Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Georges Rodenbach à Georges Thinès

Brel

Coimbra, Instituto de Estudos Franceses, 1999, 113 p. (= Confluências, n°17, dezembro 1999)
Pierre Halen
p. 223-224
Référence(s) :

Brel. Coimbra, Instituto de Estudos Franceses, 1999, 113 p. (= Confluências, n°17, dezembro 1999).

Texte intégral

1Ce petit volume contient les actes d’un colloque organisé par le Groupe d’études romanes de l’Université de Coimbra vingt ans après la mort de Brel. Certaines interventions cultivent des approches relativement prévisibles, ce qui ne signifie pas qu’il était inutile d’y revenir ; disons qu’on aurait aimé qu’elles intègrent davantage ce qui a déjà été écrit par ailleurs, et pas toujours avec finesse, sur de tels sujets. Ainsi, Cristina Robalo Cordeiro évoque un Brel qui aurait été « mal entendu », et qu’elle situe sous les trois signes de l’insoumission, de l’implication et de la tendresse. Christina Dechamps, quant à elle, revient sur la question de la misogynie dans l’œuvre. Et René Poupart, en fin de volume, analyse brièvement la pose moderne d’une conscience artistique profondément marquée, sinon directement par Baudelaire, du moins par la vision du monde diffusée par le poète, avec ses ailleurs et son nécessaire exil.

2Deux contributions ont un caractère plus systématique. Laura López Morales s’essaie à une analyse plus fouillée, ou en tout cas plus diversifiée, du fait de l’œuvre elle-même, à propos de la « symbolique de l’espace chez Brel ». On passe ainsi en revue des lieux multiples, qu’un peu de Bachelard suffit à éclairer. Parallèlement, Pierre Jourdan s’exerce à l’inventaire raisonné du « bestiaire de Brel », bestiaire essentiellement culturel et même littéraire, qui se conclut par l’« équinité perdue » du chanteur. Dans les deux cas, le type de sémiologie propre au support particulier qu’est la chanson se trouve ainsi mis en œuvre : on est nécessairement du côté du stéréotype et du symbole, quoi qu’il en soit de leurs variations sémantiques et de leur puissance d’évocation.

3Le rapport de Brel à la Belgique fait, quant à lui, l’objet des attentions de Marc Quaghebeur, qui aperçoit bien ce que la position institutionnelle du chanteur a de particulier, et d’avantageux à divers égards, sur celle de l’écrivain littéraire : d’autres conditions de possibilité lui laissent une plus grande liberté de parler des ruptures en cours dans son espace propre, c’est-à-dire du « mal qu’il a à la Belgique ou avec la Belgique ». Mais cela concerne aussi l’Europe de l’après-guerre et « l’inanition des nations », comme dit Le Diable (ça va). Le nom et l’identité, devenus douloureux, renverraient finalement à la figure, sans doute sous-estimée, du père. Sur la même question, Fabrice Schurmans propose de la « brelgitude » une synthèse claire, qui fait la part des mythes nationaux, transmis notamment par l’école, et celle des réalités imposées par l’histoire récente à celui qui se disait « flamand de pensée » ; l’exil apparaitrait ainsi comme un élément-clé de la belgitude des années 70.

4Enfin, la contribution de Kerstin Liesegang et Anne Neuschäfer est un apport consistant aux études brelliennes : elle renvoie tout d’abord à la critique existante et, par ailleurs, elle s’exerce à des parallèles suggestifs avec les œuvres du temps, celles de Jean-Paul Sartre, de Nathalie Sarraute et de Georges Simenon notamment. Mais l’essentiel de cet article est dans le risque qu’il prend d’une lecture des compositions musicales, en fonction de ce qu’on est convenu d’appeler les « paroles » des chansons.

5En résumé, ce petit volume — dont l’édition n’est malheureusement pas sans défaut — n’est pas novateur en toutes ses pages, et l’on y retrouve les images attendues du mal-aimé ; on peut regretter que ces images ne soient pas davantage présentées comme des poses obligées, qu’on trouve aussi chez Brassens ou Ferré, pour des artistes que le canal de la chanson contraignait à l’écart moderne comme au recours à l’imagerie. En revanche, des matériaux sont rassemblés pour analyser le fonctionnement de cette dernière. Par ailleurs, la relation à la Belgique, au moins du point de vue thématique, est assez bien traitée à présent ; il ne manque plus guère qu’une étude plus historique des contacts réels avec des acteurs et des institutions, contacts au sujet desquels il existe sans doute des témoignages publiés, mais pas encore d’analyse institutionnelle globale. Enfin et surtout, l’analyse de la chanson comme unité littéraire et musicale est inaugurée ; son caractère relativement technique parfois, dans l’ordre de la description musicale et du point de vue des profanes, est seulement le gage d’une rigueur qu’on devrait voir appliquée aussi au processus de lecture du signe musical : s’il faut se méfier de voir un symbole univoque dans une note ou un ton, on ne saurait faire l’économie de cette approche pour la chanson.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Brel », Textyles, 17-18 | 2000, 223-224.

Référence électronique

Pierre Halen, « Brel », Textyles [En ligne], 17-18 | 2000, mis en ligne le 18 juin 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1557

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Université de Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org