Navigation – Plan du site

Introduction. Jacqmin dans ses poèmes

Laurent Demoulin
p. 7-12

Texte intégral

  • 1 Jacqmin (François), Le Poème exacerbé, avant-propos de Michel Otten, Louvain-la-Neuve, Presses Univ (...)
  • 2 Ibidem, p. 52.
  • 3 Ibidem, p. 53.
  • 4 Ibidem, p. 72.
  • 5 Ibidem, p. 29.

1Sans doute est-il quelque peu paradoxal d’écrire à propos d’un poète ayant éprouvé le besoin de dire sa « reconnaissance envers ceux qui n’ont ni vu ni su [qu’il était] poète »1, d’analyser les livres d’un écrivain déclarant ne pas tenir « la littérature en grande estime »2, de se mettre à penser à partir de l’œuvre d’un homme selon lequel il n’existe pas de « penseur qui ne fût tout bonnement victime de ses propensions les plus ordinaires »3, de chercher à renouveler le savoir au sujet d’un artiste percevant le « savoir […] comme un instrument d’oppression »4, de consacrer un numéro de revue et ainsi d’œuvrer à la notoriété d’un auteur qui considérait celle-ci comme « un manque radical d’éducation, une eau empoisonnée, et surtout une faute de goût »5.

2À cette première salve de difficultés s’en ajoute d’autres, de nature toute différente, en même temps pratique et intellectuelle. Il n’est pas aisé, en effet, de s’attaquer à la production du poète dont il s’agit. Car sa première caractéristique est d’être insaisissable, fragile, souple, transparent. Que dire, sans trahir leur argument même, des vers qui suivent ?

  • 6 Jacqmin (François), Le Livre de la neige, Paris, Éditions de la Différence, coll. Littérature, 1990 (...)

Le brouillard a élevé l’atmosphère à la hauteur
de la myopie
Un foisonnement d’imprécision transforme
le visible
en un pari sur l’esprit6.

3Et, pourtant, elle existe, la monographie, paradoxale et impossible, consacrée à ce poète aérien. Il est entre tes mains, aimable lecteur de Textyles, ce numéro « François Jacqmin ».

4Pour les raisons énumérées ci-dessus, et peut-être à cause d’autres facteurs, François Jacqmin n’a pas encore eu droit à des égards suffisants de la part de la critique. À la fin de ce dossier, une bibliographie, que l’on doit aux efforts conjugués de Laurent Robert, Sabrina Parent et Gérald Purnelle, mentionne une bonne vingtaine d’articles, trois mémoires de licence et deux thèses. Le présent numéro constitue donc le premier ouvrage publié consacré tout entier au poète des Saisons. C’est pourquoi la page de garde de ce volume ne porte aucun sous-titre : nous n’avons donné aucune ligne directrice aux différents contributeurs. Il s’agissait de brosser un tableau d’ensemble, d’aborder Jacqmin et son œuvre sous de multiples aspects. Les articles réunis ici répondent, au moins partiellement, à ce projet : études rhétorique, génétique, formaliste, thématique se succèdent et le rapport singulier de Jacqmin à la peinture n’est pas oublié. On s’étonnera peut-être de l’absence d’un point de vue purement philosophique, tant cette dimension est présente dans l’œuvre envisagée. Cette absence n’est pas volontaire et est due aux hasards de la vie académique : des contributeurs ont été sollicités à cet égard, mais ils n’ont pas répondu par l’affirmative. A posteriori, toutefois, cet état de fait s’avère étrangement significatif. Car, si certaines considérations d’ordre philosophique émaillent quelques articles, notamment l’éclairante contribution de Francis Edeline, l’on constatera que c’est le poète dans ses poèmes et non dans sa poésie qui a retenu ici les attentions critiques. François Jacqmin est, cette fois, considéré comme un homme qui écrit et non plus seulement comme un homme qui pense.

5Il s’agit sans doute d’une évolution dans la glose du poète, qui avait jusqu’à présent donné surtout lieu à des analyses philosophiques. Certes, le livre le plus souvent cité dans ce volume demeure Le Poème exacerbé, l’opus théorique de Jacqmin, composé à partir des conférences qu’il a données en 1991 dans le cadre de la Chaire de poétique de l’Université de Louvain-la-Neuve. Mais ce ne sont pas tellement les considérations du poète sur l’ontologie que convoquent les uns et les autres, mais ses remarques les plus concrètes, concernant ses influences ou son fonctionnement d’écrivain. Et les recueils sont volontiers mis à l’examen, notamment le dernier d’entre eux, le posthume Éléments de géométrie (2005), qui sert de base aux articles de Francis Edeline et de Catherine Daems.

