Navigation – Plan du site
Chroniques

Échos

Pierre Halen et Pierre Piret
p. 111-114

Au rayon fantastique

Le site <www.noosfere.com/heberg/jeanray/main.htm> est entièrement voué à Jean Ray. On y trouve une biographie et une autobiographie, une bibliographie et même un lexique... Pour entendre la voix de l’écrivain fantastique (entre autres), aller sur <www.dmnet.be/voix/>, où l’on peut aussi écouter celle de Thomas Owen. Pour prolonger, on découvrira un entretien avec ce dernier sur le site <www.lefantastique.net>, qui embrasse assez largement le domaine dans toutes ses réalisations (Pierre Halen).

Sous le Cerisier

Au catalogue des éditions du Cerisier, épinglons un nouveau petit livre de Lise Thiry : Conversations avec des clandestins. Il a paru dans la collection « Place publique » et son propos est essentiellement citoyen puisqu’il reprend, sous une forme résumée, un éventail de demandes de régularisation, émises par des « clandestins » à l’époque où le gouvernement belge leur avait permis de solliciter à nouveau leur « intégration » officielle dans le Royaume. Lise Thiry faisait partie, au titre de représentante d’une ONG, d’une de ces chambres. La littérature est concernée à cause de cette « forme résumée », misant tout sur la sobriété et la retenue, qui m’a fait songer à certaines pages de Nougé, aux récents « Portraits » de Nicole Malinconi, et qui, de toutes manières, constitue un matériau de choix pour une réflexion sur la nouvelle et le texte bref (Pierre Halen).

Bessy

Le quotidien La Libre Belgique a rappelé, fin décembre 2002, que le personnage de Bessy, la chienne de race colley imaginée par les studios Vandersteen à partir de la chienne Lassie du cinéma, avait cinquante ans ; cette série-fleuve, qui parut de décembre 1952 à janvier 1984, six fois par semaines, a connu aussi les honneurs de la publication en albums, signés du pseudonyme de Wirel (renvoyant à Willy Vandersteen à son collaborateur Karel Verschuere). La colorisation de ceux-ci et leur « actualisation », il y a une dizaine d’années, suscitèrent des controverses. Quoi qu’il en soit, il s’agit là d’une production importante par son lectorat (elle provoqua, paraît-il, un très abondant courrier de la part des lecteurs du journal) mais peu étudiée. Renvoyons cependant à l’ouvrage de Peter Van Hooydonck : Willy Vandersteen, le Bruegel de la bande dessinée, paru chez Standaard en 1994 (Pierre Halen).

Léopold, son Congo et l’histoire du livre

Les Archives Générales du Royaume éditent, de manière peut-être trop confidentielle, une collection de « Reprints ». L’une des dernières réalisations est la réimpression anastatique de livre de Stanley, Cinq années au Congo, dans la traduction de Gérard Harry, telle qu’elle parut, en quatre émissions distinctes à Paris et à Bruxelles, entre 1885 et 1893. Pour l’histoire du Congo, l’ouvrage est capital : il joue un rôle important dans la reconnaissance progressive par l’opinion belge et internationale du fait que constitue désormais l’État Indépendant dont Léopold II est le souverain et dont Stanley fut, non seulement l’explorateur aventureux, mais aussi le premier administrateur. Pour le Congo lui-même, il est doublement important : il fonde une tradition discursive, un style dirait-on même, en plus des renseignements capitaux qu’il donne au sujet des populations, des autorités locales, des aspects matériels de la vie sous l’Équateur. C’est évidemment aussi un plaidoyer pro domo et une œuvre de propagande, qui est publiée en même temps en huit langues. Cette réédition est précédée d’une passionnante notice introductive (disponible en tiré-à-part), par Nadine Fettweis et Émile Van Balberghe, qui, après avoir rappelé le contexte général, se concentrent sur les aspects touchant l’histoire du livre. L’ouvrage, ses différentes éditions et émissions, ses traductions, ses affinités matérielles avec d’autres publications, notamment celles du fameux éditeur P. Maes, tout cela est décrit avec une précision exemplaire, éclairant parfaitement la situation et le rôle de ce genre de livre, indépendamment même du texte. Un regret : au lieu de descriptions verbales des couvertures (les cartonnages d’édition), on aurait préféré leur reproduction iconographique ; par ailleurs, celle des gravures, illustrant Cinq années, est malheureusement d’assez mauvaise qualité. Cela dit, l’essentiel est que l’ouvrage soit à nouveau disponible, et notamment que les Congolais eux-mêmes puissent en retrouver l’accès (Pierre Halen).

