Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Curvers (Alexis), Journal (1924-1961)

Édition, notes et introduction de Catherine Gravet
Madeleine Régibeau
p. 139-141
Référence(s) :

Curvers (Alexis), Journal (1924-1961), édition, notes et introduction de Catherine Gravet, Metz, Centre de recherche « Écritures » de l’Université Paul Verlaine – Metz, 2010, 568 p.

Texte intégral

1Bien qu’auteur de romans, de nouvelles, de pièces de théâtre, de contes, d’essais, de recueils poétiques et de nombreux articles, Alexis Curvers a longtemps été perçu comme l’auteur d’une seule œuvre : Tempo di Roma. Dès sa parution en 1957, ce roman, applaudi tant par la critique que par le public, fait de son auteur un écrivain liégeois prometteur dont on commence alors à lire les premières œuvres et à attendre avec impatience les suivantes. Mais malgré ce succès soudain, la figure du Curvers écrivain retourne dans l’ombre durant une longue période. La cause : son tempérament de polémiste qui choque les foules et cela dès 1933 lorsqu’il publie, dans Le Flambeau, un état de la question sur l’objection de conscience. De la même manière, sa publication en 1963 du livre Pie XII, Pape outragé provoque un tollé retentissant. Alexis Curvers est classé « écrivain de droite » et les qualificatifs « intégriste » et « traditionnaliste » sont alors indissociables de son nom. Hormis quelques ouvrages ou revues qui s’intéressent à son parcours et à son œuvre, il se fait petit à petit oublier dans la sphère littéraire.

2La situation change dans les années 2006-2007. Le centenaire de sa naissance et surtout le cinquantenaire de la publication de son Tempo di Roma entraînent un regain d’intérêt pour cet écrivain. Mais ce n’est pas tout : 2006 est aussi l’année de la défense, à Metz, d’une thèse intitulée Un parcours d’écrivain au XXe siècle : Alexis Curvers et ses relations littéraires. Son auteure, Catherine Gravet, y propose notamment une édition critique du journal de l’écrivain, resté jusqu’alors sous forme de notes éparses. L’occasion de redécouvrir cet auteur injustement tombé dans un oubli partiel mais aussi de découvrir qui était vraiment ce professeur liégeois. Nombreux sont en effet les lecteurs et critiques peu avisés à avoir tenté de comprendre l’homme à travers la lecture de ses romans, à confondre personnage, narrateur et auteur. Bien qu’il s’agisse, comme le souligne avec raison Catherine Gravet, d’une certaine forme d’autofiction, d’écriture de soi, le journal d’Alexis Curvers constitue sans aucun doute un document plus fiable pour le chercheur ou biographe désireux d’étudier la figure de l’auteur.

3C’est à la veille de ses dix-huit ans qu’Alexis Curvers, fraîchement diplômé du collège Saint-Servais de Liège, décide de s’adresser à son « cher cahier vert », de lui faire part de ses pensées, de lui raconter sa petite vie. À travers ces confidences se dessine une double figure. D’une part, l’homme, soucieux face à une période tourmentée durant laquelle toutes les valeurs qu’il défendait se trouvent bafouées, le mari aimant de Marie Delcourt, l’ami, le professeur. D’autre part, l’écrivain, désemparé face à la terrible page blanche et désireux d’être reconnu en France, qui nous livre ses réflexions sur l’écriture et sur sa matière première : la langue. Ce journal constitue dès lors un double témoignage vivant : témoignage d’un Liégeois traversant une époque cruciale de notre histoire, témoignage d’un auteur en proie à un malaise identitaire touchant la sphère littéraire belge de sa génération. Comme les personnages de ses romans, Alexis Curvers fait ici figure de « petit type » face aux événements.

