Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Fraiture (Pierre-Philippe), La Mesure de l’autre. Afrique subsaharienne et roman ethnographique de Belgique et de France (1918-1940) | Couttenier (Maarten), Si les murs pouvaient parler, 1910-2010. Le musée de Tervuren | Lagae (Johan) et Cornelis (Sabine) (éd.), Congo Far West. Sammy Baloji et Patrick Mudekereza en résidence au Musée royal de l’Afrique centrale

Roland Baumann
p. 197-201
Référence(s) :

Fraiture (Pierre-Philippe), La Mesure de l’autre. Afrique subsaharienne et roman ethnographique de Belgique et de France (1918-1940), Paris, Honoré Champion, Bibliothèque de littérature générale et comparée n° 73, 2007, 280 p.

Couttenier (Maarten), Si les murs pouvaient parler, 1910-2010. Le musée de Tervuren, Tervuren, Musée royal de l’Afrique centrale, 2010, 168 p.

Lagae (Johan) et Cornelis (Sabine) (éd.), Congo Far West. Sammy Baloji et Patrick Mudekereza en résidence au Musée royal de l’Afrique centrale, Arts, sciences et collections, catalogue de l’exposition (11 mai-4 septembre 2011), Milan et Tervuren, Silvana Editoriale et Musée royal de l’Afrique centrale, 2011, 120 p.

Texte intégral

1Spécialiste des littératures relatives à l’Afrique subsaharienne, et en particulier des récits et discours franco-belges sur les anciennes colonies africaines, Pierre-Philippe Fraiture analyse dans La mesure de l’autre un échantillon significatif de textes d’auteurs belges et français, œuvres de fiction, récits de voyage et reportages, concernant l’Afrique sub-saharienne et publiés dans l’entre-deux-guerres. Le corpus examiné par Fraiture rassemble des romans coloniaux d’auteurs jadis appréciés, Herman Grégoire et Henri Drum, ainsi que des œuvres de grands noms de la littérature mondiale, Simenon et Gide, et enfin les textes fondateurs de précurseurs de la littérature francophone africaine, René Maran et Paul Hazoumé. Nourri par la critique postcoloniale (Edward Said, Fanon, Mudimbe), l’essai de Fraiture décrit les mutations de l’exotisme littéraire au début du xxe siècle, moment où s’élabore un dialogue entre l’africanisme développé par de grandes institutions, le Musée de Tervuren et le Musée de l’Homme, et une pratique littéraire aux ambitions ethnographiques.

2Voisines ici comme elles l’étaient aussi « là-bas », en « Afrique noire », au temps des colonies, la France et la Belgique souffrent de décennies d’occultation et d’amnésie dans leurs rapports à l’histoire coloniale. Fraiture, dont le père est né au Congo, affirme la nécessité présente d’un véritable travail de mémoire : il faut « inscrire le présent dans une causalité coloniale ». La Belgique comme la France, sont des nations « postcoloniales », affectées encore aujourd’hui par l’héritage colonial, au même titre que leurs anciennes possessions africaines. Le premier chapitre de son essai, « Savoirs ethnographiques et fictions d’Empire » montre « le cheminement, lent et difficile d’un savoir africaniste qui à partir de 1880 jette les fondations de sa construction future pour devenir, pendant l’entre-deux-guerres, l’un des dépositaires principaux de la mémoire coloniale » (p. 15). Le musée du Congo belge à Tervuren et le Musée d’ethnographie du Trocadéro (auquel succède en 1937 le Musée de l’Homme) sont les centres majeurs de développement d’une idée très didactique de la colonisation. En parallèle à cette autonomisation de l’africanisme émerge la littérature coloniale. Comme l’ethnographe africaniste, l’écrivain colonial observe cet « ailleurs africain » à la vie duquel il participe souvent, décrivant et interprétant l’étrangeté de ce quotidien africain dont il s’efforce de restituer toute la vérité. Comme le soulignent Gaston-Denys Périer ou Roland Lebel, l’écrivain doit ainsi restituer l’authenticité autochtone pour contribuer à la renaissance de l’Afrique ! Fraiture montre le terrain commun occupé par la fiction et l’ethnographie qui, vers 1900, se distancie des schémas évolutionnistes racistes inspirant jusqu’alors l’image de l’Autre exotique.

