donc dans une tradition lyrique, qu’il semble embrasser sans réticence. Précédemment, lorsqu’il avait abordé la question du « spectacle de la nature », il avait d’ailleurs déclaré : « Je ne suis jamais loin des romantiques anglais et allemands. »6 Il faut dire aussi que, parmi les auteurs qui ont bercé son adolescence, il mentionne Coleridge et Wordsworth7, dont les Lyrical Ballads publiées en 1798, marquèrent en quelque sorte les débuts du romantisme.

5Pour les connaisseurs du Livre de la neige, la découverte de In Memoriam comme palimpseste est assez déroutante, mais plus on y réfléchit, plus l’idée séduit. Elle offre en réalité comme une entrée neuve et rafraîchissante dans l’œuvre ; elle permet d’y entrevoir un substrat méconnu.

  • 8 Tennyson (Alfred), In Memoriam A.H.H., Susan Shatto et Marion Shaw (éd.), Oxford, Clarendon Press, (...)

6In Memoriam A.H.H.8 est un long poème – constitué de plus de cent trente sections – qu’Alfred Tennyson a rédigé, sur une période de dix-sept ans (1833-1850), pour la mémoire de feu son ami Arthur Hallam, foudroyé à l’âge de vingt-deux ans (1811-1833) par une hémorragie cérébrale. Étant donné sa longue période de rédaction – suivie, après la publication en 1849, d’une période de révisions successives s’étendant sur vingt ans –, In Memoriam est une œuvre qui semble avoir occupé une bonne partie de la vie de Tennyson. Il s’y prête à l’exploration de la variété et de la fluctuation de ses propres sentiments à travers le temps.

  • 9 Shatto (Susan) et Shaw (Marion), « Introduction », dans Tennyson (Alfred), In Memoriam A.H.H., op.c (...)
  • 10 Shatto (Susan) et Shaw (Marion), article cité, pp. 26-27; « which has never been successfully adopt (...)
  • 11 Ibidem, pp. 27-32.

7Avant que le recueil ne soit publié, Tennyson y renvoyait en désignant les poèmes qui le composent d’« élégies », s’inscrivant par là dans la tradition antique du « poème de lamentation ou regret », caractérisé formellement par l’adoption du « mètre “élégiaque” » (alternance d’hexamètres dactyliques et de pentamètres) et thématiquement par « une auto-analyse d’émotions complexes »9. De la tradition élégiaque antique, Tennyson maintient la description minutieuse des émotions, mais rejette sa métrique (« qui n’a [d’ailleurs] jamais été adoptée avec succès par les poètes anglais ») pour adopter le « quatrain de tétramètre iambique avec rime embrassée »10. En outre, l’inscription dans la tradition élégiaque implique l’utilisation de toute une série de topoï ou de lieux communs dont les critiques Shatto et Shaw dressent la liste11 et parmi lesquels l’on relèvera trois thèmes en particulier. Tout d’abord, la célébration de l’anniversaire de l’aimé (section 107 de In memoriam) un jour d’hiver auprès d’un feu de bois, motif emprunté des Odes d’Horace. Une autre thématique, qui deviendra chère aux romantiques, est celle de l’attitude compatissante de la nature qui se manifeste par l’inversion de ses cycles, en témoignage de deuil (sections 3 et 72 de In Memoriam). Enfin, le motif du voyageur est réactualisé : Arthur Hallam est décédé lors d’un séjour à Vienneet le rapatriement du corps par bateau via l’Italie est le thème inspirateur de la section 9.

  • 12 Ce fait nous a bel et bien été confirmé. Jacqmin a cependant perdu un fils à un moment donné de sa (...)
  • 13 Jacqmin (François), Le Poème exacerbé, op. cit., p. 75.

8À ma connaissance, Le Livre de la neige n’a pas été motivé par la perte d’un être aimé12. Cependant, si l’on s’intéresse à la genèse de l’œuvre, Jacqmin nous en révèle un aspect intéressant, qui rapproche, précisément par la distance temporelle qu’elles incluent en elles, les recueils de l’Anglais et du Belge. Il dit avoir retrouvé des feuillets jaunis sur lesquels, quelque trente années après les avoir écrits, se trouvaient des poèmes de « réflexion assez fruste touchant la neige dans son aspect le plus physique »13. Le délai de trente ans est important car il invite Jacqmin à une réflexion sur les notions d’oubli, d’attente et de perte :

  • 14 Ibidem, p. 77.

