Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Hauzeur (Geneviève), André Baillon. Inventer l’Autre. Mise en scène du sujet et stratégies de l’écrit

Bruxelles, Peter Lang, coll. Documents pour l’histoire des francophonies, 2009
Manon Delcour
p. 141-143
Référence(s) :

Hauzeur (Geneviève), André Baillon. Inventer l’Autre. Mise en scène du sujet et stratégies de l’écrit, Bruxelles, Peter Lang, coll. Documents pour l’histoire des francophonies, 2009, 463 p.

Texte intégral

1Dans cette monographie consacrée à l’œuvre d’André Baillon, Geneviève Hauzeur s’attache à l’inventivité d’une esthétique dominée par l’adresse au lecteur. À l’aide des outils proposés par la théorie littéraire, la psychanalyse lacanienne et la pragmatique linguistique, elle dégage des stratégies discursives déterminées par une position subjective et une relation au langage particulières. Évitant les travers d’une théorie littéraire désincarnée, elle met en évidence le propre de l’écriture baillonienne, à savoir l’invention d’un Autre, le lecteur, qui se voit investi d’un rôle tout à la fois essentiel et délicat : inscrire l’œuvre et le sujet dans le lien social. De la sorte, Geneviève Hauzeur dépasse les lectures psychiatriques pour questionner un geste créateur qui, au début du XXe siècle, conviait déjà le lecteur, par le biais de la mise en scène d’un sujet lézardé et nécessairement confronté au discours de l’Autre, à découvrir en lui les signes de cette division.

2Dans la première partie de son étude, Geneviève Hauzeur examine la représentation de l’auteur à l’œuvre dans les glissements et fictionnalisations du paratexte. D’une part, les stratégies de légitimation employées par André Baillon dans ses préfaces, dédicaces, prières d’insérer et entretiens oscillent entre la recherche d’une caution esthétique et une logique préventive qui lui permet de répondre aux critiques et de déjouer leurs éventuels jugements ultérieurs. D’autre part, le paratexte d’Un homme si simple et de Chalet 1 fonde ou appuie l’ambigüité autobiographique : Baillon, au moyen de procédés de dédoublement et de distanciation, s’exprime en tant qu’écrivain porte-parole de son personnage autobiographique. S’instaure un jeu permanent entre témoignage et fiction dans lequel la figure de l’écrivain s’offre à la lecture mais comme double de ses personnages et via l’énonciation d’un narrateur distinct. Mue par l’impératif de rendre compte du rien et de la fracture constitutifs du sujet, cette structure où la parole passe d’une instance à l’autre nécessite l’authentification d’un lecteur dont l’interprétation, à l’image de celle du médecin ou du critique, est simultanément convoquée et évacuée par une rhétorique de la feinte. Cette authentification s’avère néanmoins indispensable : pour pouvoir écrire, l’autobiographe doit en passer par un autre et s’adresser à un autre.

3Geneviève Hauzeur analyse ensuite, dans Le Perce-oreille du Luxembourg, Le Neveu de Melle Autorité et Roseau, des thématiques telles que la configuration familiale, l’éducation spirituelle et les relations avec le sexe opposé, qui représentent autant de moyens, pour André Baillon, d’explorer un héritage psychique. Empreintes d’une perpétuelle référence à la présence pressante de l’Autre, ces thématiques mettent en scène un sujet écartelé par une « tension constante entre l’encombrement et l’inconsistance ». L’étude des relations familiales dégage des personnages aliénés au désir de la mère et marqués par l’absence du père, compris comme Autre permettant l’authentification symbolique. Comme aucune instance ne médiatise la relation duale, le sujet, dont la genèse est placée sous la coupe de l’échec de la métaphore paternelle, ne peut accéder au symbolique et à la possibilité inhérente au langage d’emprunter des signifiants à l’Autre. Cette interprétation permet à Geneviève Hauzeur de mettre en évidence la mise en scène d’un sujet aliéné aux signifiants d’un Autre réel dans l’épisode du perce-oreille écrasé.