3En Belgique, après l’exposition congolaise de 1897 à Tervuren, les savoirs relatifs à la colonie sont bientôt organisés et jouissent d’une reconnaissance institutionnelle grâce à l’action centralisatrice du ministère des Colonies, du Musée du Congo, de l’Institut royal colonial belge et de l’Université coloniale d’Anvers. Comme le souligne Fraiture, cette période d’essor de l’africanisme dans notre pays coïncide avec des courants de réflexion sur les spécificités de notre culture nationale, animés entre autres par Edmond Picard. Directeur de la collection de monographies ethnographiques du musée de Tervuren, Cyrille Van Overbergh est une figure clé de l’africanisme belge dont l’érudition est mise au service de la politique civilisatrice belge en Afrique centrale, afin d’aider le pouvoir colonial à « séparer le bon grain de l’ivraie dans la culture bantoue ». Les pères missionnaires flamands, de même que des ethnologues de renom tel Frans Olbrechts, privilégient l’étude des langues bantoues et la philologie. Cet intérêt pour les langues indigènes est partagé par les écrivains coloniaux qui, tout comme les ethnographes, font de la connaissance linguistique le fondement de leur autorité et du réalisme de leurs textes. Figure de référence d’une approche critique de la littérature coloniale belge après 1918, Gaston-Denys Périer est un des initiateurs du prix triennal de littérature coloniale primant des œuvres de fiction fondées sur le réalisme ethnographique, respectueuses de l’idéal colonial fondé sur la perfectibilité de l’indigène et préconisant de greffer le message civilisateur occidental sur le substrat culturel bantou. Fraiture met en rapport la critique littéraire coloniale d’un Périer avec le discours civilisateur de Pierre Ryckmans, gouverneur du Congo belge entre 1934 et 1946 et auteur de Dominer pour servir (1932) : servir l’Afrique, c’est-à-dire la civiliser et apprendre à connaître les Noirs pour les rendre meilleurs. Connaître l’âme du pays et de ses habitants pour œuvrer à l’avènement de rapports plus compréhensifs entre colonisateurs et colonisés. C’est dans ce cadre que vient s’inscrire la littérature coloniale de l’entre-deux-guerres, qui valorise l’authenticité, le « savoir congolais acquis de première main ».

4Dans la seconde partie de son essai, l’auteur fait dialoguer les textes de son corpus de fiction, datés de 1921 à 1938 : « Mémoire coloniale » (chapitre ii), « Mémoire africaine » (chapitre iii) et enfin « L’Afrique maintenant » (chapitre iv). En dépit de leurs différences stylistiques ou idéologiques, ces romans sont les produits d’une époque où, pour la première fois, la colonisation se vit sur un mode mémoriel, souligne Fraiture : tous les textes examinés se tournent en effet vers le passé auquel ils confrontent le présent. Ainsi dans Batouala (1921), Maran oppose les glorieux Bandas de jadis aux Bandas déchus qu’il côtoie. Dans Luéji ya Kondé (1932), Drum, « plus colonialiste qu’ethnologue » dans sa tentative d’appropriation du texte bantou, plonge dans le passé précolonial des mythes lundas. Grégoire, dans Makoko singe d’Afrique (1921), évoque les exploits des pionniers de l’État indépendant du Congo de Léopold ii lors des campagnes anti-esclavagistes à la fin du xixe siècle. Hazoumé, écrivain et ethnologue, évoque le passé précolonial dahoméen dans Doguicimi (1938). Voyage au Congo (1927) de Gide, qui adhère à l’évolutionnisme et justifie le colonialisme occidental, est surtout le journal d’un esthète, un hommage à Conrad et Stanley. Les trois romans de Simenon, Le Coup de lune (1933), 45° à l’ombre (1936), Le Blanc à lunettes (1937), témoignent d’une observation minutieuse du quotidien, mais en dépit de l’anticolonialisme professé par l’auteur, les Noirs sont singulièrement absents de ses récits africains en tant qu’individus. Simenon s’intéresse au milieu colonial plus qu’aux autochtones et la culture africaine est absente du récit qui exprime la désillusion de l’auteur face à l’entreprise coloniale en Afrique. Selon Fraiture, le mode mémoriel qui caractérise les textes « hétéroclites » de son corpus est activé par le traumatisme de la Première Guerre mondiale, qui pousse à la réflexion sur l’avenir colonial. Ensuite par les commémorations du centenaire de la Belgique (1930) et l’exposition coloniale de Vincennes (1931), à la fois point d’orgue et chant du cygne de l’Empire français. L’Empire y déploie sa grandeur et sa puissance tout en présentant le colonisé comme un futur citoyen à part entière. Les fêtes belges du centenaire et l’exposition coloniale de 1931 annoncent des lendemains plus sceptiques pour cette littérature coloniale née de la « connivence entre fiction et africanisme ».

