Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Stevens (Gilbert), Les Écrivains dans la ville

Bruxelles, CFC éditions, 2010
Paul Aron
p. 144-145
Référence(s) :

Stevens (Gilbert), Les Écrivains dans la ville, Bruxelles, CFC éditions, 2010, 228 p.

Texte intégral

1Quelle place les écrivains occupent-ils dans l’espace public bruxellois contemporain ? Telle est la question à laquelle répond ce beau livre de Gilbert Stevens, collaborateur bien connu de la Bibliographie des écrivains belges, et photographe amateur. Le résultat surprendra plus d’un promeneur : de A(lechinsky) à Y(ourcenar), on dénombre presque cent cinquante plaques, monuments, inscriptions, sculptures, fresques ou bancs publics qui rendent hommage à des écrivains. Seconde surprise : nombre de ces hommages concernent des écrivains qui ne sont (ou n’étaient) pas d’expression française ou néerlandaise, mais de langue anglaise (Harriet Beecher-Stowe), espagnole (Cervantes), latine (Démosthène), hindie (Gandhi), hongroise (Josika Miklos), portugaise (Pessoa) ou polonaise (Agnieszka Kuciak). Il est assez caractéristique de la réalité bruxelloise que cette grande ouverture culturelle cosmopolite soit illustrée par des monuments souvent dégradés, mal entretenus ou vandalisés.

2Gilbert Stevens alimente ainsi le très important dossier de la consécration publique des écrivains. Un tableau signale les dates d’entrée des écrivains dans les académies, une table des seuls auteurs cités dans l’ouvrage mentionne les personnalités littéraires à qui on a consacré une rue. On aurait volontiers remplacé le premier de ces tableaux par un relevé exhaustif des noms de rues dédiées aux écrivains et artistes. Il aurait aussi été intéressant de lier ces données avec les lieux de séjour des écrivains dans la ville de manière à cartographier chronologiquement leur présence urbaine, mais ce n’était pas l’ambition de l’ouvrage, qui ne prétend pas aller au-delà des données factuelles. Le point qui se doit d’être discuté tient évidemment à la définition même de l’écrivain. Gilbert Stevens a le mérite d’avoir ouvert son corpus à des personnalités aussi inattendues que le pape-poète Léon XIII ou à Moïse, dont le principal mérite en la matière est d’avoir porté les tables d’une loi écrite par quelqu’un d’autre. Mes affinités m’auraient volontiers porté à échanger la notice consacrée au cardinal Mercier avec une autre, qui aurait rendu hommage au journaliste et essayiste espagnol Francisco Ferrer. On aurait pu aussi prendre en considération l’homme politique libéral Walthère Frère-Orban dont, en avril 1832, le Théâtre royal de Liège avait représenté une petite comédie : Trois jours ou une coquette. La maison que l’architecte Victor Horta a construite pour Sander Pierron, écrivain mais aussi historien de la forêt de Soignes, existe toujours à Ixelles, et il est regrettable qu’elle ne porte aucune plaque commémorative. Son absence se justifie donc, mais pas celle d’Edmond Picard, à qui sont dédiés une rue et un monument au cimetière de Laeken. Enfin la plaque qui signale que Neel Doff et Franz Hellens ont habité 56 rue de Naples est voisine de celle qui rappelle que la maison fut aussi celle de Charles Woeste, homme politique catholique bien connu, qui a sa statue à Laeken, et à qui on doit des Mémoires d’un certain intérêt, et un recueil d’articles, À travers dix années (1885-1894). Études politiques, études sociales, mélanges historiques et littéraires (1853).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron, « Stevens (Gilbert), Les Écrivains dans la ville », Textyles, 40 | 2011, 144-145.

Référence électronique

Paul Aron, « Stevens (Gilbert), Les Écrivains dans la ville », Textyles [En ligne], 40 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1635

Haut de page

Auteur

Paul Aron

FRS-FNRS
Université libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org