4De même, privé de la double opération d’aliénation et de séparation, le sujet échappe à la créance, comprise selon les termes d’Henri Rey-Flaud comme dette symbolique et croyance. N’ayant pas émergé à l’arbitraire du signe, le sujet baillonien se révèle incapable de saisir les métaphores et sombre dans une crédulité marquée par le ratage des confessions et des comptes, autant de manifestations de l’impossibilité éprouvée par le sujet à s’inscrire dans le langage comme être sexué. Cette mise en exergue de la signification sexuelle demeurée à l’état d’énigme permet de mieux saisir la mise en scène de personnages masculins niais et la fascination pour les figures de la Vierge et de la Prostituée.

5Dans la troisième partie de son ouvrage, Geneviève Hauzeur étudie les procédés grâce auxquels transparait l’aliénation langagière, concomitante à l’échec de la métaphore paternelle. Analysant des scènes où le sujet tente, sans succès, de prier ou de recourir à des noms propres et des expressions figurées ainsi qu’à la « théorie sur les mots » énoncée par le personnage principal du Perce-oreille du Luxembourg, elle déconstruit le « déchaînement du signifiant » baillonien : incapable d’accéder à la symbolisation, de donner la créance nécessaire à l’articulation arbitraire de signifiants et de signifiés qui constitue la signification, le sujet ne peut comprendre la dimension métaphorique du langage et bute dès lors, tantôt douloureusement, tantôt dans des scènes ironiques, contre l’arbitraire de la signification. Les personnages ne peuvent qu’interroger la validité de l’énonciation et se voient réduits à une décomposition du langage ou à une appréhension littérale du langage par le biais de la seule métonymie.

6Dépourvu de la garantie fournie par l’Autre symbolique, le sujet est contraint à une logique du moi dédoublé qui apparait clairement dans Le Perce-oreille du Luxembourg et Un homme si simple. Les personnages sont ainsi pris dans des relations à eux-mêmes et à de « petits autres » sans médiation, purement spéculaires, comme en témoignent les motifs du miroir et du double. Dans l’incapacité angoissante de trouver une position consistante, ils sont confrontés à une constellation de doubles, salutaires ou maléfiques, auxquels ils vont tour à tour s’identifier. L’Autre non symbolisé est alors libre de déployer toute sa portée persécutrice : réduisant le sujet à un pur objet de sa propre jouissance, il l’annule et peut même lui intimer de se mutiler.

7Esquissant des liens avec l’écriture de Dostoïevski et d’Artaud, Geneviève Hauzeur examine également la communication délirante à l’œuvre dans Un homme si simple et Des mots. Elle souligne combien le narrateur tente par là de déchiffrer et de rétablir la chaîne signifiante. Il essaie en effet de faire valider ses énoncés par autrui, notamment par le lecteur, mais l’échec de cette requête mène à une expansion métonymique et dévorante du signifiant. La dernière solution face au glissement du sens semble la fonction de l’écrivain : « Si l’écriture n’annule donc pas la jouissance du signifiant, elle semble néanmoins dévolue à en assurer une exploitation légitime, qui en fasse émerger le sens et donne enfin une place – un nom d’écrivain – au sujet sans nom. » (p. 269)

8La dernière partie de cette analyse consiste en une étude stylistique de l’écriture baillonienne. La figure de l’écrivain est récurrente dans l’œuvre de Baillon : sa réflexion sur l’écriture constitue la matière même de celle-ci, créant par là un espace énonciatif autonome. Cette figure semble conçue pour « assumer le gouffre vertigineux ouvert par la confrontation avec l’Autre » (p. 277), par le biais de la revendication d’un droit de l’écrivain qui prend aussi la forme d’une demande d’insertion du sujet dans le lien social. Geneviève Hauzeur met ainsi en évidence que le dispositif du portrait du sujet auteur et malade, relevant de la dimension autobiographique de l’œuvre, participe de cette volonté de se faire un nom et prend les traits d’un « réalisme psychique ».

