Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Georges Rodenbach à Georges Thinès

Marc Danval, L’Insaisissable Robert Goffin. De Rimbaud à Louis Armstrong

Gerpinnes, Quorum, 1998, 273 p., ind., chron., bibl.
Jean-Paul de Nola
p. 217-219
Référence(s) :

Marc Danval, L’Insaisissable Robert Goffin. De Rimbaud à Louis Armstrong. Gerpinnes, Quorum, 1998, 273 p., ind., chron., bibl.

Texte intégral

1Non sans émotion, mais avec la vigilance critique indispensable — l’amitié étant mauvaise conseillère —, j’aborde à nouveau la figure controversée de Robert Goffin, qui tarde à sortir du purgatoire littéraire où sa disparition physique en 1984 l’a reléguée (voir mon volume R. G., poète. Paris, Nizet, 1973 ; et le chapitre « La dernière saison de R.G. », dans Marcel Thiry entre Vancouver et les ailleurs possibles. Ib., 1992). Les différents aspects de ce personnage « insaisissable », Marc Danval tente de les saisir et le critique présente l’avantage de partager au moins trois des nombreuses passions de Goffin : l’amour du jazz, de la bonne chère et de la poésie. Commençons donc par ces trois centres d’intérêt, en nous réservant de traiter ensuite les autres.

2Goffin, interprète et critique de jazz : étudiant et jeune avocat, il jouait du piston, de la trompette et du trombone. En 1922, il publia dans le Disque vert de Franz Hellens un des premiers articles au monde, sinon le premier, sur la musique syncopée. Il alla étudier, aux États-Unis mêmes, les origines de cette musique, qu’il exposera dans Aux frontières du jazz (1932), Histoire du jazz et La Nouvelle-Orléans, capitale du jazz (1946), Louis Armstrong, le roi du jazz (1947) et Nouvelle histoire du jazz (1948). Il se lia d’amitié avec Arthur Briggs, Louis A. Mitchell, Sydney Bechet, Lou Armstrong, Bill Coleman, Duke Ellington, et d’autres ; il eut une liaison sentimentale avec Billie Holiday. Tout cela est commenté longuement et avec ferveur par Marc Danval, non oublieux de son adolescence, quand, galvanisé par la musique de Lionel Hampton, il dansa sur le rebord de velours d’un balcon du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles au risque de se casser le cou.

3Ensuite Danval gastronome suit les traces de l’auteur de Routes de la gourmandise (1936). Constatons ici que Goffin était plus gourmand que gourmet et qu’il préférait la robustesse des plats du terroir (boudins, choucroute, bouilli, carbonades, cassoulet...) aux raffinements de la haute cuisine.

4On en arrive alors à Goffin, poète. Danval nous donne une analyse attentive et passionnée des recueils qui s’échelonnent entre Rosaire des soirs (1918) et Le Champ de mai (1982), et exprime, comme d’autres critiques de son âge, une certaine préférence pour les longs poèmes prosaïques, presque improvisés, qui illustrent la « mythologie populaire du xxe siècle », au détriment des vers beaucoup plus travaillés où Goffin assimile, en l’adaptant à sa propre personnalité, le magistère de Mallarmé et Valéry. Mais qui sait laquelle des deux manières sera retenue par un éventuel lectorat du xxie siècle ?

5Parmi les autres facettes de la personnalité de Goffin que Marc Danval éclaire pour nous, voici le personnage même, affectueux et bourru, studieux mais hâtif et brouillon, tour à tour généreux et économe et, ajouterons-nous, snob et prolétarien. Voici le brillant avocat pénaliste, défenseur de Malou Gérin, complice d’un homicide, et de Juliette Lespinasse, infanticide. Voilà le romancier qui, entre L’Apostat (1934) et L’Homme du Colorado (1958), s’est livré, pendant son exil new-yorkais, à la littérature alimentaire : romans policiers et d’espionnage. N’oublions pas l’historien qui enquête sur la triste existence de la fille de Léopold Ier, veuve de l’empereur du Mexique et peut-être mère du généralissime Weygand (Charlotte, l’Impératrice fantôme, 1937), et sur celle de la belle et turbulente Sissi (Élisabeth, l’Impératrice passionnée, 1939). Il s’intéresse encore à la fondation de New York, à laquelle des familles protestantes wallonnes, réfugiées en Hollande, prirent part (De Pierre Minuit aux Roosevelt, 1943).

