Navigation – Plan du site
Pratiques photographiques des écrivains

Jean-Philippe Toussaint : écrivain de la photographie et photographe du livre

Arcana Albright
p. 65-74

Texte intégral

  • 1 Voir, par exemple, BOURMEAU (Sylvain), « Écrivain contemporain », dans Jean-Philippe Toussaint. Fui (...)
  • 2 Sur le rôle déterminant joué par la peinture dans la construction du champ littéraire belge, voir B (...)
  • 3 Voir ALBRIGHT (Arcana), « Inside the Writer’s Studio : Jean-Philippe Toussaint’s Mes bureaux, luogh (...)

1La critique qualifie les trois derniers romans de Jean-Philippe Toussaint de cinématographiques. Une préoccupation pour le visuel marque toutefois l’ensemble de son œuvre1. Il faut dire que Toussaint est aussi cinéaste et photographe. Si ses livres et ses films sont connus et reconnus, ses photographies restent, quant à elles, davantage dans l’obscurité. Et pourtant, depuis près d’une décennie, Toussaint multiplie les expositions, en Belgique comme à l’étranger. La photographie, le cinéma et la télévision occupent une place centrale dans son espace littéraire. Des titres de romans comme L’Appareil-photo et La Télévision témoignent de cet intérêt littéraire pour des images désormais étrangères à une tradition picturale ayant fait couler beaucoup d’encre dans l’histoire littéraire francophone de Belgique2. Il est intéressant de remarquer que le livre constitue le sujet principal des photographies de Toussaint. Les clichés figurant dans Mes bureaux : luoghi dove scrivo visent à dévoiler le livre aux différentes étapes de sa création3. De manière similaire, l’exposition photographique Book, sur laquelle nous reviendrons, met en scène le caractère intangible du livre par le biais de la photographie.

Une écriture photographique

  • 4 En cela, Toussaint prolonge une tradition littéraire qui, d’Émile Zola au Nouveau Roman, mobilise l (...)

2D’une manière générale, l’écriture de Toussaint se caractérise par la présence d’une dimension photographique4. Saturée de détails qui portent sur le visible, elle résiste à tout discours d’intériorité. Ses narrateurs protagonistes racontent ce qu’ils ont vu et fait, et non ce qu’ils ont ressenti. Leurs actions étant souvent inhabituelles – son premier protagoniste s’enferme dans sa salle de bain –, c’est au lecteur de combler le vide ou, tout simplement, d’apprécier la liberté que ce vide lui offre, liberté de reconsidérer ses attentes et ses désirs quant à la lecture et à la littérature.

  • 5 À ce sujet voir, par exemple, PRINCE (Gerald), « L’Appareil-récit », dans Discontinuity and Fragmen (...)
  • 6 Toussaint ne raccourcit pas la citation quand il la retravaille en néons et la cite dans sa totalit (...)

3Lire un roman de Toussaint se rapproche de la contemplation d’une photographie par l’importance que l’auteur accorde à la profondeur de champ, au temps et à la lumière. Tel un objectif, les narrateurs protagonistes captent certains détails de la réalité, sans saisir la totalité de celle-ci. Le regard éminemment subjectif qu’ils posent sur le monde encadre la réalité quotidienne afin de poser la question qui, de Paris à Pékin, les hante : comment faire lorsqu’il ne semble exister que deux possibilités existentielles, la « difficulté de vivre » et le « désespoir d’être » (L’Appareil-photo, p. 94) ? Obsédés par le passage du temps, les narrateurs protagonistes voudraient immobiliser le mouvement, à l’instar du processus photographique. Ce désir imprègne leurs récits dont la temporalité donne l’illusion de ralentir le passage du temps. En effet, les narrateurs racontent moins des histoires qu’ils ne présentent des paragraphes-scènes se succédant de manière discontinue et fragmentée, à la façon d’un rouleau de pellicule photographique5. Autoportrait (à l’étranger), par exemple, est une série d’onze récits autobiographiques sans lien entre eux – sinon le fait qu’ils se passent tous à l’étranger –, qui ressemble à un album de photos de voyage. Comme en photographie, en peinture ou au cinéma, la lumière est fondamentale dans les romans de Toussaint. Elle est aussi importante pour ses personnages : si le protagoniste de Monsieur aimerait davantage être peintre qu’écrivain, c’est parce qu’« aux mots […] il préférait la lumière » (p. 102). À l’occasion de son exposition photographique Book à Canton, en 2009, Toussaint a repris cette citation en l’écrivant à l’aide de néons, donnant ainsi littéralement de la lumière aux mots6. De même, il donne de la lumière à ses romans, réécrivant chaque titre avec des néons et les exposants sur la façade du bâtiment qui accueillait l’exposition.