Trente années d’oubli absolu, pendant lesquelles ces poèmes ont attendu dans l’ombre, lorsque je vivais ma vie d’homme. Pendant que ma vie exigeait son dû, ces poèmes se tenaient en moi, à la fois tranquilles et clandestins. Il a fallu que je me défasse de trente années d’existence, comme d’une immense métaphore matérielle [...] pour que cette neige apparaisse enfin, simple, fragile, inévitable14.

  • 15 Ibidem, p. 79.

9LeLivredelaneige, c’estcommeunInMemoriamdédiéàsa« vie d’homme », ce que semble confirmer la citation suivante : « Écrit, ce livre [Le Livre de la neige] n’aura de fonction que si l’on a pleinement conscience d’avoir vécu une phase terminale de nous-même à travers lui. »15 Ainsi, la méditation sur la disparition se trouve bien au cœur du recueil, mais d’une façon plus intériorisée : la mort à soi-même.

  • 16 Ibidem.
  • 17 Ce thème a été abordé dans notre article consacré aux Saisons. Parent (Sabrina), « Événement et poé (...)
  • 18 Jacqmin (François), Le Poème exacerbé, op.cit., p. 75.
  • 19 Ibidem, p. 76.

10Par ailleurs, Jacqmin signale que l’on retrouve dans cet ouvrage « la plupart de [s]es thèmes habituels, [...] mais considérablement adoucis »16. Or, l’on sait la fascination du poète pour la thématique de la perte ou du déclin, qui travaille le recueil des Saisons par exemple. Le déclin est moins cette progression qui va de l’épanouissement à la dégradation qu’une dégradation qui a toujours lieu dans la mesure où elle s’inscrit dans un cycle naturel17. Dans les propres termes de Jacqmin, « le cynisme et la hargne », manifestes dans les recueils précédant Le Livre de la neige, « ont fait place à une plus grande douceur poétique »18, une « douceur poétique » héritée sans nul doute de la chaleur lyrique de Tennyson19.

11L’idée de perte, mais exprimée dans la « douceur », est centrale dans ce poème, qui suggère la disparition de la neige par liquéfaction :

  • 20 Jacqmin (François), Les Saisons, Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, 1988, p. 14.

Traquée par la nuit, la neige poussa la porte,
Et avança jusqu’au cœur du logis.
Elle pénétrait
comme ces convictions douces que l’on a
en rêvant.
Puis, elle s’est assise au milieu de l’âtre.
Installée dans le giron des flammes,
elle contemplait
mes songes. Elle était lasse de sa blancheur,
et attendait mon ombre compatissante20.

  • 21 Ce poème est analysé en détail dans l’article suivant, qui explore l’usage de la tautologie dans l’ (...)

12Le motif de la perte – « elle s’est assise au milieu de l’âtre » – se concrétise au niveau textuel par la narrativité : usage des temps du passé, connecteurs, etc.21. En outre, Jacqmin aborde cette thématique de la perte en faisant écho au topos antique, repris par Tennyson, de la célébration d’anniversaire en hiver autour d’un feu de bois. Cependant, il procède à une dramatisation et réécrit la scène de façon plus abstraite. Là où Tennyson célébrait l’anniversaire de naissance de son défunt ami– dans la tristesse, certes, mais que la chaleur des bûches visait à apaiser –, Jacqmin personnifie la neige pour la faire disparaître dans le « giron des flammes ». C’est le processus de la mort, inévitable, que le poète nous place sous les yeux, spectacle d’autant plus affligeant à contempler qu’il semble exister comme une connivence entre la neige et le « je ».

13Une autre thématique qui surgit dans Le Livre de la neige, comme en écho à l’Antiquité et à Tennyson, est celle du voyageur. Mais, tandis que Tennyson identifie le voyageur à l’ami, mort en terres inconnues et de retour au pays natal parmi les siens où il pourra être enterré dans la sérénité, c’est la figure du poète qui, dans Le Livre de la neige, est associée au voyageur. En outre, le voyage y est étroitement lié à l’activité de la pensée, c’est-à-dire qu’il ne mène nulle part, si ce n’est à la perte de soi :

  • 22 Jacqmin (François), Le Poème exacerbé, op. cit., p. 77.

D’autre part, une préoccupation qui m’est inhabituelle s’y [dans Le Livre de la neige] fait jour. Il s’agit du thème du voyageur, de celui qui est maudit en raison de son irrépressible errance, qui est un vice. Que le voyageur perçoive l’horizon qui se dérobe sans cesse à ses pas, que le penseur se trouve tout le temps affligé d’une pensée qui agrandit l’espace de son ignorance, une fin tragique et médiocre les attend tous les deux : le voyageur et le penseur périssent sous les éboulis de leur subjectivité22.

