Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Georges Rodenbach à Georges Thinès

Michel de Ghelderode, Correspondance. Tome V : 1942-1945

Établie et annotée par Roland Beyen. Bruxelles, Labor, coll. Archives du Futur, 1998, 699 p.
Virginie Devillez
p. 214-215
Référence(s) :

Michel de Ghelderode, Correspondance. Tome V : 1942-1945. Établie et annotée par Roland Beyen. Bruxelles, Labor, coll. Archives du Futur, 1998, 699 p.

Texte intégral

1Le cinquième volume de la Correspondance de Ghelderode aborde le problème délicat de son activité durant les années de guerre et de son jugement par l’administration communale de Schaerbeek dès les premiers jours de septembre 1944.

2Ghelderode y apparaît comme un homme malade, qui passe la moitié de la guerre alité ; que ce soit pour des raisons pécuniaires — les médicaments coûtent cher — ou pour prolonger l’esprit de son œuvre, le dramaturge est appelé par son ami Gabriel Figeys à tenir une chronique hebdomadaire folklorique sur Radio-Bruxelles, contrôlée par les Allemands. Ghelderode renaît également par le biais de l’édition de ses œuvres qui compte pas moins de quinze livres de 1942 à 1944, pour la plupart portant des traductions en néerlandais et des rééditions. Ce renouveau du dramaturge illustre à merveille l’ambiguïté de la politique nazie en matière de culture. Si Ghelderode est loin de correspondre aux principes esthétiques allemands, il sert par contre leur volonté de réduire l’influence littéraire cosmopolite et française — 1942 marque d’ailleurs un quota pour les éditeurs belges auxquels est imposée une limite de 25% pour les auteurs français — et de renforcer les cultures communautaires dont le folklore constitue le fer de lance.

3L’autre fait majeur reproché à Ghelderode est son transfert le 6 mai 1943 au sein de l’Administration du Grand Bruxelles, à l’Échevinat des Beaux-Arts, Questions culturelles et Tourisme ; muté non volontairement mais par décision des institutions d’ordre nouveau, Ghelderode, toujours pour des raisons de santé, sera chroni-quement absent. Durant ces deux dernières années de guerre, la correspondance et les chroniques de Ghelderode révèlent à quel point il est difficile de saisir le sens profond de sa pensée et la portée exacte de sa position. Nous devons d’ailleurs féliciter Roland Beyen qui, tout en rappelant sa grande admiration pour l’auteur, ose livrer de Ghelderode tel qu’il fut, sans chercher à l’excuser : germanophile et antisémite. Et c’est ici qu’apparaît toute son ambiguïté, dans le fossé creusé entre ses éructations verbales et son éloignement brutal avec des amis de longue date dont il réprouve la collaboration active.

4Bruxelles à peine libérée, l’Administration communale de Schaerbeek convoque de Ghelderode pour lui signifier qu’il aura à s’expliquer de son attitude pendant la guerre. Commence une longue traversée du désert qui dure en définitive jusqu’au 9 février 1946, date de l’arrêté royal fixant sa peine à trois mois de suspension. Au cours de cette période, des amis tels Franz Hellens et Marie de Vivier se mobilisent, écrivent nombre de lettres de soutien jusqu’à ce qu’ils adressent une pétition à la Reine Élisabeth. De Ghelderode affirme de son côté que ses émissions étaient hautement patriotiques, oubliant parfois ses éloges du Grand Bruxelles ou ses parenthèses injurieuses à l’égard des Juifs. Mais ses proches ferment les yeux et défendent cet artiste plongé dans la misère, et qui aurait sans doute refusé ces chroniques s’il n’avait dû se soigner. Il apparaît aussi que si certaines collaborations ne sont ni blanches ni noires, l’épuration ne fut pas non plus une période très tranchée ; en effet, le critique Richard Dupierreux et le député socialiste Louis Piérard, proches des diverses commissions créées après-guerre afin d’enquêter, sont au nombre de ceux qui signent la pétition, renforçant l’idée que ce « nettoyage » fut souvent régi par la politique du cas par cas, le talent pardonnant souvent certaines erreurs. Cette période, au cours de laquelle Ghelderode cherche des appuis de tous côtés, accuse également l’arrivisme de l’écrivain, que Beyen justifie de temps à autre par sa détresse extrême : en fonction de son interlocuteur, l’anti-catholique qu’est Ghelderode peut faire preuve d’une conversion soudaine. Mais à côté de l’ensemble de ces tergiversations idéologiques, le cinquième volume de cette correspondance a également pour personnage central l’écrivain Marie de Vivier qui se dévoue corps et âme pour réhabiliter Ghelderode ; une fois disculpé, le dramaturge, voulant couper net avec cette page trouble de son passé, entame une série de ruptures avec des témoins trop au fait, dont Marie de Vivier. Le volume se termine d’ailleurs sur sa tristesse à la lecture de la préface de Ghelderode pour Jésus-Christ en Flandre de Balzac. Il s’agit en réalité d’une ancienne chronique de Radio-Bruxelles, ce que Marie de Vivier ignore, découverte d’autant plus troublante qu’elle confronte finalement une admiratrice et une avocate de cœur au contenu ambigu de ces causeries de guerre.

5Enfin, si le travail de l’éditeur est toujours aussi remarquable par sa précision d’annotation et son très instructif répertoire des correspondants, les lecteurs qui s’intéressent tout particulièrement à la problématique de la collaboration intellectuelle et de son épuration seront très intéressés par les annexes. Y sont regroupés divers documents ayant trait à la défense de Ghelderode, à son passage devant la Commission d’enquête de Schaerbeek, à sa révocation, etc. La lecture de ces archives, complétées par l’introduction et les notes de Roland Beyen, et bien sûr par la correspondance elle-même, permet d’avoir un éclairage neuf et très précis sur le cas délicat d’un intellectuel belge pendant la guerre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Devillez, « Michel de Ghelderode, Correspondance. Tome V : 1942-1945 », Textyles, 17-18 | 2000, 214-215.

Référence électronique

Virginie Devillez, « Michel de Ghelderode, Correspondance. Tome V : 1942-1945 », Textyles [En ligne], 17-18 | 2000, mis en ligne le 18 juin 2012, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1544

Haut de page

Auteur

Virginie Devillez

U.L.B.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org