4Les liens entre l’écriture et l’image photographique se tissent d’abord au niveau personnel chez Toussaint, car c’est précisément grâce à son désir de devenir cinéaste qu’il a commencé à écrire :

  • 7 TOUSSAINT (Jean-Philippe), « Le jour où j’ai commencé à écrire », dans Bon-à-tirer, revue littérair (...)

J’avais vingt ans (ou vingt et un ans, peu importe, je n’ai jamais été à un an près dans la vie), et je n’avais jamais pensé auparavant que j’écrirais un jour […] La chose au monde qui m’intéressait le plus à ce moment-là était sans doute le cinéma, j’aurais bien voulu, si l’entreprise n’avait pas été aussi difficile à mettre sur pied, pouvoir faire un film […] Parallèlement, à la même époque, deux lectures furent déterminantes et ont sans doute favorisé ma décision de commencer à écrire. La première est la lecture d’un livre de François Truffaut, Les Films de ma vie, dans lequel Truffaut conseillait à tous les jeunes gens qui rêvaient de faire du cinéma, mais qui n’en avaient pas les moyens, d’écrire un livre, de transformer leur scénario en livre, en expliquant que, autant le cinéma nécessite de gros budgets et implique de lourdes responsabilités, autant la littérature est une activité légère et futile, joyeuse et déconnante (je transforme un peu ses propos), peu coûteuse (une rame de papier et une machine à écrire), qui peut se pratiquer en toute liberté, à la maison ou en plein air […] et qui procure des satisfactions aussi grandes, si ce n’est plus, que le cinéma, et, somme toute, tout aussi artistiques […].7

  • 8 Pour la réaction critique contemporaine, voir, par exemple, AMETTE (Jacques-Pierre), « Le Nouveau “ (...)

5Toussaint suit le conseil de Truffaut. Il met de côté ses aspirations cinématographiques, se consacre à l’écriture et publie La Salle de bain, roman phare qui fait couler beaucoup d’encre, et qui lui apporte autant l’estime de la critique qu’un succès de librairie8. Quelques années plus tard, le cinéaste John Lvoff adapte le roman pour le grand écran, et Toussaint l’aide à écrire le scénario. Après cette expérience, Toussaint devient lui-même cinéaste, s’inspirant principalement de ses romans. C’est donc grâce à son désir d’être cinéaste qu’il devient écrivain, et suite à son travail d’écrivain qu’il arrive au cinéma.

  • 9 Les livres de Toussaint ne cachent pas leur nature construite. Toussaint se présente en ingénieur d (...)
  • 10 Jusqu’à présent, Toussaint a adapté cinq de ses romans au cinéma – La Salle de bain (avec Lvoff), M (...)

6Retravailler ses constructions littéraires en images photographiques9 permet à Toussaint de reconsidérer ses thèmes préférés – la vie, la mort, l’amour, la mélancolie, l’art – par le biais d’une autre forme artistique, d’un autre point de vue10. Mais il ne faudrait pas croire que les adaptations filmiques de ses romans sont des adaptations stricto sensu : elles ont la particularité de ne pas trop ressembler aux romans qui les inspirent. La première et la dernière scène, par exemple, n’ont souvent rien à voir avec l’incipit et l’excipit. Quelquefois le titre est abandonné en faveur d’un autre qui n’a aucun lien avec le roman : l’adaptation de L’Appareil-photo, par exemple, s’intitule La Sévillane sans qu’il y ait pour autant de Sévillane dans le roman. Chez Toussaint, l’adaptation doit être fidèle à l’esprit du roman et non pas à la lettre. « Au moment d’adapter L’Appareil-photo, confie-t-il dans le dossier de presse, je n’avais pas envie de faire une vraie adaptation, mais je tenais beaucoup à faire une adaptation libre, c’est-à-dire à oublier davantage le livre, c’est-à-dire vraiment être cinéaste et pas du tout écrivain. Je me suis dit si on appelait le film La Sévillane… J’ai réagi finalement avec assez peu de respect pour l’auteur du livre. »

