Navigation – Plan du site
Chroniques

Échos

p. 110-113

Verhaeren : 150 ans

Le Musée Verhaeren à Saint-Amand, avec le soutien de la Province d’Anvers et de quelques mécènes, célèbre le cent cinquantième anniversaire de la naissance du poète de La Multiple Splendeur en proposant un vaste programme d’activités. Elles débutent en mars 2005 avec une exposition à Saint-Amand, qui restera ouverte toute la belle saison ; en complément : quatre itinéraires de promenades littéraires sont proposés à partir du Musée. À Anvers, deux expositions s’intéresseront à l’automne aux « Anarchistes autour d’Émile Verhaeren ». À Louvain (Leuven), une autre exposition est consacrée au sculpteur Constantin Meunier, dont on commémore ainsi le centenaire de la mort ; tant mieux si ces anniversaires permettent de faire se retrouver des œuvres qui furent contemporaines… Sur ces manifestations et quelques autres, voir www.emileverhaeren.be.

Pierre Halen

À ceux qui ont peur des bombes

La bonne lecture que voilà, par les temps qui courent et tandis que résonne régulièrement l’écho d’explosions plus ou moins lointaines, faisant morts et blessés. À l’époque où Léon Bloy composait ces lignes, Paris était tout retentissant encore du bruit d’attentats anarchistes, à la bombe comme il se doit. La presse bourgeoise y allait de sa réprobation et étalait ses angoisses sécuritaires. Bloy, comme toujours, prend le contre-pied de ces sentiments communs, et voit plutôt les actes terroristes comme un « pastiche » de la « Vraie Colère », divine s’entend. Le geste d’êtres humains que les iniquités sociales ont désespérés. « Le catholicisme ou le pétard ! », écrit-il. Cette Archiconfrérie de la Bonne Mort fut refusée à Paris, et ne fut publiée que grâce à l’amicale obligeance d’Edmond Picard, à Bruxelles : elle parut dans sa revue L’Art moderne, et y fut donc enterrée, puisque ce n’était pas le lieu où un tel écrit pouvait vraiment faire mouche. Émile Van Balberghe, aujourd’hui, avait composé, avec cette Archiconfrérie et une lettre à un publiciste parisien qui sollicitait sa prose, un petit volume parfaitement ajusté pour paraître aux Éditions Mille et une nuits, dans la petite collection de poche bien connue pour ses rééditions de textes méconnus, de petit format. Or, de même qu’il y a plus d’un siècle, ce projet fut refusé, et de même il reparaît à Bruxelles. Les amateurs des plaisirs de lecture que réservent non seulement la phrase bloyenne, mais aussi sa verve jubilatoire et, a-t-on envie d’ajouter, prophétique, ne regretteront pas de s’adresser directement à l’éditeur pour se procurer sans tarder ces pages ! – Bloy (Léon), L’Archiconfrérie de la Bonne Mort. Suivi de Le Bon Conseil. Bruxelles, Émile Van Balberghe, libraire, 2005, n.p. (brochure) – ISBN 2-930053-28-3. – 5 euros – emilevanbalberghe@hotmail.com.

Pierre Halen

La genèse du théâtre de Paul Willems

La collection « Archives du futur » a notamment pour mission de mettre à la disposition des spécialistes et du public intéressé des textes importants et devenus à peu près introuvables de nos plus grands auteurs. Tel est très précisément l’objet d’un volume récemment paru dans la collection, volume intitulé Vers le théâtre. Écrits 1950-1992 (textes réunis et présentés par Fabrice van de Kerckhove. Bruxelles, AML - Labor, coll. Archives du Futur, 2004, 255 p.). Fabrice van de Kerckhove poursuit ici le travail qu’il a entamé autour de l’œuvre de Willems – avec Le Monde Paul Willems (1984) et Paul Willems, l’enchanteur (2002) – en rassemblant une série de courts écrits, souvent de circonstance ou à destination toute personnelle, qui témoignent tous de la réflexion constante qui fut celle de Paul Willems en matière de théâtre. De factures très diverses, ces textes – causeries, essais courts, articles polémiques, sketches, rêveries, fantaisies, souvenirs, impressions de voyage – forment une sorte de bric-à-brac imaginaire où, comme le souligne Fabrice van de Kerckhove, s’accumule la matière et s’invente le style tant du théâtre de Willems que de sa poétique, « dont le ton inimitable sera celui d’Un arrière-pays ».

