Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Georges Rodenbach à Georges Thinès

Bocquet, Fromental (textes) & Stanislas (dessins), Les Aventures d’Hergé

Paris, Éd. Reporter, 1999, 56 p. plus un index des personnages
David Vrydaghs
p. 217
Référence(s) :

Bocquet, Fromental (textes) & Stanislas (dessins), Les Aventures d’Hergé. Paris, Éd. Reporter, 1999, 56 p. plus un index des personnages.

Texte intégral

1Cette bande dessinée, si elle appartient bien plus, d’un point de vue graphique, à l’univers d’E.-P. Jacobs qu’à celui d’Hergé, propose un portrait intimiste (et sans doute complaisant) de ce dessinateur et de son œuvre. La vie d’Hergé occupe le devant de la scène, mais la narration elliptique qui en est faite laisse une place importante, dans les coulisses de chaque planche, à l’univers de Tintin, ou plutôt à une vision fragmentée de celui-ci. Ainsi, une tante de Georges Rémi (Hergé) entonne à la première planche l’air des bijoux de Faust si cher à la Castafiore ; le père d’Hergé et son frère jumeau adoptent les formules des Dupond-Dupont (« Je dirai même plus… »). Ces Aventures font aussi la part belle aux rencontres qui ont marqué Hergé et ont précédé l’apparition en albums de certains personnages (on pense à la rencontre de Tchang, et avec lui d’un humanisme plus réel chez Tintin ; ou à celle d’E.-P. Jacobs, et la découverte de la couleur).

2Cet album progresse constamment par touches : une année lui livre une scène (une anecdote le plus souvent), mais aussi des faits historiques importants devant lesquels Hergé apparaît fuyant. Sans ligne idéologique réelle, il passe ainsi d’un journal catholique anticommuniste (Le Petit XXe) au Soir « volé » (journal contrôlé par les Allemands pendant la Deuxième Guerre), et ne se soucie guère à la Libération d’être taxé d’incivique, sauf si cette qualification l’empêche de dessiner. Seules le préoccupent en effet les entraves que ces événements font peser sur le développement de son Tintin. De la même façon que l’univers de Tintin s’inscrit dans les marges de cet album, de la même façon le personnage d’Hergé côtoie celles de l’Histoire, sans s’y impliquer. En cela, cette bande dessinée peut être considérée comme complaisante envers les engagements politiques d’Hergé, qu’elle présente comme inexistants. Le portrait d’Hergé qui s’esquisse ici est cependant plein de finesses, ce que permet la technique narrative choisie, celle de la touche, sans avoir l’air d’y toucher.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Vrydaghs, « Bocquet, Fromental (textes) & Stanislas (dessins), Les Aventures d’Hergé », Textyles, 17-18 | 2000, 217.

Référence électronique

David Vrydaghs, « Bocquet, Fromental (textes) & Stanislas (dessins), Les Aventures d’Hergé », Textyles [En ligne], 17-18 | 2000, mis en ligne le 18 juin 2012, consulté le 24 juin 2017. URL : http://textyles.revues.org/1546

Haut de page

Auteur

David Vrydaghs

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org