6Cette perspective textuelle commune débouche sur un constat commun. Malgré la différence des approches, tous les contributeurs soulignent, à un moment ou un autre de leur réflexion, l’écart qui existe entre les prises de position théoriques de Jacqmin et sa pratique scripturale réelle. Sa pensée, pourtant déjà subtile, est encore dépassée en nuances par son œuvre poétique. Ainsi, même s’il a de bonnes raisons de maudire les métaphores, Jacqmin a parfois recours à leur usage – mais de façon critique, bien entendu – comme le remarquent ici Laurent Robert, Francis Edeline et Gérald Purnelle.

  • 7 «  Mes contradictions m’épuisent et me font avancer.  » (Jacqmin (François), Le Poème exacerbé, op. (...)

7Dans une certaine mesure, ce numéro, au lieu de progresser sur la ligne droite du savoir, n’aura fait que dessiner une boucle. Car, en démasquant la part infime de fixité que comporte la pensée de Jacqmin, il retrouve cette pensée, dans la mesure où celle-ci n’hésitait pas à mettre en exergue ses contradictions7 et se refusait, dans un tourbillon négateur, le droit d’avancer :

  • 8 Ibidem, p. 97.

Même les différentes manières d’éviter la vérité que nous proposons sont à proscrire8.

8Et s’il rejoint ainsi les considérations théoriques du Poème exacerbé, ce numéro, grâce à cette circularité même, à cette impossibilité de progresser de façon linéaire, est fidèle à la poésie des Éléments de géométrie :

  • 9 Jacqmin (François), Éléments de géométrie, linogravures de Léon Wuidar, postface de Catherine Daems (...)

Celui qui trace une ligne devra se rétracter. Il sera contraint de reconnaître sa méconduite. Du reste, il ne pourra survivre à son projet. En quelque sorte, il devra dessiner à rebours, et dépasser l’origine de cette ligne. À ce moment, il s’apercevra que sa pensée et son trait furent une tranchée de boue9.

*

  • 10 Jacqmin (François), Le Poème exacerbé, op. cit., p. 20.

9Passée cette introduction, le numéro s’ouvre sur un entretien mené par Frans DeHaes, Catherine Daems et Gérald Purnelle avec un membre éminent du comité de rédaction de la revue Phantomas, Joseph Noiret, au sujet duquel Jacqmin déclarait : « L’événement personnel le plus important qui se produisit lors de mon séjour à Bruxelles, fut la rencontre de Joseph Noiret […]. »10 Celui-ci évoque la création du groupe et de la revue et la place particulière, souple et instable elle aussi, qu’y occupait François Jacqmin.

  • 11 Ibidem, p. 38.

10Toujours dans Le Poème exacerbé, on peut lire cette phrase : « […] j’ai la plus grande estime pour les travaux de mon ami Francis Edeline »11. Il revient donc à ce dernier d’ouvrir la série des articles du numéro. Sa contribution commence d’ailleurs par une présentation générale de l’œuvre et de la pensée de Jacqmin, avant de se pencher sur son dernier opus, ces étonnants Éléments de géométrie que nous avons déjà cités. Sagace et éclairant, le membre du Groupeµ convoque ici ses connaissances en géométrie, en optique, en poésie, en rhétorique (bien entendu), en peinture, en psychologie et en philosophie pour commenter avec brio les poèmes de Jacqmin.

11C’est le même recueil qui sert de point d’orgue à l’article de Catherine Daems. Celle-ci nous fait part de ses patientes recherches dans le Fonds Jacqmin des Archives et Musée de la Littérature : elle nous décrit le journal et les différents papiers du poète liégeois avant de comparer les nombreuses versions du texte ayant abouti au recueil. Cette perspective génétique est intéressante en elle-même, mais Catherine Daems a le mérite d’ajouter à sa démonstration de vraies conclusions sur la motivation créatrice de Jacqmin. Nous ne les dévoilerons pas ici : contentons-nous de dire qu’elles touchent à l’une des questions les plus cruciales qui soient quand il s’agit de poésie au xxe siècle.

12Une autre question cruciale, au siècle poétique passé, est assurément celle du formalisme. L’article de Gérald Purnelle est constitué d’une enquête minutieuse concernant le rapport de Jacqmin à cette question. Si rien n’échappe au regard de Gérald Purnelle (qui étudie les recueils L’Amour la terre (1954), La Rose de décembre (1959), Poèmes (1969), Camera oscura (1976), Le Coquelicot de Grétry (1978), Les Saisons (1979), Le Domino gris (1984), Le Livre de la neige (1990)), la systématicité de son approche ne se traduit nullement par des conclusions brutales. Là encore, c’est à la nuance et à l’infime subtilité que l’on a affaire. Jacqmin ne se fige ni dans le refus, ni dans une position partisane. Il refuse le refus, en quelque sorte, et se montre formaliste tout en s’en cachant. Son approche est mouvante et plurielle.

