Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Georges Rodenbach à Georges Thinès

Raymond Trousson, Iwan Gilkin, poète de la nuit

Biographie. Bruxelles, Labor et Archives et Musée de la Littérature, coll. Archives du Futur, 1999, 358 p.
Nancy Delay
p. 212
Référence(s) :

Raymond Trousson, Iwan Gilkin, poète de la nuit. Biographie. Bruxelles, Labor et Archives et Musée de la Littérature, coll. Archives du Futur, 1999, 358 p.

Texte intégral

1« Tout en moi trouve un écho fraternel », s’exclamait le poète du Cerisier fleuri, Iwan Gilkin (Bruxelles, 1858-1924). Il n’était guère simple de retracer l’histoire de ce « tout ». D’autant plus que l’historiographie littéraire offrait peu d’informations au sujet de cet écrivain et que celui-ci s’était toujours montré particulièrement discret quant à sa vie privée. Mais, en se basant sur des documents tout à fait inédits (notamment des lettres à l’ami Valère Gille et des Souvenirs de jeunesse), M. Raymond Trousson a brillamment réussi à reconstituer l’itinéraire journalistique et littéraire de l’énigmatique Sphynx qui fut l’un des principaux animateurs de « La Jeune Belgique » avec Max Waller, Albert Giraud et Valère Gille, ainsi que l’un des premiers membres de l’Académie Royale de Langue et de Littérature Françaises de Belgique.

2Si les passions qui animèrent la vie privée de Gilkin restent relativement secrètes, nous pouvons néanmoins saisir leur fulgurance à travers le récit des innombrables « coups de foudre » intellectuels (littéraires, philosophiques, musicaux, picturaux, etc.) qui dévorèrent cet homme à la santé fragile et aux appétits prométhéens. Après avoir publié le savant Commentaire sacerdotal du Tarot (1893) et regroupé une partie de ses premiers poèmes d’inspiration sataniste et baudelairienne dans le recueil La Nuit (1897), Gilkin l’initié, disciple de Papus, membre à l’époque de la Loge Kumris de Bruxelles, « aurait peut-être réussi le Grand Œuvre ésotérique du Symbolisme... s’il avait continué dans cette direction » (A. Mercier). Mais, ainsi que le constate lui-même le poète, les dieux lui ont donné « plus d’une âme ». Aussi publie-t-il dans la même période, et à la grande surprise de la critique, Le Cerisier fleuri (1899) où, en digne fils d’Épicure, il recommande de « jouir de l’heure fugitive ». Le sage austère du Commentaire et le désespéré de La Nuit cachaient aussi un bon vivant, amoureux du soleil italien et de certains plaisirs défendus. Dans cette perspective, Gilkin journaliste soutient évidemment de toutes ses forces le crédo de l’Art pour l’Art de « La Jeune Belgique » en se faisant le chantre d’un art « résolument indépendant de la morale » (R. Trousson). Mais paradoxalement, il combat le symbolisme alors qu’il admire Maeterlinck et qu’il puise lui-même aux sources de tous les grands mythes de l’humanité pour animer son œuvre. La même année, il publie également un poème dramatique chantant son âme révoltée, personnifiée en Prométhée. Dans cette œuvre de portée philosophique complexe, « les systèmes les plus divers » coïncident « en un syncrétisme conciliateur » (R. Trousson). Enfin, après la révolte prométhéenne, Gilkin s’oriente vers les gestes théâtrales révolutionnaires de Savonarole et des Étudiants russes (1906) avant de nous livrer, en guise de testament littéraire, les accents émouvants de tendresse amoureuse du légendaire Roi Cophétua (1919).

3M. Raymond Trousson met à juste titre en évidence l’extrême diversité de ton et de genre qui caractérise l’ensemble de la production de cet écrivain. Sa personnalité se distingue par une sensibilité à « fleur de peau », féminine dans ses inconstances et masculine dans ses désirs sans limites. Il ressort, en effet, de cette passionnante biographie que Gilkin aurait eu besoin de dix autres vies pour mener à bien tout ce qu’il projetait. Peut-être a-t-il d’ailleurs présumé de ses forces à ce niveau. C’est ainsi qu’il se tourna vers Baudelaire, Pythagore, Épicure, Maeterlinck, Goethe, Bouddha, Shakespeare, Eschyle, Dostoïevski, Wagner, etc. À chaque fois pris de passion par l’une de ces voix écrasantes, il semble avoir nourri le désir inavoué de l’égaler. Mais tout Gilkin n’est-il pas un pur désir inavoué et inavouable, celui même dont le vieux roi Cophétua garde à jamais le secret ? C’est, en tout cas, l’impression que nous conservons de l’excellente étude de M. Trousson qui non seulement brosse un portrait inoubliable du poète de La Nuit, mais le replace avec force détails dans le contexte historique de son temps, ainsi qu’il l’avait fait avec autant de brio, rappelons-le, dans sa précédente biographie consacrée à Charles de Coster (Labor, 1990).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nancy Delay, « Raymond Trousson, Iwan Gilkin, poète de la nuit », Textyles, 17-18 | 2000, 212.

Référence électronique

Nancy Delay, « Raymond Trousson, Iwan Gilkin, poète de la nuit », Textyles [En ligne], 17-18 | 2000, mis en ligne le 18 juin 2012, consulté le 26 février 2017. URL : http://textyles.revues.org/1538

Haut de page

Auteur

Nancy Delay

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org