Navigation – Plan du site
Chroniques

Revues

Pierre Halen
p. 209-210

Francophonie vivante

Le troisième numéro, pour 2010, de la revue animée par Marie-Ange Bernard propose une série de contributions à propos du Rwanda. Le sujet est « délicat », en raison des événements à caractère génocidaire de 1994 et leurs non moins terribles répercussions. Ariane François-Demeester s’en fait l’écho, parlant notamment de la sculpture qu’elle a réalisée à ce sujet, mais aussi de tout son parcours personnel. Michel Voiturier, plus loin, brosse un panorama bien documenté des principaux livres et films produits à propos du génocide. La question de la langue française est évoquée par ailleurs ; de toute évidence, le Président Kagame a décidé de l’éradiquer dans son pays, notamment pour faire droit à la bourgeoisie rwandaise anglophone, revenue d’exil avec lui après 1994 ; nul ne sait, bien sûr, s’il arrivera à ses fins, mais le fait est que lui-même se maintient au pouvoir, ce qui augmente ses chances. On s’abonne à la Maison de la Francité, rue Joseph II, 18, 1040 Bruxelles ou chez jean.pirlet@skynet. be ; rédaction : m.a.bernard@skynet.be.

L’Arbre à Paroles

Dans son n° 147 (printemps 2010), la revue de la Maison de la Poésie d'Amay rend hommage à l’une des œuvres majeures de ces dernières décennies, celle d’André Schmitz. Introduit par Paul Mathieu, nourri par un commentaire approfondi d’André Doms et par quelques autres contributions, cet hommage bien mérité fait sans doute davantage sentir le besoin de rendre à un secteur poétique aujourd’hui trop marginalisé l’attention, notamment universitaire, qu’il avait naguère. Des œuvres d’une qualité aussi continue que celle d’André Schmitz et de quelques autres poètes le justifieraient amplement. Aux contributions critiques s’ajoute, en attendant, la « conspiration amicale » de plusieurs poètes qui se joignent à l’entreprise, ainsi qu’une suite inédite. Le n° 148 (été 2010), intitulé De sous la lampe, est un numéro réservé aux poètes eux-mêmes, qui y publient de nombreux inédits. Ce numéro, comme toutes les autres livraisons, comporte l’habituelle rubrique de « lectures », saluant les parutions contemporaines dans un domaine qui ne cesse d’affirmer sa vitalité. Abonnement ordinaire : 25 euros pour 4 numéros. Adresses électroniques : editions@maisondelapoesie.com ou indications@indications.be.

Ponti/Ponts

La neuvième livraison de la revue Ponti/ Ponts (2010) propose, avant la riche moisson de comptes rendus qui constitue l’un des points forts du périodique milanais, plusieurs études que rassemble le thème des Saintetés, pour le moins original dans le corpus critique contemporain, mais sans doute rattachable aux nombreux travaux qui s’intéressent aujourd’hui aux figures héroïques et aux récits de fondation, dans le cadre ou non des « constructions identitaires ». L’histoire avec ses nostalgies virtuelles vient-elle ainsi à la rescousse de consciences désemparées ? Ou permet-elle davantage l’exercice de la déconstruction ? C’est en tout cas cum grano salis que les figures de sainteté sont ici traitées, par exemple par Marc Chaudenson à propos de la langue française et de ses représentations canoniques diverses. Les littératures africaines sont-elles plus que d’autres « sensibles au sacré » ? Rien ne le démontre, mais Liana Nissim montre en tout cas l’importance, chez divers auteurs comme Valentin Mudimbe ou Williams Sassine, de cette dimension. On passe ensuite au Québec avec les écrits de Marie de l’Incarnation, et aux Antilles avec un roman de Raphaël Confiant. Ce dossier, moins volumineux que ceux que l’on a pu lire dans d’autres livraisons, suffit cependant à montrer encore davantage l’intérêt du filon que constituent les relations entre littérature et spiritualité.

À l’accoutumée, la revue propose ensuite des inédits et surtout des recensions nombreuses, classées par secteur géographico-culturel, la Belgique étant reprise à l’enseigne commune d’une « francophonie européenne ». Les œuvres du Prince de Ligne, de Dominique Rolin, de Henry Bauchau et de Henri Michaux, les problématiques générales de la modernité fin-de-siècle et du fantastique en Belgique y trouvent des échos (les numéros 31, puis 32-33 de la revue Textyles y sont également recensés). Adresse de la rédaction : cristina. brancaglion@unimi.it, liana.nissim@unimi. it ; les commandes et abonnements : aux éditions led, led@lededizioni.com ; réduction aux abonnements pour cinq ans.

Études françaises

La revue de l’Université de Montréal consacre la seconde livraison de l’année 2010 (46/2) à un dossier intitulé Hergé reporter. Tintin en contexte et présenté par Rainier Grutman et Maxime Prévost. On sait que les essais d’interprétation et les ouvrages critiques divers à propos de la création d’Hergé sont désormais nombreux, mais les études ici rassemblées présentent de nombreux aspects originaux. Qu’il s’agisse des origines (sources, influences, etc.) du monde tintinesque par Guillaume Pinson, de « l’inscription du bruxellois dans Le Sceptre d’Ottokar » par Rainier Grutman ou encore des procédures de l’autoreprésentation de Hergé dans les Aventures de Tintin par Jean Rime, les analyses font plus qu’explorer des pistes déjà ouvertes par la critique, et l’on recommandera particulièrement ce dossier aux amateurs d’une œuvre qui ne cesse, décidément, de requérir l’attention. Le titre Tintin en contexte est surtout justifié par des analyses qui se concentrent sur le rapport entre tel album et l’actualité du temps : Marc Angenot se lance ainsi dans une relecture de L’Oreille cassée en relation avec la guerre du Chaco, Ludovic Schuurman procède de même avec L’Île noire, et Maxime Prévost avec Vol 714 pour Sydney ; au-delà des aspects documentaires que l’érudition s’emploie à compiler, au-delà aussi de la mémoire du xxe siècle que la lecture des albums permet de raviver, la question qui demeure est celle que pose à sa manière Marc Angenot : pourquoi est-ce qu’avec l’œuvre d’Hergé « ça marche » si bien ? Ou : quelle sorte de jouissance inaperçue procurent ces albums à l’homme planétaire d’aujourd’hui, jouissance dont leur auteur fut toujours le premier à s’étonner ?

Ce périodique est à présent disponible également au format électronique, via le site www.erudit.org/erudit/revues.html. On trouve la revue Études françaises à la Librairie du Québec à Paris (rue Gay-Lussac, 30, 75005 Paris) ou chez l’éditeur, les presses de l’Université de Montréal (pum@ umontreal.ca).

  • Revues.org