Premières photographies

7Bien que le parcours de l’écriture au cinéma ait été assez direct chez Toussaint, son passage à la photographie a été marqué par divers détours. À l’âge de vingt ans, l’auteur s’intéresse à la photographie, qu’il abandonne dans un premier temps, à ses débuts comme écrivain, et qu’il intègre ensuite, dans son troisième roman, L’Appareil-photo :

  • 11 TOUSSAINT (Jean-Philippe), « Le jour où j’ai fait ma première photo », dans Bon-à-tirer, revue litt (...)

Plus tard, vers trente ans, ce n’est plus que dans mes livres que je fis des photos. Les plus emblématiques sont celles que j’ai faites dans L’Appareil-photo, avec un appareil volé, quelques photos mentales prises en courant dans la nuit dans les escaliers d’un navire, photos uniformément sous-exposées qui, lorsque je les fis développer, ne révélèrent rien d’autre que quelques traces de mon absence.11

8Mais ce n’est que sept ans après la publication de L’Appareil-photo, à l’âge de trente-neuf ans, que Toussaint fait ce qu’il considère comme sa première photographie.

9Ce retour à la photographie prend la forme d’une expérience quasiment mystique, vécue dans un temple à Tokyo, et qui n’a presque pas eu lieu :

  • 12 Ibidem.Toussaint insère une image de sa « première photo » dans l’essai.

Et, alors que, ce jour de décembre 1996, je m’apprêtais à faire ma première photo dans les jardins du Nanzen-ji, je me suis ravisé, me rendant compte que tous les gestes que j’avais accomplis jusqu’alors avaient été exécutés machinalement, sans grâce et sans méthode, avec un rien de nervosité au moment de sortir l’argent de ma poche à la caisse, un doigt d’impatience pour retirer le cache de l’appareil-photo. Alors, renonçant à faire ma photo, je me suis assis sur les marches du jardin de pierres et j’ai respiré lentement en ne pensant plus à rien jusqu’à ce que le vide, progressivement, se fît dans mon esprit […] Je me relevai et m’éloignai dans les allées du temple […] quand j’aperçus fortuitement mon ombre sur une paroi du temple. Très lentement alors, avec la lenteur juste des gestes apaisés, je soulevai l’appareil à la hauteur de ma poitrine, et, cadrant mentalement la photo, la cadrant d’instinct sans porter les yeux à la hauteur du viseur, d’un doigt sûr et précis, léger et sans tension, j’appuyai sur le déclencheur et fixai mon ombre sur la paroi. Et peut-être venais-je de mesurer là encore une fois ce que je savais déjà intuitivement, que la photo – et l’art – était une expérience de vie, une expérience intime dont le sens résidait davantage dans sa réalisation que dans les œuvres elles-mêmes.12

  • 13 Étant donné l’importance que Toussaint donne à la réalisation de l’art, il n’est pas surprenant qu’ (...)
  • 14 TOUSSAINT (Jean-Philippe), « You are Leaving the American Sector », dans Writing Europe: What Is Eu (...)

10Moment illuminant, cette « première photo » lui révèle le sens de l’art, sens qui réside selon Toussaint dans « l’expérience intime » de sa réalisation13. Plus tard, Toussaint reprendra cette idée d’« expérience intime » lorsqu’il caractérisera la littérature comme un « échange intime » : « literature, beyond continents and frontiers, is an intimate exchange between two human beings »14.

