Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Louvet (Jean), Théâtre 1 et 2

textes réunis par Vincent Radermecker, Bruxelles, AML éditions/Labor, 2006-2008
Pierre Piret
p. 201-202
Référence(s) :

Louvet (Jean), Théâtre 1 et 2, textes réunis par Vincent Radermecker, Bruxelles, aml éditions/Labor, coll. Archives du futur, 2006-2008, 590 et 630 p.

Texte intégral

1Les Archives et Musée de la littérature ont entamé la publication des œuvres complètes de Jean Louvet, en commençant – cela s’imposait – par son théâtre. Un tel projet ne peut que ravir tous ceux qui s’intéressent à la littérature et au théâtre, mais aussi à l’histoire politique, sociale et intellectuelle belge des cinquante dernières années. Comme le souligne Marc Quaghebeur dans sa préface très personnelle, publier l’œuvre de Louvet, c’est à la fois « toucher à l’histoire d’un pays, la Belgique ; d’une génération, la nôtre, qui a cru au combat historique et n’a toujours pas décidé de baisser les bras ; de la vie théâtrale » (p. 5). Les deux volumes parus rassemblent les onze premières pièces du dramaturge. Le premier couvre la période 1960-1975 et comprend six pièces, où s’affirment d’emblée une voix originale, résistant à l’influence brechtienne tout en la reconnaissant : Le Train du bon Dieu, L’An Un, À bientôt Monsieur Lang, Mort et Résurrection du citoyen Julien T., Les Clients, Le Bouffon. Relues ensemble a posteriori, elles surprennent par leur cohérence et par la maîtrise dont le dramaturge fait preuve d’entrée de jeu. Le deuxième volume concerne principalement le tournant des années 1970-1980, avec Conversation en Wallonie, La Farce du sous-marin (inédit), L’Homme qui avait le soleil dans sa poche et Un Faust – pièces auxquelles a été joint L’Aménagement, écrit dès 1973, mais joué avec retard et annonçant la veine travaillée par Louvet par après. Chaque pièce est précédée d’une introduction consistante comprenant des précisions sur le contexte historique de sa gestation, une étude génétique, une analyse interne et une étude de réception, et est suivie d’un « dossier génétique », où sont présentées soit diverses variantes, soit, quand cela se justifie, plusieurs versions de la pièce (ainsi dispose-t-on, et c’est heureux, de la version originale et de la version scénique de L’Homme qui avait le soleil dans sa poche et de Un Faust).

2Comme le souligne Marc Quaghebeur, cette édition obéit à un double objectif « de mémoire et de rigueur » (i, p. 6) et vise deux publics distincts, « celui des metteurs en scène et des lecteurs d’une part, celui des chercheurs d’autre part » (i, p. 8). Au final, il ne s’agit dès lors ni d’une édition grand public (qui, vendue à un prix démocratique, aurait été bienvenue, mais quelle collection pourrait accueillir un tel projet en Belgique ?), ni d’une édition scientifique. Oscillant entre deux objectifs partiellement contradictoires, cette édition pèche parfois – c’est le seul reproche qu’on puisse lui faire – par une certaine confusion des genres. Ainsi les introductions sont-elles par moments un peu bavardes. L’introduction au Train du bon Dieu, par exemple, s’ouvre sur des considérations personnelles sur l’émotion théâtrale : loin d’être inintéressantes, ces considérations mériteraient d’être développées dans un essai ou un article sur la pièce ; elles pourraient aussi trouver place dans une préface à une édition grand public ; mais, dans une introduction scientifique, on attendrait une présentation plus objective (comme c’est le cas dans les études de réception, qui sont, elles, souvent instructives). Dans le même ordre d’idées, on éprouve parfois quelques difficultés à s’y retrouver dans les différentes versions et variantes évoquées par l’éditeur : il eût été utile de prévoir, pour chaque texte, une notice descriptive précise de sa genèse, des différents manuscrits et éditions répertoriés, de la nature exacte des transformations opérées. De même, l’établissement d’une chronologie rigoureuse aurait été bienvenu : elle aurait aidé le lecteur à s’y repérer.

3Pour le reste, on ne peut que saluer l’intérêt de cette édition, qui met à disposition des textes parfois difficiles à se procurer et qui apporte de multiples éclairages contextuels très utiles tant le théâtre de Louvet est un théâtre de la circonstance, inscrit dans les débats du temps. Cet apport est d’autant plus réel que Louvet lui-même a accompagné cette édition, en transmettant diverses archives, mais aussi diverses informations orales sur la genèse des pièces, les circonstances de leur écriture et de leurs représentations, les allusions qu’elles contiennent et les influences qui furent déterminantes, autant d’éclairages que lui seul pouvait apporter et qui rendent cette édition irremplaçable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Piret, « Louvet (Jean), Théâtre 1 et 2 », Textyles, 41 | 2012, 201-202.

Référence électronique

Pierre Piret, « Louvet (Jean), Théâtre 1 et 2 », Textyles [En ligne], 41 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/1533

Haut de page

Auteur

Pierre Piret

UCL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org