Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Georges Rodenbach à Georges Thinès

Lemonnier (Camille), Gim

Postface de Catherine Gravet. Bruxelles, Elaïs asbl, coll. Colonisons !, n°3, 1999, 46 p., agrafé, 11x19 cm.
Pierre Halen
p. 212-213
Référence(s) :

Lemonnier (Camille), Gim. [Postface de Catherine Gravet]. Bruxelles, Elaïs asbl, coll. Colonisons !, n°3, 1999, 46 p., agrafé, 11x19 cm.

Texte intégral

1Dans la série « Colonisons !», un nouvel opuscule ramène à la surface un texte ancien et curieux : une nouvelle de Lemonnier qui avait déjà été signalée à l’attention contemporaine par Marc Quaghebeur, mais que voilà imprimée à nouveau, pour le plaisir de bibliophiles et des amateurs.

2Cette nouvelle avait été publiée en revue en 1898, l’année de l’inauguration du chemin de fer entre Matadi et Kinshasa, circonstance dont Léopold II avait tenu à faire un événement médiatique avec tous les moyens disponibles à l’époque. Le récit évoque le séjour, — dans une famille anglaise, ce qui introduit une autre dimension au débat, le Royaume-Uni menant alors déjà campagne contre l’État léopoldien — d’un jeune Africain importé, au titre problématique de domestique, comme un gadget un peu kitsch. En arrière-plan, le couple bourgeois connait l’histoire habituelle : madame a un amant, et monsieur est jaloux. Gim, présenté de manière très ambigüe comme un primitif un peu débile, a aussi ses chagrins, et notamment est amoureux de madame. Il se tue en se jetant dans l’escalier un jour que monsieur est revenu pour surprendre les amants, sauvant ainsi la dame de ses pensées et, peut-on supposer, mettant fin du même coup à la tragédie de sa propre existence.

3L’ambivalence de ce portrait d’un Africain, « expédié » d’une «factorerie congolaise », se résout si l’on reconnaît, dans l’addition d’un point de vue colonialiste (parce qu’infériorisant pour Gim) et d’un point de vue anti-colonialiste (parce que condamnant l’infériorisation de Gim à laquelle se livre, par ailleurs, le couple), le recours cumulatif à deux arguments qui vont dans le même sens : « n’allez pas là-bas », parce que ce que vous pourriez en ramener ne sera jamais qu’un objet un peu kitsch dans un vain décor bourgeois. Ceci expliquerait-il que cette nouvelle ait paru, en 1900, dans un recueil intitulé C’était l’été..., dont Lemonnier disait que les nouvelles avaient été inspirées par son « âme flamande » ?

4Le commentaire de Catherine Gravet ouvre des perspectives intéressantes, moins sur la nouvelle toutefois que sur le « fragment de notre histoire » dont elle témoigne. Il s’intéresse en effet avant tout à « vérifier la présence d’enfants venus d’Afrique en Belgique à la fin du 19e s. », malgré les dispositions administratives qui, à partir de 1887, l’interdirent, au titre de la protection des Congolais contre les abus ; mais peut-être faut-il voir aussi dans cette mesure une conséquence plus ou moins explicite de la conviction qu’il fallait éviter toute possibilité de confondre des territoires identitaires, soit une intention assez proche de celle dont témoigne Lemonnier dans cette nouvelle. On évoque notamment le cas d’un Congolais qui avait réussi à passer outre : Panda Farnana, fondateur à Bruxelles, en 1919, d’une « Union congolaise » sur laquelle on est encore mal renseigné. On signale plusieurs fois les compléments d’information reçus à ce propos de la part du précieux François Bontinck. Il y en eut davantage encore, comme la consultation des ouvrages signalés en note 1, p. 42, ainsi que celle du Mouvement géographique auraient permis de l’établir plus explicitement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Lemonnier (Camille), Gim », Textyles, 17-18 | 2000, 212-213.

Référence électronique

Pierre Halen, « Lemonnier (Camille), Gim », Textyles [En ligne], 17-18 | 2000, mis en ligne le 18 juin 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1540

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Université de Metz / U.I.A.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org