Pierre Piret

Michel de Ghelderode

Le théâtre de Michel de Ghelderode a souvent été qualifié, par ses commentateurs, de baroque sans pour autant donner à ce concept une acception historico-littéraire bien déterminée. Quand il n’est pas synonyme de bizarre, d’excentrique, de boursouflé, etc., le terme « baroque » est utilisé, dans le cas de Ghelderode, pour étiqueter un auteur qu’on juge singulier et une œuvre irréductible aux canons établis. Se situant justement aux antipodes de l’esthétique dramatique classique qui prône la mesure, l’équilibre et l’harmonie, le théâtre de Ghelderode est à appréhender dans l’écart par lequel il se définit sans estimer que celui-ci est synonyme d’une anomalie. Dire que ce théâtre est baroque ne constitue nullement un jugement de valeur dépréciatif, mais une tentative de définition d’une œuvre exubérante, mouvante et variée. Par ses constituants thématiques, formels et stylistiques, ce théâtre est fondamentalement baroque. L’attention de Ghelderode s’est portée sur des thèmes baroques tels que la truculente Flandre de jadis, la hantise de la mort et les jeux de l’apparence et de l’illusion. Quant à la dramaturgie, elle est axée sur l’exubérance, la rupture et la surprise. Enfin, le style est caractérisé par la haine du code et l’amour de la liberté. Ghelderode peut être considéré comme le digne successeur des auteurs de la période baroque (fin xvie-début xviie), mais il est aussi un précurseur pour l’avant-garde théâtrale des années 1950. Si son théâtre est doté d’un pouvoir d’ébranlement et d’agression, c’est en raison du caractère provocateur de ses thèmes, de la primauté de l’instinct, de la libre composition des œuvres, du mélange des genres, du rejet des conventions théâtrales, du penchant à la démesure et au burlesque, de l’usage d’une langue subversive et inventive... Il est évident que Ghelderode constitue un maillon dans cette chaîne qui va de Shakespeare et Calderon à Genet et Arrabal en passant par Jarry et Apollinaire.

Références : Oufrid Ben Hammou, L’Esthétique théâtrale de Michel de Ghelderode : un univers baroque, Thèse pour le Doctorat d’État, soutenue le 18 fevrier 2002, Faculté des Lettres, Rabat (Maroc), 528 pages.

Littérature et savoir(s)

Ce sont des questions cruciales et fondamentales que pose, dès son titre, cet épais volume aux pages denses et serrées : « l’œuvre littéraire peut-elle prétendre à la connaissance, au savoir ? Si tel est le cas, comment se définit l’originalité du savoir littéraire ? Enfin, quelle relation le savoir littéraire peut-il entretenir avec les autres formes de connaissances, notamment les discours théoriques des sciences humaines ? », se demandent à son orée (p. 7) Sophie Klimis et Laurent Van Eynde avant de se lancer dans un plaidoyer convaincant en faveur de l’interdisciplinarité.

Évidemment, à travers les vingt et une contributions qui composent l’ouvrage, le lecteur ne trouvera pas une réponse univoque et arrêtée à ces questions, même si tous les auteurs sont d’accord pour répondre par l’affirmative à la première d’entre elles. Il s’agit de la photographie d’un travail collégial en cours et d’une promesse de prolongements fructueux.

Plusieurs de ces contributions concernent de près ou de loin la littérature belge. Relevons d’abord quelques échos indirects : les œuvres d’écrivains belges servent parfois d’exemples ou de contre-exemples dans des articles qui ne sont pas centrés sur elles : ainsi, dans « Ligne et soustractions : ahan chez Francis Ponge », Laurent Liénart se penche rapidement sur l’emploi des adverbes modalisateurs dans Mentir d’Eugène Savitzkaya (p. 387) et compare Antarctique de Francis Dannemark au Tristram Shandy de Sterne (p. 388) avant d’évoquer les liens ayant uni Ponge et Franz Hellens (p. 396). Quant au philosophe et écrivain Éric Clémens, si, dans son article « Le langage poétique et la trouée du savoir. Michel Deguy et Christian Prigent », il s’intéresse aux deux poètes français éponymes, en présentant leur projet poétique, il défend aussi sans doute le sien. Une phrase emblématique permet peut-être de le résumer : « écrire poétiquement s’affronte à l’illusion subjective, référentielle, formelle et communicationnelle ; écrire poétiquement s’affronte à l’impossible, à l’irreprésentable, à l’illisible, sinon même à l’incorporel... » (p. 408)

Venons-en aux deux contributions explicitement consacrées aux écrivains belges. Dans « La littérature comme moyen de connaissance : temps vécu et temps historique dans De secrètes injustices de Xavier Hanotte » (pp. 337-351), l’historien Éric Bousmar a la bonne idée de faire état de l’interrogation qu’éveille en lui un roman dans lequel l’histoire peut être considérée comme un personnage à part entière. Après avoir établi une typologie des différents liens habituels entre histoire et roman, Bousmar affirme que Xavier Hanotte invente un rapport à l’histoire original, qui consiste à la mettre en scène. L’analyse proposée, très convaincante, montre que ce rapport a lieu à plusieurs niveaux mais toujours de façon romanesque, c’est-à-dire avec les armes de la fiction et non à travers un discours rapporté.