  • 15 À ce sujet, Toussaint insiste : « Les grands écrivains, justement, doivent aller très loin dans l’i (...)
  • 16 Voir les propos recueillis par KAPRELIAN (Nelly), pour Les Inrockuptibles, septembre 2009.

11En photographie, comme en littérature, Toussaint s’intéresse à l’intime, sans pour autant céder à une forme de voyeurisme ou de narcissisme15. Le cliché considéré comme la « première photo » de Toussaint est un autoportrait, ambigu, qui met en question le sujet et la subjectivité, qui valorise l’absence en montrant que cette absence peut signifier autant, sinon plus, que la présence. Cette photographie est en phase avec les romans de Toussaint dans le sens où ces derniers rejettent la vision traditionnelle du genre. Chez Toussaint, il y a absence d’intrigue, de caractérisation, de moments forts, de grandes idées, et ceci pour des raisons théoriques : « Je partage la théorie de Robbe-Grillet selon laquelle ce qu’il y a de plus fort, dans un roman, c’est ce qui manque. »16 Cette absence cède la place à la présence de nombreux détails qui semblent insignifiants et superflus, sans motivation apparente et surtout sans « effet de réel », mais qui en fait signifient le point de vue irréfutablement individuel, intime, du narrateur protagoniste. Paradoxalement, autant ses narrateurs protagonistes sont sans caractérisation, autant une présence incontestable découle de leurs récits. Ils rappellent en cela l’autoportrait photographique de Toussaint. Leur identité ne se révèle pas grâce à une description physique ou psychologique, mais par leur façon singulière de voir le monde. Cet autoportrait sans personne, qui marque le début de la pratique photographique de Toussaint, s’enracine dans le roman L’Appareil-photo, publié sept ans auparavant :

[…] j’avais voulu essayer de faire une photo, une seule photo, quelque chose comme un portrait, un autoportrait peut-être, mais sans moi et sans personne, seulement une présence, entière et nue, douloureuse et simple, sans arrière-plan et presque sans lumière. (p. 112)

  • 17 À la question de comment caractériser ses romans, Toussaint répond : « Infinitésimal, voilà la répo (...)

12La photo dont le protagoniste rêve dans L’Appareil-photo constitue une image de la littérature telle que Toussaint la conçoit. Selon ce dernier, une des forces de la littérature réside dans son ambiguïté, sa capacité à dépasser les dichotomies – la présence et l’absence, le mouvement et l’immobilité, la vie et la mort, l’infiniment grand et l’infiniment petit17.

13L’Appareil-photo mobilise la photographie pour envisager les limites et les possibilités de la représentation. Si le protagoniste partage avec facilité des photos d’enfance avec la secrétaire de l’auto-école où il souhaite suivre des cours de conduite, mais hésite à lui procurer des photos d’identité, c’est que l’adéquation de la représentation réaliste à la réalité constitue, à ses yeux, un élément problématique. D’une manière générale, les romans de Toussaint engagent, en effet, la problématique de la représentation. Dans La Télévision, le narrateur protagoniste oppose l’art à la télévision, et insiste sur le fait que l’art convient davantage à la représentation de la réalité :

« La télévision offre le spectacle, non pas de la réalité, quoiqu’elle en ait toutes les apparences […] mais de sa représentation […]. Si les artistes représentent la réalité dans leurs œuvres, c’est afin d’embrasser le monde et d’en saisir l’essence, tandis que la télévision, si elle la représente, c’est en soi, par mégarde, pourrait-on dire, par simple déterminisme technique, par incontinence » (La Télévision, p. 12-13).

14D’une manière similaire, dans le roman Monsieur, Toussaint rappelle la preuve scientifique de la difficulté, voire de l’impossibilité, à représenter la réalité avec une esthétique réaliste : « la théorie des quanta détruit la conviction que la description physique est réaliste et que son langage peut représenter les propriétés d’un système indépendamment des conditions d’observation » (p. 110).

