Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Charles De Coster à Paul Colinet

Alain Piette et Bert Cardullo, The Crommelynck Mystery. The Life and Work of a Belgian Playwright | The Theater of Fernand Crommelynck. Eight plays

Selinsgrove, Susquehanna University Press; London, Associated University Press, 1997, 150 p. | Translation supervised by Alain Piette. Edited and introduced by Bert Cardullo. Selinsgrove, Susquehanna University Press; London, Associated University Press, 1998, 421 p.
Pierre Piret
p. 133-134
Référence(s) :

Alain Piette et Bert Cardullo, The Crommelynck Mystery. The Life and Work of a Belgian Playwright, Selinsgrove, Susquehanna University Press; London, Associated University Press, 1997, 150 p.

The Theater of Fernand Crommelynck. Eight plays, Translation supervised by Alain Piette. Edited and introduced by Bert Cardullo. Selinsgrove, Susquehanna University Press; London, Associated University Press, 1998, 421 p.

Texte intégral

1En décembre 1920 a lieu à Paris, au Théâtre de la Maison de l’Œuvre, la première du Cocu magnifique : le succès est immédiat et, en quelques jours, Fernand Crommelynck devient l’un des dramaturges les plus en vue sur la scène internationale. Ses pièces, Le Cocu magnifique en particulier, seront désormais jouées dans le monde entier et accueillies chaleureusement tant en Amérique du Sud qu’en Europe de l’Est. Aux États-Unis comme en Grande-Bretagne, cependant, Crommelynck ne parviendra jamais à s’imposer : si la mise en scène du Cocu magnifique par le grand metteur en scène russe Meyerhold fascine durablement les Américains, le texte de Crommelynck n’est à leurs yeux rien de plus que le prétexte à une performance admirable et novatrice. C’est ainsi que, dans le monde anglophone, Fernand Crommelynck fait aujourd’hui encore figure d’illustre inconnu.

2Pour remédier à cette méconnaissance, Alain Piette et Bert Cardullo viennent de publier coup sur coup une monographie de Fernand Crommelynck et une traduction de ses pièces les plus importantes. À ce jour, seules Le Cocu magnifique et Le Sculpteur de masques avaient été traduites en anglais, la première par Jan-Albert Goris, en 1966, la seconde par Nadine Dormoy-Savage, en 1982 : ces deux traductions sont reprises dans l’ensemble ici présenté. Alain Piette, aidé de Xavier Lizin, s’est attaché à la traduction de six autres pièces : Le Marchand de regrets, Les Amants puérils, Tripes d’or, Carine ou la jeune fille folle de son âme, Chaud et Froid ou l’idée de Monsieur Dom et Une femme qu’a le cœur trop petit. On peut donc considérer que l’essentiel du théâtre de Crommelynck est à présent disponible en traduction anglaise.

3Il peut paraître curieux que la monographie ait été publiée avant la traduction des pièces. À vrai dire, cela se justifie par son rôle préfaciel : il s’agissait en quelque sorte de préparer le public anglophone, réticent jusque-là, à recevoir l’écriture particulière de Crommelynck, étrangère, selon les deux auteurs, à la tradition théâtrale anglo-américaine. Aussi Alain Piette et Bert Cardullo s’attachent-ils moins dans leur livre à étudier un aspect particulier de l’œuvre et à en produire une interprétation originale qu’à présenter un dramaturge à peu près inconnu, en opérant une synthèse des acquis biographiques, historiques et critiques, et à livrer les matériaux pour une étude à venir (notamment une bibliographie très fournie, mais néanmoins pas exhaustive, des textes de et sur Crommelynck, tant en français qu’en anglais). La vie et l’œuvre de Crommelynck sont abordées chronologiquement ; chacune des pièces est résumée et ses caractéristiques les plus marquantes sont mises en relief ; les principales mises en scène sont analysées, ainsi que l’accueil de la critique. Les influences essentielles sont également mises en perspective et quelques comparaisons sont esquissées (avec Maeterlinck, O’Neill, Artaud, Ghelderode, Adamov, Genet, Pirandello, etc.), qui permettent de situer le théâtre de Crommelynck par rapport aux grands courants européens (symbolisme, expressionnisme, « nouveau » théâtre, etc.) tout en soulignant ce qui fait son originalité.

4Au total, ce livre donne de Crommelynck et de son théâtre une image assez proche de celle proposée par Suzanne Lilar et Jeanine Moulin. Manifestement, les auteurs ont tenu à se démarquer nettement des approches de type psychocritique qui réduisent les personnages à des cas pathologiques (il est vrai que le théâtre de Crommelynck, parce qu’il met en scène des passions menées jusqu’à leur paroxysme, a été sollicité à plusieurs reprises au temps où la psychanalyse appliquée, version la plus caricaturale des relations entre psychanalyse et littérature, était à la mode, et notamment dans le seul livre en anglais entièrement dédié au dramaturge : celui de Bettina Knapp). À leurs yeux, l’originalité de Crommelynck tient à la façon dont il revisite la grande tradition tragi-comique. Ils montrent par exemple que le vocabulaire spécifique de la théorie des humeurs est omniprésent dans Tripes d’or, ce qui leur permet à la fois d’établir une filiation entre Crommelynck et Molière ou Ben Jonson, et d’affirmer que les personnages crommelync-kiens sont des types théâtraux, qui ne peuvent en aucune façon être abordés comme des personnes psychologiques. Cette dimension particulière, qui confère au théâtre de Crommelynck son côté résolument farcesque, serait, selon les deux auteurs, typiquement belge ; en ce sens, c’est la rencontre insolite entre l’héritage tragi-comique et l’imaginaire flamand qui expliquerait la singularité du dramaturge.

5Au terme de leur analyse, les deux auteurs en reviennent à cette réticence « mystérieuse » du monde anglophone à l’égard de l’œuvre de Fernand Crommelynck (c’est une des significations qu’ils donnent à leur titre : The Crommelynck Mystery). Plusieurs raisons sont avancées pour expliquer cette réticence, au premier rang desquelles la singularité flamande du dramaturge. Le théâtre de Crommelynck accentuerait, par son originalité même, la différence qui sépare la tradition théâtrale américaine et la tradition européenne : d’une part, le répertoire américain compte peu de farces, alors que la farce est au fondement de l’histoire du théâtre européen ; de l’autre, les acteurs et les metteurs en scène américains sont habitués à penser le personnage de théâtre à partir du modèle stanislavskien, et des textes tels que ceux de Crommelynck, dès lors qu’ils évacuent toute psychologie, résistent évidemment à une telle approche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Piret, « Alain Piette et Bert Cardullo, The Crommelynck Mystery. The Life and Work of a Belgian Playwright | The Theater of Fernand Crommelynck. Eight plays », Textyles, 16 | 1999, 133-134.

Référence électronique

Pierre Piret, « Alain Piette et Bert Cardullo, The Crommelynck Mystery. The Life and Work of a Belgian Playwright | The Theater of Fernand Crommelynck. Eight plays », Textyles [En ligne], 16 | 1999, mis en ligne le 09 août 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1600

Haut de page

Auteur

Pierre Piret

F.N.R.S.-U.C.L.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org