5L’analyse des rapports étroits entre ethnographie, africanisme, musées et littérature coloniale rend l’étude de Fraiture utile à l’indispensable travail de mémoire sur le passé colonial, mais aussi sur les origines coloniales de l’ethnographie en Belgique et en France. La Mesure de l’autre incite le lecteur à mieux contextualiser la mémoire coloniale, s’intéressant aussi aux rapports entre politique coloniale et identité nationale, un débat qui reste aujourd’hui bien d’actualité, en France comme dans notre pays. Les limites de la période étudiée, l’entre-deux-guerres, et le champ de recherche limité aux littératures coloniales francophones expliquent sans doute l’absence de références à l’historiographie flamande sur le Congo belge, les origines de l’africanisme et de l’ethnographie en Belgique, ainsi que de toute mention de la littérature coloniale flamande sur le Congo et l’Afrique subsaharienne.

6Dans l’introduction à son essai, Fraiture notait la réalité d’un processus de réappropriation de la mémoire coloniale dans la conscience collective belge, suite au génocide rwandais, à la guerre civile congolaise et au rapport de la commission d’enquête sur la mort de Lumumba. Il mettait aussi en valeur l’exposition La Mémoire du Congo. Le temps colonial, organisée au Musée royal de l’Afrique centrale (mrac) en 2005, année du 175e anniversaire de la Belgique, comme un pas significatif vers la reconnaissance d’une histoire commune liant notre pays à son ancienne colonie. Depuis, les initiatives mémorielles se sont multipliées, en particulier à Tervuren : l’ancienne institution de propagande coloniale sonde son passé et veut se rénover. D’importants travaux débuteront l’été 2012 afin de métamorphoser le mrac en musée du xxie siècle.

7Publié à l’occasion du centenaire de l’édifice du musée de Tervuren (inauguré le 30 avril 1910) en cette année du cinquantième anniversaire de l’indépendance du Congo, Si les murs pouvaient parler, ouvrage bilingue de l’historien Maarten Couttenier, est un historique du musée destiné au grand public. Récit truffé d’anecdotes, dévoilant « la petite histoire » du musée, vue des coulisses, des caves aux greniers, et retraçant aussi avec rigueur les grandes étapes historiques d’une institution vénérable, toujours très prisée du grand public, tout en pointant du doigt les nombreux manques d’une institution souvent désuète et inadaptée aux exigences de la muséologie contemporaine.

8Couttenier est l’auteur d’une thèse de doctorat (kuleuven, 2004 – non traduite en français) sur l’histoire de l’anthropologie belge et des débuts du musée de Tervuren de 1882 à 1925, une période qui correspond à « l’âge d’or » du colonialisme européen en Afrique et à une professionnalisation de l’ethnographie, dans notre pays comme ailleurs en Occident. Si les murs pouvaient parler constitue de fait le scénario de l’exposition Uncensored (23-09-2011 au 8-07-2012), exposition « d’adieu » au musée qui semble par moments vouloir plonger le visiteur dans l’univers confiné et oppressant des coulisses et réserves souterraines du musée pour mieux exorciser ce passé condamné à disparaître. Une exposition « sans censure » dans laquelle le musée « se déboutonne » avant sa fermeture pour les grands travaux de rénovation, à réaliser par étapes jusqu’en 2020. Le bâtiment ne répond plus aux besoins actuels du musée et surtout l’aspect désuet et l’esprit colonial de l’exposition permanente ne correspondent pas du tout à une institution qui se veut centre de référence moderne sur l’Afrique. Si Uncensored retrace l’histoire du musée, incite le public à s’intéresser à l’histoire de ses collections et de la muséologie de l’institution, le récit de Couttenier se concentre sur le travail de déconstruction du musée, par exemple en révélant les « dessous » des grands dioramas zoologiques réalisés après 1968. Bref, on a affaire à une déconstruction par le texte, qui sera suivie du démantèlement de ces dioramas devenus obsolètes. Dans le musée rénové sera créée en effet une toute nouvelle exposition de référence. Seule la salle des crocodiles, remontant aux origines du musée, sera conservée. Tout le reste doit faire place à un discours muséographique entièrement neuf, un discours cohérent, fruit d’un travail interdisciplinaire, axé sur l’Afrique centrale et ouvert à d’autres régions du continent africain, dans une scénographie contemporaine, tenant toutefois compte de l’histoire et des sens symboliques de l’édifice tel qu’il fut conçu à l’origine par Charles Girault pour Léopold ii.