Myriam Wathee-Delmotte, pour sa part, revient sur la carrière de l’écrivain dont elle est devenue l’incontournable spécialiste dans « La construction des savoirs et la question des genres. Polymorphie de la matière œdipienne chez Henry Bauchau » (pp. 353-368). Son objectif est triple : d’abord, en se basant essentiellement sur le témoignage de Bauchau dans L’Écriture et la Circonstance (1988), elle retrace l’évolution intellectuelle et psychanalytique qui a permis à un homme d’action raté (selon son propre jugement) de devenir l’écrivain que l’on sait. L’écriture, dans ses liens avec la psychanalyse, est, pour Bauchau, d’abord affaire de son et de rythme (p. 357), elle est le fruit d’une « dictée intérieure » (p. 362) et se traduit par des « formes dialogiques » (p. 358), ce qui permet à Myriam Watthee-Delmotte de le rapprocher d’un autre écrivain belge, Henri Michaux. Ensuite, la deuxième partie de l’article, riche en références variées, se penche sur la question du mythe, explorée par Bauchau, dans ses rapports avec le savoir. Enfin, Watthee-Delmotte décline les variantes du mythe d’Œdipe dans l’ensemble de l’œuvre, à partir de la pièce La Machination (p. 364) jusqu’aux adaptations théâtrales d’Œdipe sur la route par Michèle Fabien et Frédéric Dussenne et d’Antigone par Christine Delmotte (p. 367).

Références : Klimis (Sophie) et Van Eynde (Laurent), dir., Littérature et savoir(s). Bruxelles. Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 2002, 445 pages.

Laurent Demoulin

Marguerite Yourcenar

De « Petite Plaisance », le 15 août 1955, Marguerite Yourcenar écrit à ses amis liégeois, Marie Delcourt et Alexis Curvers : « Chers Amis, Vos deux lettres sont sur ma table ; les livres sont sur les rayons de la bibliothèque [Marie Delcourt vient probablement d’envoyer son Oracle de Delphes à son amie] (non, Dion Cassius n’est pas seul : quatre mille volumes environ, acquis par Grâce et par moi au cours des années et des voyages, et qui à eux seuls rendent nécessaire ce domicile fixe. Ils sont rangés par ordre chronologique, la petite salle à manger étant dédiée à la science et au préhistorique ; le bureau à l’Antiquité et au haut Moyen-Âge ; le “parloir” commence à Villon et finit à Chateaubriand ; tout le reste du dix-neuvième siècle est dans le corridor ; et les Russes, les Scandinaves et les Finlandais sont dans la chambre d’ami. Ce qui veut dire, Marie, que vous logez dans le bureau (Euripide et Périclès) ; dans le salon (Érasme) et aussi dans la cuisine [Marie Delcourt est l’auteur d’une Méthode de cuisine à l’usage des personnes intelligentes]. Alexis, lui, a les honneurs de ma chambre. » (Si le lieu de rangement est suggestif – on songe à l’innocente Bécassine qui range le lait avec les draps –, le nombre des ouvrages de Curvers semble se limiter à… un seul : Printemps chez des ombres.)

L’inventaire réalisé par Yvon Bernier confirme exactement la présence des six ouvrages auxquels Marguerite Yourcenar fait allusion dans sa lettre aux Curvers, ainsi que de 6870 autres (entre 1955 et 1987, la collection s’est amplifiée de près de 3 000 volumes). Si le choix de respecter le classement non alphabétique de Marguerite Yourcenar, compensé par les index, se justifie tout à fait, l’absence de table des matières gêne quelque peu l’utilisation de l’ouvrage. On mesure à sa juste valeur le souci minutieux que ce précieux outil de travail a nécessité et on souhaiterait disposer de ce type de document pour tous les écrivains qu’on étudie.

Références : Inventaire de la bibliothèque de Marguerite Yourcenar à Petite-Plaisance. Établi par Yvon Bernier. Avant-propos d’Yvon Bernier. La Flèche (France), SIEY, 2004, 624 p.