  • 23 Shatto (Susan) et Shaw (Marion), article cité, p. 32; « Typically, however, he was concerned to con (...)
  • 24 Jacqmin (François), Le Poème exacerbé, op. cit., p. 79.

14De nouveau, le travail de réécriture des modèles traditionnels semble aller dans le sens d’une concentration – le mort ou le voyageur n’est plus l’autre, mais soi-même – et d’une dramatisation – la consolation ne semble point être le but du poète qui accepte placidement son sort « médiocre ». L’on sait toutefois que le réconfort était la visée du recueil de Tennyson : « sa préoccupation principale était sa propre consolation, comme il le dit à son éditeur en 1848 quand il admit qu’il avait écrit les Élégies “pour son propre soulagement et sa satisfaction personnelle” »23. Jacqmin ne connaîtra pas cette satisfaction, lui qui déclare sa frustration, relativement au Livre de la neige, en ces termes : « Le livre que nous avons écrit n’a pas emprunté le bon chemin. »24

  • 25 Ibidem, p. 76.

15Du reste, Jacqmin avoue que, malgré son intention première, il a dû se rendre à l’évidence d’une impossibilité : « je ne partageais pas les préoccupations profondes de Tennyson. Mon propre sujet m’entraînait ailleurs. »25 La suite de son propos ne remet pas foncièrement en question l’influence de Tennyson en ce qui concerne le ton général du recueil ou ses thématiques, mais soulève une difficulté imprévue, qui le dépasse, et semble être insurmontable. Il s’agit de la langue :

  • 26 Ibidem.

Chaque langue exprime ses propres intentions plutôt que celles des hommes qui tentent de manœuvrer cette langue. La langue s’écrit, c’est-à-dire se mire dans son histoire, plonge sans cesse dans les douces obscurités de son étymologie. La langue est totalement indifférente aux aspirations de l’auteur, ce dupe qui feint de croire qu’il écrit26.

16Cette citation met en évidence un aspect fondamental de la poétique de Jacqmin : l’auteur est privé de toute agentivité. C’est la langue qui « s’écrit » à travers lui. Le poète n’est qu’un passeur de mots.

  • 27 Ibidem, p. 16.

17L’histoire de la langue, des mots dans leur matérialité sonore, apparaît donc comme une donnée plus contraignante qu’elle n’avait initialement paru. Mais c’est aussi que ces mots sont porteurs d’une histoire personnelle, dont la poésie de Jacqmin porte la trace. À l’âge de dix ans, en 1940, les circonstances historiques conduisent les parents de Jacqmin à trouver refuge en Angleterre. L’enfant doit désormais renoncer à sa langue maternelle pour « se plonger »27 dans l’anglais. Pour Jacqmin, il s’est agi d’une question de survie :

  • 28 Ibidem, pp. 16-17.

La manière la plus décisive de survivre en terre étrangère consiste à en maîtriser la langue. S’adapter en parlant, se fondre dans un ensemble en lui ressemblant par l’accent, les tournures d’esprit, par l’humour enfin, était le garant le plus sûr d’une sécurité intérieure. Il s’agissait de m’endormir dans le sein d’une nation qui m’avait offert un asile28.

  • 29 Peut-être Jacqmin trouvait-il l’anglais plus lyrique dans la mesure où il est plus « musical » et c (...)

18Les termes utilisés dans cet extrait suggèrent le désir fusionnel qui lie Jacqmin à la langue adoptive. Il est tentant de rapprocher cette envie de fusion – « se fondre dans un ensemble » – avec le lien de communion que dit avoir entretenu Jacqmin avec la nature lorsqu’il était enfant et que nous avons évoqué plus haut. En somme, à la nature pour l’enfant semble correspondre la langue, anglaise, pour le jeune adolescent. Dans l’absolu, cette langue n’est peut-être pas plus lyrique que la française29, mais dans l’imaginaire du poète, elle représente le lyrisme par excellence, dans la mesure où il l’associe à un abandon total dans une nature accueillante.

19Se donner à l’anglais au sortir de l’enfance, fut pour Jacqmin un des événements majeurs de la vie, une espèce de traumatisme :

  • 30 Jacqmin (François), Le Poème exacerbé, op. cit., pp. 16-17.

Changer de langue au cours de l’enfance est un événement psychologique important, qui ébranle à jamais la fondation de l’individu. Lorsque la langue d’adoption devient celle par laquelle on s’éveille à l’essence du signe, à l’expression des sentiments les plus profonds et les plus singuliers de l’être, à la poésie, l’on devine la dimension de la fracture que subira la personnalité. Cette fracture persiste aujourd’hui, et se manifeste par un manque d’adhésion généralisée. Mes racines sont flottantes, mes opinions fragiles et éphémères, mes enthousiasmes incertains. Mes assises étant lézardées, je suis peu convaincu de mes convictions30.