15Si par le biais de la photographie, L’Appareil-photo critique une certaine idée de la littérature, la dernière image du roman mobilise la photographie pour offrir une vision tout autre de l’écriture. Ayant raté son autoportrait, le protagoniste se retire dans une cabine téléphonique et devient lui-même un objectif :

[…] je regardais le jour se lever et songeais simplement au présent, à l’instant présent, tâchant de fixer encore une fois sa fugitive grâce – comme on immobiliserait l’extrémité d’une aiguille dans le corps d’un papillon vivant.Vivant. (p. 127)

16Le roman se clôt sur le désir du protagoniste de fixer la « fugitive grâce » de l’instant présent, tel un cliché pris sur le vif. L’image du papillon vivant, mais immobilisé, évoque la fragilité de la vie et, en même temps, l’aspiration du protagoniste à saisir chaque instant dans sa plénitude. Grâce au présent progressif, c’est-à-dire grâce à une forme qui rappelle une photographie dans sa relation avec le temps, le roman trouve une solution face à la mort imminente du papillon et à l’aspiration impossible du protagoniste. La dernière image du roman, et la manière dont elle est construite, suggère qu’une des forces de la littérature réside dans sa capacité à montrer la réalité – la vie et la mort dans le cas du papillon – et en même temps à s’en échapper.

Book : une exposition photographique et littéraire

  • 18 En tant que photographe, Toussaint s’inscrit dans une tradition qui existe depuis l’invention de la (...)

17Toussaint recourt à l’image photographique dans ses romans pour offrir sa propre vision de la littérature. Sa pratique de la photographie prolonge ce travail. C’est avant tout dans son exposition photographique intitulée BOOK que Toussaint réfléchit à la question du livre. Book présente en effet des photographies de livres et de lecteurs, mais aussi des vidéos et des installations portant sur le livre en tant que support18. Selon la plaquette qui a accompagné l’exposition à Pau en 2007-2008, Book pose plusieurs questions. La photo et la vidéo peuvent-elles nous révéler le processus de la lecture ? Pourquoi lit-on des livres ? Que cherche-t-on en s’évadant dans la fiction ? Est-ce une quête de soi-même ? La volonté de « faire parler les images » s’oppose-t-elle à l’activité de l’écrivain ? Book soulève ces questions sans toutefois y apporter de réponses définitives. Avec Book, Toussaint fournit, comme dans ses livres et ses films, une œuvre élaborée et ouverte en même temps.

  • 19 Quelques images de Book sont disponibles sur le site Internet de Toussaint.
  • 20 Ces remarques portent sur les murs d’images tels qu’ils étaient exposés à Pau en 2007-2008.

18Chaque reprise de l’exposition – 2002 à Bruxelles, 2006 à Toulouse, 2007-2008 à Pau, 2008 à Patrimonio en Corse, 2009 à Canton – est une étape d’un processus en évolution. Précisons que, depuis 2006, l’exposition se constitue de trois sections intitulées Mains, Bibliothèque et Lecture, le temps qui passe19. Prenant la forme d’un quadrillage, l’accrochage se compose, section par section, de trente à quarante photographies en couleur exposées horizontalement, sans ordre apparent, et sans cadre20. Chaque ensemble forme une composition dynamisée par une opposition entre ordre et chaos, fixité et fluidité, non sans faire écho au contraste entre immobilité et mouvement qui traverse les romans de Toussaint. Il est à noter que l’emplacement des photographies à l’intérieur de chaque section n’est pas figé, mais peut varier au fil des expositions.

Jean-Philippe Toussaint, Book, 2006.

Jean-Philippe Toussaint, Book, 2006.

Copyright Jean-Philippe Toussaint

19Book montre avant tout l’universalité et la diversité du livre en tant que support privilégié de la littérature. On y trouve des livres sacrés et prosaïques, peints et réels, en français et en japonais, dans des librairies et entre les mains de lecteurs, écrits par Toussaint et par d’autres écrivains. De même, il y a des variations dans la typologie de la figure du lecteur. Celui-ci est tantôt plongé dans l’acte de la lecture, tantôt à la recherche d’un livre. Ici, le lecteur ne semble pas informé de la présence du photographe et là, au contraire, il en est pleinement conscient. Dans tous les clichés, la présence du photographe est palpable, comme une présence encourageant la contemplation des images dans leur singularité et dans leur relation avec d’autres images, une présence qui souligne l’ouverture à différentes possibilités d’interprétation et de signification. Telle est la vision du livre et de la littérature que Book propose.

