Navigation – Plan du site
Varia

Le projet Pictoriana

Bibiane Fréché
p. 109-112

Texte intégral

1Depuis une trentaine d’années, de nombreuses éditions, expositions et études universitaires attestent l’intérêt croissant dont les écrits d’artistes font l’objet. La présence des artistes au sein du champ littéraire n’est cependant pas nouvelle. En Belgique, la proximité entre peintres et écrivains a été particulièrement grande, dès la naissance de l’État ; en l’absence d’une tradition littéraire autochtone, la peinture a occupé une position dominante dans la hiérarchie des arts, s’imposant aux écrivains comme modèle.

2Si l’analyse des écrits d’art, des pratiques mixtes (logogrammes et poèmes visuels) ou des œuvres d’artistes « doubles » (Jean Delville, Henri Michaux…) a généré d’importants travaux critiques, elle n’a pas donné lieu à une étude systématique. C’est pourquoi Laurence Brogniez a mis en chantier le projet Pictoriana, sous les auspices de l’Université de Namur. Poursuivi aujourd’hui à l’Université libre de Bruxelles grâce à un financement du frs-fnrs, le projet a pour objectif de réaliser une étude institutionnelle et discursive des écrits d’artistes belges de 1830 à nos jours.

3Interdisciplinaire, le projet met à contribution des historiens de la littérature, des historiens de l’art et des historiens, invitant chacun à repenser ses outils conceptuels et les limites de sa discipline. Ainsi, l’historien de l’art trouvera une alternative au commentaire de l’œuvre d’art basée sur le discours des acteurs. Plus qu’un simple document, l’écrit d’artiste constitue en effet un discours, que les outils de l’histoire et de l’analyse littéraires peuvent aider à comprendre. Il invite également à une réflexion sur les études littéraires, en mettant en jeu des notions comme l’autorité, la littérarité, l’intention littéraire, les genres littéraires, ou encore les processus de légitimation des textes à travers les pratiques éditoriales.

Base de données et partage des connaissances

4Pour collectif et interdisciplinaire que se veuille le projet, les chercheurs qui y sont attachés ne pourraient, en quelques années, à la fois recenser les matériaux disponibles et les interroger systématiquement, vu leur nombre et leur dispersion. C’est la raison pour laquelle une base de données qui recense les écrits produits par les artistes en Belgique, de 1830 à nos jours, a été élaborée. Elle est accessible, pour consultation ou contribution, sur le portail www.pictoriana.be, plus largement dédié aux recherches sur les rapports entre littérature et peinture.

5La base de données se structure autour de quatre parties. La première est consacrée aux éléments biographiques de l’artiste : environnement familial, formation scolaire et artistique (maîtres, liens de camaraderie…), profession (rapports avec la pratique de l’écriture) et séjours à l’étranger (parfois déclencheurs de l’écriture). La deuxième partie, consacrée au « cursus artistico-scriptural », interroge la sociabilité de l’artiste et recense ses activités culturelles, les distinctions obtenues et l’œuvre liée à l’écrit (illustrations et œuvre écrite, inédite ou publiée). La dernière partie, enfin, concerne la documentation disponible : bibliographie secondaire, portraits et liens Internet.

6Outre un intérêt patrimonial, l’objectif de la base est d’interroger les données par questions croisées. Si les exemples d’exploitations scientifiques peuvent se décliner à l’infini, Pictoriana se concentre pour l’instant sur les modalités d’écriture des artistes et envisage aussi d’étudier leur sociabilité littéraire, afin d’analyser le fonctionnement des champs culturel et littéraire à une période donnée (mesure du degré d’intégration des artistes dans le champ littéraire, identification du rôle de tel ou tel écrivain dans le passage à l’écriture d’un artiste ou dans l’édition de ses textes…).

Modalités d’écriture des artistes

7L’étude des modalités d’écriture des artistes se structure autour de deux axes principaux : les artistes et la presse d’une part, les genres de prédilection des artistes d’autre part.

Critique d’art et presse

8Les contributions des artistes à la presse sont dispersées, parfois anonymes, et donc peu accessibles, ce que résout en partie l’encodage dans la base de données. Ces textes représentent un champ d’étude de premier ordre car ils constituent une sorte d’histoire de l’art « invisible », importante par son impact à l’époque, mais souvent méconnue aujourd’hui. Le journal et la revue constituent en outre l’endroit par excellence de la rencontre entre l’artiste et l’écrivain.

Réalisations

  • Communication sur « Les Violons d’Ingres ou le salon renversé », séminaire Critique d’art des écrivains, 18 juin 2010, Paris iv-Sorbonne.

  • Séminaire sur la revue L’Art moderne, ulb, ba3, 2010-2011 (avec Paul Aron).

Projet

9Colloque Artistes en revues, 2012, coorganisé avec le projet arc « Presse et Littérature en Belgique » (dirigé par Paul Aron à l’ulb)

Genres

10L’étude des genres pratiqués par les artistes (journal, carnet de voyage, correspondance…) peut faire apparaître des constantes dans l’utilisation, voire la redéfinition, de genres littéraires par les artistes. L’analyse des supports peut aussi dire beaucoup sur le statut institutionnel des écrits de peintres : l’artiste visait-il à une publication de ses écrits, par exemple ?

Réalisations

  • Conférence de Michèle Hannoosh (University of Michigan), « Éditer le journal de Delacroix », 23 novembre 2009, ulb, couplée à la journée d’étude Journaux d’artistes, organisée par le groupe de contact « Écrits d’artistes », 8 décembre 2009, Bibliothèque royale. Les actes ont été publiés dans le premier numéro thématique de la revue électronique Pictoriana.

  • Colloque Écrits voyageurs : les artistes et l’ailleurs, 28-29 octobre 2010, Musées royaux des Beaux-Arts de Bruxelles.

  • Conférence de Nienke Bakker (Van Gogh Museum) sur l’édition critique de la correspondance de Van Gogh, suivie de la projection du film Van Gogh de Pialat (cycle sur les artistes-peintres de la Cinematek), 9 novembre 2010.

  • Colloque Entretiens d’artistes : musique, cinéma, peinture, 2-4 décembre 2010, ulb, coorganisé avec l’Université de Montréal.

Projets

  • Exposition Rops/Rodin, Musée provincial Félicien Rops (Namur), 1er octobre 2011-8 janvier 2012 (commissariat de l’exposition).

  • Colloque Les Lettres d’artistes ou l’art des correspondances. Pratiques, éditions, expositions (xvie-xxie siècles), Musée Rops (Namur), 27-28 octobre 2011, coorganisation avec le groupe de contact « Écrits d’artistes » et le Réseau international d’études des écrits de compositeurs.

  • Anthologie d’écrits de voyages d’artistes belges, en collaboration avec Christine Dupont (Maison de l’histoire de l’Europe).

Exploitations pédagogiques

11Les recherches effectuées au sein de Pictoriana ont aussi des débouchés pédagogiques. Plusieurs cours et séminaires dispensés à des étudiants romanistes et d’histoire de l’art portent sur la convergence des arts et les modalités d’écriture des artistes. Des mémoires de master sont aussi en préparation sur des sujets proches des thématiques étudiées par Pictoriana. Sept travaux d’étudiants ont été publiés dans l’espace de publication électronique de Pictoriana.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bibiane Fréché, « Le projet Pictoriana », Textyles, 40 | 2011, 109-112.

Référence électronique

Bibiane Fréché, « Le projet Pictoriana », Textyles [En ligne], 40 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 28 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/1621 ; DOI : 10.4000/textyles.1621

Haut de page

Auteur

Bibiane Fréché

FRS-FNRS Université libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org