  • 31 Ibidem, p. 12.

20Ce dernier passage souligne à quel point le changement de langue, complètement contingent, a eu des conséquences déterminantes sur la formation de l’identité personnelle, la façon d’appréhender le monde et de concevoir la poésie. Identité, monde et poésie portent en effet l’empreinte d’un doute radical, d’une « faille » originelle31.

  • 32 Ibidem, p. 17.
  • 33 Ibidem.
  • 34 Ibidem, p. 18.

21Ce n’est sans doute pas sans frustration que, pour ce qui est de l’écriture poétique, Jacqmin renoncera à l’anglais. En tout cas, ce n’est pas faute d’avoir essayé. Il mentionne en effet avoir « commis un long poème octosyllabique dans le genre passéiste de Walter Scott. Il y eut également le début d’un roman historique dont le ridicule ne [l’] a pas tué. »32 Mais cette « langue d’adoption »33 grâce à laquelle Jacqmin dit « s’[être] éveill[é] [...] à l’expression des sentiments les plus profonds et les plus singuliers de l’être, à la poésie » semble lui résister. Ou plutôt, comme il l’a explicité auparavant, est-ce lui qui résiste, ne laissant pas la langue l’imprégner totalement. Quoi qu’il en soit, c’est « contraint par la force des événements » qu’il revient à la langue française, dont il se plaint de « l’indigence de lyrisme, l’aridité et la sécheresse jacobine »34.

22Ainsi, pour Jacqmin, l’anglais et la poésie en anglais représentent-ils peut-être une espèce d’idéal, cet horizon à atteindre mais qui s’échappe à l’approche du marcheur, pour reprendre une de ses images favorites. L’anglais et ses potentialités lyriques doivent en tout cas, nous semble-t-il, être envisagés chez Jacqmin comme substrat qui travaille les poèmes. Au niveau thématique, nous espérons en avoir montré la pertinence en exploitant la veine romantique anglaise qui subsisterait, bien que modifiée, dans la poésie de l’auteur. Au niveau formel, peut-être pourrait-on relever, dans le découpage du vers de Jacqmin, une influence de la prosodie anglaise. Il s’agit sans aucun doute d’une question qui mériterait que l’on s’y attarde. Pour l’heure, nous souhaitons, par l’analyse attentive de poèmes extraits du Livre de la neige (puisque c’est de cet ouvrage qu’il a été question jusqu’à présent), montrer en quoi Jacqmin, héritier des romantiques anglais, peut être dit « lyrique » ainsi que mettre en avant les moyens langagiers utilisés par l’auteur pour traiter l’émotion dans sa poésie.

Jacqmin le circonspect

23Dans le poème qui suit, le verbe « ressentir » introduit une émotion, qui ne semble cependant pas émerger du sujet, du moins à l’origine :

  • 35 Jacqmin (François), Le Livre de la neige, Paris, La Différence, coll. Littérature, 1990, p. 34 ; no (...)

Tout à coup,
je me souvins de mes instruments de jardinage.
Le râteau,
qui attendait dans la grange pétrifiée,
et la faux
dont le tranchant s’était affiné par le froid.
Je ressentais la douleur poignante
de leur station.
Hors du pré, on eût dit qu’ils séjournaient comme moi,
au bord du vide35.

24En cette saison hivernale, le râteau et la faux sont rangés « dans la grange ». « Hors du pré », inutilisés et, par là, inutiles, ils doivent éprouver une « douleur » d’autant plus « poignante » qu’elle semble être « affiné[e] par le froid ». Telles que les choses sont présentées dans le poème, c’est la souffrance des outils à l’abandon – causée par un état d’inutilité –, qui renvoie le poète à son propre malaise existentiel, prenant la forme d’une station prolongée, d’un séjour, « au bord du vide » (de sens).

25Dans ce deuxième poème, l’émotion n’est en quelque sorte qu’implicite. La perception – introduite de nouveau par le verbe « ressentir » – du « mouvement [...] du rien » suggère une réaction émotionnelle de l’ordre de l’agacement, du malaise, de l’usure (« abrasif ») face au bruit.

  • 36 Ibidem, p. 47 ; nos italiques.