Guide culture

On a cédé à la manie très mode de la parataxe nominale (faut-il dire : parataxe nom, à présent ?) pour intituler cet ouvrage qui, plus simplement, se serait appelé : Guide culturel. Mais enfin, l’objet-livre est joliment fait et son utilité, assez claire. Voici donc la deuxième édition (2002) d’un « outil d’information » destiné à fournir rapidement les coordonnées de toutes espèces d’institutions relevant du domaine de la Culture en Communauté française de Belgique : festivals, musées, bibliothèques. La partie réservée à l’édition (2 pages) y est malheureusement réduite à quelques adresses sélectionnées. Le Petit guide des lettres belges reste donc indispensable. Plus généralement, le lecteur, notamment le lecteur étranger, devra se souvenir que le point de vue est ici celui de l’institution s’efforçant de mettre en valeur ce qu’elle chapeaute, et non celui de l’utilisateur à la recherche, par exemple, de la bonne adresse où il trouverait tel fonds documentaire sur un écrivain (fonds qui peut éventuellement se trouver dans un établissement qui ne dépend pas de la Communauté française). On peut se procurer ce Guide culture auprès de la Direction générale de la Culture, 44, Boulevard Léopold II à B-1080 Bruxelles (site : <http://www.cfwb.be>) (Pierre Halen).

Quelques sites à visiter

La littérature est, comme on s’en doute, de plus en plus présente sur internet. Mais il faut bien dire que les sites sont d’un intérêt scientifique très inégal. Du côté des textes à lire, souvent inédits, on trouve à boire et à manger, tant il est vrai que le média électronique permet à tout un chacun de diffuser les textes qu’il lui plait de faire connaitre, recréant aussi quelquefois des chapelles où l’on se publie entre amis et connaissances. Les auteurs, en ce cas, sont ceux qui y trouvent sans doute le plus de plaisir, un plaisir tout à fait légitime du reste. Par exemple, sur <www.confetti.org/grandir/index.html>, ou sur <www.anacoluthe.com>. Plus « légitime », la revue en ligne : Bon-a-tirer.com, accueille régulièrement des textes d’auteurs belges, de Xavier Deutsch à Jean-Philippe Toussaint. C’est, en somme, le dernier salon où l’on cause, avec beaucoup d’inédits, et c’est gratuit. On trouve aussi des textes de Philippe Blasband sur <www.blasband.be/triagetheatre.html>.

Du côté des sites à vocation plus informative, signalons le beau travail réalisé à propos de Gérard Prévot, écrivain sous-estimé jusqu’aujourd’hui par la critique ; aller à <www.predator.bm/prevot>. Moins séduisantes, les pages concernant Colette Nys-Mazure, sur <www.lfc.edu/˜hahn/alpage1.html>.

Saluons également l’intéressante (claire, pédagogique, illustrée de tableaux judicieusement choisis, etc.) adresse <www.poetes.com> ; le site, réalisée par Jacques Lemaire, est consacré au romantisme et au symbolisme, avec d’évidentes prédilections pour quelques grands noms français : Baudelaire, Rimbaud, Verlaine. Mais on y trouve aussi des pages bien faites dévolues à Verhaeren — <www.poetes.com/verhaeren> — et, de même, à Rodenbach. On y rencontre notamment des poèmes choisis, mais aussi, visant un public scolaire, des jeux de questions. Pour Rodenbach, on peut aller aussi vers <http://users.belgacom.net/rodenbach>, beau site lui aussi, avec de nombreux boutons-passerelles vers d’autres lieux, mais qui n’affiche pas son auteur ou son institution.

Enfin, signalons un site québécois, ouvrant sur les lettres belges et signé par Isabelle Tremblay et Nathalie Nadeau : <www.fl.ulaval.ca/cuentos/belgique.htm>. Il permet de se diriger tant du côté des textes que du côté des sites d’information déjà bien connus, comme celui des Archives et Musée de la Littérature : <www.aml.cfwb.be>, de la Maison de la Francité : <www.maisondelafrancite.be>, de l’Université de Bologne : <www.ligue.unibo.it/centrobelga>, etc.

Pour les enseignants du secondaire spécifiquement, de nouveaux outils, donc des perspectives vers de nouvelles didactiques de la littérature, se dégagent sur :<www.educnet.education.fr/lettres/textes/intro.htm>. Le site donne nombre d’informations sur les logiciels déjà disponibles (souvent gratuits) et des relations de parcours didactiques déjà effectués en classe de français. Pas d’auteurs belges, ici, c’est un site français, mais néanmoins pas mal d’idées et de précisions concrètes.