13Le titre de l’article suivant, « François Jacqmin, auteur comique », ne relève pas de la plaisanterie, même si le texte qu’il annonce se clôt par un trait d’esprit. C’est tout à fait sérieusement que Laurent Robert s’intéresse à l’humour et à l’ironie chez l’auteur du Livre de la neige. Et, comme tout ce que l’on découvre chez Jacqmin est toujours déjà dans ses poèmes, de l’ironie, l’on passe à l’auto-ironie, ainsi qu’au cratylisme déjoué et à l’autotélisme ambigu. Avec finesse et avec fermeté, Laurent Robert étudie de très près plusieurs poèmes du Domino gris, des Saisons, du Livre de la neige et d’Être. Il déjoue des pièges – qui n’en sont peut-être pas.

14Une autre question fondamentale ouvre l’article très riche de Sabrina Parent : celle du lyrisme. Là aussi, le point de vue peut paraître étonnant : a priori, la question ne se pose pas chez un auteur aussi réservé. Mais il s’agit de se méfier des apparences. Le rapport de Jacqmin à la nature est interrogé à travers ses confessions du Poème exacerbé. Après quoi, c’est dans le jeu des langues que Sabrina Parent débusque la part cachée de François Jacqmin – plus précisément dans son rapport à l’anglais. Étrangement, la langue de Shakespeare est considérée par le poète liégeois comme plus lyrique que celle de Molière. Aussi ses références lyriques s’avèrent-elles britanniques. Sabrina Parent nous propose en conséquence une étude comparative de Jacqmin et de l’un de ses maîtres avoués, Tennyson, ce qui donne lieu à d’intéressantes découvertes. Toutefois, là comme ailleurs, nul fracas : il est question d’un lyrisme discret, suggéré plus que décrit, chuchoté et non hurlé à la lune.

  • 12 Voir à ce sujet, dans le présent numéro de Textyles, le varia que l’on doit à Nahon (Valérie)  : «  (...)

15« Je ne cherche pas de confirmation à ma propre pensée dans l’œuvre peinte. » Pierre-Yves Soucy jongle avec ses connaissances picturales et littéraires pour nous montrer que la distance entre les arts, affichée par Jacqmin dans cette déclaration, mérite d’être interrogée. Le poète ne fréquente pas les peintres que pour des raisons sociales, il ne cherche nullement à adopter une posture commune à nombre d’écrivains belges12. Le Journal inédit de Jacqmin, que Pierre-Yves Soucy a lu avec intérêt, est à cet égard plein d’enseignements.

  • 13 Expression que Jacqmin emploie à propos du Livre de la neige dans Le Poème exacerbé, op. cit., p. 7 (...)

16C’est aux bons soins des Archives et Musée de la Littérature que l’on doit les textes inédits qui clôturent le dossier, ces Petites Chroniques liégeoises, faites de « vers pédestres »13, qui déambulent en pensant la ville sans la nommer. Citons-en déjà quelques vers aptes à illustrer une fois de plus notre propos :

Il y a une manière
d’aborder l’univers par le désert aussi, par
des absences de chemins, par des allusions
au néant qui sont plus directes et plus sûres
que les avenues

Haut de page

Notes

1 Jacqmin (François), Le Poème exacerbé, avant-propos de Michel Otten, Louvain-la-Neuve, Presses Universitaires de Louvain ucl, coll. Chaire de poétique, n˚6, 1992, p. 32.

2 Ibidem, p. 52.

3 Ibidem, p. 53.

4 Ibidem, p. 72.

5 Ibidem, p. 29.

6 Jacqmin (François), Le Livre de la neige, Paris, Éditions de la Différence, coll. Littérature, 1990, p. 22.

7 «  Mes contradictions m’épuisent et me font avancer.  » (Jacqmin (François), Le Poème exacerbé, op. cit., p. 58)

8 Ibidem, p. 97.

9 Jacqmin (François), Éléments de géométrie, linogravures de Léon Wuidar, postface de Catherine Daems, Soumagne, Éditions Tétras Lyre, coll. Lyre sans bornes, 2005, non paginé [23e poème].

10 Jacqmin (François), Le Poème exacerbé, op. cit., p. 20.

11 Ibidem, p. 38.

12 Voir à ce sujet, dans le présent numéro de Textyles, le varia que l’on doit à Nahon (Valérie)  : «  Les Documents secrets ou la construction d’une image de soi  : Franz Hellens et l’identité d’écrivain-peintre  ».

13 Expression que Jacqmin emploie à propos du Livre de la neige dans Le Poème exacerbé, op. cit., p. 75.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Demoulin, « Introduction. Jacqmin dans ses poèmes », Textyles, 35 | 2009, 7-12.

Référence électronique

Laurent Demoulin, « Introduction. Jacqmin dans ses poèmes », Textyles [En ligne], 35 | 2009, mis en ligne le 15 avril 2012, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/165

Haut de page

Auteur

Laurent Demoulin

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org