Lorsque la neige cessa de tomber, il neigeait
encore.
Un poudroiement minutieux
ajoutait
une frise posthume à l’œuvre de la blancheur.
Dans les zones indéfinies de la conscience,
on ressentait
la présence d’infimes froissements, comme une sorte
de mouvement abrasif du rien.
Tout tenait dans la plus petite fraction du possible36.

  • 37 Cette idée est développée dans : Parent (Sabrina), « Événement et poétique des Saisons de François (...)
  • 38 Jacqmin (François), Le Poème exacerbé, op. cit., p. 46.

26La thématique, romantique par excellence, d’une correspondance entre individu et monde est au cœur de ces deux poèmes. Il importe toutefois de noter que, dans le monde du poème, la nature n’est pas conçue comme écran de projection d’états d’âme. Au contraire, le mouvement se fait ici du monde vers le sujet de perception. Ceci s’explique si l’on considère l’économie plus globale de l’œuvre de Jacqmin. La nature y est conçue comme force agissante et intentionnelle, productrice d’événements qui sont significatifs dans la mesure où, incessamment, ils renvoient à l’énigme de l’Être, au fait qu’il y a quelque chose – « Tout tenait dans la plus petite fraction du possible » – plutôt que « rien »37 : « Il y a de l’être. Comment n’être pas aveuglé à tout jamais par cette affirmation [...]. »38 Le sujet, passif ou plutôt empathique, ne peut ni comprendre ni expliquer l’Être, il ne peut que le contempler et exprimer sa fascination en le réfléchissant.

27Outre l’usage du verbe « ressentir », un autre moyen utilisé par Jacqmin pour évoquer l’émotion, plutôt que la décrire, est l’emploi du verbe « reconnaître », comme dans ces deux exemples :

  • 39 Jacqmin (François), Le Livre de la neige, op. cit., p. 44 ; nos italiques
  • 40 Ibidem, p. 107 ; nos italiques.

Elle ne se rendait en aucun lieu et c’est ainsi
que la neige
arriva comme un miracle.
Je reconnus son silence ajouré.
Son propos
tombait avec la tranquillité verticale
d’un proverbe
qui a longtemps hanté l’ouïe avant de connaître
la sagesse.
Elle avait le ton léger de la profondeur39.

Il y eut quelques instants de sublime
aveuglement,
puis la bourrasque cessa, et la nuit dut s’avouer
vaincue.
Çà et là,
on reconnaissait les traces d’une destinée
qui avait été colossale,
et qui se présentait maintenant
sous les dehors d’une simple soirée d’hiver40.

  • 41 Dominicy (Marc), « Description, définition, évocation. Réflexions préliminaires », dans Acke (Danie (...)
  • 42 Follain (Jean), Collège, Paris, Gallimard, 1973, p. 190 ; nos italiques.

28Comme l’indique le linguiste et poéticien Marc Dominicy41, l’expérience poétique de la « reconnaissance » peut être source d’émotions puissantes, plus intenses que la simple découverte. Beaucoup de poètes disent avoir éprouvé cette sensation. Ainsi en est-il de cette expérience vécue et décrite par Jean Follain, pour ne citer qu’un exemple parmi d’autres : « Craignant de me perdre, je ne fais que peu de chemin, assez pour apercevoir dans une légère brume l’édifice du Parlement que je reconnais semblable à ce que me montraient les vignettes de vieux livres scolaires. Cette constatation m’emplit d’une sorte de poésie. »42 L’effet poétique surgit ici de la confrontation – dans ce cas-ci, il s’agit plutôt d’une adéquation, d’autant plus surprenanteque la réalité ne déçoit pas – entre une représentation mentale (construite sur base d’illustrations de manuels) et une perception sensible de la réalité. Pour revenir à Jacqmin, l’usage du terme « reconnaître » lui permet de faire l’économie d’une description de l’émotion – la joie ou la surprise ou la déception de reconnaître quelque chose ou quelqu’un – pour privilégier son évocation dans le chef du lecteur. Un moyen ingénieux de mesurer le débordement.

  • 43 Jacqmin (François), Le Poème exacerbé, op. cit., p. 10.
  • 44 Ibidem, p. 46.
  • 45 Ibidem, p. 33.

