Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Georges Rodenbach à Georges Thinès

René Kalisky (1936-1981) et la hantise de l’Histoire

Actes du colloque international organisé à l’Université d’Osnabrück du 28 au 30 octobre 1996. Édités par Hans-Joachim Lope et Anne Neuschäfer. Frankfurt am Main-Berlin-Bern-New York-Paris-Wien, Peter Lang, coll. Studien und Dokumente zur Geschichte der romanischen Literaturen vol. 32, 1998, vii-98 p.
Pierre Piret
p. 222-223
Référence(s) :

René Kalisky (1936-1981) et la hantise de l’Histoire. Actes du colloque international organisé à l’Université d’Osnabrück du 28 au 30 octobre 1996. Édités par Hans-Joachim Lope et Anne Neuschäfer. Frankfurt am Main-Berlin-Bern-New York-Paris-Wien, Peter Lang, coll. Studien und Dokumente zur Geschichte der romanischen Literaturen vol. 32, 1998, vii-98 p.

Texte intégral

1Préciser le rôle joué par René Kalisky « dans la mémoire collective de l’Europe en formation : entre déshistoire et hantise de l’Histoire… » (p. vii), tel était, selon les auteurs de l’avant-propos, l’objectif de ce colloque. Les actes se présentent moins comme une synthèse de la question, appuyée sur un parcours systématique de l’œuvre, que comme un ensemble d’études ponctuelles, qui abordent cette problématique selon des modalités très diverses : si la préoccupation historique est constante (mais comment pourrait-il en être autrement avec Kalisky ?), elle donne prise à des approches multiples et souvent tâtonnantes, tant, dans cette œuvre, le traitement de l’histoire est complexe. De ce point de vue, l’exposé inaugural de Ruggero Campagnoli annonce la couleur : jouant sur l’étymologie du mot « téméraire » (accidentel), celui-ci suggère que le scénario de Charles le Téméraire ou l’autopsie d’un prince confère à Charles une identité et une situation historique instable, « accidentelle », au lieu d’en faire un personnage emblématique d’une autre histoire possible pour la Belgique. Les figures historiques ne se prêtent jamais, chez Kalisky, au jeu de l’identification, mais donnent lieu à une interrogation lancinante, qui est le support du tragique.

2Ce mouvement particulier est mis en perspective dans plusieurs exposés qui, au travers de l’étude d’une pièce, analysent le travail « sur-textuel » (pour reprendre un terme de Kalisky) par lequel le dramaturge sédimente, pour ainsi dire, les personnages qu’il met en scène. Hans Felten et David Nelting rappellent que La Passion selon Pier Paolo Pasolini s’inspire de l’imagerie populaire du dernier « prophète » italien bien plus que de sa vie réelle. Hans-Joachim Lope montre, de façon très érudite et convaincante, comment, dans Charles le Téméraire ou l’autopsie d’un prince, Kalisky rapproche constamment, en faisant référence à l’Ancien Testament, le mythe bourguignon et celui du messie rédempteur. Dans une belle lecture de Skandalon, Anna Soncini Fratta analyse la destinée exemplaire de Volpi et met au jour les processus aliénants qu’elle figure et dénonce sur le mode allégorique.

3Les autres communications ont trait, quant à elles, à la dramaturgie kaliskyenne, en tant qu’elle serait « hantée », selon le titre du colloque, par l’Histoire. Dans un article volontiers polémique, Pierre Halen étudie et tente d’évaluer le programme esthétique de Kalisky à partir d’une question que toute son œuvre pose : l’Histoire est-elle ou non représentable ? Pour structurer la réponse kaliskyenne à cette question, une analyse de Falsch (la pièce et le film que les frères Dardenne en ont tiré) est développée, qui fait apparaître une tension essentielle entre deux « poétiques de l’après » (Auschwitz), l’une tirant du côté de l’artifice, l’autre, du côté de l’éthique. On peut se demander toutefois si ce constat autorise à conclure que le dramaturge s’est condamné à l’ambivalence : il n’est pas sûr que ces deux poétiques doivent être situées sur le même plan ; le théâtre de Kalisky ne dénonce-t-il pas plutôt le caractère fallacieux d’une telle confrontation, qui n’est d’ailleurs pas en soi originale ? Sabine Schmitz présente une analyse de la même pièce en se basant sur un texte théorique important de Kalisky, La Séduction pour tuer le mensonge. Elle tâche de montrer comment, en réaction contre Brecht (mais il faudrait dire plutôt le brechtisme !), le dramaturge invente une nouvelle conception de la séduction, qui se traduit par l’usage spécifique qu’il fait du procédé du théâtre dans le théâtre. L’hypothèse est féconde, certes, mais était-il souhaitable de faire référence à ce procédé et à l’analyse qu’en a donnée Anne Ubersfeld ? Kalisky use, comme nombre de ses contemporains, de situations métathéâtrales, mais il n’y a pas pour autant, au sens strict, théâtre dans le théâtre — et en conclure à un déplacement du procédé n’apporte dès lors rien à la démonstration, qui est pour le reste tout à fait convaincante.

4La relation entre dramaturgie et histoire réside également au cœur du texte qu’Anne Neuschäfer consacre à l’amitié féconde qui lia René Kalisky et Antoine Vitez. Analysant les textes consacrés par le second au premier, ainsi que ses trois mises en scène, l’auteur montre que la pensée brechtienne fut le ciment de cette amitié, et que la confrontation avec cette pensée, qu’il s’agissait pour l’un comme pour l’autre de dépasser parce qu’elle était liée à son temps, fut le fondement de l’influence que les deux hommes eurent l’un sur l’autre, influence encore vivace après la mort de Kalisky, comme le montre l’analyse de la troisième mise en scène que Vitez fit d’Électre (Sophocle). L’auteur fait très bien apparaître également le malentendu relatif qui accompagna la percée de Kalisky en France, avec Le Pique-nique de Claretta : Vitez avait « brechtisé » la pièce.

5Le point de vue des professionnels de la scène est également représenté dans ces actes par Michèle Fabien, qui revient sur une expérience personnelle : la mise en scène de Jim le téméraire, à Lille, en 1982. C’est le malaise produit par cette pièce, au cours des répétitions, qui la requiert, malaise qu’elle tente d’analyser après-coup, en montrant comment il est inscrit dans la pièce, plus précisément dans le rapport théâtral qui unit, plus qu’il n’oppose, Jim à Hitler. Un entretien avec Metchild Kalisky, la veuve du dramaturge — consacré pour l’essentiel à Falsch, à la relation avec Vitez et à la postérité de Kalisky en Allemagne — complète cet ouvrage enrichissant à bien des égards, mais malheureusement déparé par de très nombreuses coquilles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Piret, « René Kalisky (1936-1981) et la hantise de l’Histoire », Textyles, 17-18 | 2000, 222-223.

Référence électronique

Pierre Piret, « René Kalisky (1936-1981) et la hantise de l’Histoire », Textyles [En ligne], 17-18 | 2000, mis en ligne le 18 juin 2012, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1556

Haut de page

Auteur

Pierre Piret

F.N.R.S.-U.C.L.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org