9Geneviève Hauzeur envisage ensuite le « dialogisme généralisé », essentiellement dans Histoire d’une Marie. Ce recours à une multiplicité de discours autres crée des effets très divers : volonté d’effacement de la part du narrateur (discours impersonnel, emploi du pronom « on », brouillage dû à une énonciation parasitée), interventions d’un narrateur qui cherche en même temps à occulter sa présence, distanciation, humour, ironie, etc. Au sein de cette polyphonie persistent le rôle attribué à l’interlocuteur et l’intérêt d’une logique préventive : qu’elle prenne les traits du lecteur ou du médecin, l’instance de réception authentifie d’autant plus l’énonciation qu’elle est mise en scène. Mais elle représente aussi l’Autre potentiellement persécuteur et sa capacité de réduction à un jugement aliénant.

10En somme, le lecteur, tour à tour convié et expulsé, témoigne de la création d’une configuration particulière, puisque, grâce à l’écriture baillonienne, il prend la place de l’Autre pacifié et permet de la sorte l’insertion du sujet dans le lien social. Pour ce faire, Baillon exploite les ressources de l’obliquité du discours ironique moderne en déployant une communication qui multiplie les risques de malentendus et opacifie encore le langage, quitte à perdre son lecteur invité à jouer le rôle de tiers séparateur dans le flou autobiographique : « authenticité et (a)littérarité, sincérité et duplicité, légèreté sérieuse et gravité ironique seront au rendez-vous pour nous perdre dans les semblants d’un discours auquel nous sommes pourtant constamment appelés à porter notre crédit. » (p. 386) L’ambivalence autobiographique chère à Baillon se révèle donc également oblique : oscillant entre délégation de parole et désappropriation des discours, le sujet peut émerger sans s’identifier à son personnage et se voir envahir par les doubles.

11Geneviève Hauzeur se penche finalement sur la « folie » de Baillon, sous l’angle de la valeur de témoignage que ce dernier a entendu conférer à son œuvre. Dans le cadre d’une logique préventive amplifiée, le narrateur nie d’une part la folie, court-circuitant par là même l’interprétation, par le médecin ou le lecteur, d’une dénégation du déséquilibre, et reconnaît d’autre part une folie particulière, qu’il s’agit d’exploiter en tant qu’écrivain. Témoin d’une instabilité justifiée par la fonction de l’écrivain, d’un « consentement à la folie par l’écriture » (p. 402), Baillon peut faire part d’un enseignement subjectif à un lecteur tout à la fois anonyme car neutralisé et suffisamment particulier pour pouvoir recevoir cette expérience vivante.

12Dans cette monographie critique d’envergure, réalisée à partir d’une thèse menée sous la direction de Ginette Michaux à l’UCL (Louvain-la-Neuve), Geneviève Hauzeur explore et questionne dans ses moindres détails une écriture interrogeant le fait littéraire et la structure langagière du sujet. Approfondissant les interprétations lacaniennes auparavant formulées à l’égard du corpus baillonien, elle convoque des orientations théoriques finement maîtrisées et conjuguées qui, loin de réduire la singularité d’une œuvre, lui permettent, d’une part, de dépasser les lectures biographiques et psychiatriques généralement plaquées sur la posture énonciative adoptée par André Baillon, d’autre part, d’inviter à (re)découvrir une œuvre parmi les plus riches de la Belgique de l’entre-deux-guerres. Le lecteur intéressé par la fécondité de ces orientations trouvera de nombreux repères essentiels dans la bibliographie de cet ouvrage et dans la précision des rappels théoriques formulés par Geneviève Hauzeur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manon Delcour, « Hauzeur (Geneviève), André Baillon. Inventer l’Autre. Mise en scène du sujet et stratégies de l’écrit », Textyles, 40 | 2011, 141-143.

Référence électronique

Manon Delcour, « Hauzeur (Geneviève), André Baillon. Inventer l’Autre. Mise en scène du sujet et stratégies de l’écrit », Textyles [En ligne], 40 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1629

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org