Catherine Gravet

Albert t’Serstevens

Les livres d’Albert t’Serstevens ressortissent pour la plupart à la mouvance exotique de l’entre-deux-guerres, au temps des empires coloniaux et des grands transatlantiques. C’est l’œuvre d’un excellent conteur, dont une longue nouvelle comme Taïa, disponible dans la collection Librio, est l’une des meilleures réalisations. Cette plume alerte est peut-être moins à l’aise lorsqu’il s’agit de gérer l’ampleur romanesque de La Grande Plantation, mais on y retrouve néanmoins à maints détours la phrase vive, la formule précise, le rythme enfin, qui caractérisent l’écrivain. L’action de ce « roman tahitien » se déroule au xixe siècle, pendant la Guerre de Sécession : un nouveau planteur anglais arrive à Tahiti et y développe, en véritable « homme d’énergie en pays neuf », un énorme projet de plantation, d’abord basé sur l’exploitation du coton dont les cours ont monté à cause de la guerre. Comment il s’installe et acquiert à bas prix les terres détenues par les indigènes, comment il tient en échec ses concurrents et ennemis commerciaux prêts à toutes les perfidies, comment il triomphe à la fois de la nature et des hommes avec la bénédiction de l’autorité de tutelle (française en l’occurrence) : tel est l’essentiel d’une intrigue qui trouve néanmoins à rebondir avec l’arrivée d’un nouveau gouverneur, homme de bien, accompagné de sa jeune épouse dont le colon tombe amoureux. Un amour partagé mais platonique, qui ne conduit guère qu’à des promenades à cheval, et trouve son apogée dans la construction, par le colon et ses ouvriers importés de Canton, d’un pavillon chinois dans un site idyllique, pavillon qui sera offert au gouverneur et à son épouse, et qui, au départ de celui-ci, sera détruit par le feu.

La Grande Plantation se ressent de la documentation accumulée pendant les années que t’Serstevens a passées en Polynésie et dont il avait déjà tiré le volume Tahiti et sa couronne. Ce roman date de 1952 : c’est somme toute déjà tard pour un livre qui relève assez exactement du genre « roman colonial », avec notamment le contraste massif entre le héros bâtisseur et, d’une part, des indigènes jouisseurs et apathiques, d’autre part une main-d’œuvre importée et mise au travail dans des conditions sommaires, enfin des « ennemis » qui ne sauraient être que d’autres Européens. Domestication et exploitation de la nature, violente « mise en valeur » des sols compensée par de multiples notes de couleurs locales, paysagères ou ethnographiques, amours sur une île de rêve, jugements ethnologiques à l’emporte-pièce (sur les Chinois, sur les Maoris, etc.) : il y a beaucoup de cartes postales dans ce roman.

Le commentaire de Madeleine Frédéric le suggère lui-même : il aurait sans doute mieux valu que t’Serstevens entre dans la collection avec L’Or du Cristobal (1936). Ce dernier titre avait été réédité en 1994 par Librio, mais ce n’est pas une objection, car La Grande Plantation a lui aussi connu une édition récente (dans Polynésie. Les archipels du rêve. Paris, Omnibus, 1996). En renvoyant à des travaux antérieurs, Madeleine Frédéric insiste beaucoup sur l’habileté descriptive de t’Serstevens. Elle situe aussi ce dernier dans le sillage de Cendrars (pour le récit viatique), et de Loti et de Segalen (pour le discours sur la Polynésie) ; Madeleine Frédéric relève notamment, longues citations à l’appui, que la vision de Loti était plus respectueuse que celle de t’Serstevens, pleine « de condescendance et d’ironie » : certes, mais, outre que le « respect » de Loti (et, plus tard, celui des Immémoriaux) n’est pas sans ambiguïtés, l’ironie, qui est un des traits essentiels du style de l’auteur, aurait mérité une considération stylistique. De même, on aurait aimé trouver, en même temps qu’une situation du roman dans le genre romanesque et le discours colonial, de plus explicites mises en garde à propos des nombreux clichés « ethnographiques » qui abondent dans La Grande Plantation ; mais on soupçonne que Madeleine Frédéric pourrait avoir eu à cœur de ne pas « enfoncer » ce roman un peu faible. Reste que les pistes ouvertes dans cette postface, en direction de l’écriture exotique, sont aussi claires que profitables.

Références : t’Serstevens (Albert), La Grande Plantation. Roman tahitien. Lecture de Madeleine Frédéric. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, 2003, 492 p., ill.

Pierre Halen

  • Revues.org