29Si l’on revient à la citation du Poème exacerbé, donnée plus haut, dans laquelle Jacqmin décrit son rapport avec la nature, le monde, bref, avec l’Être, l’on note que les termes utilisés rendent compte d’une certaine exacerbation émotionnelle : il y parle de « fascin[ation] au-delà de tout contrôle », d’« extase », de « contemplation éperdue », d’« état d’adoration », de « communion extatique ». Or, comme nous l’avons vu, cette démesure ne se retrouve pas dans les poèmes dont les moyens langagiers visent à contrôler la violence des sentiments. Jacqmin a beau en faire une question de savoir-vivre ou de « courtoisie »43, l’explication réside aussi dans la menace de « dissolution » du moi44, qui va de pair avec le désir de fusion avec le monde. La poésie de Jacqmin est donc un exercice de maintien d’équilibre pour que le sujet ne s’annihile pas totalement, sous l’effet de fascination que l’Être exerce sur lui. Il ne s’agit pourtant pas d’abolir la relation, intense, qui relie le sujet au monde. Il s’agit plutôt de la contrôler, afin qu’elle demeure tenable, viable, pour le sujet de perception. Le flux émotionnel doit être distillé afin que ne subsiste qu’une quintessence. La poésie de Jacqmin consiste ainsi à « tenir en échec un échec plus grand »45, à savoir la totale perte de soi, qui menace celui qui ne cesse d’être ébloui par l’Être.

  • 46 Genette (Gérard), Figures III, Paris, Seuil, coll. Poétique, 1972.

30Les deux paires de poèmes précédemment mentionnés méritent aussi notre attention en ce qu’ils mettent en avant un phénomène particulier lié à la narrativité, ainsi que des mécanismes récurrents. La première partie de chacun des poèmes (vers 1-6 pour le premier poème cité, vers 1-5 pour le deuxième, vers 1-3 pour le troisième et vers 1-4 pour le dernier) est constituée de nombreux éléments narratifs. Les verbes sont conjugués aux temps du passé (temps de la rétrospection) et, le plus souvent, au passé simple dont l’effet est de marquer le déclenchement d’un événement : « je me souvins », « la neige cessa de tomber », « la neige / arriva », « la bourrasque cessa, et la nuit dut s’avouer / vaincue ». En outre, les organisateurs logico-temporels ne manquent pas : « Tout à coup », « lorsque », « Et c’est ainsi que », « puis ». Autant d’éléments qui, dans un tout autre (con)texte, suffiraient pour déclencher un récit. Or, précisément, le récit n’est qu’amorcé et la suite du texte patine. Cet effet semble être dû à l’introduction des deux verbes « reconnaître » et « ressentir ». Tantôt à l’imparfait, tantôt au passé simple, tantôt précédés de « je », tantôt de « on », ils ont néanmoins en commun, nous l’avons vu, d’être des verbes de perception. Le poème, en quelque sorte, bascule à cet endroit. Car, de la narration des événements du monde (excepté l’événement « intérieur » du souvenir dans le premier poème cité) sur un mode plutôt objectif, l’on passe à une relecture « en focalisation interne »46, plus subjective ; ces événements étant à présent réfléchis ou réverbérés sur le miroir qu’est « l’âme » du poète.

31Les verbes de perception ouvrent l’accès à un monde autre, au sein duquel l’analogie semble prévaloir, comme le suggèrent les comparaisons en « comme » qui parsèment les poèmes : « […] la neige / arriva comme un miracle », « Hors du pré, on eût dit qu’ils séjournaient comme moi, / au bord du vide », « on ressentait / la présence d’infimes froissements, comme une sorte/ de mouvement abrasif du rien ». Notons que la plupart de ces « comme » (sauf pour le quatrième poème) n’apparaissent que dans la seconde moitié du poème : le récit bloqué est remplacé par des jeux de parallélismes. Cette coupure est magnifiquement illustrée par le quatrième poème cité, composé de neuf vers. Le cinquième vers « Çà et là » illustre, au sens propre, la mise en parallèle d’une dichotomie : « Çà » désignerait les quatre premiers vers où un récit se met en branle, tandis que « là » se référerait aux quatre derniers vers qui redécrivent le monde sous des traits reconnaissables par le sujet. Le récit s’effondre au profit d’une relecture du spectacle de la neige. Une relecture qui réconcilie les contradictions et fait vivre les paradoxes, comme en témoignent certaines expressions : « le ton léger de la profondeur », « Lorsque la neige cessa de tomber, il neigeait encore », « on reconnaissait les traces d’une destinée/qui avait été colossale/ et qui se présentait maintenant/ sous les dehors d’une simple soirée d’hiver ». La récurrence des procédés de parallélisme, d’une part, et de mise en présence des contraires, de l’autre, peut s’interpréter comme désir de promouvoir un autre ordre de pensée, sorte d’alternative à la logique rationnelle symbolisée par le récit. Si l’on tentait de la définir, très grossièrement, l’on pourrait avancer qu’il s’agit d’une pensée où la seule juxtaposition ferait sens et corollairement, où le récit deviendrait inutile car le monde autre ne serait plus soumis à sa logique implacable. Une pensée en quelque sorte d’avant la pensée rationnelle et qui serait plus proche du perceptif, de l’intuitif (comme en témoignent les verbes « ressentir » et « reconnaître ») et donc de l’origine, qui était fusion avec le monde.

