Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Georges Rodenbach à Georges Thinès

Émile Van Balberghe, “Voici quelqu’un”. Émile Verhaeren, critique de Léon Bloy

Bruxelles, Les Libraires Momentanément Réunis, 1997, 97 p.
David Vrydaghs
p. 213-214
Référence(s) :

Émile Van Balberghe, “Voici quelqu’un”. Émile Verhaeren, critique de Léon Bloy. Bruxelles, Les Libraires Momentanément Réunis, 1997, 97 p.

Texte intégral

1Ce livre offre plus que la seule édition des articles critiques de Verhaeren consacrés à Léon Bloy. Dans les notes introductives à cette édition, l’auteur fait avant tout œuvre de philologue — il discute ainsi de la paternité verhaerenienne des derniers articles parus sur Léon Bloy dans L’Art Moderne (les auteurs, dans cette revue, avaient pour habitude de ne pas signer leurs productions), présente les variantes et fournit au lecteur une somme bibliographique détaillée. Les arguments qu’il avance, souvent très prudemment, sont relayés par le renvoi aux théories de nombreux spécialistes (la somme bibliographique, encore). Il se fait aussi l’historien des relations entre Verhaeren et Bloy (bien qu’il s’en défende), se servant notamment du livre de presse de ce dernier (l’écrivain français collectionnait les articles s’attachant à son œuvre). Dans cette optique, il ne peut éluder l’étude (même brève) de la découverte des Chants de Maldoror par Léon Bloy. Il semble cependant manquer de clarté et de vue d’ensemble sur cet épisode des rapports entre les deux écrivains.

2Si ces quelques notes représentent une somme documentaire et historique non négligeable, l’édition de ces articles est en soi une démarche des plus utiles. Ces quelques textes de Verhaeren, critiques dans le sens journalistique du terme, sont porteurs de choix esthétiques et de recherches propres au poète belge. On aurait aimé, dans les notes introductives, que cet aspect critique soit étudié plus en détail. Autre piste peu suivie : ces articles peuvent aussi être le reflet (et M. Van Balberghe en émet l’hypothèse) des pratiques littéraires de la revue L’Art Moderne, et de l’influence de cette revue belge dans le domaine français. Il n’en reste pas moins que cette édition est précieuse, et propose à la critique de nouvelles questions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Vrydaghs, « Émile Van Balberghe, “Voici quelqu’un”. Émile Verhaeren, critique de Léon Bloy », Textyles, 17-18 | 2000, 213-214.

Référence électronique

David Vrydaghs, « Émile Van Balberghe, “Voici quelqu’un”. Émile Verhaeren, critique de Léon Bloy », Textyles [En ligne], 17-18 | 2000, mis en ligne le 18 juin 2012, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1541

Haut de page

Auteur

David Vrydaghs

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org