Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Iwamoto (Kazuko), La Littérature périphérique. Évolution du « nationalisme » dans la littérature belge d’expression française

Kyoto, Shorai-sha, 2007
Jun Mita
p. 143-144
Référence(s) :

Iwamoto (Kazuko), La Littérature périphérique. Évolution du « nationalisme » dans la littérature belge d’expression française, Kyoto, Shorai-sha, 2007, 415 p.

Texte intégral

1Au Japon, il existe une tradition non négligeable de recherches sur les symbolistes belges. Les œuvres de Maurice Maeterlinck, Georges Rodenbach et Émile Verhaeren y furent introduites par la traduction par Bin Ueda (1905) et largement acceptées déjà à l’époque de ces écrivains. Néanmoins, les recherches littéraires sur les auteurs belges au Japon restent essentiellement dans les marges de la littérature française. Et malgré le développement de nouveaux objets d’étude, allant de la littérature française à la « littérature francophone », la littérature francophone belge semble encore négligée au profit du centre parisien, alors que la littérature postcoloniale (par exemple le Maghreb ou les Antilles) est en pleine prospérité.

2L’ouvrage de Kazuko Iwamoto, La Littérature périphérique. Évolution du « nationalisme » dans la littérature belge d’expression française, est le résultat de plus de dix années de recherches. C’est effectivement la première étude au Japon qui est uniquement consacrée à la problématique de la littérature francophone en Belgique. Ce livre est principalement composé d’articles que l’auteur a publiés dans plusieurs revues scientifiques. Elle y traite de sujets divers sur la base de matériaux abondants : à partir du romantisme à travers la contrefaçon, la naissance de la « littérature nationale » en Belgique, des revues artistiques de la fin du siècle, la littérature symboliste, et enfin la littérature coloniale relative au Congo.

3Cette étude de grande ampleur est fondée sur le sujet évoqué précisément dans le sous-titre : Évolution du « nationalisme » dans la littérature francophone belge. L’analyse commence par la situation socioculturelle à l’époque de la fondation de la Belgique, une période qui n’a jamais fait l’objet de recherches littéraires au Japon. Le premier chapitre aborde le romantisme belge par comparaison avec celui de l’Allemagne et de la France. Iwamoto y montre la spécificité du romantisme en Belgique et son influence sur le champ littéraire. Le chapitre suivant est consacré aux œuvres littéraires écrites dans ce contexte sociopolitique : Les Légendes flamandes et Ulenspiegel de Charles De Coster, autant dire la première littérature nationale d’expression française en Belgique. En prêtant attention à son style et à son français archaïque à la manière « rabelaisienne », Iwamoto analyse soigneusement l’essai de constitution d’une littérature nationale par De Coster et son artificialité comme une stratégie qui marque effectivement le début du « mythe nordique » : souligner les caractéristiques flamandes en écrivant en langue française pour affirmer l’identité de la littérature en Belgique par rapport à celle de la France.

4Ce qui fait la grande particularité de cet ouvrage, ce sont les nombreuses pages consacrées à la « littérature coloniale » en Belgique. La politique au Congo, qui évoluait en même temps que la « Renaissance littéraire belge », offrit un nouvel horizon au nationalisme belge en tant qu’État suzerain (le centre) à l’égard de la colonie (la périphérie), à côté de l’identité habituelle en tant que périphérie de la France. Iwamoto examine cette évolution avec l’analyse de textes comme Flemm-Oso (James Van Drunen), En Congolie (Edmond Picard) et la nouvelle « Gim » (Camille Lemonnier). De plus, elle compare les discours impérialistes des écrivains belges au discours critique de la colonisation dans le roman Au cœur des ténèbres (1899) de Joseph Conrad, ce qui donne une perspective multiple sur l’évolution du nationalisme belge.

5Toutefois, comme l’indique le titre, cette étude se limite à la « littérature belge d’expression française », et traite principalement des écrivains flamands francophones qui ne représentaient qu’une petite partie de la population, même si leur rôle a été considérable. Dans le troisième chapitre sont certes analysés la revue La Wallonie et le régionalisme wallon d’Albert Mockel, mais l’opposition en Belgique y est vue à travers le dualisme entre la « Flandre » et la « Wallonie ». Cette étude du nationalisme pourrait être approfondie par la prise en compte des trois axes : les Wallons, les Flamands et les Flamands francophones.

6Comme le titre de ce livre, La Littérature périphérique, l’indique, la littérature francophone belge est conventionnellement abordée comme une « périphérie » dans les recherches sur la littérature française. Alors qu’on a récemment beaucoup parlé des recherches interdisciplinaires permettant de dépasser les frontières conventionnelles, le choix des objets d’étude reste encore souvent de tendance conservatrice au Japon. L’ouvrage d’Iwamoto participe en ce sens d’une remise en cause des recherches littéraires au Japon, en même temps qu’il y jette les fondements des études sur la littérature en Belgique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jun Mita, « Iwamoto (Kazuko), La Littérature périphérique. Évolution du « nationalisme » dans la littérature belge d’expression française », Textyles, 40 | 2011, 143-144.

Référence électronique

Jun Mita, « Iwamoto (Kazuko), La Littérature périphérique. Évolution du « nationalisme » dans la littérature belge d’expression française », Textyles [En ligne], 40 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://textyles.revues.org/1632

Haut de page

Auteur

Jun Mita

Japan Society for the Promotion of Science
Université de Kobe

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org