9Le catalogue accompagnant l’exposition Congo Far West présente les travaux du photographe Sammy Baloji et de son ami écrivain Patrick Mudekereza, tous deux de Lubumbashi et artistes en résidence au Musée royal de l’Afrique centrale en 2008 et 2010. Première étape d’une réflexion à long terme sur le rôle du musée dans la relation entre l’art actuel et l’histoire de l’Afrique, ce projet associe des artistes aux scientifiques du musée dans une commune réflexion sur l’institution, ses collections et son histoire. Le travail de Sammy Baloji portait sur des photos et des aquarelles réalisées durant l’expédition Charles Lemaire au Katanga (1898-1900), une expédition considérée comme l’événement fondateur du musée de Tervuren, vu la quantité d’objets alors collectés sur place et comptant aujourd’hui parmi les plus anciens des collections. Voyageant au Katanga avec Maarten Couttenier sur les traces de l’expédition Lemaire, Baloji a réalisé notamment pour Congo Far West une série de diptyques présentant ses propres photos associées aux images historiques prises par le photographe de l’expédition Lemaire il y a plus d’un siècle. Au cours de leur mission, Baloji et Couttenier rencontrent les descendants des Congolais associés à cette période fondatrice de l’histoire coloniale, tel l’arrière-petit-fils du roi Msiri. Le but du projet est d’interroger l’histoire à travers un regard critique et d’aborder des thématiques importantes pour le présent du Congo.

10Le travail de l’écrivain Mudekereza porte sur une série de traités signés entre les agents européens et dignitaires africains dans les années 1880 au profit du Comité d’études du Haut-Congo puis de l’État indépendant du Congo, créé à la conférence de Berlin en 1885. Dans Traités (mal)traités, Mudekereza parasite les textes de ces traités qui avalisent le transfert de la souveraineté indigène à la tutelle coloniale. Il incruste dans ces textes juridiques des passages en slam, forme de poésie remise à la mode par la vague du rap et qui sert ici de contrepoint oral à l’écrit. Le slam interroge le texte fallacieux du traité, ranime ce bout de papier mort, seul vestige d’une histoire oubliée. Il s’agit là d’un document muet du côté congolais, étant donné que les chefs locaux ne s’y expriment qu’à travers la croix qu’ils marquent en bas de page, simple croix servant de signature et par laquelle ils consentent à un marché de dupes. Pour l’exposition, Mudekereza choisit aussi parmi les collections du musée L’Art au Congo, une sculpture composite réalisée vers 1900 et qui associe une figure en bronze, œuvre du sculpteur Auguste de Wever, à deux défenses d’éléphant historiées, produites sur la côte de Loango au début du ixe siècle. Mudekereza légende une série de photos reproduisant certains détails des petites scènes sculptées en bas-reliefs sur ces défenses. L’écrivain donne la parole à ces œuvres de sculpteurs inconnus oubliées dans les réserves du musée de Tervuren, établissant ainsi un dialogue entre L’Art au Congo, valorisant par là comme pièce d’art tel objet atypique et « kitsch », qui était jusqu’alors conservé/démonté dans les collections historiques du musée relatives au passé colonial.

11Ce projet de résidence d’artiste tourne donc autour de la réappropriation du patrimoine lié au passé colonial et fait « parler » les objets du musée. L’exposition réalisée à partir de pièces du mrac datant des débuts de notre histoire coloniale au Congo vise donc à aider à repenser le musée. Conquête du Congo par l’Occident, et allusion aux artistes contemporains congolais qui se lancent à la reconquête d’objets congolais conservés par « l’Ouest » si loin du Congo…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roland Baumann, « Fraiture (Pierre-Philippe), La Mesure de l’autre. Afrique subsaharienne et roman ethnographique de Belgique et de France (1918-1940) | Couttenier (Maarten), Si les murs pouvaient parler, 1910-2010. Le musée de Tervuren | Lagae (Johan) et Cornelis (Sabine) (éd.), Congo Far West. Sammy Baloji et Patrick Mudekereza en résidence au Musée royal de l’Afrique centrale », Textyles, 41 | 2012, 197-201.

Référence électronique

Roland Baumann, « Fraiture (Pierre-Philippe), La Mesure de l’autre. Afrique subsaharienne et roman ethnographique de Belgique et de France (1918-1940) | Couttenier (Maarten), Si les murs pouvaient parler, 1910-2010. Le musée de Tervuren | Lagae (Johan) et Cornelis (Sabine) (éd.), Congo Far West. Sammy Baloji et Patrick Mudekereza en résidence au Musée royal de l’Afrique centrale », Textyles [En ligne], 41 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://textyles.revues.org/1529

Haut de page

Auteur

Roland Baumann

ULB & INRACI

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org