Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Clermont (Philippe), Huftier (Arnaud) et Pottier (Jean-Michel), éd., Un seul monde. Relectures de Rosny aîné

Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 2010
Valérie Stiénon
p. 195-197
Référence(s) :

Clermont (Philippe), Huftier (Arnaud) et Pottier (Jean-Michel), éd., Un seul monde. Relectures de Rosny aîné, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 2010, 350 p., isbn : 978-2-905725-37-0.

Texte intégral

1De l’œuvre de Rosny aîné, ce concepteur de mondes parallèles (passés et futurs) déployés à travers près de cent cinquante romans, contes et chroniques, il ne nous reste guère que l’« invention » du roman préhistorique et quelques nouvelles relevant du « merveilleux scientifique ». Injustement passées sous silence, l’analyse sociale et la réflexion philosophique constituent pourtant des facettes significatives de son abondante production. Certes, les lectures réunies dans ce volume n’ont pas la prétention de jeter un éclairage nouveau sur ces aspects oubliés. Elles rendent toutefois un hommage justifié à la diversité d’une œuvre souvent schématiquement fractionnée en deux époques successives : la période naturaliste, partisane des frères Goncourt et opposée à Zola avec le « Manifeste des cinq », suivie de la période des engagements intellectuels, accompagnés en littérature d’une remise en question des modèles génériques dominants.

2Ce collectif un brin célébratif résulte du récent dépôt d’archives de Rosny aîné à la Médiathèque municipale de Bayeux, en 2000, à l’initiative du petit-fils de l’écrivain. La constitution de ce fonds documentaire est l’occasion de reconsidérer un auteur multiple, en trois moments allant des « mondes connus » aux « nouveaux mondes », en passant par l’évocation du travail archivistique mené sous la responsabilité de Sylvette Lemagnen. Si le prétexte est louable et le matériau de première qualité, en revanche la nature hétéroclite des approches ici réunies aurait nécessité, en préambule, un état des lieux de la recherche universitaire sur cette œuvre. La synthèse prospective faisant défaut, la cohérence et la portée scientifique des contributions s’en trouvent un peu diminuées.

3Dans la première partie, Alain Pagès revient sur l’ambiguïté de Rosny aîné à l’égard de l’esthétique naturaliste et situe son apport au niveau « de la méthode documentaire et de la conception de l’écriture » (p. 13). Jean-Michel Pottier explore ensuite la stylistique du souvenir, au double regard de la tendance éditoriale de l’auteur à publier au même moment des textes hétérogènes sur le plan temporel de leur réalisation, et de la propension à donner à l’écriture autobiographique (journal et mémoires) une direction moins testimoniale qu’historiographique. Vittorio Frigerio procède ensuite à une triple inscription historique, générique et institutionnelle de l’auteur, ce qui pose la double question de l’horizon d’attente de son œuvre et de la diversité des discours qui la traversent, ici envisagés sous l’angle de l’anarchisme entendu comme philosophie. Dans une singulière lecture thématique, Éric Lysøe envisage le personnel des œuvres réalistes de Rosny en les assimilant à deux ordres animaliers, ceux des félins et des pachydermes, chacun étant porteur d’une symbolique propre. En miroir, la contribution originale de Daniel Aranda se centre sur le personnage-luciole en tant que type d’acteur fictionnel récurrent. Les possibles de la métaphore donnent malheureusement lieu à une lecture psychologisante un peu sommaire. Enfin, Jean-Pierre Picot étudie la stylistique de l’écriture rosnyenne, entre production alimentaire et enjeux poétiques de l’écriture artiste, ce qui révèle une supposée spécificité de la « griffe » de Rosny, mêlant diversement « écriture fauve » et « écriture de la merveille » (p. 145).

4La seconde partie s’ouvre sur la contribution centrale d’Arnaud Huftier, qui considère les variations de légitimité de l’œuvre à la lumière de la philosophie pluraliste qui requiert d’appréhender conjointement l’auteur-romancier et le théoricien-philosophe à l’origine de fictions proches de la « logique conjecturale » (p. 160). L’hypothèse formulée est que le changement de statut de l’auteur dans l’entre-deux-guerres serait en partie dû aux étiquettes génériques qui ont fractionné cette production en des sous-genres classés, perdant de la sorte l’aspect novateur de la fiction rosnyenne par la dilution de la vision unificatrice d’une œuvre intrinsèquement plurielle. Dans l’article suivant, Philippe Clermont revient sur le clivage entre écriture réaliste et fiction spéculative, en réactivant la définition du « roman merveilleux-scientifique » forgée par Maurice Renard en 1909. François Laforge étudie quant à lui la fraction de cette fiction spéculative qui explore des mondes perdus, catégorie narrative longtemps reléguée au récit d’aventure, mais qui forme une part non négligeable du corpus rosnyen dans lequel l’imaginaire cautionne la référence scientifique, non l’inverse. Roberta de Felici examine la créativité onomastique du personnel anthropomorphe, mettant en évidence une prédilection pour la fonction dénotative du nom propre, qui participe pleinement à l’« effet-personnage » textuel. Daniel Couégnas se consacre pour sa part à l’art des dénouements dans ces mêmes romans, montrant que la nécessité récurrente du happy end ne doit rien aux conventions du genre et qu’elle participe d’une perspective téléologique d’évolution des personnages. François Grande compare, pour finir, les versions textuelle et cinématographique du grand récit La Guerre du feu, en revenant sur quelques généralités concernant les enjeux de l’adaptation et en centrant son étude sur le langage des personnages.

5On peut regretter que ce collectif dense ne fasse pas systématiquement le départ entre ce qui est issu du Fonds de Bayeux et ce qui relève de l’apport réflexif à l’ensemble de l’œuvre. On apprécie toutefois sans réserve cette édition agrémentée d’illustrations parues dans la presse, de fac-similés de manuscrits autographes et de rééditions de deux textes de l’auteur. Ainsi de l’extrait des Mémoires de la vie littéraire (1927), judicieusement centré sur la sociabilité salonnière, qui laisse entrevoir la contribution peu connue de l’auteur à une historiographie du champ littéraire. Ainsi, également, de l’article de réflexion scientifique intitulé « Vers le quatrième univers » (Mercure de France, 1931), qui fait montre de qualités de précision et de synthèse dignes d’un historien de la physique atomique.

6Ce collectif offre donc des études inégales exploitant diversement le matériau documentaire. C’était sans doute la condition pour donner à voir aussi nettement les facettes contrastées d’une œuvre que les classements génériques ont réduite à la portion congrue. Les érudits, les férus de littérature (belge) et les amateurs de fiction spéculative trouveront d’utiles compléments informatifs dans cet ouvrage qui en réserve pour tous les goûts.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Stiénon, « Clermont (Philippe), Huftier (Arnaud) et Pottier (Jean-Michel), éd., Un seul monde. Relectures de Rosny aîné », Textyles, 41 | 2012, 195-197.

Référence électronique

Valérie Stiénon, « Clermont (Philippe), Huftier (Arnaud) et Pottier (Jean-Michel), éd., Un seul monde. Relectures de Rosny aîné », Textyles [En ligne], 41 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://textyles.revues.org/1525

Haut de page

Auteur

Valérie Stiénon

FRS-FNRS /Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org