Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Georges Rodenbach à Georges Thinès

Traces

Travaux du Centre d’études Georges Simenon de l’Université de Liège, n°10, 1998, 450 p.
Marc Lits
p. 215-217
Référence(s) :

Traces. Travaux du Centre d’études Georges Simenon de l’Université de Liège, n°10, 1998, 450 p.

Texte intégral

1Le dixième anniversaire de cette revue annuelle, uniquement consacrée à l’œuvre de Simenon, est l’occasion de proposer un volume particulièrement copieux. On y retrouve entre autres une table de tous les articles publiés, résumés à chaque fois en une dizaine de lignes. Au-delà de cet inventaire, la revue prolonge ce regard rétrospectif par une série d’inventaires dus à quelques amateurs passionnés. Elle confirme ainsi son double ancrage : à la fois revue scientifique qui propose quelques études détaillées et rigoureusement menées d’un roman ou d’un procédé d’écriture, et lieu d’accueil en forme de « fanzine » du cercle des inconditionnels de Simenon. Dans ce registre, on retrouve ainsi un répertoire géographique de tous les décors des romans, y compris ceux sous pseudonyme, dû à Michel Lemoine. Ce goût pour la topographie sime-nonienne est partagé par Claude Menguy qui se met dans les pas de Simenon pour parcourir les routes de France, et retrouver chaque chambre où l’auteur admiré a dormi, photographies à l’appui. Michel Carly a accompli le même pèlerinage, mais en Amérique, entremêlant les références biographiques et les décors de romans situés aux États-Unis. Cela donne d’agréables cartes postales, mais ne fait guère progresser l’analyse de l’œuvre, pas plus que la causerie prononcée par Pierre Deligny à la Bibliothèque municipale de Concarneau, qui est bien sûr consacrée au Chien jaune et à ses adaptations cinématographiques et télévisuelles. Le propos est agréablement mené, mais n’apprend rien de neuf.

2D’un intérêt plus manifeste sont les deux documents présentés dans la revue. D’abord le relevé exhaustif des billets que Simenon publia dans La Gazette de Liége de novembre 1919 à décembre 1922. Pierre Deligny a définitivement recensé 789 articles signés par Monsieur Le Coq ; il en donne à chaque fois quelques lignes significatives et propose quelques reproductions intégrales, souvent savoureuses. D’une époque plus récente date la correspondance entre Gide et Simenon, dont Benoît Denis propose ici les quinze lettres envoyées par Simenon depuis les États-Unis entre 1945 et 1950. Cette relation épistolaire entre le « Cher Maître » et l’écrivain populaire est aussi connue que curieuse, tant les univers des deux auteurs semblent inconciliables. Mais si les premiers échanges montrent le désir de Simenon d’être reconnu par un des acteurs centraux du champ littéraire, les dernières lettres apparaissent assez pathétiques dans leur ton assez flagorneur et la quête quelque peu désespérée d’une reconnaissance jamais accordée par le Maître.

3À côté de ces documents qui éclairent la personnalité de l’auteur, cinq articles s’attachent à quelques aspects plus spécifiques de l’œuvre romanesque. Comme cela se développe ces dernières années, dans la mesure où les romans les plus importants ont fait l’objet d’analyses approfondies et multiples, les critiques se penchent vers la préhistoire de l’œuvre, d’autant que celle-ci est désormais bien inventoriée et plus disponible. Bernard Alavoine essaye ainsi de vérifier si Les Voleurs de navire, publié par Georges Sim chez Tallandier en 1927, ne serait pas la matrice d’une dizaine d’autres œuvres comme Le Testament Donadieu ou L’Aîné des Ferchaux. Mais il reconnaît lui-même que cette hypothèse ne se vérifie pas, et qu’il peut seulement y découvrir des ébauches de scénarios quelque peu stéréotypés qui, pour partie, sont repris ultérieurement. Il y aurait donc une cohérence entre les petits romans des débuts et la production ultérieure. C’est un peu au même exercice que s’essaye Sandro Volpe, mais avec moins de risques puisqu’il confronte trois textes qui sont bien l’exploitation d’une même intrigue, à savoir la nouvelle Le Petit Tailleur et le chapelier, qui sera réutilisée dans un autre texte court, Bénis soient les humbles, avant d’être développée dans le roman Les Fantômes du chapelier. Mais il s’agit bien là d’un procédé fréquent chez les auteurs amenés à produire beaucoup, et qui exploitent une même idée sous divers habillages. Ce qui permet au critique d’analyser les procédés utilisés par Simenon pour présenter différemment trois versions d’une même histoire.

4Paul Mercier nous propose une lecture très impressionniste du roman de 1953, Feux rouges, en évoquant le parcours d’un alcoolique perdu dans la cohue d’une Amérique tentaculaire. Le critique y retrouve des influences de Dostoïevski, entre autres parce que la métaphore du tunnel, très présente dans le roman, renverrait au souterrain de l’écrivain russe. A. Mabrour propose quant à lui une analyse lexicale des adjectifs présents dans les séquences descriptives des dix-neuf premiers « Maigret ». Cette première partie de l’inventaire porte surtout sur des classifications entre adjectifs préfixaux, suffixaux ou autres catégories, mais montre déjà la relative simplicité du vocabulaire. Ainsi, 20 adjectifs (à savoir 4,5 % de l’ensemble) occupent 38 % du corpus. Et parmi ceux-ci, les plus fréquents sont « petit, grand, blanc, seul, noir, vieux, gros, rouge, long, gris ». Cela semble assez représentatif de la banalité souvent mise en scène dans ces univers romanesques. Enfin, en s’inspirant des travaux de Paul Delbouille, A. Mathonet et F. Tilkin démontrent que le corpus des 75 Maigret accorde de plus en plus d’importance aux dialogues, en les intégrant aussi dans des rythmes plus réguliers. Cela renforce à la fois l’illusion réaliste et la proximité du lecteur avec les personnages et les situations. La rigueur de ce type d’analyse permet de produire des interprétations très systématiques de cette longue série de romans et s’applique particulièrement bien à une production sérielle, dont on peut mesurer l’évolution dans la durée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Lits, « Traces », Textyles, 17-18 | 2000, 215-217.

Référence électronique

Marc Lits, « Traces », Textyles [En ligne], 17-18 | 2000, mis en ligne le 18 juin 2012, consulté le 22 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/1545

Haut de page

Auteur

Marc Lits

U.C.L.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org