Navigation – Plan du site
Chroniques
Échos

Journée Textyles « Littérature et cinéma contemporains »

Pierre Piret
p. 205-206

Le jeudi 7 octobre 2010, Textyles a organisé, en collaboration avec le Festival International du Film Francophone de Namur (Fiff), sa journée annuelle de la recherche sur les lettres belges de langue française. Consacrée aux relations entre la littérature et le cinéma contemporains en Belgique francophone, celle-ci se déroula au Palais des congrès de Namur, en plein cœur du festival. Les organisateurs de la journée, Jean-Benoît Gabriel (Fiindp-Namur - Fiff) et Pierre Piret (Ucl - Textyles), avaient invité différents intervenants, chercheurs, écrivains et artistes, à participer à trois tables rondes.

La première, De la littérature au cinéma et vice-versa, fut l’occasion d’interroger les différents types de relations qui se nouent aujourd’hui entre ces deux arts. Au fil d’une analyse approfondie de La Captive (2000) de Chantal Akerman, Nathalie Aubert (Oxford Brookes University) montra comment, dépassant les contraintes et attentes de l’adaptation traditionnelle, la réalisatrice belge s’attacha à répondre au défi que représente La Prisonnière dès lors que Proust y aborde l’énigme de l’obsession amoureuse sur le mode de l’introspection et de l’intellection : or, comment porter la subjectivité à l’écran ? Serge Goriely (Ucl) présenta une étude comparée de quatre œuvres de Philippe Blasband (Pitch, Johnny Bruxelles, Un honnête commerçant, Le Congrès) pour montrer comment un même thème, l’aspiration à mener une vie héroïque, donne lieu, pour chaque médium (théâtre, réalisation, cinéma, scénario), à diverses stratégies de différenciation mais aussi de contamination. L’étude de quelques scènes de Toto le héros conduisit ensuite Sophie Dufays (Fnrs - Ucl) à confronter les fonctions et les effets du personnage enfantin dans le cinéma et la littérature pour dégager un usage spécifiquement contemporain de la figure de l’enfant comme révélateur de la part muette du réel - un usage qui s’incarne au travers de trois procédés privilégiés : la voix off de l’enfant, la mise en scène de son regard et le récit en flash-back. Jan Baetens (Kul) nous fit ensuite découvrir les coulisses d’un genre peu connu et (par conséquent) mal aimé : la novellisation. Un parcours dans l’histoire du genre permit de le rattacher à la dynamique plus générale des rapports entre littérature et cinéma et de dégager le champ économique et socioculturel dans lequel il s’enracine, ce qui permit de comprendre le très faible taux de novellisation en Belgique.

Au cours de la deuxième table ronde, Enjeux contemporains, les intervenants s’interrogèrent sur quelques tendances partagées par des écrivains et des cinéastes contemporains, comme l’emprunt au documentaire, au témoignage, au fait divers, l’incertitude générique, etc. Claude Murcia (Paris VII-Denis Diderot) présenta un exemple de combinaison des poétiques littéraire et cinématographique potentiellement exportable au domaine belge : en confrontant Soldats de Salamine, récit écrit de Javier Cercas, et le film de Henri-François Imbert No pasarán, album souvenir (qui portent tous deux sur un épisode de la guerre civile espagnole), elle montra comment les deux œuvres, en utilisant des processus d’hybridation similaires - factuel/ fictionnel, public/privé, objectif/subjectif... - convergent vers un geste politique qui remet en cause l’historiographie officielle. Estelle Mathey (ucl) se pencha ensuite sur La Question humaine, de François Emmanuel à Nicolas Klotz : en se focalisant sur une scène du film absente, sous cette forme du moins, du roman, elle montra comment le réalisateur avait produit un équivalent corporel et visuel du travail de manipulation langagière crucial dans le roman. En confrontant deux paradigmes souvent confondus dans les discours contemporains - la distinction entre sphère publique et sphère privée, d’une part, celle entre sujet intime et sujet transparent, de l’autre -, Pierre Piret (ucl) s’attacha à situer un enjeu transversal de la littérature et du cinéma contemporains, la dénonciation des effets d’une telle confusion, et à montrer comment il se traduit, dans le livre de Nicole Malinconi, Vous vous appelez Michelle Martin, et le film de Joachim Lafosse, Elève libre, par l’invention de positions d’énonciation bien particulières. Jean-Benoît Gabriel (fundp-Namur) ouvrit ensuite la réflexion sur ses prolongements didactiques et démontra, exemples à l’appui, l’intérêt d’une intégration du cinéma belge dans l’enseignement secondaire, parallèlement à l’étude de la littérature, en tant qu’écriture contemporaine, patrimoine culturel, éducation au regard et soutien du cinéma d’auteur en Belgique francophone.

Pour terminer la journée, une troisième table ronde, Prospective, réunit l’écrivain François Emmanuel, le réalisateur Sam Gabarski et le romancier, dramaturge, scénariste et réalisateur Philippe Blasband. Constatant que peu de relations se nouent entre les deux mondes de la littérature et du cinéma, même s’il existe de fécondes exceptions, les organisateurs avaient souhaité partir de quelques exemples concrets de collaboration entre écrivains, scénaristes et réalisateurs pour voir comment établir des passerelles entre ces deux mondes. François Emmanuel témoigna ainsi de sa relation avec Nicolas Klotz et l’équipe du film La Question humaine, explicitant notamment le souci qu’il avait eu de ne pas intervenir dans le processus de réalisation tout en s’y intéressant. Sam Gabarski nous parla de la place de la littérature dans son parcours et notamment de son film Quartier lointain, adaptation du manga de Jirô Taniguchi, présenté au fiff la veille de cette journée. Philippe Blasband évoqua son travail d’écrivain, dramaturge, scénariste, réalisateur, pour en souligner l’extrême diversité ; il explicita notamment le processus de scénarisation de La Femme de Gilles. Sam Gabarski et Philippe Blasband évoquèrent également les formes de leur collaboration au cinéma, dans Le Tango des Rashevski ou Irina Palm, par exemple. La discussion mit en exergue les solutions de continuité séparant les mondes du cinéma et de la littérature, les différentes positions occupées par les trois intervenants contribuant fortement à cette perception. À les entendre, le cinéma et la littérature sont, tant au point de vue institutionnel et économique qu’à celui des modalités de la création, sans commune mesure, ces deux arts étant régis par des enjeux et des principes qui rendent caduque l’idée même d’adaptation.

Quelle suite donner à cette journée, riche, sans aucun doute, mais apportant plus de questions que de réponses ? Avant d’envisager de publier un dossier sur le sujet, Textyles a le projet d’organiser une deuxième journée d’étude sur la question, mais en intégrant la dimension historique. Affaire à suivre, donc...

  • Revues.org