Enfin, pour le centenaire de la naissance de Georges Simenon en février 2003, signalons quelques sites spécialisés. D’abord l’officiel <www.ulg.ac.be/libnet/simenon.htm>, émanation du Centre d’études G.S. de l’Université de Liège ; on y trouvera notamment une liste de thèses, des renvois vers la revue Traces, des notes biographiques et bibliographiques. On verra aussi, moins développés, les sites : <www.toutsimenon.com>, notamment pour une chronologie détaillée, et <http://ibelgique.ifrance.com/gomgut/PagesPri/Pseudo.htm>, pour les nombreux pseudonymes de l’écrivain.

À souhaiter : que les concepteurs de sites prennent le pli d’indiquer plus formellement leur identité, la date de mise à jour et le nombre de pages, car nos étudiants, qui renvoient de plus en plus à des sites, ne savent trop comment en noter la référence complète, voire seulement l’intitulé (Pierre Halen).

Espace/Poésie

Bonne nouvelle : les éditeurs de poésie de Belgique et du Luxembourg ont uni leurs forces et proposent, à l’enseigne d’un « Espace/Poésie » dont l’intitulé n’est cependant ni très poétique ni très inventif, un Catalogue général. La nouvelle est encore meilleure qu’il n’y parait, puisqu’on l’obtient gratuitement sur simple demande en s’adressant à : E/P, BP 12 – B-4540 Amay, c’est-à-dire à l’adresse postale, bien connue, de la Maison de la Poésie (085/31.52.32 - <editions@maisondelapoesie.be>). Éditeurs concernés : Phi, bien sûr, au Luxembourg, et L’Ambedui, L’Arbre à paroles (revue et éditions), Le Cormier, Le Journal des poètes, Le Mensuel du Théâtre-Poème, Le Taillis-Pré, Le Tétras Lyre, Unimuse, pour la Belgique (Pierre Halen).

Publications des Facultés universitaires Saint-Louis

Le catalogue des Publications des Facultés universitaires Saint-Louis s’est enrichi récemment de deux ouvrages qui, s’ils ne concernent pas directement les lettres belges, construisent chacun un objet de recherche susceptible d’être réinvesti dans cet espace. La Littérature : réserve de sens, ouverture de possibles (sous la direction de Jean Florence et Marie-France Renard, 2000, 131 p.) rassemble sept communications (dont celles de Pierre Mertens et de Pascale Tison) qui interrogent les fonctions actuelles de la littérature et les modalités contemporaines de son enseignement. Le recueil d’articles intitulé Lettres et lois. Le droit au miroir de la littérature (sous la direction de François Ost, Laurent Van Eynde, Philippe Gérard et Michel van de Kerchove, 2001, 402 p.) s’inscrit dans le courant de recherche « droit et littérature », très développé aux Etats-Unis, mais encore embryonnaire dans les pays de langue française. Dans une perspective programmatique, il rassemble les réflexions de philosophes, de juristes et de littéraires articulées autour de deux questions : « que peut apporter la littérature au droit ? que gagne la littérature à comprendre la présence du droit dans ses œuvres ? » (Pierre Piret).

Théâtre contemporain Wallonie-Bruxelles

Le Centre des Écritures Dramatiques Wallonie-Bruxelles et les éditions Lansman publient une anthologie de dramaturges dits « incontournables » dans le but de favoriser « la circulation des pièces de nos auteurs » et de « sensibiliser metteurs en scène, comédiens, traducteurs, journalistes, publics à la richesse du théâtre qui s’écrit aujourd’hui en Wallonie et à Bruxelles » (Georges Dumortier, président du Centre des Écritures Dramatiques Wallonie-Bruxelles). Le Tome 1, Quelques incontournables : 12 pièces contemporaines à (re)découvrir, 12 scènes à lire et à jouer, qui a paru en 2000, présente Philippe Blasband, Jean-Pierre Dopagne, Éric Durnez, Paul Emond, Michèle Fabien, Serge Kribus, Jean Louvet, Veronika Mabardi, Adolphe Nysenholc, Jean-Marie Piemme, Pascale Tison et Liliane Wouters ; le Tome 2, D’autres incontournables : 8 pièces contemporaines à (re)découvrir, 8 scènes à lire et à jouer (2001), Henry Bauchau, Carmelina Carracillo, Jacques De Decker, Luc Dellisse, Marie Destrait, Paul Pourveur, Anita Van Belle, Pascale Vrebos. Chaque auteur est présenté au travers d’une courte notice bio-bibliographique et d’une de ses pièces (résumé et extrait). Les éditeurs annoncent la publication annuelle d’un répertoire anthologique de ce type (Pierre Piret).

  • Revues.org