Navigation – Plan du site
Comptes rendus
De Georges Rodenbach à Georges Thinès

Georges Rodenbach, Le Voile et le mirage

[Frontispice de Xavier Mellery]. Édition préparée par Richard Bales. University of Exeter Press, coll. Textes littéraires, CVI, 1999, 87 p.
Christian Angelet
p. 211
Référence(s) :

Georges Rodenbach, Le Voile et le mirage. [Frontispice de Xavier Mellery]. Édition préparée par Richard Bales. University of Exeter Press, coll. Textes littéraires, CVI, 1999, 87 p.

Texte intégral

1Le centenaire de la mort de Rodenbach ne pouvait pas passer inaperçu. Il nous a valu, chez Labor, l’important ouvrage de Jean-Pierre Bertrand : Le Monde de Rodenbach, recueil d’études et de documents qui dresse l’état des lieux et renouvelle avantageusement notre regard sur le plus populaire des symbolistes belges. Il y a eu aussi, en Garnier-Flammarion, la réédition de Bruges-la-Morte par Jean-Pierre Bertrand et Daniel Grojnowski, avec (enfin) toutes les photogravures originales de ce qui fut un des premiers récits-photo. Or, Rodenbach n’était pas seulement poète et romancier, il a aussi laissé deux pièces de théâtre : Le Voile, qui fut donné à la Comédie-Française en 1894, et Le Mirage, paru posthumément en 1900. Elles étaient introuvables en librairie. Le présent volume vient heureusement combler cette lacune. Les deux pièces exploitent le filon brugeois qui avait fait la notoriété de l’auteur. On y retrouve d’ailleurs tous les requisits de son imaginaire : la ville, la femme, la chevelure, le miroir... Le Voile est écrit en vers et réunit trois personnages : un vieux garçon, sa servante et une béguine ; cette dernière veille une tante qui se meurt dans la chambre voisine. L’homme désire savoir la couleur des cheveux que cache la coiffe de la béguine ; lorsqu’il les verra, son désir retombera d’un coup. C’est la vulgate symboliste : toute possession est dégradation du rêve. Le Mirage est en prose et combine Bruges-la-Morte et Le Carillonneur ; le protagoniste de ce dernier roman, Joris Borluut, est mêlé aux intrigues qui devraient faire tomber le veuf dans les griffes de l’aventurière que l’on sait. La pièce de théâtre est très différente du roman. Rodenbach y a accusé la veine réaliste au détriment de la poétique de l’analogie qui faisait de Bruges-la-Morte un roman symboliste. Sur les planches, Jane est une franche canaille. Le décor frappe également par ses prétentions réalistes : les didascalies évoquent un salon provincial, avec commode, bibelots, pendule, bonheurs du jour Louis XV et Louis XVI... L’introduction de la présente édition cite une lettre d’Albert Samain qui, sortant d’une représentation du Voile, évoque la « pendule à colonnettes, les vases d’albâtre, le poële de fonte à œil rouge... ». Si l’on se souvient qu’à la mort de Rodenbach, Maeterlinck avait déjà donné tout son premier théâtre et bouleversé la mise en scène européenne en jetant aux oubliettes les vieilleries illusionnistes de son époque, on mesure la distance qui sépare les deux dramaturges.

2L’éditeur apporte toutes informations souhaitables sur la place que ces deux pièces occupent dans la production de Rodenbach et dans le contexte culturel de l’époque. Sur les rapports entre l’écrivain et les peintres de son temps, sur les changements apportés par le compositeur Korngold au Mirage, on trouvera ici nombre d’aperçus éclairants. L’éminent proustien qu’est Richard Bales est un familier de la littérature belge et du paysage socio-culturel où elle s’est développée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Angelet, « Georges Rodenbach, Le Voile et le mirage », Textyles, 17-18 | 2000, 211.

Référence électronique

Christian Angelet, « Georges Rodenbach, Le Voile et le mirage », Textyles [En ligne], 17-18 | 2000, mis en ligne le 18 juin 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/1536

Haut de page

Auteur

Christian Angelet

K.U.L. & R.U.G.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org