20Les quarante photographies de la section Mains reprennent une thématique centrale dans les romans de Toussaint : le toucher. « La main et le regard, il n’est jamais question que de cela dans la vie, en amour, en art », lit-on dans La Vérité sur Marie (p. 58). Constituant une sorte de cadre, les deux colonnes de photographies situées aux extrémités de l’accrochage de cette section explorent la même image : un néon formant le mot « BOOK ». À l’intérieur de ce cadre évoquant la forme d’un livre ouvert se trouvent trente photographies qui dévoilent des détails de la vie « réelle » et des détails de tableaux, comme pour mettre en scène des mains tour à tour contemporaines et anciennes, prosaïques et sacrées, réelles et peintes. Chaque photographie montre une ou deux mains tenant un livre, tantôt fermé, tantôt ouvert. Cette section lie ainsi la main au regard, le sensible à l’immatérialité de la littérature, par l’intermédiaire du livre.

21Bibliothèque revient sur ce lien que le livre établit matériellement entre la main du lecteur qui manipule un objet et le regard du spectateur. Sa structure rappelle également un livre ouvert. Quinze photographies se trouvent placées sur deux murs perpendiculaires. Si le titre annonce une bibliothèque, seules six photos montrent des lieux dévolus à cette fonction. Les vingt-quatre autres photos montrent des lecteurs et des librairies à travers le monde. Bibliothèque insiste ainsi sur l’importance du livre dans la vie quotidienne, et cela dans différents contextes culturels. Une photographie montre que, dans cette bibliothèque imaginaire, Toussaint intègre une vitrine de librairie assortie de trois exemplaires de son roman Faire l’amour…

  • 21 Je remercie Gerald Prince pour ses commentaires.

22Lecture, le temps qui passe est sans doute la section la plus personnelle de l’exposition. Trente-cinq photos encadrent quatre lecteurs : l’épouse de Toussaint, leur fils, leur fille et Toussaint lui-même. En mettant en scène ses proches, l’auteur lève un coin du voile sur sa propre intimité familiale qui est, pour lui, un sujet de prédilection. Ceci n’est pas sans rappeler Mes bureaux : luoghi dove scrivo qui aborde, entre autres, la question de la place de sa famille à l’intérieur de sa production. Les photos ont été prises en trois jours répartis sur trois années, 2005, 2006 et 2007, au même endroit, dans un cadre identique : le bord d’un précipice animé par un vent énergique et par la présence de la mer sous un ciel d’un bleu éblouissant. Le temps passe, le livre demeure. Les prises de vues sont parfois rapprochées et parfois éloignées. Elles encadrent parfois un lecteur, parfois plusieurs. Suivant un procédé de mise en abyme, on y trouve non seulement L’Appareil-photo de Toussaint, mais aussi des livres qui font écho à ses romans, tels Les Pensées de Pascal et Les Rêveries d’un promeneur solitaire de Rousseau. Lecture, le temps qui passe insiste sur la liberté, la joie et l’intimité de la lecture. Dans plusieurs photographies, les lecteurs apparaissent suspendus en l’air, comme pour montrer que l’acte de lire est un acte de liberté, voire de libération. Quelques personnes, au visage souriant, y compris celui de Toussaint, témoignent du plaisir de la lecture. Elles lisent le plus souvent en étant seules. Quelquefois, elles lisent ensemble, par-dessus l’épaule l’une de l’autre. La lecture, on le sait, est essentiellement vécue comme un acte solitaire. Mais par le biais de la photographie, Toussaint souligne à quel point la littérature est aussi, et peut-être surtout, un échange intime21.

Jean-Philippe Toussaint, Book, 2006.

Jean-Philippe Toussaint, Book, 2006.

