Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Georges Rodenbach à Georges Thinès

Michel Draguet, James Ensor ou la fantasmagorie

Paris, Gallimard, coll. Monographies, 1999, 253 p.
Paul Aron
p. 214
Référence(s) :

Michel Draguet, James Ensor ou la fantasmagorie. Paris, Gallimard, coll. Monographies, 1999, 253 p.

Texte intégral

1Écrivain et peintre, peintre commenté par des écrivains (Demolder, Verhaeren...), James Ensor est, à maints égards, un artiste particulièrement représentatif des relations étroites que le pinceau et la plume ont toujours entretenues en Belgique. Le très bel essai que lui consacre Michel Draguet ajoute une pièce majeure au dossier : entre autres analyses particulièrement bien informées et pertinentes, il décrit par le menu les aspects littéraires de son œuvre picturale.

2Au départ, un rêve : celui de l’artiste en Don Quichotte. Les nombreux autoportraits d’Ensor ne se bornent pas à baliser les étapes d’une introspection sans limites ; ils mettent en scène une figuration de l’artiste en martyr dérisoire et anachronique du grand art. Comme De Coster, dont la Légende ironisait sur les codes du romantisme national, Ensor ironise sur les séquences d’une peinture d’histoire dépourvue de grandeur. Les cavaliers de Waterloo ou les grands Christ torturés ne peuvent même plus être mobilisés pour leur valeur référentielle : ils sont les décors d’un théâtre intime, où se jouent simultanément le drame de la solitude et l’irrespect héroï-comique des conventions. On ne peut comprendre Ensor sans penser à Théo Hannon et aux pantomimes de la « zwanze » bruxelloise ; ce sont elles qui lui permettent de tourner ses meilleurs soutiens en dérision (Les Cuisiniers dangereux représentent, notamment, Picard, Maus et Lemonnier) et de forcer les traits de la caricature d’un réseau d’amis fidèles (les Rousseau notamment). L’étude des Salons que fréquente Ensor (ceux de Hannon et des Rousseau précisément) est un apport remarquable à une histoire culturelle dont il faudra bien un jour faire le récit et décrire les lieux.

3En même temps, Draguet insiste justement sur les fils ténus mais multiples qui relient Ensor à l’esprit du temps. Il montre comment La Dame sombre de 1891 s’apparente au drame quotidien dont L’Intruse de Maeterlinck donnait la représentation symbolique. Au même Maeterlinck se lie également la Tentation de Saint-Antoine, dont l’écrivain fera quelques années plus tard le tableau parodique et satirique. À Edgar Poe, dont l’influence sur le symbolisme littéraire est bien connue, Ensor doit également des titres et des motifs qui ne sont pas prétextes à illustrations, mais bien à recréations picturales. Quant au thème du Christ, si présent dans l’œuvre, outre qu’il se réfère à une étude précise de Rembrandt, il ne peut être séparé des lectures de Dostoïevski non plus que du contexte politique constitué par le Catéchisme du Peuple de Defuisseaux, qui fut l’écrit le mieux diffusé du Parti Ouvrier Belge.

4Voici donc un Ensor sans fards, saisi tant dans ses audaces picturales, dans la matière même de ses œuvres, que dans les références culturelles et sociales qui permettent de l’interpréter en profondeur. Un Ensor non certes complet et définitif — car on attend également une étude des clients du peintre ou des amitiés anversoises, aspects peu développés ici — mais, comme un de ces tableaux figurant dans les musées américains, un Ensor remis à neuf, frais, dont les contours apparaissent avec une netteté qui appelle une curiosité nouvelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron, « Michel Draguet, James Ensor ou la fantasmagorie », Textyles, 17-18 | 2000, 214.

Référence électronique

Paul Aron, « Michel Draguet, James Ensor ou la fantasmagorie », Textyles [En ligne], 17-18 | 2000, mis en ligne le 18 juin 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/1542

Haut de page

Auteur

Paul Aron

F.N.R.S.-U.L.B.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org