Navigation – Plan du site
Chroniques

Revues

Pierre Halen
p. 135-138

Bulletin de la Fondation « Ça Ira »

Le bulletin de la Fondation « Ça Ira » n°40-41 (octobre 2010) est consacré à deux « évadés de l’oubli » : Jules Schmalzigaug et Marthe Donas. Le premier est un représentant de l’avant-garde futuriste en Belgique, le seul véritable même, nous assure-t-on, avant 1914. La seconde, Anversoise comme le premier, exposa à Berlin, à la galerie Der Sturm, ses peintures cubistes et abstraites. On trouve dans ce numéro des lettres inédites de Schmalzigaug à Umberto Boccioni, missives substantielles où il est question des valeurs du chromatisme, de la « sensibilité optique neuve » et de l’« énergie expressive de l’œuvre ». On y lit aussi une présentation de Marthe (Tour-)Donas, longtemps méconnue dans son rôle de « pionnier de la peinture abstraite en Belgique » ; après un long séjour en Irlande pendant la guerre, elle avait été introduite à Der Sturm par Archipenko qui l’avait présentée comme son « meilleur élève », mais exposa aussi à La Vierge poupine à Bruxelles, chez Gérard Van Bruaene et Camille Goemans, puis à Paris (L’Assaut). Cette très belle livraison est complétée par des comptes rendus (sur de Boschère, Van Bruaene, Nicole Verschoore et même Henri Vernes).
Rappelons qu’on peut adhérer à la Fondation comme membre adhérent ou protecteur, ou comme institution (50, chaussée de Vleurgat, 1050 Bruxelles). Adresse électronique : <ca.ira@skynet.be>. La Fondation se visite : <http://caira.over-blog.com/pages/Presentation-543984.html>.

Francofonía

La revue Francofonía, publiée à l’Université de Cadix, avait réalisé, depuis sa création, un travail remarquable, dont nous nous sommes régulièrement fait l’écho ici même. En dépit de ce bilan et de perspectives d’avenir particulièrement ouvertes, la revue s’arrêtera de paraître après ce numéro, daté de 2009 mais paru avec retard. Il propose un dossier d’études consacré à La Littérature d’enfance et de jeunesse, dirigé par Elena Cuasante Fernández. Belle thématique, en réalité, notamment parce que ce domaine est sans doute de ceux pour lesquels une approche à partir d’un angle « francophone » pourrait particulièrement se justifier.

Une seule étude concerne les lettres belges, et en l’occurrence l’œuvre de Claire Lejeune : un article de Cecilia Fernández Santomé intitulé « “Le frère au bois dormant” ou la subversion du conte traditionnel par Claire Lejeune » (p. 88-101). On en recommandera la lecture, qui nous persuade de la poursuite de cette « fratrie utopique » à inventer par la subversion d’un genre traditionnel, et nous indique, sur un plan plus général, comment des auteurs a priori confinés à certaine sphère restreinte de lecteurs n’ont pas négligé de s’intéresser à des voies et moyens littéraires plus conventionnels, sans en rabattre sur leurs ambitions.

Le reste du dossier est surtout québécois (ou canadien-français) et dans une moindre mesure, africain, avec notamment une intéressante approche des magazines marocains destinés à la jeunesse, une réflexion sur l’animal, la chèvre en l’occurrence, dans ses relations (narrées) avec l’humain, une étude de la bande dessinée au Rwanda. À noter aussi, une étude de l’océan Indien, d’un point de vue éditorial, qui intéressera les chercheurs pour sa contribution à l’examen des systèmes de production et de diffusion francophones.

On est loin de saisir la cohésion de l’espace francophone comme ensemble du point de vue de l’édition « jeunesse », mais les éclairages apportés sont précieux et suggèrent le potentiel critique d’un domaine assurément trop négligé. Les varias apportent une originale réflexion sur une francophonie littéraire… en Argentine, précédant trois articles consacrés à la littérature africaine, dont une intéressante étude de la réception de Césaire en Allemagne. La Belgique est davantage concernée par les comptes rendus d’ouvrages, notamment consacrés à l’étude de Franz De Haes sur Dominique Rolin et aux Œuvres romanesques du prince de Ligne.