6Goffin polémiste, traité dans les pages sur « Léopold III, un drame racinien », fut un des rares socialistes belges favorables au souverain contesté par une moitié de la Nation : « à chaud », en 1940, il publia Le Roi des Belges a-t-il trahi ? Celui-ci avait été mis en cause par le Président du Conseil français Paul Reynaud dans sa sévère, probablement injuste allocution radiophonique du 28 mai 1940, pour avoir conclu une paix séparée avec Hitler. Léopold III préféra partager le sort de ses troupes au lieu de gagner Londres avec son gouvernement et continuer la guerre à partir du Congo belge. Ce fut un choix défendable, voire louable. Mais les fautes du Roi furent commises avant — politique de neutralité interdisant toute concertation stratégique avec nos alliés naturels, France et Royaume-Uni — et après mai 1940 : homme de peu de foi, il n’espérait pas en la victoire finale des Alliés...

7Un chapitre de la monographie de Marc Danval concerne Goffin, l’essayiste. Dans un premier pan de son œuvre critique, le poète jette un regard neuf, riche de détails inédits, sur Rimbaud et Verlaine (Sur les traces d’Arthur Rimbaud, 1934, Rimbaud vivant, 1937, Rimbaud et Verlaine vivants, 1948). Dans Entrer en poésie (1948), il retrouve les traces de la fiancée anglaise d’Apollinaire, Annie Playden, et compare Zone d’Apollinaire avec Pâques à New York de Cendrars. Mallarmé vivant sortira en 1955, tout axé sur les rapports du poète avec Méry Laurent et sur leur incidence sur l’œuvre. Enfin, Le Fil d’Ariane pour la poésie (1964) aborde une foule de poètes français, de Villon à Cocteau, et américains (Walt Whitman, Sarah Teasdale, Emily Dickinson), et propose des indications originales sur les sources picturales de Gérard de Nerval.

8Danval a voulu consacrer un chapitre à la comédienne et chanteuse Yvonne George, la première des nombreuses amours de Goffin. Mais, dans le domaine sentimental, il aurait été intéressant de signaler que la plupart des poèmes dédiés à Suzanne ne s’adressent pas à l’épouse du poète, mais à une maîtresse homonyme qu’il appelait en soi-même « la Grande Suzanne » (c’est naturellement à la suite d’une confidence de l’intéressé que je dispose de ce renseignement. Le culte de Suzanne Lagrange n’aurait été qu’un leurre poétique ? Dans ce cas, Goffin se trouverait en compagnie d’Aragon. À un visiteur qui questionnait celui-ci sur son amour sublimé pour Elsa, cet amour plus fort que la mort, il paraît qu’il répondit avec une moue : « Oh, vous savez... Elsa, mon cul ! »). Et pourquoi ne pas avoir évoqué Jinx, blonde héritière américaine, béguin du poète pendant les années d’exil, avec lequel il faillit convoler vers 1970 ? Mais Jinx, la bien-nommée (en argot américain, son prénom signifie « guigne »), mourut à la suite d’une chute de cheval et aurait replongé dans le veuvage — doré ! — Robert, son aîné d’au moins deux décennies !