4Mais l’œuvre de l’écrivain ne se limite pas à cela : il ne se contente pas de noter faits, anecdotes ou réflexions. Durant près de quarante ans, il mentionne ou reproduit dans les pages de son carnet les lettres qu’il reçoit ou envoie et les articles, essais, poèmes ou romans qu’il lit, séries de mots qui le marquent et le définissent. Parmi les auteurs que ne cesse de citer Alexis Curvers, il en est un qui, très vite, acquiert le statut écrasant de modèle : André Gide. L’écrivain liégeois lit et relit le journal, publié, de celui-ci (« Journal dont l’exemple m’aide à tenir le mien, faute de pouvoir m’aider à l’égaler jamais. Vie inimitable. ») Comme lui, il semble désirer que son carnet de confidences trouve un jour son lecteur : il ne cesse de retravailler les passages qu’il écrit, d’effacer ce qui lui déplaît, comparant son style à celui du maître. Ce détail nous donne un aperçu du travail d’édition qu’a dû accomplir Catherine Gravet, labeur dont l’apparat critique contenant toutes les corrections effectuées par Alexis Curvers dans ses notes nous prouve le sérieux et l’efficacité.

5Par ailleurs, l’écrivain soucieux de la perfection de son travail d’écriture pose, explicitement, une condition si son journal vient à être édité : « Si l’on décide d’éditer celui-ci, je désire que ce soit intégralement, sans suppressions ni corrections, en respectant ponctuellement mon texte. Sinon, qu’on s’abstienne d’en rien publier. » Dernière volonté que Catherine Gravet choisit de ne pas respecter, en 2002, lorsqu’elle entame ses recherches dans les archives familiales. Elle opère en effet une véritable sélection dans les pages de notes qu’elle a sous les yeux, ne conservant pour son édition que le contenu de neuf cahiers, à savoir des écrits prenant place dans une suite chronologique qui fait sens, organisation que la chercheuse préfère à, dit-elle, « la division arbitraire en cahiers, sans souci de coupures ».

6C’est donc jour après jour que nous suivons la vie de l’écrivain liégeois. Enfin plus ou moins, car nombreuses sont les périodes de sa vie dont le journal ne comporte aucune trace : son séjour à Alexandrie où il enseigne le français, sa rencontre et son mariage avec Marie Delcourt et la période qui entoure la publication de son chef-d’œuvre, Tempo di Roma, notamment. Ces périodes, nous en prenons néanmoins connaissance par les références qui y sont faites dans l’introduction et les nombreuses notes de Catherine Gravet. Celle-ci connaît en effet son sujet dans les moindres détails et nous le prouve tout au long de cet ouvrage : chaque nom propre, qu’il désigne une ville, une rue, un boulanger ou encore un auteur reconnu de l’époque, chaque nom de revue ou d’œuvre littéraire est accompagné d’une note explicative claire et complète.

7Travail de titan donc qu’a ici effectué l’éditrice, partant à la découverte de tout ce qui compose le monde d’Alexis Curvers au fil des années. Un bémol cependant : si les notes de pure érudition témoignent d’un indéniable talent de chercheuse, celles, plus rares, qui tentent d’analyser le journal en tant que texte, de chercher les figures ou autres doubles sens, n’enrichissent pas la lecture, posant plus de questions qu’elles n’apportent de réponses. Quittant le domaine des notes pour observer le corps du texte transcrit par Catherine Gravet, nous devons également regretter le (trop) grand nombre de mots ou groupes de mots qui apparaissent transcrits deux fois au lieu d’une.

8En dépit de ces petits défauts, Catherine Gravet a atteint son but : la rigueur de son travail d’édition lui a permis de constituer un outil fiable pour les recherches futures, qu’il s’agisse d’étudier l’homme ou l’écrivain. Sa description scientifique du manuscrit en introduction, ses nombreuses notes, ses annexes, son apparat critique et son index sont autant d’éléments qui permettent au chercheur de manier le journal d’Alexis Curvers avec plus de facilité. Ce chercheur potentiel, Catherine Gravet l’aide également en proposant dans son introduction une série de pistes, de voies d’étude que le journal édité invite, selon elle, à suivre. La redécouverte d’Alexis Curvers ne fait que commencer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Madeleine Régibeau, « Curvers (Alexis), Journal (1924-1961) », Textyles, 40 | 2011, 139-141.

Référence électronique

Madeleine Régibeau, « Curvers (Alexis), Journal (1924-1961) », Textyles [En ligne], 40 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/1626

Haut de page

Auteur

Madeleine Régibeau

Université de Liège

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org