On se procure les numéros au Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cádiz. Apartado de correos 439. E-11002 Cádiz.

Présence francophone

Encore daté de 2010, le n°75 de cette « Revue internationale de langue et de littérature » propose un dossier d’études consacrées à Beyala, romancière iconoclaste. On y souligne donc les aspects tapageurs, voire sulfureux, de l’entrée de l’écrivain d’origine camerounaise dans le sous-champ qu’on a parfois appelé « Afrique-sur-Seine ». Postures féminines voire misovires, rapport à la négritude et au sacré, retour sur les affaires de plagiat, relation à l’édition française et à la littérature coloniale : nombre d’aspects essentiels de la trajectoire de Calixthe Beyala sont ainsi évoqués ; l’œuvre, assurément importante en elle-même, mais exemplaire aussi de l’évolution des « nouvelles écritures africaines » depuis les années 1980, méritait bien qu’on lui voue cette attention. Le dossier est complété, dans la rubrique des comptes rendus, par quatre recensions d’ouvrages eux aussi consacrés, ces derniers temps, à l’auteur de C’est le soleil qui m’a brûlée. S’y ajoute un varia, consacré à la réception française de Mongo Beti et de Ferdinand Oyono dans les années 1950. Une livraison très internationale par ses collaborateurs, et fort bien éditée, avec un index. C’est davantage un ouvrage collectif qu’un numéro de revue, selon une évolution qu’on peut observer ailleurs et qu’on peut regretter, dans la mesure où le périodique ne traite plus que d’un seul objet à chaque fois. Rien qui concerne d’autres zones francophones, donc.

Le n°76 (2011) a pour thème, dans la même logique : Des normes endogènes légitimées par la pratique littéraire. Il a été coordonné par le linguiste congolais Musanji Ngalasso-Mwatha, professeur à Bordeaux (qui publie en même temps le volumineux recueil d’études : L’Imaginaire linguistique dans les discours littéraires, politiques et médiatiques en Afrique). Un varia propose une étude de l’œuvre d’Ananda Devi, tandis que les comptes rendus sont eux aussi tournés vers des problématiques marquées « au Sud », pour reprendre une expression à succès.
Ambroise Kom, directeur de la revue, rappelle que toutes les propositions de dossiers et autres contributions « francophones » sont a priori bienvenues : il suffit de lui en faire part. Site : <http://www.holycross.edu/departments/mll/pf/pf.htm>.

Nord’

Le n°56 (décembre 2010) de la Revue de critique et de création littéraires du Nord-Pas-de-Calais propose un ensemble d’études, d’extraits et de notices regroupés sous le titre Protestantisme et littérature. Le sujet est original, et les perspectives historiques sont passionnantes. Centrées sur la région du Nord de la France, elles s’ouvrent assez largement à des auteurs qui se sont contentés d’y naître, d’y grandir ou d’y passer, et prennent en compte une grande région culturelle incluant la Belgique, toutes langues confondues, a fortiori lorsqu’il s’agit de faits remontant à l’époque des Pays-Bas espagnols. C’est naturellement par ce xvie siècle tourmenté que le panorama historique commence, qui fait une place, notamment, à Marnix de Sainte-Aldegonde. Il se poursuit jusqu’au xxe siècle en évoquant diverses personnalités, divers mouvements protestants et autant d’écrivains ou d’éditeurs dont la plupart sont, bien sûr, connus pour leur engagement dans la cause religieuse ; cela n’empêche pas, à l’occasion, un fort intérêt littéraire, qu’il s’agisse de Marnix autrefois ou, plus récemment, de la poétesse Françoise Nimal, qui a contribué par des poèmes à cet ensemble.
Voir le site : <www.revue-nord.com>. Pour des abonnements (22/25-euros en 2008) ou des commandes : Société de Littérature du Nord, 39, rue Nicolas Leblanc, F-59000 Lille. On peut s’adresser à la rédaction : <yledun@nordnet.fr>.