9Goffin naturaliste ou zoologiste met ses pas dans ceux de son illustre ami Maeterlinck, fin connaisseur des abeilles, des termites et des fourmis, pour étudier les anguilles, les rats et les araignées (Le Roman des anguilles, 1936, Le Roman des rats, 1937, Le Roman de l’araignée, 1938). Dans nos conversations, l’auteur du Roman des rats brodait encore sur la matière de son livre. Le peuple rat, me disait-il, a des goûteurs pour les aliments suspects et des savants qui inventent des contre-poisons. J’imagine même, ajouta-t-il, et dans ses yeux brillait le feu du visionnaire, j’imagine un monde dominé par les rongeurs qui, dans de vastes anthropodromes, chevaucheraient des hommes et des femmes, nus, hirsutes et malpropres, tandis que dans les tribunes les campagnols et les surmulots, vêtus élégamment, mais sans recherche excessive, parieraient sur les vainqueurs. — Mais Robert, objectai-je, il y a une disproportion des dimensions du rat et de l’homme qui rend impossible la soumission de celui-ci à celui-là. — Et le cheval, le chameau, l’éléphant, rétorqua Goffin, ne sont-ils pas plus grands que l’homme ? Cela les empêche-t-il de porter leurs cavaliers, méharistes ou cornacs ? — De toute façon, intervins-je encore, les rats ne seront jamais les égaux des hommes, parce qu’il leur manque le langage et la préhension. — Tu ne comprends rien, cher : le langage, ils l’ont, pour leur usage exclusif ! La préhension, ils l’ont ! — Et Goffin me cite les vers où La Fontaine explique comment deux rongeurs parviennent à transporter un œuf sans le casser : L’un se mit sur le dos, prit l’œuf entre ses bras, / Puis, malgré quelques heurts et quelques mauvais pas, / L’ autre le traîna par la queue. Et voilà, complété pas mes souvenirs approximatifs des dires de Robert Goffin, le sujet du chapitre de Marc Danval sur « La trilogie inhumaine ».

10Mais une autre source d’inspiration du poète n’aurait-elle pas mérité un chapitre ? Je pense au sport : Goffin, qui avait pratiqué le patinage à roulettes, a chanté le pugilat, l’automobile et le cyclisme, qui est un sport national chez nous, surtout dans les provinces flamandes. Et peut-être qu’un jour, un autre de ces longs poèmes en style parlé serait venu célébrer le football, autre sport-spectacle idolâtré par les masses belges et internationales.

11Marc Danval écrit d’une plume alerte et fervente : on voit que le cœur y est. Il ne cache pas que Goffin négligeait le style et torturait aussi bien l’orthographe que la syntaxe françaises, quand son enthousiasme empêchait toute relecture du manuscrit, toute correction d’épreuves. Mais, tout pris par son sujet, on dirait que le critique en imite parfois les défauts : de là des confusions dans les noms propres et dans les titres des recueils, de là aussi des adjectifs, des participes ou des verbes mal accordés et d’autres imperfections formelles sur lesquelles je ne désire pas chicaner. Plutôt, je voudrais signaler, en vue d’une réédition éventuelle, que le Bazar de la Charité, détruit par un incendie désastreux dans l’entre-deux-guerres, ne se trouvait pas à Paris (p. 76), mais à Marseille, et qu’il serait offensant pour un général d’être qualifié de simple « gradé » (p. 238). Fernand Desonay (p. 233) n’est pas l’auteur d’une Histoire de la littérature belge, mais collabora aux Lettres françaises de Belgique, ouvrage collectif dirigé par Gustave Charlier et Joseph Hanse (1958). À la p. 165, La Nuit remue est attribuée par distraction à Max Jacob, alors qu’il s’agit d’une œuvre bien connue d’Henri Michaux. Dans la « Chronologie » qui complète le volume, suivie d’une bonne bibliographie et d’un index des noms propres, nous lisons qu’en 1968 le poète effectua un séjour à Messine ; il y eut deux autres voyages en Sicile et en Calabre : en ’71 et en ’75. Tout cela ne diminue pas le mérite de ce premier hommage posthume à l’inoubliable figure de Robert Goffin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul de Nola, « Marc Danval, L’Insaisissable Robert Goffin. De Rimbaud à Louis Armstrong », Textyles, 17-18 | 2000, 217-219.

Référence électronique

Jean-Paul de Nola, « Marc Danval, L’Insaisissable Robert Goffin. De Rimbaud à Louis Armstrong », Textyles [En ligne], 17-18 | 2000, mis en ligne le 18 juin 2012, consulté le 21 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/1550

Haut de page

Auteur

Jean-Paul de Nola

Université de Palerme

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org