Copyright Jean-Philippe Toussaint

Haut de page

Notes

1 Voir, par exemple, BOURMEAU (Sylvain), « Écrivain contemporain », dans Jean-Philippe Toussaint. Fuir. Revue de presse, Paris, Minuit, 2005, p. 2-5. Quant à Toussaint, il caractérise son écriture de visuelle plutôt que de cinématographique : « Je suis un écrivain visuel, plutôt que cinématographique. Dans mes livres, je crée des images, mais ces images ne sont pas physiques, elles ne sont pas faites, comme au cinéma, avec des comédiens, avec de la pellicule et de la lumière, ce sont des images mentales, faites de mots, de verbes, d’adjectifs et d’adverbes, ce qui est éminemment littéraire. » TOUSSAINT (Jean-Philippe), entretien avec Gérard Henry, dans « Fuir de Jean-Philippe Toussaint », Paroles, n° 217, mars-avril 2009, p. 1.

2 Sur le rôle déterminant joué par la peinture dans la construction du champ littéraire belge, voir BROGNIEZ (Laurence) & JAGO-ANTOINE (Véronique), (dir.), Textyles, n° 17-18, La Peinture (d)écrite, 2000.

3 Voir ALBRIGHT (Arcana), « Inside the Writer’s Studio : Jean-Philippe Toussaint’s Mes bureaux, luoghi dove scrivo », Romance notes, vol. 48, n° 2, 2008, p. 175-184. Le récit Mes bureaux s’inscrit dans une tradition littéraire qui met ensemble récit et image photographique.

4 En cela, Toussaint prolonge une tradition littéraire qui, d’Émile Zola au Nouveau Roman, mobilise l’esthétique photographique. Plusieurs ouvrages et actes de divers colloques ont été consacrés à l’incidence de l’invention de la photographie sur la littérature. On pourra consulter, entre autres, ORTEL (Philippe), La Littérature à l’ère de la photographie. Enquête sur une révolution invisible, Nîmes, Jacqueline Chambon, 2002 et PIRET (Pierre) (éd.), La Littérature à l’ère de la reproductibilité technique. Réponses littéraires au nouveau dispositif représentatif créé par les médias modernes. Penser la représentation 1, Paris, 2007.

5 À ce sujet voir, par exemple, PRINCE (Gerald), « L’Appareil-récit », dans Discontinuity and Fragmentation in French Literature. Amsterdam, Rodopi, 1994, p. 109-114.

6 Toussaint ne raccourcit pas la citation quand il la retravaille en néons et la cite dans sa totalité : « encore qu’aux mots il lui confia qu’il préférait la lumière. »

7 TOUSSAINT (Jean-Philippe), « Le jour où j’ai commencé à écrire », dans Bon-à-tirer, revue littéraire en ligne, 15 février 2001. http://www.bon-a-tirer.com/volume1/jpt.html.

8 Pour la réaction critique contemporaine, voir, par exemple, AMETTE (Jacques-Pierre), « Le Nouveau “nouveau roman” », dans Le Point, n° 852, 16 janvier 1989, p. 8-10 ; LECLERC (Yvan), « Autour de Minuit », dans Dalhousie French Studies, vol. 17, 1989, p. 63-74 ; ROBBE-GRILLET (Alain), « The French Novel : From Nouveau to New », dans Times Literary Supplement, 13 octobre 1989, p. 1122 et 1130.

9 Les livres de Toussaint ne cachent pas leur nature construite. Toussaint se présente en ingénieur des mots dans TOUSSAINT (Jean-Philippe), « Comment j’ai construit certains de mes hôtels », dans Constructif, n° 15, octobre 2006, p. 6-16.

10 Jusqu’à présent, Toussaint a adapté cinq de ses romans au cinéma – La Salle de bain (avec Lvoff), Monsieur, L’Appareil-photo, Faire l’amour et Fuir – et quatre en photos – Faire l’amour, Fuir, La Mélancolie de Zidane et La Vérité sur Marie. Ces adaptations sont disponibles (dans leur totalité ou en extrait) sur son site Internet, lancé en novembre 2009 : http://www.jptoussaint.com/france.html.

