Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Georges Rodenbach à Georges Thinès

Paul Nougé : pourquoi pas un centenaire ?

A cura di Anna Soncini Fratta. Bologna, Clueb, coll. Bussola, série Belœil, Atti del Centro Studi sulla Letteratura belga di Lingua francese, 1997, 330 p.
David Vrydaghs
p. 219-220
Référence(s) :

Paul Nougé : pourquoi pas un centenaire ?A cura di Anna Soncini Fratta. Bologna, Clueb, coll. Bussola, série Belœil, Atti del Centro Studi sulla Letteratura belga di Lingua francese, 1997, 330 p.

Texte intégral

1La question qui donne son titre à ce colloque est loin d’être innocente lorsque l’on connaît la volonté qu’eut cet écrivain, « pas très connu en Belgique et moins encore à l’étranger », de ne pas publier d’œuvre. Se pose ainsi pour le critique, de façon prégnante, le problème de la justification de son geste. Le titre Pourquoi pas un centenaire ? est déjà une réponse à cette problématique. Pourquoi ne pas, en effet, écrire sur Nougé, dans ses marges ? Les divers chercheurs réunis ici proclament ce droit et souvent s’en servent comme d’un tremplin afin de donner une portée historique à leurs investigations (en s’interrogeant, par exemple, sur l’importance et l’impact du surréalisme bruxellois, ou de la revue Correspondance). De plus, ce livre s’autorise, à travers le travail informatique d’Éric Lysøe, un prolongement dans l’œuvre de Nougé même. Ce programme propose à l’utilisateur un mode de lecture du Jeu des mots et du hasard. Par le simple hasard du mélange des cartes-phrases (ou mots), l’on peut obtenir un nombre impressionnant de poèmes (nombre que calcule Lysøe et qu’il baptise ensuite Nougé***). À ce mode de lecture s’ajoute la possibilité de créer ses propres cartes-phrases et donc de mélanger ses propres vers à ceux de Nougé, dans cette structure créatrice de milliards de poèmes. Cette possibilité d’intervention, en réponse au titre du colloque, prouve bien, à l’instar de l’entreprise éditoriale de Mariën, que l’expérience continue…

2Attachons-nous maintenant aux communications rassemblées dans ces actes. Le champ d’investigation proposé nous semble particulièrement large (il va de la biographie de Nougé aux études scripturales et thématiques en passant par les positions du groupe bruxellois, comme aux liens que tisse Nougé avec la peinture, la musique et le cinéma) et est en lui-même une réponse à cette question qui, en filigrane, traverse le colloque : pourquoi s’intéresser à un écrivain qui n’a pas voulu d’œuvre ? À ce titre, la recherche biographique d’Olivier Smolders, dont il présente ici « les miettes », qui vont de l’anecdote à la mise en perspective des interrogations nougéennes sur l’écriture et l’œuvre, cette recherche donc se fait déjà l’écho du problème de la maîtrise et de l’engagement, problèmes sensiblement liés à la tenue d’une œuvre et abordés dans l’essentiel des textes de ce colloque (ils connaissent même un traitement propre dans deux communications).

3La question de la maîtrise se voit ainsi posée au sein d’une comparaison entre l’érotisme nougéen et le jeu d’échec dans Notes sur un échec. Dire l’érotisme d’Ana Gonzalez Salvador. L’érotisme a comme enjeu majeur la liberté, dans les deux pôles opposés du manque et de la maîtrise. Cela débouche chez Nougé sur une pensée de l’action, qui s’élabore notamment dans un principe d’écriture, la réécriture (qui est action de transformation de ce qui est déjà dit, écrit). Se posent donc dans cet article sur l’érotisme nombre de problèmes liés à l’engagement ou à l’intertexte nougéen et qui trouveront un écho dans d’autres analyses proposées lors de ce colloque. La question de l’engagement se voit efficacement traitée par Marc Quaghebeur dans « La poétique de Nougé ». Cet article s’attache aux procédés de (dé)négations et de réécriture qui dominent la poétique de Nougé, et développe la thèse d’une inscription de ce poète dans la tradition (et la transformation) de l’idéalisme. Il s’agit bien d’une transformation de celui-ci, dans une recherche d’un infini mental mais aussi dans une volonté de transformation du monde que rejoint une éthique de l’action. L’article « Les miroirs déformants » d’Annamaria Laserra s’attache à un aspect déjà abordé par Quaghebeur (la pratique de la citation et l’intertexte comme modalité d’écriture), dans une perspective similaire, ce qui ne retire rien cependant à l’intérêt propre de cet article. Si ces critiques ont en commun une rigueur de lecture et un recours constant aux textes étudiés, ils développent dans la suite de leur article le sujet premier pour en faire l’écho de questions nougéennes plus générales. L’approche d’Éric Lysøe est plus textuelle encore, et débouche elle aussi sur une problématique plus générale : l’inscription belge de l’œuvre. Étudiant la réduction de l’espace à l’œuvre dans les textes de Nougé et la sexualisation de cet espace, mettant à jour un processus de dissection dans cette spatialisation et le reliant à la thématique de la parole coupée (ou qui se fait coupure), Lysøe développe une mythanalyse qui s’attache aux figures d’Athéna, de la chouette et du miroir, et qui aboutit à un questionnement de l’identité belge. Cette parole coupée et cette incertitude spatiale définissent un espace identitaire belge qu’investissent les mythes développés par Lysøe (et à l’œuvre, très nettement, chez Nougé — aucune affabulation, donc).

4La participation de Nougé au surréalisme bruxellois est le sujet central de nombreux autres articles, dont celui de Paul Aron, consacré à la revue-tract Correspondance. Tous les tracts sont passés en revue avec une précision philologique. Cela pourrait confiner au détail ou à l’anecdote mais la mise en perspective socio-historique qui peu à peu s’installe fait de cet article un texte important pour, tout à la fois, situer l’enjeu de Correspondance et en faciliter la lecture.

5On regrettera cependant que les articles concernant les rapports que Nougé avait noués avec le cinéma, la peinture et la musique, se résument trop souvent à une paraphrase des réflexions laissées par Nougé. En effet, s’ils se font l’écho des dires de Nougé (il aimait ceci et cela dans le cinéma, ou il voulait ceci pour la musique), ces articles analysent trop peu la portée des critiques de Nougé ou leurs liens avec les positions surréalistes. Si, de ce point de vue, notre attente est peut-être déçue, il n’en reste pas moins que les actes de ce colloque constituent un texte critique indispensable pour les chercheurs ou les lecteurs curieux et désireux de se frotter aux multiples aspects et questions que suscite cette œuvre qui aurait pu ne jamais être. Oui, pourquoi pas un centenaire, puisque l’expérience continue ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Vrydaghs, « Paul Nougé : pourquoi pas un centenaire ? », Textyles, 17-18 | 2000, 219-220.

Référence électronique

David Vrydaghs, « Paul Nougé : pourquoi pas un centenaire ? », Textyles [En ligne], 17-18 | 2000, mis en ligne le 18 juin 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1553

Haut de page

Auteur

David Vrydaghs

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org