Yourcenar

Le n°31 du Bulletin de la Société Internationale d’Études Yourcenariennes (février 2011) est une livraison composite, proposant, outre les nouvelles provenant de la Société et un « choix bibliographique », des études variées de l’œuvre. On y fait écho notamment aux manifestations qui ont célébré, en 2010 et notamment en Italie et en Amérique latine, le trentième anniversaire de l’accession de l’écrivain à l’Académie française. De « jeunes chercheurs » publient ici des études à propos des œuvres de jeunesse et de La Nouvelle Eurydice ; on relèvera aussi, parmi les thématiques, celle de la conscience du déclin des civilisations, le traitement des paysages nord-américains, celle d’une « binarité » refusée et, encore et toujours à reposer, la question du mythe.
Pour les abonnements et les anciens numéros, s’adresse à la siey, 2, rue Abbé Girard, F-63000 Clermont-Ferrand. Ou à l’adresse électronique : remy.poignault1@orange.fe.

Ponti / Ponts

Le n°10 (novembre 2010) de la revue milanaise Ponti, sous-titrée Langues, littératures, civilisations des pays francophones, propose plusieurs études regroupées sous le titre un peu lâche de Hantises : bien que le mot revienne dans les titres de trois des contributions (sur quatre), il s’agit moins d’un dossier que d’une intéressante promenade à travers quelques œuvres. On relèvera en particulier la longue étude consacrée, d’abord, par Marc Quaghebeur à la dernière œuvre de Conrad Detrez, la « carnavalesque et crépusculaire » Mélancolie du voyeur ; le critique en dégage, malgré les dénis que l’on connaît de la part de l’auteur, l’enracinement belge. Suivent trois articles abordant tour à tour l’œuvre de A. A. Waberi, la diaspora haïtienne, enfin Les Derniers Rois mages de Maryse Condé. Comme à l’accoutumée, l’importante fournée de compte rendus fait le prix de cette livraison de Ponti. Presque toujours essentiellement descriptifs (formule qu’on peut discuter mais qui a en tout cas l’avantage de multiplier les aperçus attentifs à un très grand nombre de publications), ils sont ordonnés par zones géographiques, la Belgique figurant dans la « francophonie européenne ». Les dossiers de Textyles n’y sont pas oubliés, mais situés dans un ensemble très riche de notes bibliographiques. Le regroupement avec la Suisse, notamment, dans la même rubrique, permet de relativiser des perspectives parfois trop nationales et de construire d’utiles comparaisons.
Adresses électroniques de la rédaction : <cristina.brancaglion@unimi.it> et <liana.nissim@unimi.it> ; les commandes et abonnements sont à adresser aux éditions led, led@lededizioni.com).

Études françaises

La revue montréalaise consacre son premier numéro pour 2011 (47, 1) aux Exceptions françaises (1958-1981), une problématique dont la pertinence apparaît évidemment davantage, et s’éclaire aussi, à partir d’un point de vue extérieur à l’Hexagone. Point de vue qui est aussi justifié, il faut l’ajouter, par les approches souvent plus civilisationnistes des centres d’études françaises en Amérique du Nord. Présenté par Sylvain David et Pierre Popovic, ce dossier est effectivement tourné vers l’histoire, les études de société, de cinéma ou d’écriture « paralittéraire » (la « littérature-Mesrine », analysée par Benoît Denis ; la « p(r)ose punk française »). Mais la littérature au sens plus légitime du mot y reçoit aussi des éclairages intéressants, envisagée précisément dans son rapport au fonctionnement global du système intellectuel hexagonal : qu’il s’agisse de rapport au structuralisme, des polémiques à propos du fascisme, de l’énarchie au pouvoir ou plus classiquement d’études d’œuvres (Annie Ernaux, Albertine Sarrazin), les écrivains hantent à de nombreux endroits la réflexion sur la « nation littéraire ». Rien à propos de la Belgique dans les varias et comptes rendus, il est vrai peu abondants : le support que constitue ce périodique de très bonne tenue est malheureusement négligé par les chercheurs concernés.
Ce périodique est à présent disponible également au format électronique, via le site <http://www.erudit.org/erudit/revues.html>. On trouve la revue Études françaises à la Librairie du Québec à Paris (rue Gay-Lussac, 30, 75005 Paris) ou chez l’éditeur, les Presses de l’Université de Montréal, <pum@umontreal.ca>.

  • Revues.org