Conclusion

  • 47 Jacqmin (François), Le Poème exacerbé, op. cit., p. 13.
  • 48 Ibidem, p. 10.

32De l’incursion dans la tradition littéraire anglaise et la texture des poèmes, nous espérons avoir mis en avant le fondement lyrique qui soutient l’édifice poétique de Jacqmin. L’émotion, suggérée plutôt que décrite et bien que discrète, relie intensément le monde au sujet. Un sujet en totale empathie avec le monde et qui se conçoit moins comme agissant qu’« étant agi » par des forces et des flux qui le dépassent, voire le menacent de dissolution. Il faut sans doute rapprocher ce fait poétique de l’expérience de la « philocalie », dont parle Jacqmin dans Le Poème exacerbé : « C’est une pratique qui consiste en un état de prière ou d’oraison qui se déploie à l’intérieur de l’être religieux sans l’intervention de la volonté de celui-ci. [...] Il ne s’agit plus de prier, on est prié, on est devenu prière. »47 Mutadis mutandis, tel serait l’idéal poétique de Jacqmin : il ne s’agirait plus d’écrire, on est écrit, on est devenu texte. Et ce « on » qui devient texte peut être enfin rendu au monde, comme un « galet », dans « l’anonymat originel »48.

Haut de page

Notes

1 C’est Catherine Daems, responsable des archives Jacqmin aux Archives et Musées de la Littérature, qui dans une communication personnelle attirait notre attention sur la répétition du pronom « on » ou sur l’usage de phrases énonciatives plutôt qu’expressives, tournures qui tendent effectivement à gommer l’expression du lyrisme. Nous profitons de cette note de bas de page pour souligner le fait que cet article s’est aussi construit dans le dialogue avec Catherine Daems, que nous remercions tout particulièrement : ses remarques avisées révèlent une connaissance subtile de l’œuvre tout autant qu’une grande générosité. Nous tenons également à remercier les premiers lecteurs de cet article, qui nous ont permis d’affiner notre analyse.

2 Collot (Michel), « Le Sujet lyrique hors de soi », dans Rabaté (Dominique) (éd.), Figures du sujet lyrique, Paris, Presses Universitaires de France, 1996, p. 113.

3 Évidemment, par « lyrisme », il faut aussi entendre la musicalité des poèmes. C’est une question qui n’est abordée que de biais dans cet article, mais qui mériterait que l’on s’y attarde plus systématiquement.

4 Jacqmin (François), Le Poème exacerbé, avant-propos de Michel Otten, Louvain-la-Neuve, Presses Universitaires de Louvain ucl, coll. Chaire de Poétique, n˚6, 1992, pp. 12-13. Nos italiques.

5 Ibidem, p. 76.

6 Ibidem, p. 57.

7 Ibidem, p. 17. La liste que Jacqmin dresse nous invite à reconstituer les liens plus ou moins explicites qui lieraient le poète à ses auteurs de chevet. Peut-être aimait-il Shakespeare pour sa passion des mots et de leur musicalité ? Quant à Donne, il lui a peut-être procuré le goût pour la poésie métaphysique. Chez Hazlitt, admirait-il sa perspicacité de critique littéraire, en particulier sa lecture de Shakespeareet chez De Quincey, sa fragilité physique et sa qualité de traducteur (de l’allemand) ? Se retrouvait-il dans le don de traduire de Carlyle, dans sa passion pour un pays autre que sa terre natale (l’Allemagne), dans le doute qui a dévasté sa foi religieuse ? Chez Swift et Dickens, l’on pourrait discerner son goût pour le récit, « ce fil d’Ariane qui guide le lecteur jusqu’à la fin de l’écrit » (Ibidem, p. 78).

8 Tennyson (Alfred), In Memoriam A.H.H., Susan Shatto et Marion Shaw (éd.), Oxford, Clarendon Press, 1982, [1849].

9 Shatto (Susan) et Shaw (Marion), « Introduction », dans Tennyson (Alfred), In Memoriam A.H.H., op.cit., pp. 26-27. Shatto et Shaw distinguent au sein de la tradition élégiaque une tradition plus tardive (vesiècle avant notre ère) où l’élégie traite exclusivement de la mort, et une tradition qui lui est antérieure (viie et viiiesiècles avant notre ère) où les poètes élégiaques évoquaient aussi la guerre et l’amour. Pour ce qui concerne les traductions de l’anglais, elles sont nôtres. Les citations originales seront transcrites dans les notes de bas de page : « a poem of lamentation or regret » ; « the meter now called elegiac » ; « the subjective and self-conscious analysis of complex emotions ».