11 TOUSSAINT (Jean-Philippe), « Le jour où j’ai fait ma première photo », dans Bon-à-tirer, revue littéraire en ligne, 15 mai 2001. http://www.bon-a-tirer.com/volume2/jpt.html.

12 Ibidem.Toussaint insère une image de sa « première photo » dans l’essai.

13 Étant donné l’importance que Toussaint donne à la réalisation de l’art, il n’est pas surprenant qu’il consacre beaucoup d’espace sur son site Internet à la genèse de ses projets. Pour le roman Faire l’amour, par exemple, on peut y trouver plusieurs états du manuscrit, des brouillons corrigés à la main, des plans, des variantes, et même des « débris ». S’y trouvent aussi des films et des photographies qui illustrent la réalisation de divers projets artistiques. Au sujet de la réalisation de ses romans, voir aussi Toussaint (Jean-Philippe), Mes bureaux. Luoghi dove scrivo, trad. Ferrucci, Mestre-Venezia, Amos Edizioni, 2005.

14 TOUSSAINT (Jean-Philippe), « You are Leaving the American Sector », dans Writing Europe: What Is European about the Literatures of Europe? », New York, Central European UP, 2004, p. 323.

15 À ce sujet, Toussaint insiste : « Les grands écrivains, justement, doivent aller très loin dans l’intime. C’est obligé, sinon c’est ennuyeux ce qu’ils racontent. C’est là qu’on touche au cœur de l’humain, aux choses les plus intéressantes de la personne, mais cela ne se justifie, ce n’est acceptable que s’il y a une forme qui protège. C’est la forme qui sera le vêtement qui va cacher le côté obscène éventuellement de l’intimité et en tout cas impudique. Moi, j’essaie d’aller assez loin dans les révélations intimes tout en restant toujours très pudique. » Entretien accordé par Jean-Philippe Toussaint à Arcana Albright, Bruxelles, 1er juillet 2008.

16 Voir les propos recueillis par KAPRELIAN (Nelly), pour Les Inrockuptibles, septembre 2009.

17 À la question de comment caractériser ses romans, Toussaint répond : « Infinitésimal, voilà la réponse, je suggère de parler de “roman infinitésimaliste”. Le problème, quand on parle de “roman minimaliste”, c’est que c’est quand même très réducteur. Le terme “minimaliste” n’évoque que l’infiniment petit, alors qu’“infinitésimaliste” fait autant référence à l’infiniment grand qu’à l’infiniment petit : il contient les deux infinis qu’on devrait toujours trouver dans les livres. » TOUSSAINT (Jean-Philippe), entretien avec Laurent Demoulin, « Pour un roman infinitésimaliste », postface de L’Appareil-photo, Paris, Minuit, coll. Double, 2007, p. 140-141.

18 En tant que photographe, Toussaint s’inscrit dans une tradition qui existe depuis l’invention de la photographie, de William Henry Fox Talbot à André Kertész. À ce sujet voir BLATT (Ari J.), « Phototextuality : photography, fiction, criticism », dans Visual Studies, vol. 24, n° 2, septembre 2009, p. 111-112.

19 Quelques images de Book sont disponibles sur le site Internet de Toussaint.

20 Ces remarques portent sur les murs d’images tels qu’ils étaient exposés à Pau en 2007-2008.

21 Je remercie Gerald Prince pour ses commentaires.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jean-Philippe Toussaint, Book, 2006.
Crédits Copyright Jean-Philippe Toussaint
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/1611/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Jean-Philippe Toussaint, Book, 2006.
Crédits Copyright Jean-Philippe Toussaint
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/1611/img-2.png
Fichier image/png, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arcana Albright, « Jean-Philippe Toussaint : écrivain de la photographie et photographe du livre », Textyles, 40 | 2011, 65-74.

Référence électronique

Arcana Albright, « Jean-Philippe Toussaint : écrivain de la photographie et photographe du livre », Textyles [En ligne], 40 | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1611 ; DOI : 10.4000/textyles.1611

Haut de page

Auteur

Arcana Albright

Albright College

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org