Navigation – Plan du site
Chroniques

Échos

p. 123-124

« Présence d’André Baillon »

On ne peut qu’applaudir à la belle initiative prise par quelques « amis » d’André Baillon : lui consacrer un site et, sur cette base, développer le travail critique que son œuvre appelle et, surtout, mérite. Citons leur communiqué : « André Baillon [...] a signé quelques-uns des plus beaux livres de l’entre-deux-guerres : En sabots, Histoire d’une Marie, Un homme si simple, Délires, Le perce-oreille du Luxembourg… Chefs-d’œuvre de style, d’ironie et de sensibilité, ils composent la poignante confession d’un solitaire écorché, cerné par le désespoir et la folie, mais sauvé par l’obsédante passion d’écrire et par un humour libérateur. Si certains de ses livres ont fait l’objet de rééditions récentes, ainsi que de traductions néerlandaises, d’autres sont encore difficilement accessibles, et l’importance de son œuvre reste méconnue. C’est pourquoi nous avons voulu créer Présence d’André Baillon, afin de faire pleinement reconnaître sa vraie dimension, son talent incisif et sa saisissante modernité, par l’édition d’inédits, de textes devenus introuvables, d’études et essais, par l’échange d’informations entre chercheurs et la promotion de manifestations artistiques. Admirateurs et lecteurs de tous bords sont les bienvenus pour nous aider dans cette tâche ! ». On peut les rejoindre et/ou les soutenir en s’adressant à Jean-Pierre Canon, Librairie La Borgne Agasse, Rue Anoul, 30, B-1050 Bruxelles - <info@andrebaillon.net>. Les membres recevront à l’automne 2003 le premier numéro des Nouveaux Cahiers André Baillon. À visiter : http://www.andrebaillon.net (Pierre Halen).

Hommage à Francis Van Maele

Les poètes le connaissent, et bien des artistes, dont il a sérigraphié les œuvres. Francis Van Maele, né en 1947 quelque part entre Bruges et Gand, est, pendant dix ans, ingénieur dans une multinationale basée à Echternach au Grand-Duché. Mais ça ne lui suffit guère : à partir de 1977, il se recycle dans la sérigraphie et la gravure, en 78 il commence à éditer des plaquettes de poèmes et des sérigraphies et, en 1980, il crée les éditions PHI. En 2001, PHI compte plus de 350 titres à son catalogue, mais Francis Van Maele s’en retire, et part en Irlande créer une autre maison d’édition. Un exposition lui a été consacrée en 2001-2002 au Centre National de Littérature, à Mersch, puis à l’Université de Trêves, en même temps qu’un livre-catalogue intitulé Un défi. 20 ans d’éditions PHI (CNL). Cent cinquante pages joyeusement illustrées, bien entendu, où se bousculent les auteurs et artistes de tous bords, lesquels ont voulu rendre hommage au travail créatif de Francis Van Maele : un éditeur qui vous soigne ainsi, ça se salue, ça se regrette s’il s’en va. C’est que l’homme est arrivé à se constituer un joli catalogue, qui plus est avec des ouvrages en trois langues différentes. Pour la Belgique, on y épingle les noms de Werner Lambersy, d’André Doms, Alain Bosquet, Gaspard Hons, Serge Meurant, Yves Namur, André Schmitz, Liliane Wouters, Lucien Noullez ; mais on y rencontre aussi Mikis Theodorakis, Khalil Gibran, Yannis Ritsos, Heiner Müller, Édouard Maunick, et aussi Arrabal, Seferis, Gainsbourg, Guillevic, Saint-Exupéry... sans compter les Québécois (arrivés via la co-édition avec Écrits des Forges) et, bien sûr, les Luxembourgeois. Qui dit mieux ? Si la page Van Maele est tournée, PHI continue : il aurait été dommage d’arrêter cette expérience d’une activité éditoriale réussie en périphérie francophone.

Centenaire de Jules Minne

La petite ville de Genappe a rendu hommage à l’un de ses natifs, le poète Jules Minne, né à Loupoigne le 15 mai 1903. Elle lui a consacré notamment une exposition de documents empruntés aux archives familiales : Vie et poésie de Jules Minne (Espace 2000, Bibliothèque publique de Genappe, à partir du 9 mai 2003). Espérons que ces sources ne seront pas ensuite dispersées... car Jules Minne, un peu oublié aujourd’hui, n’en est pas moins un cas singulier dans l’histoire des lettres belges : c’est par excellence le poète du paysage africain, celui de la forêt équatoriale (il fut agent territorial « en brousse » pendant une dizaine d’années) où il cultiva avec une belle cohérence une inspiration singulière. Ce ne fut pas, pour autant un véritable écrivain colonial : les mutations de la société en Afrique ne l’intéressent guère, et toute son attention est retenue par le rythme, « cosmique » dira-t-il, de l’Être. Pour cette raison sans doute, il fut aussi, de tous les littérateurs coloniaux, le seul peut-être qui eut toute l’attention de ses pairs métropolitains, dès lors qu’il fut revenu en Belgique. Les très nombreux hommages qui lui sont rendus au moment de son décès, en 1963, en témoignent. Signalons que, pour la circonstance, le Musée de la Littérature a restauré un enregistrement du poète, et que le Cercle d’Histoire du Pays de Genappe a publié deux ouvrages dont nous rendons compte par ailleurs (Pierre Halen).

Avec ou sans estomac : (in)digestions parisiennes

La France, périodiquement, se tâte le nombril : est-elle encore fidèle à sa réputation de « nation littéraire » ? Question angoissée. Pour faire suite à l’essai de Julien Gracq : La Littérature à l’estomac, Pierre Jourde a publié en 2002 (réimpression en 2003) La Littérature sans estomac, publié à l’enseigne de l’Esprit des Péninsules : tout un programme. P. Jourde est professeur de littérature à Grenoble, mais son livre n’est pas vraiment d’un universitaire : admettons qu’il y a, dans la valorisation littéraire et même pour ceux qui devraient en faire une science, une forme d’arbitraire gustateur dont sans doute il est vain de discuter. On a en tout cas bien du plaisir, comme toujours quand l’attaque est bien menée et en même temps justifiée, à suivre l’auteur dans sa dénonciation d’une série de créatures médiatiques dont l’intérêt semble bien inversement proportionnel à la prétention affichée, voire au pouvoir exercé dans le champ littéraire. En ligne de mire, un Philippe Sollers pontifiant, acoquiné depuis longtemps avec le Monde des Livres. Tête de pipe n˚2 : Christine Angot, puis, à l’enfilade : Frédéric Beigbeder, Marie Darieussecq, et une douzaine d’autres. Seul francophone épinglé : Jean-Philippe Toussaint. On en ressort avec au moins le sentiment d’une dérive dans l’exercice de la critique et de la valorisation littéraires. À lire en complément de La Corrution sentimentale de M. Benoît-Jeannin (cf. dans Textyles, n˚21, 2002, pp. 117-118.) (Pierre Halen).

  • Revues.org