10 Shatto (Susan) et Shaw (Marion), article cité, pp. 26-27; « which has never been successfully adopted by the English poets »; « the quatrain of iambic tetrameters with enclosed rhyme ».

11 Ibidem, pp. 27-32.

12 Ce fait nous a bel et bien été confirmé. Jacqmin a cependant perdu un fils à un moment donné de sa vie.

13 Jacqmin (François), Le Poème exacerbé, op. cit., p. 75.

14 Ibidem, p. 77.

15 Ibidem, p. 79.

16 Ibidem.

17 Ce thème a été abordé dans notre article consacré aux Saisons. Parent (Sabrina), « Événement et poétique des Saisons de François Jacqmin », dans Alexandre (Didier), Frédéric (Madeleine), Parent (Sabrina) et Touret (Michèle) (éd.), Que se passe-t-il ? Événements, sciences humaines et littérature, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2004, pp. 167-175.

18 Jacqmin (François), Le Poème exacerbé, op.cit., p. 75.

19 Ibidem, p. 76.

20 Jacqmin (François), Les Saisons, Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, 1988, p. 14.

21 Ce poème est analysé en détail dans l’article suivant, qui explore l’usage de la tautologie dans l’œuvre de Jacqmin : Parent (Sabrina), « Le Livre de la neige de François Jacqmin. Poésie et tautologie », dans Balises. Cahiers de Poétique des Archives et Musée de la Littérature, n˚3-4, Crise de vers I, 2003, pp. 139-160.

22 Jacqmin (François), Le Poème exacerbé, op. cit., p. 77.

23 Shatto (Susan) et Shaw (Marion), article cité, p. 32; « Typically, however, he was concerned to console only himself, as he told his publisher in 1848 when he admitted that he had been writing the Elegies “for his own relief and private satisfaction”. »

24 Jacqmin (François), Le Poème exacerbé, op. cit., p. 79.

25 Ibidem, p. 76.

26 Ibidem.

27 Ibidem, p. 16.

28 Ibidem, pp. 16-17.

29 Peut-être Jacqmin trouvait-il l’anglais plus lyrique dans la mesure où il est plus « musical » et ce, étant donné ses variations accentuelles. Ou peut-être trouvait-il encore que le lyrisme de la langue anglaise se logeait davantage dans le populaire (comme dans les Lyric Ballads), le petit, l’intime, au contraire du lyrisme de tradition française, plus grandiloquent.

30 Jacqmin (François), Le Poème exacerbé, op. cit., pp. 16-17.

31 Ibidem, p. 12.

32 Ibidem, p. 17.

33 Ibidem.

34 Ibidem, p. 18.

35 Jacqmin (François), Le Livre de la neige, Paris, La Différence, coll. Littérature, 1990, p. 34 ; nos italiques.

36 Ibidem, p. 47 ; nos italiques.

37 Cette idée est développée dans : Parent (Sabrina), « Événement et poétique des Saisons de François Jacqmin », article cité.

38 Jacqmin (François), Le Poème exacerbé, op. cit., p. 46.

39 Jacqmin (François), Le Livre de la neige, op. cit., p. 44 ; nos italiques

40 Ibidem, p. 107 ; nos italiques.

41 Dominicy (Marc), « Description, définition, évocation. Réflexions préliminaires », dans Acke (Daniel) (éd.), Mimèsis. Théorie et pratique de la description littéraire, Louvain, Peeters, 1993, pp. 43-55.

42 Follain (Jean), Collège, Paris, Gallimard, 1973, p. 190 ; nos italiques.

43 Jacqmin (François), Le Poème exacerbé, op. cit., p. 10.

44 Ibidem, p. 46.

45 Ibidem, p. 33.

46 Genette (Gérard), Figures III, Paris, Seuil, coll. Poétique, 1972.

47 Jacqmin (François), Le Poème exacerbé, op. cit., p. 13.

48 Ibidem, p. 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabrina Parent, « Le paradoxe Jacqmin », Textyles, 35 | 2009, 81-94.

Référence électronique

Sabrina Parent, « Le paradoxe Jacqmin », Textyles [En ligne], 35 | 2009, mis en ligne le 15 avril 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/180 ; DOI : 10.4000/textyles.180

Haut de page

Auteur

Sabrina Parent

Université Libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org